AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Start of Something Good - Ft. Ellie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5901
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Start of Something Good - Ft. Ellie   Sam 25 Avr - 17:07

I need somebody
Ellie & Ange. This could be the Start of Something Good.


Il dormait et je le remerciais intérieurement, aussi silencieuse que la nuit elle-même. Les bandages sur mes doigts, les attentions qu'il m'avait portées, alors même, qu'il ne m'aimait pas. Qu'il détestait ce que je représentais... Je ne pourrais jamais le remercier assez. Jamais. Sa gentillesse, sa douceur tout chez lui me plaisait. Souriant en coin, je lui offrais un baisé sur le front. Un geste innocent et qui ne lui arracha qu'un léger grognement. Je ne savais pas depuis combien de jours j'étais endormie, ni depuis combien d'heures ils veillaient sur moi, mais je pouvais au moins partir avec cette reconnaissance qui me donnait envie d'être meilleure. Meilleure pour le peuple et pour ces gens qui croiseraient ma route sans vouloir me manipuler. J'avais tant à faire pour me rattraper et prouver que je n'étais pas que la potiche du gouvernement. Un sourire tendre se dessina sur mes lèvres, tandis que je quittais sa chambre. Lui empruntant un manteau pour me camoufler, remontant la capuche sur ma tête, je finis par mettre le nez dehors. Je n'avais pas la force de me transformer, sinon j'aurais pu courir librement jusqu'à l'hôpital et la trouver elle... Ellie. Ma douce Ellie.

Ombre inconnue et silhouette discrète, je traversais les ruelles. La fatigue suivait chacun de mes pas, conséquences de ces blessures que je ne ressentais point. Il m'avait sauvé la vie, me donnant le temps de trouver une solution. Mais, je devais m'assurer qu'un médecin m'examine, nettoie correctement ce qui restait à nettoyer. Me rassurer sur l'infection que je pourrais développer. Après tout, trois doigts en moins ce n'était pas négligeable. Ma respiration était plus haletante qu'à mon habitude. Je le percevais. Je n'aurais pas dû marcher autant après le traitement que j'avais fait subir à mon corps. Mon nez dirigé en permanence vers le sol, je finis par reconnaître le chemin qui me mènerait dans ce lieu... Si dangereux pour une récente morte. L'hôpital. Seulement, c'était mon seul moyen de la retrouver. Je ne savais pas où elle logeait. Ni, si elle y vivait seule. Je ne pouvais prendre ce risque. Pas après avoir autant donné pour disparaître. Entêté, je finis par chercher un autre moyen d'entrer, que par la porte principale. Trop de personnes, trop de risques et je le constatais plutôt rapidement. J'avais été le visage du gouvernement, je ne pourrais pas passer inaperçu aussi facilement. D'autant plus que j'étais la dernière nouvelle de l'heure.

Une morte qui savait marcher, n'irait pas très loin dans ce lieu gérer par mes ennemis. Prenant sur moi, je contournais l'édifice, me glissais autour jusqu'à trouver une fenêtre laissée négligemment ouverte. Avec ma volonté et la force de ma seconde nature, je me glissais par cette ouverture sans tressaillir. Il était temps que je la trouve, ce simple effort ayant rouvert mes plaies. Je pouvais sentir un liquide poisseux s'échapper et je ne voulais pas me vider sur place. Cette chambre déserte et noir, m'offrait le parfait abri... Il ne me restait plus qu'à trouver la femme en question. Priant les dieux qui avaient marqué mon enfance, j'entrouvrais la porte pour mieux constater que la chance m'aimait toujours autant. Je me trouvais à l'opposer de l'endroit où je la savais souvent. Un grognement s'éleva d'entre mes lèvres, avant de mourir dans un léger cri de plaisir. L'infirmière qui se trouvait tout proche... Une rebelle, je l'aurais reconnue n'importe où.

J'attendis patiemment pour mieux la voir se rapprocher, ma louve s'éveillant légèrement sous l'envie de chasser et mon ourson ne voyant qu'une personne parfaite pour des câlins et mordiller... Oui, dire que je n'avais pas des natures très compatibles aurait été l'euphémisme du jour. De ma main encore valide, je l'empoignais et la tirait de force dans cette salle déserte de toute vie. « PAS UN MOT! » Mon bras contre son cou, j'appuyais légèrement pour étouffer son cri. « Tu vas aller me chercher le docteur Wilson. Au plus vite, je saigne beaucoup... Tu le feras n'est-ce pas? À moins que tu ne désires voir ce que réserver le gouvernement aux individus de ton genre? Et pas un mot, sinon je te retrouverai et tu me serviras de repas. » Sur ce, je laissais ma voix se transformer en quelque chose de plus animal, de menaçant et la laissait filer... Avec une envie de pleurer. J'avais fait peur à quelqu'un. Je détestais avoir à agir ainsi. M'assoyant près de la fenêtre, prête à bondir si elle me trahissait, je remerciais le ciel d'avoir inventé les capuchons si grands qu'ils en masquaient mon identité.

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2334
↳ Points : 34
↳ Date d'inscription : 31/12/2014
↳ Age : 22
↳ Avatar : Crystal Reed
↳ Age du Personnage : Vingt-huit ans
↳ Métier : Journal de la mafia Nemesis
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : Take me to church (Hozier) ∆ Hurricane (Halsey) ∆ I'm a ruin (Marina and the diamonds) ∆ 1965 (Zella Day) ∆ I found (Amber Run) ∆ Here with me (Susie Suh) ∆ The One (Kodaline)
↳ Citation : In the same way some beginnings are endings and some endings are beginnings.
↳ Multicomptes : unique compte
↳ Couleur RP : #872929



Feuille de perso
↳ Copyright: milkovich / endless love / sense8
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Start of Something Good - Ft. Ellie   Ven 8 Mai - 23:07


Start of Something Good
Comme un redoutable rappel des vestiges de son passé. 


Il est là, cloîtré, confiné, dans une agonie lancinante. Il est là, sous l’esquisse d’une ombre perfide qui la hante. Il vibre à travers chaque fibre de son être, respire au rythme des battements de son cœur. Comme une cicatrice gravée à même la peau, il est incrusté au plus profond de sa mémoire. Ce souvenir, clandestin, qui donne au tourment une nouvelle dimension, au châtiment une raison de s’accomplir. Il s’incruste dans les cauchemars qui accompagnent la nuit solitaire, s’immisce dans les pensées qui se dévoilent aux premières lueurs de l’aube. Ne lui accordant aucun répit, aucun repos. Afin d’alimenter la culpabilité qu’elle porte tel un fardeau dont le moindre détail lui revient, la ramène à cette nuit. A lui.

Elle a souillé son âme comme on détruit un rêve. Sans aucune pitié. Sans aucune hésitation. Cette vérité l’empêche d’avancer, de guérir, de refermer les plaies béantes qui saignent son âme. Elle erre dans l’hôpital comme un fantôme dénué de but, abandonné. Contraint de revivre inlassablement la même scène dans ces couloirs qui abritent l’horreur du drame. La peinture recouvre peut-être les traces de sang agglutinées sur les murs mais elle ne camoufle pas l'abomination qui s'est déroulée en ce lieu. Elle ne fait que dissimuler des fragments sans anéantir la réalité. Trop immonde pour crever. Trop immonde pour exister. A croire que personne ne veut se rappeler, préférant l'oubli, l'indifférence. Ellie est incapable d'imiter ce prodige, de plagier ce déni.

Elle se souvient de la panique au centre de l'atmosphère, de l'obscurité en dernier repère. Elle perçoit encore les hurlements perforés l'air, les râles provenus de l'enfer. Elle revoit la violence prendre d'assaut Ezra, le guider à chaque pas. Jusqu'à l'amener à commettre l'irréparable. Jusqu'à le forcer à tuer pour lui sauver la vie.

« Docteur Wilson. » Perdue dans la contemplation de son crime, il lui faut quelques secondes avant de réagir à cette voix venue d'ailleurs. « J’ai besoin de vous. » L’infirmière a l'air inquiète, préoccupée, soucieuse. A la limite de susciter le doute. «  C’est une urgence. » Interpellée, le médecin la suit sans un mot pour la questionner. Bien que la curiosité l’encourage à interrompre le silence, ses lèvres restent attachées l’une à l’autre. « Quelqu’un vous attend ... dans cette chambre » Instinctivement, elle pense à lui. Et ce, en dépit de toute logique. C’est presque inévitable, fatal. Mais l’expression peinte sur le faciès de sa collègue lui fait considérer d’autres options. Elle effleure la poignée de la porte avec une certaine appréhension qui ralentit son mouvement « Mon dieu. » Malgré la pénombre, elle distingue nettement les traits de ce visage familier. « Ange ? » Profondément choquée, elle ne parvient à exprimer les émotions qui la percutent à cet instant.

Depuis que les médias ont diffusé l’annonce de sa disparition, Ellie retient son souffle dans l’espoir d’apprendre son retour, dans l’attente d’être délivrée de l’ignorance. Ne pouvant se résoudre à trancher, à supposer sa mort plutôt qu’à l’imaginer en vie. La retrouver est tellement déconcertant, violent, brutal. Elle peine à donner un sens à ses pensées que la confusion gouverne. « Je n’en reviens pas. » La surprise démantèle tous les maux qui l’habitent pour afficher sur ses lippes, un sourire d’une profonde sincérité. Relatant l'affection qu'elle lui porte au détriment de la déontologie induite par sa profession. « Il faut soigner cette blessure, tu pourrais contracter une infection. » Le temps des retrouvailles est écourté par l’étendue du mal qu’elle aperçoit lorsque son attention se focalise sur l'état de sa main. Refermant la porte à clef, elle éclipse la pénombre afin de trouver des compresses et un antiseptique local dans l’armoire qui lui fait face.  

Sans un mot, elle commence à désinfecter les lésions probablement infligées par une coupure nette. La précision de ces blessures interroge l'intérêt d'Ellie qui s'abstient volontairement de le partager. D'une certaine manière, l'expérience d'Ange fait écho à la sienne. Comme un redoutable rappel des vestiges de son passé. Comme un reflet de sa propre histoire séquestrée au plus profond de son être. Pour ne pas avoir à l'affronter, la confronter. Pour prétendre ne pas en connaître la fin.

(c) AMIANTE

_________________
    damned
    I struggle with the feeling that my life isn’t mine. It's so cold it's so cold. Use your heart as a weapon hurts like heaven. It hurts like heaven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2045-ellie-wilson


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5901
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Start of Something Good - Ft. Ellie   Dim 24 Mai - 22:59

I need somebody
Ellie & Ange. This could be the Start of Something Good.


Je n'ai plus de sensation dans ma main. Plus aucune, si ce n'est cette impression de chatouille inconfortable. Je vois trouble et l'odeur de mon propre sang me fait tourner la tête. Je ne suis pas en état de faire la difficile et pourtant, je m'entête à rester dans cette pièce sombre et inhabité. L'hôpital grouille de personnalité incompatible avec mon statut de cadavre récent. Je ne peux me permettre de courir trouver de quoi me soigner. Que ce soit un bien matériel ou une personne. Je ne peux que prier que la demoiselle ait eu assez peur pour m'obéir. L'idée de la voir traverser les couloirs en panique, nerveuse à souhait, incite ma louve à remuer dans les tréfonds de mes entrailles. Elle s'amuse et enrage de nous voir ainsi diminuer. Elle ne le prend pas, son orgueil est piqué à vif. On l'avait poussé à la fuite, la ruse et ce n'était pas quelque chose d'acceptable. Elle me poussait à l'impulsivité et au massacre. Son humeur ne s'améliorant pas, avec la flaque de sang sombre qui se formait autour de nous.

Le grognement monte le long de ma gorge et il se fait entendre, tout en restant le plus discret possible. J'ai du mal à ne pas lui céder. Cette seconde nature impétueuse et vindicative. Mes paupières s'alourdissent à mesure que les minutes passent. Alors même, que mon agitation augmente. Je tourne en rond dans cette salle qui ressemble de plus en plus à une cage. J'ai l'impression d'avoir signé mon arrêt de mort. Et si... Ils me trouvaient? Qu'ils me punissaient en me séquestrant? Nymeria ne prendrait pas de gang blanc, elle proposerait sans doute de me prendre en cobaye permanent. Je ravale ma peur, qui s'étend à chacun de mes membres, pour essayer de retrouver mon calme légendaire. Ne pas céder à la panique, ni me laisser influencer par ce bâtiment gouvernemental.

Mes dents s'exposèrent spontanément, lorsque les pas d'une personne, les menèrent jusqu'à mon repaire. Je menaçais le vide, retenant le feulement qui me venait naturellement. Seule une odeur connue m'empêcha de laisser libre cours à la transformation. Ellie... « Mon dieu. » Sa voix familière rassure ma bête qui s'éloigne légèrement et redonne de l'importance à l'être humain réfléchi qui est en moi. « Ange ? » Je baisse la tête, honteuse à l'idée de toutes ces personnes qui pleuraient ma mort. Ellie n'était pas la seule, il y avait aussi Vittoria et Kyran. Même Andreas devait avoir appris la nouvelle. Ma lèvre inférieure subie le contre coup de mes tourments, tandis que j'essayais de ne pas percevoir le choc logique qui se peignait sur les traits du médecin que j'avais choisi. « Je n’en reviens pas. » J'ai envie de lui dire qu'elle n'est pas la seule. De la voir ainsi, j'aurais pu me jeter sur elle pour la rassurer, usant de mes bras pour envelopper son corps d'une chaleur tendre et innocente. Je dois même me faire violence pour ne pas faire un mouvement. Je ne suis pas certaine de ce qui sortirait si je parlais. Je sens encore ma louve rôdé, incapable de réellement me laisser à mon cerveau logique et non instinctif.

« Il faut soigner cette blessure, tu pourrais contracter une infection. » Je relève la tête avec surprise et dois battre des cils quelques fois avant de parvenir à me focaliser sur l'essentiel... Mes doigts amputé à même la saleté. Oui, je ne pouvais pas mourir. Pas avant d'avoir Vittoria à mes côtés. Je voulais la voir s'épanouir, tomber amoureuse et vivre pleinement sa vie. Enfin, tomber amoureuse... À condition qu'il ou elle ne soit pas un monstre. Chose, que je m'étais promise de vérifier. Trop concentré sur ma fille, je sursaute au contact d'un produit pour désinfecter mes chaires à vif. J'ai du mal à revenir sur terre et en l'observant prendre soin de moi, en ressentant ces pressions qui n'avaient pas la bonne sensation, je ne pu me retenir. Des larmes se mirent à couler sur mes joues. Des larmes silencieuses. Mes nerfs m'abandonnaient. Je n'en pouvais plus. Après tout ce temps à survivre dans un milieu hostile, après toutes ses expériences que je devais endurer, après toutes mes épreuves... Le simple fait qu'on prenne le temps de s'assurer que je ne développe pas une infection me semblait trop tendre pour ne pas être horrible à vivre.
La haine commence à naître en mon cœur et ce sentiment est nouveau. Après plus d'un siècle, je vis cette émotion pour la première fois. Je devais me reprendre en main et cesser de me laisser détruire, je le savais désormais. Je devais m'émanciper d'eux... De mes monstres tant aimé.

« Ellie... » Je peine à me reconnaître, tant une touche plus animal, moins en contrôle, semble naturellement prendre vie dans ma voix. « Je suis désoler. » Je m'effondre à même le sol. Incapable de tenir debout plus longtemps. Trop de choses se sont passés pour que je ne vive pas un contre choque. Je peux sentir la moiteur de mon sang coller à mes vêtements et je me dois de fermer les yeux pour ne pas complètement m'évanouir. « J'aurais peut-être... dû venir plus tôt. »

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2334
↳ Points : 34
↳ Date d'inscription : 31/12/2014
↳ Age : 22
↳ Avatar : Crystal Reed
↳ Age du Personnage : Vingt-huit ans
↳ Métier : Journal de la mafia Nemesis
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : Take me to church (Hozier) ∆ Hurricane (Halsey) ∆ I'm a ruin (Marina and the diamonds) ∆ 1965 (Zella Day) ∆ I found (Amber Run) ∆ Here with me (Susie Suh) ∆ The One (Kodaline)
↳ Citation : In the same way some beginnings are endings and some endings are beginnings.
↳ Multicomptes : unique compte
↳ Couleur RP : #872929



Feuille de perso
↳ Copyright: milkovich / endless love / sense8
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Start of Something Good - Ft. Ellie   Jeu 18 Juin - 0:00


Start of Something Good
De toutes celles qu’elle fut. De toutes celles qu’elle était. De toutes celles qu’elle n’est plus. 


Sans un bruit, elles l’interpellent. Leur trajectoire éveille le réceptacle de son passé. Et l’espace d’un instant, le temps semble voler en éclats, s’éterniser le long de ses larmes, se suspendre à leur chute. Les secondes ne sont plus, les minutes ont disparu. Il ne reste que son reflet, saillant, dans chaque fragment qui s’évertue à respirer. Il ne reste que ses souvenirs, imbriqués les uns aux autres, asphyxiés par l'amertume, ravivés par le présent. Inconsciemment, elle se perd dans le regard d’Ange. Indicible rappel qui vient caresser le récipient de son propre chagrin, étouffé pour mieux se consumer. Dans le silence clos qui compose l'absence de mélodie, se juxtapose les émotions d’une autre vie, d’une autre existence, d’une autre personne. De toutes celles qu’elle fut. De toutes celles qu’elle était. De toutes celles qu’elle n’est plus. Et au milieu de la pagaille, il n’en reste qu’une. Il ne reste que son cœur, frissonnant au contact de cette vérité assassine qui se fraie un chemin parmi les mensonges sibyllins.

Sans un mot pour briser le mutisme complice qui les berce, Ellie bande minutieusement les blessures de sa patiente dont la peine fait écho à la sienne. L’affection qu’elle lui porte traverse clandestinement les remparts de l’empathie. Jusqu’à dépasser les frontières de l’entendement. Elle s’identifie, malgré la raison, à la souffrance qui lui fait face. Au cri déchirant l’aphasie du moment. « Ellie … » Sa voix se balance dans les airs avant de raisonner au creux de son esprit, telle une brise légère traversant ses pensées vagabondes. « Je suis désolée. » Les mots défilent, s’égarent, se perdent à l’horizon alors que son corps s’effondre sous l’émotion. Instinctivement, Ellie la rattrape, comme un réflexe mécanique amplifié par l’exercice de la médecine. « J'aurais peut-être... dû venir plus tôt. » Délicatement, ses bras l’accompagnent au sol pour amortir la réception qui se veut brutale à l'origine. « Reste avec moi ... reste avec moi. » La répétition lui permet de maintenir le calme que la panique pourrait anéantir d'une seule note. D'un seul mouvement. D'un seul geste.

Spontanément, elle transforme la chaise de bureau en support afin de surélever les membres inférieurs d'Ange. Et ce, dans l’unique but de provoquer un afflux sanguin dans le compartiment central. Le diagnostic du malaise vagal est évident mais sa manifestation n'en demeure pas moins impressionnante. « Est-ce que tu m'entends ? » Dans l'attente d'un signe de sa part, Ellie s'empare de sa main qu'elle saisit délicatement, avant d'en caresser la paume du bout des doigts. Une attention toute particulière qui ne lui ressemble pas. Un comportement étranger qui finit par se manifester. Une intention innocente qui se formule en un sens. L'inquiétude l'abandonne lorsque sa patiente reprend conscience, brisant l'inertie engendrée par son état. « N’aie pas peur, tout va bien. Tu dois seulement rester allongée quelques minutes mais c'est confortable non ? » Naturellement, les lèvres d'Ellie s'étirent pour lui adresser un sourire rassurant. Un de ceux qu'on destine aux enfants afin d'effacer de leurs prunelles la moindre frayeur. Un de ceux que les paroles ne peuvent remplacer, pallier, détrôner. Un de ceux qu'on murmure sans rien prononcer.

« La vie de fugitive n'est pas de tout repos ... alors si tu as besoin de quoi que ce soit, demande-le-moi. Je t'aiderai. » Elle se souvient parfaitement de l’isolement déroutant qu’on peut ressentir les premiers instants. De ce trou béant qui s’allonge au fil du temps. De cet exil qui oxyde l'esprit, détruit le corps, ronge l'âme. De l'espoir de s'en débarrasser avant de comprendre la fatalité. Cette impression amplifie, accroît, décuple. Et la seule façon de la supporter est de prétendre s'y habituer. Comme si c'était possible. Comme si le supplice ne portait pas ce nom. Ellie aurait aimé l'appui d'un allié en mesure de la soutenir, hélas à cette époque, seule la peur de mourir l'empêchait de faillir. Le comportement d'Ange lui semble atrocement familier pour l'avoir endossé. La fuite est sa seconde nature, elle reconnait les malheureux qui s'aventurent sur cette voie. Ils ont tous quelque chose en commun, au fond de leur iris. Cette lueur interdite qui brûle, d'un feu inassouvi.

(c) AMIANTE

_________________
    damned
    I struggle with the feeling that my life isn’t mine. It's so cold it's so cold. Use your heart as a weapon hurts like heaven. It hurts like heaven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2045-ellie-wilson


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5901
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Start of Something Good - Ft. Ellie   Mer 22 Juil - 22:22

I need somebody
Ellie & Ange. This could be the Start of Something Good.


Le choc s’enfonce dans ma chair, à mesure que les secondes s’égrainent. Je perds le contrôle, trop faible, trop blessé pour faire bonne figure. Je joue ma vie en étant simplement présente dans cet hôpital, mais je laisse Ellie s’occuper de moi. Je la laisse prendre les choses en main, incapable de réellement soutenir une conversation. Ses mots, je les entends, sans vraiment les saisir. J’ai perdu trop de sang, si douleur il n’y a pas, la mort n’en est pas loin pour autant. Je m’accroche à son sourire maternelle, il est rare que j’en reçoive de qui que ce soit. Même ma mère en avait manqué pour moi. Logique, quand on sait la honte qui se cachait derrière ma naissance. Petite libertine, elle avait écarté les jambes pour un autre que son époux et fait passer ma venue pour celle de son mariage. Tristement, la tendresse pour sa fille n’avait su suivre. Pourquoi repenser à cela maintenant? Battant des paupières, dans cette position incongrue, je laissais les secondes accomplir leur œuvre et me ramener à mon cerveau. « La vie de fugitive n'est pas de tout repos ... alors si tu as besoin de quoi que ce soit, demande-le-moi. Je t'aiderai. »

Fugitive? Ah oui… Ma mort, ma fausse mort, mon œuvre magistral qui me forçait à disparaître et m'enfoncer dans l'ombre de cette vie. Je quittais les projecteurs au prix de celle que j'étais devenue. Abandonnant Ange, pour devenir une autre. Quelqu'un de plus… Libre? Et prisonnière de cette ville. Un regard vers ma main mutiler suffit à me faire sourire en coin. Oui, j'avais franchi une limite et ne ferais jamais marche arrière. Retrouvant peu à peu une respiration normale, je secouais légèrement ma tête de droite à gauche. À l'image de la louve qui s'ébrouait furieusement en moi. « Je ne voudrais pas que tu sois mal prise avec … eux… Par ma faute. » Je me redressais lentement, mon regard toujours fixé sur la plaie que je m'étais infligé. « Je me le pardonnerais jamais. » Pas après tout ce qu'ils m'avaient fait. Pas après tous les secrets qui sommeillaient dans ma mémoire. L'idée que ma douce Ellie se retrouve entre leurs crocs me rendait malade et cela suffit pour qu'une bouffée de regret s'empare de moi. Je n'aurais jamais dû venir la trouver.

Mordillant ma lèvre inférieure, je l'observais en silence quelques instants, avant de lui rendre un sourire aussi tendre que je pouvais l'être. « Je ne devrais même pas me trouver ici. S'ils l'apprenaient, ce serait un sort plus terrible que la mort qui t'attendrait. » Libéré de leur influence, j'étais trop dangereuse. Si haut placé, pendant autant de temps… Ils devaient bouillir à l'idée de retrouver mon corps. Priant pour que je sois réellement décédé. Nikolaas ne me lâcherait pas de sitôt. Tant qu'il ne serait pas certains, que je ne pouvais révéler ce que je savais sur lui. Ce pauvre fou, corrompu jusqu'à la moelle et menteur plus douée que mon ancien époux. Les bruits de pas précipités accélérèrent mon cœur. Mon instinct me disait de courir, mais mon corps ne m'obéissait plus. Je l'avais poussé à bout, maintenant il me trahissait. Retenant ma respiration, je fixais la porte avec panique, jusqu'à ce que la personne courant derrière, continu sa route sans s'arrêter. « C'était vraiment une mauvaise idée… » Ces mots m'échappèrent et je voulu me relever sans grand succès. Je n'avais pas d'autre choix que de laisser Ellie s'occuper de moi.

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2334
↳ Points : 34
↳ Date d'inscription : 31/12/2014
↳ Age : 22
↳ Avatar : Crystal Reed
↳ Age du Personnage : Vingt-huit ans
↳ Métier : Journal de la mafia Nemesis
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : Take me to church (Hozier) ∆ Hurricane (Halsey) ∆ I'm a ruin (Marina and the diamonds) ∆ 1965 (Zella Day) ∆ I found (Amber Run) ∆ Here with me (Susie Suh) ∆ The One (Kodaline)
↳ Citation : In the same way some beginnings are endings and some endings are beginnings.
↳ Multicomptes : unique compte
↳ Couleur RP : #872929



Feuille de perso
↳ Copyright: milkovich / endless love / sense8
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Start of Something Good - Ft. Ellie   Dim 9 Aoû - 0:40


Start of Something Good
Qu'ils la bercent d'illusions, pourvu qu'elle trouve un peu de réconfort dans leur résonance.  


Elle peut presque l’effleurer du bout des doigts, la capturer d’un regard, l’entendre craqueler au creux de son tympan. Et ce, sans craindre d’en être victime un seul instant. Pour une fois, Ellie n’endosse pas les traits de la martyre, mais du témoin de ce fléau qui court dans les veines de l'humanité depuis la nuit des temps. Parce qu'elle perdure malgré les siècles, enchaînée au coeur de l'espèce. Tel un fardeau à porter, elle consume l'être entier. Jusqu'à réprimer sa propre liberté. De toutes les malédictions qui la concurrencent, aucune ne parvient à l'évincer. Il semble que la vulnérabilité soit un mal qu'on ne puisse éradiquer. A croire qu'elle s’incruste sous la peau pour mieux retentir à chaque battement. Comme une bombe à retardement qui manquerait d'exploser à tout moment. Qui refléterait la fragilité dans un soupir, la faiblesse dans un écho. Afin d'éradiquer la moindre parcelle de résistance.

C'est cette vulnérabilité qui émane du regard d'Ange. Cette plaie qui mutile réellement son corps inerte. Elle se balade sur son visage, désarmé, impuissant, ankylosé par le mal qui l'accable. « Je ne voudrais pas que tu sois mal prise avec … eux… Par ma faute. » Les premiers mots qui franchissent le silence interpellent le médecin au-delà du domaine professionnel. « Je me le pardonnerai jamais. » C'est une corde sensible qu'elle sent s'éveiller, remuant des sentiments enfouis, enterrés, refoulés. Profondément touchée, Ellie en oublie toutes les frontières qui la tiennent à l'écart du monde. A l'écart des autres. Et de ce qu'ils ont à lui offrir, au plus profond d'eux-mêmes. « Tu n'en auras pas besoin. » Peu importe la véracité de ses propos, tout ce qui importe, c'est qu'ils endorment l'inquiétude de sa patiente. Qu'ils la bercent d'illusions, pourvu qu'elle trouve un peu de réconfort dans leur résonance.

Hélas l'agitation persiste, accompagnant la complainte avec des notes d'un registre dramatique. De toute évidence, Ange n'a pas simulé sa mort pour échapper à la fureur d'un amant endeuillé. Les raisons de sa fuite se conjuguent au pluriel mais elle ne dévoile aucun nom, aucun indice permettant de les identifier. Seuls des grains de sable relâchés au milieu du désert, parmi les centaines de milliards qui parsèment déjà la terre. « Regarde-moi, tu es en sécurité ici. » Face à la panique qui surplombe le visage de son interlocutrice, Ellie adopte une attitude réconfortante. A l'instar d'une alliée que le danger ne peut déloger. « Je ne laisserai rien t'arriver. » Bien que teintée de sincérité, la promesse semble dérisoire. Comment protéger quelqu'un lorsqu'on est incapable de se protéger soi-même ? La question ne la percute pas, préférant l'ignorer pour mieux prétendre ne pas l'entendre.

« C'était nécessaire et tu le sais alors arrête de te faire du souci pour moi ... » Le ton autoritaire qu'elle emploie transgresse violemment l'air. Préoccupée par la santé de sa patiente, le médecin retourne sillonner les chemins qui tapissent sa raison. Bien que les faits lui soient connus, l'observation médicale ne lui suffit plus. C'est un besoin, irrévocable, d'entrer dans les détails qui s'immiscent au creux de son esprit. « Depuis combien de temps tu es restée dans cet état ? Je dois savoir. » D'ordinaire, Ellie dispose d'une multitude d'éléments pouvant lui donner la réponse. Mais ce n'est ni une situation, ni un cas, ni une personne, qu'on peut qualifier d'ordinaire. Et superposer des hypothèses pour n'en garder qu'une n'est pas envisageable. Il ne s'agit pas de soigner les entailles qu'on voit, mais de déceler celles qu'on est loin d'imaginer. Celles qui résident sous la chair, dissimulées pour mieux tuer.  


(c) AMIANTE

_________________
    damned
    I struggle with the feeling that my life isn’t mine. It's so cold it's so cold. Use your heart as a weapon hurts like heaven. It hurts like heaven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2045-ellie-wilson


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5901
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Start of Something Good - Ft. Ellie   Mer 19 Aoû - 22:06

I need somebody
Ellie & Ange. This could be the Start of Something Good.


« Tu n'en auras pas besoin. » Des mots si doux et si creux de sens. Mon esprit vacille dans ma peur et ma culpabilité. Je ne vois plus claire, même les traits du docteur me semble flou désormais. J'ai peur de ce qui va suivre et la perte de mes doigts ne me semble plus très importante. Ne devrais-je pas me contenter de ce qui m'arrive et quitter ce monde pour enfin avoir la paix? Oublier les complots, la politique et encore plus les hommes. M'effondrer loin de mon corps et renaître en esprit libre de toutes chaînes émotionnelles. Dire adieu aux limites de la vie terrestre. « Regarde-moi, tu es en sécurité ici. » Un sourire triste étire mes lèvres et je sais pourquoi je suis venue à elle, au-delà des apparences sanglantes et frappantes. « Je ne laisserai rien t'arriver. » Sa douceur me fait presque aussi mal que les mots acérés de mon aîné. Elle est tout ce qu'on me refuse et tout ce que j'offre sans compter. Laissant les gens prendre jusqu'à m'épuiser. Chercher un peu de cette tendresse n'était qu'une suite logique m'ayant mené à Ellie. Ça et ce sentiment qu'elle ne me trahirait jamais. Une intuition merdique, si je me fiais à mon passé.

« C'était nécessaire et tu le sais alors arrête de te faire du souci pour moi ... » Je sursaute, percuter par le changement de ton. Ce petit électrochoc me ravive les neurones et je m'efforce de continuer à l'écouter. « Depuis combien de temps tu es restée dans cet état ? Je dois savoir. » Je hausse un sourcil, cherchant à me souvenir et hésitant à parler. Je suis pathétique à cet instant, dans cette pièce. Loin de la femme impeccable que l'on annonce morte sur les écrans de télévision. Je n'ai plus un aussi beau plumage et même ma louve sombre à mes côtés, épuisé après une si longue chute libre vers les bas-fonds de la société. À peine plus acceptable qu'un zombie bien juteux. « Heum… Depuis l'émeute. » Je me tais, observant la jeune femme qui s'occupe de moi. J'ai toujours apprécié sa présence et rechercher sa compagnie. Pour peu, je me serais jetée dans ses bras pour pleurer. Seulement, je devais rester réaliste. Je n'étais pas en état. Je ne me rendrais probablement pas plus loin que mes propres genoux en tentant un tel rapprochement. Je n'avais plus la force de faire quoi que ce soit. « Ça c'est infecté? » La question m'échappe, un vague rappel de toutes ses fois où l'on me tapait sur les doigts pour avoir laissé une banale coupure s'infecter.  

Laissant le silence s'installer, je fixais ma main. Me demandant comment j'avais pu laisser la vie me conduire à une telle extrémité. S'automutiler n'avais jamais fait partie de ma nature, ni même la fuite. Au contraire, je m'acharnais sans cesse. D'autant plus depuis que mon charmant époux m'avait fait animal. Cet aspect de ma personne avait pris plus d'importance. Relevant légèrement les yeux pour croiser ceux de ma seule… Amie… Si l'on voulait, je souriais tristement. « Je ne peux pas rester très longtemps. » Prenant une courte respiration, je grimaçais. « Ce serait tenté le sort et il ne semble plus me porter dans son cœur désormais. »

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2334
↳ Points : 34
↳ Date d'inscription : 31/12/2014
↳ Age : 22
↳ Avatar : Crystal Reed
↳ Age du Personnage : Vingt-huit ans
↳ Métier : Journal de la mafia Nemesis
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : Take me to church (Hozier) ∆ Hurricane (Halsey) ∆ I'm a ruin (Marina and the diamonds) ∆ 1965 (Zella Day) ∆ I found (Amber Run) ∆ Here with me (Susie Suh) ∆ The One (Kodaline)
↳ Citation : In the same way some beginnings are endings and some endings are beginnings.
↳ Multicomptes : unique compte
↳ Couleur RP : #872929



Feuille de perso
↳ Copyright: milkovich / endless love / sense8
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Start of Something Good - Ft. Ellie   Sam 22 Aoû - 22:07


Start of Something Good
Elle espère, sincèrement, que c'est le cas.


Le désarroi la rattrape, brutalement. Il s’immisce dans son esprit, prenant position au cœur de ses réflexions. Jusqu’à s’imposer comme une évidence qui ne peut être réfutée. Il s’enfonce dans sa chair, déchiquetant tout sur son passage. Jusqu’à réduire en lambeaux la moindre parcelle de peau. Il fait voler en éclats l’ordre de ses pensées, d'un seul revers de main. Alors qu’elle tente en vain d’infléchir son emprise, de récupérer le contrôle, de le destituer de ses droits. Mais bientôt, l’impuissance la guette. Bientôt la raison surplombe la compassion pour ne laisser que la réalité, troublante, s'enfoncer dans son crâne. L’inexorable réalité à l’origine des pires cauchemars créés. Bientôt, elle finit par saisir l'urgence qui s'illustre devant ses prunelles. Par entendre le tic-tac qui rebondit sans cesse, sans relâche. Par voir le compte à rebours défiler à toute allure, prêt à déclencher le bombardement.

« Tu as de la chance, aucune infection à l'horizon. Mais il faudra surveiller cette blessure, voir son évolution » dit-elle en terminant de panser la plaie avec un bandage adapté aux dégâts causés. Ellie demeure profondément étonnée de l'absence d'altération plus défectueuse de son état. Avec une mutilation pareille, le patient est rarement capable de tenir le coup aussi longtemps sans bénéficier de soins médicaux. Comment a-t-elle fait pour défier cette logique ? Son insensibilité congénitale à la douleur représente certainement une partie de la réponse mais elle ne peut la combler entièrement. C'est une des innombrables questions qui ravivent la curiosité du médecin. « Ton corps est très faible Ange, il a besoin de récupérer de l'énergie ou il va sérieusement te lâcher. » La douceur d'Ellie ne résiste pas à l'inquiétude qui l'habite en cet instant. Elle s'effondre, littéralement, sous l'assaut de l'attaquant.

Ainsi, le ton de sa voix se fait plus grave, à l'image des craintes qui prennent vie en son esprit. Relatant des scénarios qu'elle connaît pour les avoir vécus, dans ce qui semble lui être, des existences antérieures, des souvenirs défectueux, des cicatrices indélébiles. « Est-ce que tu as un endroit pour te cacher ? Quelqu'un sur qui compter ? » Elle espère, sincèrement, que c'est le cas. Ayant connaissance des conséquences que la solitude peut provoquer. Surtout, lorsqu'on la pense à tort, alliée de notre cause. Elle n'est rien de tel, bien au contraire, son courroux est mortel. Mais ce n'est que lorsqu'elle frappe, que l'impact se répercute. Et l'addiction devient permanente, on la côtoie pour se rassurer sans avoir conscience, qu'elle est l'essence même de la peur qui vibre au fond de notre coeur. « Je peux t'amener n'importe tout ... dis-moi. »

Ellie tente de réfléchir aux solutions qui pourraient convenir à ce problème mais l'équation est bien plus délicate que son apparence ne le laisse soupçonner. « Je peux t'héberger même si tu en as besoin ... mais tu ne serais pas forcément en sécurité chez moi. » Prendre le risque de la mettre davantage en danger ne l'enchante guère mais l'abandonner n'est pas envisageable. Ce serait comme programmer sa mort, mettre une balle dans un flingue et espérer une défaillance lors du tir. Ce serait se reposer sur les faveurs du destin, prier pour qu'il épargne ce qui reste de cette âme, croire qu'il en est capable. Lorsque l'expérience lui a démontré que c'est une erreur impardonnable. « C'est compliqué ... » Et pour seule explication, ces mots qu'elle aligne comme s'ils valaient toutes les raisons du monde. Parce que c'est exactement de cette façon qu'elle les prononce, les décortique, les exprime. A leur état brut.


(c) AMIANTE

_________________
    damned
    I struggle with the feeling that my life isn’t mine. It's so cold it's so cold. Use your heart as a weapon hurts like heaven. It hurts like heaven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2045-ellie-wilson


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5901
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Start of Something Good - Ft. Ellie   Dim 23 Aoû - 21:22

I need somebody
Ellie & Ange. This could be the Start of Something Good.


« Tu as de la chance, aucune infection à l'horizon. Mais il faudra surveiller cette blessure, voir son évolution » Un soupir de soulagement m'échappa, tandis qu'un poids dont j'ignorais l'existence s'enleva de sur mes épaules. J'avais toujours peur de laisser passer trop de temps avant de me faire soigner. J'ignorais la douleur, mais j'en connaissais les conséquences. J'étais morte cette semaine, mais je ne voulais pas rompre définitivement avec la vie. Bien que celle-ci prenne un cruel plaisir à me torturer. Sans relâche. Ne me laissant que deux périodes de répits dans cette longue vie. Trois… Si je comptais celle qui n'avait à mes yeux, pas duré assez longtemps. Des visages me surprirent, tandis que je me sentais comme fondre intérieurement. Sans que je ne sache pourquoi, le fait qu'Ellie soit là… Si douce et prenant soin de moi, éveillait une blessure que j'ignorais involontairement depuis des années. « Ton corps est très faible Ange, il a besoin de récupérer de l'énergie ou il va sérieusement te lâcher. » Mes lèvres s'étirent en ce qui aurait été un sourire, si je ne sentais pas ma gorge trembler sans mon accord. J'étais à bout, la demoiselle avait plus que raison. « Est-ce que tu as un endroit pour te cacher ? Quelqu'un sur qui compter ? » Oui, oui j'avais quelqu'un. Une seule personne. Une fille, ma fille. Ma seule raison d'être. Mais, je ne pouvais pas l'impliquer. JAMAIS! Enfin, pas maintenant. Il y avait bien Ezra… Mais, j'ignorais s’il le ferait par devoir ou parce qu'il tenait… Un peu à moi. Mon cœur se serra et je ravalais un sanglot muet. Je me rendais compte que je n'avais personne. Puisque tous ceux que j'aimais, me repoussaient constamment. « Je peux t'amener n'importe tout ... dis-moi. »

Sa voix me fit l’effet d’une lueur dans le noir et je dû me mordre pour ne pas laisser couler des larmes sur mes joues. « Je peux t'héberger même si tu en as besoin ... mais tu ne serais pas forcément en sécurité chez moi. » Je croisais son regard, ignorant pourquoi j’avais le droit à autant de tendresse de sa part. Dans ma vie, c’était presque une anomalie. « C'est compliqué ... » Ce fut à cette fraction de seconde que je craquais. Je m’effondrais en larme dans les bras d’Ellie, incapable de retenir mon corps de trembler. Je pleurais pour cette attention si gentille qu’elle m’offrait et parce que j’avais atteint un point d’épuisement qui ne me permettait plus de me retenir. Je pleurais de longues minutes… Comme si, après autant de stress, je pouvais enfin me détendre. Mais, ce n’était qu’une illusion. Je savais que ce n’était que le commencement. Une fuite, reste une fuite… Jusqu’à ce qu’on me rattrape pour m’enchaîner comme une chienne.

Je finis par me calmer. Au bout… D'un laps de temps dont je restais ignorante. Toujours un peu tremblante, je relevais ma tête et m'éloignais de la chaleur de son corps. « Je suis désoler… » D'une grande respiration, je séchais distraitement les sillons mouillés sur mes joues. « Je n'ai pas l'habitude, récemment du moins, qu'on … Enfin. » Je ne savais même pas comment lui expliquer ce qui m'avait traversé l'esprit. Je lançais un coup d'œil à ma main mutilé, avant de fixer de nouveau mon regard au sien. « Je n'ai que ma fille, mais il est hors de question que je la rejoigne maintenant. Les autres... Disons que j'ignore si j'obtiendrais vraiment leur aide. » Je pris une pause, pour reprendre ma respiration. Je fatiguais, signe que mon état de choc s'atténuait. « J'aimerais accepter votre offre, si ça ne te dérange pas. » Relevant ma main devant mon visage, je souris tristement derrière ce massacre. « Il n'y a plus rien de sécuritaire pour moi désormais. Et rien, ne serait pire que d'être retrouvé. » Baissant la tête, mes cheveux cachèrent délicatement mes traits. « Juste le temps que mes doigts ne demandent plus aucun de soins. Après, je disparaîtrai pour de bon.  Avec un peu de chance, ce sera bien avant que tu ne sois réellement impliqué. » À mes yeux, qu'elle ne soit déjà pas dans une situation sécuritaire me rassurait. Je me sentais presque… moins seule.

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2334
↳ Points : 34
↳ Date d'inscription : 31/12/2014
↳ Age : 22
↳ Avatar : Crystal Reed
↳ Age du Personnage : Vingt-huit ans
↳ Métier : Journal de la mafia Nemesis
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : Take me to church (Hozier) ∆ Hurricane (Halsey) ∆ I'm a ruin (Marina and the diamonds) ∆ 1965 (Zella Day) ∆ I found (Amber Run) ∆ Here with me (Susie Suh) ∆ The One (Kodaline)
↳ Citation : In the same way some beginnings are endings and some endings are beginnings.
↳ Multicomptes : unique compte
↳ Couleur RP : #872929



Feuille de perso
↳ Copyright: milkovich / endless love / sense8
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Start of Something Good - Ft. Ellie   Lun 14 Sep - 16:29


Start of Something Good
Il est là, dans le reflet de son humanité. Au plus près de son coeur.


Le silence pour seule mélodie. Le silence de toute une vie. Il se ballade de le long de leur regard, qui se rencontre, un instant. Il s’immisce au creux de leur esprit, qui s’absente, une seconde. Il se perd dans chaque soupire qui leur échappe, alors que la réalité, les rattrape. Lentement, il se laisse mourir, consumé par l’acidité des larmes qui le dévorent. Sans aucun espoir de leur échapper. Sans aucune chance de les éviter. Elles se multiplient au milieu du chaos, invoquant le chagrin comme unique raison d’être.

Ellie est à la fois, témoin et complice de cette peine qu’elle aperçoit au bord de ses prunelles voisines. Il lui semble se reconnaître, un moment, parmi les sanglots qui s’enchaînent. A l’image d’un vieux souvenir qu’on aurait enfermé au fond de sa mémoire. Pour tenter de l’oublier. Pour tenter de le désamorcer. Hélas, il persiste. Quelque part il résonne, incapable de s’abandonner. Et le passé se noue au présent, comme un écho qui provient des profondeurs d’une vie antérieure. Il est là, dans le reflet de son humanité. Au plus près de son coeur. « Je n’ai que ma fille, mais il est hors de question que je la rejoigne maintenant. » Les mots la percutent violemment, l’empêchant de percevoir les sons qui se murmurent à la suite. Elle reste bloquée sur les cinq phonèmes qui ont interrompu le cours de ses pensées. Une fille … tu es maman. Quelque peu décontenancée par cette nouvelle, Ellie en oublie presque l’urgence de la situation.

« J’aimerais accepter votre offre … » Instantanément, la raison reprend le dessus, invitant la réflexion à l’équation. La conduire à l’hôtel ? Lui prendre une chambre ? Pour une nuit, peut-être deux, mais ce n’est pas suffisant pour passer une semaine à l’abri. Ange ne fuit pas le fantôme d’un amant en mal du passé. Il faut voir plus grand. Il faut voir plus loin. Bien qu’elle hésite à lui proposer cette alternative, Ellie finit par céder, consciente des risques qui pèsent sur son amie. « Je vais t’amener dans une planque. » Il n’est plus possible de revenir en arrière. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui lui manque. Seulement, elle ne peut se résoudre à laisser le destin décider de son sort. Elle sait, qu’il choisira probablement de l'exposer. Comme il a choisi, de la condamner. « C’est un ancien repère de junkies, alors l’ambiance est un peu hippie, » annonce-t-elle en l’aidant à se relever. Maintenir la conversation lui permet de retenir l’attention d’Ange. Et ce, dans l’unique but, de la garder éveillée le plus longtemps possible.

« Je te laisserai même refaire la décoration si tu veux. » Un pas après l’autre, elles atteignent le couloir. Faisant office de support, Ellie tient fermement le corps affaibli de son amie. Le temps ne leur permet pas de partir en quête d'une chaise roulante. Quitter l’hôpital devient vital. Tout le monde la considère morte, si quelqu’un venait à la voir … « C’est pas vraiment mon truc. » Pour chaque mètre qu’elles effectuent, c’est une victoire. Et bientôt, leur périple prend fin, laissant apparaître à l’horizon, les premières voitures stationnées sur le parking. Ellie est loin d’imaginer que sa vie est sur le point de changer. Aider une fugitive recherchée par le gouvernement n'est que le début d'une multitude d'actions aux lourdes conséquences. L'effet papillon, à son paroxysme.  

(c) AMIANTE

_________________
    damned
    I struggle with the feeling that my life isn’t mine. It's so cold it's so cold. Use your heart as a weapon hurts like heaven. It hurts like heaven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2045-ellie-wilson
 

Start of Something Good - Ft. Ellie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Start/Stop Roland vers d'autres arrangeurs
» [eden team] the good the bad and the ugly (flo55)
» Tobi The Good Boy !
» Start Menu Reviver : un menu démarrer pour Windows 8
» Bk7m et FCB1010 - assigner le Start/Stop sur le FCB1010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-