AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Get home [PV Seraphina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 2336
↳ Points : 34
↳ Date d'inscription : 31/12/2014
↳ Age : 22
↳ Avatar : Crystal Reed
↳ Age du Personnage : Vingt-huit ans
↳ Métier : Journal de la mafia Nemesis
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : Take me to church (Hozier) ∆ Hurricane (Halsey) ∆ I'm a ruin (Marina and the diamonds) ∆ 1965 (Zella Day) ∆ I found (Amber Run) ∆ Here with me (Susie Suh) ∆ The One (Kodaline)
↳ Citation : In the same way some beginnings are endings and some endings are beginnings.
↳ Multicomptes : unique compte
↳ Couleur RP : #872929



Feuille de perso
↳ Copyright: milkovich / endless love / sense8
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Get home [PV Seraphina]   Lun 25 Mai - 23:01


Get home
We are the last people standing at the end of the night
We are the greatest pretenders in the cold morning light


Que reste-t-il à la fin ? Des éclats de verre qui tapissent les recoins de l'âme, des fragments de cœur qui résistent en vain, des impasses qui obstruent le chemin vers la rédemption. Que reste-t-il du déclin de cette famille ? Des souvenirs qu’on s’évertue à maintenir en vie malgré l'usure du temps. Des cicatrices qu'on garde profondément. Et cette nostalgie, qui empoisonne l'esprit à chaque battement. Telle une malédiction qui circule sous la peau sans jamais donner l'assaut. Qui fane et renaît de ses cendres. Au moindre écho. Au moindre souffle. Au moindre espoir. Il s'accroche en dépit du danger, incapable d'abandonner la lutte, de poser les armes. Comme s'il ignorait tout simplement cette option. Comme s'il refusait de la considérer une seule seconde.

Elle revoit leur visage dès que ses paupières se ferment. Les années n'ont pas entaché leur aspect, il est intact, identique, indemne. Aucun élément ne lui échappe, tout lui revient brutalement. A l'instar de ce manque qui s'accumule dans les parois de sa poitrine. La nuit lui rappelle ce qu'elle a perdu, cédé, renié pour la folie d'une existence ravagée par les erreurs. Mais le cauchemar, le vrai, commence aux premières lueurs du soleil. Lorsque leur absence n'est pas une hallucination mais le fruit de la réalité. Lorsqu'elle peut sentir le goût amer de la distance, effleurer ses lèvres anéanties par le chagrin, la crainte, l'isolement. Des notes qui résonnent au creux de sa mémoire dans une cadence presque insensée. Des accords qui rythment ses pensées endommagées en leur sein. Des silences qui fusillent l'innocence d'autrefois pour mieux l'asphyxier, l'étouffer, la noyer.

« Perséphone ... » Elle est tout ce qui reste des Wilson. L’ultime descendante d’une lignée en péril. Disparue, Hope n'est plus qu'un prénom condamné à l'exil. Amnésique, Julian n'est plus que l'ombre de Lawrence. Décédée, Seraphina n'est plus qu'une dépouille décomposée dans une boîte hermétique. C'est la théorie des dominos qui s'effondrent, à un détail près. Parce qu'Ellie ignore l'immonde vérité qui repose dans le cercueil de la défunte, l’abject mensonge qui renferme le crime infâme de la rescapée. Elle ne perçoit pas la duperie lorsque ses yeux se perdent dans la contemplation de cette silhouette familière. Le bonheur l'empêche de déceler l'imposture, de distinguer la différence, d'appréhender le bourreau. Et cette main qu'elle saisit ne lui semble coupable d'aucun pêché. Si ce n'est, celui d'être victime de ceux des autres. « Je suis tellement ravie de te revoir. »

La sincérité accompagne chaque syllabe qu'elle prononce comme la dernière. Ses prunelles s’émerveillent de récupérer un morceau du passé, inaltéré, inchangé, immaculé. En apparence le doute ne peut s’installer, exterminé par la ressemblance frappante d’une apparence similaire. Pourtant, ce qu'elle voit n'est point angélique, pur et innocent mais enduit d'une souillure abominable. « Je suis désolée de t’avoir donné rendez-vous ici, ce n’est pas le lieu le plus approprié pour des retrouvailles ... je voulais être certaine de ne pas nous exposer. » Le cimetière n'est pas seulement un choix stratégique mais un acte symbolique. Une façon de lui présenter des excuses qui puissent parvenir jusqu'aux morts. « C'est tellement étrange ... je ne pensais pas avoir la chance de te retrouver » Ni même, la mériter.

L'ignorance comme punition. L'ignorance comme sanction. Vivre sans savoir ce qui reste, c'est le châtiment à endurer, la sentence à récolter, le supplice à supporter. Pour être partie, loin de cette vie, loin d'eux, loin d'elle. Pour avoir fui, sans se retourner. Ce qui reste de cette famille réside dans une tombe, gravée au nom d'une autre. Une réalité qui échappe au coeur submergé d'Ellie, ému de pouvoir retrouver l'ange d'antan. La belle et douce Perséphone, interprétée par la vengeance inassouvie de Seraphina. « Quand tu es apparue à l'hôpital, j'ai cru que ce n'était pas réel. Je n'en reviens toujours pas. » Peut-être qu'au fond elle perçoit la vérité. Peut-être que l'illusion va finir par s'estomper. Et qu'il ne restera à la fin, qu'un reflet de cette moitié assassinée.

(c) AMIANTE

_________________
    damned
    I struggle with the feeling that my life isn’t mine. It's so cold it's so cold. Use your heart as a weapon hurts like heaven. It hurts like heaven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2045-ellie-wilson

Féminin
↳ Nombre de messages : 498
↳ Points : 141
↳ Date d'inscription : 31/03/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Astrophysicienne récemment recrutée par le Gouvernement
↳ Opinion Politique : Elle en aurait rien à faire s'il ne la faisait pas chanter
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : It's like screaming no one can hear
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : Lightblue



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Get home [PV Seraphina]   Jeu 28 Mai - 10:41

Get Home

Ellie & Seraphina

Malgré la moiteur ambiante qui régnait sur la Nouvelle-Orléans, Seraphina aurait juré qu'à la minute même où elle avait pénétré dans le cimetière, une brise glaciale s'était levée. Un frisson lui courut le long de l'échine. Si ce n'était pas Hope qui lui avait donné rendez-vous ici, la jeune femme aurait crié au complot. Mais sa cousine ne lui ferait pas un coup pareil. Pas elle et encore moins à Persephone. Lorsque Seraphina avait dû accompagner une de ses connaissances à l'hôpital, elle n'en crut pas ses yeux en entendant la voix de Hope. Elle crut d'abord que son esprit lui jouait des tours. Que sa cousine n'était qu'un fantôme errant. Mais lorsqu'elle avait compris que Hope était bel et bien vivante, la jeune femme tomba des nues. Elle qui la croyait morte depuis des années déjà. Mais sa confusion grandit lorsque sa cousine l'appela par le nom de sa soeur défunte. Epuisée, Seraphina n'avait pas eu la force de lui révéler la vérité. Alors, une fois de plus, elle s'était faite passer pour son double. Elle ne fut alors nullement étonnée que Hope l'appelle par un nom qui n'était pas le sien.
Seraphina répondit d'abord avec un sourire. Un sourire d'une douceur qui ne lui était pas familière.

« Hope... Je n'en reviens toujours pas. » elle était sincère. Pourtant elle aussi était ravie de la retrouver. Seraphina n'avait jamais rien eu à reprocher à sa cousine. Sauf peut-être le fait qu'elle ait disparu sans ne rien dire à personne. Mais une personne aussi mauvaise que Seraphina ne pouvait se permettre des reproches envers qui que ce soit. De toute façon, à ce moment précis, elle n'était pas Seraphina mais Persephone. La jumelle angélique. La jumelle adorée. La jumelle morte et enterrée. La jeune femme hocha doucement la tête tandis que son vis-à-vis s'excusait. Elle embrassa les alentours du regard. « T'inquiètes pas, le plus important est qu'on puisse se voir pas vrai ? Je pense qu'on a beaucoup de choses à se dire. Énormément. » elle soupira faiblement. Le sourire sur son visage s'était quelque peu estompé. Encore une fois, elle bernait quelqu'un. Mais ce quelqu'un n'était pas n'importe qui. Le mot coupable semblait s'être écrit sur sa face. Et pourtant, Hope semblait ne pas le voir. Une aubaine pour Seraphina qui s’emmurait un peu plus dans son mensonge. « J'avoue que j'ai eu du mal à y croire. En fait j'ai même cru que je devenais folle. Je te croyais morte... Enfin tu vois, avec tout ce qui se passe on ne sait jamais. » et puis Hope avait disparu depuis tellement longtemps maintenant. Seraphina avait eu le temps de devenir le monstre qu'elle était aujourd'hui. L'agneau sous lequel se cachait un loup assoiffé de vengeance. « Est-ce que tu as revu Julian ? Tu sais que papa est mort ? » et c'était tant mieux pensa-t-elle. Il avait finalement eu ce qu'il méritait.

De fins rouleaux de brume serpentaient le cimetière. Comme si la respiration des morts s'était matérialisée à leurs pieds. Peut-être que Seraphina aurait du commencer par un autre sujet. Mais lorsqu'elle y réfléchissait, elle n'avait rien de glorieux à raconter. « Parle moi de toi Hope... Ou es-tu passée pendant toutes ces années ? Est-ce que tu vas bien ? » s'enquit-elle. La fuite de sa cousine restait un parfait mystère à ses yeux. Sa curiosité naturelle la poussait à savoir. Seraphina jetait quelques oeillades inquiètes autour d'elle. Comme si elle avait soudainement craint que Persephone surgisse de sous terre. La jeune femme ne préférait pas trop en dire. Elle ne savait plus exactement ou et quand Hope s'était arrêtée dans l'histoire rocambolesque qu'était celle des Wilson. Une famille différente des autres. Une famille meurtrie et totalement désunie. Comme si le sort s'acharnait sur ses membres. Le cimetière n'était pas si mal finalement, il était un peu à l'image de la vie de Seraphina. Vide froid et marqué par la mort.

_________________


« Double Je »
Throw on your break lights, we're in the city of wonder. Ain't gonna play nice, watch out, you might just go under. Better think twice,
your train of thought will be altered, so if you must faulter be wise. Your mind's in disturbia. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2336
↳ Points : 34
↳ Date d'inscription : 31/12/2014
↳ Age : 22
↳ Avatar : Crystal Reed
↳ Age du Personnage : Vingt-huit ans
↳ Métier : Journal de la mafia Nemesis
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : Take me to church (Hozier) ∆ Hurricane (Halsey) ∆ I'm a ruin (Marina and the diamonds) ∆ 1965 (Zella Day) ∆ I found (Amber Run) ∆ Here with me (Susie Suh) ∆ The One (Kodaline)
↳ Citation : In the same way some beginnings are endings and some endings are beginnings.
↳ Multicomptes : unique compte
↳ Couleur RP : #872929



Feuille de perso
↳ Copyright: milkovich / endless love / sense8
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Get home [PV Seraphina]   Mer 29 Juil - 12:51


Get home
We are the last people standing at the end of the night
We are the greatest pretenders in the cold morning light


Un morceau se dépose, au crépuscule de sa mémoire, initiant les segments à dévoiler l’histoire. Lentement, les images figées s’animent telle une fleur qui reprend vie. Les formes abstraites se transforment sous ses yeux ébahis en des centaines de couleurs qui frétillent. Le souvenir se ravive, jaillit, émerge d’un passé profondément enfoui au fond de son cœur.

Un instant piégé dans une époque séquestrée par une émotion. Elle la sent, s’infiltrer par tous les pores de son corps, inonder les recoins vides, saturer les régions bondées. Comme une empreinte qui enrobe son âme, l’imbibe de son parfum, l’imprègne de son essence. Elle se perd l’espace d’une seconde, dans cet autrefois étincelant, scintillant, flamboyant. Des rires qui lui parviennent, elle n’en perçoit qu’un. A l’image de la synergie parfaite qu’elles formaient. L’accord absolu. La combinaison spéciale. L’équilibre idéal. Dans son esprit, l’une ne pouvait exister sans l’autre, au risque de briser la symbiose de leurs identités. Et leur ressemblance en tout point commun, ne faisait qu’accentuer cette gravité. Perséphone et Seraphina n'étaient pas seulement des soeurs ordinaires, mais une unité extraordinaire, à la limite d'un individu constitué par deux pôles opposés.

« Hope... Je n'en reviens toujours pas. » La voix familière de sa cousine la ramène brutalement à la réalité violente de ce moment. L'intensité qui la torpille ne lui épargne aucune sensation, aucun sentiment, aucun scrupule. Le remord s’immisce lorsqu’elle entend ce prénom, condamné depuis de nombreuses années. L’écho qu’il opère à chaque battement l’achève littéralement. Son estomac se noue, sa peau se transperce, sa trachée se resserre. « Je te croyais morte ... » De tous les mots qui effleurent ses tympans, elle ne retient que ces derniers. Le sens qu’ils déploient lui écrase subitement la poitrine. Il lui semble perdre pied, s’égarer, s’éteindre. Inconsciemment, Ellie relâche cette main qu'elle tenait fermement, comme le dernier vestige d'une existence révolue. Elle encaisse difficilement la vérité venue s'emparer de tous ses rêves inavoués. L'espoir l'abandonne à l'évidence de ce réel qu'elle refusait d'entrevoir. Parce qu'il s'opposait à l'illusion qui endormait sa raison.

« Est-ce que tu as revu Julian ? Tu sais que papa est mort ? » De ces paroles qui la bousculent, aucune ne semble l'éventrer davantage que la mort qu'on a déposée sur son nom tel un hommage. « Non je n’ai pas revu Julian et toi ? » Sans prévenir, le mensonge s’empare de ses lèvres qui ne parviennent à se défaire de son emprise. D'une certaine façon, elle s'était convaincu de ne pas avoir vu son cousin dans les couloirs de l'hôpital, mais un inconnu, ni plus ni moins. Un fantôme de son enfance. « Je … je ne savais pas, je suis sincèrement désolée. J’ai l’impression d’avoir raté tellement de choses dans ta vie ... » La culpabilité la consume de l'intérieur, sournoise, elle se nourrit du moindre regret qui tombe entre ses filets. Armée de son expérience, elle accroît sa puissance au rythme du chagrin qui étreint sa victime. « Je m'en veux, si tu savais. J'aurais dû être là pour toi, quand tu as perdu ... Seraphina » Invoquer les morts pour soulager les vivants, n’est-ce pas proprement humain ?

« Parle moi de toi Hope ... » Bien qu'il soit sien, elle ne s'habitue pas à l'entendre. Ayant choisi de l'abandonner au même titre que le reste de sa vie, il lui est difficile de le retrouver. Elle est incapable de le porter à nouveau, considérant qu'il ne lui appartient plus. « C'est compliqué ... mais pour commencer, tu peux m'appeler Ellie. » Bien que la tentation soit insupportable, elle ne peut décemment lui révéler toute l'histoire au risque de la mettre en danger. « J'ai eu des problèmes avec la justice. » Elle modifie l’importance d’un détail pour lui donner un rôle capital. Et ce, dans l’unique but de camoufler les réelles raisons de sa fuite.  « Ecoute je sais que je n'ai pas le droit de te demander ça après ce que je t'ai fait mais ... est-ce ... est-ce que mes parents sont toujours en vie ? » La question fatidique qui lui dévore les entrailles finit par s’évaporer dans les airs, rendant l'atmosphère presque irrespirable.




(c) AMIANTE


Spoiler:
 

_________________
    damned
    I struggle with the feeling that my life isn’t mine. It's so cold it's so cold. Use your heart as a weapon hurts like heaven. It hurts like heaven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2045-ellie-wilson
 

Get home [PV Seraphina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» AcronisTrue Image Home 2010 Netbook Edition : est-ce que ça vaut le coup ?
» Partenariat: "GFX Home"
» Système de refroidissement home made
» [COURT] Despicable Me - Mini-Movies “Banana,” “Home Makeover” et “Orientation Day”
» calagan57: sketchup pour projet de réalisation d'une salle home cinema

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-