AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'll shoot you down, don't mess with me [Shandro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Re: I'll shoot you down, don't mess with me [Shandro]   Mar 30 Juin - 18:24



« Not only ghosts are to be feared »

Shandro & Aimée
featuring

    C'est vrai que t'avais pas été particulièrement tendre avec elle ce soir. On a déjà vu beaucoup mieux comme accueil, on a vu plus agréable comme escorte, et plus désintéressé comme chevalier servant. Seulement ça aurait été bien pire si t'avais pas été là, c'est la seule chose qu'il faudrait qu'elle réalise. Les emmerdes que tu lui as reconstitué, c'est rien comparé à ce que la réalité aurait eu à lui offrir sans toi pour la tempérer. Fallait pas qu'elle s'habitue à traîner par ici le soir. Fallait qu'elle associe un souvenir désagréable à cet endroit le soir, et quitte à ce que ce soit toi le mauvais souvenir, au moins elle éviterait de se balader dans des rues où elle est à risque de se faire agresser par des gens mal-intentionnés, des fantôme, et l'occasionnelle horde de zombie qui rôde.
Ç'aurait été dommage de livrer une aussi jolie fille aux zombies, pour le coup, elle serait beaucoup moins charmante avec les lèvres pendantes et la chair à moitié en décomposition. Reste tout de même à se demander si elle n'était pas plus dangereuse en tant qu'humaine qu'en tant que zombie. Au moins en tant que zombie elle serait lente et prévisible. En tant qu'humaine, tout ce qu'elle avait de prévisible, c'était cette envie permanente de frapper quelque chose. Le problème, c'est qu'on ne pouvait jamais deviner quoi avant que le coup ne soit déjà parti. Tu pouvais te targuer d'être assez impressionnant pour qu'elle évite de te frapper, et assez convaincant pour qu'elle accepte de te prêter, parce qu'elle ne te l'offrirait pas, sa confiance.
C'est bien dommage. Mine de rien, en dehors des 5 ou 10 premières minutes que vous avez passé ensembles, t'aurais pu être bien plus détestable que ça. Le gros problème en réalité, plus que le fait qu'elle n'ait pas apprécié la rencontre musclée, c'est qu'elle n'avait pas particulièrement l'air d'aimer que l'on s'occupe d'elle. Elle préférait se la jouer femme forte et indépendante. Tout à son honneur, même si pour le coup, elle avait plutôt besoin de toi.

« If it wasn't fo'me, the cemetery would've taken care of you in a matter of seconds. Most o'these spirits are quite disturbed. The only reason why they stood quiet is I spent the whole night soothin'em. »

Tradoc:
 

Qu'elle te traite de vantard fini autant qu'elle voulait, mais il n'y avait rien de plus vrai. La raison pour laquelle ce cimetière accueillait aussi souvent de nouvelles tombes, et bien c'était le cimetière lui-même. Mais les autorités trouvent ça bien plus judicieux de blâmer une quelconque maladie ou une overdose, que d'avouer que tous ces gens mystérieusement morts dans le cimetière ont été tués par des poltergheist que la répression a rendu complètement fou à la fois de leur vivant et dans la mort. Et si elle ne te croyais pas, alors tu n'allais pas tenter de lui expliquer tout ça ce soir. Il fallait qu'elle se réadapte à quelques années de crise évolutive du monde. Autant lui laisser le temps et encaisser la prochaine remarque cinglante qu'elle ne manquerait pas de t'envoyer... et qui n'arriverait pas. Qu'est-ce que. Elle venait vraiment de te poser une question en toute innocence là ? Et bien... c'est que le jeu en valait vraiment la chandelle.

« It's pretty simple. I saw a pretty girl in the middle of the night, waltzing her way through that shitty neighbourhood like it was safe, so I wondered if I'd be able to scare enough shiet out of her to make her realise how dangerous this place can be, and have a little fun on the side. Looks to me like I failed on the scare part. But I got to spend some time with yo, fair enough. »

Tradoc:
 
 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: I'll shoot you down, don't mess with me [Shandro]   Mar 30 Juin - 19:54



« I am raw, a dinosaur, but I will never be extinct »

Shandro & Aimée
featuring

Ça va, j’avais l’habitude de me trainer des crétins et des connards, juste qu’il n’était jamais aussi collant. Pour une raison inconnue, ma personnalité éblouissante et parfois… hm, percutante, les dissuadaient de continuer, mais lui… LUI! Il continuait. Genre, il était maso, c’était la seule explication valable. Il essayait de me faire croire qu’il était quelque chose de bon pour moi et moi, je lui expliquais que non. Ce n’était pas bien compliquée la vie. Il avait fait le con, il pouvait une croix sur ma bonne foi, voilà. Il rajoutait que si le cimetière ne m’avait rien fait, c’est parce qu’il était là.

-J’y passe souvent et je suis toujours là, ça ne doit pas être si pire. Tu devrais mieux les dresser.

Comme si c’était lui qui faisait mal son job. Le but était de le provoquer, d’être désagréable quand même un minimum tout le temps pour qu’il parte, j’allais bien finir par y arriver. En prime, je passais relativement souvent dans ce cimetière et rien ne m’avait tué ou vraiment blessé depuis. Bon d’accord, je ne m’y éternisais pas, mais bon. Donc ouais, au lieu de le traiter de vantard, je lui balançais qu’il faisait mal son job, il n’allait peut-être pas aimer et c’était le but de la chose. Ensuite, au lieu de le relancer sur mille insultes et autres, je lui avais posé une question, parce que j’avais envie d’avoir la réponse. D’accord, ma formulation n’était pas terrible, mais ça avait le bon côté d’être clair. Le pire, c’est que sa réponse m’allait presque. Presque, parce que j’aurais pu me passer du fait qu’il me trouvait jolie, pour le quartier de merde, ça c’était une évidence. Il aurait voulu me faire plus peur pour que je craigne l’endroit. C’est vrai que niveau frayeur, il avait raté son coup. En même temps, je n’étais pas du genre peureuse. J’avais des peurs, mais je les affrontais et si je devais « devenir » ma peur, j’allais le faire.

-Donc, on a tous les deux échoués. Parce que tu m’énerves, mais ne me fait pas peur et mon but était d’être assez désagréable pour que tu me fiches la paix… et t’es encore là. Je vais devoir me reprendre sur ce coup-là.

Vraiment, je devais trouver une façon d’être pire, d’être chiante. Je voulais juste être seule, j’étais parfaitement bien quand j’étais seule. Bon en même temps, les rues de mon quartier n’était pas sécuritaire, d’accord, je comprenais le principe, mais j’avais le choix entre ça ou rien. Le rien faisait plus peur quand même. Donc ouais, aussi bien accepter ce qu’on a dans la vie.

-Donc, en fait, t’es chiant, mais pas vraiment méchant. C’est ce que je dois comprendre?

Parce qu’il cherchait à me donner une leçon, donc c’était presque « louable » comme désir. Il était nul comme chevalier servant, mais il avait cherché à se la jouer un peu comme ça non? En prime, avec l’esprit, monsieur qui me défend au final, l’escorte jusqu’à la maison… il n’était pas bien menaçant le crétin. Il était maladroit, il avait un caractère de merde, mais il n’était pas du genre méchant. Je ne savais même pas si c’était un bon point pour lui ou pas. Peut-être qu’il était mauvais et qu’il le cachait bien, c’était surement une possibilité. Parce qu’au fond, on était tous mauvais, on avait tous nos parcelles d’ombres et vu comment il s’y prenait, il était loin d’être doué avec les gens. Un peu comme moi, on avait surement des points communs. Donc, si c’était le cas, mieux valait le tenir encore plus loin.

-Ça va, le calvaire est bientôt terminé, je vois mon immeuble d’ici.

Pas plus crade qu’un autre, mais c’était le miens. C’était le premier appartement que j’avais à moi toute seule, je n’allais pas m’en plaindre. Pour une fois, je devais me prouver à moi-même que j’étais apte à m’occuper de moi. Même si j’étais loin de me douter que Loon finirait par le faire à ma place dans un avenir proche.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: I'll shoot you down, don't mess with me [Shandro]   Jeu 2 Juil - 1:51



« Not only ghosts are to be feared »

Shandro & Aimée
featuring

     
« Then how I brought'em up is probably the sole reason you're still alive lil'dragon. But watcha wanna do ? There'll always be a bunch o'troubled ones. I can't just tame every spirit in existence. »

Trad:
 

T'aimais parler des fantômes comme ça, parce qu'au final, mine de rien, les fantômes c'étaient presque comme tes enfants. Après leur mort physique, leur renaissance spirituelle en faisait des entités nouvelles, maintenant perdues dans un monde qu'ils avaient pourtant côtoyé de nombreuses années. Comme un parent avec de jeunes enfants, tu les guidais jusqu'à ce qu'ils finissent par trouver leur propre voie, qu'elle les mène à rester parmi vous, où à vous quitter pour d'autres contrées. Sauf que contrairement à des enfants, ils avaient des années, parfois même des dizaines ou des centaines d'années d'expérience derrière eux, des histoires à raconter, de la sagesse à partager et des malheurs à expier. Pour peu qu'on sache leur parler, les fantômes étaient d'ailleurs bien plus sociable que la plupart des humains.
Elle et toi étiez de bons exemples de ce qui rendaient les fantômes d'un possiblement bien plus agréable compagnie. Entre toi qui t'es amusé à tenter de lui fiche la peur de sa vie, et elle qui, énervée, se forçait la main pour être le plus agréable possible. Et le pire dans tout ça, c'est que vous étiez assez bornés et teigneux l'un comme l'autre, pour refuser de donner l'ascendant à l'autre, et continuer à jouer à qui aura le dernier mot. D'autres se seraient quittés depuis bien longtemps déjà, mais toi t'étais resté accroché à elle jusqu'au bout, et elle avait fini par ne plus tenter qu'à moitié de te chasser. C'est qu'elle finissait presque par s'attacher à toi. Syndrome de Stockholm dira-t-on.

« If you say so. »

Trad:
 

Chiant. C'était assez réducteur comme mot, chiant. Ce qui étais sûr, c'est qu'effectivement t'étais loin d'être méchant. Faire du mal aux gens sans raison apparente, c'était pas le genre de la maison. Faire du mal aux gens tout court c'était pas ton truc, bien que tu avoueras avoir plusieurs fois souhaité avoir quelques mèches de cheveux entre les mains... mais disons que certaines personnes le méritaient. Mais chiant... En fait, ouais. Tu cumulais plusieurs traits de caractères qui contribuaient à te rendre chiant. Déjà t'es fier. La fierté, ça c'est une valeur qui a tendance à se perdre. Les gens de nos jours préfèrent se dévaluer histoire de grapiller quelques compliments échappés des lèvres d'un autre. Toi tu sais ce que tu vaux, alors pas besoin d'entendre un autre le dire. Et puis t'es têtu. Te faire changer d'avis sans avoir la preuve par A+B² que t'avais tord c'était peine perdue. Et puis t'étais indélicat, et au vu de tous les susceptibles que cette Terre portait ça n'aidait pas à te faire des amis. On pourrait continuer longtemps à énumérer tes défauts sans même aller chercher loin, en commençant par pointer du doigt à quel point tu es violent, tes tendances légèrements paranoïaques, tes manies de coureur de jupons... et il vaut mieux s'arrêter là si on a pas comme plans d'en faire un livre. Après tout, malgré tes défauts, t'avais tout de même aussi des qualités. Plus discrètes, certes, mais belle et bin présentes. Des qualités qu'elle aura peut-être su apercevoir derrière ta façade. Peut-être même que c'étaient ces bribes de qualités qui l'avaient poussé à s'ouvrir un peu à toi. Pauvre de toi Shan, si seulement t'avais pas aussi mauvais caractère et que tu savais jouer d'autres points forts que tes biceps, alors peut-être que tout se passerait bien mieux pour toi.
Le bon côté des choses, du moins si c'en était un, c'est qu'au final, elle t'avait l'air d'être exactement comme toi. Une perle sous une lourde carapace recouverte d'algues nauséabondes. Comme on dit, c'est l'huître la plus solide qui fait la plus belle perle, et puis c'est toujours plus amusant de pouvoir taper sur la coquille quand l'envie vous en prend, que de se retrouver face à une bête fragile qu'il faut prendre avec des pincettes, non ? C'est tellement plus simple de frapper à grands coups de marteau que de devoir y aller à la brosse...
Bizarrement, le reste du chemin s'est fait dans le silence et le calme, et c'est limite si ce n'étaient pas de légers sourires qui s'affichaient sur vos visages. Ça t'a un peu pincé lorsqu'elle t'a finalement indiqué l'immeuble dans lequel elle habitait. Mais t'avais promis, tu ne dépasserais pas la cour, alors ce n'est que jusque là que tu l'as raccompagnée et que tu lui as adressé un au-revoir au goût d'adieux.

« Lil'dragon's right front of her cave. May she sleep safe and sound. »

Trad:
 

La partie avait été bien trop courte, t'aurais voulu aller tellement plus loin, mettre juste quelques coups de plus, avoir l'occasion de voir de nouvelles fêlures sur sa carapace. Fallait que tu finisses en beauté, alors tant qu'à faire, t'as tenté le tout pour le tout. Un franc sourire au lèvres, t'as posé ta main sur son épaule alors qu'elle s'en allait déjà, et dans sa surprise, tu as poser un furtif baiser sur sa joue.

« 'Night. »

Trad:
 

Elle allait te frapper. Tu l'as senti dans tes tripes qu'elle allait te frapper. T'étais prêt à encaisser le coup à venir, et finalement il n'est pas venu. La dragonne n'a pas craché ses flammes, et de grâce, a accepté le baiser d'adieux de la mule. C'était un baiser et un seul, avant de disparaître à tout jamais... du moins c'est ce qu'elle essayait de te faire croire, et de se faire croire.

La première bataille est une victoire.

Maintenant plus pour rester proche d'elle que par peur qu'elle t'ait menti, tu es quand même resté à veiller l'entrée de son immeuble, caché dans un recoin de la cour. T'es resté là des heures durant, d'abord debout, à guetter les lumières vacillantes de son appartement et les jeux d'ombres à travers la fenêtre, puis assis lorsque l'ombre avait envahi le foyer de la jeune fille, et puis le sommeil avait fini par te cueillir. Elle ne te retrouverait de toute façon pas là le lendemain si elle sortait de chez elle. Tu lui as promis de disparaître pour cette fois, alors tu disparaîtrais. Tu t'étais promis à toi-même par contre, que cette fille, tu la reverrais, et qu'un jour, tu l'aurais.
 

 


Dernière édition par Shandro E. Leblanc le Jeu 2 Juil - 4:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: I'll shoot you down, don't mess with me [Shandro]   Jeu 2 Juil - 4:19



« I am raw, a dinosaur, but I will never be extinct »

Shandro & Aimée
featuring

Monsieur disait qu’il ne pouvait pas dresser tous les esprits de la terre. Bon d’accord, c’était vrai, mais quand même. La Nouvelle-Orléans, ce n’était pas si grand, il pourrait se forcer. Ouais, je puais la mauvaise foi en ce moment, je l’avoue. Le problème, c’est que je devais m’empêcher de sourire à chaque fois qu’il m’appelait petit dragon en fait. Parce qu’au final, j’aimais bien ça, c’était assez bien imagé, mais bref! J’arrivais à garder le cap, à être froide, chiante, c’était le but du jeu. J’avais assez de gens dans ma vie sans rajouter un mec chiant, brutal, impoli, vulgaire et chevalier servant. Donc ouais, non. J’avais Loon dans ma vie, c’était bien. J’avais des amis, j’avais de tout, pas besoin de ça. Donc ouais, j’avais quand même mentionné qu’il n’était pas méchant. J’avais envie de savoir. J’avais envie de voir s’il allait éluder, me répondre franchement ou me mentir. Je voulais savoir et je saurais. Sa réponse fit naitre un léger sourire sur mes lèvres. Il éludait, mais j’avais surement raison. Il était con, chiant et brutal, mais il n’était pas du genre à blesser volontairement. Il était surement une meilleure personne que moi finalement. Je lui avais quand même balancé une insulte, disant qu’il était chiant et j’avais continué de marcher, mais avec lui. Je ne cherchais même plus à le semer, ça ne servait à rien, il n’allait pas se laisser distancer de toute façon et j’avais fait une promesse. Le reste du court trajet se fit dans le silence, parce que je n’avais rien à dire. Je n’avais pas envie de l’insulter pour la forme, alors le silence, c’était gagnant. Pourtant… ce n’était plus se silence lourd, je m’en rendais bien compte. Au moins, c’était la première fois et la dernière, ça irait comme ça. Une fois devant mon immeuble, il me parla, m’appelant encore par ce surnom, alors je m’étais arrêtée, je l’avais regardé. Oui, j’avais trouvé ma grotte, j’espérais bien dormir paisiblement en prime. Sans un mot de plus qu’un peut-être léger sourire, j’avais tourné les talons pour le quitter. Je n’avais rien de plus à dire, pas envie d’être acerbe, juste envie d’aller dormir. Pourtant, il me fit pivoter, je le revoyais à nouveau, je l’avais vu se rapprocher et mon poing se serra quand je senti ses lèvres chaudes… sur ma joue. J’allais le frapper, vraiment, mais j’avais arrêté mon geste en plein vol. J’avais ouvert ma main avant de la redescendre, mais mon regard était glacial quand je lui balançais tout simplement :

-Je vais être gentille, parce que tu m’as aidé, mais compte toi chanceux, parce que c’est la dernière fois.

Vrai, je n’allais pas laisser passer cela, jamais. Pourtant, je ne l’avais pas frappé. Il m’avait évité des problèmes avec le fantôme, je le savais bien et je n’allais quand même pas le remercier! Du coup… c’était une façon comme une autre. Je préférais aussi mentionner que c’était la première et dernière fois, juste au cas. Parce qu’il avait l’air têtu ce mec, donc valait mieux ne pas prendre de risque.

-Bonne nuit petit dresseur de fantôme.

Ouais, comme les pokemon, mais version fantôme, pourquoi pas. J’avais tourné les talons, j’étais rentrée sans me retourner et j’étais monté chez moi. J’habitais haut, mais j’aimais les hauteurs. Une fois rentrée, j’avais allumé les lumières, j’avais tenté de voir à quoi ressemblait ma blessure et après l’avoir nettoyée, j’avais pris une douche pour chasser tout le crade du quartier. J’avais ensuite enfilé un chandail trop grand, mais trop court pour me faire une robe et j’avais pris quelques secondes pour me sécher les cheveux tout en regardant ce quartier de merde qu’était le mien. J’allais peut-être devoir en changer, mais comment… aucune idée. Faudrait que je revois Bastien, ça faisait longtemps. La nuit avait été étrange, mais pas totalement merdique au final. J’avais finalement éteint les lumières, je m’étais laisser tomber dans mon lit pour une nuit de sommeil bien mérité. Rien de mieux pour clore cette soirée.
Revenir en haut Aller en bas
 

I'll shoot you down, don't mess with me [Shandro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» I'll shoot you down, don't mess with me [Shandro]
» [Shoot'em up] Aide utile pour creation d'un shmup!!
» Shoot 'n roll [MAJ]
» Vos shoot them up préférés
» jai recue se mess dans mon panneau d'administration ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-