AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  A Swampy meeting [+18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: A Swampy meeting [+18]   Mar 23 Juin - 22:53


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

 Le Bayou, le sinistre Bayou. Que d'autres appellent cet endroit inquiétant était une chose, mais que tu viennes à ne pas te sentir en sécurité dans le marais que tu as parcouru en long et en large pendant toute ton enfance en était une autre. La rumeur a toujours raconté que d'étranges créatures parcouraient les lieux. Encore petit tu t'amusais de ceux qui te hurlaient de faire demi-tour lorsque tu allais te perdre dans ses profondeurs à la recherche d'ingrédients dont tu peines encore à prononcer le nom. Tu te rappelle étant petit avoir y avoir vu des choses étranges, des ombres qui bougeaient entre les branchages, des yeux brillant dans l'obscurité, des formes presques menaçantes, mais ce n'étaient jamais à tes yeux que les habitants du marais. Des esprits et des créatures qui si tu ne les provoquaient pas, ne se montreraient pas belliqueux, et en des années de vadrouilles, ils ne t'avaient jamais prouvé menteur.
Aujourd'hui, c'était tout autre chose. Depuis la grande libération, quelque chose de plus sombre a pris possession du marais, et la seconde réouverture a scellé ces lieux dans une atmosphère malsaine. Les hommes fuient le Bayou, et le Bayou tente de donner la mort aux aventureux qui continuent de s'y promener. Les rumeurs sont encore et toujours bien loin de la réalité, mais leur écart ne se fait plus dans le sens dans lequel on le voudrait. Les gens croient le marécage dangereux, mais ils sont pour beaucoup loin de savoir à quel point. Toi que les esprits, même les plus vils sont loin d'effrayer, tu ne t'y sens plus en sécurité. L'endroit qui était autrefois ton terrain de jeu t'es devenu étranger, et si par vanité tu refuseras de l'avouer, depuis la seconde réouverture, et l'apparition des horreurs, tu n'as plus osé t'enfoncer aussi loin qu'avant.
Tu serais bien obligé un jour, de franchir la limite que tu t'es imposé. C'est dans les profondeurs du Bayou que sont cachées les plantes aux plus grandes vertus, ainsi que les plus mortelles. C'est l'écorce des vieux arbres des profondeurs qui est la plus propice à la création d'artefacts, et surtout, maintenant que seuls étaient exploités les abords, les animaux fuyaient, et allaient se perdre là où personne ne pourrait les déranger et ta pratique ne s'en voyait pas simplifiée. Triste à dire, révoltant aux yeux de certains mais parfois... dans la création de breuvages et d'artefacts, de pauvre bêtes devaient trinquer. De la récolte de quelques gouttes de venin pour les plus chanceux d'entre eux, à celle de leur chair et de leurs os pour les moins fortunés. Le cœur de crocodile encore battant, élément central du gri-gri accroché à ta ceinture vient faire écho à cette pensée.
Un gri-gri, plusieurs dagues, et tes fétiches. Tu étais parti armé, paré à affronter toutes les créatures qui se mettraient en travers de ta route. Finalement ce jour venait, et il allait gâcher ton grand moment. Ton apprentissage est complètement terminé, et c'était l'heure de tailler ton masque, mais pour ça, il te fallait du bois d'un des arbres les plus vieux du Bayou... et ils étaient en dehors de ta limite. Tu étais censé être heureux, et oui tu étais heureux, mais tu n'étais pas tranquille. Tu avances à l'affut du moindre mouvement, du moindre indice d'une présence étrangère. Tu questionnes les âmes connues, et interroges les inconnues, tu avances pas à pas, allant jusqu'à surveiller tes pieds lorsqu'ils s'enfonçaient dans la vase. Tu étais à l'affut de marques immondes, mais ton attention ne t'a permis de trouver que des traces semblables aux tiennes. Des marques de pas. Intrigué, tu les a suivi, vers le fin-fond des lieux. Et soudainement elles s'arrêtaient, et faisaient demi-tour, devant un arbre... Qui d'autre que toi pouvait bien s'aventurer aussi profond dans le marais ? Un clin d'oeil vers la cime de l'arbre, et tu comprenais vite que l'intéressé était pour le moins bien installé...  et aux légers bruits que tu percevait, présent dans sa demeure.
La curiosité t'a emporté, et à défaut d'un moyen direct de t'introduire dans la demeure, tu t'es décidé à grimper. Entrer par effraction par une fenêtre couverte qui plus est, n'est jamais la meilleure solution pour en apprendre plus sur quelqu'un, et avoir cinq fétiches hargneux brandissant des lames vers lui n'est pas non plus le meilleur moyen de se présenter, mais toute personne aussi profond dans le Bayou était hypothétiquement dangereuse, et quitte à te lancer dans un affrontement, autant le commencer avec une longueur d'avance. Maintenant seulement tu pouvais te permettre d'observer autour de vous, d'aviser les cables, et la radio qu'il tenait près de lui.

« Cuddya please explain, what's all this about ? Because as far as I know, the Bayou's never been a damn radio station. »

Tradoc:
 




Dernière édition par Shandro E. Leblanc le Lun 6 Juil - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Mer 24 Juin - 13:32

La journée débute tranquillement par le simple fait que tu ne travailles pas. Pas à la pharmacie, en tout cas. Aujourd'hui, c'est radio time. C'est donc des étoiles dans les yeux que tu te lèves pour saluer le soleil qui se dresse haut dans le ciel en ce milieu de matinée. Rapidement préparé, la ceinture-holster autour des hanches, tu rentres rapidement dans ta voiture avant de foncer jusqu'au bayou – foncer, oui, puisqu'un dimanche, très peu de gens s'aventurent dans les rues de la capitale. Bientôt, la civilisation s'éloigne derrière toi et tu files comme une flèche sur la route qui mène à la forêt. Puis ce sont les arbres qui t'enveloppent à défaut des champs et des collines, et qui se referment peu à peu sur toi, telles les griffes d'un monstre. La luminosité baisse et les pneus crachotent ; le chemin vient de se transformer en terre.
Tu finis par t'arrêter sur le côté, enfonçant ta voiture dans les buissons et les ronces. L'ayant verrouillée, tu t'enfonces dans le bayou.

Quelques minutes plus tard, après une marche boueuse dans l'ombre tropicale, tu gagnes la clairière dans laquelle est montée ta petite cachette. Tu fais tournoyer l'échelle de cordes autour du tronc d'un geste vif avant de la rattraper lorsqu'elle a atteint son point de départ. Tu la gravis avec la nonchalance de l'habitude avant de la remonter vers toi et de la rouler dans un coin quand tu montes enfin sur le petit balcon de bois. Tu déverrouilles ensuite la porte avant de t'enfermer dans ton cocon, ton second refuge.
Les ondes grésillent rapidement et tu viens juste de lancer une musique rock d'un groupe réfractaire lorsqu'une énorme silhouette franchit la vitre bâchée et s'écrase sur le sol. Un juron allemand bien gratiné s'échappe de tes lèvres.

« Bon sang mais c'est pas un moulin ici ! » t'excites-tu.

Tu fais ici allusion à l'entrée fracassante qu'un agent du gouvernement a fait, deux mois auparavant, au creux de ton habitation. L'échelle est montée ? C'est démodé mon gars, maintenant on sait tous grimper aux arbres et c'est pas la hauteur qui va nous arrêter pour t'en mettre une. La porte est fermée ? Tant pis, on passe par la fenêtre. Mais qu'est-ce qu'il te veut celui-ci ! C'est un agent du gouvernement lui aussi ?
Euh, non. Vu ça tête, on dirait pas. Et vu son accent typiquement louisiannais et son vocabulaire, non plus.

« Le bayou, non, mais ici, c'en est une. Bonjour à vous aussi. C'était pas plus simple de passer par la porte ? »

Tu hausses un sourcil et le lorgne de haut en bas. Il a vraiment une tête bizarre ce bonhomme. Est-ce que c'est un de ces étranges habitants du bayou dont on dit des choses pas très sympathiques ? Ton cœur se calme et ton alarme interne s'éteint ; visiblement, cet homme n'a pas l'air bien méchant, malgré son apparence atypique.

« Qui êtes-vous ? »

La base pour se présenter, quand même. La politesse, tout ça. Peut-être qu'ils ne l'apprennent plus, dans le bayou. Peut-être qu'ils rentrent par les fenêtres sans vitres et qu'ils se tapent sur la gueule pour se dire bonjour ?
Tes yeux glissent sur son attirail.

« Oh, vous êtes un genre de sorcier ? Coool. J'en suis un moi aussi. Enfin, on dirait pas. Mais si en fait. Vous êtes quoi exactement, un genre de vaudou ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Mer 24 Juin - 17:10


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

  L'effraction, l'entrée en catastrophe, ça l'avait surpris, ça l'avait mis sur ses gardes, mais malgré tout, il gardait ses positions, ne choisissant ni d'avancer ni de reculer. Réaction primaire dira-t-on, tu joues les miroirs. Autant éviter la bagarre tant qu'on le pouvait, et si c'est toi qui dis ça... Là n'est pas le sujet. Qu'est-ce qu'il foutait là l'autre avec tout son attirail ? C'est qu'il semble que tu n'aies pas été le seul à l'interrompre dans ses diffusions en plus. Comme quoi il y a plus de gens qui traînent dans le Bayou que tu ne l'imaginais, et certains, lui-donc, y avaient même établi leur petit campement privé.

« Well not really. I mean there's no way through the door when the scale's up. Closest branch's to the window, and it's a difficult jump on top of it. »

Tradoc:
 

Parce que c'est totalement naturel d'entrer comme ça dans l'habitation d'un autre. Oui c'est vrai ce n'était qu'une pauvre cabane dans un arbre, comme celles dans lesquelles aimaient jouer les enfants dans le temps, mais c'était tout de même une habitation. Ce n'est pas parce qu'une maison est moins belle qu'elle et moins privée. Le problème, c'est que cette habitation n'avait rien à faire là. Il y a des gens qui vivent dans le Bayou, et il t'arrivait de temps en temps de les croiser. Leurs piaules n'avaient rien, mais absolument rien à voir avec ça, et puis ils étaient moins causants que l'autre homme-radio. Moins curieux aussi t'imagines. T'as jamais particulièrement fait conversation à l'un de ces gens, mais tu doutes fortement que leur tomber dessus aurait lancé les présentations.

« Hell no, we're not playing that game. Y'all people from the North really act as if we Southeners were dumb as fuck. First you tell me what you're doin with all that... stuff, then, Im'ah decide if whatever's you doin here's gettin yo killed, and if not, then we may do the exchange of courtesies thing. »

Tradoc:
 

Si son truc c'était vraiment la radio, à quoi bon prendre des risques et se faire chier à crapahuter jusque dans les tréfonds du Bayou. Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'endroit n'était pas particulièrement sécuritaire. Ça n'aurait pas été plus simple de s'amuser à jouer les animateurs clandestins depuis sa véritable chambre, ou celle d'un pote... ou depuis n'importe quel endroit où on ne risquait pas à tout moment de tomber tête à tête avec un alligator, de se faire dévorer par les moustiques, ou de croiser une créature diabolique. Il devait vien avoir une raison d'être ici. Tu prends le temps de mieux jauger l'environnement dans lequel tu te trouves, et féliciter intérieurement l'ingéniosité qui y était déployée, même dans la précarité. Pour une quelconque raison, il avait besoin de la couverture du marais.

« Lemme guess, y'aint just doin'it for fun are you ? »

Tradoc:
 

Tu recules légèrement, suivant finalement dans son accalmie. Tu vas jusqu'à chercher un coin plu ou moins confortable où te poser et prendre tes aises. Quitte à parler avec un inconnu, autant profiter de tout le maigre confort qu'on a à t'offrir non ? Tu fais la moue, réfléchissant à ce qu'il pouvait bien venir faire jusque ici... et avec tout ça. Comment est-ce que tu pouvais bien lui tirer les vers du nez. En général, quand on a décidé de se planquer dans un endroit pareil, c'est qu'on tient à une certaine discrétion, qui passait aussi par ne pas tout raconter au premier gars venu.

« I've been walkin' round the Bayou for all my life, and even I rarely went so deep within the swamp. Should be that big of a deal. »

Tradoc:
 

Tout ce que t'espérais, c'est que ça ne soit pas encore un de ces coups fourrés du gouvernement. Devoir se coltiner leurs règles en ville, c'était déjà chiant, alors si en plus ils se mettaient à coloniser le marais...




Dernière édition par Shandro E. Leblanc le Jeu 25 Juin - 17:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Mer 24 Juin - 19:28

Dites donc mais il se prend pour qui celui-là avec son accent des bas étages ? Il parle même un peu trop vite pour toi malgré le fait que tu sois né en Amérique. Il aurait pu te prendre par derrière en plein milieu de la rue que ça aurait été pareil. Tu le laisses dire, ce sourire étrange toujours collé sur son visage, attendant qu'il la ferme et qu'il te donne la raison de sa présence ici. Il s'énerve tout seul, à se demander si tu es sur son territoire de chasse ou quelque chose du genre. Tu n'as rien à répondre : cette cabane est privée et verrouillée en ton absence mais la forêt, le bayou, sont à tout le monde. Si quelqu'un y rentre, tu n'as potentiellement rien à dire. En revanche tu estimes que sa prétendue position de supériorité ne le dispense pas de la politesse. Malgré cela, tes prétendus pouvoir magiques sont inutiles car inexistants.

Lorsqu'il finit par reculer, tu lui lances un regard interrogatif, l'air de dire « C'est bon, t'es calmé ? » avant de te redresser sur ta chaise. Puis tu te lèves et retourne accrocher la punaise qui permet à la bâche de recouvrir totalement le carré d'air qui te sert de fenêtre. La luminosité descend soudainement et la lampe dynamo pendue au plafond devient soudain bien utile malgré le soleil violent qui brille au dehors. Son regard suspicieux se poursuit et commence doucement à t'agacer.

« Alors, à la base, si. Je fais ça pour m'amuser. »

Qu'est-ce qu'ils ont tous à croire que tu fais ça parce que tu es un résistant super engagé qui va aller casser du gouvernement et qui risque sa vie comme un héros ? Tu n'es pas un héros, tu es un professionnel de la connerie, un débiteur de bêtises professionnel, un manipulateur, un déconneur, un petit bout de journaliste sans talent, peut-être mais tu n'es pas un héros, et encore moins un soldat. Tout est dans la provoque et le quotidien de NO est tel que pour l'instant, tu as plus de risque de te faire coffrer pour ta simple nature de Nightkeeper que pour les quelques débilités que tu débites le dimanche matin entre dix heures et midi.

Il finit par reculer et s'installer comme si c'était chez lui. Boh, après tout, visiblement, il n'a pas l'air d'avoir envie de te casser la figure. Tant mieux. Tu retires ton casque que tu poses sur la console avant d'éteindre cette dernière. Ta main cherche le thermos qui se trouve sur le bureau. Tu l'ouvres et te verse une rasade de café dans le couvercle-tasse que tu portes ensuite à ta bouche.

« Visiblement je ne suis pas assez profond dans le bayou car vous êtes la deuxième personne en deux mois qui passe par la fenêtre pour venir me faire coucou. »

Non pas que cela te dérange mais que si c'est quelqu'un du gouvernement qui se ramène ici, comme la dernière fois, t'es plutôt pas dans la merde. Tu verses une seconde tasse de café dans le couvercle et la lui tends.

« Je m'appelle Loon ; café ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Jeu 25 Juin - 17:50


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

  Il a bien fallu que tu finisses par abandonner la façade agressive et par te détendre. Pas que ton vis à vis ne t'éveilles plus de soupçons, parce qu'accorder la moindre confiance à un inconnu sorti de la ville et venu jouer avec sa radio dans les bois, c'était quand même faire fort. Mais il arrive un moment où même toi tu es capable de réaliser que la personne en face de toi n'est pas belliqueuse, alors dans ce cas là, pourquoi s'embêter à la provoquer. Autant mettre les chances de son côté et tenter une approche différente, ou du moins essayer. La comédie c'est pas particulièrement ton fort, et la diplomatie, tu connais pas non plus. On t'a élevé à dire ce que tu penses comme tu le penses, et en l'état actuel des choses, tu ne savais pas vraiment quoi penser.
Pour s'amuser... il ne pouvait pas être sérieux. Est-ce que c'était les tentatives de lavage de cerveau du gouvernement qui leur faisaient ça où est-ce qu'ils étaient naturellement stupides ? Plus ça va, et plus les gens des villes te paraissent bizarres. On ne vient pas inocemment s'amuser avec une radio au fin-fond du trou du cul de l'Amérique, à moins d'être en manque de sensation fortes, ou d'être totalement suicidaire. Si on veut s'amuser avec une pauvre radio, on reste tranquillement dans sa chambre, et on fait joujou en sécurité sous les yeux de sa gentille maman pour être sûr de ne pas se faire bobo. Et si ce qu'on raconte dans la radio n'est pas joli aux oreilles de maman, suffit d'aller se cacher dans la cabane du jardin, ou de se trouver un pote avec une mère moins fleur bleue... Non ? Ton visage s'illumine d'un sourire sincèrement amusé, presque taquin.

« So you're gonna tell me that you came all the way from town just so you could have a little fun with your radio. So either you really like the mosquito to drain the shit out of your life, either you'se plain dumb. And you pretty boy look all but stupid to me. »

Tradoc:
 

Il ne t'a toujours rien expliqué. Il n'a 'ailleurs pas dit grand chose. Tu sais exactement ce qui se prépare sous le couvert de cette atmosphère faussement détendue. Le jeu des questions-réponses est lancé, et la balle sera dans le camp de celui qui saura le mieux distiller ses informations, tout en faisant croire à l'autre qu'il en a beaucoup dit. Réussir à juger de la fiabilité de votre interlocuteur, et des sujets sur lesquels vous pouvez lui faire confiance. Que pouvez-vous lui dire, et que devez-vous lui cacher, et dans le cas échéant, comment détourner son attention. Ainsi soit-il, s'il veut jouer, jouons, mais tu ne risques pas de perdre. Après tout, t'as pas grand chose à cacher... mais pas grand chose à raconter de particulièrement intéressant non plus. C'est donc lui qui posait la première carte.
Alors comme ça t'étais pas le seul à être passé par sa fenêtre dernièrement, et ça avait pas particulièrement l'air de lui faire plaisir. Le problème, c'était de comprendre qui était passé avant toi. Pas de grandes chances que soit d'autres habitants du Bayou. C'était pas le genre à s'occuper d'une pauvre bicoque dans un arbre, ils avaient plus intéressant à faire. C'était pas toi, ou tu t'en serais souvenu. Alzheimer n'est pas encore venu frapper à ta porte. Tu doutes fortement qu'une autre personne qui fouillait le marais à la recherche de plantes se soit embêtée à grimper. Non... tu vois pas qui. Tu ne vois simplement pas qui d'autre aurait pris le temps d'inspecter sa station de fortune.

« Well looks like I'm not the only one being nosy down here. Makes me feel somewhat better 'bout myself. »

Tradc:
 

L'odeur du café remplit rapidement la pièce, contribuant à accentuer cette fausse sensation de proximité. Si c'était là son vrai prénom, le dénommé Loon jouait là un de ses AS. On pouvait découvrir bien des choses à partir d'un prénom. On pouvait ruiner une vie à partir d'un simple prénom. C'était peut-être un pas de géant qu'il venait de faire vers toi, et tu te sentirais coupable de ne pas y répondre, surtout que très peu de ce que tu puisses lui dire ne jouerais vraiment contre toi.

« No thanks. Coffee's not my thing. Name's Shandro by the way. Was supposed to get me some wood for a ceremonial mask, but came across what I think are your footprints, climbed up the tree I was supposed to cut down and... and well now i'm here ! »

Tradoc:
 

Ton regard, plutôt que sur son environnement, se focalise maintenant sur ton vis-à-vis. Tu le sonde, des pieds à la tête, tu le scannes, sans la moindre retenue, et surtout, sans la moindre discrétion, pour finir par emboîter ton regard dans le sien, à la recherche du moindre indice quant à sa véritable nature. Ton sourire epiègle ne t'a toujours pas quitté, et tes yeux pétillent maintenant face au défi que ce sont de Loon. Tu as à ton tour posé une carte, à lui de piocher.

« You do not like being visited very much, dont'cha ? »

Tradoc:
 



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Jeu 25 Juin - 21:02

Mon joli, un peu plus et c'est toi qui la lui enfoncerait contre le mur, parce que même s'il n'est pas spécialement ton genre, il se révèle loin d'être repoussant. Sa peau hâlée s'étire sur ses muscles travaillés et ses yeux rieurs papillonnent d'une provocation mutine, rendue presque vulgaire par son âge qui semble pourtant sensiblement inférieur au tien. Vit-il dans le Bayou ? Est-ce un de ces esprits farceurs dont tu as troublé la tranquillité ? Il serait bien capable de te lancer un maléfice que ta pauvre barrière mentale ne pourrait pas contrer. L'analysant toujours, tu te détends, paradoxalement, puisque tu es en train d'avaler la tasse de café qu'il a refusé. Le liquide encore tiède préparé ce matin coule dans ta gorge et diffuse sa saveur âcre qui te stimule autant qu'elle te calme.

« Ou peut-être que j'aime tout simplement faire chier le monde au milieu de nulle part. »

Il doit connaître ça, pas vrai ? Car c'est exactement ce qu'il est en train de faire avec toi là tout de suite. Le doute revient : tu te demandes sérieusement s'il ne s'agit pas d'un employé du gouvernement sous couvert d'un sorcier vaudou venu pour te soutirer des informations et trouver une parfaite raison de t'arrêter. Ils sont capable de tout maintenant que vous êtes reconnus comme des monstres : on traite les monstres avec les monstres, et ces cinq fétiches grinçants qui te jugent sans parler n'ont rien de petits poneys colorés.
Rassurant ? Tu ne penses pas, non.

« Je ne trouve pas : ça veut potentiellement dire que je ne suis pas assez caché pour faire ma petite émission et qu'il faudrait que je songe à déménager. »

D'autant plus que visiblement, il y tient à cet arbre. Pourtant ceux de cet acabit ne manquent pas dans la flore marécageuse, celui-ci demeure juste particulièrement bien dissimulé, demeurant la cachette parfaite. Mais depuis quelque temps, il semblerait que le refuge se situe juste sous le nez de l'ennemi, plutôt qu'à des années lumières de la ville où il est facile de tenir siège jusqu'à te faire crever de faim.
Tu ne sauras sans doute jamais s'il s'agit de son vrai prénom, puisque Loon n'est pas le tient. C'est en effet un surnom que tu donnes à tout le monde, sauf à tes comparses de la résistance qui te connaissent sous ton pseudo d'écrivain, Kinder Surprise. Bien sûr que non, Loon ne peut être un prénom. Mais il est sournois et énigmatique, juste ce qu'il faut pour que, si même tes amis venaient à te dénoncer, l'on ne puisse te retrouver facilement. Et ton état civil est beaucoup moins intéressant.

« Enchanté, Shandro. Vous prendrez bien une pomme alors ? »

Comment peut-il seulement soupçonner que tu n'aimes pas les visites ? C'est mal te connaître ; tu peux citer peu de personnes capable de proposer à manger et à boire à quelqu'un qui vient de rentrer par effraction chez elles. Personne, en fait.

« Si, bien au contraire, je les adore. Elles deviennent juste beaucoup moins agréables lorsqu'elles proviennent d'inconnu qui rentrent par effraction et qui ont le culot de m'insulter plusieurs fois en moins de deux minutes. Vous m'excuserez d'être sur la défensive en face de quelqu'un qui soupçonne que ma tête est à abattre. »

Tu plantes brutalement tes dents dans le fruit qui craque.

« Vous auriez ceci dit des raisons de le faire ; vous êtes du gouvernement ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Jeu 25 Juin - 23:22


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

  C'est tout de même fou comme l'être humain a perfectionné ses techniques pour maintenir la tension, et l'animosité. Évitons de noter une fois de plus, ton tact légendaire, ta nature chaleureuse, et tes grandes qualités oratoires, pour nous intéresser aux réactions de ton interlocuteur, parce qu'au fur et à mesure de la discussions, elles devenaient fort intéressantes. De ton côté, la tension retombait, tu te relâchais, tu t'installais presque, et même si tes mots ne se faisaient pas particulièrement plus doux, parce qu'il faut dire qu'avec les parents que tu as, tu en connais très peu des mots doux, le ton se faisait moins agressif. Lui en revanche, il avait commencé son discours sur des bases bien plus politiquement correctes que les tiennes, commençait finalement à monter le ton. Les piques se font de plus en plus acérées. Bien. Peut-être es-tu au final encore plus agaçant lorsque tu joues les hommes calmes. Au moins, tu trouvais chez lui la réponse à une question millénaire. Ce qui énervait le plus les gens chez toi, c'était plus ton culot démesuré que ton côté grande gueule.
Ton interlocuteur est fascinant. Le talent d'orateur que tu n'as pas, tu le décèles très rapidement chez lui. Il monte le ton sans réellement le faire. Ses phrases prennent en intensité, et ses sous-entendus se font plus audibles, alors que purement à l'oreille, la différence était infime. Soit il était particulièrement doué, soit jouer les animateurs radio du Diamanche était très formateur. Et puis surtout, même si tu n'as pas l'intention, ni de le lui faire sentir, ni de te l'avouer à toi-même, le jeu des questions-réponses, s'il continuait comme ça, il risquait fort de le gagner. En savoir plus sur toi ne lui apporterait pas grand chose, mais au moins, il aurait évité d'en dire trop sur lui. D'ailleurs, tu souris, mais il t'agace. Il t'agace parce qu'il tente de te faire tourner en bourrique, de faire tourner d'anciennes informations pour te les relâcher sous une autre forme. T'as peut-être l'air simplet au premier abord, mais c'est loin d'être le cas.

« Disney taught me well. I'm not getting SnowWhite'd. But y'know, if we're gonna get back to the subject. I think it's more of a matter of being better at hiding your footprints than finding a better hideout. »

Tradoc:
 

Parce qu'aussi géniale que soit la cachette, elle est tout de suite moins difficile à trouver lorsqu'il y a une flèche clignotante juste au dessus. Les flèches clignotantes donnent envie de visiter, et les bruits louches aussi. Lorsqu'il y a à la fois des bruits louches et une flèche clignotante, il ne faut pas s'étonner que les curieux aillent fouiller. Dans ce cas, les curieux, c'était toi. Et toi, t'es un curieux qui a du mal avec la nouveauté.

« In my defense, so far, I've called you pretty and smart, could've been worse I guess. And 'course i'm gonna barge in yo' hut and threaten to kill you, when you're some wierd ass stranger makin weird ass noises with your weird ass radio in the middle of the swamp. Next thing I know, Backhoeses are raining down the skies, and we're sittin' here being colonized. »

Tradoc:
 

Ton sourire fade, mais tu ne le quittes pas des yeux une seconde. Parce qu'être impuissant face à un gouvernement vorace qui vous grignote petit à petit est l'une des rares choses qui te fait réellement peur. La tension remonte d'un cran, tes pupilles pétillantes s'assombrissent en une fraction de seconde, jusqu'à ce que ce qu'il vient de te dire fasse tilt. Tu l'avais bien entendu pourtant, mais ton cerveau semblait ne pas vouloir comprendre. À quoi bon garder des cartes en main, si c'était pour dire ça ? C'était une blague ? C'était un piège ? Parce que si c'en était un, tu t'es fait avoir comme un bleu. T'as craqué. T'as explosé de rire face à lui, suivi de près, bien que silencieusement, par tes fétiches.

« Me ? Government ? Should be the silliest thing I've heard ever ! I mean, fuck these guys. So called peacekeepers are the reason why my mom won't even leave our house. Things were so much better before New-York went icecream and all them big fishes came here like they owned the place. The day people realise that this wannabee leaders and policemen and everything are all but useful will one hell of a good day. Man... what would I give to have a wee bit of their hair on a doll... »

Tradoc:
 
Tu as perdu. Tu en as beaucoup trop dit. Maintenant tu n'avais plus qu'à espérer ne pas t'être retrouvé face à un grand patriote, ou pire, face à un peacekeeper. Maintenant c'était le moment où tu te relevais, reprenais ton souffle, et te préparais à faire front. Il fallait espérer te retrouver face à quelqu'un soit partageant ton aversion pour le régime sous lequel vous viviez, soit n'en étant pas un trop fervant supporter. Dans le cas échéant, il fallait espérer être assez fort pour remporter le duel, mais lorsque l'on en vient finalement à l'affrontement, il en faut beaucoup pour que tu doutes de toi.

« And now we' back to square one. What exactly is you doin here, and it better not displease me, cause I was just taking a liking to you. Would be a shame having to disfigure such a handsome boy. »

Tradoc:
 

Si au départ tes menaces n'étaient que pure provocation, tu étais en cet instant des plus sérieux, et comme pour faire écho à tes sombres pensées, ton visage s'est lentement fermé. Tu refuses catégoriquement de mourir par les mains d'un cabot du gouvernement. Tu feras tout ce qui est en ton pouvoir pour les faire tomber, quitte à verser du sang. Tant pis si ça devait commencer par lui.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Ven 26 Juin - 6:45

« Parfois, je me dis que j'aimerais être un oiseau et me transformer là où je laisse ma voiture ; mais que voulez-vous, on ne peut pas tout faire. »

Alors qu'il refuse une nouvelle fois, tu hausses simplement les épaules avant de reposer le fruit sur ton bureau, peut-être pour ton quatre-heures. Tu regardes l'heure : l'émission aura été avortée pour aujourd’hui. C'est bien dommage, surtout quand on en connaissait la raison. Tu mords de nouveau dans le fruit, faisant gicler de petites gouttes de jus sur tes lèvres.

« Maintenant plus sérieusement vous avez raison de la refuser puisque si j'ai bien une spécialité, c'est fiche des poisons létaux un peu partout. Sauf que vous le savez comme moi : votre visite n'a rien d'attendue et cette pomme que je vous proposais est en train de terminer dans mon gosier. Je n'attends pas de visiteurs, je n'empoisonne rien de ce que je donne dans cette cabane. »

Il avait clairement l'air d'un animal sauvage, à se méfier de tout et à provoquer davantage. Un vilain serpent avec de vilains mots dans la bouche, en plus de ça. Quel dommage de trouver de la vulgarité dans la cavité buccale d'un si bel homme, il doit avoir un profil sympathique avec un pénis dans la bouche ; mais bon, comme tu viens de le dire : on ne peut pas tout faire. Martelant toujours la chair vert vif de ta pomme granny, tu continues de l'écouter avec attention. Qu'est-ce qu'il est bavard celui-ci, dites donc ! Mais doucement, le sujet de conversation dévie sur quelque chose qui commence à t'intéresser et malgré l'agacement qu'il procure en toi, tu ne peux t'empêcher de sourire.

« Eh bien nous sommes au moins d'accord sur quelque chose. »

Et c'est pour l'instant assez rare pour être signalé. Même si tu n'as pas la vocation de faire du mal à quelqu'un qui n'est pas menotté dans ton lit, le Gouvernement actuellement en place ne t'inspire ni confiance, ni sympathie. Les ennemis de mes ennemis sont-ils mes amis ?
C'est ce qu'on va voir. Ta pomme inachevée, tu te tournes cependant vers ta radio en finissant ta bouchée et la rallumes. La musique s'achève au moment où tu mets ton casque et rallumes le micro.

« Ici Kinder Surprise de nouveau là pour vous servir ! Merci à Roots d'avoir eu l'amabilité de me filer une copie de c'morceau, les amis ! Un peu de bon vieux rock pour se réveiller en milieu de matinée, il n'y a que ça d'vrai ! L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, n'est-il pas ?! Je pense qu'il n'appartient pas au Gouvernement dont les membres doivent d'ailleurs sagement roupiller dans leurs draps de soie ! Tiens vous connaissez la dernière ? Il paraît qu'on veut tirer profit des monstres ! Aha, elle est bien bonne celle-là ! Décidément, ce gouvernement est un petit farceur, mais surtout un gros géant commercial ! Ils ont du se rendre compte que le potentiel survie de certains était suffisamment élevé pour en faire un business et lutter contre la Résistance ! 'marquez, s'ils commencent à nous lâcher des bestioles en mode pokémon dopé au daybraker, on devrait plutôt le prendre comme un compliment, c'est vrai que le lance roquettes devient has-been. Il faut faire avec son temps ! En tout cas, faites avec celui qu'il y a dehors ! Bonne journée à vous, sortez prendre l'air et laisser ce balai dans un coin ; il a davantage sa place dans le cul d'un membre du gouvernement que dans vos mains ! »

Tu lances un morceau au hasard avant de couper le micro et de retirer ton casque. Tu as au moins pu terminer ton office, petit diablotin. Reposant le casque sur les sonorités rock'n'roll, tu reprends ta pomme comme si rien ne s'était passé, avant de commencer à en attaquer le tronc.

« Ca répond à la question ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Ven 26 Juin - 15:40


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

  Peut-être sembles-tu extrême aux yeux de la majorité, et la minorité restante te voit sûrement comme un animal, mais depuis que la porte s'est ouverte, que New-York a été emprisonnée dans la glace, et que vos hommes de pouvoir ont décidé qu'ils n'en avaient pas assez, votre société s'est déchirée. Face à un gouvernement aux allures de dictature, il y en auraient toujours pour se soulever, et réclamer leur liberté, mais il y en auraient toujours encore plus à se complaire dans l'illusion de sécurité que maintiennent leurs supérieurs hiérarchiques. À ceux-là on laverait lentement le crâne, pour en faire des robots obéissants, des machines au service de leur créateur. Des automates sans âme ni parole. Et alors au sein même du peuple, la confiance mutuelle se perdrait. L'équilibre précaire lentement tissé dans les quartiers finirait par s'ébranler.
C'est une triste vérité, mais l'Homme est un loup pour l'Homme, et en temps de conflit, c'est par les poings plus souvent que par les mots que les affaires sont réglées. T'es pas encore décidé à rendre ton dernier souffle Shan. T'as encore bien trop de choses à dire, bien trop de choses à faire, t'as des idéaux à faire vivre. Dans le doute, ce qui importait c'était de sauver ta vie, et si ça devait passer par la mort d'un autre, alors tant pis. Au final, la mort n'était qu'une étape de plus dans le cycle de la vie. Mais tuer, et dans ces conditions, laisse un goût amer en travers de la gorge. Chaque fois qu'un conflit dégénérait et que quelqu'un mourrait, alors vos chers potentats s réjouissaient. Un mort, ça justifiait leurs pseudo-mesures de sécurité, et leur permettait d'en installer d'autre. C'est pas demain la veille que vous seriez débarrassés de ces foutus Peacekeepers.
Aucune réaction de recul chez ton vis-à-vis. D'abord juste une courte phrase, qui te redonne un peu d'espoir, et te déstabilise par la même occasion. Puis un sourire mutin, preuve qu'il ne comptait pas voir ses jours finir entre tes mains lui non plus. Et finalement, un dernier mouvement vers cette satanée radio, la source-même du conflit, et ses lèvres qui s'ourlent avant d'y cracher un son. Ce sont ces prochaines paroles qui lèveront définitivement le voile sur tout cette affaire. S'il disait les bon mots, alors vous viviz tous les deux. S'il disait les mauvais, alors c'était fini pour lui... et pour toi. Si seulement il envoyait les chiens du gouvernement à tes trousses, t'étais dans de beaux draps. Le vaudou est un art qui se perd. Tu serais pas bien difficile à retrouver. Pire même, ce sont tes parents qui pourraient trinquer. Les premières fractions de seconde de son discours t'ont semblé une éternité. Accroché à ses lèvres, tentant de deviner avant qu'il ne les prononce les mots à venir, tes muscles tendus se délient au fur et à mesure que son discours avance, et ton souffle court revient à la normale. Au moment où il a fini, tu es à nouveau complètement détendu, et lorsqu'il t'adresse à nouveau la parole, tu laisses échapper un long soupir.

« I knew you were a smart kid. »

Tradoc:
 

Le danger est passé, et il ne t'en faut pas plus pour te sentir complètement à l'aise dans cet endroit, et avec lui. Un peu trop à l'aise d'ailleurs. Voilà quelque chose d'autre que peu de gens arrivent à comprendre chez toi. Ta capacité à changer totalement d'attitude pour peu que l'on te laisse entendre les bons mots. Il y a quelques instants, tu menaçais de le tuer, et maintenant, ta main se posait sur son épaule comme si vous étiez des connaissances de longue date. Maladroit comme geste, sûrement, mais c'était un peu ta manière à toi d'essayer de montrer que tu n'étais pas qu'un enfoiré de sauvage. Au fond, t'es une véritable perle, seulement pour voir la perle, faut d'abord passer à travers la coquille de l'huître, et ensuite se taper la mélasse nauséabonde. [ PS : En vrai j'aime les fruits de mer ]

« What can I say... Well now that's awkward... So, I guess we're on the same side after all. So... well... sorry. »

Tradoc:
 

Qu'il réalise à quel point c'est un rare spectacle qui se déroule devant ses yeux. Le fier Shandro, le fort Shandro, gêné, et demandant sincèrement pardon. T'avais menacé de le tuer après tout, il méritait bien ça. Espérons seulement qu'il n'en abuse pas.

« But y'know. I was afraid they'd claim even this place theirs and that you were here to help'em. I know most of y'all Northerners had to come by in order to survive, but when all of a sudden you gotta share the little you had, you start to be afraid they take it all away. »

Tradoc:
 

Ta main quitte son épaule pour se planter face à lui, à espérer que la sienne vienne la saisir.

« You know what ? If y'all wanna make a change, then I wanna be in. Waddya say. Friends ? »

Tradoc:
 


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Ven 26 Juin - 20:01

Il s'approche, dangereusement vite. Tu te mets sur tes gardes, le regard suspicieux, reculant légèrement sur ta chaise. Sa main hâlée s'avance, s'avance, cliquette au rythme de ses gri-gri imposants, avant de...se poser tout simplement sur ton épaule. C'est quoi ça, une technique de sorcier que tu ne connais pas pour te faire subir quelque chose de désagréable ? Une manière pour lui de faire marcher une illusion ? Tu attends, mais rien ne vient. Si ce n'est cette constatation presque méprisante dont tu ne sais pas quoi penser. Eh kid, t'es gentil Jean-Jacques, vous devez avoir quasiment le même âge, faut arrêter les sottises et prendre les gens de haut. Tu fronces légèrement les sourcils, ignorant comment réagir. Ses doigts pressent imperceptiblement au niveau de ton épaule et tu demandes ce qu'il va bien pouvoir faire.

Soudain, brusque changement de situation. Son pardon annihile toute méfiance et tout agacement que tu éprouves à son égard ; c'est fou la valeur et la puissance des excuses. Tu lèves la tête, croisant son regard qui a l'air sincère. Un regard lumineux, presque fou. Aussitôt, l'image d'un chat sauvage te traverse l'esprit. Il a du bel et bien se sentir agressé sur son territoire, a d'abord attaqué, s'est mis sur la défensive, avant de se laisser dominer par tes gestes naturels et sans danger pour finalement se sentir en confiance. Un véritable animal. Est-ce un Skinchanger et non un sorcier ? Tu ne saurais le dire, ton instinct de sorcellerie ne s'est jamais réveillé et ne le fera certainement jamais. Il suffit d'un peau de jugeote et de psychologie pour savoir qu'il y a quelque chose de spécial en lui.

« Ne t'en fais pas, je peux comprendre. Ils ont trop peur de venir ici. Ils se cachent dans leur ville. Il y a trop de choses inexpliquées qui se produisent ici, des choses qu'ils ne peuvent pas comprendre. Ils sont bien trop occupés à trafiquer leurs trucs bizarres. »

Des trucs bizarres dont tu n'as pas connaissance et qui commencent à te faire sincèrement flipper vu comme tout le monde en parle. Soudain se passe quelque chose d'encore plus inattendu. Shandro a cet éclair d'inconscience adolescente et te propulse dix, peut-être quinze ans en arrière, dans la simplicité de l'époque où l'on réglait les différents par une tout bête poignée de main. Parce que tout était si simple, finalement, quand on prenait du recul...Sa main se sépare de ton épaule et se tend, franche, devant toi.
Un sourire aux lèvres, tu saisis sa main et la serres.

« Amis. »

Tu lui adresses un clin d’œil mutin avant de reprendre ta pomme et de dévorer le tronc après en avoir retiré la queue.

« Bon, tu veux toujours pas de pomme ? Et tu m'as pas répondu, toi aussi t'es un sorcier ? »

Haussant un sourcil, tu attends sa réponse. Un pépin de la pomme glisse sur ta lèvre aussi facilement que le tutoiement s'est glissé dans ta bouche.
Il y a des jours où la vie est juste simple.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Ven 26 Juin - 23:00


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

    Si tout était aussi simple, alors pourquoi est-ce que le monde tentait désespérément de vous faire croire que tout était compliqué. Des excuses et une poignée de main. Une simple poignée de main qui signifiait tant. Loon et toi, vous étiez la parfaite représentation de la majorité des conflits qui mettent le monde à feu et à sang. Rien qui ne puisse se régler d'une pauvre poignée de main. Il s'était réfugié chez toi pour y reconstruire le nid d'où on l'a chassé, et toi l'intrusion t'a effrayé. Animal effrayé tu as fait volte-face, et tu es allé jusqu'à menacer la vie de celui que tu croyais être ton ennemi. L'Homme a trop peur de l'autre Homme pour chercher à se comprendre, et sans se comprendre ils ne peuvent que se haïr, parce que l'Homme imagine toujours de l'Homme qu'il est capable du pire. Seulement même de manière fragmentaire vous avez discuté accepté de vous parler, et un terrain d'entente a vite été trouvé.
Ça a l'air stupide et pourtant c'est une réalité, mais comme vous, de nombreux hommes en réalité voués à s'allier manquent de s'entretuer. Heureusement vous faisiez partie de cette minorité qui a su se comprendre, et finalement s'apprécier. Compter un ami plutôt qu'un ennemi de plus était une délivrance, et être finalement complètement libéré de la tension qu'il y avait entre vous faisait un bien fou. T'as pris tes aises une fois, tu te feras pas prier pour les prendre une seconde. Trouver un coin où s'assoir, même dans un station radio improvisée, et pas forcément arrangée pour accueillir des visiteurs était bien plus facile qu'au beau milieu des marais. Pourtant dans un cas comme dans l'autre, t'avais aucune difficulté à trouver un coin où t'affaler. Faut dire que t'es pas particulièrement regardant non plus sur le confort de tes sièges de fortune... et si une fois installé on te proposait à manger... rien ne pouvait mieux aller.

« If you tell me they're not poisoned... why not. Well even if they were, I don't even know if that'd do much, given the amount of poison I was already fed. Goddamn Viper Fang. »

Tradoc:
 

Autodérision... plus ou moins. Derrière le rire se cache souvent des traumas, et dans ton cas, ils avaient beau être légers, ils étaient là. Des poisons, tu en as vraiment avalé jusqu'à t'en rendre malade, dans le but final de t'y immuniser. Beaucoup de vos rituels demandent au sorcier un certain sens du sacrifice, et l'utilisation de certaines de vos armes les plus efficaces vous expose autant au danger que vos adversaires. Tu repenses particulièrement à cette satané potion qui t'a menée la vie dure pendant de longues années. Le Croc de la Vipère. Un breuvage qui donnait à celui qui l'a bu la capacité de cracher un poison mortel... si seulement il survivait à la potion. Une arme terrible, pour peu que l'on survive jusqu'à l'immunité.

« By the way, I'm a Witch Doctor. Mother's legacy. »

Tradoc:
 

Comme pour soutenir tes paroles, les fétiches qui paraissaient au départ si menaçant se postèrent au garde à vous, se présentant sans mots comme tes gardiens. Les sorciers « modernes » ont souvent tendance à voir dans cette pratique une forme d'asservisement, et à pointer à quel point cet art de la création de fétiches allait à l'encontre de vos idéaux. Si seulement ils réalisaient à quel point le respect mutuel était important lorsque l'on passait un pacte avec un esprit. Ils réaliseraient peut-être à quel point vos alliés spirituels étaient libres.

« P'pa is a regular sorcerer, so I still have a wee bit of regular magic knowledge but it's mainly my mum that made my initiation... Speaking of which, this morning I was finally able to drink off that goddamn Viper Fang charm without throwing up all over the place, meaning initiation's finally over. »

Tradoc:
 

Et c'est seulement maintenant que ta présence devant lui prendrait totalement son sens.

« I was supposed to collect materials to craft my own ritual mask. And that involved wood from the oldest possible tree. And you happen to be in the swamp's oldest tree as far as my knowledge goes. »

Tradoc:
 

Ça te faisait une longue tirade, mais t'avais tout dit, et pas que ça te dérange de parler de toi, pour une fois que tu croisais quelqu'un qui semblait comprendre ce que tu racontes, mais t'aimerais bien en savoir toi aussi un peu plus sur la personne qui te fait face. Parce que pour quelqu'un que tu devines d'à-peu-près ton âge, il semblait avoir pas mal de vécu.

« What 'bout you. What's the kind of magic that pretty boy's workin' »

Tradoc:
 



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Sam 27 Juin - 11:40

C'est alors qu'il devient bavard, mais pas pour la même raison. Quoique ces fétiches te laissent perplexe, Shandro demeure plutôt calme et en profite même pour te parler un peu de lui. Il accepte la pomme qui, non, espèce de parano, n'est pas empoisonné, et te raconte sa vie, tranquillement, comme si tu retrouvais un vieil ami qui revenait du marché pour prendre de tes nouvelles. Cela te fait sourire et te détend. Shandro semble faire partie de ce genre de personnes dont il faut briser l'armure afin de trouver la perle douce qui se cache à l'intérieur. Effectivement, maintenant qu'il se sent en sécurité, aucune raison d'être agressif. C'est comme ça que tu apprends que ta station est perchée dans le plus vieil arbre du marais dont visiblement la valeur du bois est inestimable.

« Bah c'est pas le mien hein, t'en fais ce que tu veux. Tant que tu coupes pas le tronc alors que je suis à l'intérieur. Et puis c'est triste de couper les arbres... »

Rah mets ta naïveté de côté Loon, la vie est dure, des gens crèvent chaque jour, et même du haut de ton petit bout de paradis tu le sais bien. Néanmoins, tu es attaché à cet arbre. Cela fait deux ans que tu y animes tes émissions chaque dimanche. Malheureusement, il va falloir se rendre à l'évidence : deux personnes ont réussi à grimper dedans et tu ne sous-estimes pas la puissance du Gouvernement : ils n'auront pas à monter, il suffira de le couper l'arbre ou de te balancer des créatures étranges à la figure et du mourras décapité dans ta propre cabane, c'est quand même bête. Oui, le déménagement est proche, de toute façon. Et il va te faire mal au cœur.

Shandro est donc un sorcier vaudou et comme la tienne avec toi, c'est sa mère qui lui a tout appris. Il ingurgite apparemment de manière très régulière du poison afin de s'immuniser, ce qui peut s'avérer très pratique lorsque les temps deviennent sombres, comme ceux que vous traversez actuellement. Terminant ta pomme, tu l'écoutes, respectueusement, alignant d'une manière distraite les pépins de la pomme que tu n'avales pas, sur la surface du bureau. La situation se corse quand c'est à toi de raconter ton histoire.

« J'avoue que je me sens un peu bête par rapport à toi. »

Faut dire que le Vaudou c'est classe, et tu n'as de Nightkeeper que le nom, c'est une honte.

« J'ai été élevé par deux sorcières qui ont tenté de m'inculquer la magie sans succès. J'ai une concentration désastreuse et visiblement, un instinct inexistant. Par contre j'ai un intérêt certain pour la chimie et je suis notamment un empoisonneur expert en la matière. Je sais créer toute une panoplie de drogues aux effets divers, plus ou moins joyeux, plus ou moins puissants, mais c'est tout ce dont je peux me vanter. »

Tes yeux reviennent sur les fétiches au garde à vous qui semblent être la meilleure défense du monde. On dirait des petits skinchangers d'un autre temps.

« Du coup tu travailles une magie davantage spirituelle, c'est ça ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Sam 27 Juin - 16:56


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

    Décidément, les gens des villes étaient vraiment indéfendables, et c'en était presque drôle. Ils voyaient toujours tout en grand. Après tout, tu le comprends, vivre dans un environnement où ils sont en permanence exposés au plus grand, plus loin, plus vite. T'allais pas aller jusqu'à couper l'arbre, t'as besoin d'assez de matière pour fabriquer un masque, pas une maison.

« Don't you worry child. Tree's safe. I'll just take away some tree bark and a few branches. »

Tradoc:
 
.

S'il trouvait la coupe d'arbre triste, alors il valait mieux qu'il ne voie jamais votre arrière boutique. Il fallait avoir le cœur bien accroché pour supporter une visite dans votre antre, du moins c'est ce que tu imagines. Toi t'as grandi dans cet univers rempli de squelettes d'oiseaux, de bocaux d'yeux de lézards, d'organes encores parcourus de spasmes et de breuvages aux drôles de fumets, mais les gens de nos jours trouvaient absolument tout répugnant. Si un pauvre crapaud vivant était déjà du domaine de l'écoeurant, alors t'imagine que les petites merveilles entreposées chez toi devaient être assez haut sur la liste. Tant pis pour les âmes sensibles, vos charmes étaient jusque là pour le moins... efficace, et même si votre clientèle ne consistait qu'à une poignée de personne que le bouche à oreille avait informé de vos activités secondaires... elle vous rapportait bien plus que le plus que la pseudo épicerie qui au final, vous servait plus de couverture qu'autre chose. Pas que vos pratiques soient illégales, mais avec le gouvernement en place... Tant qu'ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas l'interdire.
Réflexion philosophico-écologiste mise de côté, faut dire que tu ne t'étais pas attendu le moins du monde à ce genre de réponse de la part de Loon. L'homme en face de toi te semblait jusque là quelqu'un de bien dans ses basket, et de même assez fier. T'imaginais de lui malgré son jeune âge qu'il soit un sorcier accompli, et pourtant, à l'entendre, c'était tout le contraire. Si tu en croyais ses mots, une fois loin de son alambic, il pourrait presque dire qu'il n'était pas magicien. Mais après tout, personne n'est parfait, chacun avait ses talents, et chacun avait ses faiblesses. Ce qu'il manquait à Loon en connaissance de la magie, il le compensait largement en culot. Tu t'osais à lui mettre une petite tape amicale sur la poitrine.

« You kiddin' ? Man, stand up straight, hold your head up high, and brag all you want on how you'se a fighter without a weapon. It takes a real man to do whatcha doin right here. »

Tradoc:
 

T'aimes pas voir des gens se dévaluer comme ça. T'es souvent passé pour un narcissique auprès de tes congénères, simplement parce que tu as choisi d'être conscient de tes forces. Tu préfères te conforter dans tes points forts plutôt que de te débiliter à ne voir que ce en quoi tu es mauvais, voilà tout. T'en ferais quand même pas plus niveau discours de motivation, déjà parce que c'est pas particulièrement ton truc, puis parce que tu ne connais Loon que de moins d'une heure, et aussi parce que la patate chaude t'avait été relancée.

« Yup, you got it. Most of my magic is 'bout interaction with spirits. I ease'em, I talk to them, and I even fight alongside the most vicious of'em. Rest of it is pretty much similar to your regular magic. You know, all kinds of potions, necromancy which is rather important for us... and hexxes. God I don't even know why I almost forgot about hexxes. Not like I'm sadistic or something, but damn as far as sorcery gets, hexxes are wicked ! Backfires all the time though. »

Tradoc:
 

Peut-on vraiment en vouloir à un jeune sorcier d'apprécier l'une des plus puissantes facettes de la magie qu'il pratique ? Après tout, c'est votre panel de malédictions qui a rendu tristement célèbre la magie vaudou.

« You could use a few of those. Could help yo hideout remain well... hidden. »

Tradoc:
 



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Sam 27 Juin - 19:42

Lorsqu'il t'explique pleinement sa manière de pratiquer la magie, qui inclut un dialogue avec les esprits, tu étires un sourire : aussitôt se matérialise dans ta tête une vraie conversation. Tu imagines bien Shandro en train de tailler un masque en tailleur sur son lit, alors que soudain apparaît devant lui une figure fantomatique : « Salut, bien ou bien ? » Et le pire c'est que ça doit être aussi régulier que normal. Tu ne ressens aucune tristesse, ni même aucune jalousie envers Shandro qui à côté de toi semble redoutable ; tu n'as pas envie de t'opposer à lui. Ceci dit tu te demandes ce que ça donnerait s'il tombait sur ton expert illusionniste de meilleur ami. Gagner en pouvoirs ne t'amènerait pas à grand chose, tu vis très bien ainsi.

« Quelque chose qui la dissimule physiquement tout en brouillant les ondes grâce auxquelles j'émets afin qu'on ne me retrouve pas ? Ca serait trop beau, j'aimerais bien voir ça. »

Bien sûr, dans l'idée de résister se trouve le concept inhérent du risque de se faire prendre, ce qui t'excite davantage. Malgré tout ce risque augmente de jour en jour ; ça fait maintenant deux ans que tu émets sur les ondes des choses abominables qui seraient très certainement passibles de la peine de mort. Deux ans peut-être que quelqu'un a commencé à te chercher pour te faire la peau. Les charges contre toi seraient lourdes et irréfutables. Alors oui, pouvoir émettre en étant quelques fois plus certain de ne pas se faire égorger au coin de la rue, t'attirait. Mais tu ne comprends décemment pas comment cela peut être possible.

Tes doigts glissent autour du thermos que ta main empoigne avant de le pencher pour te verser une nouvelle tasse de café. Juste après, tu te penches en arrière, plonges la main dans la poche de ta veste étalée sur le dossier de la chaise et en sors ton paquet de cigarettes. Tu dégaines un petit morceau de cancer que tu enflammes avant de le coller entre tes dents. La petite tasse en forme de couvercle à la main, tu te redresses avant de te lever et te diriges tranquillement vers la fenêtre. Ton épaule s'appuie sur le bord de celle-ci et tes yeux vagabondent sur le paysage touffu qui s'offre à tes yeux. La fumée de la cigarette s'échappe dans les airs.

« C'est vrai que s'il m'était possible de rester ici plus longtemps, je le ferais. J'ai prévu d'émettre avec une deuxième personne du mouvement, d'un autre endroit. Mais même si les émissions ne s'écrivent ni ne se déroulent plus ici, j'aime cet endroit. Pourtant c'est con, je ne supporte pas la solitude, j'aime bien la voix des gens, leur présence et leur chaleur. Parfois malgré tout, j'aime me retrouver seul, dans ma bulle, loin de tout, loin de tous. Changer d'air. Un peu comme partir en vacances sans aller très loin. »

Tu avales une gorgée de ton café qui refroidit et tire une bouffée du rouleau de tabac avant de la recracher au dehors. La saveur mentholée se mélange à l'âcreté de la boisson et à l'amertume de l'obligation de la fuite.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Dim 28 Juin - 1:00


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

      C'est bien ça le problème des gens des villes. Ils voient absolument tout en grand, et essaient d'avaler plus qu'ils ne peuvent digérer. Les malédictions peuvent effectivement prendre toutes les formes du monde, mais on ne parlait pas non plus d'un dispositif de camouflage dernier cri comme en inventaient sûrement les ingénieurs de l'armement Américain dans votre dos. On parlait là d'une magie qui affectait les êtres vivants. Peut-être qu'un bon illusionniste pourrait faire disparaître sa cabane aux yeux des curieux, mais toi, ça t'était tout bonnement impossible, du moins pas directement.

« That's hexxes I'm talking about here, not some CIA technology. I can't simply make the whole thing invisible, nor can I do much 'bout the radio waves. What I can do though is protect the whole thing with a confusion hex, and make it so people get all stupid so long as they're too close. Meaning there could be a giant « rebel radio station » right under their nose and they wouldn't even realise it. But then I'd have to provide everyone you wanna allow in with a protective charm. »

Tradoc:
 

Tu soupires rien qu'à l'idée du temps qu'il te faudrait pour fabriquer ne serait-ce que deux gri-gri. Entre les potions dans lesquels ils faut les tremper, et les ingrédients et matériaux à la limite de l'introuvable, ça représenterait énormément d'efforts. Mais c'était faisable, c'était efficace, et sur le long terme, ça économiserait énormément de temps et d'énergie à Loon. Il y a assez peu de gens qui reconnaissent encore la signature des malédictions des sorciers vaudous pour qu'une telle stratégie vous assure au bas mot quelques années de tranquilité. Une ou deux semaines de collecte et de manufacture intensive, ce n'était pas cher payé. C'était décidé, si l'idée lui plaisait, alors tu t'attellerais à la tâche... moyennant un peu de compagnie. C'est pas que tu n'as pas l'habitude d'être seul, mais une activité routinière devient tout de suite moins chiante lorsqu'on a quelqu'un avec qui faire la conversation... et puis plus il y avait de mains pour une récolte, plus ça allait vite.
Ton nez se retrousse furtivement lorsque l'odeur de tabac s'installe, avant que ton visage ne reprenne la même mine que celle qu'il arborait juste auparavant. Parce qu'après toutes les odeurs infâmes auxquelles tu as été exposé, tu trouves toujours le moyen de déprécier le pauvre fumet d'une cigarette. Parce qu'il aura fait attention à ta mimique, ou tout simplement par politesse, il se sera posté à la fenêtre pour la fumer, avant de reprendre, dans une position qui le rendait presque cinématographique, son discours.

« I know the feels. This place smells like rotten rat miscarriage, but for some strange reason, once you've been in, you can't quite leave it without sheddin' a few tears. »

Tradoc:
 

Tu laisses s'installer le silence quelques instants, le temps d'écouter ronronner ( ou hurler ) la mélodie du marais. T'aurais presque envie de remercier le Bayou de t'avoir offert de le rencontrer. Enfin t'auras trouvé des gens engagés dans le même combat que toi. Enfin tu te retrouvais en position de vraiment faire quelque chose de constructif, et de faire bouger les choses dans ce que tu juges être le bon sens. Tu te lèves, et vient te poster avec lui à la fenêtre, tout sourire. Et sans prévenir, de ton attirail tu tires une dague, et saute dans l'encadrement.

« Don't wanna be pressing, but if I am to join, then I'd better meet the people I side with. D'ya think you could introduce me to some of'em ?... After I'm done pickin' up some wood though. »

Tradoc:
 

Et tu sortais comme tu étais rentré, à travers les branches. Seulement cette fois tu grimpais plus haut, restant pourtant à portée d'oreille et de voix, pour ne pas couper la possible conversation que voudrait te faire Loon.
T'es tout excité à l'idée d'avoir l'occasion de rejoindre ces gens, faudrait être aveugle pour ne pas s'en rendre compte.





Dernière édition par Shandro E. Leblanc le Lun 29 Juin - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 

A Swampy meeting [+18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Meeting tuning a Barbezieux Saint-Hilaire Charente
» Meeting under the sea •• feat. Error 404
» Meeting the Ice Queen. {PV Li}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-