AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  A Swampy meeting [+18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Lun 6 Juil - 1:50


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

    C'est vrai que courir à travers les coins de son appart comme un enfant dans une boutique de bonbons, surtout avec ton pantalon imbibé de sueur et d'eau vaseuse... ce n'était pas la meilleure idée du monde. Mais quand même, est-ce qu'il se rendait seulement compte des trésors qu'il cachait dans ses placards. Sûrement que oui. Après tout, t'imagine la connaissance de Loon en breuvages bien supérieure à la tienne. Peut-être supérieure au point de trouver toutes ces liqueurs, trésors à tes yeux, tout à fait triviales, qui sait. Tu aurais largement de quoi les fabriquer ces talismans, tu aurais de quoi fabriquer toutes sortes de talismans ici. Rien que d'imaginer toutes les possibilités, t'en a des étoiles d'en les yeux. Au diable la crève, t'aurais bien ouvert l'atelier gri-gri tout de suite et maintenant. Ça ne lui aurait sûrement pas plu à Loon... enfin, pour le temps qu'il a dû mettre à concocter tout ça. Il doit y tenir comme à la prunelle de ses yeux.
T'ignores sans vergognes la première sommation, et tu continues de fouiner à travers les étagères. Tes recherches t'auraient sûrement traîné dans le moindre petit recoin de l'appartement s'il n'y avait pas – de force – mis un terme. Loon, la voix grincheuse de la sagesse avait parlé, et t'étais bien obligé de lui donner raison. Bon, tu as déjà ravalé ta fierté une fois, mais alors une seule fois, pas deux. T'as d'abord décroché le débardeur pendant autour de ta taille, et puis tu t'es prestement débarrassé de sa main, entravant ta manœuvre. Le pantalon est tombé juste après, emportant ton sous-vêtement avec.

« Wanted my clothes ? Here you are. Now just gimme a sec, and I'm all yours. »

Trad:
 

Un regard plus que malicieux au visage, tu lui as tout bonnement jeté tes vêtements dans les bras, et t'as repris ton inspection, complètement nu. S'il n'y avait pas eu cet occasionnel éternument, on aurait pu totalement oublier qu'il y a moins d'une heure, t'avais été mis K.O par un coup de froid. Maintenant que tu avais obéi à son premier ordre, t'allais pas te gêner pour absolument tout fouiller du sol au plafond. Lorsque tu sortiras de cette maison, tu pourras te targuer d'en connaître le moindre recoin... ou presque.

« There are quite a few treasures hidden in here. I could very well use some of your stuff... with your permission of course. Wouldn't want all of that to go to waste. »

Trad:
 

Tais-toi Shan. Juste tais-toi et arrête d'y penser. C'est pas la peine d'essayer, tu sais que ce n'est pas la peine d'essayer, et pourtant tu essaies quand même. Ce n'est pas juste la chaleur naturelle qui fait que tu transpires autant. Ce n'est pas pour rien qu'absolument tout ce que tu dis peut faire double sens. C'est parce que ta pensée elle-même va dans les deux sens. T'aimerais bien réussir à te concentrer sur ce qui devrait être important, mais ton corps a décidé qu'il y avait pour l'instant quelque chose de plus important à faire. Il y a un trésor ici qui se gaspillait plus que les autres. T'as retrouvé un Loon qui venait de se débarrasser de tes vêtements, seulement à moitié surpris par ton comportement, et tu t'es emparé de lui. Le visage dans son cou, tu l'as enfermé contre le mur le plus proche, et la monstrueuse érection que tu plaquais contre son bas ventre ne laissait aucun doute à tes intentions.

« I know that it was me who turned down the offer at first, but you know what they say, only a fool can't change his mind. »

Trad:
 

Il allait te répondre, Loon semblait être du genre à toujours avoir quelque chose à répondre, mais cette fois, ce n'était pas la peine d'essayer. Tes lèvres sont venues cueillir les siennes à peine il les a entrouvertes. Tes mains quant à elles, ont vite fait de relâcher leur emprise sur lui, pour venir travailler à rétablir l'équilibre entre vous deux. Glissant de ses bras vers ses hanches dans une longue caresse, tes doigts s'appliquaient, dans une douceur qu'il ne t'imaginais sûrement pas, à le séparer du tissus qui le couvre, trouvant à l'occasion, le temps de lui communiquer un frisson... t'avais dit que tu lui demanderais la permission... mais ça c'était pour les potions.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Lun 6 Juil - 15:17

Au delà de l'agacement, son attention pour ton attirail de charmes te touche sincèrement. Il se sent dans son élément chez toi ce qui fait apparaître un nouveau point commun au tableau de votre entente ; tu songes aux après-midi interminables que vous pourriez passer ensemble autour de la table de la cuisine, un flacon dans chaque main, des herbes entre les dents, le nez dans les vapeurs de sortilèges dégagées par les bols et les casseroles fumantes. Shandro ne te juge pas, il te valorise, même et le fait qu'il observe avec émerveillement chaque nouveau flacon sur lequel ses yeux se posent finit par t'attendrir.
Tu as l'impression de voir un véritable reflet de toi-même lorsqu'il te prend au mot et comprends soudain à quel point tu peux désarçonner les gens autour de toi avec tes réactions extrêmes. Te laissant tout le loisir d'admirer sa nudité avantageuse, il te fourre ses vêtements trempés dans les bras avant de reprendre son inspection.

« Tant que tu demandes, je vois pas où est le pro...attends, gaspiller quoi ? »

Ayant ouvert la fenêtre, tu y as étalé les vêtements qui sèchent ainsi en plein cagnard, les jambes du pantalon pendant dans le vide. Comme toi, Shandro s'exprime la plupart du temps par double sens – sexuel – et tu as encore du mal à te faire à l'idée que tu comprends en vérité parfaitement bien de quoi il te parle. Pas de retournement de pensées, pas de décodeur à lancer, pas de pudeur à dresser : les choses sont dites comme elles sont, sans le moindre autre filtre que celui de votre esprit mal placé. Tu peines à te rendre agréablement compte du fait que vous parlez le même exact langage.

Sans te laisser le temps de finir ta réflexion, Shandro te plaque contre le mur avec une vigueur semblable à la tienne, le visage enfoui dans ton cou. La chaleur grimpe dans ton corps avec une vitesse folle et tu l'échanges avec la sienne en refermant machinalement tes bras dans son dos. Il t'annonce qu'il a changé d'avis et tu t'apprêtes à répondre une connerie cinglante quand sa bouche prend d'assaut la tienne dans une connaissance parfaite de ton comportement, puisqu'il a le même. Il est presque frustrant de sentir quelqu'un nous connaître aussi bien jusqu'à prévoir nos mouvements...
Malgré la chaleur c'est un frisson glacial qui parcourt ton torse nu alors que ses doigts glissent vers le sud dans une douceur paradoxale à la brutalité avec laquelle sa langue agresse la tienne.

« C'est ça, file-moi tes microbes. » parviens-tu finalement à dire.

Nan parce qu'il a quand même avalé des cochonneries en tombant dans l'eau celui-ci et que t'as pas envie d'être malade à ton tour. C'est pourtant un tout autre virus qui fait grimper la fièvre dans tes gestes tandis que tes membres agités de tremblements se pressent contre son corps, vos deux membres érigés se frottant l'un contre l'autre dans un rapport de force défiant la violence primale. Un bref coup de hanches de ta part envoie vers lui la boucle de ceinture d'un acier réchauffé par le soleil et qui t'emprisonne douloureusement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Lun 6 Juil - 18:06


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

  C'était sûrement la première fois que t'étais aussi en phase avec un partenaire. Il te suffit de te demander comment toi tu aurais réagi, dans une certaine mesure, pour deviner les réactions de Loon. Tu tirais une certaine satisfaction de cette capacité d'anticipation, parce qu'elle te donnait l'impression de savoir absolument quoi faire, et quoi ne pas faire pour à la fois lui faire plaisir, et te faire plaisir. Lui faire plaisir... c'est que la fièvre devait aussi avoir quelque peu joué dans tes neurones Shan. Ce n'est pas ton habitude ça, de penser à faire plaisir à l'autre. Après tout, tu n'avais jamais que désiré physiquement les autres. Tu voulais leur corps, et tu le prenais d'assaut. Tu faisais absolument ce que tu voulais d'eux, et heureusement pour eux, malgré ta maladresse sociale et tes caractère bien trempé, tu n'en étais pas moins extrêmement doux lors de l'acte. Certains diraient que c'est l'un des indices révélant ta véritable sensibilité intérieure, d'autres diront que tu es l'exemple parfait du livre à ne pas juger sur sa couverture, mais toi tu te justifies simplement en disant que tu aimes savourer. La nourriture n'a pas meilleur goût lorsque l'on se vautre dedans.
Avec Loon, il y avait quelque chose de légèrement différent. Une certaine empathie que tu ne saurais expliquer, mais qui rendait la chose encore plus excitante. La boucle de ceinture, la putain de boucle de ceinture. C'est fou à quel point les doigts d'une personne pouvaient devenir agiles lorsque la motivation était là. La pauvre ceinture tombée lourdement au sol en faisait les frais.

« The both of us being sick would just be another good reason to go to bed together wouldn't it. »

Trad:
 

Ceinture tombée, c'est une véritable parti de plaisir que d'envoyer la suivre des tissus alourdis par l'humidité. Tes mains creuses, faussement discrètes, à la rechercher de l'objet de convoitises, jusqu'à ce qu'enfin, vous vous retrouviez tous les deux en tenue d'Adam. Entièrement livrés l'un à l'autre, oubliant totalement la fragilité découlant de votre nudité lorsque le désir vous souffle toute sa force.  Ta respiration s'alourdit, ton cœur cogne violemment contre ta poitrine, et ton torse se soulève et s'abaisse puissamment, pressant encore un peu plus ton partenaire contre le mur, forçant presque ses pieds à décoller du sol. À la seule force de tes imperceptibles ondulations, tu le sépares du plancher, tu deviens son appui, et alors avec lui tu recules, l'enlaçant de tes bras puissants, agrippant fermement ses cuisses, juste sous ses fesses. Et là tu romps définitivement tout contact entre lui et le reste du monde. À la force des bras tu le soulèves, de manière à ce que pour lui, il n'y ait que toi, et plus que toi.
Un nouveau baiser plein de fougue, que vous brisez lentement, d'un commun accord, et à la fin duquel tu resserres ton étreinte, lui signifiant d'un simple sourire ce qui l'attends. Tes lèvres viennent cueillir son oreille, la mordiller légèrement, avant de lui souffler, sincèrement cette fois, des mots que tu lui avais déjà adressé.

« You tell me if I hurt you the slightest. »

Trad:
 

Et avec ça tu donnais ton premier coup de hanche.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Lun 6 Juil - 18:51

Le cuir claque d'une façon exquise contre tes hanches tandis que l'entrave cède sous les doigts experts de Shandro. Démuni, tes derniers vêtements s'écrasent sur le sol dans la vigueur de l'acte. Tes yeux s'assombrissent sous le désir et la chaleur de vos corps en fusion remplace bientôt le frisson d'un courant d'air venu de la fenêtre ouverte qui se fracasse sur la fragilité de votre peau nue. Entre la dureté du mur et la souplesse puissante du torse de ton amant tu corps défaille, moite de sueur, affolé d'une ardeur primitive. Vos regards ne se quittent plus ; ils s'affrontent, s'entrechoquent, se défient. Avec la réalité c'est la terre ferme que tu quittes soudain, dans une ascension du désir, tandis que ses mains tiennent fermement tes cuisses. L'habitude t'abandonne dans le terrain inconnu de la soumission masculine et tu lévites dans son étreinte aux rondeurs musclées. Ta bouche se joint à la sienne dans l'annonce humide d'une symbiose charnelle. Le cœur battant, tu relâches ses lèvres, tes dents éraflant la pulpe du fruit défendu qui s'étire en un sourire au fond duquel filtre l'annonce de la violence douce.

Soudain, le choc.
Le souffle coupé, la bouche ouverte dans un cri muet, tu vois blanc l'espace d'une seconde. Tes chairs se déchirent sous la pression. Ton corps entre violemment en contact avec le mur sur lequel ta peau glisse dans le gémissement plaintif que tu n'as pas la force d'échapper. Tu enroules ses reins dans l'étau ferme de tes jambes et t'empales définitivement sur le mont de la douleur. Tes cellules s'animent alors de cette hormone contraire qui déferle soudain dans tes vaisseaux et tu serres les dents sans comprendre cette sensation nouvelle que tu as longtemps crue enfouie au plus profond de tes souvenirs maudits par la souffrance.
Parce qu'au delà de l'évidente virilité de l'ébat, la force dont Shandro fait preuve est sans pareille.

Tu trouves la délivrance de l'oxygène entre ses lèvres qui se tendent. Une lueur sombre s'enflamme dans ton regard qui soudain, se détache de l'humanité. Tes hanches s'accoutument à l'émotion jusqu'ici quasiment inconnue et roulent contre les siennes tandis que l'étreinte de tes bras se raffermit sur ses épaules tendues dans l'effort de ta domination. Tes neurones s'éteignent un par un au profit de chaque fragment qui forme l'image de son visage, car au milieu du néant hormonal, il n'y a désormais plus que lui, et personne d'autre.
Le soleil s'évade, l'air s'évanouit, les couleurs s’annihilent. Blanc et noir s'entremêlent et s'entrechoquent pour mieux se réunir à chaque pression de ses reins contre les tiens. Les fluides se mélangent tandis que dans l'étau de vos torses palpite un troisième cœur aux gémissements transparents.

Au delà de ton déchirement intérieur c'est le soulagement qui te submerge, celui de la résolution d'une envie qui gigote en toi depuis que tu l'as vu pénétrer une première facette de ton intimité. Quelques heures auparavant, la barrière de la méfiance s'élevant, une telle chose aurait été impensable entre vous. Quelques heures auparavant, vous étiez prêts à vous taper dessus.
Désormais, c'est lui qui tape, dedans.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Mar 7 Juil - 18:10


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

  Des âmes jumelles séparées dans le temps et dans l'espace par une destinée que le très-haut ne voulais pas vous voir partager. Vous avez inexorablement fini par vous réunir. Vous êtes revenus en arrière, vers cette époque ou vous n'étiez qu'une seule entité. C'est votre monde qui se complète enfin lorsque vous n'êtes enfin plus qu'une seule chair. Bonheur extatique que d'être enfin réunis, deux vieilles âmes retournant à leur quintessence, dans la chaleur du sein de leur mère.
Tu danses, au rythme de vous cœurs battant à l'unisson. Tu frissonnes, malgré la chaleur de vos corps brûlants de passion. Tu planes, dans un ciel dont il est devenu le soleil, seule étoile éclipsant toutes les autres. Tu te perds en lui, en gestes comme en pensée, mais tu ne le perds pas lui. Lui qui est maintenant la seule chose qui compte. Empreint d'une empathie atteignant son apogée, tu saurais sans ouvrir ni yeux ni oreilles les ressentis de ton ami. Il se tend, il s'accroche, et intérieurement il hurle. Il hurle dans son cœur pour que ses yeux ne pleurent pas, parce que dans son bonheur il y a aussi de la douleur. Ce n'est pas parce que tu le lui as demandé qu'il te livrera ses tourments. L'homme qui te fais face est comme toi, un orgueilleux combattant. C'est à toi seul qu'incombe de chasser les maux que tu as toi-même provoqué. Toi seul peux choisir de lui offrir la joie sans peine qu'il te demande, alors que dans son absolue confiance il te serre un peu plus fort.
Tes lèvres viennent cueillir les siennes, y poser un peu de douceur, alors que tes ondulations freinent en ardeur pour gagner en ampleur. Tu te fais lent et chaleureux, tu ne joues plus les amants, mais les amoureux. Tu décides de lui confier son propre sort, pour que la sentence voguant au dessus de ta tête soit moins lourde. Tu le laisses chercher son plaisir, libre d'exprimer ses envies. Tu tends l'oreille au langage de son corps plutôt qu'aux hurlements affamés du tien, mais tes cris sont bien trop fort, et c'est lui à son tour qui les entends, qui les comprends, et qui s'offre entièrement. Ls pulsions que tu as un instant réfréné font surface plus violentes que jamais, et dans un baiser incendiaire, il te provoque sans regrets. Lui et toi avez enfin fait complètement fi du monde, pour ne plus vous retrouvez qu'entre vous, plongés dans une hérésie commune. Alors parce qu'il est prêt, parce qu'il te le demande, parce qu'en vérité, c'est lui qui te commande, tu te laisses aller à ton instinct. Tes muscles se tendent tous, et tu reprends dans l'entièreté de ta puissance le pas qui vous fait tous les deux chavirer. L'intensité monte, monte, monte à n'en plus finir, et vos torses se gonflent et s'écrasent l'un contre l'autre au point d'en éclater... et alors, c'est le vide.
C'est le tout et le rien à la fois. Tu fuis le mur, emportant Loon avec toi. Tu chancelles, perdu, à la recherche d'un abri, et conclusion d'une dernière plongée, tes bras toujours l'enveloppant, tu te sépares de lui. Tu l'emportes avec toi, pour t'écrouler dans le canapé et tu agences soigneusement vos deux corps souillés. Son visage face au tien, les jambes entrelacées, tes mains glissant dans son dos d'infinies caresses. Tu t'oses a de tes doigts, son visage frôler, et ses cheveux traverses, lui qui il y a quelques heures, tu menaçais de tuer. Ton pouce lui traçant doucement la joue, fort de l'émotion, c'est dans un soupir rauque que tu exprimes ta satisfaction.

« That was really fucking good. Thank God I didn't miss on that. »

Trad:
 

Et là, allongé contre lui, à lui partager de douces attention, c'était toujours aussi bon. Tu serais resté là des heures, si seulement vous n'aviez pas du pain sur la planche.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Mar 7 Juil - 19:25

C'est comme une évidence. Tes mouvements s'accordent aux siens avec une précision extrême, presque effrayante, qui laisse penser qu'il peut tous les prévoir et qu'il y répond déjà avant même que tu ne les produises. Il t'a semblé attendre des lustres cette union, qui, maintenant qu'elle s'exerce enfin au rythme de ses coups de reins te satisfait plus que jamais. A chaque frappe dont l'écho se répercute au plus profond de ton être, tu découvres de nouvelles sensations si puissantes que tu te demandes comment tu as pu t'en passer si longtemps. Dans l'au-delà lointain de tes souvenirs, Masis traverse ton esprit, te sourit avant de disparaître, comme si Shandro avait pris la relève de ton cœur.

Les ondulations de Shandro ralentissent pour mieux s'amplifier. A la force de tes cuisses vibrantes du choc qui laboure tes reins, tu te dresses sur lui, ton front luisant appuyé contre le sien, vos lèvres unies cherchant désespérément de l'air. L'angle se cherche, se teste, et enfin, se trouve ; soudain, tes mains se crispent dans son dos et un gémissement gravit les parois de ta gorge pour mourir dans la sienne. Une onde de choc te parcourut tout entier, tandis qu'il enfonce la clé de ton plaisir au plus profond de tes entrailles. Tu lui réponds automatiquement par un élancement brutal au niveau de ses hanches. Tu n'as rien à dire, puisqu'il semble te comprendre immédiatement. Tu n'as rien à hurler, si ce n'est son prénom.

Son torse se gonfle dans l'inspiration ultime du monstre infernal qui va déverser sa colère dévastatrice sur ton corps. Le néant vous envahit de son obscurité opaque, étouffante, et la seule lumière provient de ces reins qui te déboîtent les hanches. Tes chairs l'englobent dans une aspiration malsaine et se referment autour de ses formes pour lesquelles elles semblent avoir été moulées. Dans l'étau de ces torses glissant s'abandonne aux frottements l'arsenal vibrant au bord de l'explosion fatale. Le sang pulse à tes tempes dans une mélodie tribale et c'est une véritable guerre qui s'engage à l'intérieur de toi tandis que d'une ardeur renouvelée Shandro te laboure les viscères sans ménagement. Tu libères ses lèvres le temps d'inspirer cet air à la fois brûlant et glacial, juste pour crier les deux syllabes magiques d'un sortilège infernal. Tes poumons se compriment sous l'étau létal de la tension qui te serre...

Et tout explose.
Tu enfouis soudainement ton visage dans son cou tandis qu'il frappe une énième fois, plus violente que les autres tout au bout de toi-même, à la frontière de la symbiose viscérale. Les deux âmes s'unissent définitivement, se retrouvent et se cajolent dans la violence de l'acte tandis que les parois de ta gorge anale gémissent la douleur d'un plaisir incestueux.
Pendant une demie seconde, Shandro est la personne que tu aimes le plus au monde.

Un courant d'air enveloppe les deux corps qui se fondent dans la chute. Vous atterrissez brutalement sur ton canapé, ton corps dé-serrant sa prise sur le sien tandis que tu te déverses sur son torse dans une gratitude translucide. Il t'étreint pour ne pas t'abandonner, et glisse ses doigts dans ton dos parcouru de frisson tandis que, blotti contre son torse, tu défailles dans l'extase. Les yeux mi-clos, le cœur encore battant de l'effort, tu laisses échapper un rire à sa remarque.

« Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. »

Tu te laisses aller dans sa tendresse, ton bras libre passant par dessus son flanc pour effleurer sa peau humide. Le visage de ton éternel amour se dessine dans la brume de l'orgasme et tes entrailles se serrent soudain à la pensée de cet homme qui, quarante-huit heures plus tôt t'a violemment rejeté. Tes nerfs lâchent, subitement, et sans pouvoir te retenir, tu laisses les sanglots t'envahir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Ven 10 Juil - 4:58


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

    Quelque chose s'est créé entre vous. Quelque chose de fort. Il doit se sentir malin celui qui a dit que ce n'était pas en couchant à droite à gauche qu'on fait de véritables rencontres. Bon, peut-être qu'il n'a pas tout à fait tord. C'est quelque chose de très rare ce qui se passe entre vous deux. Là avachi dans son canapé, Loon lové entre tes bras, tu aurais été tenté de lui dire des mots plus forts que ta pensée. Après un échange aussi passionné, il est facile de tomber dans les filets de l'émotion, et de s'enfermer dans un faux-amour, voué à un lent déclin. Tu n'es pas tombé amoureux de Loon, mais tu n'en est pas bien loin. Un ami. Un ami beaucoup beaucoup trop proche, mais un véritable ami, qui semble d'ailleurs plus perturbé que tu ne l'es par les émotions qui vous ont traversées.
Pourquoi ? Qu'est-ce que tu as bien pu faire pour le mettre dans cet état ? T'as quand même pas été mauvais au point de le faire pleurer de désespoir, surtout qu'il semblait pas mal satisfait quelques instants auparavant. Ou alors peut-être que t'as été tellement bon que tu lui as mis la larme à l'oeil alors. C'est plus plaisant comme explication, mais ni Loon ni toi n'êtes du genre à pleurer votre bonheur comme des fillettes en chaleur devant leur Pseudo-Pop-Star préférée. Et puis ce n'étaient pas des pleurs de bonheur. Loon était mal, d'une douleur plus vieille que toi. Un mauvais souvenir peut-être ? Tu ne saurais le dire, mais ce qui compte, c'est qu'à l'instant, tu étais là pour lui. Tes caresses ne sont plus les attentions d'un amant mais la chaleur d'un homme tentant de consoler celui qui en a besoin. Sauf que bien évidemment, tu es loin d'être doué à ce jeu. Tes doigts viennent se poser sur son visage, et y cueillir doucement l'eau perlant de ses yeux, avant de venir ébouriffer sa tignasse. Sourire compatissant aux lèvres, tu lui murmures quelques paroles que tu espères réconfortantes.

« Aww bud, don't cry. We were just having a good time ain't we? And... don't you even feel much better ? Man, it's like we jizzed all'of'em germs out. »

Trad:
 

Tu te soulèves sans le lâcher une seule seconde, forçant doucement ton compagnon à suivre tes manœuvres, avant de finalement entièrement te saisir de lui une nouvelle fois, le portant comme s'il était une princesse en détresse. Toujours tout sourire, espérant que ta bonne humeur soit réellement communicative, tu prends la direction de la salle de bain... parce qu'après tout ça, une bonne douche ne serait vraiment pas de trop. Peut-être qu'il ne suffirait en plus que de ça pour chasser les démons de ton ami. Après tout, parfois, l'eau est un remède bien plus efficace qu'on ne l'aurait cru. Il faudrait espérer. Loon n'était plus qu'à moitié présent, à la limite d'être amorphe.

« C'mon beautiful, you can stand on yo'own feet. »

Trad:
 

Du moins tu l'espérais, parce que tu n'avais que deux bras à disposition, et que tu aurais bien aimé pouvoir te permettre d'intéragir un minimum avec ton environnement. Tu laisses ses pieds retrouver contact avec le sol, gardant toujours ton bras, ta main, ton corps en entier, mais quelque chose à proximité, parfois même le maintenant plus ou moins fermement, pour éviter qu'il tombe. Intérieurement il devait te haïr de le babysitter comme ça, même si extérieurement, il était trop brisé par le chagrin pour y réagir. Ce que la tristesse peut faire à un homme...
Tu as ouvert le robinet, et bien qu'appréciant le jet d'eau arrosant généreusement ton corps, entamant la libération de ta peau, tu ne fais d'autant plus attention à l'équilibre précaire de celui avec qui tu continues de partager ce moment.

« I know it may not be the best moment, but I was tellin'ya earlier on ; If you do not mind, I'd like to borrow some o'your potions so I can craft our charms after we're all cleaned up. »

Trad:
 

Et avec ces mots tu te saisissais d'un peu de savon, prenant presque l'apathie de Loon comme excuse pour faire sa toilette toi-même et en profiter pour redessiner une nouvelle fois les monts et vallées de sa tonique musculature. C'est Loon, il t'a bien l'air solide, il survivra. Il pourrait retrouver son sourire espiègle d'une seconde à l'autre. Tu fais confiance à son fort caractère.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Ven 10 Juil - 11:21

Impossible de comprendre pourquoi Masis s'est simplement manifesté l'espace d'une seconde tandis que désormais Alvin peuple la totalité de son esprit ; ses derniers mots résonnent en écho contre les parois de ton crâne et te donnent la migraine. Les sensations du coït demeurent malgré tout et te transforment en une véritable boule de nerfs que les caresses étonnamment douces de Shandro tentent d'apaiser. Son étreinte chaleureuse n'a strictement rien à voir avec la bestialité dont il t'a sauvagement démonté les hanches. Sa peau glisse doucement contre la tienne, ses doigts agitent chaque souvenir imprimé dans ton corps dont tu encaisses la réminiscence les dents serrées et la gorge nouée par les larmes qui montent et sillonnent tes joues.

« T'en fais pas, laisses-tu échapper dans un chuchotement. On s'est tellement éclaté que tu m'as fait éprouver pour toi des sentiments...des sentiments plus ou moins proches de ceux...que j'éprouve...pour une autre personne...qui ne veut pas de moi. »

La réalité des choses te frappe en plein cœur avec une telle force que tes sanglots meurent dans ta gorge, comme si l'admettre verbalement, sans te consoler, te faisait te rendre à l'évidence que tu convoitais l'impossible. Tu ressens pour Shandro un sentiment voisin de l'amour et de la fraternité, qui se manifeste dans la force de l'instant et dont les effluves pourraient te mener à tes déclarations que tu ne te sentais pas d'assumer.
Les doigts de Shandro recueillant tes larmes te font frissonner. Vos peaux se mélangent dans un oxymore de teintes presque irréel. Le cœur lourd, tu t'attaches à ces petits détails pour arracher de toi cette sensation qui t'alourdit considérablement...mais visiblement pas assez pour dissuader Shandro de te saisir dans tes bras pour te porter ainsi qu'une princesse. Ton caractère lunatique s'installe de nouveau avec la vitesse d'un ouragan, et tu te surprends à éclater de rire, parce qu'après tout la vie est belle, même sans Alvin au creux de tes cuisses.

« Je sais pas, je resterais bien là. »

Son bras qui soutient tes jambes se baisse soudain pour te laisser reprendre contact avec la terre ferme et la réalité. Pantelant, tu laisses Shandro vous diriger vers la petite salle de bains qui se trouve à l'opposé du minuscule hall d'entrée. Des frissons te submergent, érigés par le courant d'air s'engouffrant à travers la fenêtre ouverte. Vous vous serrez bientôt dans la cabine de douche et quelque part dans un coin de ton esprit, tu songes à Aimée qui s'y lave tous les matins. Tu espères d'ailleurs très fort qu'elle ne va pas débarquer pendant que votre proximité demeure si intime et quelque part, cela provoque en toi une excitation due à la prise de risque.
Les omoplates collées contre le carrelage de la douche, tu savoures le jet de l'eau contre ta peau. Les saveurs transparentes se mélangent sur ton torse et dégringolent sur tes cuisses.

Ton torse se soulève brusquement lorsque les mains de Shandro enduites de savon explorent de nouveau les formes de tes muscles. Son escapade humide se poursuit entre les bulles de mousse créées par l'alliance des deux éléments alors qu'il évoque un autre type de chimie. Inconsciemment tes muscles s'arquent d'une énergie nouvelle qui s'élève au creux de tes entrailles alors que chaque parcelle de ta peau s'électrifie à son contact. Tu fermes les yeux, un sourire rêveur aux lèvres qui tenteraient bien de chercher les siennes.

« Je t'ai dit qu'il n'y avait aucun problème, tu fais ce que tu veux. » soupires-tu.

Tes dents viennent mordre tes lèvres dans la magie du double sens et ton corps se tend vers lui en cherchant ses caresses appuyées.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Sam 11 Juil - 21:01


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

    Glisser lascivement tes doigts dans le creux de son dos, marquer de tes empreintes le contour de ses pectoraux saillants, descendre vers l'horrible tentation que sont ses hanches, te risquer autour de son pubis, te faire discret lorsque tu touches son aine. Continuer de descendre jusqu'à lui caresser les chevilles, seulement pour mieux remonter. Menacer ses yeux de tes mains pleines de savon, lui badigeonner le visage dans un rire gras, pour finalement masser un cuir chevelu d'une douceur irréelle. Ce serait si facile de s'adonner au plaisir encore une fois, ici et maintenant. Vos corps toujours nus se cherchent l'un l'autre, vous vous provoquez mutuellement, encore et toujours. Tu n'as pas moins envie de lui que ce n'était le cas auparavant, mais ce serait bien trop facile que de céder maintenant. Tu trouves quelque chose de magnifique dans la chasteté du moment, tu te plais dans ce corps à corps innocent sans l'être. Tu te délectes de ce moment de partage presque bon enfant, du cadeau qu'est cette confiance mutuelle nouvelle et pourtant bien mature. Il n'y a pas de pudeur entre vous. Il n'y a pas de mensonge entre vous. Vous n'êtes l'un à l'autre que vérité, en mots comme en gestes, et c'est presque endormi par les circonvolutions de tes bras que tu t'es surpris à poser un baiser sur sa tempe.

« Yuk. Now that's a tasty kiss. »

Trad:
 

Tu crachottes le savon que tes lèvres ont récolté sur son visage, et ensembles vous riez à pleins poumons. Tu continues ton manège, jusqu'à ce que tu le juges propre. Oh pour ça, ça devait faire des lustres qu'il était propre, mais câlin comme tu es, tu n'avais pas eu le courage de briser le contact, et tu ne l'as toujours pas. Tu ne fais que le laisser pour mieux profiter de son étreinte, quitter ta place dans son dos pour lui confier le tien.

« My turn now. And you better not put anything up my ass ! »

Trad:
 

Avoir confiance en quelqu'un n'exclue pas la précaution, surtout lorsque l'on se sait soi-même sensible à ce genre d'occasions. À sa place il aurait fallu que tu te battes avec ta conscience pour réussir à te contenir, t'espères seulement qu'il saura faire preuve d'un peu plus de retenue. Toi qui avait eu bien plus d'une fois des relations sexuelles avec d'autres mâles, certain te demanderaient, pourquoi tant de réticence à passer à la casserole ? Orgueil du dominant, l'envie d'entretenir cette illusion d'imposer ta force à l'autre ? Une partie de ça, et même en sachant très bien que l'autre a toujours autant de pouvoir sur toi que tu n'en as sur lui, ta fierté refuse d'être raisonnée. Second argument de poids, et bien simplement, tu n'aimais pas ça. Deux fois seulement, tu avais accepté que quelqu'un d'autre entre en toi, et territorial que tu es, tu t'étais senti envahi, et le peu de plaisir physique que tu y avais trouvé n'avait pas suffi à renverser la balane à côté de la souffrance psychologique. On te traitera d'égoïste en amour autant qu'on veut, mais ce n'est pas pour autant que tu changeras le moins du monde.

« So who's is that's dumb enough not to love you back ? »

Trad:
 

Les mains de Loon sont douces, bien plus douces que les tiennes, abîmées par des années de vie passée entre la rue et les marais. Non pas que ton foyer n'ait pas été un endroit accueillant, seulement tout trublion que tu étais, et que tu es toujours, l'extérieur te fascinait. Tu ne peux que laisser échapper un soupir de satisfaction alors que ses mains expertes courent sur ta peau. Yeux fermés et oreilles ouvertes, tu te délectes du moindre de ses gestes, prêt à réagir à la seconde si seulement les souvenirs venaient à le mettre au sol une seconde fois.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Dim 12 Juil - 1:48

A la douceur de ses caresses se mêle la force dont font preuve la fermeté de ses mains pour te retenir de défaillir. Tu fermes les deux, t'adonnant à la sensation de l'eau mêlée du toucher de sa peau contre la tienne tandis que la mousse s'échappe sur l'émail, descendant le long de ton corps dans une étreinte douce, comme celle d'un rêve. Tu souffles comme un idiot lorsqu'elle vient gagner ton visage, joignant ton rire grave à celui de Shandro qui vient déposer ses lèvres contre ta tempe dans un choc électrique qui se propage dans tout ton corps. Vous êtes comme deux enfants, deux frères partageant naturellement une douche, dans la symbiose inexplicable de l'affection que vous vous procurez mutuellement. Tu t’abandonnes contre lui dans l'étreinte qu'il t'offre et, ton bras replié par dessus vos deux épaules, le baiser que tu lui donnes en retour a un léger goût d'inceste. Lorsqu'il se retourne, il prend les devant sur tes éventuelles tentations, lui qui te connait si bien.

« Je ne ferai rien si tu ne le souhaites pas. »

Forcer l'intimité d'autrui relève pourtant de ta marque de fabrique, certes. C'est d'ailleurs pour ça que ce serait vraiment se foutre de la charité que de blâmer durablement Shandro pour l'insertion violente qu'il a fait tout à l'heure dans ta cabane ; tu aurais très certainement fait la même choses si les rôles avaient été inversés. Tu as toujours cette tendance maladroite à poser des questions indécentes et indiscrètes pour savourer la gêne des autres.
Mais tu ne savoures leur douleur que lorsqu'ils te la commandent.

« Et je suis plus du genre à recevoir qu'à donner. »

Quand il s'agit de l'insertion pure et dure, en tout cas. Tu n'aurais jamais cru dire ça un jour, mais il semblerait que tes récentes expériences ainsi que la violente altercation qui t'a opposé à ton ami d'enfance comme à un reflet de toi même ait considérablement modifié ta vision du sexe en tant que tel. Ce sont tes mains douces qui se gorgent de mousse tandis que tu les laisses glisser sur sa nuque, ses épaules, ses bras, et enfin son dos. Lorsque Shandro brise cette vision idyllique, tu lèves les yeux au ciel. Ainsi que tu le fais souvent, il veut mettre les choses au clair quitte à te faire souffrir une bonne fois pour toutes ; qui ne le voudrait pas en voyant son amant s'effondrer en larmes dans ses bras alors qu'il jouissait quelques instants auparavant ?

« Il n'est pas con, il ne m'aime pas, c'est tout. Tu n'es pas amoureux de moi, que je sache ? Est-ce que ça fait de toi une personne stupide, je ne crois pas, non. »

Au delà de la véritable haine que tu ressens désormais pour Alvin, qui a toujours été comme un frère pour toi, tu parviens encore à le défendre. Au delà de tout cela, on n'oublie pas une relation vieille de vingt ans.

« C'est Alvin, mon ami d'enfance. Nous avons grandi ensemble, nous avons tout partagé, jusqu'à ce que les études nous séparent. Nous nous sommes perdus de vue pendant dix ans et malgré la force de notre relation, des secrets et des rancœurs ont subsisté. Lorsque je lui ai avoué mes sentiments, il s'est énervé et nous nous sommes rapidement envoyés nos quatre vérités dans la gueule. Nous ne nous voyons plus désormais, c'est sans doute mieux ainsi. »

Ton visage se perd dans les reliefs de son dos tandis que tu l'attires contre toi. Tes bras se referment sur son torse, cherchant cette affection trop vite oubliée, et tes doigts glissent timidement le long de son aine.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Dim 12 Juil - 22:28


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

      « How can I love you back if y'aint loving me first ? There's definitely something between us, but that's not... you know... real love. I mean, I love you Loon, but it's not like I wanna marry you or spend the rest of my life in your arms or something y'know ? Eh whatever, I'm sure you know what I mean. »

Trad:
 

Alors il y avait quelqu'un dans le cœur de Loon. Quelqu'un qui l'avait accompagné une vie durant. Il y avait cet homme qu'il aimait de tout son cœur sans rien recevoir en retour. Alvin hein, et bien tu aimerais bien lui en toucher deux mots à ce Alvin. Comment est-ce qu'on pouvait être assez aveugle pour ne pas voir à quel point Loon est quelqu'un d'absolument génial ? Comment est-ce qu'on pouvait refuser l'amour d'un mec comme lui ? Les mecs comme Loon et toi partagez facilement vos lits, mais pas vos cœurs. Si Cupidon arrivait à faire mouche d'une de ses flèches, alors c'était un exploit. Vous n'aimiez pas facilement, mais vous aimiez de toutes vos forces, et de tout votre être. Malgré le discours qu'il t'a servi, tu sais très bien que ça ne s'arrêtait pas là pour Loon. Les mensonges qu'il se dirait à lui-même ne changeraient pas le fait qu'il aime encore cet Alvin, et qu'il l'aimera sûrement toujours. De l'affection, pour l'instant, il n'y avait que toi ici pour lui en donner. De l'affection, c'est ce qu'il cherchait lorsqu'il t'a tiré un peu plus vers lui. Pauvre Loon.
Tu t'es laissé glissé, ta peau contre la sienne, pour lui faire à nouveau face, rompant partiellement son étreinte, pour mieux le prendre dans tes bras encore une fois. Et tu as rouvert le robinet, pour chasser les démons que le savon a délogés, mais surtout pour cacher les quelques larmes qu'il t'a tiré.

« Better... there's no good in that situation Loonie. You're still in love with him aren't you ? Yet you're acting like he's not even your friend anymore... But don't worry, a day will come when it'll get better, I promise. »

Trad:
 

Et si les choses ne s'arrangent pas d'elles-même, alors c'est toi qui les arrangera. Aucun imbécile au monde du nom d'Alvin n'a le droit de faire de peine à ton ami. En tout cas, pas sans que toi tu lui fasses de la peine en retour. Mais profites-en Shan. Profites bien de cette situation, parce que toi aussi, tu risques de bientôt apprendre ce que c'est que le rejet. C'est à toi que revient la tâche de t'appliquer, si tu ne veux pas que celle que tu aimes te chasse comme l'eau chasse le savon de votre peau. Tout ça pour rester -propre-. Enfin débarbouillés de toutes les cochonneries que vous avez accumulé depuis le Bayou, c'est avec un poids au cœur que tu t'apprêtais à replonger dans tes pantalons souillés par l'eau des marais et la sueur. Sauf que la main divine ( du moins dans ce cas celle de Loon ) en a décidé autrement, et avant que tu renfiles tes vêtements humides, ce sont des habits droits sortis des placards de cette maison que tu enfilais... avec un peu de difficultés. L'un de ces moments où l'on regrette d'être grand.

« I'm sorry ! »

Trad:
 

Tu t'excuses déjà à peine en train d'enfiler ses vêtements, parce que tu sais alors que tu te glisses dedans les risques qu'ils courent. Au moins, au moment où un mouvement trop ample de ta part scellerait leur fin de vie, tu auras deux fois plus de raisons d'être pardonné.

« You better try to be less good-looking so long as I have these on 'cause them pants are so tight I'm sure I'd rip'em off may I get the tiniest of tingles down my crotch. »

Trad:
 

Tu te mouvoies avec un semblant d'aisance, mais beaucoup de précaution, de peur de sentir le tissu craquer autour de tes fessiers beaucoup trop moulés. Est-ce qu'il a fait exprès de te refiler le plus serrés de ses pantalons ? C'est une hypothèse que tu envisage de plus en plus à mesure que tu rassemble les potions nécessaires à l'enchantement de vos talismans. À défaut de confections en tissus, tu pourrais toujours ensorceler un bijou ou quelque chose du genre. Ustensiles emprunté à sa cuisine en main, sérieux et passion se battant pour une place sur ton visage, tu te lançais dans tes préparations.

« Any trinkets you'd want to have tuned up ? »

Trad:
 



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Dim 12 Juil - 23:48

« Dis pas ça. J't'en supplie dis pas ça. Ne me donne pas de faux espoirs. »

Même le plus violent des coups de foudre ne donne pas la certitude que l'on veuille passer la vie avec quelqu'un. Le mariage est et restera un thème qui te crispera toujours car il te ramène à la déchirure causée dans ta famille mono-sexuelle. Tu n'es pas indifférent aux paroles de ton ami qui vibrent dans chaque parcelle de ton corps frappé par le jet d'eau. Tu fermes les yeux afin que l'eau n'écorche pas tes yeux verts. Bien sûr que tu sais parfaitement ce dont il veut parler ; il évoque cette alchimie viscérale qui vous lie, presque palpable, qui vibre entre vous d'une manière particulière depuis que vos regards se sont rencontrés. Qui vibre d'une manière si forte qu'elle a fait vos caractères francs s'entrechoquer sans grâce. C'est bien parce que tu lis dans ses yeux la signification de ses pensées avant même qu'il ne les traduise en langage oral que tu ne veux pas qu'il les formule. Parce que tu te sens vibrer d'une manière particulière quand il est en face de toi.

« On n'oublie jamais vraiment quelqu'un avec qui on a passé sa vie. Mais comment veux-tu ressentir encore de l'amour pour quelqu'un qui a essayé de te tuer ? »

Tu ne te sens pas capable d'essuyer un nouveau rejet, d'espérer à nouveau pour voir tes rêves se briser en mille morceaux. Ton émotivité te perdra, ton trop grand engagement envers ceux que tu aimes également. Si l'on veut te détruire, il suffit de blesser les membres de ton entourage un par un. Tu ne souhaites du mal à personne. Et pourtant tes sentiments pour Alvin ont atteint une telle tension que tu t'es surpris à vouloir le faire disparaître.
Vous vous dégagez bientôt de la douche car après tout, vous n'êtes au départ pas ici pour vous prélasser. Une serviette autour des hanches, tu traverses ta chambre pour te changer, tout en chippant dans ton armoire un jean propre et sec que tu balances à la tête de Shandro avant même que ce dernier ne soit sorti de la salle de bains. Il se débrouillera sans haut ; la tâche qui vous attend promet d'être ardue, autant qu'elle soit agréable sous certains aspects. Il fait de toute manière bien assez chaud dans l'appartement sans s'encombrer de l'inutile.

Tu es en train d'avaler le contenu d'un verre d'eau lorsque Shandro, après s'être excusé, râle déjà sur le vêtement que tu as prêté. Ton rire se répercute contre les parois du verre et tu as du mal à te retenir lorsque tu le vois apparaître, le jean sombre moulant ses hanches et ses rondeurs. Tu ne lui as pas donné le plus serrer pour rien ; il n'avait qu'à pas se casser la gueule dans la rivière du bayou.

« Arrête de râler, je ne commande pas l'effet que je fais sur toi. Enfin, si, peut-être un peu. Au pire... »

Glissant un doigt au niveau de sa hanche, tu en fais sauter le bouton, laissant apparaître une partie de sa peau hâlée dans l'ouverture du tissu qui éclot. Ton verre toujours à la main, tu le regardes rassembler avec une fascination non dissimulée ce dont il a besoin pour confectionner ce dont il parle depuis tout à l'heure. Pardon, de la pacotille ?

« Oulà, je n'ai pas ce genre de choses. A moins que... »

Sans être particulièrement ordonné, tu ne t'encombres jamais de quoi que ce soit qui pourrait être inutile ou purement décoratif. Abandonnant ton verre dans l'évier, tu détaches un bracelet à breloques qui pend autour de ton poignet. Perles, crochets, clés minuscules et autre décapsuleurs cliquettent en cœur tandis que tu désignes l'élément du menton.

« J'ai ça, c'est mon p'tit passe-partout de rebelle. Il me sert principalement à forcer les serrures. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Lun 13 Juil - 20:28


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

        Tu te pensais capable de décoder le moindre de ses gestes, tu pensais vos caractères presques en tout points identiques, mais cette fois-ci, tu ne savais plus vraiment à quoi t'en tenir. Là commençaient vos différents. Était-il sérieux, ou alors étais-ce juste une de ses plaisanteries cyniques ? Est-ce qu'il lui avait vraiment fallu si peu de temps pour miroiter votre amour, ou alors ne faisait-il que se moquer de ta citation sans queue ni tête ? Tu ne saurais te décider quel vision adopter, et honnêtement, tu as plus peur qu'envie de découvrir la vérité. Alors comme n'importe qui ayant peur de la vérité, tu as choisi de faire comme si ses mots n'avaient jamais existé et de juste te plonger dans tes préparations.

« Sounds familiar to me. »

Trad:
 

Parce que le tuer est la première chose à laquelle tu as pensé lorsque tes yeux ont croisé les siens, et pourtant, tu étais maintenant à la limite de ravir son cœur. Si toi t'avais réussi, Alvin lui aussi devait avoir sa chance et sûrement à meilleur titre que toi. Alvin... faudrait que tu le trouves ce mec un jour, histoire de lui tirer les vers du nez. Avoir les deux versions de l'histoire et peut-être les raccoler qui sait. Tout le monde sait que tu es un magnifique médiateur bien sûr. En attendant, tu avais des liquides sur le feu, et un magnifique assistant qui n'attendait que tes indications pour avancer dans la préparation. Les instants à venir ne seraient sûrement pas une partie de plaisir pour l'hématophobe, parce qu'il venait à grand pas, ce moment où tu devrais l'écorcher pour finaliser le rituel.
Tu as abandonné les liqueurs occupées à se gorger de chaleur, pour t'écarter du plan de travail en direction de tes vieux vêtements, à la recherche du seul outil manquant. Ta dague. L'un des plus puissants de tes artefacts rituels. La lame qui ne te quitte presque plus depuis que tu es en âge de soulever les 30 cm de métal orné. Tu te saisis au passage des breloques tendues par Loon. Des perles, des trombones, des outils divers et variés, c'est qu'il ne te facilitait pas vraiment la tâche au final. Il ne pouvait pas avoir un large médaillon oublié au fond d'un tiroir comme tout le monde ?

« Well, it's gonna be a pain marking this shiet, but let's say it's your revenge taken in advance. »

Trad:
 

Tes yeux se plissent et tu trembles malgré toute tes tentatives de rester droit. C'est l'une des perles du bibelot que tu as choisi pour porter le charme. Il t'aura fallu rassembler toute ta concentration pour tracer le symbole sans accroc. Pas le droit à l'erreur, tu n'as toujours qu'un seul essai. Dans ce cas particulier, ce n'était pas le cas, mais c'est ainsi que ta mère t'as appris à penser tout au long de ton apprentissage. Certains rituels ne peuvent être réalisés qu'une fois dans une vie, et pour certains d'entre eux, c'est justifié par le fait qu'une erreur peut provoquer la mort. La perle convenablement marquée, c'est avec un regard sombre que tu t'adressais à Loon.

« Just close yo' eyes and stay put. »

Trad:
 

Juste une goutte, une simple goutte. La pointe de ta lame se pose délicatement sur son épaule.

« You tell me when yo'ready, and I'll do it. »

Trad:
 





Dernière édition par Shandro E. Leblanc le Mar 14 Juil - 4:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Lun 13 Juil - 22:03

« Pardonne moi de ne pas avoir des médaillons de partout à filer à quelqu'un qui aurait soudainement envie de faire des travaux manuels. » souris-tu en lui abandonnant la chaîne cliquetante.

Les deux mains appuyées sur la table, tu observes ce qu'il en fait. Tu te penches légèrement, essayant de discerner le signe qu'il grave sur l'unique perle qui donne à ce bracelet sa condition de bijou, celui-ci n'étant – pour ainsi dire – orné que de babioles sans importance. Cette unique perle possède une signification particulière ; c'est une ancienne boucle d'oreille de la mère qui t'a porté. La voir ainsi affublée d'un signe grossier ne te gêne pas. Au contraire, elle prend davantage d'importance. Chacune des breloques qui compose cette chaîne rattachant au départ le portefeuille de tes années adolescentes à un passant de ton jean contient sa propre histoire, donnant l'impression que tu portes toute ta vie à ton poignet, de la même manière que tu portes toute ta vie dans ta besace, dans ton holster ou dans les poches de ta veste. Ces quatre choses réunies, tu peux partir au bout du monde en laissant ton appartement tel quel, sans manquer de rien. Un peu comme ta sœur. Soudain, tu percutes..

« Une revanche prise sur qu...Oh. J'avais oublié ça. »

Tu ne veux pas savoir de quoi il est capable avec ce machin qu'il tient dans la main et te crispes imperceptiblement. C'est cette histoire de prélèvement de quelques gouttes de ton sang qui t'as fait raconter cette fameuse anecdote que tu ne supportes pas d'évoquer. Rien que la pensée de sentir le métal froid contre ta peau et inciser cette dernière est pire que te souvenir de l'illusion provoquée par Alvin, des années auparavant. Ce n'est pas tant la douleur ou la piqûre même de la lame qui te dérange, mais la sensation du sang chaud qui coule et son odeur métallique qui parvient à tes narines. Tu frissonnes désagréablement, d'autant plus que lorsqu'il te regarde dans les yeux pour te rappeler ce qui t'attend, l'obscurité de ses iris ne fait rien pour te rassurer.

« Rends pas ça plus difficile avec ton regard de vilain méchant, s't'euplait. »

Il contourne la table, te demande de fermer les yeux, de garder ton calme. Facile à dire gars, ce machin qu'il colle contre ta peau fait bien trente centimètres. Tu fermes les yeux, déglutis avec difficulté, t'attendant au pire, au choc.
C'est lorsqu'il te demande de lui donner ton feu vert que tu percutes. Tu percutes cette tension qui plane dans la pièce depuis que vous êtes sortis de la salle de bains. Tu percutes le silence qui a suivi cette fameuse phrase. Tu percutes que quelque chose ne tourne pas rond. Et tu as horreur du fait que les éléments ne soient pas tirés au clair.

« Attends. »

Ouvrant les yeux, tu soulèves légèrement son poignet pour te dégager de son champ d'attaque avant de planter ton regard dans le sien.

« J't'ai gêné t'aleur, pas vrai ? T'es plus pareil depuis qu'on est sorti. J'ai dit un truc de travers, c'est ça ? »

Comme souvent, Loony.

« J'ai fait l'amalgame avec Alvin quand tu m'as fait l'amour. Je vais le refaire quand tu vas faire ça. Alors autant que tu m'enlèves tout de suite l'envie de pleurer ou de sombrer dans l'hystérie. Alors j'aimerais que tu me dises ce que t'as sur le cœur. Là. Tout de suite. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A Swampy meeting [+18]   Mar 14 Juil - 5:45


Povidential encounter



 Loon & Shandro
featuring

        Tu te pensais capable de décoder le moindre de ses gestes, tu Non. Non. Non non non ! Quel imbécile tu peux faire parfois. Ce qui fonctionne dans un sens fonctionne aussi dans l'autre. Que toi tu arrives à anticiper ses faits et gestes et à analyser ses réactions, ça laissait aussi entendre que de son côté il était tout aussi capable de lire en toi comme dans un livre ouvert. Il faut que tu te fasses à cette idée, avec lui, la fausse-franchise ne fonctionnerait pas. Tu ne pourrais pas l'ensevelir sous assez d'informations inutiles pour qu'il perde l'emplacement du coffre au trésor. Ce que tu as tenté d'enfouir, il l'a bien vu, et il compte bien te forcer à le déterrer par toi-même. Pas le choix, t'étais obligé de prendre la pelle, de te l'enfoncer dans le pied, et de la lui écraser dans le visage. Le peu de choses que tu refuses de dire, tu ne les dissimule jamais sans raison, et ça Loon le découvrirait à vos dépens à vous deux, parce que c'est une véritable bombe que tu t'apprêtes à lâcher.

« It's just... that I really was afraid that you may have fallen in love with me. Would've made things... complicated. »

Trad:
 

Ou pas vraiment. En réalité, ce que tu aurais voulu lui dire, c'est que tu ne veux pas de son amour. Tu refuses catégoriquement qu'il t'aime, parce que tu ne veux pas prendre toi le risque de l'aimer. Tu sais pertinemment que tu n'es pas son véritable amour, et quelqu'un d'autre occupe déjà ton esprit. S'il choisissait de tenter de chasser l'autre pour que ton image vienne prendre l'espace faussement vacant, alors au moins l'un de vous deux finirait par avoir mal. Peut-être qu'il réussirait à te faire oublier ton affection naissante pour cette fille que tu ne connais même pas, et alors, le jour où le souvenir de la Dragonne t'abandonnerait enfin, lui aussi te quitterait, pour l'amour de sa vie, son amour de vingt ans, et tu n'aurais alors que tes larmes pour tenir compagnie à ton cœur brisé. Peut-être encore qu'il n'arriverait jamais à te la faire oublier, qu'il t'aimerait, et que tu l'aimerais en retour, mais seulement à moitié. Vous vivriez une longue vie dans ce mensonge, jusqu'à ce que la vérité refasse surface, et au vu de qui vous étiez, elle le ferait vite, et avec violence, et vous finiriez tous les deux profondément blessés. Et en vous haïssant, vous perdriez tous les deux une importante partie de vous. Dernier cas possible, mais sûrement le moins probable. Tu serais un autre de ces mecs stupides, incapables d'aimer l'individu formidable qui te faisais face, et alors il ferait face à un second rejet. Un rejet de trop. Et il serait détruit. Une véritable union ne pouvait pas vous rendre heureux. Posez un second garrot autour du premier sans nettoyer la blessure, et les tissus ne feront que partager le sang. Vous pouviez vous soulager, mais pas vous guérir.
Problème étant, lui l'hématophobe était déjà bien plus tâché que toi, et il a besoin de quelqu'un pour l'aider à se nettoyer. Ses sentiments sont déjà dans le brouillard, son cœur est encore fragile, et il suffirait de peu pour qu'il s'attache à toi de la mauvaise manière. Et toi, face à lui, tu étais faible, bien trop faible pour lui refuser ta main. Tu serais bien incapable de faire face à sa tristesse. Tu as peur de ne pas pouvoir le consoler, tu as peur qu'il te haïsse trop pour que tu puisses l'aider. Et puis... tu l'aimes aussi. Pas comme on aime son amoureux, mais tu l'aimes. Tu l'aimes assez pour que tes propres sentiments te trompent, et te piègent avec lui dans ce gouffre dont seul l'un de vous deux pourra sortir.

« But I don't even know why I was scared anyway. »

Trad:
 

Tu souris, moitié-franche moitié-jaune. Parce que ce que tu vas dire te rassure tout en te blessant. Dans ton orgueil comme dans l'affection que tu portes à Loon. Ce serait mentir que de dire que tu n'est pas au moins légèrement jaloux de ce Alvin à qui il a pensé lorsque tu lui as fait l'amour.

« 'Cause even though you said you hated him... it still felt better thinking it was him making love to you rather than me. »

Trad:
 

Et avec la pointe d'aigreur que ces mots t'ont tiré, c'est celle de ta lame qui s'est abattue sur son épaule. Perçant la plus minuscule des blessure à travers sa peau, et recueillant une toute aussi fine goutelette écarlante sur le métal chauffé par l'atmosphère pesante. En véritable professionnel dans ton art, il ne t'a fallu que quelques fractions de seconde pour verser la goutellette à travers les fines rainures taillées à-même la perle, déposer ta lame, et faire disparaître la blessure... sous tes lèvres.



Revenir en haut Aller en bas
 

A Swampy meeting [+18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Meeting tuning a Barbezieux Saint-Hilaire Charente
» Meeting under the sea •• feat. Error 404
» Meeting the Ice Queen. {PV Li}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-