AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Down With The Sickness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 616
↳ Points : 97
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Down With The Sickness    Jeu 2 Juil - 7:53


« Generation Dead; premier tour »


Down With The Sickness





L’ignorance, elle s’infiltre par tous vos pores. Vous laisse pantois dans un univers qui se résume à des ténèbres et des bruits ambiants. Des pas, des claquements de portes, la circulation et le ronronnement d’un moteur qui se change contre vos oreilles paniquées en grognement d’horreur. Si certains parviennent à rester calmes, d’autres sentent la peur se frayer un passage dans leur veines. Le véhicule dans lequel vous vous trouvez s’arrête. Le silence. Seulement rompu par les battements de votre cœur qui résonne avec force contre vos tempes. La respiration se saccade, se fait folle malgré vos tentatives pour rester calme. Le silence, et la douleur. Elle fuse contre votre gorge, cette infime piqure qui vous fait vaciller. Vos cils battent contre le tissu qui recouvre votre visage. Plusieurs fois avant que la lutte ne soit gagnée par l’endorphine que l’on vient de vous injecter. De pauvres animaux, voilà ce que vous êtes.

Et après les ténèbres voilà que la lumière vient vous incendier les rétines. On vous retire le morceau de tissu épais et suffoquant qui vous recouvrait le visage, et les éclairages crus vous obligent à plisser les yeux. Vous essayez bien de cacher vos pupilles agressées avec votre main, mais votre bras refuse de vous obéir. C’est un vieil instinct, une ancienne tentative pour la survie qui pousse le corps à vouloir fuir. A se relever quand des entraves lui ôtent toute possibilité de mouvement. Chevilles et poignets sont encerclés de fer. Un acier rutilant sous la lumière. Ce n’est pas la blancheur immaculée d’une salle d’hôpital, vous en avez la certitude alors que votre vision commence à retrouver de sa netteté. C’est bien pire que cela. Que vous fassiez partie de ceux qui tentaient de garder leur sang-froid ou qui au contraire laissaient parler leur peur viscérale, des frissons vous labourent l’échine. L’évaluation du décor confirme les craintes : ce n’est pas un hôpital mais cette pièce se rapproche étrangement d’un laboratoire.

S’ils ont pu être oubliés pendant un temps, les mots du Gouvernement reviennent dans toutes les mémoires. Et soudain, vous comprenez. Si vous êtes ici, installé sur ce fauteuil de torture, c’est dans un unique but : servir de cobaye aux expériences visant à rendre ce monde chaotique meilleur. Aucune échappatoire, la pièce est gardée par des Shadowhunters. Silhouettes sombres dissimulées dans l’ombre, elles ne sont là que pour s’assurer que les sujets restent à leur place. Chargées d'intervenir en cas de grande nécessité seulement. Aujourd’hui, ceux qui s’occuperont de votre confort, ce sont bien les scientifiques.



PETITES PRÉCISIONS :

Le nombre de mots maximum est de 800 (il est possible de faire plus, mais le but est d'offrir des rps rapides afin de faire avancer l'event au mieux), le minimum est de 400.
Cette première partie d'event est une partie servant d'introduction avant le début des festivités ! Elle est prévue pour que vous puissiez situer votre personnage, son ressenti, toussa, toussa.
Voici votre ordre de passage:
- Sorn H. Corrigan (cobaye)
- Ange E. Dalton (cobaye)
- Joan C. Valentine (peacekeeper)
- Nymeria C. Grimes (scientifique)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1-contexte

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Down With The Sickness    Jeu 2 Juil - 20:32



« Vicariously, I live while the whole world dies. »

Ange, Joan, Nymeria & Sorn
featuring
Ce dont il avait conscience ? Peu de choses. Le bruit agressait ses oreilles alors qu’il tentait vainement d’apercevoir quelque chose à travers la trame serrée du tissu qui lui couvrait les yeux. L’angoisse et la peur était des sentiments qu’ils connaissaient bien mais qu’il avait du mal à gérer, encore aujourd’hui alors qu’ils faisaient partie intégrante de sa vie de gibier. Jamais jusque là Sorn n’avait véritablement eu l’impression d’être une proie. Ou du moins, quand il pensait qu’il avait découvert le pire, l’univers semblait vouloir lui prouver qu’il se trompait.
Loin de vouloir lutter contre ce qui lui avait injecté, il était terrifié à l’idée de fermer les yeux. Trop tôt pourtant, et contre sa volonté, le noir l’avait pris pour ne le recracher que face à une lumière trop forte. Par habitude, il tenta de protéger ses yeux avant de réaliser que la chose était impossible, attaché, sanglé à une foutue table. Le genre de table qu’il connaissait un peu trop bien pour ne pas s’inquiéter. Que ce soit comme toubib ou croque-mort, il avait vu assez de corps là-dessus et n’appréciait pas le moins du monde d’y voir le sien. En toute franchise, même la morgue ou l’arrière salle de préparation étaient plus accueillantes, c’était tout dire.

Il tenta évidemment de vérifier s’il pouvait se détacher, en vain. Le genre de réactions qu’il avait toujours trouvé infiniment stupides dans les films mais, qu’il comprenait à présent même si ça ne l’aidait pas franchement. Tournant la tête tant bien que mal, son regard rencontra celui de quelqu’un dont il avait instinctivement la frousse en temps normal et qui n’aurait pas dû être là non plus.
Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il comprit et il n’aimait pas comprendre. Pas le moins du monde. L’annonce du gouvernement lui revenait en mémoire, encore et encore, tournant dans son crâne comme une mauvaise chanson. Et puis, elle était là, cette femme qui lui filait une trouille bleue dès qu’il allait voir un des membres sa famille au gouvernement. Sa seule présence le fit frissonner, il était incapable de ne pas voir ce qu’elle avait dans les yeux et ça ne lui disait rien de bon, ça ne lui avait jamais dit rien de bon.
La question était, comment avait-il atterri là ? Il avait toujours fait gaffe et peu de gens savaient, finalement. Alors qui ? Et surtout Pourquoi ? Il tressaillit d’instinct, ne voulant plus qu’une seule et unique chose, s’enfuir. S’il en avait souvent ressenti l’utilité, c’était plus impératif que jamais. Toutes les issues étaient trop bien gardées. Il ne devait pas changer, sous aucun prétexte. Peut-être pouvait-il mentir ? Dire qu’il ne comprenait rien ? Qu’il n’avait rien à faire là ? Dire qu’il ne pouvait même pas sauver sa peau avec ces histoires de cadavres qu’ils faisaient disparaître pour certains shadowhunters puisqu’il n’était pas censé en parler.

Lui d’ordinaire si bavard ne trouvait rien à dire, à demander, trop abasourdi par la situation. Il devait se faire des films, ça ne pouvait pas être ça. Ou alors il était en train de faire un tout nouveau genre de cauchemar. Un genre dont il se passerait bien.

Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5907
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Down With The Sickness    Sam 4 Juil - 16:43



 

 
Down With The Sickness

 
Again and again and again and again and again and again and... NEVER AGAIN!


  Un mauvais pressentiment me colle à la peau, alors même que le sang martèle à mes tempes. Une chaleur désagréable c'est installé dans ma tête et je bats des paupières avec difficulté. Quelque chose ne va pas. Quelque chose ne va définitivement pas. Je ne vois rien, si ce n'est l'absence de décor. Le noir m'englouti et le tissu qui me recouvre la tête, dégage une forte odeur répugnante. Mon cœur est étrangement calme et je regrette de ne pas me souvenir de ce qui m'a mené ici. Un grognement sourd monte le long de ma gorge, Vittoria. Elle est la première à qui je pense et pour qui je m'inquiète. Qu'importe qu'on me torture, je ne pouvais pas me calmer sans la savoir en sécurité. Une rage et une peur typiquement mère s'installe dans mon ventre et noue mon estomac. J'ai besoin d'air. Ce n'est pas possible de respirer avec cette horreur qui me recouvre le visage. La lourdeur de mes membres m'inquiète et de nouveau je ne pense qu'à ce mauvais pressentiment qui me fait suffoquer. Je me débats quelques secondes. Avant de finalement être libéré de ma cagoule.

Ma tête retombe mollement sur ma poitrine, tandis que je plisse les yeux en essayant de ne pas grimacer. Je sens la présence de ma louve qui s'éveille et proteste contre ce traitement. Ma chevelure d'un brun foncé encadre mes épaules et je me maudis d'avoir été reprise. Un retour à la vie ne m'intéresse pas. Je ne veux pas être reconnu, je ne veux pas qu'on m'exécute avant, que j'ai pu faire imploser ce foutu gouvernement. Mon odorat m'étant rendu avant ma capacité à observer, je respirais profondément à la rechercher d'une preuve que ma fille n'avait pas été prise elle aussi. Un brin d'espoir que je cherchais presque désespérément. La première odeur à me frapper, fut celle d'un lièvre que ma louve adorait. Mon parfum de glace favorite. Mon petit lièvre… Mon pauvre petit lièvre… Qu'est-ce qu'il… Mon cœur se serre, une autre odeur familière, me force à relever la tête. Je la cherche du regard et un calme surnaturelle s'empare de ma personne. J'oublie ma fille, j'oublie ma famille et le reste de l'humanité. Il n'y a que moi et cette garce. Des images me reviennent et ma mâchoire se contracte. Ce n'est pas spécialement moi qui suis visé… Ce sont ces foutu testes.

Je me regroupe le plus possible sur moi-même, mais je ne peux pas vraiment bouger. Quelque chose m’en empêche… Avais-je de la chance dans la vie? Je pensais que oui. La chance de toujours attirer la malchance!
 
love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2819
↳ Points : 258
↳ Date d'inscription : 02/07/2014
↳ Age : 27
↳ Avatar : Anne Hathaway
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Peacekeeper infiltrée
↳ Opinion Politique : Sans opinion, elle s'en fiche
↳ Niveau de Compétences : Nv 2 & 4 en guérison
↳ Playlist : Joan Jett - Bad Reputation / Christina Aguilera - Fighter / Halsey - Is there somewhere / Florence + The Machine - Delilah / Mumford & Sons - After the storm / Evanescence - Going under PLAYLIST YOUTUBE
↳ Citation : " In order to rise from its own ashes, a Phoenix first must burn. "
↳ Multicomptes : Ezra S. Reilly & Elias S. Kaligaris
↳ Couleur RP : White



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Down With The Sickness    Mer 8 Juil - 0:37

Dos au mur, l’arme au poing et les yeux relevés sur les corps échoués. Admise parmi les ombres, bienveillance pour les uns, terreur pour les autres. Le sentiment derrière la silhouette n’importe pas. Leurs identités non plus d’ailleurs. Qu’ils restent anonymes pour qu’elle puisse continuer de nourrir un détachement qui frôle pratiquement la pathologie. Elle ignore qui ils sont, ce qu’ils sont, ce qu’ils ont fait et à quel destin ils sont voués. Ça ne la regarde pas et elle n’a aucun jugement à émettre sur la question dès lors. Pourquoi s’encombrer d’une opinion alors qu’elle n’est pas concernée ? Tout sert à une cause. Est-elle seulement la bonne, la plus juste ? La morale est l’éternelle absente de ce Monde régurgité par l’ironie en personne. A quoi bon traquer ce qui n’a jamais existé ? C’est un jeu de survie, de chance et elle ne tolère déjà plus les contretemps. Alors elle se tient plus droite que jamais pour jauger les carcasses inanimées. Juste assez figée pour en oublier les frissons qui parcourent l’échine. Sa nervosité se refuse à prendre racine dans l’atmosphère étrange que les fers et les instruments métalliques inquiétants imposent. Non, elle justifie le malaise différemment. Tournant la nuque en direction de son coéquipier du jour, elle retrousse ses lèvres sur la moue la plus écœurée qu’elle puisse dénicher. Elle espère silencieusement qu’il captera la provocation pour pouvoir lancer de nouvelles hostilités mais il semble bien plus enclin à l’observation muette. Il se prend pour le supérieur alors qu’ils ont le même grade. Juste pas le même uniforme. Au moins, ce n’est pas Ezio qu’on a assigné à ce poste. Elle n’aurait pu le supporter en plus du reste. Réquisitionnée sans la moindre explication, forcée à se séparer de son partenaire habituel et puis, laissée aux mains d’une ordure qui se croit le chef parce que lui a été briefé. Foutus shadowhunters.

Très placidement, ses doigts atteignent l’oreillette, changent la fréquence en faisant rouler l’engrenage. Elle ne dit mot et se contente juste de capter quelques bribes de discussion entre les peacekeepers qui n’ont pas été sauvagement obligés de coopérer avec l’unité complémentaire du gouvernement. Distraitement, elle suit les conversations, visualise leur mission actuelle et quand enfin la voix de Burton s’extirpe du brouillard sonore, elle se décrispe. Peut-être que depuis le début, c’est pour lui qu’elle a peur. C’est ridicule. Ils n’iraient pas jusqu’à enlever des leurs, pas vrai ? La sorcière calme son intolérable irrationalité en revenant se positionner sur l’onde qui la lie malheureusement à cet imbécile qu’elle exècre, à l’autre bout de la salle. La tension grimpe d'un cran quand les sujets alertent leurs geôliers de leur éveil imminent. Les ongles de Joan s’enfoncent dans la crosse du fusil qu’elle maintient contre elle. Elle n’hésitera pas à les rabrouer pour inciter le calme et l’ordre. Quant à tirer pour tuer, elle préfère ne pas anticiper. Ses prunelles s’avancent sans cérémonie vers la principale intéressée. La chevelure ébène, l’ossature sévère, elle remplit bien les blancs dans l’horreur du moment cette inconnue. Son importance dans ce qui va se produire, dans cette expérience inédite semble être glorifiée par l’aura qu’elle traîne sans doute malgré elle. Tout converge vers sa silhouette, l’expectative prend la forme de sa carrure. Et sans le savoir, la brune se retrouve aussi fascinée que révulsée par sa présence. Elle s’en détourne ultimement pour détailler les deux cobayes et continuer d’entretenir les attentes de ses employeurs. Rien ne semble plus simple. Rien ne semble plus facile que d’omettre tout le reste sur commande. Il lui suffit de songer à Jill, à ces monstres qui foulent encore le pavé de la Nouvelle-Orléans. S’il existe un moyen de les annihiler ou d’empêcher leur apparition, alors qu’il en soit ainsi.

_________________
You won't see me fall apart
I know that I can survive. I'll walk through fire to save my life. And I want it, I want my life so bad. I'm doing everything I can. Then another one bites the dust. I'm still fighting for peace. I've got thick skin and an elastic heart but your blade, it might be too sharp. I'm like a rubber band until you pull too hard. I may snap and I move fast.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1931-joan-the-past-be

Féminin
↳ Nombre de messages : 15054
↳ Points : 1226
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Eva Green
↳ Age du Personnage : 31 ans, âme de 779 ans
↳ Métier : Chirurgienne
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
MUSE - dead inside | THRIVING IVORY - flowers for a ghost | PLACEBO - battle for the sun | HURTS - stay | THE KILLERS - human | BON JOVI - we weren't born to follow | EPICA - the phantom agony | ADELE - turning tables | SWITCHFOOT - thrive | TIRED PONY - get on the road | THE CIVIL WARS - poison & wine

↳ Citation : « L'enfer c'est moi. Ce sang qui inonde mes veines, cette chair qui harnache mon squelette, cette cervelle qui s'embrouille. Ces pulsions, désirs impérieux, douloureux, qui commandent mes actes. »
↳ Multicomptes : Kyran R. Hogan & Rhys Steinsson
↳ Couleur RP : mediumseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Down With The Sickness    Mer 15 Juil - 0:17

L’attente. Fébrile pour certains. Impatiente pour d’autres. La tension est palpable. Elle flotte dans l’air, fait courir d’indicibles frissons le long de l’échine des damnés. La langue de la vipère lisse ses canines, frétille d’excitation. Si une part d’elle est horrifiée, elle est bien négligeable face aux mécanismes profondément ancrés dans sa chair. L’âme sadique a beau en avoir été arrachée, son corps se souvient des sévices délicieux. S’anime d’une ardeur nouvelle dans les couloirs impersonnels, dans le dédale des salles d’opération. Ses phalanges se perdent dans les poches de sa blouse blanche, en griffent l’intérieur à l’image du monstre qui gratte sa cage thoracique. Le son caractéristique de ses talons acérés claque contre le marbre, brise le silence à intervalles réguliers. L’atmosphère inquiétante qui règne n’en est que renforcée. Elle se compose un visage de façade en croisant des scientifiques et les chiens de garde qui en accompagnent certains, ourle ses lèvres d’un sourire parfaitement hypocrite. Jusqu’à atteindre la pièce qui lui a été attribuée. La paume de sa main s’appuie contre la poignée et l’actionne pour rejoindre ses précieux cobayes. Mais au moment de les détailler, son palpitant trébuche sur ses battements. Un souffle de panique lui broie le cœur en reconnaissant le lièvre. Le croque-mort bien trop loquace pour Cora, et qui ne manquait jamais de combler tous les blancs lorsqu’ils travaillaient ensemble à la morgue. Il appartient à une existence qui n’est plus la sienne, mais le retrouver captif de la sorte égratigne sa carapace de glace. La légiste s’était attachée à lui, plus encore en apprenant sa nature. Il ne mérite pas de se faire taillader sous prétexte de faire avancer la science. Aucune des créatures des sorciers ne devrait finir sous un scalpel pour étudier la bête qui se niche en dessous. Elle se déteste de leur infliger un tel tourment. Mais comme une enfant cruelle et capricieuse, elle n’attend que ça. Écartelée entre profond dégoût et curiosité morbide, le paradoxe remue perfidement ses viscères.

La chirurgienne n’a cependant pas le temps de se remettre en question, que déjà le shadowhunter présent se glisse contre elle et lui impose une proximité plus que désagréable. Il pousse le vice jusqu’à attraper son bras pour retenir son attention. Elle n’apprécie pas qu’il pénètre impunément dans son espace vital et lui adresse une œillade polaire en représailles, les muscles subitement raidis. Maladresse de débutant. Le milicien le saisit rapidement, retire les serpents malvenus comme en proie à une vive brûlure. « - Mademoiselle Grimes, excusez-moi. L’un de mes collègues m’a fait part d’une erreur. Sorn Corrigan. Il n’aurait pas dû être là. Si vous pouviez le… » La chirurgienne ne le laisse pas finir sa supplique, le coupe sèchement dans son argumentation. Agacée par son intrusion même si elle pourrait être salvatrice pour le métamorphe. « - Ah ? Je n’ai pourtant reçu aucun contre-ordre de mes supérieurs. Qui vous a signalé ça ? » Soupire t’elle, ouvrant son dossier pour vérifier les noms et les instructions. « - Stain Greyjoy. Il est affecté à un autre groupe en ce moment. » Toute sa frêle carcasse se fige à l’entente du nom maudit et un voile de fureur traverse ses rétines. Ses traits de fer dévisagent le soldat avec un dédain flagrant, effarée que l’italien ose interférer de la sorte dans sa mission, par un intermédiaire de surcroit. « - C’est une plaisanterie j'espère ? Vous croyez qu’on est ici pour sucrer des fraises ? Vous direz à votre cher ami qu’il n’a aucun pouvoir dans mon bloc. Mais qu’il se rassure, je vais réserver à son protégé un traitement de faveur. » Susurre t’elle, des lames tranchantes en travers des lippes, en plantant ses ongles dans le dossier du siège de son ‘patient’ pour illustrer ses propos.

Elle relève ses sphères d’acier vers l’autre silhouette immobile contre le mur, la sonde pour jauger le camp dans lequel elle se situe. « - Une requête fantaisiste à faire de votre côté aussi, tant qu’on y est, ou on peut commencer ? » Ses prunelles claires maintiennent le contact un instant, puis retournent se poser sur ses deux petits rats de laboratoire. Un infime tressaillement agite ses membres en reliant le second sujet d’étude à une victime passée, et le pressentiment se confirme lorsqu’elle se positionne face à sa proie. « - Une si belle créature, quel dommage qu’ils t’aient attrapée. » Déplore t’elle finalement, plus ou moins sincère. Ses doigts fins effleurent sournoisement l’un de ses poignets, faisant mine de tester la résistance de ses liens alors qu’elle ne cherche qu’à provoquer l’étincelle. Vérifier que le sort qui la libère de l’absence de douleur l’enchaine toujours aussi redoutablement. Des deux gibiers, Ange est sans le moindre doute la plus intéressante d’un point de vue purement biologique. Mais c’est certainement le blond qui a le plus de risques de subir ses foudres, après la pirouette tentée par son 'cousin'.

_________________

Between Iron And Silver
Twisting and turning, unable to sleep. Will the voices ever stop? My thoughts speak louder the more I resist. And they're driving me insane. Do they ever go? Inside. I'm a danger to myself. I'm a prisoner of my own hell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2274-nymeria-dead-ins

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Down With The Sickness    Mer 15 Juil - 0:28


« Generation Dead; second tour »


Down With The Sickness




Maintenant que le décor et les protagonistes sont connus de tous, les véritables festivités s’apprêtent à débuter. Vous n’avez pas choisi d’être ici. Vous n’avez jamais voulu être considéré comme de vulgaires cobayes. Arrachés à votre vie quotidienne de force, enlevés à la face du monde, vous êtes à présent seuls dans les entrailles du Gouvernement. Isolés du reste du monde. On vous a rapidement expliqué que votre présence ici est une avancée pour la science. Que vous aurez l’honneur de voir vos gènes servir pour la fabrication de ce vaccin miraculeux. Personne ne vous a dit que cette session spéciale n’a rien à voir avec une simple prise de sang et un test de réflexes.

Vos craintes et angoisses ne sont que justifiées, et vous en prenez conscience lorsque la scientifique aux traits aussi charmants qu’inquiétants s’approche de la table d’acier où sont logés ses outils médicaux. Vous réalisez alors que ce qui vous attend relève plus de la séance de torture que de la visite chez le médecin. Ou le vétérinaire dans votre cas. Les lumières se font plus criantes encore, dispersent la pénombre et la Peacekeeper jusqu’à lors immobile s’avance dans votre direction pour se placer entre votre fauteuil et celui de votre compagnon d’infortune. Ange et Sorn, que vous soyez pour ou contre le Gouvernement importe peu en cet instant. Vous êtes tous deux changeurs de peau, vivant avec un animal dans votre cœur et c’est précisément cette différence qui vous vaut l’honneur d’être installés ici.

Respirez votre dernière bouffée d’air car d’ici quelques instants vous allez connaître une nouvelle sorte de souffrance. Physique et mentale, le but sera de tester vos limites. De voir à quel point vos dons peuvent être extraordinaires. Nymeria vous êtes ici en charge des opérations, en totale liberté d’agir. Secondée par Joan. Ces cobayes sont les vôtres.


PETITES PRÉCISIONS :

Le nombre de mots maximum est de 800 (il est possible de faire plus, mais le but est d'offrir des rps rapides afin de faire avancer l'event au mieux), le minimum est de 400.
Cette seconde partie d'event a pour de but de développer les tests subis par vos personnages.
↠ L'ordre de passage reste le même.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Down With The Sickness    Lun 20 Juil - 19:56



« Vicariously, I live while the whole world dies. »

Ange, Joan, Nymeria & Sorn
featuring
Il pensait avoir échappé au pire, il avait échappé à la mort après tout. Il collectionnait les tuiles, certes mais, il était en vie, il devait vivre pour deux et il devait vivre avec sa menace permanente au-dessus de la tête. Dans le genre poisse, il avait pensé qu’il en avait déjà écopé de son quota, hors, tout ceci lui prouvait qu’il était visiblement loin d’en avoir suffisamment chié pour qu’on lui fiche la paix.

Luttant contre un instinct qui lui hurlait de filer, il n’avait pas les idées tout à fait claires. Tout en lui l’enjoignait à la fuite, la peur surtout et la peur était un moteur très puissant chez lui. Il n’y avait pourtant aucune issue, aucun moyen de s’enfuir, aucun endroit où se cacher pour échapper à tout ça. Ses yeux, il s’en doutait, devait refléter un profond désarroi et une crainte encore plus grande. Il n’avait jamais été courageux et ça n’allait certainement pas commencer. Il n’était rien bon sang, rien du tout. Il n’était qu’un lièvre, un foutu lièvre, une proie. Il n’était pas un prédateur, alors pourquoi lui ?
Ce fut en entendant la discussion que l’espoir s’insinua, vicieux. Une erreur. Oui ! Une erreur, c’était ça, forcément. Le nom cité mit cependant un moment à faire son chemin. Il essayait de le sortir de là, de le soustraire à tout ça. Malheureusement, l’espoir, comme toujours se fracassa. Il devrait y être accoutumé, n’était-ce pas toujours la même chose qui se reproduisait inlassablement ? Il était désormais persuadé que si. Trop de gens qui comptaient pour lui, même un peu, finissaient par s’en aller, d’une manière ou d’une autre. Pas d’optimisme ici, il n’y en avait pas à avoir.

Enfin, sa langue se délia et, comme toujours, il se mit à parler, en oubliant presque de respirer.

- « Vous savez... Je ne suis vraiment rien d’intéressant. Juste un croque-mort. Je ne suis pas ce qu’on vous a dit, quoi qu’on vous ait dit. » Ne pas reconnaître, ne jamais reconnaître et puis lutter, surtout lutter. « J’ai de la famille qui bosse ici. Il y a forcément erreur. »

Forcément... forcément ou quelqu’un l’avait vendu. Sauf qu’il ne pouvait pas se résoudre à accepter cette réponse. Trop optimiste concernant son entourage, même le pire de son entourage. Après tout, Cordelia se chargeait très bien toute seule de le torturer et elle n’aurait sûrement pas laissé ce loisir à quelqu’un d’autre.
Enervé, angoissé, il sentait son cœur battre la chamade, prêt à prendre la fuite alors qu’il ne pouvait pas s’en sortir comme ça cette fois. Dans son état de nerf, il ne se rendait même pas compte qu’il commençait vainement à tenter de se soustraire à ses liens, tirant dessus autant qu’il le pouvait.

Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5907
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Down With The Sickness    Mer 22 Juil - 22:15



 

 
Down With The Sickness

 
Again and again and again and again and again and again and... NEVER AGAIN!


  Des souvenirs vivaces clairement désagréables s’imposèrent à mon esprit, alors même que je voyais le regard de la salope accrocher à mes traits. Je n’avais rien à faire de ce qui se passait autour, je voulais simplement qu’elle ne hurle pas mon prénom. J’avais déjà de la chance qu’on ne m’ait pas directement reconnue, quelque part c’est tout ce qui me maintenait encore en vie. Fulminant de me retrouver encore entravé par le gouvernement, encore soumise à leurs caprices, je dû retenir et ravaler de travers un grognement animal. Ma louve s’exaspérait, m’implorait de me rebeller. Il n’y avait qu’un problème… Même sans entrave sortir d’ici ne serait pas de tout repos. « Une si belle créature, quel dommage qu’ils t’aient attrapée. » Un frémissement me parcours, autant au son de sa voix immonde qu’au contact désagréable de ses doigts. Un doute s’immisce en moi et ma mâchoire se contracte. Ressentir la douleur… Elle avait toujours déploré que je ne la ressente pas. À cette presque prise de conscience une envie nouvelle, sur laquelle je ne pouvais mettre de nom, s’insinua dans mon esprit. Cette femme représentait peut-être tout ce que je pouvais haïr en ce monde. Et ce sentiment, je ne le connaissais que très peu. Ce poison n’avait jamais habité mes veines, aujourd’hui… Je me demandais s’il ne couvait pas depuis tout ce temps. Je ne dis mot, me contentant d’observer les gestes de tous. Laissant mon instinct de chasseur prendre le contrôle. Je ne pouvais pas faire autrement. Je ne voulais rien leur offrir et je savais ce qui m’attendait. J’avais déjà fait l’expérience des soins de Nymeria. J’avais été son jouet défectueux favori en quelque sorte. Si, ce spectacle était la suite des tests qu’il m’avait imposés par le passé, je n’avais plus qu’à prier pour m’en sortir.

« Vous savez... Je ne suis vraiment rien d'intéressant. Juste un croque-mort. Je ne suis pas ce qu'on vous a dit, quoi qu'on vous ait dit. » Je tournais la tête vers le pauvre lièvre, essayant de ne pas me souvenir que je le considérais comme un parfum si exceptionnel. « J'ai de la famille qui bosse ici. Il y a forcément erreur. » Ce fut plus fort que moi. Un rire à moitié étouffé m'échappa et je me repris en mordillant ma lèvre inférieure. Une erreur? Oui, il y avait une erreur. CE GOUVERNEMENT était une erreur! Le changer ne servait absolument à rien, cherché à le renverser non plus. À mes yeux, une seule solution s'imposait, mais je la gardais pour moi. Si je la mettais en œuvre, elle serait mon fardeau. Je ne dis rien, restant dans ce mutisme qui m'empêchait de gronder. Essayant de conserver le contrôle de moi, puisque la situation m'échappait. Je devais survivre, pour Vittoria. Pour ce semblant de liberté que je goûtais pour la première fois de ma misérable existence. Fixant de nouveau droit devant moi, j'essayais de chasser les souvenirs des autres séances, pour me concentrer sur celle-ci. Un vaccin… Qu'avait-il encore été inventé?
 
love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2819
↳ Points : 258
↳ Date d'inscription : 02/07/2014
↳ Age : 27
↳ Avatar : Anne Hathaway
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Peacekeeper infiltrée
↳ Opinion Politique : Sans opinion, elle s'en fiche
↳ Niveau de Compétences : Nv 2 & 4 en guérison
↳ Playlist : Joan Jett - Bad Reputation / Christina Aguilera - Fighter / Halsey - Is there somewhere / Florence + The Machine - Delilah / Mumford & Sons - After the storm / Evanescence - Going under PLAYLIST YOUTUBE
↳ Citation : " In order to rise from its own ashes, a Phoenix first must burn. "
↳ Multicomptes : Ezra S. Reilly & Elias S. Kaligaris
↳ Couleur RP : White



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Down With The Sickness    Mer 22 Juil - 23:47

La tension se suspend dans un silence infectieux, bravant l’espace-temps afin de dérouler l’éternité. Chaque mouvement de diaphragme est corrompu par l’attente et le mutisme fracassant liant l’atmosphère aux participants. La cage thoracique se soulève et c’est un millénaire qui retombe sur ses côtes quand l’air s’évade. A croire que la pesanteur affirme son règne sur ses molécules pour mieux garder le sol sous ses pieds. Se taire devient déjà une corvée alors que ses muscles accusent cette intolérable immobilité et  son impatience caractéristique. Afin de conserver cette distance imposée par la situation et par sa fonction, elle glisse sa langue entre ses quenottes et la mordille plusieurs fois, ravalant avec une difficulté marquée chaque commentaire qui effleure son esprit échaudé. C’est presque comme s’il pouvait le deviner, l’autre abruti au bout de la pièce. Parce qu’il remue, il s’avance et dérange le centre de l’attention d’un geste tout à fait inutile. Dans un désir ultime de démontrer sa propre autorité, elle se permet de franchir les bancs de lumière pour se placer à proximité des deux cobayes mais également de la petite conversation qu’il entretient avec la chirurgienne. Le trouble l’assaille subitement quand il assemble des syllabes pour former une identité qui la dérange, qui la renvoie trop brutalement à ce qu’elle veut oublier actuellement. Sa tête  se détourne, elle fige son regard sur la blonde et se sent tout à coup désarmée. Désorientée, elle n’émerge de sa confusion que lorsqu’on l’interpelle.

D’un rictus entendu, quasiment carnassier et en redressant les prunelles vers son insupportable acolyte, elle délie sa vérité sans la prémâcher. « Nan, ça va. Je suis pas la pute de Greyjoy, moi. » Elle aurait giflé le shadowhunter que ça n’aurait même pas été aussi comique. Se sentant d’humeur à poursuivre sa petite provocation afin d’évacuer sa nervosité et son irritabilité, elle enchaine sans donner le loisir à l’un des intervenants de répliquer. «« J’ignorais que tu lui frottais le cul à Greyjoy, Dwight. Je suis ravie d’apprendre que cette raclure a réussi à se trouver un pigeon afin qu’on lui nettoie la raie des fesses. Cela dit, à ma connaissance, il a aucune autorité ici. Ni ailleurs d'ailleurs. C'est le roi des cons, très certainement mais t'as aucun autre titre à secouer pour que ça soit légitime, je vois pas de quoi il se mêle.»  C’est plus fort qu’elle au fond, elle rajouterait quasiment des entraves à l’inconnu pourvu que ça ennuie profondément Stain. Satisfaite d’avoir balancé son venin, délestée du poids du mépris, elle se positionne entre les victimes et observe la suite des événements, suivant distraitement la progression de son foutu coéquipier et ignorant la moindre injonction qu’il pourrait émettre à son égard. Elle se concentre davantage sur l’étranger qui a de toute évidence, gagné les grâces de ce cher Ezio. Les gémissements du changeur défont ses désirs et besoins de désintéressement prolongé. Alors elle s’autorise tous les excès en se penchant un peu sur la créature et en articulant avec hargne. « Et si tu la fermais ? » Mais ça ne suffit pas et la terreur du garçon la dérange. « Je doute que mentionner tata Francine ou tonton Georges t’aide en ce moment. Ferme-la, bouge pas et tu recevras peut-être un bonbon en sortant. »» Ou bien il devra juste avoir recours à ses propres services. Tripoter les morts, en voilà un métier tordu. Pas plus que le sien tout bien pensé. Plus que jamais, l’intervention prend des allures de mauvaises tortures. En replaçant ses prunelles sur la jeune femme aux cheveux d’orge, la trentenaire se permet d’adresser quelques mots à la dirigeante des opérations qui s'apprête sans nulle doute à débuter les hostilités. « Je crois que celle-ci a les nerfs qui lâchent… Un peu de morphine lui ferait pas de mal. » Et ça atténuera toute douleur potentielle. Même si elle ne devrait pas s’en soucier. Tout ça, ça ne la concerne pas.  

_________________
You won't see me fall apart
I know that I can survive. I'll walk through fire to save my life. And I want it, I want my life so bad. I'm doing everything I can. Then another one bites the dust. I'm still fighting for peace. I've got thick skin and an elastic heart but your blade, it might be too sharp. I'm like a rubber band until you pull too hard. I may snap and I move fast.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1931-joan-the-past-be
 

Down With The Sickness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-