AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nameless World

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 2655
↳ Points : 487
↳ Date d'inscription : 19/04/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Giza Lagarce
↳ Age du Personnage : vingt et un ans.
↳ Métier : croupière au Bones.
↳ Opinion Politique : résistante extrêmiste.
↳ Niveau de Compétences : niveau deux.
↳ Playlist : ocean avenue - yellowcard | cruel - the veronicas | paralyzed - against the current | reckless - you me at six | haunting - halsey | before the worst - the script | doubt - twenty one pilots | anything - hedley | nicotine - panic! at the disco | robbers - the 1975 | just the way i'm not - all time low
↳ Citation : « There's a piece of you that's here with me, it's everywhere I go, it's everything I see »
↳ Multicomptes : Mackenzie Caulfield & Nataliya Clarke.
↳ Couleur RP : #BD5737



Feuille de perso
↳ Copyright: empty gold. & endlesslove & jump-again
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nameless World   Ven 24 Juil - 17:33




Un coup d’œil rapide. Un regard malsain dans sa direction et quelques mots balancés dans la pièce qui en disent long sur l'état d'esprit de Stain. Elle retient un nouveau sourire. Mieux vaut ne pas jouer avec le feu. La brune ne serait pas en mesure de panser ses brûlures. Visiblement, le résultat obtenu avec Nikolaas n'est pas celui auquel les deux bourreaux s'attendaient. Mais à quoi ils s'attendaient au juste ? La rebelle fronce les sourcils, de plus en plus perplexe quant au sort qu'on lui réserve. Elle ne lâche pas le scientifique des yeux, le regardant réagir tant bien que mal, essayant de sauver la peau du second cobaye. Elle trésaille au contact de la main du gardien sur son avant-bras, agressant son épiderme sans plus de ménagement. Pire. Ses jambes veulent esquisser ce qui s'apparente le plus à un mouvement de recul, par pur réflexe, quand il empoigne sa nuque par les cheveux. En vain, évidemment. Le souffle du mâle vient heurter sa peau à coup de murmures macabres, ses mots courent le long de sa joue, lui arrachant un frisson d'horreur. Des visions sinistres défilent devant ses prunelles noires, faisant écho aux menaces du ténébreux. C'est à son tour de le dévisager alors qu'elle le contemple se saisir du scalpel le plus proche et venir le placer au bout de son doigt. S'il y a bien une chose dont elle ne doute pas, c'est qu'il est tout à fait capable d'aller jusqu'au bout de sa folie.

« J'en sais rien... », souffle-t-elle les yeux rivés sur son geôlier. « Ça doit pas... Se passer comme ça. Normalement ». Elle voudrait se défaire de l'emprise de Stain, qu'il lâche son cou qui lui paraît soudainement si frêle. Mais la poigne du mâle est bien trop forte pour la rebelle. Elle ne retire de ses tentatives que des gémissements plaintifs, ses yeux roulant de douleur tant la pression qu'il exerce se révèle invulnérable. « Mon sang n'est pas censé transformer les humains ». Elle parvient difficilement à articuler, haletante, ses lèvres nerveusement étirées de chaque côté de son visage fatigué. Que pourrait-elle dire d'autre ? Peut-être fait-elle partie de cette race de monstres mais les mystères qui y sont liés ne sont pas plus clairs pour elle que pour n'importe qui d'autre. C'est ce qu'elle aime à croire tout du moins. La 'mutation' n'est qu'une imagerie trouble dans son esprit tout comme les mécanismes de la faim qui la tiraillent chaque jour. Elle ne comprend pas sa nature. Elle ne fait que la subir, vivre avec. Survire. Mais dernièrement, et aux vues de ce qu'elle est elle-même en train de subir, la brune en vient à se demander si la définition du mot 'monstre' n'aurait pas besoin d'être remise au goût du jour.

Ses iris sombres finissent par croiser le chemin du scientifique. Il s'active à essayer de ranimer la première victime de cette séance de tests insalubres. Mais sa volonté ne semble pas suffire. Incapable de bouger la tête, elle se fie à ses sens auditifs, paupières à demi-closes, et constate que le cœur de Nikolaas peine à faire affluer le sang dans ses organes. Son sang. C'est la voix irascible de Timothée qui la fait frémir. Chose qu'elle n'aurait pu pressentir. Un nouveau rictus baigné de satisfaction vient fendre ses traits éreintés. Lui n'est définitivement pas si radical qu'elle voudrait le penser. Peut être pourra-t-elle en tirer quelque chose, quand elle jugera l'atmosphère propice aux négociations. Ou peut-être pas. Les paroles du bourreau ne font que confirmer que son calvaire est loin d'être terminé.

Le corps inanimé sur le second fauteuil reprend doucement vie, jusqu'à prononcer quelques mots à peine audibles. La brune plisse le front en voyant les yeux de l'humain s’assombrir. Quelque chose cloche chez lui. Elle se surprend à espérer qu'il sombre définitivement, que la dernière étincelle de vie s'éteigne en lui. La mort plutôt que de le voir se fondre en un monstre de sa nature. Plutôt que de le regarder souffrir, torturé par les changements de son propre organisme. Torturé par la faim. Cette même faim d'énergie vitale qui l'a conduite à ne devenir plus que l'ombre d'elle-même pendant des mois. Elle ne sait pas exactement depuis combien de temps elle n'a pas vu la lumière mais déjà, les pratiques qu'elle endure font ressortir ses vieux démons.  

_________________
    I've been looking all night watching them empty hours. Invisible to these crowds, always double vision. I've been losing my mind listening to broken speech. Stacking up broken seats, it's a lonely picture. And I hear your voice as it echoes 'round my head. Always that same thing that you said. Get out, get out, while you still can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2372-vkb-you-were-my-

Féminin
↳ Nombre de messages : 9021
↳ Points : 475
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nameless World   Sam 25 Juil - 21:21


Les réponses qu’il attend tardent à venir. Dans son agacement, le Hunter mâchouille avec plus d’ardeur son chewing-gum. Dégueulasse le morceau de bonbon n’a plus de goût, et lui laisse une étrange amertume sur la langue. Il se contrefout de Timothée et de ses tentatives pour ranimer l’autre cobaye, c’est la demoiselle qui l’intéresse à ce moment précis. Il renforce la pression de sa main contre son avant-bras, et joue du scalpel contre la peau fragile sous son ongle. Ce serait si facile de le faire sauter. Plop, et la manucure est foutue en l’air. Dans un sursaut de violence exacerbée, Stain s’imagine termine son geste. Il s’en mord la lèvre pour chasser cette envie assassine et reporter son regard en direction du joli minois de Vttoria, qui se décide enfin à ouvrir la bouche. Et ce qu’il entendu ne parvient pas à le satisfaire. Sa langue claque contre son palais et il secoue la tête en signe de mécontentement. « - Pas se passer, pas censé. C’est flou tout ça. En fait t’es même pas au courant de ce que tu es. Comment ce qui te pollue fonctionne… » Il le soupire de dépit et s’autorise à fouiller plus amplement dans les prunelles de la demoiselle. Elle subit, comme lui a subit son loup durant les premières lunes. Le soldat finit par relâcher la chevelure. Il laisse un instant ses phalanges effleurer la peau diaphane de ce bras qu’il malmène, et fait perler le sang sous cet ongle qu’il menace de son scalpel. La couleur le fait froncer le sourcil. Il n’a pas le temps de réfléchir comme il le voudrait, sa bouche s’ouvre mais n’en sort que du vent. La voix rageuse du scientifique vient lui faire crisser ses pauvres oreilles. Il l’avait complètement oublié celui-là.

Les traits du Hunter se crispent, et les ténèbres de ses pupilles tombent encore un peu plus dans les échos de la noirceur. Lentement, avec une théâtralité n’annonçant rien de bon, il se redresse, abandonnant le scalpel sur une table, pour finalement faire volte-face vers Timothée. « - Je suis pas là pour faire ton boulot. Le côté médical, c’est toi qui gère. Qu’ils y passent, j’en ai rien à foutre, mais pas tant que la mission n’est pas terminée. » Sa voix transpire d’un étrange calme. Une douceur qui jure avec tout ce qu’il peut renvoyer à ce moment précis. Le fauve prêt à sauter sur sa proie, qui se contente pour le moment de l’étudier sous tous les angles pour trouver la faille. Il y en a tellement chez ce type que cela en est trop facile. Sa pauvre haine lui fait l’effet d’une piqure de moustique sur la nuque. Le loup soutient le regard que le petit homme lui lance et laisse un rire jaune lui échapper. « - J’y suis déjà passé mon vieux, plus de fois que tu ne peux l’imaginer. Et  tes petites transfusions, à côté, c’est rien. Absolument rien. » Il le lâche avec froideur, malgré la douleur qui se fige le temps d’un souffle sur son visage. L’amabilité qui l’accable fait rugir son cœur sous peau. Le sang ne fait qu’un tour et s’enflamme au contact de la poudre. D’une main de fer et d’un geste qui en dit long sur la dextérité du Hunter, Stain agrippe le col de la blouse du petit scientifique. Et dans une impulsion, l’envoie se fracasser contre le mur le plus proche, son avant-bras plaquer contre la gorge palpitante. Au même titre que les échantillons sanguins qui se brisent sur le sol. « - Insulte moi encore une fois et je me ferais un plaisir de te délester de ta jolie langue un peu trop pendue. » Le timbre est implacable, aussi glacial que l’œillade assassine qui l’accompagne. La pression contre la trachée s’accroit légèrement, et le loup brûle d’entendre cette pauvre nuque craquer sous la pression. Trop de tentations dans cette foutue cave. A contre cœur, Stain autorise Timothée à reprendre son souffle. Sans le lâcher, il le tire jusqu’à sa chaise à roulettes, sur laquelle il l’oblige à poser son cul en appuyant sur ses petites épaules avec une force de brute.

« - Maintenant tu poses ton cul, prend tes petits jouets métalliques et tu t’occupes de tester les limites de nos chers amis ici présent. » Les phalanges s’incrustent dans le tissu et la peau, malmène le dos avant de le libérer dans une secousse pour l’envoyer roulé contre le siège de Nikolaas. « - Ce qu’on t’a fait ? Une petite injection du sang de cette charmante demoiselle ici présente. Et apparemment, ton humanité a foutu le camp. » Lâche-t-il, désignant tour à tour Vittoria et Nikolaas. « - Et ce qu’on va en faire ensuite, ça ne te regarde pas, Tim. Evite  de les achever, tu risques d’avoir des problèmes après. » Cynique et moqueur, ses lèvres s’étirent en un infime sourire dénué du moindre amusement.

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nameless World   Mer 5 Aoû - 14:15

L’humanité est-elle plus en perdition aujourd’hui qu’hier ? Le Cro-Magnon se battait d’une branche, le romain d’une épée, le napoléonien d’un mousquet, l’homme moderne du pistolet, du couteau ou du fusil, l’état de l’économie, de la faim, de ses armées, du nucléaire…. Si l’homme a évolué pour vivre mieux et plus longtemps, ses techniques pour se battre n’ont fait que se performer devenant plus violentes encore. Aujourd’hui si l’organisation étatique, la nature et la vie sur terre ont bien changés, la manière de dominer un pan de la société n’a pas changé d’un iota. Ne vivons pas pour vivre mais pour contrôler. Là, face à ce caniche bien plus féroce qu’un doberman, je me sens incapable de contrôler quoique ce soit et encore moins la rage qui sommeille en moi, ce dégout que j’éprouve autant pour lui que pour moi. Lorsqu’il plonge son regard dans le mien, je ne cille pas, pourquoi le ferais-je face à un mec pareil ? S’il est évident que je le crains, je me bats avec vigueur contre ce sentiment. Je ne crois pas particulièrement au karma pourtant je suis persuadé qu’un jour le retour de bâton lui sera plus fatal qu’à moi. J’ai beau détester ma simple présence dans ce jeu contre l’espèce humaine, j’ai conscience de ne rien pouvoir faire pour l’instant. Pour l’instant.

Son bras m’envoie balader contre un mur et s’installe avec force contre mon cou. Quel con. Pourquoi ai-je baissé ma garde ? Pourquoi ne l’ai-je pas vu ? Pourquoi n’ai-je pas saisi l’occasion pour lui montrer que le pauvre petit scientifique sait parfaitement se servir de ses poings ? Pourquoi ? Est-ce cette lâcheté dénoncée par ma mère ? Bizarrement aucune de ses paroles n’accroissent plus ma crainte, quelque part je sais qu’il ne peut rien contre moi. Pas tant que nos expériences apportent quelque chose, il l’a lui-même dit. Je plonge donc mon regard dans le sien avec une détermination que je me connaissais uniquement dans mes délires d’enfants. Une détermination qui vacille à cause de l’air qui s’amenuise. J’aimerai être capable de ne pas réagir à ce manque vital mais quel être humain subirait l’asphyxie avec le sourire ? Stain ? Est-il seulement humain ? Lorsqu’il m’autorise à récupérer de l’air, j’aspire comme jamais et le laisse me jeter sur ma chaise à roulette. Les yeux encore rougis, j’accuse un vertige et pose une main sur le fauteuil de Nikolaas. …ton humanité à disparu… Je redresse la tête et parcours son corps pour atteindre ses yeux. Son humanité. Je fronce les sourcils et malgré tout laisse échapper un sourire. Loon avait raison. La différence entre humanité et monstruosité ne se trouvent pas là où on le croirait… Je pose alors ma main sur l’épaule de l’homme sans craindre une quelconque attaque puisque l’ennemi, quoiqu’il arrive, n’est pas ce pauvre homme mais le caniche derrière moi. Dans un murmure je lâche une certitude qui n’appartient qu’à moi. L’humanité n’appartient qu’à nos actes. et pour la première fois depuis longtemps cette certitude m’offre un semblant de paix dans un esprit qui jusque-là n’avait fait que se tordre dans le mauvais sens. Ne t’en fais pas pour ça, je suis censé contribuer à la survie de l’espèce humaine… Ils en font partis.

Sur ce, je me détourne du cobaye et m’en vais analyser les échantillons de sang de la jeune femme. Intrigué, j’opte pour la comparaison des trois sangs : celui de vittoria, celui de Nikolaas avant et celui de Nikolaas après. Qui sait, un petit quelque chose pourrait nous faire arrêter court tout ce bordel.

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2655
↳ Points : 487
↳ Date d'inscription : 19/04/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Giza Lagarce
↳ Age du Personnage : vingt et un ans.
↳ Métier : croupière au Bones.
↳ Opinion Politique : résistante extrêmiste.
↳ Niveau de Compétences : niveau deux.
↳ Playlist : ocean avenue - yellowcard | cruel - the veronicas | paralyzed - against the current | reckless - you me at six | haunting - halsey | before the worst - the script | doubt - twenty one pilots | anything - hedley | nicotine - panic! at the disco | robbers - the 1975 | just the way i'm not - all time low
↳ Citation : « There's a piece of you that's here with me, it's everywhere I go, it's everything I see »
↳ Multicomptes : Mackenzie Caulfield & Nataliya Clarke.
↳ Couleur RP : #BD5737



Feuille de perso
↳ Copyright: empty gold. & endlesslove & jump-again
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nameless World   Ven 14 Aoû - 15:47




Le discours du gardien résonne à ses oreilles comme une sentence prononcée sans jugement. Elle le détaille, l'observe secouer la tête, souffler ces quelques mots témoignant d'un mécontentement indéniable. Son doigt toujours menacé par un scalpel un peu trop près d'un ongle sur le départ mais qu'elle espère ne pas perdre. La réponse que la brune lui délivre n'est certainement pas suffisante et doit être bien loin de ce à quoi le Shadowhunter s'attendait mais c'est bel et bien une vérité qu'elle lui offre. Une vérité qui la tétanise et l'effraie bien plus qu'elle ne s'autorise à l'admettre. Sa chevelure délivrée, son avant-bras laissé à l'abandon, une goutte de sang perle doucement sur le bout de son index. Le liquide, sombre, épais, presque noir, fini par heurter le sol, s'éclatant en une tâche difforme sur le carrelage du laboratoire. Elle, laisse échapper une plainte sourde, sa colonne percutant le dossier du siège une fois de plus. Libérée d'un geôlier mais toujours prisonnière, l'ironie lui arrache un rictus malvenu. « Un soldat peut-être pas si bête que ça... Belle innovation gouvernementale ». Un murmure articulé pour elle, insistant volontairement sur la désignation animale. La rebelle ricane nerveusement, sa capacité de raisonnement commence lentement à lui faire défaut et les premiers signes ne tardent pas à se faire voir. Et visiblement, elle n'est pas la seule à souffrir de l'enfermement.

Le reste n'est qu'une succession de mauvais choix et de paroles bien mal amenées. Le tout résultant un abominable combat de coq largement dominé par l'un, subi par l'autre et assisté par elle, spectatrice forcée. Elle lève les yeux au ciel, roule des prunelles tant la scène lui paraît grotesque. Et le médecin qui philosophe sur la grande question de l'humanité. Que de bons sentiments dans une pièce aux doux airs de scène de crime. Il suffirait de peu pour que le scientifique tombe dans le pathos. « Jusque ici, l'espèce humaine se débrouillait très bien pour survivre sans ton aide, mon pauvre ami », lâche-t-elle froidement à l'attention du charlatan. « Enfin, ce n'est que mon avis ». L'invective se veut moqueuse, criarde. Elle peine à dissimuler l'amertume qui lui ronge les tripes. Refusant de voir que le scientifique adressait à ses cobayes un message bienfaisant, la brune préfère de loin jouer la carte de la méfiance. Du déni. S'il veut bien voir ses petits sujets d'expérimentation sortir du laboratoire en vie, il ne va certainement pas leur indiquer la porte de sortie. Alors, ces petits mots doux, il peut se les garder et les ravaler dix fois.

Son regard se perd. Sa patience s'amenuise à mesure que les secondes s'égrènent. La brune ne parvient pas à rester en place, gigotant constamment sur son siège, espérant secrètement qu'il cède d'une manière ou d'une autre. Les liens autour de ses membres se font de plus en plus lourds sur sa peau meurtrie. Les articulations de la rebelle commencent à la faire souffrir et sa température corporelle ne cesse de grimper. L'enfermement ne lui réussi vraiment pas. Ses orbes sombres divaguent, ne prêtant guère attention à la querelle masculine qui continue de s'abattre dans la pièce. Sa vision se perd, s'accroche au second fauteuil puis sur le corps qui s'y tient, imitant sa propre posture. L'humain a l'air plutôt mal engagé sur la voie de la guérison. Elle fronce un sourcil, perplexe. « Dis Stain, tu voudrais pas pousser la chansonnette pour notre ami le "sujet mâle" ? ». La voix claire, elle se joue de ses nerfs. Le temps de jouer aux inconnus désormais révolu et bien loin dans l'esprit de la brune. Le chanteur qu'elle a reconnu, elle le toise. Et achève. « Une berceuse serait la bienvenue, enfin... Il va retomber dans les vapes, cela dit. Dommage. Tu fais ça tellement bien d'habitude... », fait-elle mine d'implorer. La supplique surmontée d'un sourire aliéné qui se dessine insensiblement sur son visage éreinté. Nikolaas ne tarde pas à sombrer à nouveau. Un rire dédaigneux échappe aux lippes venimeuses de la rebelle, le poison de ses entrailles ayant déjà largement entamé sa jugeote.

_________________
    I've been looking all night watching them empty hours. Invisible to these crowds, always double vision. I've been losing my mind listening to broken speech. Stacking up broken seats, it's a lonely picture. And I hear your voice as it echoes 'round my head. Always that same thing that you said. Get out, get out, while you still can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2372-vkb-you-were-my-

Féminin
↳ Nombre de messages : 9021
↳ Points : 475
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nameless World   Dim 16 Aoû - 20:49


Il s’énerve tout seul. S’exaspère de l’attitude du scientifique qui lui donne tout bonnement envie de frapper quelque chose. Quelqu’un. Ses phalanges le démangent, et il tente alors de calmer le feu en les ouvrants puis les dépliants avec énergie.  Le guignol en blanc d’abord. Juste histoire de se faire la main. La brunette ensuite. Parce qu’il s’obstine à ne pas vouloir frapper les femmes, mais celle là… Le monstre qui dort sous sa peau éveille le loup. Et déjà les crocs s’aiguisent contre la chair de l’homme. Stain se racle la gorge et se fait violence pour garder son calme. Dur exercice quand il n’a qu’une seule envie, foutre le bordel dans cette pièce et être le seul à ressortir vivant. Bain de sang en perspective qui lui pique les yeux et le fait salivé. Il pousse un soupir devant le ton bienveillant du scientifique. Un rire jaune lui échappe alors qu’il hausse les épaules et lèvre les yeux au ciel. Du foutage de gueule à l’état brut. Alors comme pour retenir ses envies de meurtres, le Hunter fourre ses pognes dans ses poches et recule de quelques pas. Histoire de mettre de la distance entre lui et les trois autres. « - Ton avis chérie, on peut s’en passer. Vu ce qui t’es arrivée, tu m’excuseras, mais l’espèce humaine est un peu à la ramasse pour se protéger les miches toute seule » Cynique à en crever, il attaque la brunette du regard et fusille l’autre au passage alors qu’il lui tourne le dos. Occupé à analyser Dieu seul sait quoi.

Fauve en cage, Stain fait maintenant les cent pas. Fixe d’un œil intrigué l’humain qui semble ne pas réussir à se remettre de ce que Timothée lui a foutu dans le système. « - Putain mais t’as quoi dans les lèvres, sans déconner… » La question contient un brin d’angoisse. Et un bouquet d’admiration. Masochiste endurcie, il se surprend à lorgner les échantillons d’un œil avide. Un nouveau moyen pour crever la gueule ouverte. Ou finir comme elle, à parasiter les autres pour survivre. L’idée le fait frissonner et il se rétracte dans un battement de cœur frénétique. Stain fait volteface, s’avance vers la porte de sortie et en examine les aspérités. Pour s’occuper. Jusqu’à ce que la voix de Vittoria vienne lui tapoter sur l’épaule. Il aurait aimé qu’elle ne dise rien. Qu’elle garde l’origine de leur rencontre pour elle. Petite chanteuse du Masquerade qu’il avait appris à apprécier au fil du temps. Qu’il avait vainement tenté de sauver lorsqu’il avait su qu’elle allait faire partie du massacre. L’échec, qu’importe l’époque. Aujourd’hui, ou il y a sept siècles, il reste un éternel inutile. Sa langue claque contre se dents, et lentement, il se retourne. « - C’est pas mon genre les berceuses… Trop calme à mon goût. » Il jette un regard à la brunette tout en revenant se poster près du second cobaye. Stain aurait très bien pu lui dire de se taire que le résultat aurait été le même. Œillade assassine terminant en examen pseudo minutieux du cobaye. Qui tourne une nouvelle fois de l’œil. Une première pierre explose et menace de faire tomber tout l’édifice retenant sa colère. « - Fait chier. » Sans plus de sommation le soldat défait les liens du cobaye, tâtonne contre sa jugulaire pour y trouver un quelconque pouls puis finit par traîner le corps sans vie au fond de la pièce. Qu’il aille faire la sieste dans une cellule ou qu’il y crève, je m’en contre-fous. La porte grince lorsqu’il la referme, le bruit résonnant dans le silence. Il en frissonne et se passe la main sur son visage. Les dents s’entrechoquent et c’est un soupir qui se brise contre le mur miteux. Le rire de la brune lui résonne dans la poitrine et achève la patience de ses nerfs.

« - Ca t’amuse c’est ça ? » Crache-t-il alors qu’il revient se poster près de l’inconsciente. « - T’as pas compris que le mieux pour toi, c’était de la fermer et pas bouger ? Tu veux finir comme l’autre là bas ? » Il agrippe sa gorge, en fait presque le tour tant elle lui semble fragile et minuscule. Les phalanges s’y agrippent et serrent. Envoient valser la nuque de la pauvre petite chanteuse contre le dossier de son fauteuil avec une violence difficilement contenue. Et s’il venait à la priver d’air, est-ce qu’elle s’en remettrait ? La question l’intrigue et le pousse à serrer plus fort. « - Elle te plait ma berceuse maintenant ? » La brute jubile. L’autre en revanche, se sent mal de déverser toute sa haine sur cette pauvre fille qui n’a rien demandé à personne. Lui qui avait tenté de lui épargner un tel sort, voilà qu’il passait de sauveur à bourreau. Belle reconversion.

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nameless World   Jeu 27 Aoû - 16:58

Spoiler:
 

J’entends encore la remarque cinglante de la jeune femme. Mes yeux tentent de concentrer mon attention sur l’éprouvette pourtant ce que je vois, ne parvient pas à m’atteindre. Je n’accepte pas cette situation et comprend tout à fait la Daybreaker. Jouer les apprentis sorciers n’a jamais été mon fort que ce soit dans cette cave lugubre de mon enfance ou dans cette pièce aseptisé pour filer encore plus la chocotte que le bâtiment lui-même. Mes doigts se resserre sur le microscope sans que je parvienne à calmer mon pouls. Celui-ci semble autant jouer avec mes nerfs que la simple présence de chien de garde. Si en vouloir la jeune femme de me rappeler le rôle que je joue, l’autre est simplement là pour me rappeler ma propre stupidité. La simple idée d’avoir combattu dans le vent pour protéger ce gouvernement me donne envie de vomir. Comment peut-il cautionner des expériences qui ne semblent mener à rien ? Ce protocole n’est qu’une succession de directives abracadabrantes. Mise à part les termes scientifiques employés, l’impression de suivre les décisions d’un enfant me brûle le peu de neurone conservé durant ces derniers mois. Serait-ce un leurre ? Une tentative d’intimidation envers la population ? envers les rebelles ? une pub pour réaffirmer la puissance du gouvernement ? C’est ridicule. Si ridicule qu’il pourrait en être capable, il semble très féru de l’adage « sacrifier un petit nombre pour sauver un grand nombre ». Quelle belle connerie. Je secoue la tête et observe les échantillons, l'un après l'autre. Un sourire apparait briévement sur mon visage, voila... voila un petit quelque chose qui arrêtera cette connerie. Une simple réaction.  

Le son me fait sursauter. Je tourne la tête juste à temps pour voir le moniteur afficher une belle ligne droite. Je me redresse pendant que le caniche attrape le cobaye et le fait glisser sur le sol. J’hallucine. Pitié, réveillez moi. Je suis tombé dans un asile. Mes poings se serrent, mes phalanges prennent une couleur blanchâtre que je ne leur connaissais pas pendant que les veines de mon cou s’épaissisent comme pour marquer les nouveaux coups de pinceaux d’un artiste sur un tableau blanc. Un artiste. Il est clair que dans son domaine, il est puissant. Je le vois vriller lorsque la femme le siffle d’un pic bien visé. Je grimace. Veut-elle vraiment crever ? Comment essayer de l’aider si elle n’y met pas du sien… ? Qu’importe, je me détourne pour récupérer le défibrillateur et m’engouffre dans la salle adjacente, je pose pour la seconde fois tout le nécessaire sur son corps et actionne l’engin. Cette fois-ci mon self-contrôle prend le déçu et c’est avec une habitude qui appelle à une certaine paix que j’impose les deux plaques une deuxième fois sur le corps de l’homme. L’idée de le laisser me mourir me traverse une nouvelle fois l’esprit mais serai-je plus capable de me voir dans la glace ? J’en doute.
Le silence se fait uniquement bercé par la machine en fonction. Je ne parviens même pas à articuler le moindre mot d’encouragement. Pourtant une ombre finit bientôt par recouvrir mes pensées : ce silence. Je secoue la tête, lâche un Allez ! sachant pertinemment que je pourrais pas plus insisté pour le ranimer et pousse un soupire lorsque son corps fait un bon en avant. Je lui attrape la tête puis la repose. Je secoue la tête un quart de seconde avant de me lever d’un bon percutant enfin le malaise que je ressens. Lorsque j’arrive dans la pièce la scène ne me pétrifie pas, pas cette fois. Sans réfléchir, je me rapproche avec le plus de rapidité et de fluidité que mes années entrainement m’ont permis d’acquérir pose ma main droite sur son épaule droite et referme mon autre main sur sa main gauche. Dans le même mouvement, ma main passe devant son cou, mon bras l’enserre tandis que l’autre main offre un point de pression à son poignet. Il lâche prise. Je le fais reculer et le bascule vers la droite en utilisant la force qu’il laisse échapper pour me frapper. J’accuse un coup et poursuis mon mouvement pour lui faire perdre l’équilibre. Lorsqu’il parvient à me frapper avec la violence nécessaire, je le lâche et profite de mon recule pour lui envoyer un coup de pied dans son genou déjà plié du fait de ma prise. Un sourire tente de se frayer un chemin sur mon visage mais celui-ci ne parvient à se dérider convaincu comme le reste de mon corps que le retour de baton ne sera pas à fêter, si ce n’est la conclusion de ma mort. Mon poing s’enfonce dans son visage pendant que le sien réplique, il n’y a pas à dire, il a la force de l’homme entrainé n’ayant rien à perdre. J’aimerai pouvoir bloquer ses mouvements mais je suis déjà persuadé de la complixité de la tache. J’ai vaguement l’impression d’avoir libéré la bête. IL EST MORT ! STOP ! ON DOIT ARRETER CA ! J’évite son regard aussi bien que ses coups. C’est fini ! L’expérience est finie ! STAIN BORDEL ! On a les échantillons de sang, ça suffira …. LE PROTOCOLE EST CLÔTURÉ ! J’ai beau croire en ce que je raconte, je suis persuadé que les expériences ne s’arrêteront pas avec les résultats obtenus par mes collègues. Je l’observe face à moi. On se regarde un instant et je finis par comprendre que de toute façon, c’était trop tard. D’un mouvement de coude, j’explose la sonnette d’alarmer en espérant que les autres gorilles nous séparerons avant une mauvaise fin.

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2655
↳ Points : 487
↳ Date d'inscription : 19/04/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Giza Lagarce
↳ Age du Personnage : vingt et un ans.
↳ Métier : croupière au Bones.
↳ Opinion Politique : résistante extrêmiste.
↳ Niveau de Compétences : niveau deux.
↳ Playlist : ocean avenue - yellowcard | cruel - the veronicas | paralyzed - against the current | reckless - you me at six | haunting - halsey | before the worst - the script | doubt - twenty one pilots | anything - hedley | nicotine - panic! at the disco | robbers - the 1975 | just the way i'm not - all time low
↳ Citation : « There's a piece of you that's here with me, it's everywhere I go, it's everything I see »
↳ Multicomptes : Mackenzie Caulfield & Nataliya Clarke.
↳ Couleur RP : #BD5737



Feuille de perso
↳ Copyright: empty gold. & endlesslove & jump-again
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nameless World   Mar 1 Sep - 21:26




« Ah, parce que ce qui t'es arrivé à toi est digne d'être pris comme modèle d'exemplarité en termes de survie, peut-être ? ». Les mots échappent à ses lèvres. Imprévisibles, bien plus véloces que sa pensée. Encore moins réfléchis que sa raison. Ils se décrochent de ses lippes brulantes, agitées par la colère et l'impatience. S'envolant entre deux vibrations de l'air en direction de Stain. Son regard, elle le soutient. Le défie. Oubliant presque la présence du petit homme accablé par quelques analyses qu'elle ne cherche pas à comprendre. Quelle idiotie. Les doigts fins de la brune jouent inlassablement contre son siège, se pliants et se dépliants au rythme de ses pulsations cardiaques. Son ongle meurtri la démange ; la cicatrisation peine à se faire aussi rapidement que d'ordinaire, bien que la blessure ne soit que très légère. Et la voilà qui continue à jouer avec le feu. Que pourrait-elle bien faire d'autre ? Coopérer ? Non. Jamais.

Un rictus bien fade vient fendre son visage devenu pâle à la remarque du loup. Elle l'observe, le dévisage. Les doutes qu'elle pouvait encore avoir s'effacent doucement. Il l'a reconnue, elle en est désormais certaine. Mais le mâle qui se tient en face d'elle n'a rien du chanteur croisé au Masquerade, si ce n'est la même enveloppe charnelle. Ou peut-être que si. Elle ne le connaît pas si bien, au final. Et qu'est-ce que ça change ? Il n'a pas l'air enclin à la sortir de là pour autant. Plus les minutes s'égrènent, plus elle s'imagine la fin d'une existence. La sienne. Dans cette pièce, un dernier soupir lâché avec le plus grand des soulagements. Elle aura au moins essayé, de se battre pour une cause aussi perdue soit-elle. Une dernière bribe de vie abandonnée, comme celle de Nikolaas qui se laisse aller à l'inconscience une nouvelle fois. La rebelle arque une sourcil. Sceptique, l'inquiétude grimpe en elle. Désormais seule face à ses bourreaux. « Toutes mes félicitations, vous l'avez achevé... », articule-t-elle dans un souffle incontrôlé. Ses yeux sombres roulent dans leurs orbites, faisant écho à son état de conscience à la limite de la lassitude. Le scientifique l'exaspère sous ses airs de ne pas savoir ce dans quoi il s'est embarqué. Pathétique. Son rire résonne une fois de plus dans la salle aseptisée mais le temps qu'elle s'accordait pour respirer se voit bien vite dérobé par nulle autre que Stain.

La voix de l'animal vient frapper contre ses tympans avec brutalité. Tout comme sa main qui agrippe sa gorge frêle. Elle grimace de douleur. La pression est trop forte pour permettre à l'air de se frayer un chemin jusqu'à ses poumons. Elle suffoque. Se débat vainement sur son siège. Incapable de se défendre contre la bête qui s'accroche à son cou. C'est ensuite sa nuque qui vient heurter violemment le dossier de son siège, ajoutant une dose supplémentaire à sa géhenne. Un cri sourd, étouffé par l'étreinte, échappe à ses lèvres. Son visage rougi. Le manque d'oxygène se fait cruellement ressentir. Elle peut sentir le sang battre contre ses tempes. Les doigts de l'animal irritent son épiderme fragile. Et elle ne peut rien faire. Rien. Et elle ne s'attendait sûrement pas à ce que l'aide vienne d'ailleurs. De lui. Du petit homme. Le scientifique, pas si insignifiant que ça quand l'adrénaline se décide à s'activer. Stain se voit finalement forcé de lâcher prise et la brune se voit soulagée de ce poids incontrôlable. Elle se met à tousser, inspire profondément. Se réjouissant de pouvoir de nouveau allouer l'air à entrer et sortir de son organisme sans contrainte. Le flot la submerge. Son cerveau peine à suivre la cadence. Tout devient flou autour d'elle. Sa vision se trouble. Ce ne sont que des ombres qu'elle perçoit. Des silhouettes et des sons. Mais la connexion entre l'un et l'autre peine à s'établir. La laissant dans un brouillard total. Tout ce sur quoi elle parvient à se concentrer, c'est sa gorge. Et la douleur émergeant de son cou.

Après quelques secondes, la voix du médecin résonne dans la salle tandis que la vue de la brune se rétablit doucement. Les quelques mots qu'elle parvient à saisir la font frisonner. Terminer. Protocole. Clôturé. Elle n'est pas certaine de pouvoir se fier à son ouïe maintenant que ses sens lui jouent des tours. Une alarme retentit soudain, inondant le laboratoire d'un son incroyablement désagréable, à la limite du supportable. Et ce bruit qu'elle perçoit à tout l'air d'être réel. Son visage se crispe alors qu'elle comprend finalement ce que le geste de Timothée signifie. D'autres vont venir. D'autres bourreaux. D'autres comme Stain. Ou d'autres pires que lui. « Détachez-moi... », souffle la brune d'une voix chétive alors que son regard se perd entre nulle part et partout autour d'elle. Ses poignets se remettent à se débattre contre les liens qui la retiennent prisonnière. À quoi bon. À moins d'un miracle, la rebelle n'est pas prête de revoir la lumière du jour.

_________________
    I've been looking all night watching them empty hours. Invisible to these crowds, always double vision. I've been losing my mind listening to broken speech. Stacking up broken seats, it's a lonely picture. And I hear your voice as it echoes 'round my head. Always that same thing that you said. Get out, get out, while you still can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2372-vkb-you-were-my-

Féminin
↳ Nombre de messages : 9021
↳ Points : 475
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nameless World   Sam 5 Sep - 20:15


La révolte du petit scientifique. Trop occupé à menacer la brunette, Stain en a oublié la présence de l’autre. Trop insignifiant, juste bon à geindre et à essayer de sauver ce qui ne l’est plus. L’attaque le prend de cours, disperse un vent de douleur contre sa peau. Une tornade de rage pure qu’il libère de sa prison à l’aide de ses poings. Il fracasse presque autant que peut le faire son adversaire. L’autre hurle, mais au milieu du chaos qui règne dans son esprit de brute, le loup refuse d’entendre.  Il se fait pourtant violence pour arrêter. Frappe une dernière fois, se délecte des os qui craquent lorsqu’il démolit ses phalanges dans le pif de l’autre. Le sang fuse, le sien, celui des cobayes, du scientifique. Un joyeux bordel qui lui retourne le ventre et exacerbe son besoin de violence. Il soupire, se racle la gorge, feule d’une rage difficilement contenue et recule de plusieurs pas afin de ne pas revenir se jeter sur Timothée et lui péter les dents. « - Ok ! C’est bon, arrête de beugler, j’ai attendu. Putain… Faut apprendre à te calmer mon vieux, c’est mauvais pour tes nerfs de péter des câbles comme ça. » Il crache ses mots en même temps que son sang, tâche le sol d’écarlate avant d’effacer d’un coup de manche rageur le restant d’écarlate qui lui dévore le visage. « - C’est qu’un dommage collatéral. Ca devait arriver ce genre de bourde. » Il agite sa main pleine de sang en direction de l’autre salle et du cadavre qui pourrit déjà sur le sol. L’alarme lui vrille les tympans. Accélère les battements de son cœur et le soldat comprend. Qu’il ne lui reste que peu de temps pour agir avant l’arrivée de ses collègues. Avant la fin du carnage. Son regard noir se pose alors sur Vittoria. La détaille comme s’il voyait pour la première fois. Il a essayé de la sauver, et voilà qu’il s’apprête à faire tout le contraire.

Le Hunter s’approche, et sans plus de sommation, bousille son poing contre l’estomac de la brunette. Ca lui fait mal. De frapper comme il le fait. Lui pète les doigts autant que le cœur. Le sang noir s’écoule contre ses doigts et lorsque la tête retombe contre la poitrine de la Daybreaker, le bourreau arrête son œuvre. Libère dans un geste vif les poignets meurtris et rattrape la jeune femme au vol avant qu’elle ne s’effondre au sol. « - Lève-toi. » L’ordre claque, aussi froid que le métal qui la retenait prisonnière. Si en surface il n’est qu’un ramassis de dureté, un mur de glace, en profondeur c’est le désordre. Un chaos infini qui prend ses quartiers dans ses entrailles fatiguées. L’alarme lui démolit les tympans, vrille son pauvre cerveau et brouille ses pensées. Stain se racle la gorge, explose une nouvelle bulle de chewing-gum pour tenter de calmer ses nerfs. Il passe un bras autour de la taille de Vittoria, l’oblige à se tenir debout malgré l’état dans lequel il l’a plongé et se dirige vers la sortie. Le duo se traine sur quelques pas, et une nouvelle porte s’ouvre à la volée sur le monde extérieur. La brutalité s’efface et cède sa place à une étrange douceur. « - Planque-toi pendant quelques temps, si tu tiens à rester en vie. » C’est un murmure qui se perd contre les cheveux de la jeune femme alors qu’il y perd sa main un instant. Etreinte amicale jurant avec la violence de sa conduite. Stain se détourne sans ajouter un souffle, referme la porte de sécurité derrière lui comme si elle n’avait jamais été ouverte et reviens dans la salle d’examen.

« - Tu leur diras que le sujet mâle pas supporté le traitement. Le sang a bouffé son système ou je ne sais quoi, j’en ai rien à foutre. » Il lâche ses ordres, en parfait militaire. L’autorité suintant du moindre de ses pores alors qu’il se dirige vers la seconde salle. Il toise le cobaye, tapote du bout de son pied le corps inanimé. Il sait pourtant, que de l’air circule encore dans ces poumons. Que le scientifique a pris ce silence pour celui de la mort. Un rictus amer s’appose sur ses lèvres alors qu’il ôte le gant protégeant sa main droite pour ensuite dégainer son revolver. De là où se tient l’autre, ça ressemble à une mise à mort. Une balle qui part se loger dans la tête du cobaye inconscient quand en réalité elle vient lui démolir la paume de la main. Il n’en gémit pas, se mord seulement la langue sous le joug de la douleur qui lui cisaille le bras. La plaie disparaît à nouveau sous le cuir et le soldat revient se poster près des deux fauteuils vides. « - Et la fille, elle est devenue incontrôlable. On a tenté de la faire revenir à la raison mais que j’ai été obligé de l’achever. T’as pigé ? » Il scrute le visage du scientifique, n’attendant pas de réelle réponse. S’il est suffisamment intelligent, il comprendra que c’est la meilleure chose à faire. Sinon, il est bien plus que con que ce qu’il pensait. Une nouvelle bulle rose qui éclate et le renfort arrive. Deux autres Hunters qui s’engouffrent par la porte pour mieux se rendre compte du carnage. Le bourreau se retire alors, laisse au scientifique tout le loisir d’étaler sa science. Le loup jette un infime coup de d’œil en direction de la porte, au bout du couloir. Espérant que Vittoria en a profité pour se tirer. Son bras le lance quand dans sa main la douleur se fait fantôme. Une journée de merde pour une mission de merde. Le vaccin, il en lève les yeux au ciel tant l’idée lui parait encore plus ridicule qu’avant. Ce n’était qu’une excuse de plus pour massacrer encore un peu plus la population.

| TOPIC TERMINE

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-
 

Nameless World

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» World of Heroes [Serveur privé wow]
» Animal Map FR et l'action replay (animal crossing wild world)
» World of warcraft (Serveur : Shiva Online)
» World Extreme Wrestling
» Light Up The World - Glee RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-