AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Skin Ticket

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 616
↳ Points : 97
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Skin Ticket   Jeu 2 Juil - 7:59


« Generation Dead; premier tour »


Skin Ticket





L’ignorance, elle s’infiltre par tous vos pores. Vous laisse pantois dans un univers qui se résume à des ténèbres et des bruits ambiants. Des pas, des claquements de portes, la circulation et le ronronnement d’un moteur qui se change contre vos oreilles paniquées en grognement d’horreur. Si certains parviennent à rester calmes, d’autres sentent la peur se frayer un passage dans leur veines. Le véhicule dans lequel vous vous trouvez s’arrête. Le silence. Seulement rompu par les battements de votre cœur qui résonne avec force contre vos tempes. La respiration se saccade, se fait folle malgré vos tentatives pour rester calme. Le silence, et la douleur. Elle fuse contre votre gorge, cette infime piqure qui vous fait vaciller. Vos cils battent contre le tissu qui recouvre votre visage. Plusieurs fois avant que la lutte ne soit gagnée par l’endorphine que l’on vient de vous injecter. De pauvres animaux, voilà ce que vous êtes.

Et après les ténèbres voilà que la lumière vient vous incendier les rétines. On vous retire le morceau de tissu épais et suffoquant qui vous recouvrait le visage, et les éclairages crus vous obligent à plisser les yeux. Vous essayez bien de cacher vos pupilles agressées avec votre main, mais votre bras refuse de vous obéir. C’est un vieil instinct, une ancienne tentative pour la survie qui pousse le corps à vouloir fuir. A se relever quand des entraves lui ôtent toute possibilité de mouvement. Chevilles et poignets sont encerclés de fer. Un acier rutilant sous la lumière. Ce n’est pas la blancheur immaculée d’une salle d’hôpital, vous en avez la certitude alors que votre vision commence à retrouver de sa netteté. C’est bien pire que cela. Que vous fassiez partie de ceux qui tentaient de garder leur sang-froid ou qui au contraire laissaient parler leur peur viscérale, des frissons vous labourent l’échine. L’évaluation du décor confirme les craintes : ce n’est pas un hôpital mais cette pièce se rapproche étrangement d’un laboratoire.

S’ils ont pu être oubliés pendant un temps, les mots du Gouvernement reviennent dans toutes les mémoires. Et soudain, vous comprenez. Si vous êtes ici, installé sur ce fauteuil de torture, c’est dans un unique but : servir de cobaye aux expériences visant à rendre ce monde chaotique meilleur. Aucune échappatoire, la pièce est gardée par des Shadowhunters. Silhouettes sombres dissimulées dans l’ombre, elles ne sont là que pour s’assurer que les sujets restent à leur place. Chargées d'intervenir en cas de grande nécessité seulement. Aujourd’hui, ceux qui s’occuperont de votre confort, ce sont bien les scientifiques.



PETITES PRÉCISIONS :

Le nombre de mots maximum est de 800 (il est possible de faire plus, mais le but est d'offrir des rps rapides afin de faire avancer l'event au mieux), le minimum est de 400.
Cette première partie d'event est une partie servant d'introduction avant le début des festivités ! Elle est prévue pour que vous puissiez situer votre personnage, son ressenti, toussa, toussa.
Voici votre ordre de passage:
- Ema Brand (cobaye)
- Maarten D. Joen (scientifique)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1-contexte

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Skin Ticket   Ven 3 Juil - 2:33


Jolie petite Ema, toujours, tu es destinée à rester dans le noir.

Un premier sursaut. Elle y avait cru, elle y crut encore quelques secondes. Qu'il ne s'agissait que d'un mauvais rêve, un de ses cauchemars issus des fragments brisés de son esprit, des limbes oniriques des choses qu'elle voulait fuir. Puis l'odeur de la sueur, du sang, le crachat d'un moteur. Le tissu qui lui recouvre le visage pénètre sa bouche à chaque respiration, de plus en plus vive, de plus en plus irrégulière à mesure que son cerveau appréhende ce qu'il lui arrive. Ils s'arrêtent, une porte s'ouvre. De force, elle est tirée à l'extérieur. Elle tombe au sol. Elle a froid.

Elle paniquait de plus en plus à mesure que le silence n'avait de cesse de s'installer. Elle n'entendait rien, ne voyait rien ni personne. Elle sentait des présences à ses côtés, mais ses mots restaient bloqués au fond de sa gorge. Elle était paralysée, complètement paralysée. Ses yeux ne voyaient rien, mais son esprit prenait un étrange plaisir à la laisser s'imaginer. Et dans cette alchimie chaotique qu'il produisit, il lui offrit un tourbillon d'images, d'incohérences, un mélange de passé et de présent, d'anticipation et de crainte. Ses souvenirs de Darkness Falls se mêlaient à son imagination. Elle tremblait.

Tout recommençait encore une fois. Les faibles restaient faibles à tout jamais.

Elle avait peur.

Un deuxième sursaut. Un picotement dans le bras, semblable à celui d'une aiguille s'enfonçant dans la chair, fut la première chose qu'elle ressentit. Une lumière aveuglante striait ses iris de flashs, de taches de couleur. Elle battait frénétiquement des cils, essayant désespérément de recouvrer la vue. Elle comprit alors que ses membres étaient attachés. Ses lèvres, en écho à ceux de son corps, furent prises de tremblements, dû autant au froid glacial de la pièce qu'à la peur viscéral qui s'emparait d'elle.

Ses yeux finirent par s'habituer à la lumière. Mais cela ne lui apporte aucune réponse. Elle ne comprenait pas. Pourquoi était-elle là. Ce qu'était cette pièce. Pourquoi elle...Elle remarqua alors des silhouettes se tenant dans l'ombre, comme ci elles cherchaient à fuir la lumière. Un frisson glacé lui parcourut l'échine. La mise en scène était trop parfaite, le scénario trop prévisible. Il n'y avait aucune logique.

Tout le monde se fout de la logique.

Cherchant quelque chose à quoi se raccrocher, elle tourna son regard à droite et à gauche, cherchant une issue, une échappatoire, n'importe quoi. Elle croisa le regard de deux autres femmes et d'un homme, mais les attaches qui les retenaient finirent par tuer ses espoirs. Elle fuit alors leurs regards, pour ne pas voir dans leurs yeux ce que les siens devaient refléter.

La peur qui lui enserrait leur cœur.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 839
↳ Points : 1183
↳ Date d'inscription : 01/04/2014
↳ Age : 24
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Ministre à la place du ministre... il joue le rôle de Liam. (Expert en sécurité informatique - emplo
↳ Opinion Politique : anti-Gouvernement depuis les premières heures
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2/3 en prémonition - Niveau 84 en blague à Toto
↳ Playlist : Underground || Parting Glass || The Hanging Tree || Some Nights || United we stand tall
↳ Citation : Paresse : habitude prise de se reposer avant la fatigue.
↳ Multicomptes : Rafael A. Morienval | Andreï C. Ievseï
↳ Couleur RP : goldenrod



Feuille de perso
↳ Copyright: (avatar) .sassenach
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Skin Ticket   Mer 22 Juil - 23:04


« Generation Dead; premier tour »


Skin Ticket





C’était une mauvaise idée. C’était une mauvaise idée depuis le début mais de toute évidence, c’était la moins pire de toutes les mauvaises idées qu’ils pouvaient avoir eues. Mais ça restait une mauvaise idée malgré tout et Maarten n’arrivait pas à se défaire de ce pressentiment. Il avait grandi dans la rue plus ou moins, baladé de foyers en foyers, de famille d’accueil en famille d’accueil, et le Néerlandais en gardait une certaine habileté pour sentir les mauvaises décisions, principalement celles dont il était l’investigateur. Comme maintenant. Inspirant lentement, le généticien s’obligea à garder son calme, à faire place nette dans ses pensées. C’était pour faire avancer la science. C’était pour gagner sa vie. C’était un défi intellectuel hors du commun. Et ces gens qui sont gentiment assis devant moi ne sont que des volontaires. Qu’il est beau le pays du déni, qu’il est magnifique ce domaine où les pleutres sont rois et les lâches des dieux. Maarten y était à son aise, Maarten y vivait depuis longtemps dans un splendide château dont l’immensité reflétait ce qu’il avait de plus fort en lui : sa capacité hors du commun à se convaincre d’une réalité factice, son habileté sans pareille à fuir les vérités pour se draper de mensonges. Comme maintenant. Des cobayes. Ce n’étaient que des cobayes. Volontaires, ou presque. « Bonjour. » commença-t-il, perdu. Il savait ce qu’il allait faire dans les heures à venir. Et il se dégoûtait. Se débectait. Chaque seconde passée à préparer son protocole expérimental avec minutie et concourt de Lindenberg lui avait donné un peu plus envie de vomir. Et il allait quand même le faire.

Au moins, il ne connaissait personne parmi les malheureux participants. Ses yeux foncés cherchèrent une sortie autour de lui mais ne rencontrèrent que des Peacekeepers, dos droit, mains sur des armes à feu chargées. De toute évidence, il n’y avait pas que quatre cobayes dans cette pièce, il y avait aussi un cinquième prisonnier et Maarten avait beau en être conscient depuis le début ça n’en restait pas moins désagréable pour autant. Il inspira à nouveau, faisant rouler vers lui un chariot métallique sur lequel reposaient déjà des échantillons de sang de métamorphe. Le sien, bien évidemment. Il le connaissait mieux que quiconque, c’était donc le meilleur pour commencer les expériences. Et en parlant de commencer… « Bon, déjà, est ce qu’il y a des sorciers, des métamorphes ou je ne sais quoi d’autre parmi vous ? » Ses yeux noirs ciblèrent chaque volontaire l’un après l’autre. « Je sais que ce n’est peut être pas très évident à dire, surtout pas dans de telles circonstances mais… » Je suis sincère. Brutalement sincère même. « Les dosages que j’ai préparés sont minutieux et mortels. Si vous me mentez, vous risquez d’en pâtir et je n’ai pas plus que vous envie que ça arrive parce que je ne veux pas vous faire de mal. » Pas plus que nécessaire, du moins. Je ne suis pas dupe, ou du moins pas autant que l’on pourrait le croire, je sais que ce ne sont que des cobayes et que le propre des cobayes c’est de faire les frais de vaccins, sérums et substances qui ne sont pas au point. L’important, pour le moment, c’est de faire des relevés, de savoir à quel point mes échantillons ne sont pas au point et surtout de comprendre un peu mieux ce que l’on manipule. « Je suis un être humain. Qui d’autre ici est purement hein ? » Il prépara une première seringue en tentant de masquer ses tremblements.




_________________
He says save me, save me; She says maybe, maybe…
She starts to turn away when he says…
Promise me you’ll never let us go
Push me, Crush me, Then save me, save me
She stops walking, walking; He stops falling, falling
He looks her in the eyes and he says… - © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3068-nolan-je-me-surm

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Skin Ticket   Jeu 30 Juil - 15:18


« Generation Dead; second tour »


Skin Ticket





Maintenant que le décor et les protagonistes sont connus de tous, les véritables festivités s’apprêtent à débuter. Vous n’avez pas choisi d’être ici. Vous n’avez jamais voulu être considéré comme de vulgaires cobayes. Arrachés à votre vie quotidienne de force, enlevés à la face du monde, vous êtes à présent seuls dans les entrailles du Gouvernement. Isolés du reste du monde. On vous a rapidement expliqué que votre présence ici était une avancée pour la science. Que vous aurez l’honneur de voir vos gènes servir pour la fabrication de ce vaccin miraculeux. Personne ne vous a dit que cette session spéciale n’a rien à voir avec une simple prise de sang et un test de réflexes.

Vos craintes et angoisses ne sont que justifiées, et vous en prenez conscience lorsque les lumières se font plus criantes encore. Nightkeeper et Daybreaker, deux espèces différentes, offertes sur un plateau d’argent à la science. Marteen si vous êtes venu vous perdre dans les entrailles de ce building en compagnie d’un Shadowhunter à l’air austère, c’est pour participer à cette révolution qui se prépare. Vous avez pour ordre de faire subir à vos sujets une batterie de tests visant à en apprendre plus sur leurs capacités. Loon et Ema, vos différences sont à présent vos plus grandes ennemies. Vous avez été choisis pour changer le monde, mais ce changement ne se fera pas sans douleur. Respirez votre dernière bouffée d’air car d’ici quelques instants vous allez connaître une nouvelle sorte de souffrance. Physique et mentale, le but sera de tester vos limites. De voir à quel point vos dons peuvent être extraordinaires.

Judith, vous n’allez pas être en reste puisque le Gouvernement a décidé de vous rendre plus forte que les simples mortels. Vous allez recevoir en injection les capacités bénéfiques des Skinchangers, couplées à celles d’un Daybreaker. Autrement dit la guérison, les sens accrus, contrôle des sens et contrôle des ombres. Un joli package en somme, mais les inconvénients qui incombent à ces deux espèces seront aussi les vôtres : faiblesse face à l’argent, besoin violent de se nourrir de la vie des autres.

Marteen vous êtes ici en charge des opérations, en totale liberté d’agir. Ces cobayes sont les vôtres.


PETITES PRÉCISIONS :

Le nombre de mots maximum est de 800 (il est possible de faire plus, mais le but est d'offrir des rps rapides afin de faire avancer l'event au mieux). Le minimum est de 400 mots.
Cette seconde partie d'event a pour de but de développer les tests subis par vos personnage.
↠ L'ordre de passage reste le même.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Skin Ticket   Lun 17 Aoû - 17:57

Elle l'écoute sans réellement le comprendre, elle l'écoute sans vouloir le comprendre. Il se tient ne face d'eux, elle ne veut pas le voir, ne veut pas voir ce qu'il tient dans ses mains, ne veut pas entendre ce qu'il dit. Elle voulait partir d'ici, fuir le plus loin possible de cet endroit, et de la peur atroce qui lui déchirait le ventre. Seule la mort l'attendait ici, celle que son insondable bêtise avait provoqué, et que ces inconnus allaient lui apporter. Elle fuyait le regard des autres qui l'entouraient, concentrée qu'elle était sur elle et sur elle-seule. Qu'ils crèvent tous les deux, que leurs bourreaux se lassent, peut-être la laisseraient-ils partir ? Cette idée, elle la balaya aussitôt, se maudissant se montrer si naïve dans un moment pareil, si stupide, si désespérée.

Puis la voix de chacun d'entre eux perça les ténèbres, une seule réponse, la seule qu'ils avaient à donner. A son tour, quand elle sentit le regard de l'homme qui se tenait devant eux arriver sur elle, ses lèvres se mirent à trembler, mais elle ne put empêcher le son de s'échapper.

Je...Je suis...Daybreaker...


Elle baissa alors la tête, se recroquevillant le plus possible sur elle-même, espérant disparaître, et les faire tous disparaître à sa vue. Elle pleurait en silence, mordant sa lèvre inférieure jusqu'au sang pour étouffer ses gémissements. Puis des bruits de pas, une main froide qui lui enserre le bras, quelque chose qui la pique et s'enfonce dans sa peau. D'abord, elle ne ressent rien, puis la douleur finit par arriver. Ses muscles se tétanisent alors que son cœur s'emballe. Elle tremble de tous ses membres, et hurle à en mourir. Elle finit par perdre connaissance.

Elle avait les yeux bleus. Mais elle ne les vit qu'une fraction de secondes. Le corps de la jeune femme fut détachée de sa chaise puis amener ailleurs. Des ombres flous tournoyaient autour d'elle, sans qu'elle ne parvienne à les voir distinctement. Elle sentit du mouvement sur sa gauche, et un autre corps fut déplacé. Des voix indistinctes résonnaient, sans qu'elle n'arrive à en trouver l'origine.

Deux sur trois...Pathétiques créatures...Un visage se planta devant le sien, mais elle ne le voyait presque pas. Sa tête bougeait en tout sens, alors que l'on touchait son visage, ses yeux. Ses pupilles, elles sont rouges. Ça a marché sur elle.


Puis sa tête bascula à nouveau en avant, alors que tout redevenait noir autour d'elle. Ses cauchemars l'enserrèrent à nouveau, plus violent, plus vivace qu'auparavant. Elle hurlait à nouveau, elle pleurait, elle souffrait. Et dans un sursaut, elle se réveilla une nouvelle fois, son cœur cognant violemment contre sa poitrine. L'homme aux seringues se tenait devant elle, son visage se dessinant dans l'obscurité.

Que...Que m'avez-vous fait ?


Sa voix n'était qu'un murmure.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 839
↳ Points : 1183
↳ Date d'inscription : 01/04/2014
↳ Age : 24
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Ministre à la place du ministre... il joue le rôle de Liam. (Expert en sécurité informatique - emplo
↳ Opinion Politique : anti-Gouvernement depuis les premières heures
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2/3 en prémonition - Niveau 84 en blague à Toto
↳ Playlist : Underground || Parting Glass || The Hanging Tree || Some Nights || United we stand tall
↳ Citation : Paresse : habitude prise de se reposer avant la fatigue.
↳ Multicomptes : Rafael A. Morienval | Andreï C. Ievseï
↳ Couleur RP : goldenrod



Feuille de perso
↳ Copyright: (avatar) .sassenach
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Skin Ticket   Lun 24 Aoû - 12:48


« Generation Dead; premier tour »


Skin Ticket





Maarten se sentait pris au piège. Le Saarloos détestait ça et ne se gênait pas pour lui faire comprendre : son ouïe surhumaine se crispait au moindre crissement provenant des armes des Peacekeeper, ses poumons s’étranglaient en écoutant les respirations laborieuses de ses cobayes et ses doigts, moites de sueur, s’irritaient d’un contact hypersensible avec les seringues et les diverses flacons présents sur la table métallique située à côté de lui. Il avait vraiment envie de vomir et ce de plus en plus. Mais ça ne l’empêcha pas de faire glisser le chariot, ça ne l’empêcha pas d’avoir une voix presque assurée lorsqu’il commença les hostilités, lorsqu’il tenta d’en savoir plus sur ses cobayes afin de limiter les dégâts. Le principal problème des recherches sur des entités magiques était sans nul doute qu’ils ne pouvaient rien tester sur des animaux sans avoir conscience que rien n’était corrélable avec des réactions humaines. Un rat métamorphe, ça n’existait pas. Il n’y avait que pour les humains qu’ils avaient des données concrètes et encore… Ces malheureux allaient très certainement mourir ou du moins perdre un certain nombre de leurs capacités intellectuelles ou motrices. Et il en serait le responsable direct, le coupable tout choisi s’il voulait un jour tourner le dos à ses employeurs dans un soupçon de courage qu’il se savait ne pas posséder.

Qui donc, parmi les quatre, était un simple humain ? Qui donc était comme lui, à moitié animal ? Qui, encore, était pire que la mort en étant un cadavre animé de vie et qui, enfin, n’était rien de moins qu’un sorcier, haï et craint par le Saarloos ? Maarten n’était pas stupide : le lourd rapport qu’il avait rendu à ses supérieurs était suffisamment clair pour qu’ils n’aient pas pu négliger l’importance de la pluralité des natures pour ces tests. Le Néerlandais ne demandait qu’une chose à présent : savoir qui était quoi devant lui pour limiter le mieux possible les dégâts engendrés par les dosages. Je suis humaine, Je suis Nightkeeper, les aveux s’échouèrent devant Maarten comme des vagues de tempête cassée par une digue en béton : vidées de toute force. « D’accord. » Ce fut le seul mot qui parvint à franchir ses lèvres. Une seringue, une main tremblante, il injecta un premier dosage de son propre sang modifié et réordonné pour, en théorie, se lier et se coupler aux cellules d’êtres humains normaux (ou presque normaux dans le cas des sorciers) sans dommage pour leur organisme. Ou pas. Ils convulsèrent, leur organisme rejetant presque trop rapidement le sang du Métamorphe. Maarten blêmit instantanément alors que des capteurs placés en vitesse sur la poitrine des cobayes émettaient des bips affolés et bientôt un électrocardiogramme plat. Le généticien déglutit péniblement. Je...Je suis...Daybreaker... Je suis désolé pour toi se retint il de justesse d’articuler.

Il venait de les tuer. Ses dosages, malgré la cinquantaine d’heures de travail vissé sur un microscope, étaient létaux et inefficaces. Il venait de les tuer. Et ce n’était pas son premier, ce ne serait pas son dernier meurtre. Maarten avait envie de vomir, de partir, de briser les fioles qui restaient. Mais les Peacekeeper étaient là pour le retenir et lui, il avait un travail à accomplir. Et aucunement le courage nécessaire pour se rebeller d’une quelconque manière que ce soit. La seringue s’enfonça dans le bras de la Daybreaker, Maarten recula pour fermer les yeux et contenir un haut-le-cœur. Il venait encore une fois de tuer, il en était certain. Et il ne connaissait même pas son nom. Peut être était-ce mieux ainsi, d’ailleurs. Un deuxième scientifique entra dans la pièce pour voir comment se passait les expériences, des capteurs placés sur la seule survivante du lot, pour le moment, se contentant d’émettre des bruits stridents. Deux sur trois...Pathétiques créatures... Maarten serra les dents. « C’est vous qui avez voulu avancer la phase de tests, je vous avais bien notifier dans mon compte-rendu qu’il serait préférable de tester la virulence du sérum sur davantage de cobayes animaliers… » L’autre ignora le grognement du Néerlandais, s’approchant de la Daybreaker. Ses pupilles, elles sont rouges. Ça a marché sur elle. Un sursaut. Maarten se jeta sur son ordinateur pour observer avec plus d’attentions toutes les données envoyées, pianota quelques observations sur le vif, revint vers la jeune femme. Que...Que m'avez-vous fait ? Impassible, il se contenta dans un premier temps de prélever de son sang, avec cette précision de celui qui avait l’habitude de se prélever lui-même du sang. « Une expérience » lui concéda-t-il en changeant une première fois de flacon. La lourde substance dense et noire peinait à s’écouler. « Je vous ai injecté du sang de métamorphe modifié pour s’adapter à votre sang, de manière à ce que les érythrocytes mutantes se lient et fusionnent avec les vôtres et que leurs plaquettes particulières s’adaptent aux vôtres pour, en théorie, accélérer davantage encore la régénération des tissus. » Fournir les dons de métamorphose d’un Skinchanger était pour le moment hors de portée. « Si tu survis, tout devrait être éliminé d’ici une demi-douzaine de jours je pense. » Si tu survis. Il ôta la seringue, le garrot, observa la plaie disparaître. « Comment tu te sens ? Douleurs musculaires, migraine, sensation de légèreté ? »




_________________
He says save me, save me; She says maybe, maybe…
She starts to turn away when he says…
Promise me you’ll never let us go
Push me, Crush me, Then save me, save me
She stops walking, walking; He stops falling, falling
He looks her in the eyes and he says… - © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3068-nolan-je-me-surm
 

Skin Ticket

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Peut on faire des ticket a gratter?
» Bug ticket à gratter précédé d'un préchargement
» genre de ticket a gratter
» SKIN-WLM et Live messenger-PC nouveaux partenaires !
» Change the skin of the cursor with .cur/.ani

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-