AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I can't say what i want (ft. Niko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 651
↳ Points : 551
↳ Date d'inscription : 29/03/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Jack Falahee
↳ Age du Personnage : 27 ans
↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
↳ Couleur RP : tan



Feuille de perso
↳ Copyright: darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: I can't say what i want (ft. Niko)   Jeu 2 Juil - 23:01

Essoufflé, étrangement content mais tout autant perturbé, je passe la main sous mon menton pour observer mon amant alangui. Ce n’est pas la première fois que nous nous retrouvons et je me retrouve gêné quand à nommer notre relation. Oublier un homme dans les bras d’un autre, c’est pervers, presque malsain et je ferme les yeux pour ne pas le laisser voir le doute dans leur creux. J’ai pensé, quelques temps plus tôt, qu’il me fallait trouver une femme pour stopper mes pulsions impossibles.

J’ai utilisé Blake pour cela mais force est de constater que c’est entre les bras chétifs de Nick que je me sens le plus à l’aise. J’en oublie Bastien et son corps auquel je rêve presque en permanence. Je n’y pense pas lorsque l’inconnu plus si étranger se perd entre mes bras. Désormais plus calme que quelques secondes plus tôt, j’ouvre mes paupières afin de plonger mon regard dans le sien et une ébauche de sourire vient même naître sur mes lèvres. « T’es plus pareil tu sais… C’est comme si tu avais pris des cours, depuis la première fois. » Détendu, je me laisse rire, restant encore un peu gêné néanmoins, par notre situation. Parler avec lui n’est pourtant pas vraiment difficile, presque naturel et blaguer semble être une évidence. Parce que bien sûr, ma remarque ne peut être qu’une blague. Pas une seconde il ne pourrait me venir à l’idée qu’il puisse coucher avec quelqu’un d’autre que moi et c’est en pensant de cette façon que j’en viens à me demander si nous sommes ensemble…Cela serait ridicule puisque nous nous connaissons à peine. Et puis il possède des attributs que je devrais rejeter. Déjà certain d’aller en enfer, si je devais avoir une vraie relation avec un homme, cela serait un aller simple, sans rédemption possible.

Pourtant, rien que l’imaginer avec une autre, un autre, fait battre mon cœur d’une étrange façon que j’exècre et rejette presque aussitôt. Pourtant, j’espère que cela ne se lit pas sur mon visage, ni dans mon regard. Je ne voudrais pas le blesser par une attitude négative. Il sera bien assez tôt de m’éloigner, plus tard. Pas maintenant parce que la chaleur de son corps contre le mien est beaucoup trop agréable pour que je m’en éloigne. Nouveau sourire, un peu moins assuré, un peu moins chaleureux. Et encore une fois ce besoin de meubler le silence, de paroles inutiles, pas forcément à propos. « C’était pas ta première fois hein ? Je veux dire… Quand on l’a fait la première fois, c’était pas la première fois hein ? Enfin si mais… Ah mais ! Ta. Ta première fois. C’était où ? Quand ? Comment ? Enfin… C’est… super personnel ça. Réponds pas, c’était stupide comme question. » Une rougeur qui n’a rien à voir avec l’effort physique que nous venons d’achever. D’une impulsion, je voudrais me cacher sous les draps, pour me soustraire à son regard, mais une curieuse réminiscence d’ancien ébat vient m’assaillir et m’empêche d’agir selon mon impulsion du moment.

Et pour me cacher, je ne trouve rien de mieux à faire que de me dissimuler derrière mes deux mains en retombant sur l’oreiller en un léger gémissement de honte. « Désolé… Je suis complètement stupide parfois quand même ! » Malgré mes menottes sur mon visage, j’esquisse de nouveau un sourire plus franc, complètement mal à l’aise mais pourtant toujours content d’être là en sa présence. « Si tu veux, je parle de la mienne d’abord… Enfin, de ce que je me souviens parce que c’est assez flou. » Et cette fois, je me retourne vers lui, écartant mes doigts pour de nouveau planter mes prunelles dans les siennes…

_________________
    i just need some hope
    LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Invité
    Invité






    MessageSujet: Re: I can't say what i want (ft. Niko)   Ven 3 Juil - 23:14

    Et soudain, l'éclair. Il vit blanc durant de longues secondes, se cambra violemment avant de s'étaler comme une crêpe sur les draps froissés et humides de leurs ébats. Le cœur battant, Nikolaas ferma les yeux, encore étourdi de la sensation toujours plus fulgurante qui venait de le traverser de parts en parts. Ses oreilles semblaient siffler une litanie fantomatique tandis que le sang frappait ses tempes de la réalité chaude, bien qu'habituelle. Car effectivement, il ne s'agissait pas de sa première fois en compagnie de l'amant qui s'étalait à son côté. Se mordant les lèvres, Nikolaas profita des derniers spasmes de l'acte qui finirent par s'évanouir en timides soubresauts bientôt aussi faibles que ceux qui secouaient ses veines à chaque flux de sang traversant son corps.

    A ses côtés, les mots d'Eamon se tortillèrent jusqu'à son cerveau et s'y mélangèrent comme ils le firent dans la bouche de son amant. Cette audace bientôt suivie de cette rougeur caractéristique qu'il devinait à travers ses paupières, monter aux joues de son hôte, s'évanouit en une suite de murmures confus qui se terminèrent, comme c'était en général le cas lorsque ce sujet était abordé par une sorte de « oublie ».
    Une façon de dire que, bien au contraire, il avait voulu attiser sa curiosité et qu'il avait espéré atteindre son but ; Nikolaas laissa échapper un ricanement doux.

    « Parce qu'on peut prendre des cours pour ce genre de choses ? »

    L'expérience se ficelait avec le temps et les différents partenaires que l'on enchaînait. Nikolaas l'ignorait encore, mais sa première fois avait été réalisée avec celle qui était devenue la conjointe de son demi-frère, dieu que le monde était petit. Par la suite, il avait eu deux expériences particulièrement houleuses qui, bien qu'inoubliables, avaient successivement fait battre son cœur avant de l'étouffer dans un malaise particulièrement glauque pour finalement le briser en mille morceaux. Tenir la chandelle n'avait jamais été aussi sexuel qu'entre les corps ruisselants de Sorn et Livio.

    « Rah, arrête de dire que ce que tu dis est stupide, enfin. Si tu l'as dit, c'est que tu l'as pensé très fort, le pervers de la douche a encore frappé ! »

    Et lui-même éprouvait une grande avidité à l'idée de lui raconter toutes ces petites choses curieuses qui auraient à la fois le don de le faire rougir tout en le faisant outrageusement bander.

    « Attends, quoi ? »

    Incertain d'avoir compris, le chapardeur ouvrit les yeux et se tourna sur le flanc pour se trouver nez à nez avec...le dos de son amant qui bien entendu semblait déjà se punir mentalement de la proposition particulièrement coquine qu'il venait de lui faire.

    « Toi le petit Eamon tout timide voudrait me parler de sa première fois ? Alors ça, ça ne se refuse pas. »

    Un sourire aux lèvres, il le regarda se retourner et se saisit des battants du portail de chair qui masquait ses yeux pour en porter les doigts à ses lèvres, entre lesquels il fit amoureusement glisser sa langue chaude.

    « Vas-y, dis-moi tout. »
    Revenir en haut Aller en bas

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 651
    ↳ Points : 551
    ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
    ↳ Age : 27
    ↳ Avatar : Jack Falahee
    ↳ Age du Personnage : 27 ans
    ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
    ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
    ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
    ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
    ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
    ↳ Couleur RP : tan



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: darkshines
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: I can't say what i want (ft. Niko)   Sam 4 Juil - 13:27


    Bien entendu il prend ma question au premier degré et sa réponse me fait rire légèrement, juste assez pour me détendre un peu. Et même si j’ai amené le sujet, je me retrouve incapable de lui donner une réponse assez spirituelle pour ancrer ce début de discussion dans la légèreté d’après ébat. Encore trop nerveux à l’idée d’être avec lui, j’essaye pourtant de prendre sur moi et d’un sourire qui se veut amusé, je réponds finalement. « Ca doit être possible de prendre des cours j’imagine. Je suis pas certain que ça soit très utile cependant. » Etrangement, je deviens mutin une seconde avant de me refrogner légèrement en l’entendant de nouveau. Le manque de confiance en moi est souvent très flagrant et c’est lorsque j’agis ainsi qu’il est le plus aisé de s’en rendre compte. Comme pour essayer de tromper mon monde, je laisse mon sourire s’élargir, pour le laisser croire que j’apprécie sa légère blague, mais dans le fond, j’en tremble encore de honte. D’avoir osé amener le sujet sur le tapis. Et de l’avoir regardé sous la douche. Et d’autres choses encore pires. La salive vient me manquer soudain et la gorge sèche, j’essaye de trouver la force de lui répondre, mais tous les mots, les phrases, que je forme dans mon esprit semblent bien dérisoires et plus inutiles encore que mon petit délire précédent. « Je ne suis pas un pervers, c’était un accident. » J’esquisse une légère moue boudeuse toujours plus renforcée. La timidité n’est pourtant pas l’un de mes attributs, pas réellement. Mon manque de confiance en moi pourrait passer comme tel, mais je ne l’interprète pas comme tel. Ce n’est pas parce que nous parlons de sexe que je me sens si gêné, mais plutôt parce que j’ai trop peur de l’embêter lui, avec mes questions et ma curiosité.

    Et finalement je soupire, et de désir et de dépit, lorsqu’il attrape mes doigts de cette façon. Sa langue m’empêche de me concentrer une seconde et arrive tout à fait à atteindre son but. Mon visage de nouveau dévoilé n’est pas rouge, ma bouche s’est légèrement entrouverte, prête à parler, mais surtout à exprimer d’un gémissement tout le bien qu’il me procure d’un simple geste anodin. Je sais qu’il attend une réponse de ma part alors je lui arrache mes doigts, pour retrouver l’once de concentration dont je vais avoir besoin pour former des phrases correctes. « Tu triches… » Je ris doucement, avant de finalement me mordre la lèvre, autant pour attiser la chaleur que pour me donner le temps de trouver une réponse adéquate. « Alors euh… C’était il y a longtemps. J’avais 17 ans. Dans ma famille, c’était dur de profiter de sa jeunesse, donc j’avais fait le mur pour aller m’amuser. Je connaissais personne, mais je me suis fait aborder dans un pub par un mec plus âgé. Après… C’est… Un peu flou, mais j’ai quelques bribes de souvenirs quand même. Je sais pas trop avec qui j’ai été pour la première fois, mais c’était soit un mec, soit une nana. Et ce jour là, j’ai perdu mes deux virginités d’un coup. » Un espèce de sourire, presque pervers, est né sur mes lèvres avant que je n’esquisse une grimace. « Cette soirée… C’était tout autant mon meilleur souvenir que mon pire. C’est ce soir là que j’ai découvert les bienfaits du sexe… mais c’est aussi celui où j’ai découvert celui de la drogue et de l’alcool. Enfin… C’était quand même sacrément cool… Et je ne regrette rien du tout. »

    C’est après tout à cause de cette soirée que je suis tombé dans la drogue, donc que je suis allé en désintoxication, donc que j’ai rencontré mon ex femme. C’est à cause de cette soirée que j’ai produis deux magnifiques garçons, que je retrouverai un jour… Et au-delà ça, c’est la soirée de mon premier plan à trois, le meilleur de ma vie finalement…

    _________________
      i just need some hope
      LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Invité
      Invité






      MessageSujet: Re: I can't say what i want (ft. Niko)   Sam 4 Juil - 14:58

      Un accident, ben voyons, à d'autres.

      « Oui mais tu me diras pas que t'as pas profité. »

      Et profiter avait été un choix honteux qui le faisait encore rougir, dont Nikolaas souhaitait pourtant rire désormais. Il se satisfit grandement du léger soupir quittant les lèvres de son amant à la sensation de sa langue humide contre ses phalanges tremblantes. Les yeux Eamon se stabilisèrent longuement sur sa bouche entr'ouverte à ce plaisir coquin et le chapardeur comprit agréablement qu'il était en train de le déconcentrer.
      A sa grande surprise, Eamon ne se démonta pas et retira même ses doigts de sa bouche, l'accusant de tricherie. Nikolaas étira un sourire moqueur : la tricherie, c'était l'histoire de sa vie.

      La main qui entravait le poignet de son cadet se reposa sur le matelas avant de glisser jusqu'à la tête de Nikolaas sous laquelle elle se positionna pour la surélever. En guise de suspens, Eamon se mordit la lèvre d'un érotisme attirant qui lui donna envie de lui sauter dessus. Nikolaas calma ses ardeurs, ses yeux suivant le mouvement de ces aimants à baisers qui lui contaient cette histoire croustillante.

      « Mais t'es un vrai petit coquin, dis moi. »

      Les détails de cette dernière achevèrent de l'étonner, lui envoyant la brusque vision d'un Eamon jeune et fringuant en train de se faire sauvagement prendre des deux côtés. Cette évocation muette eut le don de faire courir une vague de chaleur au niveau de son bas ventre...qui redescendit bien vite lorsqu'il calqua l'inoubliable première fois de son amant à la sienne, complètement banale et sans intérêt.

      « Je n'ai pas beaucoup de souvenirs de la mienne. C'était avec une femme, il y a...deux, trois ans peut-être. Sous le coup de l'alcool. J'étais désespéré, elle aussi. On est tombé dans les bras l'un de l'autre et on ne s'est jamais revus. »

      Et il ne le savait pas encore mais il s'agissait de la femme actuelle de son demi-frère ; cela la rendrait tout de suite moins banale quand il prendrait connaissance de la situation.

      « Je me suis jamais vraiment intéressé au sexe depuis...depuis toi. »

      Très peu de sensations visuelles, tactiles et sonores demeuraient dans les quelques souvenirs qu'il lui restait de Myla. L'alcool les avait noyés au fin fond de sa mémoire et il devait en être de même pour elle puisqu'elle ne l'avait jamais recontacté. Les choses s'étaient produites naturellement, comme une évidence. Avant cela, Nikolaas n'avait jamais été attiré par qui que ce soit : dur en même temps, de diriger ses pensées vers des activités charnelles sachant que la seule femme de sa vie, sa sœur, avait été tuée des mains de son petit ami qu'elle considérait comme l'homme de sa vie. Ajoutons à cela l'angoisse de ne rien avoir à manger, et on relègue le sexe au tout dernier plan, au rang des luxes impossibles à s'offrir.

      Lorsqu'il avait couché avec Eamon pour la première fois, Nikolaas avait pris conscience du sentiment intrinsèque qu'il ressentait pour Livio, cet homme aux allures d'âme sœur artistique qui peuplait ses rêves. Son visage s'était alors superposé à celui d'Eamon qui le prenait sauvagement dans les draps emmêlés et il ne saurait dire aujourd'hui si c'était l'imagination de Livio le baisant si fort ou le véritable talent de son amant qui lui avait fait caresser le ciel. Un peu des deux, certainement.

      « J'ai couché avec deux hommes moi aussi, une fois, très récemment. La semaine dernière, je crois. C'a été aussi à la fois un bon et un mauvais souvenir. »

      Car deux hommes s'offrant à lui ne l'avaient pas laissé de marbre...sauf qu'ils se faisaient simplement l'amour par son intermédiaire.
      Revenir en haut Aller en bas

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 651
      ↳ Points : 551
      ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
      ↳ Age : 27
      ↳ Avatar : Jack Falahee
      ↳ Age du Personnage : 27 ans
      ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
      ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
      ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
      ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
      ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
      ↳ Couleur RP : tan



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: darkshines
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: I can't say what i want (ft. Niko)   Sam 4 Juil - 16:04

      L’envie de lui tirer la langue dans ma plus grande maturité me prend mais meurt presque aussitôt. En sa présence, j’éprouve le besoin d’être plus mature, même si cela me semble très difficile. Et puis même au-delà de ça, je me dois de grandir pour être enfin capable de m’occuper de mes enfants. Du coup, je réprime cette envie immature pour simplement lui conter mon histoire et lorsque j’achève, j’attends malgré tout sa réaction avec une certaine anxiété. Cette situation assez atypique ne pourrait pas plaire à tout le monde et je respire un peu plus calmement lorsqu’enfin, il se met à parler. Me faire traiter de petit coquin me fait sourire malgré moi, avant qu’il ne se teinte d’un peu de tristesse. Tout simplement parce que je suis incapable de me lâcher autant sans l’alcool et la drogue, mais je ne peux plus en consommer. Simplement à cause de la promesse que j’ai un jour fait à Declan de ne plus jamais en prendre. Et puis en ce moment, je suis de toute façon bien trop prêt à l’éblouir pour le décevoir de nouveau.

      Ravi d’avoir réussi à raconter mon histoire sans bafouiller ni me sentir gêné, je laisse mes prunelles parcourir son corps jusqu’à remarquer l’élan de désir qu’il semble ressentir. Elan qui se stoppe bientôt alors qu’il reprend la parole. Mes sourcils se froncent juste un seconde, surpris qu’il ait pu conserver sa virginité aussi longtemps. Nick étant visiblement plus âgé que moi, il doit probablement détenir un record et la surprise passé, je pouffe légèrement, juste assez pour me moquer de lui. « Je les ai pas vraiment revus après non plus. Enfin, j’ai jamais revu la fille. Le mec… On était plus ou moins ensemble après, mais comme j’ai du émigrer ici, notre relation n’a pas duré bien longtemps. » Simple détail, pour le rassurer sur le fait que ne pas la revoir ne signifie pas forcément que c’était mauvais. Lui poursuit pourtant et je rougis de nouveau ensuite. Jamais intéressé depuis lui ? Cela semble inconcevable et la culpabilité vient noyer mon cœur soudain. D’après ses dires, je revêts probablement dans son cœur une importance beaucoup plus grande que celle qu’il tient lui-même dans le mien. Je ne sais encore que faire des sentiments contradictoires que je peux ressentir pour lui, mais l’entendre avouer cela me rend suffisamment mal à l’aise pour laisser mon regard s’évader vers la fenêtre.

      Je ramène pourtant mes prunelles sur lui rapidement. Si vite que mon cou craque alors que je l’abaisse vers lui. Deux hommes… La semaine dernière… Alors c’est le cas. Oui. Il a couché non pas avec une autre personne, mais deux. Et lorsque mon palpitant s’emballe, que ma colère vient le noyer de sa verve incessante, je comprends finalement que Nick a plus d’importance pour moi que je ne le croyais encore quelques secondes plus tôt. Je voudrais donc m’insurger. Lui demander pourquoi il a ressenti le besoin d’aller voir ailleurs alors qu’il m’avait moi… Au lieu de ça pourtant, ma maturité soudaine disparue, je me referme complètement, pince les lèvres et détourne le regard de nouveau, pour ne pas le laisser lire dans mes yeux toute ma désillusion. « C’était pas deux hommes moi. Mais un homme et une femme. Peut être que je l’ai fait, mais dans ce cas là j’m’en souviens pas. » Mes dents serrées m’empêchent d’articuler réellement, font ressentir légèrement mon accent, symbole évident de ma colère, mais fort heureusement, il ne me connaît pas assez pour en lire les signes. « On devrait peut être dormir. Je travaille demain. » Comme tous les jours. Et le manque de sommeil n’est pas étranger pour moi. Et surtout, je ne dormirai probablement pas avant quelques heures, mais lui doit dormir… Je dois l’empêcher de me demander si tout va bien…

      _________________
        i just need some hope
        LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur

        Invité
        Invité






        MessageSujet: Re: I can't say what i want (ft. Niko)   Sam 4 Juil - 16:43

        Homme et femme, Eamon avait donc un temps été attiré par les deux sexes, peut-être même l'était-il toujours. Nikolaas lui-même ne s'était jamais réellement posé la question, ça ne faisait absolument pas partie de ses priorités. Les choses s'étaient à chaque fois présentées tout naturellement, le plus souvent sous le coup de l'alcool...le plus souvent. Depuis qu'il se retrouvait dans le lit d'Eamon, depuis qu'ils s'étaient rencontrés, en fait, les choses s'étaient produites dans la plus grande sobriété sanguine. Ils étaient tous deux parfaitement conscients de ce qu'ils faisaient, de l'effet qu'ils recherchaient et du plaisir qu'ils en tiraient. Mieux encore, il s'en souvenait.
        S'il n'avait que très peu de souvenirs de Myla, Niko en gardait énormément de Sorn et Livio ; par flashs intermittents, certes, mais il en conservait encore. Pourtant ils étaient tous les trois dans un état pitoyable ce soir là, nageant dans l'alcool et fumant des trucs sans doute pas tout à fait nets. Le chapardeur pouvait encore se rappeler avec précision de l'odeur de la peau de Sorn et des cris plaintifs qu'il avait arrachés à un Livio en pleine extase.

        Lorsqu'il baissa de nouveau les yeux en direction d'Eamon, il fit face une fois de plus à sa gêne. Il serrait les dents, devenait de plus en plus évasif pour finalement changer complètement de sujet. La conversation ne se poursuivrait certainement pas mais Nikolaas devait déjà s'estimer heureux qu'elle ait eu lieu avec un homme aussi réservé sur le sujet que l'était son amant, qui avait, lui-même, lancé les hostilités.

        « Comme tu veux, moi je ne suis pas fatigué. Mais je peux comprendre que tu veuilles te reposer. »

        Nikolaas se sentait toujours légèrement mal à l'aise quand Eamon évoquait son travail. C'était certes grâce à ce dernier qu'ils s'étaient rencontrés, dans un malheureux concours de circonstances, et Eamon, de ce que le voleur en savait, demeurait beaucoup plus respectable que Nicko dans la vie qu'il menait. Il gagnait de l'argent légalement et vivait légalement, selon une stabilité qui lui convenait. Nikolaas n'observait pas du tout le même mode de vie et même s'il s'y faisait parfaitement, il arrivait qu'il se trouve...inutile, bête et comme un poids pour ce jeune homme dans la fleur de l'âge qui avait certainement autre chose à faire que se coltiner durablement un SDF de presque dix ans son aîné.

        « La nature m'appelle. A moins que tu veuilles me la tenir, je te laisse. Bonne nuit. »

        Sans aucun attouchement supplémentaire, Nikolaas lui adressa un signe de tête avant de s'extirper des draps et de quitter la chambre. Lorsqu'il passa le chambranle de la porte, l'air frais frappa son corps nu et s'allégea considérablement. Le larron prit une grande inspiration et se délesta du poids phénoménal de l'ambiance tendue qui régnait dans la chambre. Cette dernière s'était alourdie à la seconde où Niko avait évoqué sa dernière expérience. Eamon était-il jaloux ? De quoi ? Gagnant les toilettes, le chapardeur s'y enferma pour faire sa petite affaire. Il avait perçu le malaise d'Eamon mais ne poserait pas la moindre question : il ne s’immisçait jamais dans la vie privée et les sentiments des autres. Il se contenait d'observer leur comportement et de l'imiter, pas de le comprendre.
        Revenir en haut Aller en bas

        Féminin
        ↳ Nombre de messages : 651
        ↳ Points : 551
        ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
        ↳ Age : 27
        ↳ Avatar : Jack Falahee
        ↳ Age du Personnage : 27 ans
        ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
        ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
        ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
        ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
        ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
        ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
        ↳ Couleur RP : tan



        Feuille de perso
        ↳ Copyright: darkshines
        ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
        ↳ Liens du Personnage
        :



        MessageSujet: Re: I can't say what i want (ft. Niko)   Sam 4 Juil - 22:03


        Il n’est pas fatigué… Je ne le suis pas non plus. Seulement je me sens incapable de continuer à lui parler. Pas avec cette colère qui me grignote mon cœur et ma raison un peu plus chaque seconde. Et elle gagne encore en intensité en l’entendant parler aussi sèchement. Peut être que son ton n’est pas aussi sec que je ne le crois. Ni même ses phrases aussi laconiques, mais plus le temps passe, moins je me sens à l’aise. Aussi je le laisse partir, presque sans le regarder, incapable de soutenir son regard ni de le voir partir. D’ailleurs, lorsqu’il passe la porte pour aller vers les toilettes, je sens aussitôt une peur irrépressible prendre mon cœur. Il pourrait partir, là, maintenant et retourner voir ses amants, plutôt que venir se coucher à mes côtés. Alors mes yeux fixent le rai de lumière sous la porte. J’attends, le cœur lourd de regrets et de colère mélangés, de la voir s’éteindre avant que la porte de s’ouvre. J’attends de sentir son poids faire pencher le lit un peu vers le sol, pour enfin respirer convenablement. C’est stupide. Une part de moi voudrait qu’il s’en aille, pour pouvoir crier ma rage au monde, sans témoin Pour ruminer lentement de mon côté, avant de me calmer et de faire comme si de rien était ensuite. Je sais que ce n’est pas une solution, mais c’est celle qui me plaît le plus. Parce cela me permet de ne pas aller au conflit. Seulement de l’autre côté, je refuse qu’il se aille, afin de me blottir contre lui lorsqu’il se sera endormi. Sentir sa chaleur m’aide à dormir et je me sens toujours un peu mieux lorsque ses bras m’entourent. Cette dualité m’empêche de réagir normalement et lorsque la lumière s’éteint effectivement, je me tourne rapidement sur le côté afin de faire semblant de dormir.

        Mes yeux se ferment précipitamment et j’essaye de feindre une respiration régulière, pour le tromper et le laisser croire que je me suis déjà endormi. Après cet ébat passionné, rien de bien étonnant à ce que je sois fatigué après tout. Enfin il s’allonge de nouveau et malgré mon envie de lui laisser croire à mon sommeil, je pousse un léger soupir soulagé. Au moins il reste là, avec moi, plutôt que de retrouver ses amants. Cela pour me pousse à me rassurer, juste assez pour me détendre.

        Les secondes passent, se transforment en minutes puis probablement en heures et enfin, je le crois endormi. Il est donc grand temps d’invoquer mon dieu pour me faire pardonner. Seule la flagellation pour aujourd’hui, même si je n’en éprouve pas le désir. Tout simplement parce que les punitions se multiplient au fur et à mesure de nos ébats et que j’en viens à moins apprécier nos moments tous les deux. Simplement parce que je ne veux pas avoir mal… Mais que je le dois. Lentement, je soupire, quitte le lit et me rend dans la salle de bain, pour commencer mon office.

        Un coup. Deux. Puis trois, cinq, dix, avant que je ne laisse échapper le premier gémissement de douleur. Léger, puis un second, un peu plus fort. Mes coups vont croissants et lorsque je termine finalement, mon dos est rougit, plein et quelques coupures se sont même ajoutées à mon dos déjà abimé par les coups incessants. Enfin je me relève et me retourne pour retourner dans le lit, pour croiser le regard de mon amant. Il me transperce soudain et je rougis, non pas par gêne, mais par honte d’avoir été surpris durant cette activité. Secrète pour beaucoup, je ne suis pas encore prêt à le lui avouer mais je n’ai désormais pas le choix. « C’est pas ce que tu crois je… Enfin… Ca dépend ce que tu crois… Tu devrais pas me poser de questions en fait.. » Parce que je n’ai pas envie de lui faire de mal par mes réponses. Je n’ai pas la moindre envie de lui mentir, mais je sais que la vérité sera plus dure à entendre… « Tu… » Et je ne sais même pas quoi lui dire, alors je me tais finalement, nu devant lui, le dos commençant à saigner légèrement et la main crispée autour du fouet qui m’a servi à ma pénitence du jour…

        _________________
          i just need some hope
          LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
          Revenir en haut Aller en bas
          Voir le profil de l'utilisateur

          Invité
          Invité






          MessageSujet: Re: I can't say what i want (ft. Niko)   Dim 5 Juil - 21:20

          Sans se poser davantage de questions, Nikolaas tira la chasse d'eau avant d'éteindre la lumière et de regagner la chambre. Eamon semblait déjà dormir ; le pauvre, sa journée de travail couplée à leur soirée avait du l'épuiser. Un genou sur le matelas, le chapardeur se pencha dans la plus grande discrétion pour effleurer l'épaule du jeune homme de ses lèvres, comme il le faisait souvent, montrant simplement son affection sans en gaver cet amant qui n'était...qu'un amant, en fait. Nikolaas souhaitait par dessus tout rester simple sans devenir trop invasif dans la vie de cet homme qui avait tant fait pour lui la première fois. Regardant son visage détendu par la sérénité du sommeil, il songea à la fragilité de cet homme de dix ans son cadet. De temps à autre, il se torturait mentalement en se demandant si Eamon ne couchait pas avec lui par pitié tandis qu'il allait voir ailleurs durant ses journées. Il en ressentait alors un petit pincement au cœur qui s'échappait bien vite derrière sa réalité et ses principes : sa condition ne lui permettait pas d'attachement. Et de toute façon, ça ne l'empêchait pas de s'endormir puisqu'il sombrait, quelques minutes plus tard, dans l'obscurité de ses rêves.


          Un claquement retentit. Puis un autre, puis un autre. Nikolaas ouvrit les yeux, se dépêtra de son cauchemar en même temps que des draps qui enroulaient son corps en sueur. Le cœur battant, il se redressa. Sa main chercha le corps d'Eamon étendu à son côté. Quelques secondes plus tard, il se rendit compte de sa désespérante solitude. Les coups se multiplièrent. Nikolaas agrippa son regard à la poignée de la porte, au pied du lit, à la table de chevet, à quoi que ce soit qui pouvait renvoyer ces bruits frustrants au fin fond de sa conscience.
          Lorsqu'il gémissement s'échappa dans le couloir, les sens du chapardeur se mirent automatiquement en alerte et il en arriva à la conclusion que ces coups de fouet appartenaient bel et bien à la réalité.

          Il fut tenté un instant de faire semblant de dormir, mais son ouïe particulièrement aiguisée l'en empêcherait, et s'il parvenait à replonger dans la moiteur de ses rêves, son inconscient transformerait automatiquement ces sifflements et ces claquements en visions cauchemardesques qui le rendraient malade. Une seule solution demeurait : sortir du lit et faire cesser ces bruits. Alors qu'il s'extirpait des draps pour poser un pied sur le sol froid, Nikolaas se demanda s'il avait vraiment envie d'en connaître la source.
          Se glissant dans le couloir à la manière d'un chat, Nikolaas, nu comme un ver, gagna bientôt la salle de bains, se demandant si les battements si puissants de son cœur n'allaient pas alerter celui qu'il s'apprêtait à surprendre.

          Parvenu dans l'encadrement de la porte, il se figea devant cette vision d'horreur.
          Sa respiration se bloqua dans sa gorge. Il serra sa main avec force contre le chambranle de la porte et fit défiler toutes les hypothèses possibles et imaginables dans la production d'une telle scène. Il avait déjà remarqué les étranges traces présentes sur le corps de son amant, sans jamais avoir posé de questions de peur de le gêner. Lorsque Eamon se retourna pour lui faire face, le fouet dans la main, Nikolaas vit distinctement dans le miroir les séquelles ouvertes et luisantes de sang dans ce dos qu'il s'appliquait pourtant à caresser lui-même.

          « Ouais. J'vais pas poser de questions. »

          Il n'en posait jamais, Eamon le savait.

          « Toi t'aurais peut-être du en poser. »

          Pas difficile d'écarter la simple volonté de scarification quand on reliait l'événement à la fois à la partie de jambes en l'air qu'ils avaient partagé le soir-même, ainsi que les confidences qui s'étaient terminées sur une note froide que n'importe qui aurait perçue.

          « J'espère simplement que tu ne t'infliges pas ça à toi pour éviter de me l'infliger à moi si jamais je t'ai blessé. »
          Revenir en haut Aller en bas

          Féminin
          ↳ Nombre de messages : 651
          ↳ Points : 551
          ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
          ↳ Age : 27
          ↳ Avatar : Jack Falahee
          ↳ Age du Personnage : 27 ans
          ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
          ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
          ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
          ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
          ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
          ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
          ↳ Couleur RP : tan



          Feuille de perso
          ↳ Copyright: darkshines
          ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
          ↳ Liens du Personnage
          :



          MessageSujet: Re: I can't say what i want (ft. Niko)   Dim 5 Juil - 21:47


          C’est difficile de lui faire face, de rester devant lui alors que mon dos me brûle, que ma main resserre plus fortement encore le fouet et que mes yeux fuyants cherchent une échappatoire. Je voudrais pourtant pouvoir me tenir là, rester devant lui et avoir une excuse toute faite pour justifier mes actes. Rien ne vient pourtant, rien que le vide interstellaire de mon âme meurtrie par la religion qui a maintes fois guidée mes actes, bons ou mauvais. Ma gorge sèche cherche pourtant à trouver quelque chose à lui dire, pour le rassurer et faire disparaître cette impression d’être jugé par mon amant. Rassuré une seconde par son acceptation de ne pas me poser de question, je perds toutefois un peu plus contenance face à sa froideur et surtout, l’acuité de ses réflexions. « Et te poser des questions sur quoi ? » Ma voix est faible, semble venir d’outre tombe et mes yeux commencent à brûler étrangement. Je sais ce que cela signifie. Je suis à deux doigts de pleurer, ma frustration comme mon désespoir d’avoir été découvert. Cependant je n’en ai pas le temps.

          Le couperet tombe soudain entre nous et je détourne le regard. Non, je ne me blesse pas dans cette optique là, mais il sait… Il sait que je lui en veux. Probablement en ignore t’il la raison, mais en tout cas il le sait. Mon attitude précédente a du lui mettre la puce à l’oreille et face à cette question, je ne sais que répondre. « Ca n’a rien à voir avec toi ! » Ce qui est soit, n’est ni vrai ni faux. Pas tout à fait vrai, parce que ce ne sont pas ses actes passés avec ces deux hommes, probablement si virils et si parfaits, qui me font me punir. Mais pas tout à fait faux non plus, parce que c’est bien notre relation qui me fait réagir comme ça. Comment le lui expliquer pourtant ? Et puis, de toute façon n’en éprouve t’il pas le besoin. Sans question, je crois à son indifférence complète et j’en viens à me demander soudain pourquoi il continue à venir s’ébattre avec moi. Pour la chaleur de mon lit probablement. Et mes placards que je remplis depuis qu’il vient souvent me voir. Finalement ce n’est pas si difficile à comprendre. Il est sans domicile fixe. Je suis offre un lit chaud, des bras et à manger. Il se prostitue simplement pour être moins précaire.

          Cette simple idée me donne envie de vomir, mais je laisse mon esprit gamberger encore un peu. Mes doigts desserrent finalement l’arme de torture pour la laisser choir sur le sol et enfin, ma mâchoire s’active de nouveau, dans une verve que je ne comprends pas tout à fait. « Tu veux que je te pose des questions hein ? Alors dis moi Nick. Pourquoi tu continues à venir me voir ? Toi et moi… On est pas ensemble n’est ce pas ? parce que si on l’était tu… Enfin peu importe. Dans ce cas là pourquoi tu viens ? Parce que y’a à manger ? Et un lit ? C’est pour ça ? » Et lorsque je pose des mots sur les pensées qui viennent de me traverser, une vague d’horreur me prend. Jamais je n’aurais du dire tout cela à voix honte. La simple idée de l’avoir blessé me donne encore plus envie de vomir et je me retiens avec peine de me répandre dans les toilettes juste à côté. Avec une force étrange, je finis par m’approcher de lui et demande, d’une voix un peu plus faible. « Tiens et encore une autre.. Pourquoi tu t’intéresses pas à moi ? » Les vannes ouvertes, je me sens presque incontrôlable et enfin, je me retrouve plus calme… Et surtout incapable de rattraper les saloperies que je viens de lancer…

          _________________
            i just need some hope
            LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
            Revenir en haut Aller en bas
            Voir le profil de l'utilisateur

            Invité
            Invité






            MessageSujet: Re: I can't say what i want (ft. Niko)   Dim 5 Juil - 22:13

            Lorsque le fouet s'écrase sur le sol dans un claquement, ce sont toutes les barrières d'Eamon qui semblent choir avec lui. Nikolaas fronça les sourcils et laissa la rage contenue de son amant se déverser à leurs pieds comme une bile brûlante qu'il semblait retenir depuis qu'il avait quitté le lit en lui souhaitant bonne nuit. Il ferma un instant les yeux, incapable de s'insurger contre cet être qu'il appréciait. Sa main relâcha lentement le chambranle tandis qu'il conservait son immobilité pour qu'Eamon puisse s'avancer vers lui, chercher sa chaleur, le frapper même s'il le souhaitait. Mais qu'il arrête de mentir, qu'il arrête de faire des sous-entendus, qu'il arrête de cacher ce qu'il ressentait.

            « Oookay. J'ai fait une connerie c'est ça. C'était pas plus simple de me le dire plutôt que de faire la gueule et d'aller te flageller dans ta salle de bains ? »

            Inconsciemment, même s'il ne pensait pas s'abaisser à cette constatation, le fossé de leurs âges se creusa et Nikolaas éprouva le plus grand mal du monde à ne pas trouver Eamon immature. Son cœur rata un battement devant ses accusations mais il étira un sourire amer, parce que malheureusement, ce reproche, il l'avait attendu des dizaines et des dizaines de fois depuis qu'il avait choisi ce mode de vie, plus de vingt ans auparavant. Ainsi, sans y être hermétique, il en ressentait cependant moins la blessure quand il lui arrivait dans la figure. Entendre ça de la part d'Eamon, bien que vexant, était surtout terriblement banal. Il avait fallu que ça sorte un jour ou l'autre.
            Néanmoins, Nikolaas conserva son calme et profita de la liberté des mains de son amant pour les saisir et entrelacer ses doigts avec les siens.

            « J'ai perdu continuellement mes repères, toute ma vie. Je n'ai cessé de perdre les gens qui m'étaient chers. Je n'ai cessé de voir ma vie réduite en poussière. Tu le sais, je te l'ai raconté. Alors j'évite de m'attacher aux gens, parce que je sais que tôt ou tard, ils finiront par s'échapper, d'une façon ou d'une autre. Et je ne veux pas avoir à en souffrir. »

            Sa prise se raffermit sur les doigts d'Eamon, comme pour appuyer cette terreur de le voir s'échapper.

            « Je m'intéresse à toi. Sérieusement. J'essaie juste de ne pas paraître trop invasif, parce qu'après tout...Ecoute, tu ne me dis rien de ce que tu ressens, jamais. Je ne sais pas comment me comporter par rapport à toi. Le couple, tout ça, je ne sais pas ce que c'est. Je ne connaissais pas réellement le sexe avant toi. Pour toi, je pensais que j'étais juste un coup, comme ça, en passant. C'est pas le cas ? Dis-moi Eamon, c'est pas le cas ? »

            Nikolaas se mordit les lèvres, le cœur battant, les entrailles serrées. Il comprit. Il comprit avec la violence d'un parpaing dans la figure à quel point il était important pour l'homme qui se trouvait en face de lui en vérité. Il comprit qu'en évoquant Sorn et Livio, Eamon, en l'entendant, s'était senti souillé, et trompé. Alors que c'était son visage à lui qu'il n'avait cessé de voir sur ceux de ses deux amants, dans ses rêves, dans ses fantasmes. Celui d'un homme qu'il...

            « Je t'aime. »

            ...aimait.
            Revenir en haut Aller en bas

            Féminin
            ↳ Nombre de messages : 651
            ↳ Points : 551
            ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
            ↳ Age : 27
            ↳ Avatar : Jack Falahee
            ↳ Age du Personnage : 27 ans
            ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
            ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
            ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
            ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
            ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
            ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
            ↳ Couleur RP : tan



            Feuille de perso
            ↳ Copyright: darkshines
            ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
            ↳ Liens du Personnage
            :



            MessageSujet: Re: I can't say what i want (ft. Niko)   Dim 5 Juil - 23:24


            Tout proche, je n’ose pourtant pas le toucher. Probablement parce que je suis encore beaucoup trop perturbé par ses propos précédents. Ceux qui m’ont fait me comporter si froidement à son égard. « Je te l’ai dit. Tout ça… Ca n’a rien à voir avec ce que tu as fait… » Tout en parlant je pointe le fouet du doigt, une seconde, avant de secouer la tête. Je voudrais lui expliquer les raisons qui me poussent à utiliser le fouet. Je voudrais pouvoir lui dire pourquoi mon dos saigne aussi souvent depuis notre rencontre. Seulement je ne peux pas. Il ne comprendrait pas. C’est déjà bien difficile à faire comprendre à Declan, alors à un homme qui n’a jamais rien connu de cela, ça semble impossible. Pourtant, pour essayer de ne pas le laisser trop dans le flou, je trouve le courage de répondre tout de même… « C’est pas une connerie. Ce que t’as fait. On a jamais dit que tu devais rester juste avec moi. J’ai rien à dire. Tu fais bien ce que tu veux après tout. » Une grimace amère décore mon visage une seconde avant que je ne me raidisse en sentant ses doigts entre les miens. Mon premier réflexe voudrait le repousser, mais un second, plus tendre, me pousse à resserrer doucement mes doigts sur les siens. Sa chaleur me donne envie de me rapprocher un peu plus, mais ce sont ses mots qui m’en empêchent finalement.

            Cela semble si évident que je pourrais presque me laisser prendre au jeu, mais finalement, je n’ai qu’une seule impression. Qu’il utilise son passé, son histoire, pour se faire excuser de faire n’importe quoi. Il a souffert, donc ne s’attache pas, et peut donc se permettre d’agir comme le plus vil des amants. Mon esprit bouillonne de nouveau mais il ne me faut que quelques secondes pour cette fois me rendre compte que je vais trop loin. A toujours extrapoler, je me retrouve souvent à souffrir de choses dont je ne devrais pas et plus l’homme devant moi parle, s’explique, et plus je suis enclin à le comprendre et à lui accorder le bénéfice du doute. Je ne peux pas lui demander pourtant, pourquoi il a décidé d’aller voir ailleurs. En plus de passer pour un petit ami jaloux, j’ai bien trop peur de sembler accroc à lui. « Je ne peux… pas te dire ce que je ressens. Parce que si je le dis, tu partiras. Tout ce que tu dois savoir, c’est que tu n’es pas juste un coup. Avec les hommes… Ce n’est jamais juste un coup. » Il comprendra ce qu’il voudra de ces quelques mots, mais je ne peux pas me montrer plus explicite. Peut être que je ne le veux simplement pas. Lui dire toute la vérité reviendrait à le faire fuir et j’aurais beau fanfaronner en prétextant pouvoir m’en débarrasser, si c’était le cas, je l’aurais déjà fait… Depuis quelques jours déjà. Depuis notre première fois probablement.

            Je cherche comment lui faire comprendre qu’il est plus important qu’un simple coup, mais rien de plus qu’un amant, lorsque la massue m’assomme. D’un geste sec, je retire mes mains des siennes et recule d’un pas, pour le fixer d’un œil étrange. « Tu… Quoi ? » Probablement ais-je mal entendu. Pour quelle autre raison aurais-je pu avoir ces quelques mots. Ceux que je n’ai plus entendu depuis que j’ai quitté ma femme. Ceux que je n’ai plus prononcés depuis des années. Ceux que je ne ressens pas actuellement. « On… o… On se connaît à peine et… et… Tu es… Je suis pas… Enfin… » Je recule encore d’un pas, bute sur la baignoire derrière moi et pose mon regard affolé sur lui. Ce n’est simplement pas possible… « Tu m’aimes pas. C’est pas moi que tu aimes ! » Et ça, c’est une obligation. Parce que je ne comprendrais pas comment il pourrait m’aimer…

            _________________
              i just need some hope
              LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
              Revenir en haut Aller en bas
              Voir le profil de l'utilisateur

              Invité
              Invité






              MessageSujet: Re: I can't say what i want (ft. Niko)   Dim 5 Juil - 23:41

              Secouant la tête, le chapardeur leva finalement les mains en signe de reddition.

              « Je n'ai pas l'intention de te courir après si tu ne veux pas de moi. Si je fais preuve de distance, tu râles, et si je me rapproche, c'est toi qui t'éloigne. Tu me fatigues. »

              Nikolaas secoua finalement la tête, réellement épuisé, cette fois-ci. Comprendre Eamon se révélait d'une difficulté sans bornes, et le voir se victimiser ainsi lui donnait simplement envie de lui mettre des claques ; sachant que Nikolaas n'était pas un homme violent, ressentir cette vague de haine relevait du danger imminent.

              « On se connaît à peine, on est bien d'accord, et pourtant tu as vu à quel point tu bondis à propos du sujet ? Tu te rends seulement compte dans quel état tu te mets ? »

              Ce qu'Eamon ne comprenait pas, c'était que Nikolaas venait d'utiliser le terme « aimer » sans la puissance et la lourdeur significative du terme, à la fois parce qu'il ne la mesurait pas, qu'il ne la connaissait pas, et qu'il ne la ressentait pas. Quand on découvre la joie d'une chose aussi puissante que le sexe avec quelqu'un pour la première fois, on a tendance à vouloir en faire ce premier amour fusionnel avec qui on passera sa vie.
              Et ce n'est pas réservé simplement aux gonzesses de quinze ans. Il suffisait simplement de n'avoir jamais connu l'amour.

              « Je pense qu'il vaudrait mieux que tu te décides sur ce que tu veux faire, sur ce que tu veux de toi et de moi, avant de te lancer dans de telles extrémités. Tu es en train de dire exactement le contraire de ce que tu souhaites, je le vois dans tes yeux. Mais je ne peux pas t'attribuer ce que tu n'a pas dit. Tant que tu ne me dis pas clairement les choses, je ne peux rien pour toi. »

              Ses deux mains retombent mollement de part et d'autre de son corps, que sa nudité rend plus impuissant que jamais.

              « Si jamais tu veux que j'arrête d'aller voir ailleurs, il suffit de le dire. Je le ferai. Mets-toi d'accord avec toi-même avant de me faire des reproches. »

              Il jeta un regard dédaigneux au fouet ruisselant qui gisait sur le sol.

              « Et commence par arrêter cette merde. »

              Saisissant de nouveau le chambranle de la porte, il tourna les talons pour reprendre le chemin du couloir, étouffé par la tension régnante.

              « Je crois qu'il vaut mieux que je m'en aille maintenant. »

              Courir, chercher. Il en avait assez. Il avait attendu sa famille. Il avait couru près de quinze ans après Maarten. Il courait encore et toujours après le fantôme de sa sœur qu'il savait pourtant décédée. Il allait arrêter de s'accrocher aux autres jusqu'à ce qu'ils daignent tourner la tête vers lui. Il allait arrêter d'exprimer ce que l'on ressentait pour prendre conscience que la personne en face n'assumait rien. Le cœur battant, Nikolaas leva les yeux sur la silhouette terrorisée d'Eamon.
              Fini, c'était fini.
              Revenir en haut Aller en bas

              Féminin
              ↳ Nombre de messages : 651
              ↳ Points : 551
              ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
              ↳ Age : 27
              ↳ Avatar : Jack Falahee
              ↳ Age du Personnage : 27 ans
              ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
              ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
              ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
              ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
              ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
              ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
              ↳ Couleur RP : tan



              Feuille de perso
              ↳ Copyright: darkshines
              ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
              ↳ Liens du Personnage
              :



              MessageSujet: Re: I can't say what i want (ft. Niko)   Jeu 16 Juil - 19:09


              Probablement aurait il pu me frapper en plein face que le résultat n’aurait pas été différent. Je prends chacun de ses mots comme un coup de couteau et inconsciemment, je me replis lentement sur moi-même et me raidis d’autant plus. Il ne veut courir après moi. Cela me paraît injuste. Il est injuste de ne pas me laisser une chance. De me balancer ça et d’ensuite se rétracter à moitié. De se moquer de mon état de nervosité, induit par sa confidence. Il est injuste et rien que pour cela, j’ai envie de le bousculer, m’enfuir de cet espace confiné, pour finalement m’enfouir sous mes draps jusqu’à ce qu’il s’en aille. Je ne sais comment réagir autrement et finalement, je déglutis, prêt à parler… et à dire des choses regrettables. « Je veux pas que t’aille voir ailleurs. Mais ça, t’aurait du le savoir de toi-même. T’aurais du comprendre tout seul, comme un grand que ça me ferait chier. Non mais même pas un en plus. Deux. C’est… T’avais pas l’droit merde ! » Je me mordille la lèvre, me sens mal presque aussitôt, mais je ne regrette pas vraiment l’agression gratuite que je viens de lui lancer. Je voudrais enchaîner sur les extrémités dont il me parle, mais le courage me manque soudain et alors que je le vois s’éloigner, je me détourne, fixant sa silhouette dans le miroir de la salle de bain.

              Je reste dans cette position quelques secondes, laissant mes phalanges blanchir à force de serrer et enfin, après une attente qui me semble énorme, je me retourne enfin de nouveau et m’élance dans le couloir. Arrivé sur lui, j’attrape son poignet pour le forcer à me faire face et d’un œil mauvais, je l’observe une seconde de plus, avant de balancer. « Cette merde ! Tu sais ce truc que tu dénigres tant. C’est ma vie. Mes règles. Que j’enfreins en étant avec toi. Etre avec un homme. C’est condamné ! Je vais aller en enfer. C’est la seule et unique raison pour laquelle j’utilise ce fouet. Que je me fais du mal. Pas parce que t’as été voir ailleurs. Pas parce que je suis en colère contre toi ! Je suis Catholique. Fervent pratiquant. Probablement trop, mais sans ça, je n’aurais jamais été aussi loin dans ma vie. Les seuls moments où je m’en voulais pas de coucher avec des hommes, j’étais soit bourré, soit défoncé. La belle époque. Mais là… Je peux pas. Je peux pas consommer. Alors j’ai des remords. Ca me fait chier, mais c’est comme ça. »

              Essoufflé, il me semble ne pas avoir respiré depuis le début de ma tirade et il me faut finalement quelques secondes pour reprendre mon souffle, pour achever d’un tir l’homme qui me fait face. « Alors quand tu me dis que tu m’aimes. Ouais… J’panique. Je panique, parce qu’on peut pas être ensemble pour de vrai. Déjà, profiter l’un de l’autre, on devrait pas. Mais si je tombe amoureux de toi. Que je me retrouve à vouloir réellement être avec toi… Je pourrais pas. Pas sans risquer de devoir me faire du mal jusqu’à notre séparation ou ma mort » Au-delà de ça, il y a encore pleins d’autres raisons qui me font paniquer, et finalement je me tais, incapable de me dévoiler encore plus. D’autres secrets sommeillent en mon cœur, mais je ne me sens pas encore prêt à les lui avouer. « Voilà ! Je me dévoile. Voilà !Je te dis ce que je ressens. Et voilà ! Je comprends bien que t’es un adulte, t’as pas de temps à perdre avec moi, c’est normal Mais je te rejette pas par plaisir ! » Et finalement je le lâche, pour reculer d’un pas et me détourner finalement.

              _________________
                i just need some hope
                LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
                Revenir en haut Aller en bas
                Voir le profil de l'utilisateur

                Invité
                Invité






                MessageSujet: Re: I can't say what i want (ft. Niko)   Ven 17 Juil - 11:08

                Incrédule, Nikolaas esquissa un mouvement de recul comme s'il voulait se dépêtrer des mots sans queue ni tête lancés par cet homme blessé. Il semblait que le seul but de ses paroles se dirigeait vers sa douleur pure et simple, vers sa culpabilité. Si les relations amoureuses suivaient des codes, il ne les connaissait pas, voilà tout.

                « Comment ça, j'avais pas le droit ? On n'est pas un couple Eamon. On n'est pas mariés. On n'a pas signé de contrat. Je ne t'appartiens pas. C'est pas parce qu'on couche ensemble que je te suis entièrement dévoué. Je te dois peut-être tes nuits d'hospitalité et le remplissage de tes placards, mais je ne te dois pas mon corps ou mon cœur. Qui m'dit que t'es pas allé voir ailleurs, toi aussi? Et même si c'était le cas j'en aurais rien à faire, tu fais ta vie, non ? Toi qu'a l'air adepte des sévices corporels, pourquoi tu graverais pas ton nom dans ma peau tant que t'y es ? »

                Un rire désabusé passa la barrière de ses lèvres, traduisant dans un souffle sans retenue l'irréalisme de cette situation. Le fossé cliché de leurs âges respectifs ne cessait de s’approfondir. Chacun des regards d'Eamon était une tentative d'assassinat qu'il n'assumait pas, comme le prouva son soudain détournement en direction du miroir. Nikolaas décida que c'en était trop et préféra se détourner à son tour pour quitter la salle de bains, quitter cette chambre, quitter cet appartement, quitter sa vie. Il avait souffert tout le long de la sienne et ne cherchait dans les bras de son amant que la simplicité du réconfort qu'il n'avait jamais connu, alors voir la violence faire de nouveau irruption dans son quotidien comme pour contrebalancer le bonheur qu'il touchait parfois des doigts...
                Contre toute attente, ce fut Eamon qui quelques secondes plus tard le rattrapa dans le couloir, lui saisissant le poignet. Nikolaas se retourna, lassé, avant d'écouter ce qu'il avait à lui dire. D'écouter jusqu'au bout, car enfin Eamon daignait lui fournir des explications sur son comportement. Il connaissait les pratiques catholiques pour les avoir vécues et suivies un court moment durant son enfance, connaissait donc le carcan qu'elles tissaient autour des pratiquants pour leur donner la foi et la sécurité dans leur vie quotidienne.

                « Je respecte. » dit-il simplement.

                La difficulté d'assomption d'Eamon se manifesta dans son soudain détachement alors qu'il le lâchait et se détournait de nouveau, l'air de dire « Tiens, prends-ça et démerde-toi avec, moi je dégage. » Non, cela ne marchait pas comme ça. Comment Eamon pouvait-il seulement espérer attirer ses sentiments s'il les roulait en boule quand ils les atteignaient pour ensuite les jeter à ses pieds ? Certes Nikolaas demeurait le plus âgé des deux et la dispute qu'ils étaient en train d'orchestrer leur faisait perdre du temps, mais pourquoi le chapardeur s'acharnerait-il à gagner les faveurs d'un adolescent mal adapté dans la vie et incapable d'assumer la moindre chose importante ? Ce n'était pas seulement Nikolaas qui était en jeu, c'était la vie même d'Eamon. Si on ne savait pas saisir ses responsabilités et s'y tenir, comment garder son travail ? Fonder une famille ?
                L'estomac de Nikolaas se serra à cette pensée : Maarten avait bien réussi, lui.

                N'écoutant que son instinct, le chapardeur dévora la faible distance qui le séparait et le saisit par les hanches, l'empêchant de partir plus loin. Il ne lui courrait pas après, mais il l'empêcherait de fuir. Comme tout le monde l'avait toujours fait avec lui. Ses doigts se pressèrent contre la peau douce sous laquelle dormaient ses os puissants et les lèvres du propriétaire de ces premiers vinrent se poser sur l'épaule du second.

                « Calme-toi, Moony. » chuchota-t-il.

                Le surnom qu'il lui donnait en général entre les plis des draps lui échappa naturellement. Il se maudit intérieurement de ne pas pouvoir maintenir un conflit en bonne et due forme. Encore une fois, il se dégonflait ; il avait nourri une haine inconditionnelle contre Maarten pendant quinze ans et lorsque les deux frères s'étaient retrouvés face à face, Nikolaas n'avait pas eu le courage de lever la main sur lui. Il ne supportait pas les disputes, il ne supportait pas les déchirures, il ne supportait pas la colère. Il ne pouvait décemment pas se braquer définitivement contre celui qui lui faisait encore tendrement l'amour quelques heures auparavant. Ses doigts quittèrent ses hanches pour caresser lentement ses bras, essayant de lui procurer un semblant de sérénité, sa bouche glissa dans le flanc de son cou aux veines battantes, tandis qu'il essayait de ne pas appuyer son torse contre le dos ensanglanté de son amant malgré son envie de raffermir leur proximité.

                « Je suis désolé. J'ai toujours eu énormément de mal avec la violence même si je la côtoie tous les jours. Je vois crever des gens à longueur de journée mais quand il s'agit de ceux qui me sont proches je...ne peux pas. »

                La mort de Chris l'avait en effet définitivement vacciné contre la violence physique. Il était si facile de se prendre des coups, pourquoi se les infliger soi-même ?!

                « Je ne considère pas que je perds mon temps avec toi. J'aime passer du temps avec toi et notre différence d'âge ne me dérange pas. Je te prends pour ce que tu es, pour ce qu'il y a à l'intérieur. Tu peux pas...enfin, quand j'étais enfant et qu'on faisait des conneries, nous devions allez nous confesser ma sœur et moi. Ca marche pas comme ça avec toi ? Tu es vraiment obligé de te faire du mal ? »

                Ses yeux glissèrent rapidement sur la peau rougie et enflée, barrée des coups de lanière coriace.

                « Ecoute, je ne veux te forcer à rien et surtout pas d'abandonner tes règles pour moi. Qu'est-ce que tu penses le mieux ? Tu veux qu'on arrête tout ? Je...Je veux être avec toi, moi. Je me sens bien avec toi. Tu me fais du bien, tu me rassures. Penser à toi m'aide à tenir quand ce n'est pas facile. Je peux ne me consacrer qu'à toi si tu le souhaites, et je suis prêt à accepter ce que tu t'infliges si cela permet d'instaurer un équilibre. Je veux juste que tu sois heureux. »
                Revenir en haut Aller en bas
                 

                I can't say what i want (ft. Niko)

                Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
                Page 1 sur 1

                Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
                CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-