AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Blood Red Reunion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Lun 13 Juil - 22:35



« Has fallen into your arms »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

      La sainte douceur d'un sommeil profond. Sans rêves, sans soucis. Juste ton souffle marquant la mesure à travers le vide et la chaleur humaine rassurante dans laquelle tu es lové. Tu te complais dans une situation semblant s'allonger dans l'éternité et qui pourtant se termine brusquement au petit matin. Quelque chose a arraché Loon au sommeil, et lui t'a arraché au tien. Dans une chambre encore plongée dans la pénombre, malgré tes yeux déjà habitués, tu ne peux pas te fier aux signaux visuels pour comprendre ce qui ne va pas. C'est sa respiration haletante qui a été le premier indice des problèmes qu'il venait de traverser. La fatigue, la sueur, la respiration coupée. Il avait eu peur, il s'est réveillé pour fuir un mauvais rêve. Tu connais ces symptômes, et si le peu de prémonitions par lesquelles tu passes maintenant ne te provoquent plus d'aussi désastreux élans de conscience, il fut un temps où les pressentiments te nouaient atrocement la gorge. Un pressentiment, une prédiction, une vision, on pouvait appeler ça comme on veut, mais c'est la seule explication que tu avais trouvé à son réveil soudain. T'aurais pu tenter d'ouvrir les yeux, de te soulever et d'aller lui offrir du réconfort, mais t'es encore complètement assomé de sommeil, et ton corps répond à peine. T'as pas la force d'articuler le moindre mot intelligible, et encore moins la présence d'esprit nécessaire à bien traduire ta pensée. Le seul soutien que tu te permets de lui offrir, c'est ta main, tes doigts qui glissent et viennent s'entrelacer avec les siens, et lui offrir ton soutien.
Ne t'inquiètes pas, quoi que tu aies vu, tout se passera bien. On passera cette épreuve, ensembles, et on en ressortira plus forts. Ne t'inquiètes pas Loonie, t'inquiètes pas.
T'aurais aimé vraiment le lui dire, et peut-être partager avec lui une nouvelle étreinte, mais l'épuisement aura eu raison de ta volonté et tu ne te seras que légèrement rapproché un peu de lui, espérant naïvement que ça suffise pour qu'il comprenne, avant de définitivement sombrer à nouveau.

 

 
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Lun 13 Juil - 23:17



« Sweet berries ready for two Ghosts are no different than you. »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

J’étais heureuse d’avoir pris le temps de ranger, de souffler, d’exister seule un peu. Déjà, j’en avais besoin. Parce que parfois, sans vraiment savoir pourquoi, j’avais besoin de me retrouver seule. J’avais passé tellement de temps seul, que finalement… c’était difficile pour moi de retrouver un rythme… bah… un rythme familial normal si on veut. Parce que c’était un peu ça avec Loon. Shan’, je ne savais pas vraiment comment le classer, mais… ça viendrait rapidement. Quand j’étais venue me coucher, tout le monde dormait et c’était bien, vraiment. Du coup, je m’étais changer sans mal et j’avais été me lover dans le lit, à l’opposer de Shan’, contre Loon, comme toujours. On était plus serré un peu, je n’étais pas au même endroit que d’habitude, c’était bizarre, mais… pas horrible, du coup, je m’étais finalement endormi et j’étais bien. En fait, j’étais tout le temps bien dans cet appart, c’était pratique pour moi.

Le sommeil était quelque chose de bien, mais la chaleur et le confort, il n’y a rien de mieux, vraiment. J’adorais ce moment,du moins, jusqu’à ce qu’on vous l’arrache. C’était même le cas en ce moment. Je ne savais pas si ça faisait mille heures que je dormais ou moins, mais sa bougeait dans le lit. Pourtant j’avais l’habitude, Loon partait travailler relativement tout le temps et moi je restais au lit encore longtemps après son départ, sauf que là… il avait été plus sec qu’à l’habitude. Assez pour m’inquiéter un peu, assez pour que je ne me retourne pas et que je m’endorme sans mot dire. Alors, je m’étais péniblement redressé sur les coudes, ouvrir les yeux c’était un exploit, mais… j’étais une femme forte. Je le cherchais du regard, son expression, savoir ce qu’il avait. Je pouvais le voir lui redressé, une masse informe toujours endormi, semblait être Shan’. Personne de mort, tout allait quand même. Du coup, maintenant on sait que Shan’ lui… se lever la nuit pour aller voir son bébé qui pleure, pas son genre. Monsieur était du genre dormir jusqu’à ce que mort s’en suive. Bon à savoir. Bref! Elle avait simplement marmonné de manière totalement ensommeiller un :

-Ça va? C’est juste un mauvais rêve Loon, faut pas s’en faire.

Et je m’étais recouchée, j’avais glissé ma main dans la sienne pour lui rappeler que j’existais, parce que c’était important dans la vie. Et j’avais de nouveau fermé les yeux. Parce qu’il allait se lever ou se recoucher, j’en savais rien. En prime, je ne connaissais rien au truc prémonitoire, donc je n’en savais rien, je ne pouvais même pas y penser. Ne pas savoir, c’était magique quand même! Pour moi, un mauvais rêve, c’était un mauvais rêve et puis c’est tout. J’en faisais des tonnes et tout le temps, je n’étais pas morte et je ne faisais même pas d’insomnie, du coup… je n’allais pas m’inquiéter. Le sommeil me regagna sans mal, j’étais bien. J’étais fatiguée, cette journée en « famille » teinté de sang et de révélation, ce n’était pas simple pour moi. Ce n’était pas dans mes habitudes.  
 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Mar 14 Juil - 0:01

Le cœur battant, tu ressens successivement les doigts de Shan et ceux d'Aim' se serrer autour des tiens. Ils te disent « Ne t'inquiète pas. » ils te disent « Reviens. » Mais tu ne te sens pas d'accéder à leur demande, de te recoucher et de regarder sur le plafond se dessiner les monstres qui t'ont tiré dans les limbes de tes cauchemars les plus atroces. Tu ne peux pas leur en vouloir, ils ont vécu beaucoup plus d'émotions que toi. Tes yeux parfaitement vifs se dirigent jusqu'au radio-réveil qui annonce une heure bien matinale, mais en avance de soixante-minutes sur ton lever habituel. Soixante de plus ou de moins, de toute façon...Tu attends que tes deux compères soient retombés dans les bras de Morphée pour te lever. Avec un peu de chance, ils combleront dans une étreinte conjointe la chaleur que tu leur enlèves.

Tu te glisses discrètement jusqu'au salon sans prendre la peine d'allumer la lumière au sein de cet appartement que tu connais par cœur. Aimée n'a pas pris la peine de fermer la fenêtre en ces nuits chaudes qui se raccourcissent et tu l'en remercies muettement. Plongeant la main dans le vide poche, tu récupères tes cigarettes et t'en vas enjamber l'encadrement avant de t'y asseoir, tes jambes pendant dans le vide vertigineux qui prend fin au sol goudronneux, quelques dix mètres plus bas. Il ne faut pas plus de quelques secondes pour que le rouleau de tabac crépite entre tes doigts, ce petit bâton de cancer dont tes comparses détestent l'odeur. La fumée s'échappe au dessus de ta tête et se perd dans la nuit. Essayant de ne pas penser à Alvin, tu chasses tes pensées noires en saisissant sur la table basse, en t'étirant bien, ton baladeur dont tu enfonces les deux oreillettes dans tes orifices auditifs. La tête appuyée contre la bordure de pierre froides, tu somnoles, tes yeux vagabondant dans le vide, bondissant sur les lumières des lampadaires, sur celles des étoiles qui brillent dans le ciel.

Lorsqu'enfin l'horizon rosit et que le bleu d'encre du firmament s'efface derrière le vitrail du soleil bondissant des collines, tu juges qu'il est temps de sortir de ta léthargie. Bien entendu, Aimée et Shandro dorment toujours, avec une telle discrétion qu'ils ne semblent pas exister. Descendant de la fenêtre, tu te débarrasses de ton baladeur avant d'aller te fiche sous la douche une nouvelle fois pour te laver de ces démons qui t'ont pris à bras le corps toute la nuit. Tu songes à lui, à elle. Tu songes à l'avenir. A ceci, à cela. Si bien que tu es déjà presque en retard alors que tu sors de la douche, enfilant tes vêtements sur ton corps encore trempé. C'est une matinée comme les autres au final, sauf que tu l'entames en laissant non pas une, mais deux personnes dans ton lit.
Comme à l'ordinaire, tu contournes le lit pour déposer tes lèvres sur le front de ta sœur, afin de la saluer sans la réveiller. Partant en direction de la porte, tu t'arrêtes un instant, contemplant le corps meurtri de ton étrange amant. Te laissant porter par ton instinct, tu effleures ses lèvres de tiennes avant de glisser jusqu'à son oreille dans un chuchotement.

« Je t'aime. »

Un murmure dont il ne se souviendra pas. Et qui s'évanouit aussitôt.
Avec le claquement de la porte.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Mar 14 Juil - 4:25



« Has fallen into your arms »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

      La chaleur t'a abandonné, la chaleur s'en va, elle s'en va loin, là où tu ne peux plus la rattraper, et elle te laisse seul dans ce lit, à geler dans la fournaise d'une matinée d'un interminable été. Mais parce que la réalité t'a laissé seul, le monde des rêves est venu t'accompagner. Tu rêves d'un monde où tout est moins complexe. Tu rêves d'un monde où tout n'est que vérité. Un rêve où tu peux librement t'exprimer, et où sentiments et pensées n'ont pas à être cachés. Sous tes airs de grand bourru débordant de franc-parler, c'est quelqu'un plein de secrets qui est dissimulé. Bien qu'à des milles d'être cérébral, l'intelligence est loin de te faire défaut, et si tes bras font souvent les sept tours à la place de ta langue, les véritables sujets sensibles, tes jeux les plus ardus, tu sais les mener à l'abri des regards.
Elle. Elle faisait désormais partie de ces jeux des ombres. Elle qui te fuyait, te repoussait, pour au final mieux t'accueillir. Elle avec qui tu ne savais plus vraiment où t'en tenir. Est-ce seulement réellement un défi que tu t'es lancé, ou est-ce ton avenir que tu es en train de décider ? Plus le temps passe et plus tu es déstabilisé, parce que cette fille que tu te disais vouloir t'approprier juste pour te prouver à toi-même tes qualités de séducteur, tu l'appréciais avec de plus en plus d'ardeur. Pour elle comme pour aucune autre, tu étais prêt à donner, à te donner, plutôt qu'à dérober. Pour elle tu étais prêt à attendre, et à t'approcher sans la brusquer. Sauf qu'il y avait aussi son frère. Ton ami. Loon. Avec qui tu partageais une relation trop fusionnelle pour être saine. Loon était perdu, Loon avait besoin d'amour, Loon avait besoin de toi pour passer cette difficile épreuve, il avait besoin de ton affection pour rester à flot, mais à trop lui en donner, tu finirais par ne plus pouvoir t'en détacher. Et alors, parce que tu ne peux te résoudre à l'abandonner lui, tu la perdras, l'être aimée. Et le lendemain, Alvin viendrait te le réclamer. Son dû, celui que tu as tenu sur pieds pour ce moment précis.

Et alors tu l'auras sauvé.

Mais tu te seras condamné.

Tu rêvais d'un monde parfait, mais ceux que tu aimes l'ont fait s'écrouler. Tu rêves d'un Loon morcelé, dont les pièces sont à réassembler. Alors tu t'appliques, tu tentes de le réparer, mais l'horloge, l'horloge joue contre toi. Elle sonne, elle sonne et ne s'arrête pas. La trotteuse s'emballe, le cadran tremble et dans un ciel de sang Soleil et Lune s'enchaînent. Tu regardes devant et le puzzle n'avance pas. Tu regardes derrière et Aimée s'en va. Elle te tend la main, affiche un sourire mesquin. Encore un peu et elle aura fui. Quoi faire ? Quoi dire ? Ta voix ne veux pas sortir. Ta gorge ne veut pas hurler de peur de la chasser. Comme un oiseau, au son de ta voix elle pourrait s'envoler. C'est trop tard, elle est loin, et tu penses avoir perdu. Ne pouvant tout avoir, alors tu vas tout donner. Le sauver lui, la laisser elle et t'abandonner toi. Vivre d'un amour consommé en secret, douleur au cœur de celui qui en a tant volé.

Sauf que deux mots sont venus s'interposer.

Deux mots dits par lui, mais que c'est à elle que tu as attribué.

Deux mots auxquels dans ton sommeil tu as répondu.

Tu es parti la chercher, en rêve comme en réalité, et à transcendant le sommeil tes bras l'ont enveloppé. Elle qui fait de toi un être complet. Elle qui comme toi ne sais pas réagir face à l'amour, mais qui contrairement à toi n'a pas encore été frappée. Elle a qui tu pensais répondre lorsque dans ton sommeil tu as répondu approximativement. Dans la langue de Molière, la langue de ton père.

« Je... pareil. »

Tu l'aimes d'un amour coupable. Et c'est du sang des pièces d'un puzzle broyé par la peine que viendra le fer de vos funestes alliances.

 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Mar 14 Juil - 4:58



« Sweet berries ready for two Ghosts are no different than you. »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

Je savais que Loon avait fait un cauchemar, mais ça passait les cauchemars, ça s’oubliait. On se blottissait dans le lit et on pensait à autre chose. Personnellement, mes cauchemars me m’avaient jamais vraiment fait peur, j’étais surement trop rationnel Si on problème se posait en rêve, je me créais des pouvoirs pour le vaincre, pour gagner et si ça ne marchait pas… Je donnais un coup de pied dans la fourmilière de mes pensées en disant que c’était injuste pour finalement me réveiller insatisfaite, c’était ça moi, les cauchemars. Du coup, je ne pouvais pas comprendre que ce soit si difficile de se rendormir après et un instant, le temps de cligner des yeux à peine et il n’était plus là. J’aurais aimé pouvoir me rendormir sans mal, mais… mon cerveau s’inquiétait pour lui. Je ne savais pas il était quel heure, mais… j’étais crevée, alors je m’étais rendormis. Pour me réveiller en sentant son souffle chaud, ses lèvres. Je reconnaissais l’odeur du Loon qui était passé sous la douche. Son contact, je n’avais pas vraiment bougé, pas vraiment ouvert les yeux, ça impliquait trop d’effort, mais il allait surement bien… Il allait bosser, ça irait. C’est là que je l’entendis, son « Je t’aime » [/b], mais il ne s’adressait pas à moi, je le savais. Il parlait à l’autre, il parlait à Shan’. Donc, on passait de rentre dedans à déclaration d’amour, encore plus quand j’entendis vaguement le « Je pareil » qui me tira un léger sourire quand mon corps ressombrait dans le sommeil pour une énième fois. Parce que oui, j’étais fatiguée, même si je ne foutais rien de mes journées. Parce que la veille, j’en avais fait beaucoup. Genre, jouer les apprenties médecins ce n’étaient pas pour moi.


La chaleur, c’était surement la première chose que je sentis en immergeant de nouveau. Ensuite, la position. Parce que j’étais de nouveau blotti dans le creux de l’épaule de Loon, j’entendais son cœur battre comme la berceuse que je connaissais tant, pourtant… la chanson était différente. C’est après que je ne pus remarquer que l’odeur différente. Elle était subtile, mais elle n’était pas identique. J’avais tenté de bouger un peu, ma main passant sur ce torse que je ne connaissais pas pour finalement réaliser le problème en cours. Doucement, j’avais relevé la tête, ouvert les yeux difficilement pour… échanger un souffle avec Shandro. J’étais près de lui, trop près. J’aurais pu le frapper, surement. Il était maintenant de mon côté de lui, c’était flagrant, mais… bof. Il aimait Loon, Loon l’aimait… j’allais être gentille. Je n’allais pas compliquer les choses. D’abord, j’avais glissé ma jambe hors des siennes. Ça c’était de ma faute, j’aimais bien la glisser là, j’en avais conscience. Ensuite, mon regard se perdant sur les traits de son visage beaucoup trop près du mien, mon nez frôlait presque le sien. J’avais entreprit de me sortir de ses bras, doucement, pour ne pas le réveiller. J’avais conscience que le changement de température allait surement le réveiller, mais avec de la chance, je serais déjà loin et il ne se dirait jamais qu’on avait dormit ensemble! J’aurais quand même dû mettre un pantalon pour la forme, mais c’était chiant un pantalon.


Une fois hors de ses bras, j’avais juste quitté la chambre le plus rapidement possible. Je n’allais pas prendre le temps de m’habiller, s’il se réveillait… non merci. Donc ouais, sortir de la chambre, refermer la porte et ensuite… bah, j’allais faire comme à mon habitude. J’avais donc ouvert l’ordinateur, allumer ma playlist sur aléatoire, mais j’avais réduit le volume. Déjà, j’entendais les premières notes caractéristiques d’Emilie Autumn. Ce qui me fit sourire, parce que c’était Gentlemen aren’t nice et je l’aimais bien celle-là. Bon en même temps… j’aimais ma playlist en entier en fait. J’avais été ensuite me servir un verre de jus d’orange. Un grand. Parce qu’il fallait s’hydrater en chassant le petit déjeuner. Je ne savais pas quoi manger, mais j’avais faim, ce qui était un excellent point. Fallait juste que je me rappelle de m’habiller quand il se lèverait, parce que ça pourrait devenir compliqué quand même. Donc ouais, chasser et s’habiller. Mes deux étapes pour le moment, on verrait pour le restant de la journée… plus tard.

 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Mer 15 Juil - 3:18



« Has fallen into your arms »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

     Déjà en cette heure matinale, le soleil commençait à frapper. La fraîcheur nocturne quittait déjà les murs, et la chaleur de la journée même lorsqu'elle était moins étouffante était bien moins agréable que la radiation humaine. À présent esseulé dans ce lit, tu n'avais plus rien à y faire. Rien, si ce n'est un sommeil s'étiolant lentement ne te retenait plus entre les draps. C'était déjà la seconde fois que tu émergeais en ce jour, mais cette fois serait la bonne. Impatient de savoir à quel point tu avais récupéré, dès le réveil tu as voulu tester ta vigueur, et c'est à la simple force de tes abdominaux que tu as arraché ton dos de son support. Ce n'est normalement pas là un immense effort, mais les restes de fatigue et d'usure ont vite fait de rendre la tâche titanesque.
Assis sur le lit dans la pénombre, la tête prise de vertige faute de s'être soulevée trop vite, tu respires longuement, et cherche les douleurs. Tes doigts viennent cueillir tes flancs, et ta langue parcours ta propre bouche à la recherche des traces d'hier. Le remène de Loon est décidément une véritable merveille, parce qu'en dehors de quelques -quoiqu'horribles- courbatures, ta guérison a été presque parfaite. Oubliés les hématomes, l'arcade et les lèvres fendues. Oubliées les bosses et les bleus. Plus que la cicatrice encore vive de la lame qui t'a taillé les flanc pour t'interdire la moindre tension de ta peau. Tes muscles endoloris faisaient de toute façon frein à tout espoir de vivacité. Aucun risque donc de rouvrir la plaie qui se fermait à peine. C'est d'une lenteur religieuse que tu as toi-même défait tes bandages, dans une obscurité qui ne te permettait que de deviner l'état des parcelles de ton corps qu'ils cachaient.
C'est un effort conjugué de chaque parcelle de ton être qu'il a fallu pour finalement te mettre debout, tes pansements trempés encore en main. Tu quittais la chambre avec le regard encore endormi, marchant lentement, boîtant presque, cherchant du regard les deux que tu aimes. Tes yeux n'ont cependant pu se poser que sur Aimée, encore en petite tenue, seule face à son verre de jus de fruit, bercée par un air que tu ne connaissais pas, et coincée dans cette état d'indécision matinale où même sachant quoi faire, on ne sait pas par quoi commencer. Tu lui as lancé un sympathique sourire qui tu l'espères sonnait à ses yeux comme un bonjour, et pas comme un  j'ai vu ta culotte. Parce que bon, elle n'était pas très habillée, mais c'était le matin et elle était chez elle. C'est pas comme s'il y allait avoir un problème particulier avec ça. T'es pas un animal, tu vas pas lui sauter dessus. C'est vrai que tu avais sauté sur Loon, mais Loon lui, il l'avait demandé. D'ailleurs en parlant de Loon... t'imagines qu'il a du partir travailler, quel que soit le travail qu'il exerce.

« Hey you. How was the night ? »

Trad:
 

De ton côté, en dehors de la frayeur que Loon t'a faite, t'as passé une assez bonne nuit. Une très bonne nuit d'ailleurs. T'avais oublié ce que c'était de dormir blotti contre quelqu'un que l'on appréciait vraiment, et c'était putain de bon. De cette nuit tu ne te rappeleras pas de tes rêves, ni de son baiser. Juste leur chaleur, à tous les deux. Leur présence rassurante dans la nuit. C'est sourire au lèvres que tu as pris tes aises, te servant lait et chocolat comme si tu étais chez toi, avant de finalement pousser le bol vers Aimée, qui tu le devines, n'avait sûrement pas encore mangé.

« Want me to heat it or d'you like it cold ? »

Trad:
 


 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Mer 15 Juil - 4:18



« Sweet berries ready for two Ghosts are no different than you. »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

Je m’étais levée, j’étais bien. En fait, j’avais vachement bien dormi. Peut-être pas tout à fait assez à mon goût, mais… rester coucher dans les bras de Shan’ n’aurait pas été raisonnable. En fait, dormir dans les bras de Shan’ n’avait pas été raisonnable. J’aurais dû me lever en même temps que Loon en fait. Bon aller ceci dit, on recommence quand? Non je rigole, c’est pas vrai. Donc, j’étais debout, ma playlist me donnait envie de danser mais la flemme matinale m’en empêchait. J’étais encore en pyjama, donc techniquement, j’avais le droit de flemmarder. Ouais, c’était souvent une excellente excuse pour rester en pyjama toute la journée. Je m’étais finalement prit un verre de jus d’orange, cherchant ensuite un petit déjeuner satisfaisant. Le problème, c’est que moi et les petits dej’, ça avait toujours fait deux. Genre, un peu de chocolat, une gorgée de liquide X et j’étais prête à partir, j’avais toujours été comme ça. Alors, encore maintenant, moi et manger le matin, ce n’était pas encore tout à fait ça. C’est une voix qui venait de me sortir de ma rêverie. En fait, c’était sa voix à lui. Pas de petit dragon? J’étais déçu là. Je lui avais rendu son sourire, pas un complet, mais un début de quelque chose. On était seul, en tête à tête, je… je n’étais pas douée pour ce genre de moment disons. Parce que Loon avait beau me dire que lui et Shan’ se ressemblait beaucoup, je n’aurais pas été capable de l’aimer comme mon frère. Un ami peut-être, à la limite, mais… je sais pas. Le lien fraternel… nope. En fait, si Loon était mon frère et que Shan’ et lui finissait par sortir ensemble, Shandro deviendrait mon beau-frère non? Ok, trop de réflexion matinale en fait. Moins de réflexion, plus de jus. Oh et une réponse à sa question en prime!

« Très bien et toi? » Et là, mes yeux se posaient sur ses blessures, qui étaient franchement mieux que la veille quand même! Mais je n’avais pas pu m’empêcher de rajouter : « Je t’ai pas fait mal quand je me suis levée? »

… Merde, non, t’es idiote ou quoi. Faut pas demander ça, pas comme ça. D’accord on s’en fou, il ne remarquerait pas. On ne dirait rien et puis voilà. Retourner chasser un petit déjeuner, ça, ça c’était la meilleure solution en ce moment. Il était passé près de moi, servant lait et chocolat. Il connaissait presque l’appartement mieux que moi. Bon d’accord, peut-être pas. En fait… peut-être que oui, sait-on jamais. Le pire, c’est qu’il me tendait le bol à moi, me demandant si je le prenais chaud ou froid.

« Hm, je préfère froid. » Et j’avais prit le bol qu’il me tendait, sourire léger aux lèvres. Ouais, il était léger, parce que je ne savais absolument pas dans quelle catégorie je devais me situer avec lui en ce moment. Le plus simple, c’était de repousser les gens, mais… il allait peut-être finir par devenir mon beau-frère, aussi bien que je sois gentille au final. Du coup, j’étais peut-être légèrement timide, je l’avoue. « Merci. » . Parce que oui, il méritait de l’entendre au moins une fois de ma bouche. Juste une, ça n’allait pas me tuer non plus. Donc, si je meurs dans les trois prochains jours, c’est de la faute de ce merci. Maintenant que ceci était dit, voilà, je redevenais l’associable de service. Non sérieux, je n’avais absolument rien à lui dire à lui! Genre Loon, quand j’avais un besoin de parler et que je ne savais pas quoi dire, je parlais de musique. Avec Shandro, maintenant que j’avais peut-être envie d’en apprendre d’avantage sur lui… je n’avais rien qui me venait en tête. C’était chiant. Alors j’avais déposé le bol sur le comptoir et je m’étais soulevé pour m’assoir pas bien loin de mon bol. Oui, à même le comptoir, j'étais chez moi je pouvais. En prime, Loon avait surement fait pire un peu partout dans l'appartement. Du coup, je n'avais aucun remord. J'avais récupéré le bol, les jambes dans le vide qui bougeait doucement en rythme avec ma musique qui brisait le silence. Une première gorgée, un léger sourire, sans le regarder vraiment pour dire tout simplement la vérité :

-En fait, tu devines surement, mais… je suis vraiment nulle avec les gens. Du coup… moi et les mots, c’est pas top.

Nope, moi j’étais une fille d’action. J’étais du genre à bouger, à sortir, à vivre ou du moins, à tenter de vivre. Rester enfermer dans un appartement à tenter de faire la conversation à un presqu’inconnu avec lequel j’avais techniquement dormi, ça me… je sais pas trop. Si j’en faisais une obsession? Peut-être un peu, je sais pas pourquoi. On va dire que c’était parce que c’était la première fois que je dormais avec quelqu’un que je n’arrivais pas à catégoriser dans la case « frères ». Le pire, c’est qu’il n’avait absolument rien fait, du coup, j’avais raison de dire qu’en fait, il n’était pas bien méchant.

 

 
[/i]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Mer 15 Juil - 18:19



« Has fallen into your arms »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

      Échange de regards silencieux, discussions en peu de mots. C'est Emilie Autumn à travers ses chansons qui faisait le gros de la conversation. Te retrouver face à elle en seul à seul était une nouvelle épreuve. Tant que Loon était là, tout allait bien. Loon tu as appris à le connaître, il était ton phare dans ce foyer, et puis Loon avait ce don pour éviter le conflit et tenter de mettre les gens à l'aise. Aimée et toi étiez le genre de personne à chercher et à provoquer les conflits, et c'est en grande partie pour ça que tu l'aimais. Son incapacité à aimer fait parfaitement écho à la tienne, sans pourtant en être le miroir. Vous pourriez devenir le genre de couple qui s'apprécie à travers des coups de poings et des engueulades. Le couple que tout le monde pense être chancelant, voué à exploser d'une seconde à l'autre, et qui pourtant traverse les épreuves là où ces prétendus duos parfaits ont échoué. Vous pourriez. Mais plus tu la regardes, et plus tu doutes de l'intérêt qu'elle est capable de te porter.

« Was fine. It doesn't hurt that much anymore. »

Trad:
 

Elle t'a accepté dans sa vie, elle ne te voit plus comme une menace, ni comme ce mec timbré qu'elle a rencontré au cimetière, et c'est sûrement à ton amitié avec Loon que tu dois ça. Elle te verrait presque comme quelqu'un de sympathique, mais tu risquais d'en rester là bien longtemps. Aimée n'est pas du genre à facilement ouvrir son cœur. Elle est extrêmement farouche, c'est un animal craintif dont la confiance ne se gagne qu'à petit pas. Tu sens qu'il y a quelque chose, tu es absolument persuadé de ne pas la laisser indifférente, mais au final, il te semble aussi que tout ça joue plus contre toi qu'avec toi. Pour elle, il n'y a que son frère. Il n'y a que le dernier des membres de sa famille qui a le droit de partager la moindre once de son intimité. Plus tu te rapprochera d'elle, et plus elle sera méfiante. Pour chaque pas que tu feras en avant, elle en fera deux en arrière, en te tendant la main pour mieux te pousser à continuer à la chasser. Comment ? Comment est-ce que tu pourrais la pousser à sauter en avant ? Comment est-ce que tu pouvais définitivement gagner sa confiance ? Tu ne voyais qu'une seule solution. Il fallait que tu deviennes sa famille avant de devenir son amant. Le seul moyen de se rapprocher d'elle était de devenir partie intégrante de son environnement et de son quotidien. Éteindre la méfiance en lui prouvant que tu étais une valeur sûre, et pas un électron libre. Mais pour ça, il faudrait du temps. Beaucoup de temps. C'était le cauchemard de l'impatient que tu es.

« I know 'bout it. I'm not any better than you are. Tu te verses à toi un bol de lait que tu mets par contre à chauffer. Seems like Loon's the one doing most of the talking. Not really like he talks that much, but feels like it's always him igniting the discussions. »

Trad:
 

Comme quoi, il était à la fois ton phare et le sien dans cette petite famille. Vous aviez en commun une relation très fusionnelle avec lui, mais lorsque vous, les extrémités de cette famille vous retrouviez sans lui, le lien semblait beaucoup plus difficile. Ou alors, c'est vous qui le rendiez volontairement plus difficile. Parce qu'au final, c'était bien plus simple de lui parler la première fois, lorsque t'en avais rien à fiche, qu'elle n'était qu'une fille un peu trop féroce, et que t'étais pas encore conscient de l'effet qu'elle te faisait. Les piques et le sarcasme étaient bien plus plaisants que le silence, et si bien sûr maintenant tu veillerais à faire plus attention à tes gestes, peut-être n'étais-ce pas une mauvaise idée que de te laisser aller à ton naturel culotté. Après tout, si par le plus heureux des hasards, tu arrivais à lui apprendre à t'aimer, tu ne voudrais pas qu'elle soit tombée amoureuse d'un mensonge.

« So... if I understood right, Amy's your name ? Would've expected something with a little bit more punch for a Lil'Dragon like you. Même si demoiselle a beaucoup douceur cachée. Instant de flottement. Welp. Dunno why I feel like jabbering french today. But hey, thinking about it, tell me, d'you speak french ? Cause a lot of people in New-Orleans do. »

Trad:
 


 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Jeu 16 Juil - 2:15



« Sweet berries ready for two Ghosts are no different than you. »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

God que ce n’était pas simple de dire quelque chose de pertinent le matin et encore moins à quelqu’un qu’on ne connaissait pas vraiment. Parce que c’est vrai, je ne le connaissais pas vraiment Shan’ je connaissais son nom depuis hier, il ne fallait pas trop en demander non plus. Je fus soulagée quand il me répondit que je ne lui avais pas fait mal. Parce qu’en fait, je n’avais aucune confirmation qu’il savait qu’on avait dormit ensemble ou pas et que je venais un peu de vendre la mèche, mais… s’il n’était pas au courant, c’était surement mieux comme ça. Parce que je n’avais pas envie de m’expliquer. J’étais la fille chiante et farouche, aussi bien le rester. Et donc je répondis simplement au fait qu’il allait mieux part un léger : « Tant mieux » . Et j’étais sincère en prime. Parce que bon, je ne l’avais pas réparé pour le tuer ensuite. C’était logique tout ça. En même temps, là, tout de suite, on avait rien à ce dire en fait et ça ne m’aidait pas. Je m’étais assise sur le comptoir pour boire le lait au chocolat tranquillement. Je lui avais balancé que j’étais nulle avec les gens, du coup, c’était clair pour tout le monde. En prime, il était nul dans ce domaine aussi. Voilà, c’était comme dire «  Toi et moi, bah on arrivera jamais à parler ». Il rajoutait que Loon était meilleur initiateur de conversation, il avait raison en prime. En ce moment, Loon me manquait, vraiment.

« Au moins, maintenant, on sait à quoi s’en tenir. »

Genre, aucun dialogue ni rien. Parce que j’étais nulle en dialogue, tout simplement. Se concentrer sur le bol était surement la meilleure solution du moment et prétexter une course XYZ allait surement achever ce silence vachement chien. Non sérieux, j’aurais aimé pouvoir simplement… je sais pas… lui parler, avoir un truc à dire, limite… être intéressante en fait, mais non. Je n’y arrivais pas, j’étais franchement nulle pour le coup. C’est lui qui brisa de nouveau le silence et mes prunelles remontèrent chercher les siennes. Sur le coup, je lui étais reconnaissante, vraiment. Il avait cru comprendre que mon nom était Amy. Non, ce n’était pas ça, mais… j’aimerais bien que ça le devienne, donc ouais, aussi bien qu’il me connaisse comme ça. Il aurait envisagé un truc plus claquant? Mais oh, imaginez s’il aurait su que je m’appelais Aimée en fait… il serait mort de rire, point barre. Non mais vraiment. J’avais relevé un sourcil interrogateur quand même. Un sourire naissant sur mes lèvres à l’entente de son français légèrement disloqué. Il ne savait pas pourquoi, mais il avait envie de parler français. Moi je savais pourquoi, parce que Loon lui avait susurré des mots doux en français dès le matin. Ça faisait envie quand même. Rajoutant que plein de gens de la nouvelle-Orléans parlait le français. D’accord, ordonné sa phrase, mettre les bons mots au bonne place. Remplacer le stupide mot que je ne me rappelais plus.

« Je n’ai pas appris ici, mais oui, je parle français. Je manque juste de pratique, beaucoup. Même si Loon le parle mieux que moi. »

Parce qu’au final, dernièrement c’est avec Loon que j’avais parlé français un minimum. Même si le parler avec Shandro, c’était franchement drôle. Le défi le plus difficile serait de tuer mon accent, parce qu’il était franchement visible, tandis qu’avec Loon, c’était vraiment moins le cas. J’allais devoir réviser mon français, même si l’idée d’apprendre l’allemand pour surprendre Loon m’amusait de plus en plus. Oui, j’adorais le surprendre celui-là, j’y pouvais rien.

« Oh et, pas besoin d'avoir un nom qui claque, je le fais amplement toute seule. J’ai pas de tendresse dissimulé par contre. En prime, comme ça, quand on découvre mon caractère de merde, y a une réelle surprise, c’est beaucoup plus drôle non? »

Et j’avais le sourire là, parce qu’au final, c’était exactement ça. Quand on me regardait à première vue, on ne pensait pas que je pouvais sauter à la gorge, ce qui était le cas. Il n’y avait pas de petite affichette « attention bête féroce » et ça aurait peut-être servit à quelques-uns en fait. Je faisais toujours aller doucement mes jambes nues conte le comptoir où j’étais assise, le bol en main. Le lait chaud, même au chocolat n’était pas ce que je préférais, loin de là. En fait, je n’aimais aucune boisson chaude. Je détestais le café, le thé, la tisane et le chocolat chaud… c’était bof. Ouais, je n’étais pas normal. Je réalisais maintenant que je n’avais pas vu l’utilité de m’habiller. C’était étrange venant de moi, mais il ne me faisait pas peur. Il aimait Loon non? Du coup, bah on s’en fichait pas mal de moi et de ma nudité. C’était bien fait la vie.

[i] « Si tu dis qu’ici beaucoup parle français, c’est le cas de ta famille? C’est comme ça que tu as appris? »

Ouais, maintenant qu’on avait un sujet de conversation, je n’allais pas vraiment le lâcher. En prime, j’avais une ouverture pour en apprendre plus sur lieu. Je ne connaissais rien à la Nouvelle-Orléans, mais bon, j’allais apprendre ça aussi au passage avec de la chance. J’avais des années à rattraper.

 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Jeu 16 Juil - 4:08



« Has fallen into your arms »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

 Énormément de personnes en Nouvelle-Orléans parlaient français, et ça ne t'étonnais pas le moins du monde qu'elle en fasse partie. Tellement pleine de surprises que les surprises n'en étaient plus. Ainsi on aurait pu qualifier Aimée. Ton oreille relativement avertie te signalait même qu'elle était d'ailleurs une oratrice bien plus expérimentée dans cette langue que toi, et à moins de cas exceptionnel, ça devrait te faire réfléchir. Ton père est français. Ton père parle couramment cette langue, et c'est en grande partie grâce à lui que tu peux la comprendre, mais le français n'a jamais été qu'une langue secondaire chez toi comme autour de toi. Quelques mots par-ci par-là, quelques expressions de temps en temps, des jurons envoyés à un marteau tombé sur un doigt, ou un quelconque reproche trop virulent. Lors des émotions fortes, c'est la langue natale qui reprends le dessus, et ton père n'est pas une exception à la règle. Il n'a cependant jamais réellement pris le temps de te parler dans sa langue. Tu as attrapé quelques uns de ses mots, et ton langage s'en trouve maintenant disloqué, par manque de grammaire et de vocabulaire que tu sais pourtant reconnaître. Qui aurait cru que tu puisse être à ce point chanceux, et trouver en les deux personnes de ta nouvelle famille, des personnes qui pouvaient t'aider aussi avec ce problème ? L'accent américain d'Aimée restait tout de même très prononcé à travers l'utilisation Européen, mais qui est-ce que t'étais pour t'en plaindre, toi dont l'accent Louisianais était tranché à en couper des montagnes ? Ça ne t'empêchait pourtant pas de laisser échapper les prémices d'un rire alors que tu sortais ton bol de lait chaud du micro-ondes.

« Loon est décidément vraiment plein surprises. »

Heureusement que tu n'en étais qu'à l'étape de mélanger chocolat et lait lorsqu'elle s'est remise à l'anglais, parce que sinon, il y aurait eu de grandes chances que tu te sois étranglé ( ça rime lel ). Un mignonnet petit prénom pour maintenir son sale caractère sous sceau, c'était une théorie qui se tenait. Et puis de toute façon, personne ne faisait jamais attention aux panneaux danger et aux avertissements, et ça c'est d'expérience que tu le savais, donc pourquoi se donner la peine dans son cas à elle. Tu étais par contre loin d'être d'accord avec elle sur son soi-disant manque de tendresse, même toi tu étais capable de tendresse, et de beaucoup de tendresse, pour ça, Loon en savait un rayon, alors pourquoi pas elle ? Tu as bien vu comment elle se comportait avec son grand-frère, et puis tes yeux et tes oreilles fonctionnent encore bien maintenant. Elle était tout ce qu'il y a de plus appréciable en ce moment-même. La musique qu'elle écoutait l'était un peu moins par moments, mais hey, tous les goûts sont dans la nature. Et puis, s'il n'y avait pas eu un minimum de tendresse dans sa petite personne, elle ne te plairait pas. Parce que c'est justement de savoir ce cœur fondant au milieu de la carapace de fer qui t'attire autant. Tu aimes autant l'armure que ce qu'elle renferme, et si l'un venait à disparaître, alors Aimée ne serait plus Aimée. En temps normal, tu l'aurais contredite, mais tu t'es contenté de soupirer, laissant par là entendre ton désaccord, sans vraiment l'exprimer par des mots. Aimée tenait à être vue ainsi, alors autant le lui laisser dire. Et puis, pourquoi gâcher une discussion que vous aviez enfin finalement réussi à lancer. Tu continuais sur ta lancée, des phrases pleines de trous et de faux-raccords, que tu prononçais pourtant sans réellement hésiter, bégayer ou réfléchir.

« Mon père est français, mais il ne me jamais appris son langue. Du coup, j'ai dû attraper quelque expressions. ( note l'absence du  - s – à la fin de quelques ) J'aurais bien aimé pouvoir m'exprimer meilleur, mais peut-être vous pouvez m'aidez. »

Et c'est là que la chose t'a frappé. Si elle n'était pas de la Nouvelle-Orléans, où les français étaient nombreux, alors Loon ne l'était pas non plus. Où alors est-ce qu'ils avaient appris ?

« Mais et vous ? Où vous avez appris français ? »

Des erreurs, des erreurs et encore des erreurs Shan, et pourtant, c'est en français que tu trouvais le moins de mal à lui parler.

 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Jeu 16 Juil - 4:47



« Sweet berries ready for two Ghosts are no different than you. »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

Comment on pouvait se retrouver à parler autant avec quelqu’un en si peu de temps? Aucune idée, mais j’étais heureuse qu’on ait trouvé une façon de tuer le silence. Pas que je n’aimais pas le silence, juste que… je sais pas. Je ne l’aimais pas avec lui, voilà. Genre, il était chez moi, je me devais de faire un minimum d’effort. Ça ou le mettre dehors, mais… je n’en avais pas envie. Du coup, discuter était la meilleure solution et je n’aurais peut-être plus la chance de le faire, qui sait. J’avais balancé que Loon était meilleur en français que moi, ce qui était vrai. Moi, j’avais un accent à trancher au couteau et je devais remettre les phrases dans le bon ordre dans ma tête avant de parler. En fait, j’avais tellement étudié la théorie, que ma syntaxe allait, mais je n’avais pas vraiment pu pratiquer. Je ne pouvais pas m’empêcher de sourire à l’entendre comme ça, en français. C’était amusant. J’étais finalement retourné à l’anglais parce que c’était plus fluide et je l’avoue, je n’avais aucune idée de comment le dire en français sur le coup. Surtout qu’on parlait de moi, Pourtant, monsieur n’était pas d’accord avec moi, il soupirait. Quoi? Qu’un soupire. Eh oh, il est où le combattant hein? Alors, je m’étais étirée pour lui donner une petite poussée du bout du pied. J’avais réussi à lui atteindre la hanche, la limite entre le pantalon et la peau, mais pas assez fort pour lui faire mal nulle part, promit. Je ne le briserais pas avant qu’il se soit complètement remit. . Oui, oui, je le provoquais pendant qu’il jouait avec du lait chaud. J’aimais vivre dangereusement que voulez-vous, j’avais surtout un petit sourire joueur en fait, mais bon, j’avais le droit, j’étais chez moi! J’étais sur mon territoire et pas lui, voilà.

-Quand on n’est pas d’accord, on utilise des mots dans cette maison monsieur. »

Et là, je riais pour de vrai. Parce que j’étais la première à faire le contraire. Parce que ce n’était tellement pas moi, mais je cherchais encore ce garçon qui s’obstinait avec moi pour un rien, qui m’avait tenu tête pour faire la route avec moi. Il était où le mec chiant que j’avais rencontré hein? Son amour pour Loon l’avait rendu guimauve? Peut-être. Si oui, valait mieux qu’il s’éloigne du micro-onde. Les guimauves et le micro-onde, c’est pas une bonne chose. J’avais donc reprit ensuite le sujet de conversation qu’on c’était trouvé. Le français, c’était marrant en prime. Donc, il me répondait toujours en français que c’est son père qui parlait français, mais qu’il ne lui avait jamais appris. Qu’il avait grappillé de lui-même qu’il aurait aimé être meilleur et qu’on pourrait l’aider.

« Tu es bien en français. Pour quelqu’un qui n’a pas eu de professeur directement. Loon est meilleur que moi par contre. Il est plus patient aussi.»

Parce qu’il avait saisi des mots ici et là en français et qu’il se débrouillait bien maintenant. Pour ce qui était de l’aide. Je le référais à Loon, parce que je n’avais absolument pas la fibre pédagogue, loin de là. En prime, ça impliquait de se revoir en tête à tête mille fois, de ne pas savoir quoi dire et c’était avec Loon qu’il aurait envie de faire ses têtes à têtes. Le plus agréable, c'était de récupérer rapidement les mots que je m'étais habitué d'apprendre. Genre, l'effort en avait valu la peine, parce que j'arrivais à un résultat correcte. Du moins, je pensais. Ma prononciation était intense, mais... j'avais mes limites quand même. Le problème, c’est quand il me demanda où moi et Loon on avait appris le français. Je n’avais pas envie de lui mentir et moi et Loon, on n’était pas vraiment frère et sœur, je ne pouvais pas me greffer à sa vie comme ça, sans son consentement. Du coup… j’avais simplement répondu.

« Ma mère m’a appris. »

Sans parler de Loon, mais si on lui demandait, sa réponse serait pareil, du moins… presque. Je n’avais même pas remarqué que je lui souriais depuis tout à l’heure en fait. Pas un énorme sourire, juste un petit, signe qu’en fait, bah je m’amusais bien. J’avais pris une nouvelle gorgée de mon lait. Fallait relancer la conversation, éloigner cette conversation de mon passé, parce que c’était compliqué tout ça.

« La première chose que tu dois faire. C’est apprendre à mettre tous les mots dans tes phrases. C’est… pratique et plus joli.

Parce qu’il allait me rendre folle à oublier ses déterminants. Voilà, c’est dit. J’étais une mauvaise pédagogue et déjà je le corrigeais. Au moins, la prochaine étape n’était pas encore les coups de règle sur les doigts. Je n’étais pas si nulle que ça non plus. Bon d’accord, peut-être une autre caresse du pied, euh… coup de pied. Ouais, un autre coup avec le pied serait une idée intéressante.

 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Jeu 16 Juil - 19:31



« Has fallen into your arms »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

 Voilà, ça c'était un parent qui se respecte. Heureusement pour ton père que la force de l'âge a commencé à le quitter, parce que sinon tu ne te serais pas privé d'aller te plaindre à lui, exactement comme tu l'aurais fait il y a 20 ans, comme quoi les parents des autres faisaient un meilleur travail que lui, et qu'il devrait faire un peu plus d'efforts. Mais dans ton cas actuel, c'était un peu trop tard pour lui faire la moindre remarque. Et puis ton père et son manque de patience congénital est loin d'être le plus grand des pédagogues, et là, ça s'entend à tes phrases déconstruites. Tu restais tout de même flatté qu'elle complimente ton français que tu savais très bien approximatif, mais ton français approximatif, et le sien bien mieux maîtrisé, ça voulait aussi dire que tu avais une nouvelle excuse pour la côtoyer d'un peu plus près, sauf qu'encore une fois, elle renvoyait la balle à Loon. T'aimes beaucoup Loon, et ce n'est pas difficile de se faire à l'idée qu'il soit un bien meilleur professeur qu'Aimée la dragonne à la mèche courte, mais toi c'est de la dragonne à la mèche courte que tu voulais, quitte à te faire gueuler dessus. De temps en temps, pouvoir élever la voix, ça fait un bien ou après tout.
Tu trouvais par contre difficile à imaginer que Loon soit particulièrement meilleur qu'elle. S'ils avaient eu les mêmes parents pendant toutes ces années, à moins qu'elle ait été un élève particulièrement turbulent, il n'y avait pas moyen que le niveau soit si disparate. Après, le français de Loon, tu ne l'avais jamais entendu, donc il était bien possible qu'elle soit dans l'exagération. Surtout qu'elle semblait savoir de quoi elle parlait quand elle tentait de te corriger, sauf que -pratique et joli- ça n'allait pas t'aider. Tu sais bien qu'il manque des mots à tes phrases, enfin quand il n'y en a pas trop. Tu as beau ne pas savoir très bien le parler, tu comprends parfaitement le français, et tu entends bien qu'il y a des choses qui clochent. Le problème, c'est que tu ne peux pas corriger toutes ces choses qui clochent si on ne te dit pas exactement ce qui cloche. Ce n'est pas parce qu'on est en face d'un incendie que l'on devient soudainement pompier.

« How d'ya want me to put all'o'dem words when I don't know all'o'dem words ? I mean, I know'em, for the most part, but my brains ain't got the required connections to put'em where they belong ! And I ain't pluggin this shiet all by myself. »

Trad:
 

Pousser un gueulante, et boire une gorgée de lait chocalaté. Que de bonheur dans quelques secondes. Décidément, toi non plus, la patience ce n'est vraiment pas ton truc. Tant pis pour Aimée, la douceur, la gentillesse et la lenteur, ce sera avec quelqu'un d'autre. T'as tes moments d'accalmie, mais t'es une grande gueule, et avec toi c'est plus souvent la tempête que le plat, alors autant qu'elle s'y habitue maintenant plutôt que d'être surprise plus tard. C'est pas comme si c'était une tendre de son côté non plus de toute façon, alors elle pouvait bien encaisser un peu de montée de volume.

« Just some basic teaching, and then I should be fine... I hope. Shouldn't take that long. At least you'll get to laugh out of the stupid thangs I say. And even if it goes slower than expected, we'll get to see each other more often... which is a good thing... right ? »

Trad:
 

Parce qu'elle semblait encline à te revoir. Du moins, en tout cas elle n'était pas encline à te chasser.

 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Jeu 16 Juil - 21:21



« Sweet berries ready for two Ghosts are no different than you. »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

C’était la vérité, mais parler de mon passé n’était absolument pas une bonne idée. Loon était mon frère depuis peu, en fait… il ne l’était même pas vraiment. Du coup, si je voulais que le mensonge tienne, je devais me greffer à sa vie, mais pour ça… fallait lui demander un minimum avant, c’était moi le parasite après tout. Au moins, la matinée commençait lentement, mais elle commençait bien. On arrivait à parler un tant soit peu, donc pas trop de long silence, ce qui me plaisait. Je détestais le silence et même si j’avais ma musique derrière qui passait de Emilie, à a7x, Rammstein, Oophm!, plein de truc que j’aimais au final et que Loon aussi. Parce qu’on ne se le cacherait pas, j’avais tendance à lui voler sa musique. En fait, le seul truc à lui que je ne touchais pas, c’était ses pornos, voilà.

Finalement, on parlait français et c’était drôle, c’était bien. Il n’y avait pas vraiment de gêne entre nous, c’était surtout un manque de… bah de truc à dire.  Donc, une fois un sujet lancer, aussi bien en profiter, pourtant, au bout d’un moment il revint vers l’anglais. Je l’écoutais me dire qu’il ne pouvait pas rajouter les mots s’il ne les connaissait pas. C’est qu’il était logique en prime. Rajoutant qu’il n’avait pas les connexions cérébrales requises pour ça. Qu’il n’y arrivait pas tout seul. Le mieux, c’est qu’il avait haussé le ton, ce qui me fit sourire. Voilà, on retrouvait le mec que j’avais rencontré. C’est donc par habitude que je lui avais répondu :

« Je peux faire l’effort de te dire les mots qui manque, c’est pas un problème. »

Parce qu’entre dire les mots manquant et lui enseigner véritablement, il y a tout un monde hein, on est d’accord. En même temps, si ça pouvait me donner un truc à faire et une conversation avec lui jusqu’à ce qu’il parte, moi ça m’allait. Sauf que là, on parlait de français, mais on ne parlait pas en français. J’avais donc continué de balancer mes jambes doucement, ne touchant plus le sol, buvant mon lait au chocolat jusqu’à ce qu’il reprenne la parole. En fait, il voulait que ce soit moi le prof de français. Le pauvre, il n’avait pas choisi la meilleure, loin de là. Oh. Il faisait vraiment ça? Oh oui, il le faisait vraiment. Il mentionnait au passage que s’il était plus lent, on pourrait se revoir pour ça. Genre… nope? Parce que bon, je m’explique:

« Hm, j’aime pas trop l’idée. On va faire l’inverse. Je t’aide et on se revoit pour ça. Si je ne note pas de progrès. On arrête. Comme ça, si tu veux des cours, va y avoir une motivation à progresser. Ça te va? »

Quoi? Vous aviez vraiment cru que j’allais le rembarrer encore? Bah j’aurais pu, ça aurait été drôle, mais… moins pour lui et je ne pouvais pas toujours être celle qui s’amuse. Du moins, pas quand il y avait une possibilité de s’amuser tous les deux. Donc, j’avais plus ou moins accepté, mais j’avais relevé son niveau de difficulté. Genre, la première fois qu’on c’était vu, il ne voulait pas me laisser partir seule. La logique voulait qu’il n’ait pas vraiment envie de se débarrasser de moi le plus rapidement du monde. Je n’allais pas donner lui donner un envie de stagner, donc aussi bien mettre la barre haute. En prime, il pourrait surement demander des mots à son père et tout. Il était un grand garçon, il pouvait réviser à la maison.

« Mais pour ça, faut parler français. Alors, parle français pour que je me moque un peu de tes expressions. »

Toujours avec le sourire, j’avais finalement terminé de boire le bol. Je l’avais délaissé près de moi pour me concentrer un peu sur lui. Je n’avais rien à faire de mieux que de balader mon regard ici et là dans la pièce. Le détailler un peu, ce qui n’était pas plus mal. J’apprenais à le connaitre, doucement. C’était maintenant mon élève après tout, j’avais le droit donc. En prime, l’inviter à la maison ferait surement plaisir à Loon non? S’il le voyait plus souvent. Je ne sais pas, peut-être. Surement. Au pire, j’allais lui demander, tout simplement.

 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Ven 17 Juil - 2:42



« Has fallen into your arms »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

  Ah ! Maintenant elle commençait à parler sérieusement, par contre toi tu as décroché, et tu l'as emporté avec toi. Chassez les mauvaises habitudes et elles reviennent au galop, l'Anglais de la cambrousse que tu maîtrises comme pas deux a repris possession de tes lèvres et en a complètement chassé tout espoir de construction d'une phrase en français. Au moins, grâce à elle, tu saurais comment combler les lacunes des prochaines phrases. Ce ne serait pas un réel enseignement avec de la pédagogie, une méthode, une ligne directrice et tout le baratin éducatif, mais vous passiez un bon moment, et tu es quand même assez malin pour remettre en contexte les mots qu'elle te donnera et essayer de comprendre le pourquoi du comment. Tu vois un peu comment les rouages fonctionnent, faut juste qu'on te donne les bonnes clefs pour les actionner, le reste ça ira tout seul. Et puis une occasion de te rapprocher encore un peu d'elle, et de lui donner le sourire, c'était toujours bon à prendre. Femme qui rit à moitié dans son lit comme on dit. Après, pousser ladite femme à faire quelque chose dans ledit lit, surtout avec celle-là, ça risquait d'être un peu plus compliqué que de l'y amener. C'est pas comme si tu n'avais pas déjà dormi avec elle après tout. La méfiance était éteinte, mais l'instinct de marchandage était toujours là par contre. Et c'est qu'elle était vraiment dure en affaires. Parce que, où est-ce que t'y gagnais toi ? Si tu progresses pas, on arrête, et si tu progresses, ça finit plus vite. Dans tous les cas tu te fais gruger en fait.

« C'est que tu essaies de te débarrasser de moi ! Parce que dans tous les cas moi je finis à la rue ! »

Cette phrase-là, tu la connais trop bien pour y glisser la moindre erreur. Ta mère adorait faire tourner tout le monde en bourrique, et ton père lui servait systématiquement cette réplique lorsqu'elle lui proposait un énième marché qui ne serait jamais à son avantage. D'ailleurs en général, c'était ponctué d'un juron quelconque ou d'une onomatopée cocasse. La pensée de ton père encore assez vigoureux pour se laisser aller à de longues heures de débat sans issue avec ta mère te mettait un peu de joie dans les pensées. Peut-être qu'un peu de joie dans les pensées t'aiderait à formuler, on apprend plus vite en s'amusant.

« Parce qu'avec ton règle, si je progresse, on finit vite, et si je progresse pas, on arrête. »

Oui, en dépit de cette petite erreur, tu es définitivement plus doué lorsqu'il s'agissait de ronchonner. Tu finis ton lait d'une traite, avant de retourner fouiller dans les placards. Tu voulais sincèrement que ça te tienne, mais en tant que grand garçon avec un appétit de grand garçon, te fallait un peu plus que ça tout de même. Le lait n'avait fait que te mettre en appétit, et quant à l'agitation qui commençait à te prendre maintenant que tu te sentais à nouveau à l'aise, elle finirait de t'achever. Une poële de l'huile et quatre œufs ont vite fait de se retrouver sur le feu, tes yeux pétillant d'impatience en attendant leur cuisson, tes mains versant dans la préparation épices et condiments. Rien de tel qu'une bonne vielle omelette pour commencer une journée.

« Le lait c'est sympathique, mais ça ne remplit du tout pas l'estomac. Tu veux que je cuisine quelque chose à toi ? »

Et venait encore une phrase que tu as entendu encore et encore.

« Moi je crève de faim. »

 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Blood Red Reunion   Ven 17 Juil - 7:12



« Sweet berries ready for two Ghosts are no different than you. »

Aimée – Loon - Shandro
featuring

On discutait, on le faisait bien, mais dès qu’il haussait un peu le ton, il reprenait sa langue natale sans difficulté aucune. J’allais surement finir par m’en amusée d’une façon ou d’une autre. Surtout qu’il me demandait à moi de lui montrer, chose que j’étais surement capable de faire un minimum, même si je n’avais absolument aucune fibre pédagogue en moi. Genre, je n’aurais pas pu lui enseigner du début, mais il se débrouillait assez bien pour que j’y arrive un minimum. Au final, avoir cinq ans pour étudier une langue, ça m’avait rapporté un minimum. J’avais finalement passé un marché avec lui, parce que sa proposition n’était pas la meilleure du monde. Il n’avait qu’à flemmardé pour que je sois coincée avec lui pour un temps indéterminé. Du coup, nope, nouvel accord. Manquait juste qu’il accepte, chose qu’il n’avait pas vraiment fait. Le pire, c’est qu’il m’avait surprise, il n’y avait pas de faute dans cette phrase, ce qui me fit sourire. Je ne savais pas trop d’où il finissait à la rue, mais bon, on allait jouer le temps que ça durerait non? Il rajoutait même qu’il y perdait avec ma règle, parce que s’il progressait on finirait pas arrêter et s’il ne progressait pas, on arrêtait. Du coup, moi je gagnais sur tous les tableaux, c’était bien comme ça non? Moi j’aimais bien. Alors, je lui fis un sourire joueur, rajoutant d’abord :

« Parce qu’avec ta règle, si je progresse, on finit vite, et si je ne progresse pas, on arrête. » Parce que c’était mon job quand même de corriger et j’aimais bien le faire, fallait l’avouer. Donc, j'avais mit l'accent sur le "ta" et sur l'absence de "ne", rajoutant : « Mais le ne… personne ne le met vraiment. Sauf que si tu écris, c’est bien de savoir qu’il existe le ne. » Vrai quoi, moi j’avais appris dans les livres pour la plupart de mes connaissances. Donc, j’étais meilleure à la lecture et à l’écriture qu’à l’oral, ce qui était étrange quand même. « Mais si tu veux, on peut aussi ne pas jouer. Moi ça me va. » Haussant les épaules de façon complètement détaché. Il avait le choix, on arrêtait maintenant ou on arrêtait plus tard. Non, je n’allait pas vraiment m’en laisser imposer par personne, jamais. J’allais quand même être agréable un minimum.

« Mais… si c’est agréable. Je peux toujours trouver un truc que toi tu pourrais m’apprendre en échange, plus tard, peut-être. »

Parce que les gens comme Loon, souvent l’espoir les faisaient vivre. Du coup, si Shan’ lui ressemblait comme Loon le disait, ça fonctionnerait. En fait, je lui donnais le choix entre l’espoir ou perdre sur tous les tableaux. En fait, je n’étais pas une excellente joueuse au jeu des compromis, pas si je ne gagnais pas. Il avait terminé son lait, le mien avait suivi peu de temps après. Déjà, il recommençait à chasser dans le frigo à la recherche de plus. S’il se pointait souvent, on allait peut-être pouvoir lui réclamer une part pour les courses non? Il allait surement faire une omelette, rajoutant que le lait c’était bien, mais que ce n’était pas assez, demandant si je voulais qu’il me cuisine quelque chose à moi. Lui il crevait de faim. Donc déjà…

« Mais ça ne remplit pas du tout l’estomac. Veux-tu que je cuisine quelque chose pour toi? » Parce que je ne devais pas oublier les fautes.Mettre l'accent sur le pas du tout, appuyé sur le pour, fallait qu'il voit les fautes. J'étais finalement pas si nulle. Ensuite… Est-ce que j’avais faim? Peut-être, peut-être pas, j’en savais rien. Moi et les petits dej, ça n’avait jamais été vraiment ça en fait. Donc ouais…

« Je ne dis pas non. Je veux bien comme toi, mais euh… plus petit? »

Parce que je me connaissais, jamais 4 œufs pouvaient rentrer dans mon estomac. Genre, limite deux, je ne finissais même pas mon assiette. Donc ouais, estomac de moineau versus lui. Maintenant, fallait voir si j’étais gentille ou pas. Est-ce que je l’étais? Ouais, pourquoi pas. Ça pouvait être drôle finalement.

« Je rajoute une règle pour que tu y gagnes un peu. Si tu fais une phrase satisfaisante complète sans faute. Tu peux demander un truc, genre une récompense comme tu veux. Au pire, si je n’aime pas ton choix, je te fais changer, mais sans te frapper. »

Oui bon, il n’y gagnait pas totalement au change, mais… c’était le mieux que je puisse faire pour le moment. Pour qu’une phrase soit satisfaisante, fallait qu’elle soit un minimum longue, sinon ça ne comptait pas. Parce que bon, trois mots c’étaient trop peu cher payé pour le droit à une récompense au final.
 

 
Revenir en haut Aller en bas
 

Blood Red Reunion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Recherche co admin - forum RPG True Blood [Urgent]
» Alexander Skarsgård, Stephen Moyer, Rutina Wesley... - URGENT TRUE BLOOD
» BLOOD AND GLORY (27/07)
» Configuration bbox pour le jeu PC blood bowl édition légendaire . Port16962
» Blood Empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-