AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We just wanna party!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We just wanna party!    Mar 28 Juil - 5:26



« It's all about fun and games, Until I hurt somebody »

Loon & Aimée
featuring

Non mais moi, je ne faisais que nommer l’évidence hein. Genre, quand je branchais un truc, si l’autre bout n’était pas brancher, bah ça ne marchait pas. C’était surement pareil pour les petits machins détachables des zombies. Je gérais ma vie sexuelle et sentimentale au strict minimum requis et Loon lui, vivait comme il l’entendait. C’était quelque chose de clair entre nous, mais personne ne nuisait volontairement à l’autre avec ça. Bon d’accord, parfois monsieur m’embêtait avec ma virginité, mais… il pouvait bien. Moi, je l’embêtais sur le fait d’être trop… bah trop, voilà. Pour l’idée de baiser dans un cimetière, avec les petits copains de Shandro qui regarde… hm, non merci hein.

« Je l’ai vu faire… mais je sais pas trop quoi. Je pense qu’il se l’est joué ghostbuster avec l’esprit qui m’embêtait pour l’enfermer dans un truc. Mais j’ai oublié d’écouter quand il disait ce qu’il faisait. »

Parce qu’au final, j’étais une étudiante médiocre quand il s’agissait d’écouter quelqu’un parler. Je n’y pouvais rien. Il était finalement passé derrière moi pour feindre la peur, me faisant rire au passage, parce que ce n’était pas très bien réussit. Il voulait partir, moi ça m’allait. Je commençais sincèrement à tomber de sommeil et l’alcool, même si elle commençait tranquillement à se dissiper… était encore belle et bien présente. J’avais tellement soif que j’aurais pu boire un bain complet. Oh et j’étais très sage! Lui aussi! Bon d’accord, on ne l’était jamais, mais c’était toujours drôle de le souligner bon! J’avais finalement mentionné que je savais plus ou moins où se retrouvait l’appartement d’ici. Parce que je savais où était mon appartement et que je faisais souvent le trajet entre les deux. Souvent en Tramway, mais aussi à pied, alors ça allait. Il n’avait pas envie de se faire violer par quique ce soit dans un coin sombre.

« Ça va, je défendrai ta vertu. »

Et j’en mourrais peut-être et tu devras tuer nos assaillants et au final, tu feras de la prison. Ah non, ce n’était pas ça le restant de l’histoire, mais sur le coup, ma propre phrase m’avait laissé un goût amer en bouche que j’avais chassé toute seule comme une grande. Donc! Le chemin. J’avais suivit Loon jusqu’à la grille qui hurla pratiquement de douleur dans un grincement lugubre quand on la bougea. Une fois sortie, je pris les devants. Je savais le chemin même si parfois, je m’arrêtais pour regarder l’endroit où on était, avant de reprendre une nouvelle direction. J’avais d’abord sourit en lui faisant les poches. Je m’amusais et je voulais de la musique. Je n’avais pas envie d’utiliser des mots. J’étais trop crevée pour ça. Je lui avais ensuite fait les yeux de la petite sœur chiante qui vous aime plus gros que le monde et qui veut très très fort obtenir ce qu’elle demandait. Elle adorait la musique, c’était triste de devoir s’en passer et elle n’allait pas chanter dans les rue de la Nouvelle-Orléans pour simplement avoir de la musique.

« La prochaine fois… faut vraiment se trouver un chauffeur désigner. Ça serait vachement pratique. »

Genre un ami de Loon, n’importe quel. Un qui sait conduire et qui ne boit pas. Comme ça, pas besoin de marcher. Oui, j’étais opportuniste et peut-être légèrement profiteuse, mais… on s’en fichait au final non? 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We just wanna party!    Mar 28 Juil - 12:34

Elle sait pas trop quoi.

« Tu l'as vu baiser avec les fantômes ?! »

Mais non Loon, arrête de psychoter et retire plutôt ton cul de ce cimetière. Et en riant, parce que Aimée qui défend ta vertu, laisse tomber, elle défend très bien la sienne, c'est pas le problème. Mais pour ce qu'il reste de la tienne...il n'y a ma foi, plus grand chose à défendre. Tu refermes la grille derrière vous et Aimée en profite pour te tripoter les cuisses. Non mais, elle va se calmer celle-là ?! Elle a bien de la chance que tu ne sois pas attiré par les femmes. De plus, on ne trouvera pas grand chose d'autre dans tes poches que tes cigarettes et ton...ah, ton baladeur, c'est ça qu'elle veut et qu'elle te supplie de sortir en te faisant ses yeux de merlan frit. Saisissant la petite chose enroulée dans le fil des oreillettes, tu la lui tends de manière désinvolte.

« Tiens, débrouille toi, j'ai la flemme de le démêler. Et je sais pas si je suis cérébralement apte à le faire d'ailleurs. »

Tu acquiesces tout de suite lorsqu'elle propose de se trouver un chauffeur la prochaine fois ; c'est en général ce que font les gens intelligents, il sortent en groupe et choisissent une personne qui reste sobre pour les raccompagner lorsqu'ils seront tous en train de ramper sur le sol. Tu n'as cependant aucun ami dans ton entourage qui accepterait de faire ça, tes proches seraient bien trop heureux de se murger la gueule et il est hors de question que quelqu'un d'autre que toi conduise ta voiture, au prix que ça coûte, cette pompe à fric !

« L'appart est à cinq minutes d'un arrêt de tram, doooonc... »

Vous atteignez le quai et tu sautes simplement sur la voie ; plus aucun tramway ne passe à cette heure là, vous ne risquez donc pas de vous faire écraser.

« On va suivre les lignes de tram'. »

C'est sans conteste l'idée la plus lumineuse que tu as eue ce soir – en mettant de côté les discussions particulièrement sérieuses que vous avez eues lorsque vous étiez encore à peu près sobres. Fier de toi, tu commences à suivre les rails vides qui ne vibrent plus des passages du véhicule. Tu ne marches pas spécialement droit mais personne ne pourra te le reprocher, il n'y a personne dans la rue, et Aimée, franchement, elle n'a rien à dire. Et puis de toute façon tu es tellement perché que tu ne te souviendras certainement pas de cette soiré et de la nuit qui a suivi.
Cette technique est la plus répandue quand on est nouveau en ville, puisque le tramway dessert les grands points de la ville. Au début d'ailleurs tu ne parles pas en rues, tu parles en arrêts de tramway pour te situer, et quand tu es perdu, tu suis les lignes, car tu es ainsi sûr de retrouver ton chemin.
Et comme vous êtes complètement torchés, vous êtes un peu nouveau, vous regardez la ville d'un œil transformé, celui de la nébuleuse alcoolisée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We just wanna party!    Mer 29 Juil - 5:13



« It's all about fun and games, Until I hurt somebody »

Loon & Aimée
featuring

J’éclate de rire à sa première remarque. Imaginer Shan’ faire du rentre dedans à un fantôme est juste… trop drôle pour mon pauvre petit cerveau fatigué, voilà. Maintenant, fallait que je réponde avant que Loon se mette à imaginer n’importe quoi à propos de son… bah de son ami.

« Nah, mais je l’ai vu dressé un fantôme. Juste que bon… je me fichais un peu de la technique employé tant que ça me débarrassait du truc chiant. Pour avoir rencontré les deux… je préfère de loin les rôdeurs, ils sont tangibles eux au moins. »

Vraiment, j’aimais beaucoup plus les rôdeurs et les voir aller, ça me rappelait le nombre de zombie dégommé dans des jeux vidéo. Genre, c’était un entrainement de choix, vraiment. On était finalement sortie, ou pas, je ne savais pas trop, mais je voulais son baladeur. Oui, j’étais une très mauvaise chapardeuse avec Loon  et à cette heure. En fait non, avoir voulu, j’aurais été douée, mais je ne le voulais pas. Il me l’avait finalement donné, mais en me donnant le job chiant de démêler les écouteurs. Oh god, ça n’avait jamais semblé être une tâche aussi complexe en fait.

« Je doute aussi maintenant que t’en parle. »

Mais je voulais vraiment un fond sonore! Alors mes yeux c’étaient plongé vers cet amas de fil difforme. On aurait dit un plat de spaghettis, mais tout noir et en une seule pâte. Non, deux en fait. Non en fait… une et demi. Euh… non, pas une et demi. Disons genre une d’un bout et deux de l’autre… d’accord, on change de sujet, j’allais finir pas me donner mal au cœur à trop réfléchir comme ça. Je le suivais donc, défaisant (ou en empirant) le cas des écouteurs. La prochaine fois, faudrait quand même un chauffeur attitré et là, je tentais d’imaginé n’importe qui avec le petit look chauffeur, avec petit chapeau et gant pour vous ouvrir la portière. Il était mignon Shan, comme ça en fait. Donc ouais, démêler les écouteurs, avancer, se chercher et Loon avec la meilleure idée du monde! Genre, on allait suivre la ligne de tram’ et on allait finir par trouver.

« Bonne idée! »

Parce que Loon il avait toujours des bonnes idées. Parce que Loon, il était parfait au fond et que c’était très bien comme ça. On c’était rendu sur les rails quand un simple « Je l’ai! » m’échappe. La joie vous comprenez? Genre, j’avais démêlé le truc et je prenais finalement mon écouteur en démarrant la petite chose aléatoire qui nous servait de laisse, mais aussi de meilleure amie la plupart du temps. Je lui avais finalement tendu l’autre écouteur, parce que j’avais envie de partager. Oui, j’étais adorable comme ça, je partageais ce qui n’était pas à moi. Une fois la laisse posé et installée, j’avais glissé mon bras sous le sien pour pouvoir marcher avec lui. Fallait avouer que c’était une tactique infaillible. S’il tanguait qu’un coté, moi de l’autre, il y avait la possibilité de marcher droit à un moment. C’est comme ça qu’on marcha encore et encore. Non mais sérieusement, c’était long. Genre, pas tout à fait New-York / Nouvel-Orléans, mais presque.

«La dernière fois que j’en ai eu autant marre de marché… c’était en me tapant New York / NO je pense. Je veeuuuxxx mon llliitt. Euh… le tien, le miens… même combat. »

Parce que j’étais une gamine chieuse ce soir et que je m’assumais. En même temps, j’aurais surement passé tout droit sans m’en rendre compte. J’étais saoule et épuisée, rien de bon pour me demander de réfléchir.

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We just wanna party!    Mer 29 Juil - 10:00

Pas étonnant que Shandro aie dressé des fantômes, ça semble bien son genre ! Tu commences à avancer, laissant derrière toi une Aimée aux prises avec les oreillettes de ton baladeur parce que tu ne serais pas foutu d'y entremêler tes doigts pour en faire quoi que ce soit. Tu ne marches même pas droit, le décor tangue dangereusement, les lampadaires ondulent et les lueurs qu'ils émettent se détachent dans le ciel comme pourvues d'une volonté propre. Tu marches pourtant plutôt vite car Aimée te semble loin, très loin derrière toi. Tu te stabilises bientôt sur tes jambes, l'alcool commençant à se détacher de toi. D'ailleurs, il y a autre chose qui commence à se détacher de toi et si tu ne la laisse pas s'échapper correctement, ça risque de faire désordre.

« Attends-moi une seconde, et pars pas avec mon baladeur, je te retrouverai ! »

Sans attendre sa réponse, tu te fonds dans l'obscurité d'une impasse avant d'exposer ton arsenal au mur de pierre froide que tu gratifies d'un salut humide d'une longueur déconcertante. C'est dans ce genre de situations cocasses que tu remercies le ciel de t'avoir affublé du sexe masculin. Tu remontes rapidement ton jean sur tes hanches avant de regagner la rue, comme si de rien n'était. Ta vessie pleine t'alourdissait tellement que tu as désormais l'impression de voler. Vibrante de joie, Aimée t'annonce qu'elle est venue à bout des oreillettes de ton baladeur et t'en donne une avant de déclencher le bazar et de passer son bras sous le tien, certainement plus pour s'empêcher de tomber que par pure affection. Vous déambulez ainsi sur la ligne de tramway, dans les rues vides et silencieuses de la Nouvelle Orléans étouffée par la chaleur estivale. Tu éprouves malgré le rythme entraînant de la musique, la désagréable impression de tirer la jeune femme. Vos pas s'alourdissent et tu finis par perdre patience.

« Aimée tu nous ralentis. Si tu continues comme ça on va arriver à l'aube. »

Te débarrassant de ton oreillette, tu passes devant elle avant de brutalement t'accroupir, de tendre les bras derrière toi et de la saisir par les cuisses. D'une impulsion, tu te redresses sur tes jambes et tangues dangereusement avant de prendre enfin ton équilibre. Le décor danse plus que jamais, alors que les cuisses de ta sœur épousent tes hanches, son torse ton dos, ses jambes pendant dans le vide. Elle est terriblement légère, une véritable crevette.

« C'est parti ! »

Effectivement malgré ton état, la marche est soudain beaucoup plus rapide. Tu laisses a Aimée le loisir du fond sonore tandis que tu continues de suivre les rails jusqu'à ce que tu trouves un arrêt familier, enfin, plus familier que les autres. Vous quittez le Nord de New Orleans comme en atteste l'état des rues et des bâtiments. Ces derniers se font rapidement moins hauts, les rues sont plus larges, deviennent des avenues, mieux entretenues. Le French Quarter s'étend bientôt à vos côtés avant de disparaître derrière vous. Le Old Asinthe a fermé depuis longtemps, le campus de Tulane est plus désert que jamais. Au loin, une lueur rose apparaît à l'horizon. Tu fronces les sourcils.

« On dirait bien qu'on a veillé toute la nuit. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We just wanna party!    Jeu 30 Juil - 3:28



« It's all about fun and games, Until I hurt somebody »

Loon & Aimée
featuring

En même temps, on me demandait à moi d’être clair sur un truc que je ne comprenais même pas. Si au moins j’avais vraiment demandé qu’on m’explique je ne dis pas, mais ce n’était jamais tout à fait arrivé. En général, quand une question survenait, je l’a posais à Loon en mode : « J’ai été enfermé dans une grotte pendant 5 ans » et il comprenait bien. Il m’avait donné son baladeur pour que je démêle ses foutus fil et ensuite et avait été pissé contre un mur, avec toute la facilité que la vie avait donné aux hommes, mais pas aux femmes. Ce n’était absolument pas juste. Genre moi… limite fallait que j’enlève des morceaux pour y arriver proprement. Le pire, c’est que j’avais envie de pipi, mais… j’allais finir par attendre et oublier, comme d’habitude.

« Je ne vais pas me sauver, j’ai ce machin à démêler avant. »

Parce que ça prenait sérieusement 100% de m concentration et que je ne le suivais de mon mieux, même si mon mieux faisait pitié quand même. Finalement, j’avais réussi à les démêler! Fleurs et paillettes sur moi, parce que j’étais merveilleuses et talentueuses même saoule. Bon d’accord, fallait avouer que ça m’avait pris mille ans et demi, mais… on s’en fichait au final. Moi j’étais fière bon! Le problème, c’est que même avec la musique, mes pieds faisaient des siennes. En même temps, ce n’était pas de ma faute si le chemin ce l’a jouait bateau de plaisance. Bon d’accord, c’était peut-être de ma faute… non. Non ce n’était pas de ma faute, c’était celle de l’alcool. Moi, j’étais pure et innocente! En prime, monsieur s’en plaignait! Non mais genre, je n’y pouvais rien moi si malgré la taille de mes jambes, je n’arrivais pas à faire d’aussi grande enjambée que lui. Il avait dit ça sur un ton impatient. Il se déplaçait et il enlevait son oreillette. Oh putain, il allait m’abandonner! Ou pas… non parce qu’en fait, il se foutait devant moi et sans trop que je comprenne il me saisissait les cuisses. Réflexe numéro 1 : Retenir l’espèce de petit cri de surprise. Réflexe numéro 2 : m’agripper à son cou pour ne pas mourir. Promit, j’avais fait ça avec toute la gentillesse du monde, faut pas s’imaginer n’importe quoi! Réflexe numéro 3 : Craindre pour ma vie s’il tombait. Sauf qu’il tenait bon et que finalement, on était en route. J’avais retenu un… oh non, je n’avais rien retenu du tout en fait et j’avais balancé un petit :

« Uh Dada! »

En déposant un baiser sur sa nuque en éclatant de rire. Ouais, demain on ne s’en rappellerait plus. Pitié, on ne s’en rappellerait plus. Donc ouais, je m’étais tenue à lui, plaquant mon corps contre le sien pour ne pas mourir ou pire, tombé. Plus on avançait, plus les rues changeaient, mais j’avais fini par appuyer mon front contre son épaule. J’étais fatiguée, vraiment. Pourtant, j’avais relevé un regard rempli de fatigue quand il avait dit qu’on avait veillé toute la nuit. J’avais regardé et j’avais vu le soleil se lever doucement. Oh, il était si tard… euh… si tôt?

« C’est beau »

Parce que j’aimais voir le soleil se lever, je trouvais ça jolie, mais là, j’étais complètement crevée. Alors j’avais laissé ma tête retomber près de son cou. Puis, tout devint noir. Parce qu’au final… je pense que je m’étais endormie, mais ce n’était pas de ma faute… il était confortable Loon.

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We just wanna party!    Jeu 30 Juil - 10:27

Il y a quelque chose de poétique dans cette image qui vous représente l'un sur l'autre, toi l'étalon de la princesse complètement bourrée, les écouteurs pendant de part et d'autre de tes épaules, l'aube rose jetant sur le sol l'ombre de votre créature mythique. Dans un pathétique affligeant, tu pénètres dans la solitude de l'éveil tandis qu'Aimée, épuisée, lâche prise sur ton dos, l'alourdissant davantage, laissant sur ta nuque le sillon électrisant de son baiser. Tu ploies légèrement non sous son poids, mais sous le joug de ta propre fatigue, te maîtrisant à grand peine. A ta grande satisfaction, tu vois cependant se dessiner sur le côté de la rue l'immeuble que tu habites avec elle, Bourbon Street. Il est si tard que ton badge n'est pas nécessaire pour entrer dans le hall. A partir de six heures du matin, un coup d'épaule dans la porte suffit pour la faire céder. Vous avez donc vraiment veillé toute la nuit.

Heureusement, tu n'as pas à passer la terrible épreuve de l'escalier puisque l'ascenseur semble avoir été réparé. Du bout du nez, tu l'appelles en appuyant sur le bouton, avant de pénétrer dans la cage qui s'ébranle rapidement jusqu'au quatrième étage. Tu vous traînes ensuite sur toute la longueur du couloir avant de parvenir devant ta porte. La nausée te gagne ; ah, non, pas maintenant, implores-tu à ton corps épuisé. Passant ta main sous le genou d'Aimée, tu tires le trousseau de clés de ta poche avant d'essayer tous les fragments de métal dans la serrure jusqu'à ce que l'un d'eux rentre enfin. Le mécanisme cède douloureusement et la porte s'ouvre.
Tu n'as même pas besoin d'allumer la lumière puisque celle du jour traverse déjà l'appartement, illuminant la pièce à vivre d'une lueur orangée tandis que le soleil commence déjà à apparaître derrière les collines. Ton champ de vision déjà brouillé par l'alcool prend définitivement les attributs d'une vue sous LSD.

Tu retires tes chaussures que tu te bénis de ne plus lacer et de maladroits jeux de poignets, débarrasses Aimée des siennes alors qu'elle est encore sur ton dos. Éreinté, tu trouves la force de la larguer sur ton lit une minute plus tard avant de retirer ta veste que tu balances sans ménagements dans le hall d'entrée ; tu la rangeras demain, ou tout à l'heure. Tu ne sais pas. Tu t'écroules à ton tour sur le lit, tellement fatigué que tu ne trouves pas immédiatement le sommeil. Tes yeux s'accrochent à la lueur tranchante des chiffres rouges du réveil qui s'alignent pour donner l'heure à laquelle tu te réveilles généralement pour aller au travail. Tu soupires ; béni soit le week-end, jamais tu ne prendrais le risque de faire ça en semaine.
Une migraine atroce te prend soudain. Tu te redresses difficilement pour saisir de quoi la soulager sur la table de nuit, sous la forme d'un petit flacon de couleur indéfinie dont tu verses le contenu dans ta bouche, en espérant que ton estomac ne va pas interpréter ça comme une nouvelle substance alcoolisée et la rejeter. Ta tête retombe sur l'oreiller et la chaleur du corps d'Aimée se mélange à la tienne. La sérénité te gagne tandis que tu t'endors paisiblement, tes yeux fixés sur le plafond où ton esprit trace les contours du visage d'Alvin.
Revenir en haut Aller en bas
 

We just wanna party!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

 Sujets similaires

-
» Party Rock
» Panique à Ryslinge ! (Murder Party / Médiéval fantastique)
» Jüw | just wanna be wild
» Le sac de croustilles xD
» les 10 boss finaux les plus durs au monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-