AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sept fois à terre, huit fois debout — feat Wesley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Sept fois à terre, huit fois debout — feat Wesley   Ven 10 Juil - 7:51


«La colère obscurcit tellement l'esprit, qu'il ne peut pas percevoir la vérité. »


 
 
Andon &  Wesley

C’était encore une des idées nouvelles de Wesley pour aider le plus jeune à combattre sa colère. Depuis dix-sept qu’il était sur Terre, Andon n’avait jamais appris à surmonter cette émotion autrement qu’en la laissant se déverser. Généralement, il criait sur la première personne qui se présentait face à lui. Ou alors, il tapait dans quelque chose. Un meuble, un arbre, voire même quelqu’un. Ce n’était facile à gérer pour personne, mais le plus concerné par cette histoire à problème, c’était quand même Andon. C’était lui et personne d’autre qui connaissait cette rancœur et cette hargne.

On lui avait fait faire des thérapies mais aucune n’avait fonctionné, à terme. On avait tenté les médicaments mais le garçon les avait rapidement fait avaler à l’eau des toilettes. Et lui, de son côté, avait tenté le sport. Courir, s’évader, c’était ce qu’il avait trouvé pour se détendre. Cela ne réglait pas tous ses problèmes, certes, mais il se sentait souvent plus apaisé. Au moins jusqu’à son retour chez lui, en fait.

Depuis quelques temps, à l’université, Andon avait de plus en plus de mal à se gérer. Il avait eu plusieurs avertissements et son tuteur avait été convoqué quelque chose. Situation qui ne pouvait plus durer. C’est pourquoi ce jour là, ils se rendirent tous deux dans un des bâtiments du complexe sportif. Fin de journée mais il y avait encore du monde et, surtout, le soleil cognait toujours.

- Je suis pas certain que ça soit une bonne idée.

Andon commençait déjà à mettre l’idée en doute. Il passa devant un groupe de joueur de foot qui se tourna sur son passage. Le garçon détestait ça. Il y voyait des signes, quelque chose d’encourageant à la rage. Il allait se tourner vers eux mais Wesley le rattrapa par l’épaule. Le garçon souffla, resta sur place quelques instants, et se dépêcha finalement d’avantage pour rejoindre la salle.

A l’intérieur, tout transpirait un univers que le jeune homme n’aimait pas. Des gros bras avec leurs gants en train de taper dans un punching-ball, la sueur perlant sur leur torse luisant, des nanas qui ne comprenaient rien à ce « sport » en train de les observer des idées lugubres dans les yeux. Il y avait aussi des femmes sur le ring. Deux se livraient d’ailleurs en duel face à un professeur qui encourageait l’une à porter d’avantage les coups, et l’autre à les parer plus vite. On sentait de l’animation dans ces lieux.

Quelqu’un les accueilli avec un sourire amusé et il montra à Andon où se trouvait les vestiaires. Il reprit alors son sac qu’il avait posé au sol quelques instants et pénétra dans la salle annexe. Il n’y avait personne et le garçon se sentit un peu soulagé. Il se trouva une place dans un coin et sortit ses affaires. Il commença alors à se changer, enfilant une espèce de débardeur un peu large et un short noir, large lui aussi. Il était à présent en tenue et se regarda dans le miroir le plus proche quelques secondes avant de sortir finalement. Il se sentait complètement ridicule face à tous ces hommes.

- C’est vraiment pas cool.

Andon maugréa quelques instants avant que l’homme qui les avait accueilli à leur arrivée ne revienne.

«  Bien, tu vas commencer par un petit échauffement. Suis moi. »

Il ne se séparait pas de son sourire, ce qui agaçait le jeune garçon pour une raison qu’il ne connaissait pas. Il observa Wesley un instant et suivit à contrecoeur le prof. Ce dernier lui montra un endroit assez tranquille dans la pièce où il allait devoir s’échauffer dans un premier temps. Il ne devait pas risquer le claquage non plus mais l’homme l’observait, attendant sans doute qu’il fasse quelque chose. Et Wes dans tout ça ? Il allait monter sur le ring ou il allait simplement attisé son exaspération à le regarder comme ça ?

 


 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Sept fois à terre, huit fois debout — feat Wesley   Sam 1 Aoû - 18:17




Dans ce temple du culte du corps, de l'excellence physique et du dépassement de soi, Wesley se sentait chez lui. Il y régnait une atmosphère singulière, mélange de remugles de sueur, d'hostilité à peine voilée et, étrangement, d'un zeste de respect. Partout, des animaux, aux muscles saillants, qui vivaient plus dans les sensations physiques et que dans le domaine des idées et des savoirs, qui paradaient comme des coqs, roulant des méthaniques avec une outrecuidance revendiquée, s'admirant dans la glace avec un narcissisme crasse. Des farauds, pour la quasi totalité d'entre eux. Les traits du truand se froissèrent en une moue dédaigneuse ; pour lui, seule la loi du plus fort prévalait. Or, aucun de ces quidams ne pouvait se targuer de l'être. Le dogue se ferait un plaisir de les écimer, s'il venait à les croiser sur le ring – ou en dehors, tout bien réfléchi.

Wesley se détourna juste à temps de ce triste spectacle pour surprendre le regard qu'Andon lançait à une bande de crâneurs et abattit sitôt sa lourde patte sur l'épaule du garçon afin de juguler la fougue de celui-ci. « Suffit avec tes conneries. » siffla-t-il à voix basse, tout en foudroyant ces corniauds, par dessus sa propre épaule, d'une œillade noire. En effet, les susnommées frasques étaient la raison de leur présence en ce lieu : la pupille, taillé, semblait-il, dans un matériau aussi hautement inflammable que son tuteur et avait le plus grand mal à dompter ses colères, si bien que Windsor lui-même fut convoqué dans le bureau du proviseur. Que son protégé fracasse le minois de ses condisciples, il s'en foutait superbement, mais que ses rixes lui fassent perdre un temps précieux, ça, il n'était pas question. Alors, Wesley s'était affublé de son sourire plus éclatant et avait assuré au vénérable directeur que cela n'arriverait plus. Andon serait énucléé du noyau pernicieux qu'était son impétuosité.

Un homme au crâne glabre et à la moustache broussailleuse vint les accueillir, un sourire finaud plaqué sur les lèvres. Il était vêtu de survêtements bleu sombre élimés et sa prodigieuse panse mettait à rude épreuve la fermeture éclair de sa veste. Impudent, Windsor jeta les yeux au ciel ; comment une telle épave pouvait se prétendre entraîneur sportif ? D'un geste théâtral, tel un seigneur faisant le tour de ses terres à des visiteurs, il indiqua à l'adolescent les vestiaires, qui s'y rendit avec l'entrain d'un condamné à la potence. Tout autant que l'ancien Hunter était dans son élément, son poulain ne l'était pas du tout. S'il désirait faire parler ses gnons, il lui faudrait pourtant tôt ou tard embrasser cet univers.

Quelques instants plus tard, Andon émergea et il n'avait guère l'air formidable, avec ses bras malingres et ses pattes de poulet. Néanmoins, au vu de l'air penaud de sa pupille, Wesley ravala son soupir. Ses sentiments magnanimes furent pourtant bien vite soufflés lorsqu'il observa le jeune homme s'échauffer mollement dans un coin sombre. À court de patience, il le héla : « Enfile des gants. » Et lui-même ôta son t-shirt et se harnacha, rejoignant Andon au sein des cordes. L'ancien milicien contempla quelques instants ses mains enveloppées, écoutant le cuir couiner. Où serait-il, aujourd'hui, s'il avait choisir de poursuivre sa carrière de boxeur, plutôt que de saisir la main que lui tendait son oncle ? Ne voulant pas se perdre en conjectures et en songes oiseux, il s'astreignit à sortir de sa torpeur et focalisa son attention sur sa victime. « Donne le premier coup. » fit-il, en écartant les bras. Alors que le blond se fendit pour s'exécuter, le colosse, fourbe, en profita pour lui asséner un crochet du droit en pleine tempe, afin de le désarçonner et pour ensuite mieux lui bourrer les flancs d'une pluie de coups. Ses assauts étaient prestes, précis et aucunement retenus. À petits bonds, il prit le large, son visage fripé en un rictus goguenard. « C'que t'es lent. » railla-t-il. Déjà, l'attention de certains avait été piquée, au vu des regards que les hères lançaient en leur direction. « J'aime l'éclat dans tes yeux, bonhomme mais t'as franchement pas de talent. » poussa-t-il. Il sentait l'excitation s'éveiller en lui et se pourlécha les babines en prévoyant la réaction du gringalet ; l'orage allait éclater.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Sept fois à terre, huit fois debout — feat Wesley   Jeu 6 Aoû - 9:24

Andon resta quelques instants à s'échauffer. Il gesticulait plus qu'autre chose, en vérité. Non pas qu'il soit fatigué mais il n'avait aucun entrain à jongler des poings contre un tas de mousse suspendu au plafond. Ni même contre quelqu'un d'autre. Il aurait préféré rester tranquille. Il serait sans doute allé trainer en ville comme il le faisait souvent. Ou peut-être qu'il aurait révisé ces partiels qui arrivaient trop vite sans que le blond ne soit réellement préparé. Il entendit soudain une voix l'appeler. Ou plutôt, lui dire de faire quelque chose. Il savait que c'était à lui qu'on s'adressait. La voix de son tuteur. Il pouvait la reconnaitre entre mille.

Le garçon l'observa venir tandis qu'il enfile une paire de gants en cuir presque trop grande pour lui. Il soupira et leva les yeux vers l'homme qui attendait qu'Andon lâche le premier coup. Il sentit une énergie nouvelle et s'avança pour frapper. Il ne savait même pas où viser et il n'eut guère le temps d'y réfléchir qu'il se prit un revers. Et les autres assauts suivirent trop rapidement. Andon ne cherchait qu'à se protéger et Wesley en rajouter. Il savait comment l'énerver et c'était presque trop facile. Quand l'homme s'arrêta pour lancer une nouvelle pique au jeune homme, ce dernier fronça les sourcils. Il observa les têtes se tourner vers eux. Hors de question qu'il perde la face.

- Dit-il après ses années d'entrainement ! Ce doit être comme le vélo, ça ne s'oublie pas !

Il cherche un moyen de défense. Wesley connaissait ce sport. Andon non. Et se faire frapper dans tous les sens n'était pas ce qu'il appelait un sport divertissant. Il allait sortir d'ici plein de courbatures, génial. Cependant, ça l'agaçait et il se rappela sans réellement le vouloir le presque incident avant d'arriver jusqu'à la salle. Et ça, c'était tout ce qu'il lui fallait pour se mettre réellement en colère. Andon se rapprocha alors de son tuteur pour tenter de donner un autre coup. Sans succès.

Et ça continua ainsi un long moment. Il tentait mais échouait. Et la colère montait de plus en plus. Il allait finir par exploser. Il ne se contrôlait déjà pas mais alors là. Au bout d'une dizaine de minutes et nombre d'essai plus tard, il se baissa finalement juste à temps pour esquiver le coup de son tuteur et en envoyer un. Il toucha le plus âgé à l'épaule. Andon était tellement sur les nerfs qu'il ne se rendait compte de rien. Ni de la force qu'il pouvait mettre dans ses coups, ni même de la colère beaucoup trop visible dans ses pupilles.

Andon avait frappé peut être trop fort, mais surtout de façon totalement amatrice. Lorsqu'il déplia les doigts, il les sentit engourdis. Effectivement, il n'y était pas allé de main morte.

- Putain !

Il jura à voix haute et regarda son tuteur d'un œil noir. Après tout, c'était quand même de sa faute, à lui aussi. Pourquoi fallait-il qu'il ait les os si durs ? Andon bougeait doucement ses doigts dans le gant.
Revenir en haut Aller en bas
 

Sept fois à terre, huit fois debout — feat Wesley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Répéter deux fois le fond - une fois en haut et une fois en bas è_é
» Cette fois-ci c'est le favicon...
» Appliquer des permissions pour toutes les catégories à la fois
» Supprimer plusieurs messages à la fois
» Sondage : voter plusieurs fois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-