AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Thriller Night {Alvin/Maarten}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 616
↳ Points : 97
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Thriller Night {Alvin/Maarten}   Lun 13 Juil - 21:45


« Loterie du RP »



Alvin & Maarten
featuring



«  It's close to midnight
And something evil's lurking in the dark
Under the moonlight you see
A sight that almost stops your heart
You try to scream but terror takes the sound
Before you make it, You start to freeze
As horror looks you right between the eyes »

Vous avez eu le malheur de vous trouver au mauvais endroit, au mouvais moment, et risquez fort de rapidement regretter votre virée imprudente à New York. Prisonniers d’une dangereuse machination, vous voilà à présent enfermés dans les dédales d’un cimetière lugubre et enneigé, qui risque de devenir votre tombeau. Les portes de fer du cimetière se sont refermées sur vous, scellées par un enchantement mystérieux. Pour vous en sortir, il vous faudra faire preuve de bonne foi et surtout coopérer jusqu'à ce que le sort n'agisse plus. Il semblerait que vous ne soyez pas les seuls à avoir fait de ce lieu votre dernier refuge. Vous allez avoir de la compagnie. Quelques Daybreakers se seraient-ils amusés à réveiller les morts ci et là ? J'en ai bien peur... Leurs zombies aux corps recouverts de gel n'en sont pas moins redoutables. Là où le danger guette, la solidarité parviendra-t-elle à se frayer un chemin ?

Ordre de passage:
1 - Maarten D. Joen
2 - M. Alvin Braun



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1-contexte

Féminin
↳ Nombre de messages : 842
↳ Points : 1183
↳ Date d'inscription : 01/04/2014
↳ Age : 24
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Ministre à la place du ministre... il joue le rôle de Liam. (Expert en sécurité informatique - emplo
↳ Opinion Politique : anti-Gouvernement depuis les premières heures
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2/3 en prémonition - Niveau 84 en blague à Toto
↳ Playlist : Underground || Parting Glass || The Hanging Tree || Some Nights || United we stand tall
↳ Citation : Paresse : habitude prise de se reposer avant la fatigue.
↳ Multicomptes : Rafael A. Morienval | Andreï C. Ievseï
↳ Couleur RP : goldenrod



Feuille de perso
↳ Copyright: (avatar) .sassenach
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Thriller Night {Alvin/Maarten}   Mer 15 Juil - 23:58



« thriller night »

Alvin & Maarten
featuring


Maarten ne savait pas vraiment quand tout avait commencé à déraper. Tout allait de mieux en mieux depuis la naissance de Hope, pourtant. Tout allait de mieux en mieux entre lui et Myla, entre lui et son collègue de travail, entre lui et le monde. Il aurait du le savoir, pourtant, que plus l’accalmie durait, plus la tempête qui lui succédait était rude. Il aurait du le savoir, à force. Mais il n’avait rien vu venir et à présent tout se délitait autour de lui comme un château de cartes dont on aurait ôté une fondation d’un claquement de doigt. Et il mourrait à petit feu, il mourrait de folie, il mourrait d’incompréhension, se débattant dans une marée de pétrole qui lui engluait le museau et la fourrure pour ralentir ses battements désespérés de chien paniqué. Et le pire, c’était certainement qu’il mourrait savoir avoir le droit de lâcher prise, contrairement à la dernière fois qu’il avait été séparé de sa sorcière. Au moins savait il qu’elle était encore en vie, quelque part. Et qu’elle n’était pas partie volontairement puisque jamais, ô grand jamais, elle ne lui aurait d’elle-même confié la petite qui approchait les… combien déjà ? Les mois filaient trop vite et les heures fondaient d’autant plus rapidement qu’il était supposé s’occuper d’elle seul à présent. Comme s’il en était humainement, ou dans son cas inhumainement, capable. Maarten ferma les yeux en frottant ses mains l’une contre l’autre.

Il était perdu. Et il ne parlait pas de sa localisation physique. Myla, Cate, sa sorcière, son amante, son centre de gravité, tout avait disparu. Et il ne savait rien du pourquoi du comment, il ne savait même pas comment il était supposé réagir. Sa seule certitude, et il devait se la répéter régulièrement pour ne pas devenir fou, c’était qu’elle était en vie quelque part. Et s’il était à présent au beau milieu de New-York, dans un cimetière, c’était dans le futile espoir de trouver une trace, une odeur, une piste qui pourrait le guider vers elle. Stupide. Ridicule. Crétin. Pourquoi n’avait il pas appelé Bastien ? Ou Niko ? Pourquoi n’en avait il pas parlé à ses employeurs ? Pourquoi était-il suffisamment stupide pour foncer tête baissée dans une intuition en croyant à des miracles qui n’avaient pas lieu d’être ? Et en plus, il avait froid. Et faim. Et Hope était seule, confiée à une baby-sitter. Loin de lui. Maarten s’adossa à un arbre le temps de fermer les yeux. Il n’avait rien à faire ici. Vraiment rien. Parce qu’elle n’était pas là et aussi parce que l’atmosphère se faisait de plus en plus pesant. La neige recouvrait l’ensemble du cimetière, flocons valsant entre les tombes, fantômes valsant entre les ombres. Et lui, il était au milieu de tout cela, perdu dans le temps et dans l’espace, perdu dans les sens et dans l’esprit. « Tu n’es vraiment qu’un gros crétin, Maarten. » Sa voix résonna dans le cimetière, comme l’écho du hurlement d’un mort. Maarten, ce courageux, Maarten, ce téméraire… La terreur le tétanisait. Et s’il était encore ici, en fin de compte, il ne fallait pas chercher bien loin : hors d’atteinte du soleil et de la lumière, il s’était retrouvé coincé au cœur du mausolée sans trouver en lui la moindre goutte de courage pour le pousser à faire un pas et à s’éloigner de son refuge, de cette carcasse d’arbre qui lui assurait au moins une protection dans le dos. Ou presque. Soufflant sur ses mains et ses mitaines pour mieux les réchauffer, Maarten regarda autour de lui. Ce n’était pas encore la pleine lune, mais ce n’était l’affaire que de quelques nuits. Et le souffle blanchâtre et tremblotant de l’astre agrandissait les ombres, animait l’inanimait, ressuscitait les morts. « Tu es stupide, stupide, stupide. Et lâche. Et peureux. Et trouillard. » Parler tout seul n’allait certes pas l’aider à avancer et à franchir les mètres qui le séparaient de la sortie, mais au moins à l’éviter de se concentrer sur autre chose que le son de sa voix. Et c’était déjà ça. Finalement, les secondes rythmant les battements de son cœur, Maarten parvint à ignorer la nuit, parvint à ignorer les bruits, parvint à placer sa fille au dessus de ses terreurs nocturnes et à faire un pas en avant. Puis deux. Puis trois. Puis… un craquement, le Saarloos se retourna dans un grognement informe. Il n’était certes pas encore transformé en chien, ses réflexes étaient canins, son attitude aussi. Et ses yeux tentaient de percer le secret des tombes pour apercevoir la menace. Une silhouette. « Oh putain. » Soit il était dans la mouise, soit il n’était pas le seul imbécile à fréquenter les cimetières new-yorkais pour le simple plaisir d’être un imbécile notoire. Et si, quelque part, il avait conscient que ni l’un ni l’autre n’était rassurant, l’idée d’avoir affaire à un autre être vivant (notez bien le terme de vivant) lui semblait toutefois assez intéressante. « Qu’est ce que vous faites là ? »  




_________________
He says save me, save me; She says maybe, maybe…
She starts to turn away when he says…
Promise me you’ll never let us go
Push me, Crush me, Then save me, save me
She stops walking, walking; He stops falling, falling
He looks her in the eyes and he says… - © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3068-nolan-je-me-surm

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Thriller Night {Alvin/Maarten}   Jeu 16 Juil - 19:28

Il ne savait pas comment il avait atterri à New York mais il en pris conscience, il se dit qu'il était trop tard pour faire demi tour comme ça. Maintenant qu'il était sur place, autant en profiter pour faire un petit tour de la ville. En t-shirt, Alvin frissonna et fut bien content de porter un jean et une paire de chaussures fermée et compensée. C'était déjà ça de pris contre le froid. Malgré sa nature de sorcier, le jeune homme connaissait le froid ou la chaleur. Et là, clairement, il avait froid. Il se tourna afin d'observer la position où il se trouvait et ne vit rien qui puisse expliquer sa présence ici. Toutefois, il regarda avec intérêt les voitures abandonnées depuis trop de temps maintenant et envisagea d'y faire un petit saut pour trouver de quoi se couvrir.

Ce n'est qu'après sa quatrième tentative qu'il trouva une veste. Légère et abimée, mais une veste quand même. En plus, elle lui allait. Il tenta de fermer le zip qui coulissa péniblement mais qui monta jusqu'en haut quand même. Un autre frisson parcourut son échine et Alvin se mit en route. Il ne savait pas où il allait ni vers quoi se diriger, mais il marchait. Il continuait droit devant lui, tournant lorsque c'était nécessaire. Et finalement, il se retrouva dans une rue qu'il connaissait bien. Une rue qu'il avait fréquenté souvent.

- Liam …

Un murmure s'échappa de ses lèvres et Alvin serait tombé à genou s'il avait laissé ses émotions prendre le contrôle de son être. Il se ressaisit toutefois assez tôt pour échapper au désastre et resta devant la grille du cimetière plusieurs longues minutes. Il ne neigeait pas. Rien. Il n'y avait pas de bruit non plus. C'était inquiétant mais le jeune homme semblait plongé dans une transe que personne ne pouvait ébranler. Mais, finalement, il entra.

Il marcha quelques minutes. Il savait exactement où aller. Il n'avait emprunté le chemin que quelques fois mais il s'en souvenait comme si c'était hier. C'était un tracé qui ne s'oubliait pas. Lentement, tel un automate, Alvin laissait ses jambes le guider jusqu'à l'endroit fatidique. Il leva les yeux en sachant pertinemment qu'il était arrivé. Et il s'écroula.

Combien de temps était-il resté agenouillé devant cette dalle de pierre froide et nue ? Le jeune homme n'en savait rien. Il avait les genoux trempés, la neige avait fondu sous la chaleur de son corps. Alvin n'avait pourtant pas envie de bouger. Il n'avait pas pleuré. Il s'était remémoré tout ce qu'il avait vécu avec Liam avant cette journée tragique. Il se rappela aussi le jour des obsèques, son incapacité à lui dire au revoir. Tout. Un flot d'émotion s'était vidé en lui. Il se sentait seul, perdu, incroyablement faible. Finalement, après un long moment, il posa sa main sur la dalle, murmura quelques mots.

- Tu me manques.

Et il prit conscience de tout le reste. La perte de tous ses proches était arrivée trop vite, trop rapidement sans qu'il ne puisse s'y préparer. Il avait perdu des amis, une vivacité aussi. Tout n'était plus pareil et il vivait ainsi. Il s'y était fait et il s'était raccroché à tant d'autres choses qui, finalement, se montraient insensées, inutiles comparées au fait d'avoir des proches. Et il se rappela ses disputes récentes avec Loon. Il s'en voulait d'avoir agi si bêtement.

Alvin se leva. Il savait que rien ne changerait d'un coup. Il savait aussi qu'il lui faudrait un gros travail pour … réapprendre à vivre ? Pour surmonter la mort de Liam qu'il n'avait, finalement, jamais accepté. Mais le jeune homme voulait avancer. Il lâcha un faible sourire et une unique larme en regardant le nom gravé sur la pierre, ainsi que les dates en dessous.

- A jamais nous.

Et il lui tourna le dos, décidant de sortir d'ici et de laisser les fantômes en paix. Il marcha quelques mètres avant d'apercevoir une silhouette pas bien loin. Cette dernière se tourna vers lui, lâcha un petit mot vulgaire, et une question.

- A vrai dire .. de base je n'étais pas censé être ici. Et vous ?

Il n'allait tout de même pas se confier à un inconnu, si ? Alvin se rapprocha de quelques mètres, et observa l'homme. Il le détailla quelques secondes avant de reprendre la parole.

- Alvin.

Une simple présentation.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 842
↳ Points : 1183
↳ Date d'inscription : 01/04/2014
↳ Age : 24
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Ministre à la place du ministre... il joue le rôle de Liam. (Expert en sécurité informatique - emplo
↳ Opinion Politique : anti-Gouvernement depuis les premières heures
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2/3 en prémonition - Niveau 84 en blague à Toto
↳ Playlist : Underground || Parting Glass || The Hanging Tree || Some Nights || United we stand tall
↳ Citation : Paresse : habitude prise de se reposer avant la fatigue.
↳ Multicomptes : Rafael A. Morienval | Andreï C. Ievseï
↳ Couleur RP : goldenrod



Feuille de perso
↳ Copyright: (avatar) .sassenach
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Thriller Night {Alvin/Maarten}   Lun 20 Juil - 22:19



« thriller night »

Alvin & Maarten
featuring


Maarten n’avait jamais brillé par son intelligence en dehors d’un laboratoire : il avait trop tendance à se laisser emporter plus que guider par ses émotions et son impulsivité pour réfléchir à quoique ce soit. Maarten n’avait jamais brillé non plus par sa patience et ses capacités de réflexion sous pression. Et au cœur d’un cimetière lugubre dans une cité abandonnée et livrée à des créatures aussi surnaturelles que mortifères, il n’en menait pas large. Loin de là. Il devait prendre sur lui pour respirer, prendre sur lui pour rester un être humain, prendre sur loin pour ne pas sursauter au moindre bruit et sortir les griffes au moindre mouvement. Et lorsqu’il parvint à faire quelques pas vers ce qu’il supposait – et espérait – être l’entrée du cimetière, la silhouette face à lui fut la silhouette de trop : un juron et une agression verbale franchirent ses lèvres avant même qu’il ne parvient à formuler une pensée cohérente ou quelque chose s’en approchant. L’ombre même des arbres effeuillés posé sur son dos la main griffue d’un zombie. Et tout en lui respirait le chien apeuré, montrant les crocs, que son ombre dessinait sur le sol. Il n’était certes pas encore transformé mais c’était tout comme : sa voix et son souffle creusaient le lourd grondement d’une mise en garde. A vrai dire... de base je n'étais pas censé être ici. Et vous ? La tension décrut une fraction de seconde et Maarten fronça les sourcils, pris au dépourvu par cette réponse toute simple voire spontanée que l’homme, puisque c’était un homme qui lui faisait face et non un monstre, venait de lui offrir sans arrière pensée. Maarten fit un nouveau pas en avant, cherchant non pas spécialement à se rapprocher de l’inconnu mais à briser la distance qui les séparait pour mieux en observer les traits. Et tout son épiderme frémit d’appréhension lorsqu’il s’aperçut que l’autre avait fait de même de son côté. Pendant quelques secondes, ils se détaillèrent en chien de faïence. De toute évidence, le Néerlandais n’était pas le seul crispé dans l’affaire, c’était déjà ça de pris.

Alvin. Maarten fronça à nouveau les sourcils, tête légèrement penchée sur le côté comme son double canin dans une attitude d’attention et de suspicion. Ses sens étaient tout sauf concentrés sur l’homme, éparpillés de terreur, englobant l’ensemble de la flore et de la faune environnante pour chercher d’éventuels dangers dans leur entourage, d’éventuels alliés de cet Alvin qui semblait pourtant humain comme il fallait dans de telles situations. Finalement, un « Maarten. » rugueux lui répondit. Suivi dans la foulée d’un vague « Personne n’est censé être ici de toute évidence mais tout le monde y est. Etrange coïncidence. » et d’une moue ayant pour but de faire comprendre à l’autre que les raisons de leur présence à tous les deux importaient peu tant qu’ils ne se plantaient aucun couteau dans le dos. Haussant les épaules, il fit deux trois pas sur le côté sans quitter Alvin des yeux. « Bonne soirée alors… » et s’approcha des lourdes grilles qui fermaient l’enceinte du pays des morts. Fermaient. Fermer. Coïncidence ? Ses lourds bras de skinchanger secouèrent la grille sans succès. Impulsivité, impatience ? Maarten fit volteface, l’air bien moins débonnaire qu’un peu plus tôt. « C’est toi qui as fermé les portes ? » Ses mains qui cherchaient il y a quelques secondes à ouvrir un portail en fonte attrapèrent Alvin au niveau du col, dans une douceur et une délicatesse propre au Néerlandais. Il avait peur, ce n’était pas une nouveauté. Il était inquiet, autant pour lui que pour Myla que pour sa fille. Et il n’aimait pas ça du tout, l’atmosphère venait brutalement de se charger de magie comme pour mieux l’asphyxier de cette oppression qu’il avait bien appris à détester et à craindre au contact de sa sorcière. L’ensemble de ces émotions réveillait bien plus le Saarloos et le père que l’homme craintif et discret que Maarten savait pourtant être. L’ensemble de tout cela réveillait la violence qu’il hébergeait pour mieux la lâcher sur la seule personne à proximité. Mais la dernière fois que Maarten avait laissé parlé l’animal, il ne s’en souvenait que trop bien : le berceau de Hope en gardait quatre entailles qui avaient failli lui coûter la vie. Inspirant profondément, Maarten se força à relâcher Alvin et à articuler un précipité et incompréhensible « Déoslé, je ne sais pas ce qui m’a pris » mensonger. Et absolument pas crédible. Le Saarloos se mordilla la lèvre et sursauta en entendant un nouveau bruit à proximité, ses sens amplifiés par la peur et la présence, dans son dos, d’une grille fermée. « Quelque chose approche. »



_________________
He says save me, save me; She says maybe, maybe…
She starts to turn away when he says…
Promise me you’ll never let us go
Push me, Crush me, Then save me, save me
She stops walking, walking; He stops falling, falling
He looks her in the eyes and he says… - © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3068-nolan-je-me-surm

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Thriller Night {Alvin/Maarten}   Mer 22 Juil - 9:11

Alvin regarda l'homme un peu plus en détails quand ce dernier fit à son tour un pas en avant. Le jeune homme le sentait, ce Maarten n'était pas qu'un simple humain. Il le savait à son odeur et à certaines mimiques. Alvin était un nightkeeper, il avait la possibilité de créer des gens de son espèce. Maarten était un skinchanger. Sa forme animale, il n'en savait rien, mais Alvin savait à présent la nature ce qui se trouvait devant lui.

Il ajouta une phrase bien philosophique et ce fut au tour de l'allemand de hausser un sourcil. Qu'est-ce que l'autre entendait par là ? Il l'observa toutefois faire quelques pas de côté, lui souhaiter une bonne fin de journée et partir en direction des grilles. Alvin leva le regard et vit que le portail était fermé. L'autre posa la question, à savoir si c'était lui qui l'avait fermé, et l'attrapa par le col. Pour se défendre, immédiatement, Alvin attaqua. Il lui envoya une illusion de douleur. Un ultra son qui n'existait que dans leurs esprits. Quand l'homme le lâcha, Alvin s'arrêta.

- Je n'ai rien fermé. A dire vrai je ne l'ai remarqué qu'à l'instant où tu es parti dans cette direction.

Il haussa un sourcil, se montrant peu désolé pour ce qu'il lui avait fait subir. C'était un réflexe. Les illusions faisaient partie de sa vie. Il ne pouvait pas être lui sans elles. Il s'en servait à longueur de journée. Il excellait dans cette discipline. Pas étonnant d'ailleurs qu'on lui ai renvoyé une lettre pour lui proposer de reprendre son poste lors de la réfection des Hunter's Seasons.

Puis l'homme ajouta quelque chose. Alvin observa autour de lui et commença à voir les esprits au dessus de leurs tombes. Instinctivement, il se tourna vers celle de Liam mais ne vit rien. Son cœur reprit un rythme plus régulier. C'est alors qu'il entendit des craquements. Il se tourna pour chercher la source de ce bruit et gagna du regard la petite chapelle sur le côté, non loin de l'entrée.

- Effectivement nous ne sommes pas seuls.

Il pointa alors du doigt ce qu'il voyait. Des étranges créatures figées dans la glace. Des zombies. La même race que ceux qui patrouillent aux alentours de la Nouvelle Orléans, et de ceux que l'on trouve partout à New York. Sauf qu'à la différence, eux sont gelés. Peut-être donc moins rapide ?

- Il faut absolument trouver le moyen de sortir d'ici !

Bravo l'artiste ! Comme si personne n'y avait pensé sans toi. Instinctivement, il s'était rapproché de Maarten, alors qu'il regardait encore ces créatures émerger dans le cimetière. Pourquoi personne ne les avait remarqué avant ? Un sortilège ? Une bonne farce ? Tout ceci était de très mauvais goût.

- Quelque chose vous a attiré dans ce cimetière ?

Tantôt le tutoiement, tantôt le vouvoiement. Alvin ne se sent pas en sécurité ici, et il n'est pas vraiment d'humeur à chercher à savoir quelle personne utiliser pour parler avec l'autre homme. Ils étaient prisonniers et devaient sortir d'ici avant de finir par se transformer en ces horribles bestioles. Et pourtant, malgré le fait de devoir trouver une sortie ou une bonne cachette, Alvin se posait des questions quant à leur présence ici, à tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 842
↳ Points : 1183
↳ Date d'inscription : 01/04/2014
↳ Age : 24
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Ministre à la place du ministre... il joue le rôle de Liam. (Expert en sécurité informatique - emplo
↳ Opinion Politique : anti-Gouvernement depuis les premières heures
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2/3 en prémonition - Niveau 84 en blague à Toto
↳ Playlist : Underground || Parting Glass || The Hanging Tree || Some Nights || United we stand tall
↳ Citation : Paresse : habitude prise de se reposer avant la fatigue.
↳ Multicomptes : Rafael A. Morienval | Andreï C. Ievseï
↳ Couleur RP : goldenrod



Feuille de perso
↳ Copyright: (avatar) .sassenach
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Thriller Night {Alvin/Maarten}   Jeu 30 Juil - 8:20



« thriller night »

Alvin & Maarten
featuring


Maarten tenait beaucoup de l’animal sur certains points, et ça datait d’avant sa transformation. Déjà, il détestait les lieux clos, ensuite il avait tendance à être protecteur envers ceux qu’il considéraient comme faisant partie de sa famille quoi que puisse en dire Nikolaas maintenant et, enfin, caractéristique propre aux Saarloos, il avait une nette tendance à l’autodestruction lorsqu’il perdait son unique point de repère et son maître. Comme maintenant. Et cette autodestruction, Maarten en était malade, Maarten en était la victime, Maarten la propageait à ce qui l’entourait ce qui faisait d’Alvin un dommage collatéral de sa mauvaise humeur. Ils étaient tous les deux dans un cimetière, en fin de compte, où ils n’avaient strictement rien à faire. A des kilomètres de la Nouvelle-Orléans, à des kilomètres du Gouvernement, à quelques mètres de zombies et autres déchets et promesses de morts. Maarten n’avait jamais brillé par son courage, c’était sa folie qui l’avait mené jusque ici dans l’espoir de traquer un fantôme et une ombre, dans l’espoir de traquer un soupçon d’espoir, dans l’espoir d’endiguer ce besoin qu’il avait de hurler à la mort et d’exploser, comme une grenade dont la goupille avait disparu violemment. Et les portes du cimetière étaient fermées. L’empêchant de fuir, l’empêchant de rejoindre sa fille, l’enfermant dans un lien clos : Maarten tenant beaucoup de l’animal, la claustrophobie se teintant de panique. En un soupir, il empoigna le seule responsable possible de ce malaise : Alvin. Et la réponse ne se fit pas attendre, suffocante de magie, brûlante de douleur. Hors d’haleine, Maarten le lâcha aussi brusquement qu’il l’avait attrapé pour reculer de quelques pas, les yeux noirs de colère, les muscles tremblants de terreur, le cœur atrophié de comprendre que même la douleur d’une créatrice ne lui était plus disponible. On lui avait pris Myla : on lui avait tout, absolument tout enlevé. Sauf Hope. Qu’il laissait au profit de chimères et d’angoisses. Et que faisait cet homme ? Il ravivait la douleur de la façon la plus insidieuse possible. En les enfermant, ou même s’il n’était responsable de rien – même Maarten devait en convenir, il semblait aussi dérouté que lui – il était là et c’était suffisant. Je n'ai rien fermé. A dire vrai je ne l'ai remarqué qu'à l'instant où tu es parti dans cette direction. Le tutoiement heurta les oreilles du Métamorphe dans un fracas métallique. De qui avaient ils donc gardés tous les deux les cochons pour qu’il se permette une telle… familiarité ? Tu t’offusques d’un tu mais tu trouves ça normal de lui sauter à la gorge à la moindre contrariété ? Maarten grogna, gronda des excuses auxquelles il ne pensait déjà plus. Il ne devait pas rester dans le coin : l’autre était de toute évidence un sorcier, comme Myla qui n’hésitait pas à tordre la réalité pour l’amener à ressembler à ce qu’il souhaitait et… un grattement. Ils n’étaient définitivement pas seuls dans ce cimetière. Et il était fort probable que les autres créatures soient bien moins… cordiales, ce qui – vu les quelques minutes qui venaient de s’écouler – n’augurait rien de bon pour la suite. - Effectivement nous ne sommes pas seuls. Maarten grinça des dents. Avait il besoin de vérifier ? Lorsqu’un trouillard comme Maarten affirmait quelque chose relatif à sa survie, c’était en général vrai. C’était lorsqu’il ne risquait rien qu’il fallait s’inquiéter. Alvin pointa des ombres du doigt, les yeux perçants du Saarloos voulurent devenir aveugles au lieu d’admettre ce qu’ils percevaient. - Il faut absolument trouver le moyen de sortir d'ici ! Une fois encore, Maarten grinça des dents, ce qui risquait de devenir une habitude si chaque intervention de son comparse brillait par son originalité. Sarcastique, il lâcha un rauque « Vraiment ? Je pensais leur proposer un pique-nique… » avant de s’énerver. « Mais bien sûr qu’il faut trouver un moyen, bordel ! Si c’est la sorcellerie qui a fermé ces portes, essayez donc de les ouvrir avec vos tours de passe-passe à la con ! » Tact, douceur et délicatesse n’étaient pas à l’ordre du jour chez Maarten – et ne devaient d’ailleurs jamais l’avoir été. Maarten fixa les créatures, sans savoir ce qu’il cherchait. - Quelque chose vous a attiré dans ce cimetière ? Il sursauta, appréciant à sa valeur le retour du vouvoiement sans pour autant goûter à la question. « La vue et l’ambiance. » Toujours plus sarcastique, toujours plus stressé. Il était injuste de passer ainsi ces nerfs sur le pauvre gosse qui n’avait rien fait. Mais Maarten n’était pas tranquille. Et le Saarloos vibrait à fleur de peau, suppliant l’homme de céder à l’appel de l’animal. Ce qui serait incroyablement stupide et intelligent dans un même temps. « Je traquais une chimère et une ombre, et de toute évidence, je trouve des morts-vivants. Journée de merde. Et vous, qu’est ce que vous foutiez ici ? » Maarten recula d’un pas pour mieux se retrouver plaqué contre la grille métallique. Il pesta, dans son néerlandais natal. « Au lieu de faire la causette, vous ne pouvez pas ouvrir ces putains de portes ? Vous me jurez que vous n’êtes en rien responsable de tout ce merdier ? » Qui parlait de questions et d’interventions inutiles un peu plus tôt ? C’était certainement l’hôpital, qui se foutait à présent de la charité comme d’une guigne.



_________________
He says save me, save me; She says maybe, maybe…
She starts to turn away when he says…
Promise me you’ll never let us go
Push me, Crush me, Then save me, save me
She stops walking, walking; He stops falling, falling
He looks her in the eyes and he says… - © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3068-nolan-je-me-surm
 

Thriller Night {Alvin/Maarten}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Thriller Night {Annikki/Jonas}
» Thriller Night {Avalon/Noun}
» Thriller Night {Eliott/Isallys}
» SMOOTH.NIGHT
» Trailer: Fate stay night

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-