AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Crédibilité du Slip | Tantine ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Mer 22 Juil - 11:35

Les événements de l'intrigue n'ont pas encore eu lieu dans ce sujet.

« Ca va, c'est bon, j'arrive ! » grogna Nikolaas en terminant sa boîte de conserve.

La fourchette se planta sévèrement dans le contenu difficilement identifiable de la boîte en aluminium qu'il tenait dans la main. Assis sur le bord de l'évier, complètement nu, les jambes pendant dans le vide dans toute la virilité du monde, Nikolaas prenait actuellement son petit déjeuner. Chayton était parti depuis quelques jours on ne sait où, laissant le chapardeur seul sans inquiétude. Ils étaient colocataires et non amants ; chacun faisait sa vie de son côté. Une seule règle, cependant : ne jamais ouvrir la porte même si quelqu'un frappe – si c'est important il n'aura qu'à revenir quand vous serez deux à pouvoir lui taper dessus – et toujours passer par le vasistas du toit ou l'escalier de secours si jamais on revient d'une escapade.

Nikolaas n'était pas d'humeur, mais alors, vraiment pas. Malgré le fait que l'absence prolongée de Chayton lui donne le luxe de manger un second repas dans la journée, il n'avait pas vu Eamon depuis plusieurs semaines ; au delà d'un éventuel manque de sexe, les deux amants s'étaient quittés en froid et ne semblaient jamais pouvoir se revoir. La seule source d'affection trouvée jusqu'à présent pour le chapardeur s'était brutalement évaporée, et il n'en pouvait plus de lui courir après en permanence sans le gêner ou le vexer. Il avait donc préféré s'enfermer dans le studio miteux de Storyville qu'il partageait actuellement avec son unique compère plutôt que de rater un chapardage sans être méthodique et se faire prendre par un peacekeeper.
Alors quand quelqu'un frappe aussi violemment sur sa foutue porte barricadée donc quasiment incassable, faisant s'entrechoquer les lattes entre elles, ç'avait le don de particulièrement l'énerver. Il prit le temps de terminer sa boîte de conserve qu'il balança dans le carton nauséabond déniché dans la rue et qui leur servait de poubelle avant de jeter la fourchette dans l'évier et de descendre de ce dernier.

« J'arrive ! » répéta-t-il au comble de l'agacement.

Il traversa le petit salon, contourna le canapé qui dissimulait la petite trappe où ils rangeaient leurs trésors et s'approcha de la porte. Une main s'était déjà refermée sur le loquet avant qu'il ne prenne conscience de sa nudité totale. Ah, ouais, qui que ce soit c'était quand même moyen d'ouvrir à poil. Il fit donc demi tour et retourna le petit studio afin de trouver de quoi se vêtir, toujours au rythme des coups répétés qui résonnaient dans sa caboche en menaçant de la faire exploser. Il dégaina alors un caleçon pas très frais mais qui sentait bon le Eamon puisqu'il lui appartenait et l'enfila rapidement – dans le mauvais sens, en plus – avant d'abattre toutes les défenses qui recouvraient la porte. Un morceau de poutre à la main, il fit pivoter le battant, prêt à défoncer la tête de ce fauteur de trouble.
Ce qu'il trouva dans l'encadrement de la porte le cloua sur place.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Mer 22 Juil - 22:24



« But dear brother, just don't hate me.
For never standing by you, or being by your side. »


Nikolaas & Ellen
featuring

Comme ça ton petit cœur est en santé tout plein? C’est pratique!

Donc! Aujourd’hui était une journée comme les autres à une exception près, Ellen venait d’avoir une révélation choc (J’avais écrit phoque au lieu de choc, je devrais arrêter d’écrire maintenant je pense, mais je ne le ferai pas). Elle c’était levée ce matin-là et tout était clair dans son esprit. L’un était son fils et l’autre son frère, voilà, c’était la seule explication. Il n’était pas vraiment mort, il se cachait un peu comme elle, il avait changé avec le temps et puis voilà. Il lui ressemblait trop pour ne pas l’être! Il lui ressemblait trop pour ne pas avoir de lien, donc c’était le plus logique!

Oui, c’était le plus logique pour notre Ellen cette journée là, mais ça va, un jour elle comprendrait le manque de logique de sa propre logique. Peut-être, un jour… si on lui dit. Bref, elle avait eu envie d’en avoir le cœur net. Elle voulait savoir. Elle voulait lui balancer ses quatre vérités à son frangin et puis voilà. Il n’avait pas le droit de se faire passer pour mort aussi longtemps. Elle, elle avait une raison! Elle était à DF pendant trop longtemps, mais il aurait dû se pointé à l’ouverture des portes avec fleur et chocolat. Oui, oui. Donc! Ou en étions nous!

« D’accord, je vais savoir, je vais lui dire! »
« Du moins, lui demander. «  
« Je vais lui balancer ce que j’en pense ouais! »
« Il habite où déjà? »

Parce que oui, elle était déjà prête à affronter la bête et puis voilà tout. Elle ne savait pas ce qu’il était devenu, mais elle s’en fichait. Ce n’était pas parce qu’elle avait tenté de le transformer en Skin et qu’elle l’avait presque tué qu’il avait le droit de lui faire la gueule! Non, on ne fait pas la gueule à son ainé et puis voilà. Elle avait donc quitté son appartement pour se rendre dans cette espèce de studio où elle avait déjà vu le monsieur se rendre. Quoi? Elle? Stalker? Absolument pas! Bon d’accord, oui totalement, mais quand elle voulait quelque chose, elle l’obtenait et elle voulait savoir pourquoi son frère était encore en vie ou du moins, pourquoi il avait là même temps ou presque! Une fois arrivée, elle cogna. Bon d’accord, c’était mentir que de dire ça comme ça. Elle tambourinait littéralement à la porte. Faut la comprendre quand même! Le trajet avait été long et tout du long elle c’était rappelée à quel point ce n’était pas gentil de faire le mort comme ça. Qu’elle n’avait pas vraiment voulu le tuer, que c’était à lui d’être plus doué niveau transformation, résister à sa magie et tout. Donc ouais, c’était de sa faute à lui, pas la peine de lui en vouloir à elle! Elle entendit finalement une voix lui dire qu’il arrivait. Un timbre légèrement différent, mais c’était le temps qui change les gens et puis voilà. Pas besoin de plus d’information. Oui, la mauvaise foi c’était génial dans la vie! Vous devriez essayer! Mais c’est qu’il était long! Du coup, round deux. Elle recommençait de plus belle. Ça va, son frère avait toujours été un peu lent, il le restait. Elle n’avait qu’à cogner jusqu’à ce que la porte s’effondre… ou qu’il ouvre. Ouvrir, ça serait pratique hein! Il répétait qu’il arrivait, mais ça, elle en doutait! On parlait quand même de son frère, donc elle avait tous les droits.

Il ouvrit finalement la porte! Bravo! C’est bien, fallait le faire pendant qu’elle avait encore le courage et la bulle au cerveau requise pour faire ce qu’elle allait faire en ce moment. Oui, cette phrase est d’une clarté sans faille. Oui, la clarté peut avoir une faille, non mais, tait-toi!

« Toi et moi, on doit parler, on ne joue plus. »

Parce qu’au fond, c’était ce qu’ils faisaient depuis qu’il était mort. Ils jouaient, mais maintenant qu’il ne l’était plus, fini de jouer.

« T’en a pas marre de faire le mort? Parce que moi oui. »

Voilà, c’était dit et elle rentrait dans le studio de son frère comme si de rien n’était. Parce que des deux, elle avait toujours été la plus dangereuse et pour le moment... elle était aussi la plus timbrée en fait. Et l’autre là, dans son slip, il était en mode timide et surprit, tant mieux! Il le méritait.

 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Mer 22 Juil - 23:47

Le chapardeur avait du mal à y croire. Qu'est-ce qu'une femme pareille, aussi belle, habillée de la sorte pouvait bien faire ici ? Elle le toisa d'un regard noir qu'il ne soutint pas. Il déglutit avec difficulté en la regardant déverser une, puis deux phrases assassines comme ça, comme un jette le poisson sur la table. Il le savait, il n'aurait pas du ouvrir la porte ; à chaque fois qu'il se laissait tenter, c'était le bordel et ça attirait les ennuis. Sans attendre son accord, la jeune femme, enfin, la femme, qui devait avoir son âge à peu de choses près, se glissa dans son appartement, prétextant qu'elle ne souhaitait plus jouer à la morte. A la morte, quelle morte ? Quel jeu ? Nikolaas referma la porte au comble de l'étonnement. Il ne chercha pas à la mettre dehors de peur que cela fasse du grabuge, et depuis ces derniers temps, il n'avait franchement pas besoin de ça.

« Euh, vous faites erreur madame, je ne suis pas mort. »

Nikolaas chercha des yeux quelque chose qu'il pourrait mettre sur lui même s'il n'avait aucun problème avec sa nudité. On ne recevait pas une si belle femme dans son appartement en slip après tout. Et puis elle n'avait qu'à pas le déranger ! Qui était-elle, que voulait-elle ?

« Vous êtes une amie de Chayton ? Il n'est pas ici, il est parti depuis plusieurs jours. »

Elle devait être sacrément idiote ou aveugle si elle avait réussi à le confondre avec son comparse de vingt ans son aîné qui se différenciait physiquement de lui sans problème. Son physique lui rappela étrangement un souvenir aussi agréable que douloureux : celui de Chris. Il secoua la tête pour chasser cette pensée de son esprit. Décidément, il voyait sa sœur jumelle partout en ce moment. Dans la rue, dans ses rêves, dans les yeux des jeunes femmes potentiellement jeunes dont il croisait le chemin. Elle le poursuivait, partout, dans les moindres recoins de son quotidien, plus encore depuis qu'il avait fait ses premiers pas à la Nouvelle Orléans. Il aurait aimé, ô combien il aurait aimé qu'elle se glisse un jour dans son appartement, prétextant cesser de jouer, lui avouant que tiens, non, elle n'était pas morte depuis toutes ces années, que c'était juste une bonne blague orchestrée par elle et Maarten. Mais non, ça ne marchait pas ainsi.

« J'suis désolé mais vous êtes qui au juste ? »

Il passa une main gênée à l'arrière de son crâne, cherchant dans sa mémoire où il avait pu croiser cette jolie femme. Ses yeux cherchèrent autour de lui un paquet de cigarettes sans en trouver. Il avait du finir les dernières qu'il avait chapardées, ce qui l'incommodait grandement. Nikolaas n'était pas du genre violent, mais il n'était pas difficile de le pousser dans ses derniers retranchements. S'il n'y avait pas de cigarettes pour rattraper les dégâts, la jeune femme allait essuyer ses sautes d'humeur au même titre qu'Eamon les avait prises en pleine face. Déambulant dans l'appartement, Nikolaas ouvrit la fenêtre afin de laisser passer un peu d'air et s'y accouda, interrogateur.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Jeu 23 Juil - 5:52



« But dear brother, just don't hate me.
For never standing by you, or being by your side. »


Nikolaas & Ellen
featuring

Il l’a dévisageait, voilà ce qu’il faisait. Le problème, c’est qu’il n’avait même pas l’impression de revoir un fantôme, juste une tête de mec surprit. Genre, elle aurait pu lui balancer un « Tu as gagné le gros lot, donne-moi ton numéro de carte bancaire et je ne fais le virement » qu’il aurait fait plus ou moins la même tête. Au moins, il lui avait ouvert la porte, c’était déjà ça. Elle, elle ne l’aurait peut-être pas fait. Elle lui avait balancé un début de non-explication très plausible quand on savait ce qu’elle disait, mais pas quand on ne savait pas. Le problème, c’est qu’elle ne savait pas qu’il ne savait pas. Du coup, pour elle c’était clair, mais pas pour elle. Ouais, cette réponse je la fais trop tard pour mon propre bien, j’assume, aime moi. Oui, c’est un ordre. En prime, il lui balançait qu’il n’était pas mort. En plus, il lui balançait des : madame… des : madame! Genre elle n’était pas si vieille, elle avait exactement le même âge que lui! C’était un peu son frère jumeau hein. Elle était donc entrée dans le studio pour voir ce qu’il avait à en dire. C’était le mieux à faire et monsieur faignait l’ignorance. Non sérieusement, fallait arrêter là. Il lui balançait même qu’il ne savait pas, qu’il n’était pas mort.

« Arrête tes conneries, je ne suis pas d’humeur. »

Vraiment quoi, elle n’était absolument pas d’humeur à ce qu’il lui balance des trucs comme ça. Elle ne voulait pas qu’il l’ignore. Elle ne voulait pas qu’il feigne l’ignorance. Elle voulait juste que son frère cesse de faire le con et qu’il existe, tout simplement. Donc ouais, Adriaen, existe! Pourtant, il continuait ses conneries. Elle l’aurait frappé, mais elle avait peur de le briser. Il parlait d’un Chayton qui était absent. Pourquoi? Elle n’en avait aucune idée. C’était évident qu’elle venait pour lui. Elle ne pouvait pas vraiment venir dans cet endroit pourri pour quelqu’un d’autre que lui. Comment avait-il pu l’oublier quand même! C’était… c’était… c’était impensable!

« C’est qui ce Chayton? Mais… on s’en fou! C’est toi que je suis venue voir, comment tu peux en douter! »

Non mais vraiment. Elle était venue voir son frère pour rencontrer un inconnu, pourquoi pas hein! Il avait la même tête, c’était lui, ça ne pouvait qu’être lui. Elle ne voulait que lui. Elle refusait que son frère soit mort, elle l’aurait ramené à tout prix. Alors maintenant qu’elle l’avait, elle n’allait pas le laisser l’oublier! En prime, il était désolé. Être désolé ne servait à rien, la vouvoyer non plus. Il ne savait pas qui elle était. Non, sérieusement… il ne blaguait pas. Impossible.

« Oh non Adriaen, la carte de l’amnésie ne fonctionnera pas avec moi. Arrête de me baratiner, je te connais par cœur. Si tu m’as oublié, je ne réponds plus de rien. »

Non vraiment. Il aurait pu faire l’effort de réapparaitre avant et de ne pas mourir cette journée-là. Parce qu’on est d’accord que mourir c’était chiant! S’il pouvait lui éviter cette peine, il aurait dû le faire avant. Elle ne serait peut-être même pas morte elle-même en fait, mais ça… c’était chiant un peu quand on pensait qu’elle assumait bien d’être une Day maintenant. Elle ne comprenait pas, elle ne voulait pas comprendre. Elle ne pouvait pas comprendre. Elle voulait trop son frère, elle se fichait de la réalité. Elle le voulait lui et rien d’autre pour le moment. Elle aurait voulu ne jamais l’avoir tué, mais en cet instant précis, ce moment de sa vie n’avait juste jamais existé. Parce qu’au final, son frère était bien là devant elle.
 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Jeu 23 Juil - 10:16

Elle n'était pas d'humeur ? Lui non plus n'était pas d'humeur. Qui avait bien pu lui conseiller de venir ici ? Pas une connaissance de Chayton visiblement, dont il n'apprécia pas du tout le ton qu'elle employa à son sujet. Gardant son calme, le chapardeur la regarda enter en éruption, bougeant de tous côtés, visiblement très en colère. Des années auparavant il lui aurait proposé quelque chose à boire mais dans Storyville le miracle se manifestait déjà quand on arrivait à tirer de l'eau claire et potable du robinet. Ou alors quelques bouteilles d'alcool chapardées ça et là devaient traîner sur les étagères...car oui, aussi étonnant que cela puisse paraître, dans un monde ou la violence est reine et où chaque cuiller de pâtes compte, l'alcool se trouve bien plus facilement que l'eau.

« Euh...ben, je vous ai oubliée ? »

Une femme pareille ne s'oubliait pas. Elle faisait preuve de charisme et de puissance, elle imposait ce qu'elle souhaitait et mieux valait ne pas discuter ses choix. Malgré tout, Nikolaas ne parvint pas à la retrouver dans sa mémoire alors qu'il conservait des souvenirs en parfait état de son enfance et de son adolescence, aussi tristes fussent-ils.
Les syllabes de son second prénom le frappèrent en plein cœur. La communauté Néerlandaise, à sa connaissance, n'était pas si étendue que cela. Cela ne pouvait être une coïncidence. Si elle ne le cherchait pas lui, elle cherchait vraisemblablement quelqu'un de sa famille.

« Adriaen est mon deuxième prénom ; le premier c'est Nikolaas. Adriaen, c'est mon père. Ou c'était, je ne sais pas. »

Malheureusement, il n'avait que sa parole contre celle de cette femme. Ses papiers d'identité avaient été détruits lorsqu'il avait quitté sa belle vie d'argent avec Chris et Doug. Insaisissables, ils devenaient libres, libres de voyager, libres de se construire une nouvelle personnalité. Doug lui-même avait lâché son identité d’antan, changeant de prénom, de nom de famille peut-être, pour fonder la sienne, loin de ces souvenirs atroces, de cette terre de sang et de larmes, de cette femme qu'il avait aimée de tout son cœur avant de lâchement l'assassiner. Nikolaas se souvenait très bien de son père et de sa mère du peu de fois qu'ils les avait croisés dans sa vie. Ils étaient tous les deux banquiers, avares d'argent, plus soucieux de la survie de leur couple que de celle de leurs enfants, qu'ils avaient abandonnés du jour au lendemain, criblés de dettes.

« Je ne peux pas vous dire où il est. Il m'a abandonné il y a plus de vingt ans maintenant, avec ma sœur Chris. S'il était à New Orleans, je le saurais. »

Ou peut-être qu'il ne le saurait pas. Peut-être qu'il ne voulait pas le savoir. Dans un sens, Maarten n'était pas le seul responsable de sa condition. Tout avait commencé à l'abandon brutal de ses parents. Si Chris et lui n'avaient pas été jetés dans la nature, ils n'auraient pas eu besoin d'une famille d'accueil. Ils n'auraient alors jamais rencontré Maarten.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Ven 24 Juil - 0:39



« But dear brother, just don't hate me.
For never standing by you, or being by your side. »


Nikolaas & Ellen
featuring

Elle était moins d’humeur que lui d’abord! C’était important de le mentionner. Parce que lui, pour une obscure raison, il avait la tête profondément dans le… il ne voulait rien entendre. Elle avait beau lui parler, lui faire entendre raison… rien à faire. Il ne voulait pas se souvenir. Genre, il l’avait oublié… sérieusement? On ne l’oubliait pas elle. Elle lui avait donc décoché un regard noir. Fallait surveiller ses mots un minimum avec elle. Le pire, c’est qu’il ne semblait pas particulièrement différent d’un humain. En fait… il ne serait peut-être même pas vraiment nourrissant. Donc ouais, elle doutait un peu quand même, si peu. Plus du tout en fait. Non, ça devait être son frère, c’était la seule solution envisageable. Parce que toutes les autres impliquaient la mort de ce dernier et elle refusait. Elle lui avait donc balancé son prénom par la tête, parce qu’il le méritait. Sauf que le monsieur avait réagi, mais pas comme prévu. Il connaissait ce nom, mais ce n’était pas exactement le sien. Nikolaas… Nikolaas Adriaen… son père? Oh… Oh merde. Ce ne pouvait pas être… Non? En prime, il continuait de dire qu’il ne l’avait pas vu, qu’il avait une sœur et tout. Ellen commençait à reprendre le dessus sur ses folles pensées. Elle était déçue, elle était sincèrement déçue parce qu’elle aurait voulu retrouver son frère, pas ce nikolaas.

« Nikolaas? Nikolaas Adriaen Lodewijck?  Et Christyntje Valentyn Lodewijck? Oh… c’était pas ce que j’avais en tête en débarquant ici. »

Parce que oui, maintenant elle pouvait comprendre un peu mieux. Qu’elle comprenait un peu mieux son erreur. Elle avait échoué, elle n’avait pas retrouvé son frère, mais surement les gamins de se dernier. Gamin qu’il avait abandonné avec on aide à elle.

« Tu es certain de ce que tu avances? »

Parce qu’on ne sait jamais, il pouvait mentir, ne pas savoir qui il était. Elle se souvenait encore du petit bambin qu’elle avait aidé son frère à fuir, il y avait une gamine aussi. C’était surement cette Chris. Donc, elle venait de tomber sur un truc plus… compliquée que juste dire à son frère sa façon de penser. Genre, être l’ainée de… nope. Non sérieusement, devoir se justifier? Aucune chance. Non merci.

« Bon. Si tu n’es pas lui, je suppose que je vais te laisser hm… faire ce que tu faisais avant que je débarque. Désolé du dérangement »

Parce que non, elle ne comptait pas vraiment jouer les tantines bienveillantes et tout expliquer au gamin qu’il était. Des trucs pour qu’il pleure, qu’il rechigne ou des trucs du genre. Pire! Il pourrait piquer une colère, donc ouais… non.

« Si tu le vois… ne lui dit pas que je le cherche. Juste au cas. »

Parce qu’au final… si son frère jouait à cache-cache avec elle, aussi bien qu’il ne sache pas qu’elle le cherchait. C’était surement le mieux quand même! Bon maintenant, la porte? Ouais, la porte. Elle n’avait rien dit, il n’allait pas comprendre. Tout irait bien. Voilà, rien de mieux. Genre, il n’avait pas compris, il n’avait fait aucun rapprochement et il l’a laisserait partir sans problème. Il n’allait pas poser de questions, parce que personne ne voulait savoir des trucs sur ses origines! Voilà!
 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Ven 24 Juil - 10:43

La femme passa par diverses émotions, par la surprise, puis la déception, et ce qui semblait être un dégoût manifeste pour celui qui se trouvait en face d'elle. Elle lâcha son patronyme complet puis celui de sa sœur jumelle avec une exactitude désarmante, sans la moindre coquille, avec le furtif accent de la langue natale du chapardeur médusé qui se trouvait devant elle. Des deux, ce dernier demeurait sans nul doute celui qui en savait le moins et celui qui restait le plus surpris devant cette étrange scène qui se déroulait sous ses yeux. La femme assura physiquement perdre le fil de cette dernière en s'en retrouva particulièrement éconduite. Nikolaas déglutit avec une difficulté semblable à celle qu'il aurait trouvée en avalant un caillou de forme irrégulière. La pierre tomba d'ailleurs lourdement dans ses entrailles lorsqu'elle osa douter de ce qu'il pouvait lui dire. En même temps, un clochard dans un studio miteux, sale et affamé, l'accueillant simplement vêtu d'un slip ne devait pas assurer la plus grande crédibilité du monde.

« Ma situation actuelle ne me permet pas de vous le prouver officiellement, mais oui, c'est bien moi. Christyntje est ma sœur. Etait. » ajouta-t-il d'un ton grave.

Quelque chose dans son esprit troublé lui chuchota une fois de plus que si son enfoiré de père et son enfoirée de mère n'avaient pas abandonné les jumeaux qu'ils étaient, les choses seraient bien différentes ; ils auraient vécu un peu plus normalement, ils n'auraient jamais connu Maarten, ils n'auraient jamais foutu le camp avec lui des étoiles plein les yeux, il n'aurait jamais atteind la Nouvelle Orléans, il ne se serait jamais abattu à cette condition misérable. Pire que tout, même si ils auraient sans doute été séparés...Chris serait certainement vivante. Il aurait pu l'espérer au fin fond de lui quand, devenu adulte il aurait essayé de la retrouver. Là, plus rien à espérer, puisqu'il l'avait vue, de ses propres yeux, rendre son dernier souffle dans ses bras.
Il se décolla du rebord de la fenêtre lorsque la perturbatrice proposa rapidement de prendre congé.

« Pardonnez-moi de ne pas avoir envie que cela arrive. »

Là tout de suite, si son père se matérialisait devant lui, il ne saurait ni quoi dire ni quoi faire. Pour le moment, une haine et une tristesse viscérales s'attachaient au souvenir qu'il conservait de lui. Nikolaas lui en voulait à un point démentiel, irréel. De ne pas s'être occupés d'eux, de les avoir abandonné, d'avoir participé, tout simplement, à leur conception.

« Attendez, vous ne pouvez pas m'expliquer...Qui êtes-vous exactement ? Nous sommes de la même famille ? »

Famille, ce mot sonna étrangement à son esprit alors qu'il constatait au même moment que tous les membres qui la composent étaient soit morts, soit disparus.

« Vous avez un rapport avec Doug ? » tenta-t-il.

Puisque le monde était petit, autant tenter le tout pour le tout et ressortir le prénom de Maarten. Ce petit prénom qu'il avait abandonné lâchement avec le reste de son identité, avec le reste de son passé, mais certainement pas avec le reste de son argent qui lui permettait de vivre confortablement avec sa femme et sa fille, fonder ce dont il ne connaissait même pas le concept. Cette putain. De famille.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Ven 24 Juil - 17:24



« But dear brother, just don't hate me.
For never standing by you, or being by your side. »


Nikolaas & Ellen
featuring

Bien sûr qu’Ellen passait par divers émotions. La pauvre, elle s’attendait à s’expliquer avec son frère, lui balancer ses quatre vérités à la tronche et elle tombait finalement sur un jeunot légèrement désemparé. Genre, un studio de merde, dans un quartier de merde… Adriaen n’aurait jamais accepté un style de vie comme celui-là. Donc, il devait tenir ça de sa mère. Ellen ne l’aimait pas celle-là, donc ouais, tous les mauvais plus que ce … Nikolaas, allait démontrer… ça viendrait d’elle. Le regard d’Ellen se plongea dans le sien à sa phrase. Pouvoir éplucher chacun de ses secrets d’un seul regard, ça aurait été celui-là. Vous savez, le genre de regard perçant et pénétrant. Était? Ce qui impliquait qu’elle était morte non?

« Je te crois. Je suis désolé pour ta sœur. Je peux comprendre le sentiment. »

Mais vous savez, d’un ton légèrement blasé par la vie. Sans émotion. La mort pour Ellen, ce n’était pas grand-chose au final. Elle avait bien tué son frère et pourtant, elle le cherchait toujours. Juste au cas. Elle était persuadé qu’il était comme elle, qu’il était un Day. Que s’il était mort, c’était pour plonger à DF et si cacher. Qu’il serait sorti quand il avait pu. Elle allait s’en aller, elle en avait assez dit. Elle n’allait pas embrouiller la pauvre vie de ce gamin avec des problèmes de familles qui le dépassait totalement. Elle n’avait rien de mieux à lui dire. Elle savait, c’était ce qui comptait au final. Elle allait donc partir, mais le gamin posa une nouvelle question. Il voulait des réponses, un minimum. Commencez à lui expliquer… c’était peut-être ne jamais arrêter. Surtout qu’il demandait pour Doug… Elle se retourna donc vers lui, l’observer. Se détournant de la porte. Il ressemblait tellement à son frère, il avait ce truc. Elle n’aurait su dire.

« Adriaen était mon frère jumeau. De là à dire si ça fait de nous des membres d’une même famille… ça sera à toi de voir. »

Avec un haussement d’épaule. Parce qu’elle était la première à savoir que si on ne voulait pas quelqu’un dans notre vie… on ne le gardait pas. Lien du sang ou pas. Demander à son fils. Bon parlant de lui… comment elle allait expliquer à Nikolaas… Elle enchaina brièvement en disant simplement :

« Moi et Doug c’est… compliqué à expliquer, mais oui j’en ai un. »

Comment elle avait pu se retrouver dans cette situation? Passé de la femme qui avait des questions à celle qui répondait aux questions? Celle qui avait de l’information à donner? Parfois, l’ignorance c’était bien non? Elle n’allait quand même pas balancer à Nikolaas que lui et l’autre était de la même famille. Déjà qu’ils se connaissaient… aussi bien attendre de savoir comment ils étaient liés.

« Votre relation est comment? »

Parce qu’elle les avait vu ensemble, elle savait qu’ils se connaissaient, mais elle n’avait pas les détails. Tranquillement, elle rentrait dans la vie de son fils par la bande. Elle n’avait pas vraiment d’autre moyen de le faire. Bon d’accord, elle aurait pu lui forcer la main, mais… même si c’était l’idée la plus simple, ce n’était peut-être pas la plus efficace. Parce que séquestrer quelqu’un jusqu’à ce qu’il vous apprécie… c’était tellement long au final, que la meilleure solution était surement le détour comme elle le faisait en ce moment.
 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Ven 24 Juil - 21:23

« Si vous avez perdu une jumelle, vous pouvez effectivement avoir une petite idée de ce que je ressens. »

Le ton du chapardeur se fit inconsciemment amer, avant de virer dans des notes plus banales, comme s'il était blasé de cette réalité. On ne se remettait jamais vraiment de la mort de ceux qu'on aimait, surtout quand ces derniers étaient décédés trop tôt. Même si tout le monde meurt toujours trop tôt. Il soupira préférant ne pas parler de cela. Cette femme qui faisait irruption dans sa vie comme dans son appartement lui retournait le cerveau, remettait en cause tout un tas de fondations qu'il avait à peine érigées.
La révélation de la jeune femme fit lourdement tomber une pierre dans son estomac. Son cœur bondit dans sa poitrine et une bouffée de chaleur lui fit éprouver de la gratitude pour l'unique vêtement qu'il portait. Ses yeux s'écarquillèrent, peignant sur son visage une expression d'incrédulité extrême mêlée de peur et de soulagement. Son frère jumeau ? Il était donc mort ? C'était donc lui qui jouait ? Nikolaas déglutit avec une difficulté insondable.

« Vous êtes donc...ma tante ? »

Oui, bien joué Nikolaas. En général, la sœur de ton père, c'est ta tante. Il manqua de défaillir, se raccrochant au chambranle de la fenêtre. Puis, lentement, il s'approcha d'elle, analysant les traits de son visage, le grain de sa peau, la courbe de ses yeux, la ligne de ses cheveux et de ses épaules. Ce n'était pas à Chris qu'elle ressemblait, c'était à ton père. Ce qui revenait plus ou moins au même, puisqu'ils possédaient ce même effet de miroir avec leur géniteur.

« Vous êtes plus ou moins le seul membre de ma famille encore en vie, comment je pourrais vous renier ou vous rejeter ? »

La révélation l'ébranle totalement. Aucun de ses masques n'est assez puissant pour l'aider à affronter cette nouvelle réalité qui s'impose à lui. Il respira difficilement, s'appuyant à la table, les reins contre le plateau de bois, sans perdre de vue la jeune femme comme s'il voulait imprimer définitivement sa silhouette dans son esprit, afin de pouvoir la faire revivre dans ses souvenirs si jamais elle venait à disparaître. Comme son père, comme sa sœur, comme tout le monde. Elle sous-entendit un lien avec Doug...mais...sachant qu'elle avait déjà un lien du sang avec lui, se pourrait-il que...

« Inexistante. »

Mieux valait être franc. Vous ne vous êtes plus fréquentés après la mort de Chris et même depuis que tu l'as recroisé à New Orleans, plus rien ne sera jamais pareil. Vous allez certainement vous haïr toute votre vie, tout en étant rassuré par la survie de l'autre dans son coin.

« C'est à dire qu'elles sont devenues très tendues quand il a tiré une balle dans la tête de ma sœur. »

Tes phalanges se serrent légèrement, avant de se détendre. Alors là, chérie, si vraiment tu as un lien avec lui, il va falloir t'accrocher sévèrement, parce qu'il y a énormément à dire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Ven 24 Juil - 22:15



« But dear brother, just don't hate me.
For never standing by you, or being by your side. »


Nikolaas & Ellen
featuring

« Et si c’est ta connerie à toi qui l'a fait disparaître, tu pourras me comprendre aussi. »

Parce qu’au final, c’était ça. Elle se croyait apte à faire des skins, elle avait manqué son coup et elle l’avait tué. Elle l’avait fait disparaître et avait amorcé la fin de sa propre déchéance. La joie quoi. Elle lui avait ensuite balancé qu’elle était la sœur de son père, comme ça, il savait plus ou moins l’important dans l’histoire. Il ne connaissait pas toute l’histoire, mais une partie, il y gagnait au change, vraiment. Il réalisait tranquillement qu’elle était sa tante, qu’elle était de sa famille et qu’il ne savait même pas qu’elle existait une heure plus tôt.

« On dirait bien. »

Parce que mieux valait qu’elle ne se dise pas qu’elle avait trouvé une famille, qu’elle pourrait recommencer à neuf avec celui-là. Il rajoutait qu’elle était un des seuls membres de sa famille en vie. Ce qui était surement vrai. Sauf qu’il rajoutait un truc qui l’a mettait ambivalente. Genre, elle était heureuse de l’entendre, mais en même temps… rien n’était moins sûr que cela.

« On a cette tendance à l’abandon et au rejet dans la famille. Alors sait-on jamais. »

Il était bien placé pour le savoir non? Son père les avait abandonnés. Ellen avait abandonné son fils. Tout le monde abandonnait tout le monde dans cette famille. Tout le monde croyait que seul, c’était mieux. Elle ne pensait donc pas que leur gamin aurait envie de se rattacher à une valeur aussi futile que la famille. Il parla ensuite de Doug, de mon Doug, parce que si lui était mon neveu, l’autre était mon fils, je n’en doutais plus. Nikolaas mentionna que leur relation était inexistante, que c’était devenu tendu depuis qu’il avait mis une balle dans la tête de sa sœur. Ouf. D’accord. Elle pouvait comprendre la tension. Elle avait peut-être tué son frère, mais c’était d’un commun accord. Son frère voulait devenir skins, mais elle avait échoué. Pour gérer l’annonce de la nouvelle, elle avait refermé les poings. Oh, elle ne lui en voulait pas, loin de là. Si elle avait été là. Si elle ne l’avait pas abandonné… ce ne serait pas arrivé. C’était étrange quand même que les gamins se soient rencontrés avec le temps… Elle avait finalement décrispé les mains, récupérant le sang dans ses doigts. D’accord, parler… expliquer, partir? Non, pas partir. Pour le moment, Nikolaas était un accès direct à son fils et… il avait l’air sympa. Genre, pas de crise ni rien, il était bien.

« On a cette tendance dans la famille, tuer les gens qu’on aime. Ça ou les abandonner. C’est juste triste que ça se soit passé d’une génération à l’autre. »

Parce qu’elle n’allait pas en vouloir à son fils d’avoir tué sa cousine. Elle avait bien tué son frère elle. Du coup, la mort c’était très subjectif non? En prime, si elle était morte avant l’ouverture des portes… qui sait, elle était peut-être une Day qui ne s’assumait pas. Sait-on jamais, elle en était bien une, elle. Elle ne pouvait pas croire qu’elle était la seule de la famille. Genre Nikolaas, il semblait normal, mais… sait-on jamais.  Elle était nulle pour repérer ses compères en fait. Elle était surtout douée pour choisir le prochain repas.

« Il ne devait même pas savoir qu’il tuait sa cousine… »

Parce qu’au final, c’était ça non? Il ne pouvait pas savoir qu’il mettait une balle à sa cousine, il ne pouvait pas savoir que sa mère et le père de cette dernière était jumeau. Il ne pouvait pas deviner et personne ne lui aurait dit. Parce qu’elle l’avait abandonné sans moyen de le savoir. Finalement, avec ou sans elle, sa famille était toujours noyé dans cette espèce de drame constant. Dire qu’elle avait tout abandonné pour oublier… et la revoilà, sautant dans la flaque d’eau à pied joint.
 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Sam 25 Juil - 11:20

Ce n'était pas le cas. Chris n'avait pas entièrement disparu par sa faute. Bien sûr il était en partie responsable de sa mort puisqu'il s'était toujours juré de la protéger. Longtemps il avait culpabilisé d'avoir été épargné par Maarten. Longtemps il aurait voulu avoir pris la balle qui l'avait tuée. Est-ce que ses remords allaient ramener son âme-sœur ? Non. Il avait fini par le comprendre, au prix de longues et douloureuses années de deuil dans les larmes et la merde. Car le pire ne résidait pas dans le fait que Maarten avait accidentellement tué sa demi-sœur et petite amie ce soir là, mais dans on action détestable d'avoir fui en demandant son reste, non, en l'arrachant à Nikolaas. Toute sa vie avait été détruite d'une balle dans la tête de la seule femme de sa vie et il avait du tout reconstruire derrière. Oui, cette femme avait terriblement raison : l'instinct d'abandon était plus développé que jamais dans la famille Lodewijck. Le chapardeur acquiesça d'un signe de tête.

« Et vous, allez-vous m'abandonner ? »

Aucun reproche ne perçait dans sa voix. Il avait perdu le courage de la rancune qu'il avait nourrie pendant des années envers ses parents et son demi-frère. Il avait perdu l'envie de casser les seuls repères qui pouvaient encore se pointer dans sa vie. Cette femme qui s'avérait être sa tante était un espoir, la lueur au bout du tunnel obscur de son existence noyée dans la boue et la faim. Son cœur cognait fortement dans sa poitrine alors qu'il sentait les secondes s’égrener autour d'eux, s'attendant à ce qu'elle disparaisse d'un moment à l'autre parce qu'il était en train de rêver. Oui, c'était impossible autrement, il était en train de rêver. Quand Maarten était réapparu, c'était pour mieux disparaître derrière. Le chapardeur remarqua que la jeune femme serrait les poings à l'annonce de la mort de Chris. L'avait-elle connue ?
Elle la commenta d'une manière blasée. Était-elle donc la responsable de la mort de son père ? Bon sang mais quelle idée. C'était la vie qui devait se transmettre de génération en génération. Pas la mort ! Le naturel désarmant avec lequel elle lâcha une bombe dans le salon coupa le souffle de Nikolaas. Il s'était attendu à tout, absolument tout, sauf à ça. Ses yeux se gorgèrent de larmes, son cœur manqua un battement, tandis que la bombe explosait dans son estomac, réduisant en charpie tout ce que l'acide n'avait pas déjà consumé. Il se retint difficilement à la table, vacillant. Sa vue se troubla. Une bouffée de chaleur gravit les parois de tout son être.

« Il était son amant. »

Il était son demi-frère, son copain, son confident, son futur fiancé, il était l'homme de sa vie. Et elle était sa foutue cousine. Ce ne pouvait pas être une coïncidence. Leur adoption commune n'avait pas pu être orchestrée des baguettes du hasard, c'était impossible. Le monde ne pouvait pas être petit à ce point. Cette femme avait donc transmis à Maarten cet instinct de lâcheté meurtrière. S'il avait pu avoir envie de la tuer à son tour, cette pulsion s'effaça brutalement.
Il comprit alors pourquoi elle était incapable de lui en vouloir.

« Alors il est votre fils. »

Simple constatation d'une voix atone, brisée dans un murmure sanglotant. Nikolaas baissa la tête, perdit son regard troublé par les larmes dans les motifs du tapis rapiécé sur lequel reposait le lourd canapé. Les pièces du puzzle s'assemblaient enfin dans son esprit.

« Ne partez pas. » implora-t-il.

Il était définitivement issu d'une famille de dingues.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Dim 26 Juil - 21:52



« But dear brother, just don't hate me.
For never standing by you, or being by your side. »


Nikolaas & Ellen
featuring

Voilà, elle c’était clairement mit dans une situation complexe. Elle avait amorcé une discussion qu’elle n’était pas certaine de vouloir terminer, elle avait trop parlé, mais en général elle le faisait seule ça, par avec les gens. Parce que oui, la solitude la faisait parfois dire n’importe quoi, mais elle n’était pas seule là, elle ne pouvait pas vraiment se permettre de dire n’importe quoi à voix haute. Surtout pas dans ce genre de situation. Genre, il était triste le gamin et c’était de sa faute à elle. Bon d’accord, pas vraiment, pas du tout même, mais elle avait fait remonter un moment difficile à la surface. Elle n’aurait jamais dû venir ici finalement. C’était pratique pour elle, mais pas pour le gamin. Elle gardait quand même l’espoir qu’il puisse peut-être la rapprocher de son fils. Il pouvait être utile et il fallait l’avouer, il avait l’air seul. Alors quand il lui avait demandé si elle aussi allait l’abandonne, elle ne sut absolument pas quoi répondre sur le coup. Son regard se posa sur lui, détaillant ses traits, des traits qu’elle avait confondu peu de temps auparavant.

« Le jour où tu me le demanderas, je disparaitrai, mais d’ici là, je ne vais pas m’envoler. »

Non, elle n’allait pas partir, parce qu’elle avait retrouvé son fils et qu’elle voulait… elle voulait récupérer son fils, voilà. Si elle récupérait un neveu au passage… pourquoi pas. Elle s’occuperait un peu du fils de son frère et peut-être que ce connard cesserait de faire le mort. C’était une éventualité non? Elle aurait pu tenter de lui faire un sourire, mais le restant de la conversation s’assombrissait à vitesse grand V. Donc, elle ne le fit pas. L’annonce de la mort d’une gamine, d’une sœur, d’une nièce, ce n’était jamais facile, mais c’était pire d’une certaine façon en ce moment. Parce qu’Ellen savait que la mort d’un être cher pesait généralement lourd, il y avait tout un prix à payer. Elle n’avait pas su gérer ce poids et elle en était morte. Juste que pour elle, la mort était subjective. Elle se demandait quand même si son fils avait été plus fort qu’elle pour encaisser, surement. Il était toujours là lui. Il ne savait même pas qu’il tuait sa cousine, chose qui marqua Nikolaas. Elle l’avait vu réagir à cette annonce. Il avait franchement du mal à contenir ses émotions, elle aurait voulu l’aider à se ressaisir, mais la suite la fit avaler de travers. Ils avaient été amant. On était attirant dans la famille, c’était logique, mais… pitié, il n’avait pas fait de bébé hein? Parce que sinon… c’était chiant quand même.


« Je vois. Vous ne saviez pas tous les trois. On ne va pas en rajouter. »

Quoi? Elle n’allait pas en rajouter une couche. Maintenant il savait, ça réveillerait des souvenirs qu’il valait mieux enfouir de nouveau. C’était sincèrement le mieux pour tout le monde. Elle disait que c’était de famille et c’était vrai, mais elle avait tué par accident. En fait, chaque meurtre qu’elle avait fait n’était jamais véritablement voulu, même en étant Day. Le problème, c’est qu’elle oubliait de s’arrêter quand elle se nourrissait. Du coup, sa proie ne survivait pas, mais ça… c’était une autre histoire. Disons que les morts par accident, c’était relativement courant dans la famille. Sauf que son fils, c’était d’une balle dans la tête. Est-ce que ça pouvait réellement être un accident? Il était franchement talentueux pour les accidents alors. Elle ramena son regard sur lui lorsqu’il posa l’évidence. Doug était mon fils. Je lui avais dit que c’était compliqué, maintenant il savait à quel point. Maintenant que Nikolaas savait, qu’il avait l’air ouvert à l’idée d’une « famille » peut-être valait mieux lui en parler un peu plus. S’en faire un allier. Peut-être que lui pourrait convaincre l’autre un minimum et sauver du travail à Ellen. Surtout que maintenant, Nikolaas refusait qu’elle parte. Alors elle se rapprocha de lui, sans le toucher, ni rien, parce qu’elle savait comment consoler un homme, comment lui changer les idées, mais pas comment consoler un enfant, comment consoler son neveu.

« Je ne partirai pas Nikolaas. Prend ton temps pour… accepter l’information. Ça va aller. »

Comme ça, c’était clair au moins. Elle n’allait pas partir, elle n’allait pas l’abandonner dans ce moment difficile. Il était grand, il n’avait pas besoin d’elle, mais pourtant… il donnait l’impression que oui. Elle n’imaginait même pas alors comment ils auraient eu besoin de leur parent étant jeune. En fait, elle avait abandonné son fils oui, elle l’avait bien vécu oui, mais… elle avait une situation atténuante quand même.

« Je t’ai trouvé toi d’abord et j’ai cru que c’était toi mon fils. Tu avais un air de famille. Alors j’ai cherché comment t’aborder. Ensuite, je t’ai vu avec lui et j’ai compris que c’était lui en fait mon fils. Il a des traits de son père. Je ne peux pas l’ignorer. Pourtant, je me demandais toujours qui tu étais toi. Plus je me demandais et plus tu me faisais penser à mon frère. Alors j’ai cru que tu étais lui et j’ai débarqué. »

Parce que l’information c’était bien. Attirer les sympathies du neveu aussi et c’était un peu comme une répétition général de la révélation soudaine. Genre, elle pourrait voir ce qui passait, de ce qui ne passait pas. Une fois dit, elle saurait bien comment aborder son fils.

« Je suppose que 23 ans à Darkness Falls, c’est pas génial sur la perception du temps. La dernière fois que j’ai vu ton père… il avait ton âge je pense.»

Rendu-là, on était dans les révélations! Aussi bien continuer dans ce domaine. En prime, elle, ça lui faisait du bien d’en parler à quelqu’un. C’était un peu comme quand elle parlait avec Adriaen. Elle pouvait avoir cette espèce d’intimité avec lui qu’elle aurait pu donner rapidement à Nikolaas. Comme si elle oubliait de nouveau qu’il était lui et non son frère. En fait, elle l’oublierait surement régulièrement, parce que le cerveau d’Ellen était particulier, il avait été brisé par le temps et elle s’en fichait relativement.
 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Lun 27 Juil - 16:49

Il apprécia la douceur lucide et le pragmatisme mature de celle qui se disait être sa tante. Il ne connaissait pas son nom, il la voyait pour la première fois de sa vie et pourtant il n'avait déjà cernée. Il suffisait d'observer sa démarche, sa tentative d'approche avortée de l'être faible qu'il était, l'élocution sobre et sans drame dont elle s'exprimait, pour comprendre qu'il s'agissait d'une femme blasée des sentiments, et brisée par vingt-trois longues années de pénitence magique. Nikolaas la regarda s'avancer vers lui. Elle aurait pu disparaître comme elle était venue, faire une sortie aussi fracassante que son entrée alors il tentait de la retenir par tous les moyens du monde, le temps de s'imprégner de sa chaleur féminine, de sa présence forte et tendre, celle que Maarten avait fuie, comme il fuyait tout ce qu'il aimait.

« J'ai été abandonné à la racine de mon adolescence, privé d'identité l'espace d'un souffle, arraché à ma sœur par une balle tirée de mon demi frère à même pas quinze ans, laissé derrière les barreaux d'une prison sans repères avant d'être majeur. J'ai traversé une édition des Hunter Season's. Ma vie a été détruite avant que j'ai le temps de réellement la prendre en main, et je vis depuis chaque jour sans savoir si je vais voir le lendemain, sans savoir si mes derniers repères ne vont pas me tourner le dos. »

Eamon, Chayton, Livio, Maarten. Quatre piliers de sa vie qui pouvaient s'écrouler à tout moment. Le dernier était tombé avec la mort de Chris. Le premier se fissurait dangereusement. Le troisième apparaissait et disparaissait comme un souvenir, comme il le faisait lui-même. Il ne restait que Chayton, mais Chayton n'était pas là.

« Alors pardonnez-moi, mais je ne sais plus ce que signifie prendre son temps depuis que je sais que je peux mourir à tout moment. »

Malgré tout, lorsqu'elle lui intima de se détendre en lui assurant qu'elle allait rester, Nikolaas lâcha le plateau de la table avant de se propulser timidement dessus de sorte de pouvoir s'y asseoir. Recourbé, les yeux vers le sol, en slip, les jambes pendant dans le vide, il exprimait toute sa faiblesse humaine et toutes les cicatrices sales que le temps de son existence malheureuse avait gravées dans son corps. Il releva la tête et planta ses yeux dans ceux de sa tante, écoutant son récit comme il écoutait ceux de Livio. Ressemblait-il tant à son père pour qu'elle l'ait confondu ? Déguisé, il était impossible à reconnaître, alors comment avait-elle pu saisir les contours de son visage maquillé ? Mystère.

« Il faut que vous sachiez que Doug a changé d'identité après la mort de Chris. Il est devenu Maarten et s'est rangé. Il a une femme, et une fille. »

En somme il avait réussi sur tous les plans où son chapardeur de demi-frère, pardon, de cousin, avait échoué. La famille, un concept bien étrange chez les Lodewijck. D'ailleurs...

« Je pourrais peut-être vous tutoyer et vous appeler par votre prénom si vous me le donnez. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Mar 28 Juil - 5:01



« But dear brother, just don't hate me.
For never standing by you, or being by your side. »


Nikolaas & Ellen
featuring

Qu’est-ce qu’elle pouvait fait de plus en ce moment quand même? Elle n’allait pas partir, claquer la porte et risquer de perdre se faible lien avec son fils, avec sa famille. Comme ce terme n’avait pas été utilisé depuis longtemps en fait. Une famille, c’était quelque chose de flou pour elle, pour eux. Niveau famille ratée, la leur gagnait des prix, vraiment. Il s’expliquait un peu. Expliquant son abandon, sa vie, son existence si on veut.

« Tu es un Lodewijck. Même si la vie nous en met plein la gueule… on s’étonne toujours d’être le dernier debout. Tu verras le lendemain, les autres d’après et même si tes repères te tourne le dos, tu t’en feras d’autre. On s’en trouve toujours d’autre. »

Elle ne se voulait pas positive à proprement parler, mais ça donnait l’impression d’être le cas. Elle était plutôt fataliste en fait. Parce que c’était son cas à elle. Elle avait toujours tenté de tuer ses repères, elle avait tenté de fuir au bout du monde, d’oublier, elle avait eu de tout dans sa vie et à chaque fois, elle s’en était sortie. Non sérieusement, même la mort n’avait pas voulu d’elle plus de 23 ans. Elle cherchait son frère, parce qu’elle le croyait toujours en vie. Elle n’y pouvait rien au final.

« Eh bien gamin, la personne la plus dangereuse dans cette pièce, c’est clairement moi. Donc je te promets que tu ne mourras pas dans l’heure. Tu peux digérer l’information tranquille. »

Sans vraiment s’en rendre compte, elle lui promettait de le défendre si une vilaine créature débarquait et sérieusement… elle le ferait. Elle n’en mourait surement pas ou n’irait pas jusque-là, mais… elle ne le jetterait pas au requin pour s’en sortir plus facilement. Il était… elle le prenait pour son frère, son frère lui manquait, du coup… elle avait un manque à combler et Nikolaas ferait le travail le temps qu’il faudrait. Il avait l’air tellement jeune comme ça, assit sur le comptoir, en slip, les jambes dans le vide, le cœur gros. Il donnait envie de le réconforter, mais… elle n’allait pas le faire. Elle n’était pas ce genre de femme. Elle commençait à se découvrir une fibre maternelle, mais… elle ne pouvait pas aller plus vite que la musique. Elle lui raconta donc une histoire pour lui changer les idées, tout simplement. Une information contre une information? C’était peut-être comme ça qu’il fonctionnait. Il mentionnait que Doug avait changé d’identité après la mort de Chris. Qu’il était devenu Maarten, qu’il avait une femme et une fille. Dieu, une gamine? Sérieusement? Non? Pitié? Pas de grand-mère, elle ne voulait pas être une grand-mère quand même. Elle était trop jeune pour ça et elle le serait toujours techniquement.

« Je vais déjà voir comment lui en parler… ce que je n’ai pas encore réussit à faire pour ensuite… gérer ce que ça implique je suppose. »

Parce qu’au final, c’était ça quand même. Elle n’avait même pas osé parler avec son fils encore. Alors gérer le fait qu’il avait une femme et une fille… non merci. Elle était très capable de le ranger dans un coin de son esprit et d’oublier ce détail particulièrement désagréable. Il rajoutait qu’il pourrait la tutoyer. L’appeler par son prénom même. C’est vrai qu’elle ne c’était jamais présenté. Chose qui la fit sourire, fallait bien l’avouer.

« Bien sûr que tu peux, je suis trop jeune pour être vouvoyé de toute façon. Je m’appelle Ellen. Ellen Lodewijck, mais maintenant Ellen Roos. Se marier, c’est toujours drôle, surtout si ça te permet de changer de nom au passage.

Elle souriait. Elle n’allait pas expliquer encore la nature de son job à son neveu. Elle n’allait pas lui montrer à quel point sa famille en plus d’être dysfonctionnel, trempait dans des trucs louches.

« Toi, tu devrais aller t’habiller, à moins que tu ais des tendances nudistes, mais ça… tu dois tenir ça de ta mère en fait, pas de nous. Promit, je ne me sauve pas. »

Elle lui souriait. Pas qu’elle avait quelque chose contre la nudité de son neveu. Elle pouvait maintenant dire que son frère avait fait un travail très décent, mais… ce n’était peut-être pas le genre de chose à penser en ce moment.

 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Crédibilité du Slip | Tantine ♥   Mar 28 Juil - 13:07

La remarque cloua Nikolaas par sa véracité et son optimisme. Malgré le ton qu'elle employait, Ellen lui donnait réellement du courage. Aussi loin qu'il puisse s'en souvenir, après la mort de Chris, personne n'avait jamais pris le temps de le réconforter, à part peut-être Chayton, mais Chayton ne pouvait pas remplacer son père ou sa mère, avec tout l'instinct protecteur que ses instincts de félin notamment, pouvaient lui conférer.
Gamin ? Oui, peut-être, concéda-t-il, sans réagir. Il avait l'étoffe d'un homme mais la substance intérieure d'un enfant qui avait grandi trop vite, qui n'avait pas eu d'enfance, pas eu d'adolescence, que la vie avait directement pris entre ses griffes en lui mettant devant les yeux, au lieu de l'apprentissage et du cocon familial, l'horreur du monde. La soi-disant dangerosité de la jeune femme lui mit la puce à l'oreille.

« Dangereuse ? C'a un rapport avec votre Darkness Falls ? Qu'est-ce que c'est ? C'est une prison ? »

Ca ne lui évoquait rien de particulier. Elle avait très bien pu passer une vingtaine d'années dans un établissement spécialisé – en abandonnant son fils et tuant son frère jumeau, il y avait sérieusement de quoi – et en ressortir totalement changée, déshumanisée, dangereuse comme elle le disait. Nikolaas ne possédait aucun instinct magique lui permettant de ressentir les pouvoirs de la personne qui se trouvait en face de lui, ni son aura spirituel, ni le fait que bien sûr que si, il était réellement en danger avec elle. Au lieu de cela, son cœur vibra d'une gratitude infinie pour cette femme apparue comme un ange dans sa vie, qui semblait promettre de le protéger, ainsi que la mère qu'il n'avait jamais réellement eue.

« Merci. »

Qu'est-ce qu'il pouvait dire d'autre, de toute façon ? Les sentiments c'était pas son truc et il ne pouvait donc pas comprendre la force de ceux qui étaient en train de lui retourner l'estomac. Il avait donc un bout de famille, quelque part, un bout de famille qui ne le reniait, un bout de famille qui promettait implicitement de le protéger s'il en avait besoin. Un bout de famille, en la présence d'Ellen, qui s'était mariée pour changer de nom, d'identité, en mentionnant que c'était drôle. Ah ! Là elle évoquait un terrain qu'il connaissait, qui lui plaisait. Il lui rendit son sourire.

« Il n'y a pas besoin de se marier pour changer de nom, vous savez, il suffit de jouer, de changer perpétuellement d'identité, de rentrer dans un personnage. »

Suivant son conseil il descendit de la table pour chopper deux trois vêtements laissés tombés sur le dossier du canapé. Il enfila le tee-shirt et le jean rapiécé de ses jours neutres avant de tendre la main en direction de l'une des chaises entourant la table, recouverte d'une large veste de costume.

« Ici c'est la veste de Gérald, riche banquier adoré de ces dames et grand fanatique du casino. Là bas, c'est le chapeau de Michael, un artiste de rue mélancolique. Et ici, c'est Charles, un bourgeois qui ne lâche jamais son écharpe de hipster même quand il fait quarante degrés. »

Il passa sa ceinture dans les passants afin de serrer son jean contre ses hanches trop maigres avant de se rapprocher d'elle.

« Je ne suis jamais la même personne. Artiste, chapardeur, conteur et acteur, je suis ce petit souvenir qui s'efface dans la tête des gens au même titre d'un billet, un bijou ou une autre chose de grand valeur disparaît de leur sac et de leur poche. C'est ainsi que je vis désormais, au jour le jour. »

Avec un sourire, il leva la paume et l'ouvrit, pour lui redonner le portefeuille qu'il avait discrètement dérobé de la poche d'Ellen.
Revenir en haut Aller en bas
 

La Crédibilité du Slip | Tantine ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Décoche intempestive dans -Propriétés Internet- ? (Win ME)
» Récompense 2010
» membres online + chat
» SLIP INTO THE MEMORY - Memories never die (A archiver, merci ! )
» FS- 3*Scythe Slip Stream 120 mm Slim Case Fan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-