AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 that's not the pussy i expected - ange&nat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: that's not the pussy i expected - ange&nat   Mar 28 Juil - 2:06


«that's not the pussy i expected »



Ange et Nathan
featuring

Si d’aventure tu étais plutôt du genre à te balader dans la nature, là, tu contrevenais à tes habitudes les plus primaires en arpentant les ruelles de la ville. Les odeurs d’égouts te prenaient déjà à la gorge et  tu osais à peine respirer tellement les poubelles et l’odeur ambiante était malodorante. Tu détestais la ville et tu n’y allais qu’en cas d’extrême nécessité. Là, c’en était une, et tu avais accepté à contrecœur ce petit contrat. Tu manquais de clients ces derniers temps, pour la simple et bonne raison que les animaux restaient chez eux, bien en dehors de la ville. On avait tenté de t’approcher une ou deux fois pour éliminer des zombies, mais tu avais poliment refusé.

De devoir tuer des semblants d’humain ne te plaisait pas du tout et même si l’idée t’avait vaguement effleuré, tu te refusais toujours à faire du mal à ce qui se rapprochait plus ou moins d’un humain, de peur d’éveiller des souvenirs que tu tentais d’enfouir au plus profond de ton être. Et ce même si ils refaisaient surfaces de temps à autre, comme des bouts de cadavres putréfiés qui refusaient de rester immerger dans l’eau pour se faire oublier.

Et te voilà en pleine ville à chasser, enfin. Tu cherchais surtout. À petit contrat petite paye, mais il te fallait manger, payer ta misérable cabane, et pouvoir avoir le loisir de boire ton poids en alcool. En gros, tu ne refusais presque rien, comme une prostituée de la rue, tu étais tellement en manque de boulot que tu en étais presque à mendier chez tes voisins dans l’espoir d’avoir au moins une coquerelle à éliminer ou un serpent à relocaliser. Tu n’avais pas donc pu refuser l’appel à l’aide de cette pauvre vieille femme (enfin, au timbre de sa voix, tu en avais déduis qu’elle était vieille), lorsqu’elle t’avait suppliée de retrouver son chat Mittens. Bon déjà, les chats, tu n’avais jamais pu les blairer, malgré tout ton respect envers le royaume animal. Tu les considérais comme des parasites. Des parasites qui avaient la chance d’avoir une tête adorable. Mitigé, tu avais quand même accepté lorsque tu avais senti qu’elle était sur le point de pleurer.

Te voilà donc en pleine nuit à chercher un chat gris. Quel cliché tu étais. Mais tu n’avais pas le choix. Elle t’offrait un beau petit montant. Sauf que son putain de chat, tu ne le trouvais pas. Après trois heures à chercher et à crier des ‘’Mittens’’ en te faisant juger par les passants, tu avais envie de lui rapporter n’importe quel chat. Sauf que le sien avait ce petit foulard avec son petit prénom. Ça t’enlevait donc toute option de lui rapporter un imposteur.

Tu cherchais une autre option en parcourant la ruelle pour la millième fois. Tu avais fait le tour du voisinage à pieds et tu redoutais que les habitants appellent les autorités pour venir voir ce que tu y tramais. Tu allais abandonner, lorsque tu le vois. Ce satané chat, au bout de la rue, te nargue avec ses grands yeux jaunes et son petit foulard fuchsia d’où scintille son prénom brodé en fils d’argent. « Te voilà fils de pute. »

Tu craches, impatient de mettre la main sur ce matou. T’es prêt, t’as attendu ce moment toute la soirée, mais dès que tu fais un pas, il disparaît et se faufile entre deux voitures. Hell no. Tu ne le laisseras pas filer ce p’tit con. Vif ou mort, tu prenais cette chasse très au sérieux. Il ne t’en faut pas plus pour t’élancer à sa suite, mettant à l’épreuve tes capacités physiques. Heureusement, ton métier te garde en forme, assez pour que tu puisses le rattraper tandis qu’il se faufile entre deux poubelles.

Tu l’entends la douce mélodie qu’émet sa cloche sur son collier lorsqu’il se met à fouiller. C’est presque une musique divine à tes oreilles. Tu es tout près du but, tu vois même le bout de sa queue dépasser là, tout près.

À pas furtifs, tu t’en approches, silencieux, allant même jusqu’à cesser de respirer pour qu’il ne te voit pas arriver. Il n’est qu’à quelques pas de toi. Il ne se doute de rien ce petit con, mais dès que tu vas l’attraper, tu ne le lâcheras pas. Ton salaire en dépendait, ta vie en dépendait! Bon, peut-être pas, mais il n’allait pas filer.

Tu t’élances de façon très peu gracieuse vers le félin, tous doigts tendus pour l’attraper fermement par la peau du cou. VICTOIRE. Tu le tiens ce petit con de…

Où est son foulard? Pourquoi il n’est pas gris? « PUTAIN C’EST QUOI CE BORDEL T’ES PAS MITTENS? » Que tu lui gueules dessus, comme si tout était sa faute.







Dernière édition par Nathan McFadden le Lun 3 Aoû - 2:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5901
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: that's not the pussy i expected - ange&nat   Mer 29 Juil - 20:35



 

 
that's not the pussy i expected

 
“Une maison sans chat est un aquarium sans poisson.”


  Une journée comme les autres, depuis que l'on m'avait officiellement enterré. Cacher dans ce petit appartement miteux à espérer trouver quelque chose qui m'occuperait l'esprit, j'avais fini par hurler mon envie de sortir me dégourdir les jambes. Ma louve s'excitait toute seule  à l'idée d'être libre de chasser quelques passants sans pour autant les mordre. Incapable de lui résister, je me trouvais une ruelle sombre et me dénudais sans me soucier de ce qui m'entourait. Plaisant grandement à l'itinérant qui se rinçait l'œil gratuitement. M'étirant comme une chatte, je laissais soudainement le changement opérer. Pour la première fois de ma vie, je poussais un cri d'inconfort alors même que j'abandonnais ma peau d'humaine. Quelque chose n'allait pas, n'allait définitivement pas. Incapable de trouver mes mots, mon esprit vacilla vers sa part animal sans pour autant y retrouver le réconfort familier. En l'espace de quelques minutes, je me retrouvais prisonnière d'une apparence m'étant étrangère. Ma louve hurlait au scandale, tandis que mes pattes de velours me semblaient ridiculement petites. Étirant mon corps pour l'aider à ne pas se courbaturer je fus saisi par la grosseur des objets. Définitivement… Je n'avais pas retrouvé l'apparence si familière de ma louve adorée.

  Protestant, je fus surprise d'entendre un feulement si… Félin sortir de ma gorge. Avançant lentement, je m'arrêtais dès qu'une vitre fut en mesure de me renvoyer mon reflet. Là où normalement, je trouvais le corps presque imberbe de ma louve de Tasmanie et sa gueule menaçante, je découvris la silhouette couverte de poils de chaton. Enfin, un chat… Adulte… De la grosseur d'un chaton. Son poils, ses oreilles, ses canines toutes mignonne… Oui, j'étais un chat. Incapable de comprendre ce qui m'avait mené à ce changement, je me rassurais en ressentant l'offense qui venait directement de ma louve. Elle n'avait pas encore adopté la boule de poils, mais moi je l'aimais déjà. J'étais irrésistible, même à mes propres yeux. Et puis, je passerais beaucoup plus inaperçu en ville ainsi.

Je passais les prochaines heures à découvrir l'agilité de ma nouvelle apparence et les avantages à être aussi menu. Je m'amusais comme je l'avais peu fait depuis ses dernières années. J'avais l'impression d'être libéré d'un poids et d'un fardeau. Ce qui me plaisait, mais ne durait pas. Je me connaissais, je ne pouvais pas abandonner ma fille ou encore, mes frères. Ni même… Non, lui je ne me l'avouerais pas. Assise sur mon joli petit postérieur souple, je prenais le temps de lécher mon poil pour mieux tester ma flexibilité, lorsque je découvris l'horreur que pouvait cacher ma forme actuelle. « PUTAIN C'EST QUOI CE BORDEL T'ES PAS MITTENS? » Quatre pattes dans les airs, un homme vulgaire venait officiellement de me kidnapper. Encore. Pour la quatrième fois de ces trois derniers mois, je me retrouvais prise en otage par un parfait inconnu. Furieuse, j'eus le réflexe de feuler et mordre tout ce qui passait proche de moi. Griffant aussi, cette peau si tendre que les humains avaient. Je laissais libre court à mes instincts de chasser miniature et je me retrouvais, sans vraiment savoir comment, sur le torse de cet homme. Assassinant son chandail, sans aucun remord et rebroussant ma fourrure jusqu'à faire compétition avec un hérisson. À ce même instant, un chat gris fila entre les jambes de l'homme bouclé et je me retrouvais au sol en moins de deux. J'ignorais comment, mais atterrissant sur mes quatre pattes, je constatais rapidement que je n'étais pas la seule à avoir chuté. J'aurais peut-être dû prendre la fuite, mais je restais là… Voulant être certaine qu'il respire encore.

love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: that's not the pussy i expected - ange&nat   Lun 3 Aoû - 2:56


«that's not the pussy i expected »



Ange et Nathan
featuring

Tu l’as cherché. Tu t’attendais à quoi, en hurlant après cette pauvre créature féline? Qu’elle reparte tranquillement sans chercher à se défendre? Erreur fatale. Si tu avais déjà combattu plus gros, le chaton ne laissait pas sa place. Armé de griffes et de dents, la petite chose avait causé déjà plus de dégâts que certains serpents qui avaient croisés ta route. Surpris, tu l’avais lâchée mais elle s’acharnait toujours sur ton torse à peine protéger par le tissu mince et abîmer de ton t-shirt des Rolling stones.

La vue complètement obstruée par le chat énervé, tu ne remarques pas que Mittens regarde la scène avec une attention très particulière. Ce sale petit con, si tu le voyais là, tu pourrais le chopper, mais t’es trop occupé à te faire lacérer violemment par chat # 1. T’essai de reprendre le dessus en tirant dessus, mais évidemment ses griffes sont pires que des hameçons, accrochées dans ta peau et dans le peu de tissu qu’il te reste, t’as la peau qui brûle, t’as envie de gueuler, mais t’en fais rien.

Tu recules rapidement par réflexe, et c’est là que tu le sens se faufiler entre tes mollets. Le connard de chat qui avait gâché ta journée se trouvait juste là, tandis que l’autre te refaisait le portrait. T’allait raconter quoi à Deirdre si elle voyait toutes ces griffures? Elle allait encore se foutre de ta gueule, surtout si le chat était aussi petit que celui-là. Tu te promettais de ne pas lui en parler. Mais tandis que tu pensais à ce petit détail débile, tes pieds s’enfargeaient l’un dans l’autre, et tu tombas, bêtement, contre les poubelles en métal, contre le béton, comme un con.

L’arrière de ta tête entre en collision avec le sol. Tu lâches tout, et t’as pas le temps de crier que tu vois des étoiles. Tu perds peut-être une minute de ta vie dans l’inconscience tellement le choc est douloureux. Sous toi, le pauvre Mittens n’a pas suffis à amortir ta chute. D’ailleurs, il n’a pas suffis du tout. S’il respire encore, c’est un miracle.

Mais tu restes allonger sur le sol, réalisant très très lentement ce qui vient de se produire. Lorsque tu ouvres les yeux, tu ne vois que la gueule de ‘’Pas Mittens’’ qui te fixe comme si de rien était. Alors que t’es encore en train de réfléchir à ce qui viens de se passer et à ce que tu fous là. Tu t’es vraiment cogné fort.

Tu te redresses légèrement sur un coude, passant ta main sur l’arrière de ton crâne. Lorsque tu regardes le bout de tes doigts, tu distingues un peu d’écarlate, et là, tu le sens bouger entre tes omoplates. Le chat respire encore. Tu te retournes rapidement pour attraper l’animal écrabouiller et vérifier s’il est encore possible de le ramener chez lui. Il semble aller, il est juste un peu friper. Tu fouilles dans ta poche pour en sortir une laisse que tu lui passes autour du coup, puis tu jettes un œil à l’autre chat étrange qui te dévisage. « T’es content j’espère. T’as vu ma gueule? Je pourrai pas me chopper de meuf avant au moins une semaine tellement tu m'as rendu laid. » Tu fronces les sourcils, parlant pour rien, car tu sais que la bestiole ne doit pas comprendre un seul mot, puis tu te redresses péniblement, t’aidant d’une poubelle renversée comme appui. T’es tellement blessé de partout que t’as l’air d’un vieillard sans sa canne. Tes genoux émettent un craquement, puis ton épaule gauche, comme à chaque fois que tu bouges trop.









Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5901
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: that's not the pussy i expected - ange&nat   Mer 5 Aoû - 23:05



 

 
that's not the pussy i expected

 
“Une maison sans chat est un aquarium sans poisson.”


  Il fait peine à voir et je me rends compte que mon kidnappeur n'est autre qu'un pauvre malheureux. Je range mes toutes petites griffes et l'observent qui attache l'autre pauvre créature. Une envie de libérer ce pauvre chat me tortille les entrailles, mais je me contente de m'asseoir. Léchant mes poils en feignant l'indifférence. « T'es content j'espère. T'as vu ma gueule? Je pourrai pas me chopper de meuf avant au moins une semaine tellement tu m'as rendu laid. » Un sourire félin, presque carnassier étire mes lèvres, tandis qu'il craque et se relève. J'étire ma jambe et entreprenant de peigner mon ventre, mes yeux brillants d'une lumière étrangement amusé. Il a de la répartie pour quelqu'un qui s'adresse à un félin. Roulant sur mon ventre, j'étire tous mes muscles, fesse vers le ciel pour mieux détendre ma frêle carcasse. Je commence à bien aimer cerner cette nouvelle nature étrange. La différence entre ma Louve et ce mini chasseur est si flagrante et pourtant si familière. Curieuse de tester ses particularités, je me relève doucement et me faufile autour de ses jambes. Ronronnant aussi fort que mes poumons me le permettait. Je jetais des coups d'œil à l'homme. Sachant pertinemment le charme que possédait cette apparence. Sautant sur la seule poubelle ayant résisté à sa chute, je me retrouve à hauteur de ses bras et d'un léger coup de langue j'insiste pour qu'il s'occupe de moi.

Je joue entièrement mon rôle d'égoïste et incompréhensible chat. Aussi chaleureux qu'agaçant. Assise sur mes fesses, je roule même sur le dos pour mieux me tortiller sous ses yeux. J'apprécie la flexibilité qui est soudainement mienne, me demandant s'il me tournera le dos ou pas. La pauvre boule grise semble reprendre conscience et je peux sentir sa contrariété. Incapable de se libérer de sa chaine, il tente de s'en prendre à l'humain sans vraiment y parvenir. Insulté et typiquement royal, je sens soudainement son attention qui se dirige vers moi. Étendu, mon regard se fixe au mien et c'est lui qui feule en premier. Montrant les dents. Il est de mauvais poils et c'est moi qui n'aie pas ma place ici, à ses yeux. Petit con arrogant, j'avais failli lui permettre la fuite! Instinctivement, je lui rends son agressivité. Ma fourrure se dresse sur ma colonne et mes griffes se montrent à nouveau. Un affrontement a lieu quelques secondes, mais je ne prends même pas la peine de me relever. Il n'a pas ce qui faut pour me soumettre. Ce n'est qu'un chat et je suis plus qu'un félin miniature. Il le sent et ça suffit à le troubler. Courbant le dos, je savoure ma victoire et entreprenant de lécher ma patte, calme et sereine. J'attends de voir ce que mon camarade aux cheveux bruns décidera de faire. J'ai envie de me distraire et il me semble particulièrement approprié. À quel point pouvais-je jouer avec lui? Je pourrais le suivre quelque temps? L'obliger à me prendre avec lui? MMMmmmm Je me demandais ce que je pouvais me permettre avec ce jeunot. Il avait l'odeur d'un humain, ce qui me plaisait et me changeais de mes fréquentations ordinaires. Puis, ce qu'il dégageait. Je ne savais pas réellement pourquoi, mais mon ‘'kidnappeur'' me plaisait. Que ce soit à son avantage ou pas. Je me sentais d'humeur harceleuse.

love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: that's not the pussy i expected - ange&nat   Lun 10 Aoû - 1:25


«that's not the pussy i expected »



Ange et Nathan
featuring

Tu fais bien attention à ne pas écrabouiller l’autre chat en te levant. On t’avait bien dit qu’il fallait que tu le ramène en vie, sinon la vieille dame ne s’en remettrait jamais. Tu lui jettes quand même un regard sombre et tu penses à ta camionnette quelques rues plus loin. Au moins tu sais qu’il ne partira pas et que tu n’auras pas à lui courir après. Mais l’autre chat te concerne aussi. Après observation, tu te rends compte que le félin n’est pas du tout à sa place en plein centre-ville, et qu’il semble soudainement t’apprécier après t’avoir défiguré. Évidemment, c’était un chat après tout. Difficile à suivre, et opportuniste.

Tandis que tu tentes de prendre le félin attaché dans tes bras, il semble que les deux décident de se faire chier, comme si ils venaient tout juste de remarquer la présence de l’autre. Tu te redresses immédiatement, ayant très peu envie de te faire défigurer encore plus, et tu regardes la joute féline d’un œil fatigué. «Hé ho, ça suffis là, j’dois te ramener en vie j’te rappel. P’tit con. » Tu jettes un regard au mini-chat, fronçant les sourcils, puis tu tires sur la laisse de l’autre pour qu’il se calme. En fait, tu détestes les chats. Vraiment. C’était la bête la plus incompréhensible et la plus capricieuse que tu avais jamais croisé, et t’avais pourtant un alligator domestique chez toi.

Fatigué, tu attends qu’il se calme, caresses distraitement le chat fauve en surveillant l’autre, et tu entreprends ta marche vers ta camionnette, tirant doucement sur la laisse pour que Mittens te suives sans discuter. (De toute façon les chats ça discute pas.) En jetant un regard en arrière, tu remarques que l’autre vous suit, de façon fort peu subtile. Il ne s’était quand même pas mis dans la tête que t’étais son nouveau maître? Pfft. Tu l’ignores tout au long du chemin, ignorant ses petites pattes qui te suivent de plus en plus prêt tandis que Mittens rechigne à te suivre fidèlement.

Rendu à ta vieille Ford, tu ouvres le panneau de la boîte pour y prendre une cage et tu luttes quelques minutes avec le chat agressif pour qu’il finisse par y entrer. Les traces de votre guerre apparaissent sur tes bras et tes mains, mais t’as l’habitude, et c’était surtout ton visage que tu préoccupais. T’allais encore devoir rendre visite à Deirdre pour qu’elle s’occupe de tout ça. Encore un prétexte bidon pour la voir, en somme.

Tu finis par tout refermer et te diriges vers la cabine du pick-up, jusqu’à remarquer le petit félin derrière toi. «Me dis pas que tu veux venir?» Bon, de toute façon, il faudra sans doute que tu fasses quelques recherches pour le relocaliser, car en pleine ville, il n’était clairement pas à sa place. Tu lèves les yeux au ciel et lui garde la portière ouverte pour qu’il grimpe, avant de prendre place à ton tour. Tu démarres et le tintamare fini de te filer un mal de tête. Ça en plus de la fatigue, excellent combo.

Tu te diriges rapidement vers la maison de Mittens pour le laisser là rapidement, prend ta paie, et repars chez toi, sans demander ton reste. T’as juste envie de t’écraser dans ton fauteuil et faire semblant de dormir, à défaut de pouvoir dormir pour de vrai. Peut-être te laver aussi. Après avoir autant couru, tu devais puer. Mais bon, ça c’était si Wally te laissait la baignoire.

Quelques minutes en voiture suffisent pour que vous vous enfonciez dans le quartier le plus pauvre de la ville. Les cabanes peuvent à peine porter le titre de maison, et la tienne est de loin la plus délabrée. Fatigué, tu fermes le moteur et tu te laisses aller sur le banc de la camionnette, yeux fermés, ton pouce et ton index allant frotter doucement tes paupières. Avant de descendre, tu attrapes une clope que tu allumes avec le brûleur de ta voiture, oubliant tout de la petite créature à tes côtés.



Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5901
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: that's not the pussy i expected - ange&nat   Mer 19 Aoû - 21:59



 

 
that's not the pussy i expected

 
“Une maison sans chat est un aquarium sans poisson.”


  C'est simple, cet humain m'amuse. Sa façon de s'adresser à la pauvre boule de poils presque obèse me fait marrer, tandis que sa façon d'agir m'inspire un minimum de confiance. J'ignore pourquoi, mais c'est ainsi… Malgré sa gueule d'adolescent pas fini et ses manières brute, ce gamin me plait. Voilà pourquoi je m'entête à le suivre, comme s'il s'agissait du meilleur divertissement du coin. Quoi que… Dans une ville de survivant entouré de mort-vivants, il l'était peut-être. D'autant plus quand on était officiellement enterré. Souriant avec ma gueule de félin, je le laissais me lancer des regards agacer. Me pavanant sous le museau de celui qui portait honteusement une laisse. Mes microscopiques coussinets m'aidant à rester muet, je me déplaçais sans un bruit, me rapprochant de l'humain. Mon odorat m'avait depuis longtemps appris sa nature uniquement humaine, ce qui le rendait d'autant plus amusant à embêter. « Me dis pas que tu veux venir? » Mon feulement s'entrechoque de rire, bien que ce soit impossible à comprendre pour l'ouïe normale. Seul l'autre chat semble se ratatiner dans sa cage en percevant l'anomalie derrière mon masque de fourrure et mes minuscules canines. Je blottis sur le siège passage, savourant la chaleur de la voiture et le confort… Le presque confort qu'offrait les sièges de cette bagnole. En observateur silencieux, je laisse filer les secondes et m'oblige à ne plus bouger. Devenant aussi immobile qu'une œuvre empaillé avec amour par une personne légèrement dévié. Tranquillisant mon pouls et ma respiration, au point qu'il semble en oublier ma présence.

Débarrasser de l’autre animal à quatre pattes, mes narines tressaute de plaisirs. Je n’aimais pas son odeur presque parfumé. Comme si sa maîtresse passait trop de temps à prendre soin de lui. Un chat… Ça n’avait pas besoin de parfum MERCI! D’autant plus que notre odorat souffrait déjà de leur existence sur la peau humaine. Toujours aussi immobile que possible, je le laissais conduire en ville et nous ramener dans un quartier pauvre de la ville. Celui-là même qui me cachait désormais. On se trouvait plutôt proche de la ruelle où j’avais abandonné mes vêtements, si j’en croyais mes petits yeux affûté.  Sans même le geste du jeune homme, j’avais perçu sa fatigue dans sa manière de se laisser tomber sur son siège. Il était visiblement dû pour retrouver le confort de sa chambre. Visiblement… J’aurais dû le laisser y aller. Mais, une infime provocation m’arrêta. Il avait quitté la voiture, ou semblait vouloir le faire… Une cigarette pendant à ses lèvres. Intérieurement, je soupirais. Franchement! Fumer aussi jeune! Autant s’enterrer vivant l’idiot!

Laissant la transformation s'opérer, je reprenais tranquillement forme humaine. Sans pousser un cri, alors que le tout ne faisait que me chatouiller un peu plus rudement qu'à son habitude. C'était étrange comme la sensation différait de plus en plus. Un cri la fois précédente, puis un simple inconfort. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait dernièrement. Ignorant si mon petit spectacle avait attiré son attention, ni même s'il avait tourné la tête dans ma direction, je reprenais mon souffle en étirant mes jambes. Entièrement nue, sans m'en sentir gêné. Je me tournais dans sa direction. Ramenant une jambe sous mes fesses et l'autre battant légèrement le vide sous mes pieds. Mes seins étaient clairement exposés, mais incapable de comprendre ce qui pouvait troubler à la vue d'un corps nu, je me contentais de hausser un sourcil réprobateur. « J'ai un moyen plus fiable de te tuer gamin! Suffit de te plonger la tête dans une marre de ciment. Je te jure que ça sera plus rapide et moins douloureux que cette bouffé de goudron dans tes poumons. »

love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

that's not the pussy i expected - ange&nat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Poussière d'Ange.
» Mon ange gradien
» * spaceangel . l'ange venu du ciel ;) : 100%
» l'ange noir débarque!!!!!
» Ange ou Démon ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-