AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 So close, yet so far [Nathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 744
↳ Points : 729
↳ Date d'inscription : 27/04/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ellen Page
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Interne en médecine aux urgences, animatrice d'une radio pirate
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Playlist : Ellie Goulding - Anything Could Happen
Damien Rice - Prague
Avril Lavigne - Take me Away
Nirvana - Litihum
Skunk Anansie - Hedonism
Damien Rice - The Box
AaRON - Blouson Noir

↳ Citation : L'échec est une formidable force de vie
↳ Multicomptes : Shae Thackery & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



Feuille de perso
↳ Copyright:
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: So close, yet so far [Nathan]   Lun 3 Aoû - 16:48

SO CLOSE YET SO FAR× ft. NATHAN & ENYA
La nuit était déjà tombée depuis un moment lorsque je poussai la porte du bar. Dehors, la chaleur étouffante de la journée avait laissé place à une petite brise bienvenue; mais à peine avais-je passé la porte que je retrouvai cette chaleur, dégagée par tous les corps qui avaient trouvé refuge dans le bar comme je m'apprêtais à le faire.
Je n'avais pas franchement prévu de sortir, j'avais eu une journée assez éprouvante à l'hôpital, et mon idée première était plutôt du genre thé-lecture que vodka-inconnus. Pourtant j'avais décidé de sortir, sur un coup de tête. Pas une crise, pour une fois, juste une envie soudaine, tout à fait normale. Je n'avais pas goûté à la vie nocturne depuis plusieurs jours déjà, et il fallait croire que j'y avais pris goût, à force.

Un rapide coup d'oeil circulaire ne m'indiqua aucune tête connue; tant pis, ce serait l'occasion de rencontrer du monde. Dans un bar, tard le soir, les relations se faisaient et se défaisaient comme nulle part ailleurs. C'en était presque effrayant : ce grand brun qu'on avait croisé dans la rue au matin en l'ignorant royalement devenait tout à coup un homme charmant et passionnant, avec qui l'on tenait une conversation animée autour d'un verre. Dans le même temps, c'est ce qui faisait le charme des bars de la Nouvelle Orléans. Les barrières tombaient, les jugements faiblissaient. L'alcool y était pour quelque chose, évidemment.

Parlant d'alcool, je cessai mes petites réflexions philosophiques et anthropologiques et me dirigeai vers le barman, qui m'adressa un sourire plein de sympathie. Je venais souvent ici, mais j'ignore s'il me reconnaissait à force. Il devait voir passer tellement de têtes. Mais je lui rendis son sourire et posai mes deux coudes sur le bar.

« Qu’est-ce que je te sers, brunette ? »

Est-ce que c’était dans la fiche de poste pour un barman, de dragouiller toutes les nanas qui venaient commander ? Etait-ce un critère d’embauche, avec la connaissance des cocktails et l’art d’essuyer des verres avec style ?

« Un gin tonic, s’il te plait. Pas trop corsé. »

Je ne tenais pas à finir alcoolisée plus que de raison, je travaillais le lendemain, et je doutais que mes collègues comme les patients apprécient que leur interne pue l’alcool à des kilomètres.

Heureusement pour moi, le barman était certes un dragueur, mais un dragueur honnête, et il mit beaucoup plus de Tonic que de Gin. Je le remerciai d’un clin d’œil et me retournai vers la salle, mon verre à la main. Ca et là, des groupes s’étaient formés et discutaient, le sourire aux lèvres le plus souvent. On discernait tout de même la musique en arrière-plan ; du jazz, ce qui n’était pas une grande surprise, les coutumes étaient tenaces. Plusieurs personnes étaient habillées pour aller en boîte ; les bars comme celui-ci servaient de mise en jambe. Mais pas de boîte pour moi ce soir, j’évitais les endroits trop peuplés et trop excitants, surtout en ce moment, la fatigue me rendant plus sensibles aux crises que d’habitude. Le jazz serait parfait pour ce soir.
Tout à coup, un mouvement attira mon regard, et mon cœur loupa un battement. Il faut croire que mon coup d’œil circulaire en entrant avait été très mauvais, parce qu’il y avait bien quelqu’un que je connaissais, à une table dans un coin, seul. Et pas n’importe qui : Nathan. Je ne l’avais pas vu depuis des semaines. En vérité, ce n’était pas vraiment de mon fait, je lui envoyais des textos, tentait de l’appeler. Il ne répondait pas, ou très peu, et avait toujours une bonne excuse pour ne pas me voir. Il m’évitait, c’était très clair. Pourquoi, je n’en savais foutre rien. Notre relation n’était pas des plus stables, ni des plus saines, je devais bien l’avouer. Mais elle avait été comme ça depuis longtemps, et ça nous allait très bien à tous les deux. Pourtant quelque chose avait changé.

J’avalai une gorgée de mon verre, inspirai un grand coup et m’avançai vers Nathan. Au moins, là, il aurait nettement plus de mal à m’éviter. Je lui lancai un grand sourire, une fois arrivée à sa hauteur.

« Hey Nathan ! Je pensais pas te trouver ici. Comment tu vas ? »

Je n’attendis même pas qu’il m’y invite pour m’asseoir à côté de lui, posant mon verre sur la table.

« Ca fait un bail. Tu es un homme très occupé visiblement, faut prendre rendez-vous pour te voir ? »

Le ton de l’humour était là, mais le reproche sous-jacent aussi. Avec Nathan, la langue de bois, ce n’était pas dans nos habitudes. On se disait les choses telles qu’on les pensait, c’est comme ça qu’on fonctionnait. Ca donnait de sacrées disputes, mais ça nous avait aussi rendu proches. Je l’observai tout en attendant sa réponse, ou sa justification, peu m’importait. Il avait l’air fatigué, encore plus éreinté que moi, pâle aussi.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2422-enya-i-don-t-rea

Invité
Invité






MessageSujet: Re: So close, yet so far [Nathan]   Lun 10 Aoû - 1:00


«so close, yet so far »



Enya et Nathan
featuring

Enthousiasme, tu te rendais à ce que tu n’hésitais pas à appeler ; ta seconde maison. T’avais eu une bonne journée. T’avais de l’argent plein les poches, alors le mieux à faire, c’était de le dépenser bien évidemment. Tu jouissais déjà en imaginant l’alcool que tu pouvais t’offrir, et qui pour une fois ne serait pas bas de gamme.

Ta journée se terminait parfaitement, même la température semblait de la partie, toi qui t’étais habitué à crever de chaud même en pleine nuit, tu pouvais savourer la brise qui faisait voler tes boucles brunes. Tu pris même ton temps, limite tu reculais tellement tu n’avançais pas rapidement, et ce n’était pas dans tes habitues. Énergique, tu avais surtout l’habitude de toujours être en mouvement, de ne jamais t’arrêté, mais là, t’avais envie de savourer, de laisser couler le moment pour mieux l’apprécier. C’était vraiment hors de tes habitudes.

Cependant malgré ta lenteur, tu parviens quand même à te rendre au bar sur bourbon street. Son enseigne lumineuse te courtise jusqu’à ce que tu en franchisses la porte. Évidemment, c’est rempli à craquer, ce que tu ne déteste pas particulièrement. Même si t’étais un solitaire, tu te disais que tu passerais plus facilement inaperçu dans une foule que dans un bar vide.

Habitué au coin, tu te diriges prestement vers le bar. Ta tête connue n’a pas besoin de prononcer un seul mot qu’on lui serre un verre. Tu paies et tu t’éloignes vers une table vide où tu comptes bien camper pour le reste de la soirée. À observer les gens, admirer les jolies femmes, à écouter les conversations futiles, peut-être piquer une ou deux lignes de drague, et essayer de te trouver un lit pour la nuit.

Tu portes ton verre à tes lèvres, observant distraitement autour de toi. C’est à ce moment que tu la remarque. De loin certes, mais tu ne l’avais pas croisé depuis un moment, et avec les récents évènements, tu n’étais pas certain de vouloir lui taper la discuter. Parce qu’elle arrivait presque à te faire dire ce qu’elle voulait, et que ça te dérangeait très profondément.  Tu détestais te révéler. Pas à elle en particulier, mais à tout le monde. Et elle avait tendance à aller trop loin. Même si l’appréciais, tu préférais t’en tenir loin. Tu détournes le regard, comme si ça avait le pouvoir de te faire disparaître.

Tu pensais pourtant qu’en l’ignorant, elle finirait par se lasser, mais la voilà qui semble t’avoir repérer. Tu finis ton verre cul sec et tu soupires doucement lorsque la jeune femme s’approche de toi. Encore un imprévu. Toi qui voulais juste passer une soirée tranquille avec une inconnue.

Lorsqu’elle s’approche, tu lui décernes quand même ce sourire de gamin qui a été pris la main dans le sac. Si elle ne croit pas à ta fausse culpabilité, ça ne coute rien d’essayer. Tu poses les yeux sur ton verre vide, essayant d’éviter ses yeux plein de reproches. « Ouais, avec le boulot et tout. Oh et j’ai perdu mon téléphone portable. » Si la première partie de ta phrase était fausse, parce que du boulot tu en avais très peu, le reste était vrai. Ton défunt téléphone portable avait été bouffé par Wally. Et comme t’avais même pas les moyens de bouffer, tu t’étais très bien passé de ce luxe, même si parfois tu en utilisais des jetables pour le boulot, en cas d’urgence, tu n’avais jamais cru bon de lui passer tes numéros temporaires. « Tu dis ça parce que je t’ai manqué?» Tu lui adresse un petit sourire, sachant d’avance que c’était le cas. Tu ne pouvais pas dire le contraire non plus, malgré tes tentatives de la fuir à tout prix. Après tout, vous avez été proches. Mais c’était avant tout ça.

Lorsque la serveuse passe par là, tu lui fais un petit signe pour qu’elle te ramène un verre, laissant tes yeux se balader sur ses charmantes courbes et sa chevelure de jais. Tu ne l’avais jamais vu celle-là. Pourtant tu venais souvent. Tu te mets une note mentale de côté pour essayer de l’avoir plus tard, puis tu reviens sur terre lorsqu’on te regard croise celui d’Enya. Elle te donne envie d’être minuscule d’un coup, de te cacher juste pour pouvoir te subtiliser à ce regard qui en dit long. «Quoi? Pourquoi tu me regardes comme ça, j’ai tué personne.»






Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 744
↳ Points : 729
↳ Date d'inscription : 27/04/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ellen Page
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Interne en médecine aux urgences, animatrice d'une radio pirate
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Playlist : Ellie Goulding - Anything Could Happen
Damien Rice - Prague
Avril Lavigne - Take me Away
Nirvana - Litihum
Skunk Anansie - Hedonism
Damien Rice - The Box
AaRON - Blouson Noir

↳ Citation : L'échec est une formidable force de vie
↳ Multicomptes : Shae Thackery & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



Feuille de perso
↳ Copyright:
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: So close, yet so far [Nathan]   Sam 22 Aoû - 17:51

Le boulot. C'était ça son excuse, et il s'attendait à ce que je le croie ? Nathan n'avait jamais été du genre à se tuer à la tâche. Et même dans ces cas-là, un petit SMS prenait dix secondes. Sauf si, comme il le prétendait, il n'avait plus de téléphone portable. Là encore, quelques contre-arguments fusèrent dans ma tête. De nos jours, un téléphone portable peut se trouver pour peu cher, et c'est devenu presque nécessaire d'en avoir un, alors j'imagine mal Nathan n'avoir de contact avec personne. Surtout que, fut un temps où il connaissait mon numéro par cœur, et celui-ci n'a pas changé. Il l'a peut-être oublié...moi j'ai toujours le sien en tête. Il faut dire qu'il y a une époque où il était la personne avec laquelle j'échangeais le plus. Dire que maintenant il faut qu'on se croise par hasard dans un bar pour se parler.

Il me sourit en me demandant si c'était parce que je lui manquais. Avec ce sourire espiègle de celui qui connait la réponse d'avance. Et qui est très satisfait de cette réponse. Je haussai les épaules.

« Evidemment que tu me manques. J'avais l'habitude de passer mon temps avec toi. Tu te souviens ? »

J'avais été peut-être un peu plus sèche que je ne l'aurais voulu. La réalité, c'est que si je m'en voulais d'avoir fait s'éloigner Nathan pour une raison que j'ignorais encore, je lui en voulais aussi. Il avait mis une telle distance entre nous, en me faisant croire que ce n'était pas le cas. Et il refusait de me parler. On avait été si proches, comment pouvait-il me traiter comme une connaissance lambda ? S'il m'expliquait, peut-être que je pourrais changer, faire mieux. Là, je pataugeais dans la semoule, c'est tout. Et c'était de sa faute aussi. J'eus envie de m'excuser, me retint ; ça n'arrangerait rien de toute façon.

Je ne savais même pas s'il est content de me voir ici. Peut-être que ma présence le dérangeait, mais qu'il ne le disait pas. En tout cas, il n'avait manifesté aucune joie en me voyant, juste un peu de surprise. J'étais en train d'envisager de m'en aller et de le laisser tranquille, quand il reprit la parole, me demandant pourquoi je le regardais. Je levai un sourcil et esquissai un sourire.

« Tu reluques la serveuse sans scrupules, et je n'ai pas le droit de te regarder ? »

Il faut dire que Nathan est tout sauf désagréable à regarder. Lorsqu'on s'était rencontrés, il était de ces garçons que je regardais du coin de l'oeil, de loin, sans jamais les approcher. Ceux qui faisaient se retourner une grande partie de la gente féminine. J'ignore s'il en est conscient, mais c'est encore le cas. Plusieurs filles lui lançaient des regards furtifs depuis que je m'étais assise à côté de lui. Dommage les filles, pour l'instant, il est pris.

« Sérieusement, tu as l'air fatigué. Pas dans ton assiette. Tout va bien pour toi ? »

Ma voix avait perdu toute sécheresse. Je ne pouvais pas résister à Nathan bien longtemps, mon animosité ne durait que quelques secondes. Quelque chose chez lui me forçait inconsciemment à m'inquiéter pour lui, à être l'amie présente quoi qu'il arrive. Celle qui faisait le pas en avant, quitte à ce que l'autre en fasse un en arrière, ce qui était le cas de Nathan ces derniers temps. Mais j'étais quelqu'un d'optimiste, alors je continuais d'essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2422-enya-i-don-t-rea
 

So close, yet so far [Nathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» RPG Maison Close recherche administrateurs/trices
» Yamapi for me please ! [CLOSE]
» Ryeo Wook CLOSE
» I need your help, please. ♥ [CLOSE]
» Miss.MiHo needs something. (close)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-