AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 fell down a hole • Vaas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 977
↳ Points : 665
↳ Date d'inscription : 01/07/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau max en tâches et théorie du complot
↳ Playlist : Woodkid - Run Boy Run ; C!NCC - Bipolar Mind ; The Used - The Bird and The Worm ; Enter Shikari - Destabilise ; ADTR - Paranoia ; Eddie Vedder - Society
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna + (she)wolf
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: fell down a hole • Vaas   Jeu 10 Sep - 22:43


« It's not about forcing happiness, It's about not letting sadness win. »


   
Vaas Milligan


   
© crédits
31 ans hétérosexuel
Hellraisers ft Aaron Paul

   
   
Date et lieu de naissance :
01 août 1984, à Chicago.
   
Forme animale :
Uniquement pour les Skinchangers, mais tu peux toujours nous dire si tu as un animal de compagnie pour pas faire de jaloux
   
Métier :
Anciennement hacker ; récemment journaliste pour The Mission. Puis comme écrire pour un journal clandestin ça paye pas des masses, il n’est pas impossible de le retrouver faire l'ouvrier dans le bâtiment. Il touche un peu à tout, la charpente, la peinture, même vitrier. Faut bien bouffer.
   
Force :
Vaas n’a pas de force. Sérieusement, regardez-moi ce corps frêle et pathétique ! A la limite, il fait partie de la catégorie de personnes ayant un mental d’acier car ils en ont trop vu et trop entendu. De ce fait, il sait garder un calme olympien lorsque certains ont une peur effroyable dans leurs yeux. La plupart voit ça comme du courage, d’autres comme de l’inconscience. Vaas y perçoit plutôt l’opportunité de s’en faire plein les poches en observant des détails que d’autres se contentent de renier.
   
Faiblesse :
Vous vous souvenez du mental d’acier mentionné plus haut ? C’est aussi sa faiblesse. L’acier en lui commence à rouiller, et ça se ressent. Il est heureux à 13h01. Puis à 13h02, il pleure. Bipolaire non diagnostiqué, son comportement change aussi subitement qu’un éclair aperçu dans le ciel. Cela a entrainé une forme de dépression mineure qu’il tente de renier, essayant de nommer ce qu’il ressent par « des putains de coup d’blues ». Ce qui le rend assez caractériel ; osez donc le déranger et pauvre malheureux que vous êtes aurez le droit au plus désagréable discours possible. Il ne faut pas chercher à le réconforter. Il préfère pourrir seul dans sa crasse que de vous entraînez avec.
   
Avis sur le Gouvernement :
Indubitablement contre. Si l’occasion se présente, il ne manquera pas de le montrer. Il aime gueuler. Il aime courir aussi.
   
Particularité :
Fume comme un pompier. Il enchaine les clopes à un rythme que ça en est effrayant. Vaas a deux tocs : s'il se passe la main sur la tête par inadvertance, il doit recommencer au moins deux fois, avec la même main. Chez lui, deux stylos, dont un qui n'écrit plus, sont posés négligemment sur une étagère. Il ne faut jamais les toucher. Jamais.

Autrement, Vaas pense sincèrement que l’hérédité peut être une salope. Et pour les Milligan, elle a décidé d’en être une. Ainsi, le petiot Vaas porterait en lui le gène de la bipolarité de sa pauvre mère. Il n’y a qu’une chance sur cinq pour que les enfants en hérite, et voilà, la chance est intervenue, parce que c’est la sœur de l’hérédité et qu’elles aiment se foutre de la gueule de la vie cette bâtarde. Ce n’est que récemment qu’il le ressent, que ça va pas, qu’il commence à ressembler un peu trop à sa mère, et ça lui fait peur.
Ah, un esprit vit en lui depuis peu. Mais ça, c’est d’un banal, pas vraiment une particularité, alors on s’en fout. Ça rend seulement Vaas encore plus paranoïaque qu’avant et à deux doigts de se faire enfermer dans un asile, mais il reste cool.

Sans déconner ? Ok, il panique grave. Ça lui arrive même de chouiner de désespoir. Mais seulement quand il est seul. Ce qui arrive souvent en fait. L'esprit en lui fait raviver ses pires craintes de ressembler à mère qu'il n'a que trop vu entre les murs de l'hôpital psychiatrique de Chicago. Il en est sûr, persuadé même : il va finir comme elle. Il a fait toutes les recherches possibles. Même pas besoin de témoignage, il l'a vécu, il sait ce que c'est. Cependant, il n'en n'est rien. L'esprit en lui le ronge de l'intérieur et il ne le supporte pas. C'est cette entité qui affirme le doute qui était en lui depuis déjà plusieurs années. Vaas n'arrive pas à y faire l'impasse, et ça le bouffe de l'intérieur.
Arté

   
Prévoyant ☦  Instable ☦ Grande gueule ☦ Imprévisible ☦ Émotif ☦ Grossier ☦ Débrouillard ☦ Insomniaque ☦ Observateur ☦ Paumé ☦ Paranoïaque ☦ Mélancolique ☦ Désinvolte ☦ Nonchalant ☦ Empathique ☦ Frustré ☦ Angoissé



   
père castor, raconte-moi une histoire


   



31 août 2015, 23h05.


Vaas pensait. Trop même. Le genre de type qui aime se torturer l’esprit pour rien, c'est lui. Aujourd’hui, devant sa feuille vierge et le stylo à la main, il pensait, encore. A sa mère. Il se souvient de son visage trait pour trait. Sa peau mate et ses longs cheveux noirs ondulés, ses yeux obscurs venus du Mexique, il se souvient de tout. Même du son de sa voix. Il se souvient des crises aussi. Des crises de rires puis de pleurs, quelques fois à une seconde d’intervalle. Lorsque Vaas était enfant, il trouvait ça même rigolo, ces crises de rires. Elle riait pour tout, sa maman. Une assiette tombée et éclatée en mille morceaux, c’était rigolo. Un attentat suicide au Moyen-Orient, ça aussi c’était rigolo, même si Vaas ne savait pas pourquoi, ça devait l’être. Après tout lorsqu’on est enfant, on ne comprend pas toujours les histoires d’adultes. Donc si sa mère riait, c’était que ça devait être drôle. Mais son papa ne riait jamais. Lui, il criait. Il frappait aussi. Jusqu’au jour où madame Milligan a décidé de partir. C’est elle-même qui avait voulu s’enfermer elle-même dans un hôpital psychiatrique pour se faire soigner. Vaas s’en souvient, il venait de rentrer de l’école, il avait neuf ans. Devant sa feuille imperturbablement blanche, il se remémore ce dialogue qu’il ne pourra jamais oublier.

19 juin 1997.

« Tu vas où maman  ? » Disait-il en la voyant toute habillée avec une petite valise à côté d’elle. Il rentrait de temps en temps tout seul de l’école. Lorsqu’il n’y avait personne pour l’attendre, il savait qu’il devait rentrer tout seul. Mais ça allait, il avait l’habitude. Par contre il n’avait pas l’habitude de voir sa mère aussi bien habillé lorsqu’elle était à la maison. Donc elle allait sortir, c’était certain.
« Je pars à l’hôpital. Je suis malade, tu sais. Tout le monde me le dit. Oui, tout le monde... » Elle avait un air un peu triste. Vaas savait qu’elle était malade. C’était son père qui le lui avait dit. « Ta mère est folle » qu’il disait. Mais il ne savait pas qui elle mentionnait par tout le monde. A part papa, il n'y avait personne qui le disait. Même pas lui. Peut-être les gens dans la rue...
« Tu veux pas attendre papa ? C’est mieux si tu l’attends. » Vaas ne voulait pas être celui qui dira à son père que maman est partie. En plus, il sera tout seul à l’attendre. Cela l’angoissait. Vaas avait peur de son père. On ne savait jamais s’il allait crier ou être désinvolte lorsqu’on lui annonçait une nouvelle.
« Non, non, je vais y aller. Ne dis rien à personne surtout, ça ira mieux après. »

Ce fut tout. Ce fut les derniers mots échangés avec sa mère. Les derniers mots qui ont eu du sens du moins. Car les peu de fois où il a été la voir par la suite –après des semaines d’investigations de la part de son père pour la retrouver- elle était dans un état presque léthargique. Toujours dans les mêmes vêtements, à déambuler dans les couloirs de l’hôpital psychiatrique de Chicago. Elle était beaucoup trop calme. C’était effrayant. Pire que tout. Vaas se disait alors du haut de ses neuf ans si ce n’était pas mieux d’être fou que d’être guérie. Ils ne retournèrent plus la voir dès lors. Tout du moins, pas Milligan le père. Vaas y était retourné. En cachette, sans le dire à personne. Surtout pas à son père. Pas la peine de crier sur tous les toits qu'on a une mère barjo.

_____________________

Si Milligan senior n’avait pas échappé à la case psy pour remédier à ce changement brutal de la vie quotidienne, Milligan junior avait quant à lui, trouvé une autre forme de thérapie. Son ordinateur. Plus précisément : son réseau wi-fi. Cela lui avait même permis de trouver sa vocation. Les rouages d’internet étaient si énormes que sa fascination n’avait jamais chuté. Le deep web l’avait convaincu. Google, c’était pour les tapettes vous voyez. Après avoir épuisé toutes les ressources du réseau informatique Tor, Vaas n’a cessé de plonger, toujours plus intensément, dans les profondeurs lugubres de la toile. Jusqu’à en faire partie. C'est ça, il était devenu une araignée t'as tout compris. Son sujet de prédilection : le hameçonnage. La vie des autres était fascinante et morbide. Étrangement, ça lui plaisait. Ce n’était pas l’individu lambda qui l’intéressait. Le voisin qui fantasmait sur sa cousine, il en avait rien à foutre. Le politicien qui trompait sa femme avec son délégué stagiaire, c’était déjà plus croustillant. Comment ils faisaient, tous ces gens friqués ? Est-ce qu’ils étaient aussi malheureux que la populace de classe moyenne ? Aussi malheureux que lui ? En secret, il l’espérait. Puis il avait fini par se faire prendre. « Et merde. » Ce fut sa réaction lorsqu’il avait lu ce mail, qui l’encourageait à rejoindre une bande d’anarchiste revendicateur des droits de l’homme et qui voulait faire tomber le gouvernement. C’était pas trop son délire, être en bande. Vaas, c’était le voyageur solitaire. Puis finalement, la voie de la facilité fut affreusement tentatrice. Et il succomba. Jusqu’à faire partie des responsables de l’énorme hacking qu’avait subi les logiciels de la CIA en 2011. Les autorités ont tout fait pour étouffer l’affaire bien sûr. Mais ils avaient réussi à mettre hors service tous leur serveur pendant une petite dizaine de minutes. Et rien que pour ça, voir les grands de ce monde chier dans leur froc, ça valait la peine de vivre.

31 août 2015, 00h12.

Vaas se redressa sur sa chaise. Il regarda son bureau désordonné. Sa feuille restait désespérément blanche. Il avait toujours cet article à écrire pour The Mission. D’un geste lent et sans conviction, il prit le paquet de cigarette à moitié vide non loin de là. Une fois le bout de poison à la bouche, il se mit en quête d’un briquet. Il ne trouva qu’une boîte d’allumette n’en contenant que trois malheureuses. D’un geste vif cette fois-ci, il frotta la bout de bois contre la boite et inspira longuement sa drogue favorite. Penser à ses années de hacking le rendait nostalgique. Penser à ses parents par contre le rendait anxieux. A dire vrai, il n’est même pas sûr de les avoir réellement connu. Ils sont maintenant comme un tableau dans son esprit. Des portraits. Des portraits sans vie.

28 décembre 2005.

L’hôpital psychiatrique de Chicago. Il détestait cet endroit. C’était pire que dans ses souvenirs. Les murs étaient affreusement blancs. L’odeur de javel vous chatouillait désagréablement le nez. Tout était beaucoup trop propre. Vaas se sentait mal. Il était dans sa période « j’ai mes putains de coup d’blues ». Il se voyait sans futur, paumé. Il n’avait pas d’ambition, pas d’envie particulière. A part cracher au monde sa colère et sa rage. Mais on avait connu mieux comme projet d’avenir. . L’adolescence est une chienne. Vaas ne savait pas vers qui se tourner. Surtout pas à son père, il lui aurait ri au nez. « Mais pourquoi t’as des pensées pareilles ?! Allez, allez, allez,  va voir ailleurs. » Le père faisait souvent place au sergent-chef. « Toute façon toi, t’es incapable de quoi qu’ce soit hein ? Vas-y, reste devant ton ordinateur t’as raison. L’argent va venir tout seul frapper à ta porte. » Non, c’était la dernière personne à qui parler lors de ces « putains de coup d’blues ». Il n’avait personne. Puis elle est apparue.

« Mon fils… C’est mon fils, c’est mon fils ! » Cela faisait presque dix ans qu’ils ne s’étaient vus. En la voyant, Vaas se surpris d’être mal à l’aise et d’avoir un léger mouvement de recul. Elle avait vieilli. Ses longs cheveux d’un noir de jais étaient mal coiffés. Elle avait des cernes monumentaux et des rides marquées. Elle ne bougeait pas. Se contentant de serrer ses mains entre elle, sous son menton, comme si elle priait. Subitement, Vaas se demandait alors ce qu’il foutait dans un endroit aussi macabre. Elle s’assit. Invita son fils à faire de même. Il s’exécuta. Sur de confortable fauteuil, au milieu d’une salle de visite presque déserte, il fit face à sa mère qui ne s’arrêtait pas de sourire.
« Je suis heureuse, disait-elle d’une voix enjouée comme une enfant, je suis heureuse que tu sois là. Dis-moi tout, tout ! Je veux tout savoir sur mon Vaas. Mon petit Vaas. » Le petit Vaas éloigna sa tête lorsqu’il vit qu’elle avait levé la main vers lui pour lui caresser le visage, geste qu’il regretta instantanément. Reflexe à la con. Que pouvait-il bien répondre à ça ? « J’suis devenu hacker activiste qui fait partie d’un réseau anarchiste cherchant à faire basculer le gouvernement en montrant au monde entier la vérité sur ce qu’on nous cache vraiment ? » Il se contenta de dire « J’suis en apprentissage pour être, euh… ouvrier. Dans l’bâtiment. Faire d’la peinture, tu vois, c'genre de chose » « Ah ! C’est bien. Elle lui sourit. Tu as toujours été très doué de tes mains. C’est bien mon fils, je suis fière de toi. » C’était faux. Il n’avait jamais été très doué de ses mains. Vaas n’avait jamais été doué en quoique ce soit. Il s’était toujours contenté d’être dans la moyenne en tout, encore aujourd'hui. Il n’y avait qu’à regarder son physique également. Tout frêle qu’il était, vous croyez vraiment qu’il peut survivre longtemps dans un chantier ? Et puis c’était son père qui l’avait pistonné dans l’entreprise où il était. Il devait en avoir assez d’avoir un fils aussi décevant.
« Dis… Pourquoi t’es partie ? » Cette question fut comme se prendre une vitre en pleine figure. C’était en tout cas le visage qu’avait la mère de Vaas actuellement. Elle répondit alors d’un ton qui se voulait très sérieux « Tu sais… On ne s’entendait pas avec ton père… Tu le sais ça hein, tu le sais ? C’était mieux que je parte oui, c’était mieux » « Pour ensuite mieux pouvoir te couper les veines, hein ? » Ce fut une claque magistrale. Elle aurait dû sortir depuis tout ce temps. On leur avait dit « trois ans d’internement sont nécessaires. » Puis à la fin de sa troisième année, tentative de suicide. On l’avait retrouvé dans un cagibi, les poignets ensanglantés. Son père n’a pas voulu faire d’enquête. Comme si cela aurait été plus simple si cette femme disparaissait de la surface de la terre. Mais il y en a un à qui cela n’a pas plu. « Pourquoi t’as fait ça, hein ? Pourquoi on me dit jamais rien putain ! T’aurai pu rentrer à la maison, mais t’as pas voulu ! Pourquoi tu m’as pas dit c’qui allait pas ? Pourquoi tu m’dis rien PUTAIN. » Vaas entraperçut du coin de l’œil un des vigiles qui bougeait nerveusement dans un recoin de la pièce. Celle qui était sa mère se démangeait de partout, comme si elle essayait de chasser une souris qui s’était infiltré dans son pyjama. Elle riait mollement. « Mais c’est rien, c’est pas grave… » « C’EST PAS GRAVE ?! » Un des vigiles décroisa les bras. « Tu t’fous d’ma gueule ? Dis juste que tu voulais pas rentrer à la maison ! Dis-le que tu voulais pas t’occuper d’moi ! DIS-LE ! » Le vigile se dirigea vers les eux. Les quelques patients et visiteurs qu’il y avait posèrent tous le regard sur eux. La vieille femme secoua nerveusement la tête de gauche à droite. « Tu m’as laissé seul avec lui, maint’nant c’est MOI qui doit m’taper ses remarques ! « T’es bon à rien », « toute façon tout c’que tu sais faire c’est glander », j’en ai marre, j’en ai MARRE ! » Vaas sentit une main virile se poser sur son épaule ainsi qu’une voix grave s’adressant à lui par un lourd« Veuillez parler en silence et vous assoir s’il vous plait. » Il ne s’était pas rendu compte qu’il se fût levé. Après un désagréable « c’est bon, ça va », Vaas se rassit. C’est alors qu’il remarqua que sa mère avait les larmes aux yeux. Elle ouvrit la bouche mais n’obtint qu’un hoquet faiblard. « C’est… c’était mieux comme ça, c’était… et puis quand je te vois, oh mon Dieu… tu es si beau mon fils. Il t’a bien élevé, il a réussi à bien t’élever. Moi je ne pouvais pas, je pouvais pas… »

31 août 2015, 01h26.

La fumée blanchâtre s’échappait allégrement de ses lèvres. Le reste de cette discussion s'était estompé avec le temps. Il se souvenait juste avoir tout tenté pour faire avouer quelque chose à sa mère, n'importe quoi, un truc qui ferait qu'il se sente bien. Mais il n'y était jamais parvenu. Alors il s'était tiré. Il ne l'avait plus jamais revu. Après tout, il n’avait besoin de personne. Il n’a jamais rêvé d’une famille heureuse et souriante. Il n’y arrive pas. Était-elle à la Nouvelle-Orléans, en ce moment ? Non… transformée en zombie sûrement. Au changement climatique qui frappa le pays, Vaas ne pouvait se résigner à la laisser seule. Il voulait faire un aller-retour à l’hôpital pour la récupérer et fissa. Quelle ne fut son étonnement lorsqu’on lui indiqua que son mari était venu la récupérer il y a de cela huit mois. Huit putain de mois qu’elle était en liberté sans que personne ne les avertissent. Car non, ce n’était pas son « mari » qui était venu la chercher. Pas le mari qui était le père de Vaas dans tous les cas. Cet incident avait permis de tout éclairer dans l'esprit de Vaas. La rancœur de son père, elle venait de là. D'une liaison qu'il n'avait pas prévu dans le parcours de sa vie. Tromper Mr. Milligan ? Jamais, autant crever. Son père le savait. Il ne lui avait rien dit. Une fois de plus, on devait trouver Vaas trop con pour comprendre quoi que ce soit alors on préférait le laisser dans l’ignorance. Éducation pourrave. Il n’a toujours pas trouvé la force de leur pardonner. Ni à elle de les avoir abandonné aussi lâchement –au lieu de simplement demander une demande de divorce comme l’aurait fait quelque de normal. Son père devait avoir raison. Elle était vraiment barge. Et il en veut toujours à son paternel, de l’avoir pris pour un débile qui comprenait que dalle. Car le problème avec ce genre d’éducation, c’est qu’à force de traiter son gamin de bon à rien, il est persuadé d'en être un.

Plus d’ordinateur. Plus d’internet. Son seul échappatoire, disparu. Toute forme de technologie entre les mains d’une seule et même catégorie de personne. Même lorsque l’on frôle l’apocalypse, on échappe pas au système de dominant et dominé. L’écriture, c’est presque comme le hacking en fait. Sauf qu’au lieu de taper sur un clavier, on gratte du papier. C’est le même principe, en moins fun. Mais ça soulage tout autant, de vomir à la gueule du gouvernement.
Pas un bruit dans la rue. Pas une âme qui déambule. La seule forme de vie présente fut cette fumée empoisonnée que laissait s'enfuir ses lèvres, du haut de la fenêtre de son petit studio. Un coup d’œil à la vitre à côté de lui le fit sursauter. L’espace d’une seconde, une interminable seconde, ce n’était pas son reflet qu’il avait aperçu. Encore une fois. Il ne savait pas. Il devenait fou. « C’est les gènes ça. J’suis foutu toute façon… » Ouais, t’es foutu. Le gouvernement va tous vous bouffer, les résistants sont tous des pisseurs, et toi t’es timbré. Bien sûr que t’es foutu !

   

   

   
file-moi ton stylo, j'ai plus d'encre

   
Sujet 1:
 
   

« Bordel de merde, mais qu’est c’que j’fous là ? » Vaas ne savait pas quelle folie lui avait pris pour aller à New-York malgré ce froid éternel au-delà de toute raison. Il savait une chose : il voulait fuir. Juste pour une journée, il voulait autre chose que la chaleur étouffante de la Nouvelle-Orléans. Il voulait fuir, mais ne savait pas quoi chercher. Quelque chose d’autre, qui n’avait pas de nom, pas de visage non plus. C’est à partir de là que cette pensée lui vint, aller à New-York. Voir l’étendue gelée de ses propres yeux. Il neigeait souvent, à Chicago. Il était vrai que de temps à autre, ce climat lui manquait. Un peu. Pas tous les jours non plus. Le voici au milieu de Central Park, avec pour seule compagnie le bruit de ses pas qui ressemblaient au son du coton que l’on aime malaxer. Cette ambiance était tout à la fois. Apaisante et terrifiante. Sublime et monstrueuse. Comme ce que ressentait Vaas à cet instant précis. Il pensait à ce qui le frustrait habituellement, au gouvernement, à la situation que connait le monde, puis à sa propre vie, à ses parents, à lui-même. Mais rien ne semblait le perturber. Tout était d’un calme religieux, ce vide blanchâtre était trop intense pour que les pensées de Vaas viennent troubler autant de tranquillité et d’apaisement. Jusqu’à ce que ce silence fut insoutenable. Trop de propre. Trop de blanc. Cela lui était alors vaguement familier. Comme les murs d’un hôpital grouillant de monde à l’esprit malade mais qu’on faisait tout pour cacher par la pureté du blanc et sa propreté qu’elle évoque. Il fallait qu’il parte. Qu’il s’en aille avant que cette beauté lugubre l’envahisse entièrement par la peur.

Sur le point de faire le chemin inverse, un léger brouhaha lointain attira l’attention de Vaas. Venait-il d’entendre une autre forme de vie dans ce désert glacé ? Un autre individu qui voulait s’échapper du monde, malgré les risques de mort presque certaine à l’extérieur des frontières de la Nouvelle-Orléans ? Vaas n’en était pas convaincu. C’était son imagination. Son esprit était le champion des divagations notoires. Puis soudainement, un cri glacial le figea. Était-ce vraiment un cri ? Ou simplement une bourrasque abominable ? Les yeux pétrifié d’horreur, Vaas tourna la tête vers l’endroit où le cri avait retenti. « Hey ! Y’a quelqu’un ? » Pendant trois interminables secondes, rien que le bruit du vent. Jusqu’à un deuxième cri encore plus désespéré que le premier. Déchiré entre l’envie de fuir et la curiosité de l’origine de ce hurlement de douleur, Vaas se décida pour la deuxième option. Allant aussi vite que possible malgré l’amas de neige, il finit par atterrir non loin d’un plan de glace gigantesque, qui devait être à l’origine un lac. Sur ce rebord, la personne à l’origine du cri. Vaas était encore assez loin mais de là où il était, il distinguait une silhouette fine dans un manteau visiblement trop grand pour elle. Autour d’elle, une vingtaine de créatures immondes marchant lentement, d’autres un peu plus vite, resserrant le cercle autour de la pauvre victime. Vaas était horrifié. Il y avait des zombies, ici, au beau milieu de New-York ? Ils sont pas censés être pétrifiés par le froid ces bâtards ? Que pouvait-il faire ? L’individu est visiblement perdu de toute manière. Son visage était paralysé de froid et de frayeur. Ses jambes l’invoquaient de s’enfuir, mais son esprit et sa conscience le suppliaient de faire quelque chose. N’importe quoi, juste un geste pour aider cette personne en détresse. Mais on parlait de Vaas Milligan. Le mec le plus pathétique et déplorable de l’histoire. Ils se rapprochèrent de lui. Ou était-ce d’elle ? Il n’arrivait pas à voir. Jusqu’à entendre un autre cri désespéré appelant au secours. C’était une femme. Elle avait de longs cheveux noirs. Non, poivre et sel. Elle avait le teint mâte. Son visage, même vu de loin était étrangement familier. Putain de merde. Qu’il détestait sa conscience. Sa foutue et putain de conscience à la con. « Eh ! Bouge de là ! Ramène-toi ! » Avec un peu de volonté, elle pouvait s’en sortir. Le froid rendait les gestes des créatures lentes et désordonnées. Mais la victime semblait immobile. Vaas finit par comprendre que le plan de glace était devenu trop fragile à cause du poids de toute cette horde venue l’encercler. C’est en s’approchant qu’il vit les dangereuses fissures qui s’approchaient d’elle. En hurlant, Vaas vit quelques-uns de ces affreux tourner leur tête lentement vers lui. Il était encore assez loin. Assez pour prendre ses jambes à son cou, juste au cas où. L'idée d'avoir un chemin pour fuir en cas de catastrophe l'aida à se sentir mieux. Juste un peu, et pendant une seconde.

L'idée la plus grotesque lui vint alors. Et si c’était sa mère ? Pourquoi ce visage lui était si familier, cette silhouette aussi ? Il devait en être sûr. Il s’approcha prudemment du lieu du drame. Il était toujours mieux logis que la victime de toute manière. Vaas s’aperçut que les fissures sur la glace étaient beaucoup plus profondes qu’il ne l’aurait cru. Mais pourquoi elle ne bougeait ? Elle pouvait au moins essayer de se frayer un chemin, de s’approcher de lui, faire un truc ! Juste un truc ! Il n’eut pas le temps d’y réfléchir. Deux mains frêles se posèrent sur ses épaules. En se retournant, un visage décomposé et givré, la mâchoire ouverte lui fit face. Horrifié, Vaas posa un pied sur la glace ce qui le fit glisser. Il atterrit sur le dos, le zombie sur lui. Le choc de la surprise fut bruyant, il entendit avec effroi la glace crier sa douleur. Vaas eut comme seul réflexe de pousser le zombie sur lui en s’aidant de ses mains et en l’envoyant sur le côté avec ses pieds. A quelques centimètres de lui, la glace était en mille morceaux. Encore proche du bord, il sauta à pied joint dans la neige à la seconde où la glace se rompu. L’eau s’engouffra rapidement sur toute la surface de la glace. Des plaques se dessinèrent. Elles se détachaient, formant des morceaux de puzzle. Une des pièces proche de lui coula en piqué, emportant avec elle trois zombies. Il avait provoqué une catastrophe. Vaas chercha alors des yeux la victime. Disparue. Il entendit la glace se briser de plus belle. Avec la scène qu’il avait provoquée, il était devenu la nouvelle cible des zombies. Ne cherchant pas à savoir si l’eau glacée allait tous les emporter, Vaas décida cette fois-ci, d’écouter ses jambes. Sans se retourner, il fonça comme il ne l’avait jamais fait auparavant. Qui était-elle ? Était-ce sa mère ? Était-ce une vision ? Non, ils ne se seraient pas rassemblés en cercle sans raison. Il courrait, comme si un démon le pourchassait. Jamais il n’avait été aussi terrifié. Et jamais il n’avait eu dans son cœur autant d’espoir. L’espoir de revoir son visage. L’espoir d’avoir des réponses. Le vent glacé gelait ses paupières. Ses yeux pleuraient, mais aucune larme ne sortit. Il courrait, les dents claquant de froid. Était-elle en vie ? L’avait-elle sauvée ? Ou était-elle tombée dans l’eau ? Qui était-elle réellement ? Il n’était pas sûr de vouloir savoir en vérité. Être dans l’ignorance, c’était ce qu’il avait toujours été. Dans l’ignorance familiale. Et dans la vérité gouvernementale. Il fut une époque où il ignorait et savait tout à la fois. Aujourd’hui, il fuit. Il sait ce qu’il fuit, sans savoir ce qu’il cherche.
   
 

   

   
Marty  • 25 (le coup d'vieux p'tain ><)


   
Pays:
France
présence :
souuuuvent, genre tous les jours t'as vu.
MID c'est quoi pour toi :
MID, c'est BOW (Bowling Open Window = bowling à fenêtre ouverte, tu prends une balle et tu la lances à travers la fenêtre, tu verras on s’éclate =D Faut faire juste gaffe qu'il y ait personne en dessous  hum )
et le règlement, tu l'as lu?
vazy j'vais me le retaper, juste parce que c'est vous <3
un dernier mot?
Oyé Oyé, avis à la populace ! Ici l'ancien Caïn de Sade, vous savez, le mec du gouvernement chelou avec Andrew Scott (fuck, j'avais oublié, monsieur sexy est libre maintenant *o*) Comme la reprise sans le créateur de mon scénario fut affreusement difficile, j'ai pris la décision de TOUT recommencer avec un nouveau perso, mais genre assez différent en plus, j'sais pas c'qui m'a pris   Donc voilà, désolée si ça chamboule certaines personnes (mais j'pense pas, Caïn était trop space) mais je refais tout avec un p'tit super torturé et tout, ça va être drôle (ou pas du tout ça se trouve, j'vais encore plus galérer /SBAFF/) A plus les canards, et mangez des kiwis. Pas l'animal, bande de sauvages  
   


   

_________________
COMMEDIA DELL'ARTE DELL'INFERNO
Dans un monde sans lumière s'avance l'armée des ombres. Secte au culte lunaire, marionnette, quelle est ton ombre ? Le bon sens est mis en quarantaine, où est passée la vérité ? Moyen-âge des temps modernes, bienvenue dans un monde dépassé.


Dernière édition par Vaas Milligan le Ven 19 Aoû - 20:45, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2888-fell-down-a-hole

Invité
Invité






MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Jeu 10 Sep - 22:55

Le nom. Bowdel. Ça caresse ma langue chaque fois que je le lis (oui, à voix haute ). Puis la célébrité, quoi. C'est de bon goût, c'est de bon goût.
Re-bienvenue ! :stache:
Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5901
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Jeu 10 Sep - 23:06

C'est juste parfait ce choix d'avatar! Hâte d'en découvrir plus

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 15035
↳ Points : 1224
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Eva Green
↳ Age du Personnage : 31 ans, âme de 779 ans
↳ Métier : Chirurgienne
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
MUSE - dead inside | THRIVING IVORY - flowers for a ghost | PLACEBO - battle for the sun | HURTS - stay | THE KILLERS - human | BON JOVI - we weren't born to follow | EPICA - the phantom agony | ADELE - turning tables | SWITCHFOOT - thrive | TIRED PONY - get on the road | THE CIVIL WARS - poison & wine

↳ Citation : « L'enfer c'est moi. Ce sang qui inonde mes veines, cette chair qui harnache mon squelette, cette cervelle qui s'embrouille. Ces pulsions, désirs impérieux, douloureux, qui commandent mes actes. »
↳ Multicomptes : Kyran R. Hogan & Rhys Steinsson
↳ Couleur RP : mediumseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Jeu 10 Sep - 23:18

Coucou toi Que de merveilleux choix une fois de plus, je suis gaga devant tant de perfection Je suis amoureuse de tout ce que tu as déjà rédigé, ya que le préface et je suis déjà prête à te vouer un culte quoi Beaucoup trop de superbes idées Grande gueule, torturé et attachant, il a tout pour plaire Puis tu peux pas savoir à quel point je suis rassurée et contente que tu restes parmi nouuus Je veux absolument un lien je te préviens, t'y échapperas pas
Bon et je fais tout dans le désordre mais re-bienvenuuuuue par ici J'espère de tout coeur que tu vas t'amuser à fond avec ce nouveau petiot Je t'envoie plein plein plein de courage pour la rédaction
Et Aaron Paul en plus, cet acteur badass  Je l'adore et ça me fait penser que je dois continuer Breaking Bad (je me suis arrêtée à la fin de la saison 1 *sbaff*)  
Je plussoie pour le pseudo sinon, j'aime énormément

_________________

Between Iron And Silver
Twisting and turning, unable to sleep. Will the voices ever stop? My thoughts speak louder the more I resist. And they're driving me insane. Do they ever go? Inside. I'm a danger to myself. I'm a prisoner of my own hell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2274-nymeria-dead-ins

Féminin
↳ Nombre de messages : 2658
↳ Points : 488
↳ Date d'inscription : 19/04/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Giza Lagarce
↳ Age du Personnage : vingt et un ans.
↳ Métier : croupière au Bones.
↳ Opinion Politique : résistante extrêmiste.
↳ Niveau de Compétences : niveau deux.
↳ Playlist : ocean avenue - yellowcard | cruel - the veronicas | paralyzed - against the current | reckless - you me at six | haunting - halsey | before the worst - the script | doubt - twenty one pilots | anything - hedley | nicotine - panic! at the disco | robbers - the 1975 | just the way i'm not - all time low
↳ Citation : « There's a piece of you that's here with me, it's everywhere I go, it's everything I see »
↳ Multicomptes : Mackenzie Caulfield & Nataliya Clarke.
↳ Couleur RP : #BD5737



Feuille de perso
↳ Copyright: empty gold. & endlesslove & jump-again
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Jeu 10 Sep - 23:26

Haan je suis contente que tu restes parmi nous Re-Bienvenue chez toi du coup
Ce petit il a l'air de dépoter grave, j'ai hâte d'en lire plus Et puis Aaron Paul quoi, niveau choix, t'as bon goût, darling :owyeah:

_________________
    I've been looking all night watching them empty hours. Invisible to these crowds, always double vision. I've been losing my mind listening to broken speech. Stacking up broken seats, it's a lonely picture. And I hear your voice as it echoes 'round my head. Always that same thing that you said. Get out, get out, while you still can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2372-vkb-you-were-my-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Jeu 10 Sep - 23:31

La maj nous apporte des merveilles :cheers: Le nom, la tronche, le personnage, tout est top quoi. Je vais finir par camper dans ce secteur avec tout ce beau monde. Amuse toi bien dans cette nouvelle peau
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Ven 11 Sep - 0:32

Re-bienvenue parmi nous
J'espère que ce perso t'inspirera autant, voire plus que le premier

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 977
↳ Points : 665
↳ Date d'inscription : 01/07/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau max en tâches et théorie du complot
↳ Playlist : Woodkid - Run Boy Run ; C!NCC - Bipolar Mind ; The Used - The Bird and The Worm ; Enter Shikari - Destabilise ; ADTR - Paranoia ; Eddie Vedder - Society
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna + (she)wolf
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Ven 11 Sep - 0:39



Quand j'ai vu lu tous vos messages, ça m'a fait tout bizarre dans ma poitrine, genre MY EMOTIONS  

J'sais même plus quoi dire du coup. Merci les gens, merci pour vos compliments  C'est ce forum qui m'inspire aussi, z'êtes des génies d'la création du rpg, j'ai des idées dans la tête, faut que ça sorte

Merci encore, à vous touuuuus

_________________
COMMEDIA DELL'ARTE DELL'INFERNO
Dans un monde sans lumière s'avance l'armée des ombres. Secte au culte lunaire, marionnette, quelle est ton ombre ? Le bon sens est mis en quarantaine, où est passée la vérité ? Moyen-âge des temps modernes, bienvenue dans un monde dépassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2888-fell-down-a-hole

Invité
Invité






MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Ven 11 Sep - 7:16

Declan Grimes a écrit:
La maj nous apporte des merveilles :cheers: Le nom, la tronche, le personnage, tout est top quoi. Je vais finir par camper dans ce secteur avec tout ce beau monde. Amuse toi bien dans cette nouvelle peau



Bonne chance pour la rédaction de ta fiche et re-bienvenue
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 9026
↳ Points : 476
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Ven 11 Sep - 9:48

Re-bienvenuuuuee     Han mais tu peux pas savoir comme je suis contente de te voir rester J'adorais Caïn mais ce petiot va être tout aussi génial, je suis déjà fan du peu que tu as écrit pis en Hellraiser, voilà quoi Va falloir que je vienne te polluer de nouveau pour qu'on se retrouve un lien, euway j'y tiens
Je te souhaite bon courage pour la rédaction de ta fichette, et j'espère que tu t'amuseras avec ce nouveau petiot

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Ven 11 Sep - 12:32

Re-bienvenue toi Déjà avec ton ancien vava tu prouvais que tu avais de bons goûts, mais ALORS LÀ, avec Aaron, tu montes d'un niveau J'espère que tu vas t'éclater avec ce perso, il nous faudra un lien
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 848
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Ven 11 Sep - 14:32

ENORME !

J'adore, hâte de lire la suite

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 744
↳ Points : 729
↳ Date d'inscription : 27/04/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ellen Page
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Interne en médecine aux urgences, animatrice d'une radio pirate
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Playlist : Ellie Goulding - Anything Could Happen
Damien Rice - Prague
Avril Lavigne - Take me Away
Nirvana - Litihum
Skunk Anansie - Hedonism
Damien Rice - The Box
AaRON - Blouson Noir

↳ Citation : L'échec est une formidable force de vie
↳ Multicomptes : Shae Thackery & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



Feuille de perso
↳ Copyright:
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Ven 11 Sep - 15:10

Re-bienvenue Vaas! (vous avez le chic pour trouver des prénoms badass sur ce forum )
Bon courage pour ta fichette, j'aime beaucoup le début!

_________________


I don't wanna beg you pardon
I don't wanna ask you why
But if I was to go my own way
Would I have to pass you by?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2422-enya-i-don-t-rea

Invité
Invité






MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Ven 11 Sep - 16:05

Re-bienvenue avec ce perso qui déchire *_*
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: fell down a hole • Vaas   Ven 11 Sep - 18:20

Ce choix d'avatar quoi J'approuve trop Bonne chance pour ce nouveau personnage et rebienvenue parmi la famille
Revenir en haut Aller en bas
 

fell down a hole • Vaas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Black Hole RPG is coming
» Black Hole RPG recrute des graphistes passionnés :)
» Black Hole RPG : Vous laisserez-vous tenter ?
» IE7 et FF
» Cause I need this hole gone ▬ Aurora

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Second Chapter :: Life For Rent :: Welcome Home-