AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Keep your head up | ft Celian N.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Keep your head up | ft Celian N.   Dim 13 Sep - 22:39

keep your head up

my hope is on fire, my dreams are for sale. I dance on a wire. I don't want to fail her. I walk against the stream..

Hey, beauté !
Un rictus caustique étira le coin de ses lèvres. Elle cessa son ascension. Le doux parfum de la testostérone submergea son flaire aiguisé. Lentement, sa silhouette élancée se mouva afin de faire face au malotru. Elle le contempla. Peu assuré, il s'approcha. Elle inclina légèrement la tête. Tout son être criait une faim dévorante qu'elle enlaçait avec frénésie. Elle ne pensait plus. Ses songes ne s'entremêlaient plus. Elle les avait chassé. Elle n'était plus qu'une boule de fureur et d'envie. A son tour, elle parcourra les quelques mètres qui les séparaient encore. Là, son regard se voila d'une pellicule noirâtre et déliquescente. Elle ne domptait plus l'Animal. Elle l'embrassait. Danse éternelle et despotique dont elle jouissait ouvertement. Docile, cependant, elle laissa le gamin empoigner vigoureusement ses épaules.
Quel mâle ! , s'esclaffa-t-elle.
Son rire lézarda les murs. Implacable et menaçant. Sa colonne rencontra la fraîcheur de la pierre. Elle frissonna. Ses doigts agrippèrent les revers de son cuir, l'entraînèrent contre sa poitrine affolée. Elle l'embrasa d'un baiser tortionnaire. Elle absorba son souffle.
Tu n'es pas du genre bavarde hein ?
Il inspira profondément, avala cet oxygène tant attendu. Elle ne voulait plus parler. Depuis trop longtemps maintenant, elle se confondait en excuses illusoires. Mais il n'y avait pas de rédemption pour les êtres de son espèce. Elle ne valait pas mieux qu'eux. Elle ne valait rien.
Pourquoi ? Tu aimerais peut-être discuter autour d'une tasse de thé ?
Non, bien sûr que non. Elle le devinait derrière ses traits juvéniles. Il n'attendait qu'une seule chose : Elle. Alors, elle dévora sa lèvre de morsures impatientes. Au tréfonds de ses entrailles, elle sentit l'Animal se réjouir. Il jubilait du pouvoir qu'il détenait. Elle en gémit d'euphorie.
Pas ce soir, susurra-t-elle.
Elle se dégagea. Perplexe, il l'observa s'éloigner jusqu'à ce qu'elle ne disparaisse dans l'obscurité.
Wouaw. C'est qui cette fille ? 
Qui était-elle ? Ou, qui n'était-elle plus ?

Azra n'avait qu'un désir, qu'un seul réel besoin : Celian. Cela faisait quelques jours – pour ne pas dire une semaine – qu'elle n'avait pas rendu visite à sa charmante doctoresse. A dire vrai, elle était bien trop préoccupée par sa petite personne pour cela. Cependant, la nature éveillait ses désirs les plus bestiaux. Elle n'essayait plus de les chasser, non. Elle les accueillait avec exaltation. Suivre ses instincts primaires était une libération qu'elle adulait désormais. A sa plus grande surprise, elle se sentait, pour la première fois, en accord avec elle-même. Même son enveloppe charnelle s'extasiait de cette nouvelle existence.

Elle se lécha les lèvres. Celian. Son ventre se noua délicieusement. Quelques secondes encore, et elle comblerait le vide entre ses reins. Déterminée, elle pénétra l'antre de la scientifique sans même prendre la peine de frapper. Elle fit quelques pas puis, s'appuya nonchalamment contre la chambranle qui, donnait directement accès au bureau. Là, elle se fendit d'un sourire à la fois carnassier et séducteur.
Bonsoir belle blonde.
Elle s'approcha, jusqu'à venir appuyer la paume de ses mains contre le bureau. Ainsi, légèrement voûtée au dessus du meuble, elle ancra un regard fiévreux dans le sien.
- Je t'ai manqué ?


made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Keep your head up | ft Celian N.   Dim 13 Sep - 23:09

« You're not a freak, not a monster, not a bad sick, not a disaster. Believe me, my girl, you're just yourself, you're not in hell, just in fire, without water. »
Keep your Head up
La nuit se faisait de plus en plus précoce. L'hiver approchait et menacerait bientôt d'engloutir le soleil avant les coups de 19 heures. Celian haïssait cette période, celle où elle sentait que les jours devenaient plus courts, absorbant avec eux l'énergie qu'elle mettait en oeuvre au quotidien. Ces jours et ces longues nuits où elle ne rentrerait plus chez elle, trop accablée par l'obscurité dehors. Elle voyait bien là ses dernières soirées dans son propre bureau, à terminer la paperasse qui la privait de quelques heures de sommeil bénéfiques. Bientôt, elle ne reconnaîtrait peut-être même plus l'odeur de son propre foyer, de son propre lit. Comme depuis des années.

Concentrée sur les quelques lignes avec lesquelles elle flirtait, elle ne fit pas réellement attention aux quelques pas qui s'annoncèrent derrière la fenêtre. Difficile d'ôter Celian de son travail. Néanmoins, le bruit de la porte d'entrée s'ouvrant dans la volée créa en elle la surprise et la peur. Qui venait ici à une heure pareille, sans frapper ? Elle le découvrit bien entendu trop rapidement à son goût. Azra. Comme depuis quelques semaines déjà, elle rencontra son regard animé par une bestialité qu'elle ne lui connaissait pas. La hyène avait repris le dessus sur l'être humain, et elle l'avait bel et bien remarqué.

Les premiers temps, le changement n'avait pas été très flagrant. Moins de tendresse, moins de patience, puis soudain, plus rien de l'une, plus rien de l'autre. Ces quelques fois par semaine où elle venait, la brune faisait sa loi, et se jouait de la sensibilité de la pauvre doctoresse, trop naïve pour se rendre à l'évidence, et accepter qu'Azra ne lui offrait plus la relation saine qu'elle espérait, qu'elle avait même touché du bout des doigts. Elle venait, la couchait quelque part, laissait son désir prendre fin, puis repartait, comme un courant d'air qui n'avait jamais existé. Et si, au début, elle prenait l'initiative de créer l'envie chez sa partenaire, elle avait abandonné cette idée les jours suivants.

Celian n'avait pas pu lui dire non. Elle n'avait pu refuser. Elle tenait trop à Azra, elle espérait trop un retournement de situation, que tout ceci n'était peut-être qu'un mauvais rêve. Mais si ses actes étaient loin d'être des rêves, ils devenaient de plus en plus mauvais. Celian n'était plus, dans les yeux d'Azra, qu'un jouet dénué de sentiments. Une marionnette qu'elle pouvait contrôler à sa guise, sans peur de représailles ou de refus. Alors, lorsqu'elle se présenta ce soir-là, Celian avala difficilement sa salive.

Une semaine sans nouvelle, malgré les quelques appels qu'elle avait pu passer, les messages qu'elle avait laissé, rien. Azra avait disparue de la circulation. Et elle revenait, comme une fleur, l'oeil et le sourire aguicheurs et manipulateurs, triomphants d'un acte qui n'avait pas encore été réalisé. Et ce soir, Celian ne souhaitait plus s'adonner à ces pratiques. Elle ne pouvait plus rester le simple objet sexuel. Elle ne voulait pas n'être que cela. Elle ne s'était guère offerte et ouverte à Azra pour cela non plus. Il devait en être autrement. Leur présent devait disparaître, que cela signifie perdre définitivement Azra ou non. Celian savait que cette décision serait difficile, mais qu'elle éliminerait la somme de souffrance qu'elle épousait à chaque nouvelle rencontre.

« C... Ce n'est pas cette Azra-là qui me manquait. »

De nouveau, elle avala sa salive, mâchoire crispée. Il fallait qu'elle le lui dise. Il fallait qu'elle agisse, afin de ne plus ressentir ce mal qui la rongeait peu à peu, qui la noyait dans ces eaux troubles. Elle s'enfonça dans son siège, le reculant légèrement. Peut-être la brune verrait-elle enfin que Celian la fuyait ? N'était-ce donc que cela, à présent ? Une fuite perpétuelle ? Elle posa son stylo délicatement et lia ses doigts devant elle, les triturant afin d'éliminer le stress. Elle continuait à soutenir son regard, malgré les reflets de la peur qu'il devait contenir, malgré sa bouche entrouverte, malgré ses lèvres tremblotantes, et malgré ses larmes de panique qui menaçaient de couleur au prochain pincement de coeur.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Keep your head up | ft Celian N.   Lun 14 Sep - 0:11

keep your head up

my hope is on fire, my dreams are for sale. I dance on a wire. I don't want to fail her. I walk against the stream..

Azra inclina légèrement la tête. Le parfum de la peur embaumait l'air ambiant. Délicieuse et enivrante fragrance. Elle ondula doucement des épaules. Le tintement de son myocarde affolé résonnait à ses tympans. Une douce mélodie sur laquelle elle se perdait avec extase. Ses sens lui ouvraient, désormais, des contrées encore inexplorées. Elle s'y noyait corps et âme. Silencieusement, elle détailla les traits inquiets de son interlocutrice : ses prunelles désespérées, l'arrête finement dessinée de son nez, les contours soulignés de sa mâchoire. Puis, il y eut ses lèvres, leurs courbes parfaites. Tant de détails qui, attisaient davantage l'effusion au creux de ses reins. Seul le martèlement de ses talons résonnèrent lorsqu'elle contourna enfin le bureau. Autour d'elles, les éléments s'étaient figés. Qu'adviendrait-il d'elles ? Personne ne le savait. Du moins, pas encore. Azra arbora une moue concernée. Mais, ce n'était qu'un masque, qu'une plaisanterie éhontée. Elle se fichait pas mal de ses pauvres émois. Ce n'était qu'une pathétique humaine. Elle saisit prudemment les accoudoirs et, tourna doucement le fauteuil vers elle. Là, elle s'accroupit, accrochant de nouveau son regard.
- Oh, mais elle n'est pas loin.
Mais, le ton qu'elle employait n'avait rien de semblable avec ce qu'elle fut. Furtivement, son index effleura son menton, s'égara le long de sa clavicule découverte. Elle percevait chaque tremblement, chaque hoquet d'inquiétude. Et, si cela la tenaillait autrefois, cela attirait désormais son joug. Finalement, elle se redressa. La vie était ainsi : les prédateurs surplomberaient éternellement leurs proies. L'être humain était d'une fragilité déconcertante. Elle, d'une force incroyable. Alors, pourquoi se priver dans un monde où, de toute façon, l'Enfer dévorait systématiquement les âmes ? Azra se fendit d'un rire sardonique. Non, la Hyène n'était, dorénavant, jamais très loin.
- Ne fais pas cette tête voyons. Je ne suis pas venue les mains vides.

Elle laissa planer le suspense quelques secondes, savoura cette nouvelle tension. Puis, d'un geste à la fois délicat et sensuel, elle dénoua la ceinture de son trench coat. Elle laissa le tissu glisser le long de ses bras pour s'éparpiller négligemment sur le sol. Une fine nuisette recouvrait brièvement sa peau. Accoutrée de la sorte, et perchée sur ses bottes, Azra semblait bien plus venimeuse. Et, elle l'était.
- J'ai pensé à toi, susurra-t-elle.
Elle prit place sur ses cuisses. Une jambe de chaque côté du fauteuil, Azra offrit aux prunelles interloquées de son amante la lingerie qu'elle ne possédait pas. Elle l'emprisonna entre ses bras, le visage si près du sien qu'elle put en savourer la chaleur de son souffle.
- A moi, tu m'as énormément manqué...
Et, comme si elle cherchait à appuyer ses propos, Azra déposa quelques baisers le long de sa gorge. Rapidement, sa langue vint en épouser la courbe. Elle gronda d'appétit. Plus rien n'avait d'importance. Mis-à-part Celian. Son corps, qu'elle réclamait avec frénésie. Ses hanches ondulèrent avec volupté, tandis qu'elle plongeait un regard brûlant au cœur du sien.
- Je te veux.
Sa voix se fit plus rauque, plus rude. Sans appel. Ses mains trouvèrent refuge sous ses vêtements, malmenèrent la chair tendre. Celian n'était plus son amante. Elle n'était plus son docteur. Elle était une proie. Sa proie.


made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Keep your head up | ft Celian N.   Lun 14 Sep - 11:57

« You're not a freak, not a monster, not a bad sick, not a disaster. Believe me, my girl, you're just yourself, you're not in hell, just in fire, without water. »
Keep your Head up
« Crois-moi, elle est bien loin d'ici. » aurait-elle souhaité répondre. Mais elle ne voulait guère envenimer les choses. Celian était diplomate, au point de rarement hausser le ton, si bien, d'ailleurs, que ceux qui avaient assisté à la chose n'avaient pas su quoi lui répondre. Et elle savait qu'Azra était impulsive, elle ne souhaitait donc pas aller trop vite. Ou peut-être était-ce une erreur ? Elle l'ignorait, elle ne savait plus tellement où elle était, ni qui était Azra. L'espoir auquel elle s'accrochait restait visiblement assez fort pour que Celian tente de ne pas perdre la brune. Parce qu'elle ne voulait pas la perdre, non.

Lorsqu'Azra s'approcha d'elle, Celian se crispa davantage. Allait-elle lui faire la même chose que depuis des semaines ? Cela semblait évident. Maudite espérance inutile qui rendait la blonde si fragile. Quand elle ôta ses vêtements, Celian fut à la fois surprise et désorientée. Un désir montait en elle, malgré elle. Oui, Azra était magnifique, elle l'avait toujours été. Et dans cette tenue charnelle, elle l'était encore plus. Ce fut néanmoins la première fois que Celian regrettait de ressentir une envie si grande pour la brune. Elle aurait souhaité que ses émotions n'interfèrent pas. Mais rien n'est jamais très simple.

Quelques baisers eurent raison de sa conscience, et elle posa ses mains tremblantes, un peu malgré elle, sur les cuisses de la jeune femme. Comment refuser une telle offrande ? Elle ignorait même comment faire. Quelques mouvements contre elle firent grimper plus encore sa température corporelle. Elle se maudissait, intérieurement. Elle se frappait, mentalement. Qu'elle se réveille, qu'elle dise stop, qu'elles aient cette affreuse conversation. Mais elle fermait déjà les yeux, savourant ses quelques baisers qui auraient presque effacé la situation toute entière. Presque.

Elle s'immisça sous ses vêtements, cherchant à toucher ce qu'elle pensait avoir de droit. Ce fut le réveil. Non, Celian ne désirait pas cela. Elle ne voulait plus de cette voracité, de cette impatience, de cette violence. Elle ne méritait pas que cela. Elle méritait bien davantage. Mais Azra avait perdu la raison.

« Azra.. D.. Doucement. »

Mais rien n'y fit. Elle fit la sourde oreille, ou peut-être entendait-elle mais avait décidé de ne pas l'écouter. Déjà ses doigts se délectaient de ses seins, sans permission aucune, sans aucune douceur, non plus. Comme si ceux-ci étaient irréels, et qu'elle devait s'en saisir pleinement pour constater leur existence. Le désir de Celian était encore haut, mais il avait cessé de grimper. Ses sentiments s'entremêlaient les uns aux autres, et elle ne savait plus quoi faire. Devait-elle, finalement, se laisser aller ?

« S'il te plaît. »

Sa voix aiguë reflétait légèrement son désespoir. Elle qui avait déjà tenté par tous les moyens de faire revenir Azra de cette impasse dans laquelle elle s'engouffrait. Mais ses actions étaient vaines, depuis longtemps déjà. Lorsque les mains de la brune attrapèrent les siennes, les guidant sur ses reins, Celian comprit ce qu'elle désirait. Qu'elle la touche, en retour, qu'elle lui rende son plaisir, qu'elle fasse en sorte de la satisfaire. Elle lui répondit d'une pression minime, tentant de fuir, mais la brune avait toujours eu plus de force qu'elle. Celian se mettait-elle, à présent, à la craindre ?

« N.. Nous pourrions prendre notre temps. »

Pitié, qu'elle se réveille et qu'elle comprenne. Qu'elle arrête. Car le coeur de la pauvre marionnette semblait déjà se serrer dans sa poitrine. Elle avait peur de la perdre, et à la fois, avait peur de finir ainsi.

« Azra, je... Je t'en prie. Je voudrais aussi faire cela à ma manière. »

Se souvenait-elle réellement ? En avait-elle encore envie ? De ces premières fois où elles s'étaient découvertes, patiemment, doucement, passionnément. De ces fois où elles riaient de leur maladresse. De ces fois où elles semblaient avoir une réelle relation, et non un rapport purement primaire, comme deux bestioles instinctives qui satisfaisaient simplement un désir éphémère.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Keep your head up | ft Celian N.   Lun 14 Sep - 14:56

keep your head up

my hope is on fire, my dreams are for sale. I dance on a wire. I don't want to fail her. I walk against the stream..

Quelques suppliques désemparées. Quelques frémissements désespérés. Mais, Azra n'était plus. Sa fougue dévastait tout. Il n'y avait plus rien d'éclatant. Elle prenait le corps, comme un courant d'air s'infiltrait sous les vêtements. Qu'était-elle devenue ? Le pire. Ce qu'elle détestait. Mais, peu importait. Elle était libre. Sa culpabilité expiait délicieusement. Parfois, elle en savourait ses plaintes. Désormais, elle jouait. Aussi tyrannique et perverse que l'Animal qui l'habitait. Elle acceptait enfin sa réelle nature. Mais, à quel prix ? Ses mains découvrirent ces courbes familières à nouveau, meurtrirent ce qu'il restait de beau. Elle se punissait. Qu'avait-elle à offrir de plus ? Rien. Simplement, le néant, le vide et la violence de sa condition. Alors, elle se perdait. Toujours plus. Indéniablement. Que pouvait-elle faire d'autre ? Elle n'était qu'une monstruosité de plus dans cet univers décadent, qu'une enfant de Satan. Ses caresses se firent plus rudes. Le monde l'étourdissait. Elle ne savait plus. Qui était-elle ? Qui voulait-elle être ? Comment savoir ? Elle papillonna des yeux, chassa ces larmes amères qui, menaçaient depuis trop d'années désormais. Sa colère ne décroissait plus. Elle submergeait sa raison. Ses propres parents avaient signé sa perte. Elle ne le concevait plus. Un grognement enragé vibra dans le creux de sa gorge. Celian était son dernier rempart, la seule trace de son humanité passée. Mais, secrètement, elle jalousait cette fragilité sans ombres. Elle ne serait jamais ainsi. Son bassin accentua la pression qu'elle réclamait tant. Il ne lui restait que cela : les étreintes éphémères qui, étrangement, réchauffaient son âme en perdition. Azra les égara dans un baiser désespéré. Son joug, destructeur, ne laissait plus place au refus. Il étouffait jusqu'à l'oxygène autour d'elles.
- Celian, suffoqua-t-elle.
A son tour, elle implorait la délivrance. Ce n'était plus un désir trivial, mais un besoin vital. Elle ne reconnaissait plus que la chair. Ses paumes emprisonnèrent son visage. Elle plongea un regard d'une rare violence dans le sien.
- J'en ai besoin.
Elle le répéta inlassablement. Litanie despotique et mortifère. Azra ne voulait plus de tendresse. Elle acclamait sa sentence.

Elle se redressa, emportant avec elle la pauvre carcasse de la doctoresse. Ses doigts pincèrent la peau délicate de ses poignets.
- Je ne veux pas de ça.
Non, elle ne voulait plus d'amour. Elle ne le méritait pas. Sa respiration s'emballa. Douloureuse ascension de son impatience, de son euphorie déliquescente. Sa poitrine heurta celle de sa partenaire, tandis qu'elle l'emprisonnait contre le bureau.
- J'ai besoin de...
Seulement, sa voix s'étrangla. Elle ne parvenait plus à dompter la furie qui se déployait au sein de son esprit désorienté. Elle perdait pieds. Vertige de l'existence. Elle souleva sa jupe, remonta ses ongles le long de sa cuisse. Celian. Elle était sa force. Mais également sa plus grande faiblesse. Elle représentait sa dernière chance, son unique lueur d'espérance. Et pourtant, Azra s'engluait. Elle s'engouffrait dans une brèche qui la dépassait. Et, même si elle ne parvenait plus à réfléchir de manière cohérente, elle le savait ; les séquelles ne seraient pas des moindres.
- Pitié.
Mais que suppliait-elle finalement ? Une étreinte dictatoriale ? Ou bien, un sursaut de conscience, un dernier appel raisonné ?


made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Keep your head up | ft Celian N.   Lun 14 Sep - 17:19

« You're not a freak, not a monster, not a bad sick, not a disaster. Believe me, my girl, you're just yourself, you're not in hell, just in fire, without water. »
Keep your Head up
Ce n'était plus Azra qui lui parlait, non. C'était la hyène. Elle le sentait, dans son ton, dans son regard, dans ses paroles, et plus encore dans ses gestes. Forts, soudains, obstinés. Celian ne savait comment les gérer, comment les empêcher. Le voulait-elle vraiment, au fond ? Peut-être pas tant que cela. Oui, elle aurait aimé que cet instant soit perdu dans leurs nombreuses retrouvailles, parmi celles qu'elle aimait, elle aussi, parmi la douceur et la candeur. Mais il n'était qu'une répétition inlassable des précédents.

A son baiser, Celian ne put que répondre. Peu accoutumée à un tel besoin de la part de sa partenaire, qui se ressentait jusqu'à la pression de ses lèvres, la blonde ne sut réellement quoi lui offrir. Les premiers instants, peut-être, avant qu'elle ne tente de la repousser doucement. Mais la douceur n'était pas non plus le meilleur moyen de s'en défaire, et elle le comprit bien à l'acte suivant. Elle en avait besoin, elle le répétait. Celian aurait souhaité lui offrir ce qu'elle souhaitait, mais elle n'en avait plus les capacités. Plus la force. Elle n'eut pas le temps de réellement répondre. Ses sensations furent soudainement prises au dépourvu par un retournement de situation.

Azra l'obligea à se lever, lui saisissant les poignets si fort que tout le désir que Celian préservait s'envola. Ses os cognant contre les siens, une courte douleur lui percuta le cerveau, et elle grimaça en tentant une légère pression pour se débattre. Mais rien n'y faisait, elle était emprisonnée dans ses serres.

« Arrêtes, tu.. tu me fais mal ! »

Elle tenta dans un murmure. Elle qui ne pensait jamais pouvoir dire cela d'Azra. Ces mots lui brisèrent le coeur. Tout comme la réponse de son interlocutrice. Un bref regard, comme si elle n'avait pas entendu son appel. Pourtant, les yeux de Celian hurlaient sa peur et sa propre détresse. N'était-ce que l'état d'esprit d'Azra qui était important ? Celian commençait à croire que oui. Une nouvelle vague de douleur la crispa et lui serra la gorge. Elle ne parviendrait plus désormais à dompter l'animal. Elle commençait à le comprendre, et à s'y résoudre. Une fois de plus, elle devrait faire en sorte de se laisser faire pour qu'Azra puisse obtenir l'aide précieuse qu'elle réclamait. Une aide qui obligeait Celian à déchirer son âme un peu plus chaque fois.

En heurtant le bureau, son souffle de coupa se nouveau. Azra. Elle aurait souhaité la fuir, à cet instant précis. Ne pas avoir à subir cette humiliation. Parce qu'elle l'était, humiliée, manipulée, endolorie par si peu de compassion, si peu d'amour, si peu pour ce qu'elle lui avait donné. Méritait-elle un tel sort ? N'avait-elle pas tout fait pour la brune ? Et qu'attendait-elle réellement, aujourd'hui ? Seulement son corps, seulement son enveloppe, à elle, petite fille naïve qui croyait encore au meilleur, alors qu'elle vivait le pire. Elle l'avait perdue alors qu'elle se perdait elle-même. Et cela, Celian ne pouvait plus rien y faire. Elle était peut-être le seul vestige de ce passé auquel elle avait encore envie de s'accrocher. Mais si elle avait, au début, préservé l'édifice de leur amour naissant, elle l'avait irrévocablement réduit en cendres, sous l'incendie que la hyène propageait dans son âme. Adieux, bel amour prometteur. Adieux, Azra.

Des larmes lui montèrent aux yeux, saccageant sa conscience de ses lames tranchantes. Elle les ravala tant bien que mal. Elle était faible, elle le savait. Pourquoi, alors, lui en montrer davantage ? Elle se cramponna au bureau pour ne pas tomber à la renverse. La nausée se réveillait dans ses tripes, elle qui annonçait l'évidence de la fin, l'échéance, le vide qu'Azra laisserait derrière elle. Celian était terrorisée. En la regardant, elle comprit qu'elle la voyait peut-être pour la dernière fois avec autant d'espoir. Il s'éteignit lorsqu'elle ferma les yeux, saisissant ses mains qui tentaient de la dénuder. Elle força, cette fois. C'était le stop. C'était la limite. Elles n'étaient plus.

« Je ne veux pas.. Azra, je ne veux pas. »

Elle n'arrivait plus à dire quelques mots à voix haute. Elle n'arrivait pas à fuir réellement. Mais elle devait surpasser sa peur. Elle le devait mais n'y parvenait pas.

« Je pourrais t'aider.. autrement ? »

Elle tenta maladroitement. Elle aurait souhaité être entendue, être simplement prise en compte. Mais elle ne l'était plus.

« Si seulement... Tu me laissais essayer. Rien qu'une fois.. S'il te plaît, je ne veux pas.. Je ne veux pas faire ça. Je ne veux pas être ça. »

Elle ne put retenir les mains envahissantes d'Azra. Alors qu'elle martelait sa peau de caresses douloureuses, Celian sentit sa gorge s'enflammer. Elle ne pouvait plus se protéger. Il n'y avait plus de barrière physique, ni psychologique. Tout ceci la heurtait, tout ceci lui faisait mal, et la souffrance résonnait dans tout son être. Abandonnant tout espoir, elle croisa les bras autour de son corps, agrippant ses coudes comme elle pouvait s'accrocher à un rêve lointain. Stop. Que tout cela cesse.

« Ne m'obliges pas... Ne m'obliges pas à faire ça. »

Sa voix se brisa pendant son discours, puis se mua en grincement plaintif. Elle eut l'impression d'être la seule à entendre ses plaintes. Peut-être même était-ce ce qu'il se passait actuellement : elle devait être muette et insensible. Malheureusement pour elle, elle sentait tout ce qu'il se passait actuellement. Malheureusement pour elle, tout ceci aurait des conséquences. Malheureusement pour elle, elle devrait devenir la proie et se taire.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Keep your head up | ft Celian N.   Lun 14 Sep - 19:02

keep your head up

my hope is on fire, my dreams are for sale. I dance on a wire. I don't want to fail her. I walk against the stream..

Son esprit se disloquait. Dans sa chute, il entraînait les derniers résidus de conscience, les dernières cendres de sentiments. Ce n'était plus qu'une ronde amère et désenchantée. Qui était-elle ? Que désirait-elle réellement ? Azra ne le savait plus. Elle voulait simplement ressentir. Éprouver. Son existence n'avait plus de sens. Alors, pourquoi penser aux conséquences ? Pourquoi nier cette douloureuse évidence ? Elle n'était qu'une créature. Sans avenir, ni lueur pour guider ses soupires. Elle se noyait. Indéniablement. Elle n'essayait plus d'atteindre la surface désormais. Non. Elle se laissait choir, ensevelir sous le poids du désespoir. La voix de Celian percuta brièvement sa décadence. Mais, elle ne comprit pas réellement l'ampleur des dégâts. Pourtant, la terreur de cette dernière l'enlaça tel un long manteau de ténèbres. L'Animal s'en délecta. A son tour, elle s'en abreuva. Un ricanement, à la fois sardonique et euphorique, trahit son instabilité. Elle ne parvenait plus à différencier la bête de son humanité. Cependant, la détresse de Celian frappa étrangement ses incertitudes. Ses sourcils se froncèrent.
- Celian ?
L'espoir vrilla au sein de son regard hagard. Celian. Quelques minutes, peut-être quelques heures, Azra contempla les traits effrayés qui l'accablaient. Que faisait-elle ? Ses doigts délaissèrent sa peau, restèrent pendus dans le vide. Elle inclina légèrement la tête, puis secoua sa chevelure brune. Le néant s'ouvrait. Elle ne comprenait plus. Comment en était-elle arrivée là ? Une évidence se brisa au sein de sa poitrine. Elle en pressa sa main contre son cœur.
- Je ne...
Mais elle n'eut pas le courage de s'étendre. Elle ne l'avait plus. Les limites brûlaient d'être franchies.  Il n'y avait plus d'échappatoire. Azra papillonna des yeux. Étourdie, engourdie par cette cacophonie  personnelle, elle s'agrippa furieusement aux épaules de la blonde. Il ne lui restait qu'elle et, pourtant, Azra s'engouffra définitivement dans cette danse mortifère.

- Pardon, fut la dernière chose qu'elle prononça.
Tout s’enchaîna avec une rapidité déconcertante. Elle n'en comprit pas tous les pas. Ce fut comme une déchirure. Et, simple spectatrice, elle vit ses mains empoigner la frêle silhouette de Celian. Que Diable faisait-elle ? Cela n'avait plus réellement grande importance. Elle courrait à leur perte. Dans un fracas, elle rejeta négligemment la pauvre marionnette. Cette dernière s'effondra au dessus du bureau. Poupée malléable. Poupée insignifiante. Azra enserra sa nuque entre ses doigts, l'obligea à rester face contre le bois. Haletante, elle contempla la colonne vertébrale de sa proie. D'ici, elle percevait les secousses qui animaient encore sa cage-thoracique. Un grondement roula au fond de sa gorge brûlante. Elle ne maîtrisait plus les hoquets de sa propre enveloppe. La mâchoire serrée, les prunelles aussi noires que le pétrole, Azra se trouvait désormais sur le parvis de sa vie. Elle observait son œuvre, silencieuse, carnassière. Elle détendit son cou. Un craquement dégueulasse résonna entre les murs de l'habitacle. La hyène gagnait du terrain. Elle n'était plus certaine du sentiment qui l'assaillait. Le désir. La faim. Que voulait cet animal au creux de ses reins ? La laisserait-il en paix si elle répondait au moindre de ses caprices ? Quelle était la bonne marche à suivre ? Qui fallait-il écouter ?

Puis, un son, d'abord indistinct, fit écho à son souffle désordonné. Elle déglutit. Son regard se voila. Quelque chose se brisa. Elles n'étaient plus.


made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Keep your head up | ft Celian N.   Lun 14 Sep - 21:20

« You're not a freak, not a monster, not a bad sick, not a disaster. Believe me, my girl, you're just yourself, you're not in hell, just in fire, without water. »
Keep your Head up
Dans son comportement, soudain, quelque chose changea. Quelque chose de minime, mais quelque chose tout de même. Y avait-il de l'espoir ? Celian le pensa. Un instant, sa propre espérance se raviva. Les mains d'Azra la quittèrent. Elle se décontracta légèrement, décroisa les membres, fixa la bête. Des excuses, enfin. Elle les attendait temps. Elle crut sourire, mais ce ne fut qu'un pâle rictus. La peur était encore présente, sa lourde empreinte demeurerait longtemps sur son corps meurtri. Le silence, pesant, fouetta l'air environnant.

Azra se débattait. Cela se sentait. Dans son regard, voilà qu'une lueur d'agonie se dégageait. La hyène tentait de reprendre le contrôle. Celian lisait l'incertitude, la peur, l'indifférence, aussi. Un mélange qui ne présageait rien de bon. Alors, un frisson de terreur la parcourut. Oui, elle avait peur. Ce n'était pas totalement terminé. L'humaine devait gagner cette bataille contre elle-même. Et seule elle pouvait le faire. Celian ne pouvait rien y faire, elle ne pouvait qu'attendre que la sentence tombe. Qu'elle soit la marionnette, ou qu'elle redevienne la doctoresse. Mais le résultat ne fut certainement pas celui escompté.

« N.. Non ! »

Trop tard. Le bois glacial du bureau lui heurta la joue. Ses hanches claquèrent contre le rebord, lui entamant les os, comme une guillotine cognait la colonne, séparant l'Atlas du monde qu'il portait. Son monde, justement, venait de disparaître. Les étoiles tombaient sur ces terres qu'elles avaient reforgées ensembles. Il n'y aurait que désolation, en ces lieux qu'elle rejetterait désormais. S'en était fini de sa conscience, une autre plaie la lacérerait de part en part, et sa béance ne pourrait jamais être ignorée.

Dans un ultime effort désespéré, elle tenta de se relever. Les doigts d'Azra se refermèrent autour de sa nuque, la serrant pour mieux la maintenir contre le meuble. Coincée. Elle ne pouvait plus rien faire.

« Azra... Je t'en supplie. »

Mais toujours rien, toujours aucune réaction. Elle laissa tout son poids ne faire qu'un avec le bois. Elle devait devenir l'objet, elle devait extirper son âme d'elle-même. Ne plus ressentir. Être ailleurs, être loin, être morte quelques minutes, quelques heures. Déçue de cette histoire qu'elle avait commencé à espérer, déçue de s'être une fois laissée bernée, Celian repensa à cette autre qui, comme Azra, l'avait un jour fait fuir. Si sa peur ne s'était pas répétée, peut-être n'en seraient-elles pas arrivées là. Peut-être y avait-il eu un autre chemin qu'elle n'avait pas osé prendre. Etait-ce sa faute ? Elle se le répétait.

Azra. Quelle belle histoire auraient-elles pu avoir ensembles. Quel bel amour auraient-elles pu construire ensembles. Toutes ces merveilleuses secondes passées ensembles pouvaient-elles être balayées ici ? Etait-ce le point final de leur destin ? Les ferait-il encore se rejoindre, après cela ? Certainement, jusqu'à voir la hyène prendre totalement le contrôle, jusqu'à n'être que charogne, jusqu'à n'être plus rien. Celian flirtait avec la mort, désormais, car elle seule pouvait, à ses yeux, stopper cette folie qui l'étranglait par le biais de cette femme.

« Pourquoi fais-tu cela ? Pourquoi ?! »

Elle aurait souhaité comprendre, connaître toutes les pensées de la brune. Elle aurait souhaité faire marche arrière, et changer cette issue fatidique. Elle aurait souhaité beaucoup de choses. Et pourtant, elle se fit à l'idée que tout ceci devait irrévocablement se dérouler. Azra. Elle l'aurait tant aimée. Elle l'avait déjà tant adorée. Qu'était-elle devenue ? Quelle décision avait-elle prise pour devenir ce monstre qui la maintenait là. Car ce n'était plus Azra, non, ce n'était que la représentation de ses plus grandes peurs. Un miroir qui lui jetait tous ses regrets en plein visage, décuplé pour qu'elle souffre davantage. Pourquoi, Azra ? Pourquoi ?

Elle sentit les larmes jaillir. Elle ignorait pourquoi elles étaient là. Etait-ce le fait de souffrir, dans cette situation trop injuste ? Le désespoir, de ne rien avoir pu faire pour l'éviter ? La déception, de ne pas avoir su être plus prudente ? Ou la tristesse, d'avoir perdu la femme qu'elle aimait ? Aimer. Oui, elle l'aimait. L'évidence la percutait, maintenant, ici, alors qu'elle souffrait de la main de son aimée. A présent qu'elle la perdait. Qu'elle la laissait partir. Et elle devait se résoudre à la laisser partir, ou plutôt, à l'obliger de se détourner d'elle. Mais comment ? Il n'y avait plus d'issue. Il n'y avait que l'impasse, et le monstre qui se rapprochait derrière elle pour enfoncer ses griffes acérées dans son abdomen. Les ténèbres l'entoureraient, et elle quitterait ce monde dans les cris et les pleurs.

« Pourquoi fais-tu cela... ? Azra... Je t'aimais encore, moi... »

Un murmure, déchiqueté par la détresse. Mis en lambeaux par cette asthénie qui lui démembrait l'esprit. Ce ne fut qu'en annonçant l'évidence, pour la première fois, qu'elle sentit l'iode émerger de ses yeux, recouvrant ses tempes, ses cheveux, s'éparpillant sur le bureau, seule surface qui l'accueillait encore. Elle sentit un sanglot transpercer sa trachée. Elle n'était qu'élancements. Chut. Chut... Elle ne devait plus rien être. Elle devait être le silence. Elle devait être le vide. Elle ferma les yeux. Il lui semblait enfin avoir quitté ce monde.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Keep your head up | ft Celian N.   Lun 14 Sep - 22:25

keep your head up

my hope is on fire, my dreams are for sale. I dance on a wire. I don't want to fail her. I walk against the stream..

Quelques images défilèrent. Filmographie d'antan. Elle releva la tête, contempla sur la pâleur du mur ces scènes passées. Que faisait-elle ? Il lui sembla qu'une poigne étouffa subitement sa gorge. Elle tenta d'avaler cet oxygène tant attendu. Les griffes de l'Animal mutilèrent ses poumons. Elle chancela. Il n'y avait plus qu'un bourdonnement amer et mortifère. Elle ne percevait qu'une déchirante plainte. La provenance de ce désenchantement écœurant lui coupa le souffle. Celian. Elle cligna des paupières. Réveil virulent et acerbe, après un coma outrageux. Qu'avait-elle fait ? La vérité lui fit l'effet d'une lame. Là, déchirant la viande désormais faisandée, le destin s'évertuait à l'enfoncer encore et encore. Celian. Son prénom résonna en une litanie désolée. Et, de son cloître venimeux, Azra broya entre ses poings les dernières inspirations d'un amour prématuré.
- Non !, cria-t-elle.
Elle s'anima enfin. Comme un rescapé qui, respirerait à nouveau, Azra s'échappa de sa léthargie. Elle se laissa choir vers l'arrière, libérant ainsi la jeune femme de son joug despotique. Sa colonne s'écrasa contre la cloison blafarde. Un hurlement d'agonie fendit l'atmosphère. Qu'avait-elle fait ! Dans sa démence, Azra observa avec horreur la paume de ses mains. Elles avaient écartelé son seul espoir.
- Non, non, non...
Elle le répéta inlassablement. Espérant, encore, s'extirper de cet horrible rêve qui ne prenait pas fin. Mais, elle devait se rendre à l'évidence : le seul cauchemar ici ; c'était elle. Elle voulut accrocher le regard de la blonde, remonter, peut-être, la pente. Seulement, sa vision n'était plus qu'un déluge où, l'océan se déversait rageusement le long de ses joues pourpres. Sans même l'avoir réellement mesuré, Azra les avait perdu.

- Je suis... désolée, Celian, je ne...
Mais elle ne comprenait plus. Comment cela avait-il pu se produire ? Elle secoua frénétiquement la tête. Les jours se succédaient à ses tempes. Lui rappelant, sans cesse, la monstruosité de ses actes. Finalement, elle était devenue ce qu'elle redoutait, l'horrible reflet qu'elle s'évertuait à fuir. Elle avait embrassé cette nature. Elle l'avait laissé gagner. Pour tout perdre. Elle n'était plus qu'une merde pathétique. Celian. Comment avait-elle pu détruire, ainsi, la femme qu'elle aimait ? Qu'elle aimait... Cet aveu s'annonça comme une bombe. Elle se voûta. Ravala la bile âpre qui consumait sa trachée. Elle l'aimait. Oui. Elle l'aimait. Depuis tout ce temps, elle s'était contrainte à repousser l'échéance. Mais, ce soir, elle avait atteint le point de non retour. Elle l'aimait. Alors que ce sentiment submergeait son âme, Azra regarda celui-ci s'évanouir dans l'obscurité. Elle l'avait perdu. La culpabilité dévasta ses entrailles, enserra son myocarde avec fougue. Qu'avait-elle fait, putain ? Elle  l'aimait ! Un énième râle la secoua de part en part.
- Je t'aimais, s'égosilla-t-elle enfin.
Ses yeux s'écarquillèrent de douleurs. Celian. Un craquement retentit. Son heure. Elle ne serait bientôt plus. Azra tituba. Son corps s'animait d'une frénésie nouvelle. La hyène. Elle ne chercha pas à la contenir. Elle ne voulait plus ressentir cette cohue d'émotions. Un dernier regard. Un adieu tacite et désolé. Puis, elle passa le seuil.

Au loin, un hurlement s'éleva entre les étoiles tranquilles. Puis, un rire grinçant, aux échos pourtant lancinants.
Azra n'existait plus.


made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Keep your head up | ft Celian N.   Lun 14 Sep - 22:54

« You're not a freak, not a monster, not a bad sick, not a disaster. Believe me, my girl, you're just yourself, you're not in hell, just in fire, without water. »
Keep your Head up
Disparition totale. Le réveil fut difficile. Enfoncée dans ses ténèbres, Celian eut du mal à réaliser que l'acte était terminé. Il n'y avait plus de prison sur sa nuque, plus de corps qui tentait de prendre possession d'elle. Il n'y avait plus rien. Seulement elle, écroulée sur ce bureau, les vêtements à moitié arrachés. Etait-ce les griffes de la hyène qui avait lacéré son coeur ? Certainement. Les milliers de cristaux rouges se dispersaient dans sa cage thoracique, derniers témoins d'un amour naissant qui volait en éclats. Désorientée, Celian ignorait où elle était, ce qu'elle faisait, comment elle était arrivée ici, qui elle était. Bonne question. Qui était-elle ? Qu'était-elle ? Elle ne sut pas trouver de réponse immédiatement. Elle fixait le vide, lointain, cet horizon invisible qu'elle aurait souhaité trouver. Où était-il, ce néant qu'elle recherchait, cette brèche mortelle qui la guiderait six pieds sous terre ? Où était-il ?

Un hurlement, derrière elle. Azra, elle aussi, se réveillait. Mais trop tard. Le mal était fait. Leur amour se consumait, embrasé par les instincts primaires de la jeune femme. Un sursaut, au milieu des larmes, au milieu de cette action dont elle n'était que le décor. Elle se releva, prenant difficilement appui sur le bureau, tremblante, chancelante. Premier réflexe. Baisser sa jupe, dans un sanglot dévastateur. Elle n'était qu'un jouet. Une poupée de cire liquidée par une flamme lente et douloureuse. Elle ne sut quoi faire d'autre. Où aller ? Que dire ? Que faire ?

Ses yeux évitèrent précieusement Azra. Ils ne la cherchaient plus désormais. Ils la fuyaient précautionneusement. Elle avait, cette fois, de véritables raisons d'avoir peur. Un cri la fit sortir de sa torpeur, la faisant trembler de part en part, comme des fourmis grouillant sous sa peau. Des sentiments, désespérés, quelque chose, enfin. Mais trop tard. Si le coeur de Celian aurait du se gonfler, il se brisa davantage, et les minuscules diamants de son organe détruit furent réduits en cendres. Elles s'aimaient. Et elles n'avaient su s'aimer comme il le fallait. Un amour funeste, qui les détruisait toutes deux, un sentiment qui les ferait souffrir toute leur vie. Qu'il était beau, l'amour, n'est-ce pas ?

L'humaine se changea en hyène, alors que ses larmes disparaissaient dans sa transformation. Celian ne comprenait plus. Celian n'était plus là. Elle ne parvenait pas à reprendre pied avec la réalité. A simplement se rendre compte de ce qu'il venait de se passer. Il n'y avait plus de pensées, plus rien, juste le silence qui tambourinait ses tympans. Puis, plus rien, le calme total, le calme plat. Une porte, ouverte, béante, comme elle. Celian n'eut pas la force de bouger. Elle respirait, elle laissait toutes ses larmes couler. Une à une, elles effacèrent les derniers monceaux d'espoir qu'elle avait pu préserver.

Azra était partie. Celian était seule.

Elle cria, enfin, fit jaillir toute sa colère, toute sa détresse, toute sa panique. Elle hurla si fort que toute sa force sembla être expulsée avec lui. Lorsqu'elle cessa, elle sentit sa tête tourner, sa vue l'abandonner. Elle tomba lourdement sur le sol, en proie à un vertige qui promettait la paix. Elle posa ses deux mains sur ses yeux, cachant ses larmes à ce témoin invisible qui n'avait rien fait pour la sauver, à ce monstre qui lui riait silencieusement au nez. Elle sanglota, longtemps, longtemps, si bien que la nuit n'eut plus d'importance, ni même le jour suivant. Ni la faim. Ni la soif. Ni la fatigue. Seulement l'absence. Seulement le vide. Elle n'était qu'un corps en ruines. A genoux.


RP TERMINE
LA SUITE ICI

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
 

Keep your head up | ft Celian N.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mon premier jeux: Basket Head!!!!!!
» cold-fx/gratuit limited edition don cherry bobblehead
» [CLIP] Blockhead - The Music Scene
» Celian arrive
» où insérer du javascript dans phpbb3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-