AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il est doux le goût du mensonge sur tes lèvres [Lilya Isa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Il est doux le goût du mensonge sur tes lèvres [Lilya Isa]   Ven 9 Nov - 10:16



✖ IL EST DOUX LE GOUT DU MENSONGE SUR TES LÈVRES ✖
« Lilya et Isallys »

D’un pas hésitant elle traverse lentement la rue pluvieuse. Sur les trottoirs souillés par une crasse indélébile se dessine des ombres menaçantes dans les dernières lueurs des lampes vacillantes Avec un frisson Isallys resserre lentement son manteau autour d’elle. L’endroit est bien loin de ceux qu’elle à l’habitude de fréquenter. Que ce soit dans la capitale ou même dans la Zone 2,elle à toujours eu l’habitude, si ce n’est du luxe au moins d’un milieu de vie assez paisible bien éloigné de celui qu’elle avait désormais sous les yeux. Un vide profond et absolu s’étendait sous ses yeux, agrémentés de déchirures béantes aux endroits où la lumière ne parvenait à percer la couverture des ombres.

La violence semblait latente, elle s’enroulait doucement autour des corps de ceux qui étaient assez fous pour s’aventurer dans ce quartier désolé. Juste comme elle, assez stupide pour courir se perdre dans le quartier le plus dangereux de la capitale uniquement parce que Lilya lui avait demandé. Et surtout assez sotte pour s’y rendre seule. Le vent fait lentement promener un filet d’air glacé le long de son cou, la faisant frémir. Isallys n’est plus très loin. La rue du tripot sordide que lui à indiqué Lilya se trouve juste à côté, il ne lui reste plus que quelques allées à traverser et elle sera en sécurité…du moins pour autant que l’on puisse l’être dans un endroit tel que celui-ci.

Peut-être n’aurait-elle pas du venir ici. Sûrement. Rose aurait su elle. Elle lui aurait dit ce qu’il fallait faire et comme toujours cela aurait été le bon choix. Mais Rose n’est plus là…alors il est temps qu’elle prenne soi d’elle-même non ? Ses sourcils se froncent un instant rendant ombrageux son regard habituellement si pur. Peut-être est-ce la raison pour laquelle elle s’est si vite attachée à Lilya. Parce qu’elle à cette force et cette assurance qu’Isallys ne peut posséder. Oh bien sûr elle peut placer devant ses traits un masque hypocrite donnant aux autres cette impression de puissance et de confiance qu’elle est si loin de posséder. Mais ce n’est qu’un mensonge trop fragile pour perdurer. Elle peut tromper les autres, les manipuler, mais une fois seule Isallys s’effondre.
Assez forte pour faire semblant mais trop faible pour y croire.

La vérité est dure. Blessante. Mais finalement Isallys est un être dépendant. Voila pourquoi elle vouait une adoration si absolue à Rose. Elle était sa drogue et son univers tout entier. Univers qui s’était brisé à sa mort. Elle aurait du apprendre.
Elle ne l’a pas fait…peut-être est-il encore temps ? Décidée elle se retourne rapidement pour retourner d’où elle vient. Choisir ce soir de ne pas voir Lilya. Décider quand ce sera le cas. Dominer en quelque sorte. Mais le sinistre silence de la rue se brise trop vite, entrecoupé de cris rauques et de blagues salaces. Trop tard pour fuir, trop tard pour décider, si elle recule maintenant elle est définitivement perdue…Alors Isallys accélère le pas, tourne dans la ruelle jusqu'à se retrouver devant la devanture défraichie d’un bar bondé d’ivrognes. Tomber de Charybde en Scylla comme on dit.

Pourtant la lumière diffuse qui s’échappe des fenêtres sales lui donne une illusoire impression de sécurité. Alors doucement elle pousse l’épaisse porte de bois pour entrer avec grincement d’outre-tombe. Les regards se tournent vers elle et deviennent avides. Isallys sait ce qu’ils voient. Une femme seule, bien trop frêle pour se défendre et au visage trop doux pour être sur ses gardes. Et en un sens ils ont raisons. Pourtant elle ne peut leur montrer de faiblesse sous peine d’être dévorée. D’un pas vif elle se dirige vers le bar.

-Un whisky s’il vous plait.


Le barman la regarde avec un sourire goguenard.

-Un whisky ma petit dame vous êtes sûre de tenir le choc ?


Pas vraiment. Elle ne boit que très peu. Mais elle se doit aussi d’imiter cette confiance inébranlable dont une femme venant dans ce bar doit faire preuve. Alors elle lui dirige un regard de glace en y mettant une conviction qu’elle est loin de posséder. Elle saisit le liquide ambré d’une main ferme et se dirige vers un coin sombre. Comme si elle n’était qu’une petite fille terrifié qui espérait de dissimuler aux regards des monstre en se cachant dans le noir. Mais les regards la suivent quand même, insistants. Pénétrants et Lilya n’est toujours pas là.

Est-ce pour la punir ou est-ce un simple contretemps ? Est-ce pour lui faire comprendre qu’elle à désespérément besoin d’elle ou juste un retard ? Les pensées se bousculent dans sa tête avec la force d’un ouragan mais elle les repousse avec force. Elle à confiance en Lilya…Isallys sait que cette dernière ne la trahira jamais, après tout elle fait également partie de la Résistance n’est-ce pas ? Elles ont le même but alors elles ne peuvent ni se trahir ni même se faire du mal. Mais soudain une main agrippe son poignet et elle se retourne pour faire face à un homme passablement éméché qui la regardait avec convoitise. Et brusquement sa confiance s’envole. Elle n’est pas Lilya, juste une jeune femme trop faible pour se défendre.

Mais elle va arriver n’est-ce pas ?

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Il est doux le goût du mensonge sur tes lèvres [Lilya Isa]   Dim 11 Nov - 0:11



Devant un miroir, elle s'affairait, ajustant une brassière en velours noir. Aggelos dormait à ses pieds nus, procurant une sensation de légers chatouillis lorsqu'elle bougeait légèrement les chevilles. Son reflet semblait minimiser les marques sur son corps et d'une illusion, elle aurait pu les faire complètement disparaître. Pourtant, elle ne pouvait s'y résoudre et ses doigts allèrent à la rencontre de sa peau blanchi par le temps. Une morsure, humaine lui recouvrait l'intérieur du coude, preuve qu'on avait voulu la dévorer... Vivante. Distraite, elle fixait le miroir, caressante envers les marques d'une vie de douleur. Les souvenirs lui étaient précieux, ayant fracassé ce qu'elle était, pour mieux la modeler de nouveau, effaçant les dernières marque de sa naissance en tant qu'humaine.

Elle laissa ses doigts filer vers une marque en forme de croix. Elle revit l'homme qui avait attrapé le collier à son cou, fait chauffer doucement, tout en la torturant... Avant d'Abuser de son corps, la marquer et reprendre sa route. Elle doutait qu'un jour elle le retrouverait, mais l'idée des supplices que sa sorcellerie pourrait lui causer, un frémissement d'anticipation la parcouru. Un frémissement, qui s'ensuivit d'un petit cri de surprise. Une autre paire de main vient lui caresser l'intérieur des bras et une bouche chaude, vient embrasser la peau de sa nuque... Mais, le visage prit quelques secondes à se former dans son esprit qui divaguait. Son cœur en profita pour accélérer d'appréhension, puis se calmer en reconnaissant les traits familiers de son époux.

« Et si, tu arrivais en retard ce soir? Je suis certaine qu'il n'y aurait aucun problème. Elle est si gentille, qu'elle ne t'en voudra pas. » À ses mots, il la souleva délicatement, avant de la jeter sans délicatesse sur le lit impeccable. D'un rire cristallin, elle le traita d'idiot, mais ne se défit pas de l'étreinte passionné qui suivi. Il avait toujours eu le don de la rendre accroc à son corps et à sa brutalité recouverte de tendresse. Était-elle amoureuse de lui, elle n'en savait rien. Mais, leur accord lui convenait. Il la guidait dans ce monde dénuer de sens à ses yeux, emplit d'une technologie inconnue et elle le valorisait par sa présence et sa bonne réputation. Quoi demander de mieux? Si ce n'est qu'il semblait vraiment l'apprécier. La seule question à éviter... Enfin, ce n'était pas le moment idéal pour s'en préoccuper.

Mettant fin à un baiser qui lui aurait ramolli les jambes, en temps normal, Lilya repoussa d'une main l'homme de sa présente existence. « S'il te plait. Je ne veux pas devoir recommencer mes cheveux ce soir. Et puis, si tu es patient, on pourra prendre une journée que pour nous demain. » Sans un regard pour lui, elle prit la robe noire qui traînait sur la table de chevet et entreprit de se rendre dans la salle de bain, son chien sur les talons. Ce soir, il y avait un nouveau divertissement qui méritait une attention particulière. Une demi-heure plus tard, toujours en compagnie de son animal, elle se glissait dans les ombres de la ville, sachant pertinemment qu’une jolie blonde l’attendait sagement dans un lieu malfamé.

Le lieu fini par apparaître devant sa personne, lui nouant l'estomac d'anticipation. Il y avait un long moment qu'elle n'avait pas entreprit de pervertir une jeune femme. Y arriverait-elle encore? Ou ces choses-là s'oubliait-elle avec le temps? Sur cette dernière idée, elle glissa son frêle corps à l'intérieur du lieu délabré pour mieux y apercevoir Isallys. Ainsi qu'un importun trop saoul pour remarquer son manque de tact. Un sourire sadique aux lèvres, la sorcière prit sa démarche la plus scandaleuse et d'une main de fer, agrippa les doigts de cet imbécile... Les tordants, elle se pencha vers sa nouvelle amie et l'embrassa sans prévenir. Passionné et emplit de tendresse, elle était l'exemple même d'une femme amoureuse. Puis, éloignant sa bouche de quelques centimètres, Lilya parla assez fort pour que l'ivrogne l'entendre. « Tu m'attendais chérie? Je suis désolée du retard! J'ai eu quelques problèmes au bureau. » Un geignement de douleur sortie d'entre les lèvres de l'importun, alors, qu'il battait en retraite. Laissant la voix libre pour les deux jeunes femmes de discuter tranquillement.

Le serveur vient porter un verre à sa compagne, emmenant son traditionnel verre de Rhum&Coke. Il ne protesta pas à la présence du husky de l'animatrice, habitué à la voir débarquer avec son garde du corps. S'assoyant sur le siège qu'on lui réservait, elle n'eut plus aucune pensée pour l'avorton, reportant toute son attention sur la jolie violoniste. « Donc, pas trop intimidé? »




Dernière édition par Lilya A. Sandro le Mer 28 Nov - 3:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Il est doux le goût du mensonge sur tes lèvres [Lilya Isa]   Lun 19 Nov - 17:10



✖ IL EST DOUX LE GOUT DU MENSONGE SUR TES LÈVRES ✖
« Lilya et Isallys »

Le souffle court, ses grands yeux verts légèrement écarquillés par la peur rivés sur cet homme sans importance et visiblement trop éméché, Isallys se sent prise au piège. Derrière elle le mur de briques noircies l’étouffe et l’empêche de se déplacer vers la sortie. Devant elle se tient une assemblée de délinquants qui l’observent avec une gourmandise de fauve, se délectant d’avance de la voir se débattre désespérément pour se libérer de la poigne de l’ivrogne. Mais cela ne servirait rien. Elle n’a pas la force nécessaire pour seulement tenter de se libérer. Cela se voit d’ailleurs à ses membres trop fins et à sa taille que l’on pourrait entourer de deux grandes mains. Inutile alors de tenter de fuir…D’ailleurs une fois dehors que ferait-elle ?

Là-bas aussi elle serait à la merci de tous les voleurs cherchant un peu d’argent facile et des gangs qui aiment juste la violence. Elle ne fait pas le poids. Un sourire désabusé fleurit sur ses lèvres. Finalement c’est presque amusant. Isallys la petite espionne si discrète qui chaque jour rapportent de précieuses informations pour la résistance risque de tout perdre à cause d’un homme éméché visiblement à la recherche de chair tendre. C’en est rageant ! En elle monte une colère froide, née de sa peur et de la fatigue accumulée depuis ce qui lui semble être des années. Pourquoi un imbécile pouvait-il compromettre si facilement la cause pour laquelle Isallys avait tant œuvré et tant sacrifié. Un gloussement nerveux lui échappe. C’est tellement dérisoire…tellement que cela en devient pathétique.

Mais soudain comme si elle avait toujours été là ,Lilya apparait à ses côtés, tordant sauvagement les doigts de l’importun. Son visage figé par l’alcool pâlit soudainement sous le coup de la douleur et il tente lentement de se dégager …Sans succès. Les yeux d’Isallys se durcissent et une petite pointe de satisfaction apparait dans son regard clair. Qu’il souffre donc…qu’importe donc son état, après tout ce qu’il comptait lui faire aurait sûrement été bien pire. Mais avant qu’elle ne puisse s’en délecter d’avantage une bouche tendre se pose sur la sienne l’entraînant dans un baiser passionné. Sans mal elle reconnait la présence de Lilya et sa force puis se laisse aller aux exquises sensations qu’elle fait naitre en elle. Pendant quelques secondes elle se noie avec ardeur dans se baiser, oubliant même la raison de sa colère envers la jeune femme….pendant une seconde seulement.

Car aussi rapidement qu’elle l’avait embrassée, Lilya s’écarta, laissant juste le temps à la jeune femme de voir l’ivrogne fuir vers la sortie du bar sous les ricanements de quelques spectateurs. La blonde se rassoit d’un geste gracieux en prenant le verre de rhum que lui tend un serveur visiblement habitué à sa présence. Comme s’il ne s’était absolument rien passé, Lilya reprend la conversation d’un air mondain. Isallys ne peu s’empêcher de lever un sourcil à cette déclaration pour le moins…saugrenue…

-Si légèrement…terrifiée même jusqu'à ce que tu arrive comme tu as sans doute pu le remarquer.

Pathétique il est vrai mais la violence directe n’est pas quelque à laquelle elle habituée…ou du moins c’est quelque chose qu’elle avait oubliée depuis la mort de Rose. Elle connait les mensonges empoisonnés que l’on susurre d’une voix mielleuse pour espérer briser l’adversaire. Les faux-semblants sirupeux que l’on dit avec un sourire hypocrite plaqué sur le visage. Mais ici elle n’est pas vraiment dans son élément. Et c’est bien ce qui la tracasse.

-Je peux te demander pourquoi nous sommes venues ici ?

Elle marque une légère pose avant d’englober du regard les murs décrépits, les ivrognes accoudés au bar et le barman lui-même avec l’air d’avantage sanguinaire que commercial.

-Je veux dire y’a-t-il une chose que nous ne pouvons faire qu’ici ? L’endroit ne semble pourtant pas briller par son originalité…ni par quoi que ce soit d’autre d’ailleurs…

Son babillement est encore trop rapide, un effet du contrecoup sans doute. Rapidement elle se penche pour passer sa main dans le poil soyeux du husky et tenter péniblement de retrouver sa contenance.

-Cela dit je te remercie pour ce que tu as fait tout à l’heure…

Ses yeux brillent d’avantage lorsqu’elles les relèvent et elle adresse un sourire hésitant à Lilya.Elle ne peut s’empêcher de l’observer comme chaque personne présente dans la pièce. Elle transpire la confiance en elle et la force par tous les pores de sa peau. De nouveau elle rappelle Rose à Isallys. Sûrement une des raisons de l’étrange fascination qu’elle éprouve pour la jolie blonde.

-Tu m’apprendrais le truc que tu as fait avec ses doigts ?


Elle joueuse cette fois et penche doucement la tête sur le côté la regardant par en-dessous le sourire aux lèvres.

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Il est doux le goût du mensonge sur tes lèvres [Lilya Isa]   Mer 28 Nov - 5:05



Les lèvres sur le rebord de son verre, elle fixait la jolie blonde qui venait de laisser une sensation chaude contre sa bouche. Elle aimait surprendre cette femme et, elle se l’avouait sans peine, profité du contact physique entre elles. Si infime soit-il, la sorcière en restait toujours satisfaite. À cette pensée, elle dissimula son sourire, en avalant le liquide froid qu’on lui avait remis. Le rhum la fit frissonner de plaisir. Elle ne se permettait que rarement de l’alcool en présence des gens de son entourage, de peur de gaffer et de révéler quelque chose. Mais, Isallys connaissait son obscure secret, qui en recelait un autre, alors pourquoi avoir peur?

Instinctivement, elle porta une main à la rencontre de la fourrure soyeuse de sa bête. Elle avait toujours apprécié les animaux, mais, Aggelos était actuellement l'une des créatures les plus importantes de sa nouvelle vie. Un peu égaré dans un monde qui avait trop changé, elle se rassurait de la présence de ce chien, se disant que certaine chose se ressemblait encore. Elle pouvait ce raccrocher à ce détail pour ne pas paniquer face à la technologie et la libération des femmes... Enfin, en 1944 ans, elle avait pu constater quelques évolutions dans la société et les paysages.

« Si légèrement...terrifiée même jusqu'à ce que tu arrive comme tu as sans doute pu le remarquer. » La remarque tinter un léger éclat de rire, elle aimait la sincérité. Quand, elle se trouvait en sa compagnie. Comme un rafraîchissement dans une vie de faux semblants. Magouiller et se faire passer pour ce qu'elle n'était pas, pratiquement trois cents soixante-cinq jours par année, n'était pas toujours de tout repos. Par chance, elle avait trouvé ses derniers mois le réconfort d'un époux et d'une amie imprévu. Bien entendu, elle voulait traîner cette bienséante vers le côté obscure de ce monde et voir jusqu'où elle pourrait la dévergonder. Ce qui ne convenait qu'à la définition particulière que la sorcière accordait à l'amitié. « Je peux te demander pourquoi nous sommes venues ici ? Je veux dire y’a-t-il une chose que nous ne pouvons faire qu’ici ? L’endroit ne semble pourtant pas briller par son originalité…ni par quoi que ce soit d’autre d’ailleurs… »

De nouveau, ses lèvres s'étirent en un sourire qui semble banale. Elle s'amusait, le stress du semblant d'agression rendait sa vis-à-vis terriblement mignonne, ce qui n'aidait en rien à diminuer son plaisir d'avoir séché la séance torride avec son époux pour se retrouver dans ce bar miteux. « Cela dit, je te remercie pour ce que tu as fait tout à l'heure... » Fière, la tête haute, elle attend qu'Isallys se taise pour prendre la parole. Avec la subtilité de son art, elle agrippe excessivement la crinière de son chien, quand celle-ci vient le caresser. Lilya contrôla toutefois, sa voix question de ne pas bousculer la violoniste. « Tu m'apprendrais le truc que tu as fait avec ses doigts ? »

La soudaine étincelle dans son regard suffit à faire palpiter l'air entre elles. Innocente, mais à quel point? Se demande l'animatrice, tout en avalant une autre gorgée de sa boisson. « Normal que tu aies eu peur. Les saoulons ont toujours eu la merveilleuse tendance à effrayer les demoiselles, peu importe l'époque. » Prenant le temps de s'étirer, telle une chatte sachant qu'on l'observait du coin de l'œil, elle reprit peu après. « Oh... J'avoue que j'adore cet endroit. Nulle personne pour jouer à vraiment me surveiller et l'odeur de l'alcool et du travail acharner des pauvres types de cette époque me rappelle quelques vieux souvenirs d'enfance. De plus, je t'ai promis que je te ferais découvrir autre chose que la haute société et ce, avec ou sans ton consentement non? J'avoue, toutefois, que ce bar miteux est aussi un moyen d'être certaine de ne pas croiser un collègue. Ce soir, je n'avais pas envie de me prendre la tête. » Elle négligea de préciser que dès que la fermeture arriverait, elle aurait fait ingurgiter un nombre record de verre à la violoniste et déciderait de ce qui se passerait par la suite.

« Ce fut un plaisir, j’aime bien remettre à sa place un ou deux malpropre du coin de temps à autre. Pour ce qui est de t’apprendre ce sera avec plaisir. Cependant, si je t’apprends, tu me devras une faveur. Me fais-tu assez confiance pour me le promettre? » Sa voix était taquine et son corps se penchant vers l’autre, ses genoux frôlant sa cuisse, son sourire promettant des merveilles. Ce soir, elle commencerait délicatement, mais elle voulait savoir jusqu’où elle pouvait mener sa tendre amie.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Il est doux le goût du mensonge sur tes lèvres [Lilya Isa]   Lun 3 Déc - 11:57



✖ IL EST DOUX LE GOUT DU MENSONGE SUR TES LÈVRES ✖
« Lilya et Isallys »

La tête penchée sur le côté elle ne cesse de contempler les traits doux de Lilya. Elle est si belle…Peut-être encore plus avec cet air malicieux qui se dessine sur son visage. Aussitôt Isallys laisse ses lèvres dessiner un sourire à son encontre incapable de faire autrement. Lilya l’éblouit. Oh bien sûr malgré toute sa naïveté Isallys sait bien qu’il y a des zones d’ombres béantes dans le cœur de la jolie blonde. Elle n’est pas douce et certainement pas innocente. Elle est égoïste et bien que certaine de l’intriguer et de l’attirer, Isallys sait parfaitement qu’elle ne l’aime pas vraiment. Et tout cela devrait avoir de l’importance non ? Sans doute que oui…mais finalement à quoi bon se mentir ? Lilya la fait vibrer.

Parce que c’est cela qui lui manque à la jeune violoniste aux traits purs. La sensation d’être vivante. Ce sentiment vibrant qui l’envahit au plus près du danger et lui fait vivre l’extase pendants quelques futiles seconde avant de disparaitre la laissant seule dans une réalité qu’elle déteste tant. Mais avec Lilya…avec Lilya ce sentiment est constant. Voila pourquoi elle ne dit rien et se contente de la suivre. Un sourire à la fois amer et amusé tord ses lèvres un court instant. Elle est une droguée. Une droguée à l’adrénaline…

Secouant doucement ses cheveux elle chasse la sinistre pensée de sa tête. Ce n’était pas le bon soir pour déprimer…bien au contraire. Et secouant la main d’un geste un peu sec elle boit le reste de liquide ambré dans son verre, savourant la délicieuse brûlure qui suivit ensuite. Ses doigts tracent doucement les vielles rainures qui marquent la table avant qu’elle ne retourne la tête pour contempler les autres buveurs. Uniquement des hommes…creusés par la fatigue et la lassitude. Ainsi que quelquefois par une vague impression de haine et de colère.

Elle aurait pu être une ces épaves insatisfaites buvant pour oublier leurs peines et leur douleur cuisante. Mais elle au moins avait choisi de se relever. Bien sûr c’était uniquement poussé par une envie de destruction…mais lequel était pire ? Sombrer dans le vice et l’hébétude à cause d’un échec ou chercher par tous les moyens à se venger ?

Sûrement aucun des deux …

Avec un haussement d’épaule elle redirige son attention vers Lilya et lui adresse un doux sourire pour s’excuser. Ses doigts se posent sur la surface de son verre vide avant de le faire négligemment tourner dans sa main. Un petit rire amusé s’échappe de sa bouche rose.

« -Visiblement ils ne te font absolument pas peur …ou peut-être n’est-tu simplement pas une demoiselle ? »


Taquine, elle se moque gentiment de Lilya sachant que non seulement celle-ci ne lui en tiendrait pas rigueur mais qu’en plus elle apprécierait qu’Isallys se lâche un peu plus. Et finalement c’était bon. Lilya n’attendait rien d’autre qu’elle que ce qu’elle pouvait donner. Pas de faux-semblants. Pas de mensonges. Uniquement la douceur piquante d’un jeu de séduction. Si tranquille par rapport avec tout ce qu’elle avait déjà fait. A la fois paisible et excitant. Un très étrange cocktail mais bien meilleur que le sirupeux whisky qu’elle venait de finir. Doucement elle observe Lilya s’étirer langoureusement et son sourire s’étire de plus belle alors qu’elle remarque les regards avides des hommes se baladant sur elle.

"-Fais attention si tu ne prends pas garde tu pourrais déclencher une émeute…

Elle se penche légèrement en avant les coudes posés sur la table, les yeux légèrement brillants. Sa panique de tout à l’heure relégué au rang de vieux souvenirs facilement oublié. Comme si elle n’avais jamais existé…

« -C’est sûr que ce n’est pas ici que l’on pourra croiser quelqu’un nous connaissant…à moins que je ne connaisse pas vraiment mon entourage …Mais aurais-tu donc honte de me voir pour me cacher dans ce placard à balais ?

Doucement Isallys sent le genou de Lilya effleurer le sien. Mais elle ne bouge pas, ne tente pas de se dégager, déjà trop envoûtée par le charme de la jeune femme pour seulement penser à partir. Au contraire elle se penche d’avantage vers elle, allant même jusqu'à étirer ses jambes fines sous la table. Elle est bien loin de l’innocence qu’elle donne en public ,mais cela fait bien longtemps qu’elle ne l’ait plus vraiment. Lentement elle fait bouger ses épaules comme pour se relaxer consciente de mettre ainsi en valeur sa gorge et ses fines épaules. Elle ne l’aurait jamais fait en temps normal. Mais Lilya possédait le don étrange de lui faire oublier toute notion d’inhibition. Levant un sourcil elle penche la tête sur le côté et étire doucement ses lèvres en un sourire malicieux.

« - Je n’aurais aucun problème à te donner une faveur…mais on parle de quel genre de faveur ?


Mi-innocente, mi-séductrice elle est le parfait exemple de la femme-enfant…

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Il est doux le goût du mensonge sur tes lèvres [Lilya Isa]   Mar 11 Déc - 3:59



Autour d'elles, les regards de convoitises qu'ont les hommes, n'arrivait point à attirer l'attention de la sorcière. Qui toute à son amie, sirotait son verre, un sourire tendre aux lèvres. Elle n'avait d'yeux que pour cette blonde qui semblait se détendre légèrement. Peut-être finirait-elle, même, par oublier les lieux malfamés où elles se trouvaient? Qui sait? Une douce chaleur parcourait son corps, à mesure que l'alcool en prenait possession, bien que ce ne soit pas encore appréciable vu de l'extérieur.

Se perdant un peu dans la contemplation de son amie, Lilya retrouvait le plaisir de ne pas toujours agir en fonction des apparences. Chose qu’elle n’aurait avoué à personne, pas même à son époux. Puisqu’elle ne vivait que pour cela, tout en étant de celle qui savait profiter des rares instants où cela n’avait plus d’importance. Ce soir, elle ne serait qu’une autre belle jeune femme en sortie avec une amie, demain elle reprendrait son masque de femme richissime.

Toutefois, derrière ce petit bonheur, elle ne pouvait s'empêcher de planifier, de manipuler. Il y avait quelque chose de grisant dans le fait de prévoir et d'emmener un autre être, là où on le désirait. C'était une des drogues qui emplissait le vide de sa vie. Nombre de choses lui étaient indispensables, le jeu s'y incluant sans problème. Le contact du museau de son animal de compagnie lui permit de reprendre pied, avant que son esprit ne divague vers cette soif de souffrance qui lui venait si rapidement. « Visiblement ils ne te font absolument pas peur ...ou peut-être n'est-tu simplement pas une demoiselle ? » Cette réplique lui tira un rire bref et sinistre. Le terme demoiselle lui avait toujours déplu lorsqu'on lui appliquait. Peut-être parce qu'elle avait appris l'art de rendre fou un homme dans les bras d'une catin et qu'elle s'y était réfugié jusqu'à sa mort? Peut-être parce qu'à l'époque où elle vivait désormais, le terme ne comportait plus autant de devoir et qu'elle ne pouvait dissocier les deux?

Mais son aigreur face aux changements qu’elle devait subir ne paraissait point sur son visage, tout en douceur, la jeune animatrice semblait absolument détendu. « Je ne crois pas qu’on m’ait traité de demoiselle depuis quelques temps déjà. Et puis, j’ai quelques connaissances qui vaudraient mieux ne pas vexer en me blessant non? » Elle parlait, sans le mentionner, de son époux qui n’avait pas une réputation des plus charmantes. Mieux valait ne pas se le mettre à dos.
« Fais attention si tu ne prends pas garde tu pourrais déclencher une émeute... » Étirant ses membres endolori, elle en mit davantage en entendant la douce voix d'Isallys parler d'une émeute. Elle appréciait qu'on l'observe et encore plus, lorsqu'elle pouvait s'en servir pour plonger un peu plus dans le vice qui s'installait entre elles. Ramenant sa posture à quelque chose de séduisant, mais plus normal, Lilya en profita pour caresser la cuisse de son amie, furtivement. « Ce serait amusant de savoir ce que l'on pourrait faire pour qu'ils dépassent les limites. » Se mordillant innocemment la lèvre inférieure, la jeune épouse plongea son regard dans celui, attirant, de la violoniste. « Non? » Il y avait un trait d'humour dans sa voix, qualité qu'elle n'offrait, sincèrement, qu'à une ou deux personnes.

La proximité de leurs corps rendait la conversation beaucoup plus intime qu'elle n'aurait dû. Pourtant, ni l'une ni l'autre ne semblait vouloir abandonner cette ambiance, comme si, malgré, les regards, elles ne voyaient que ce qui concernait l'une et à l'autre. Le reste de la pièce, du lieu, importait peu. « C'est sûr que ce n'est pas ici que l'on pourra croiser quelqu'un nous connaissant...à moins que je ne connaisse pas vraiment mon entourage ...Mais aurais-tu donc honte de me voir pour me cacher dans ce placard à balais ? » Devant la soudaine audace de son invité, la sorcière ne peut qu'être satisfaite. Bien que son cœur s'emballe et qu'elle s'imaginait déjà embrassant cette gorge offerte à sa vue. Oui, elle n'avait jamais été naïve. Elle désirait cette fleur rafraîchissante de bonté, tout autant qu'elle souhaitait la teinter de couleur moins reluisante.

Franchissant les quelques centimètres qui les séparaient, Liliya vient murmurer au creux de l'oreille d'Isa, une réponse pour le moins aussi incomprise que leur relation. « Il y a certaine chose qu'il vaut mieux que je garde pour moi, question de ne pas me le faire ravir par plus offrant. » Son haleine était chaude et sa voix voluptueuse. Il y avait de la tendresse entre elles, il y en avait toujours eu. « Je n'aurais aucun problème à te donner une faveur...mais on parle de quel genre de faveur ? »

Celle qui cherchait à trouver les limites de l'autre, n'avait pas prévu que ce serait aussi amusant et ne regrettait pas de trahir la confiance qu'on lui avait accordée. Pas encore, du moins. Surtout, lorsqu'elle voyait une douce innocente agir de façon aussi provocante. « Je ne sais pas encore, laisse-moi le temps d'en trouver une et je te ferai savoir. » Bien que ces paroles ne sous entendaient absolument rien, son ton et le regard qu'elle lui lançait aurait suffi pour qu'un homme la traine immédiatement dans un endroit moins peupler. Elle n'en brisa pas moins l'instant en abandonnant son verre, ainsi que son chien. Elle fit un petit signe au barman qui se dépêcha de mettre une musique envoûtante et subjective. Rendu au centre de la pièce, Lilya se mit à onduler au rythme de la musique. Le temps ce suspendit et tous les clients se tournèrent vers elle. Sa prestance les figeant sur place, tandis qu'elle invitait Isallys à la rejoindre.

Revenir en haut Aller en bas
 

Il est doux le goût du mensonge sur tes lèvres [Lilya Isa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il est doux le goût du mensonge sur tes lèvres [Lilya Isa]
» mensonge et mépris, témoignage d'une entreprise dégoutée
» Lapinou || Sadique mais doux
» Souscription ideo -> hors forfait et mensonge
» [Janvier] - Le détecteur de mensonge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-