AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Blackmail and cupcake PV - Calyxte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5895
↳ Points : 456
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Blackmail and cupcake PV - Calyxte   Jeu 17 Sep - 22:56



 

 
Blackmail and cupcake

 
all my friends, are enemies


 
Ce n'est pas vraiment de la haine. Non, c'est plutôt une accumulation de raisons de le haïr. Je refuse de croire que je ressens désormais ce sentiment désagréable au goût si amer. Ce n'est pas moi, c'est impossible. Je ne le hais pas, il m'est antipathique. Ce qui est facile à comprendre, après les dernières années que je viens de vivre, il est tout à fait normal, que j'ai un peu de rancœur envers une personne telle que lui. Ma douceur n'en est pas moins atteinte, je suis toujours capable de voir le meilleur des gens et non le pire, j'en suis certaine. Mais, j'ai cet arrière-goût qui me reste sur la langue, quand je pense que je vais revoir ce visage. C'est comme si je me préparais à m'étouffer pour de bon et l'impression ne me plaisait pas. Calyxte avait ce ''je ne sais quoi'' de déplaisant qui donnait envie à ma louve de montrer les crocs et de lui mordre les fesses avec générosité. Lui en arracher une partie et le voir vivre les difficultés qui s'en suivent, chaque fois qu'il s'assoirait. Ahhhh… L'animal en moi ne demandait pas mieux et la femme… La femme essayait de se raccrocher à son sourire de parade. Quel être horrible j'allais retrouver. Non pas, que ce soit nouveau pour moi. Seulement, lui, ne me revenait véritablement pas. Allez savoir pourquoi! Mon ex-époux avait fait de moi une loque battue et stérilisé et il avait toujours eu son importance dans ma vie misérable. Toujours, peut-être parce que je ne ressentais pas réellement la douleur physique à cette époque et qu'avant, je ne me permettais pas d'en vouloir à ceux qui me malmenaient. Tant de noms me venaient en tête, une liste horrible. Seul un d’entre eux m’avait survécu. Étais-je digne d’une veuve noire? Moi, la chaleureuse et bienveillante Ange… J’avais fini par quémander l’exécution de l’un et plonger dans le coma, l’autre. Je n’étais peut-être pas mieux que Calyxte finalement.

Non, je ne pouvais pas me comparer à ce misérable. J'avais racheté ma liberté dans le sang et il m'avait fait payer assez cher! Oui, j'avais raison de ne pas l'apprécier. Il avait accompli son travail avec trop de perfection. Après tout, me torturer sous l'œil des caméras, me faire ressentir ce qu'était la douleur pour la première fois de ma vie, à coup de fouets me donnaient amplement de raisons de le voir avec nuance. Je ne haïssais pas, il n'avait qu'accomplis son boulot. Respirant par le nez, la tête penchée vers l'arrière, je reprenais ma marche avec une certaine fureur dans mes gestes. J'étais agacé parce qu'il avait encore une prise sur moi. J'étais en cavale et nouvellement impliqué dans le crime organisé. Par bonheur! Un nouveau tour du destin avait voulu que MONSIEUR soit en mesure de me faire du chantage. Oh la joie… Comme si je n'en avais pas assez bavé dans les derniers mois. Trois doigts en moins, une humiliation publique, des hormones en furie et un cœur achevé à coups de haches… Par environ quatre hommes différents. Pourquoi aurais-je mérité un peu de paix? Je demandais trop, surtout avec la prohibition qui nous réduisait à l'état de marionnette. Vivre sans vice, vivre sans droit, vivre à leurs bottes! FOUTAISES! Ils me donnaient la nausée, presque autant que les hommes! Oh! JE SAIS!  Le sexe avec les organes génitaux pendouillant entre les jambes, n'étaient pas tous mauvais. Certains avaient bon fond et même quelques qualités. Oui, oui. J'en avais conscience.

Un nom me frôla la langue et je crus sentir la pression de ses lèvres contre les miennes. Instinctivement, je mordis l'intérieur de mes joues et grimaçais sous la douleur. Allez, je n'allais tout de même pas penser à lui! Il en était hors de question, je m'en allais vers un cauchemar, autant ne pas m'en rajouter. Bien qu'avec lui… Mes rêves auraient plus été du genre à me donner des sueurs la nuit. Bref! Changements de pensées! Je devais me concentrer sur l'énergumène que j'apercevais à l'intersection que je lui avais indiquée. Mon ravalais une parole acide et pinçais les lèvres quelques secondes, avant de m'avancer à sa rencontre. Je devais l'admettre, je le haïssais réellement ce couillon! Il pourrait s'avérer pratique, toutefois… Le voir comme un objet de travail m'aiderait peut-être à ne pas lui montrer les dents avec hargne.

love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2541
↳ Points : 122
↳ Date d'inscription : 25/01/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Eddie Redmayne
↳ Age du Personnage : 33 ans (254 ans)
↳ Métier : Ancien journaliste ; Prostitué
↳ Opinion Politique : Anarchiste anti-Gouvernement
↳ Playlist : Les anarchitectures – Autour de mois les fous - Les Infidèles - Que tout est noir, Saez ϟ Trouble, Halsey ϟ Mr . Brightside, The Killers ϟ One Last Song, Demon Hunter ϟ Ghostcity, Thomas Azier ϟ Shine, Years & Years ϟ Bad Blood, Bastille ϟ Children Of The Revolution, T. Rex ϟ Territorial Pissings, Nirvana

↳ Citation : « People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people »
↳ Multicomptes : Stain E. Greyjoy & Aleksi S. Lenaïk
↳ Couleur RP : #f34c4c



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Blackmail and cupcake PV - Calyxte   Sam 19 Sep - 20:28


C’est un point de rendez-vous que l’on murmure. Une adresse en guise de sanctuaire pour une nouvelle rencontre. Et avec ce nom, la promesse d’une nouvelle machination. Le contrôle en guise de sourire, la main mise sur l’autre. C’est un fait. Un carburant qui propulse l’adrénaline dans des veines atrophiés. Et alors qu’il se tient là, dans cette rue miteuse à contempler les façades mornes devant ses pupilles, Calyxte sent la frénésie sous sa peau. Il patiente dans les méandres d’un décor qui fait courir des frissons le long de sa peau. Ses bras se tendent et se replient derrière son dos, ses mains se joignent et les épaules se crispent. La tension lui vrille la nuque. Il contemple et le venin se distille sur sa langue. Le dédain se pare sur ses traits. En porte-à-faux pour dissimuler la misère qui lui ronge le cœur. Le malaise s’accroit. Il n’a pas sa place en ces lieux. Peacekeeper ou humain lambda, qu’importe, il ne fait pas partit de cet univers. La foule l’indispose presque autant que cette solitude qui se heurte aux murs surplombant la rue. Lui qui affectionnait tant les artères grouillantes de New York, il aura suffi d’une seule nuit pour tout changer. Une misérable nuit où la neige se pare d’écarlate. Le sang qui s’échappe de l’enveloppe fracassée et qui emporte avec lui tous les morceaux de son caractère. Pour n’en laisser que les pires éléments, et remplacer le reste par de la méfiance et une arrogance constante. S’élever dans des tours de fer pour mieux dominer et ne pas se laisser atteindre, il en a fait son objectif. Sa bataille face à l’adversité et la connerie humaine, s’obligeant à détester tous ces congénères pour ne pas frôler le drame une nouvelle fois. S’enliser dans une solitude aussi salvatrice que destructrice, quitte à en perdre la raison pour de bon.

Le soldat joue des talons, s’appuie contre l’angle du bâtiment et laisse s’échapper un maigre soupir. Ange. Doux prénom apposé sur un si charmant minois. L’ancien visage du Gouvernement… Le choix était stratégique mais empli d’une justesse redoutable. Il se surprend à en esquisser un infime sourire, aussitôt effacé par le battement de ses cils. Charmé par la demoiselle sans vraiment l’être. Incapable de se faire une idée sur ses véritables intentions, de cerner ce qui peut réellement se passer derrière ces prunelles bleutées. Envoûtante et désarmante. Et au milieu de ce monde de douceur, il s’octroie le droit de tout faire basculer. D’être la main de fer qui viendra tordre la douceur. Fracasser la candeur pour mieux briser l’édifice. La Résistance n’est à ses yeux qu’un ramassis de belles paroles, de joyeusetés que l’on énonce autour d’une bonne bière pour partir au front complètement ivre. Ils s’abreuvent d’idéaux jusqu’à s’en faire péter le ventre et voilà que ses supérieurs s’associent avec la débauche utopique. Calyxte s’en indigne, s’insurge devant une telle bêtise et les conséquences que cela pourra avoir sur cet ordre précaire qu’ils tentent de sauver. La Prohibition n’est qu’une pierre de plus apposée sur un pauvre mur déjà branlant. Moyen drastique si facile à contourner. Et lui, il fait partit des écrous récalcitrant du système. Fou alimentant l’illégalité, il remplit ses coffres d’un argent sale. L’opportunisme en sourire. Vénal jusque dans ses choix. La honte du soldat dont la droiture était exemplaire des années en arrière. Son unique péché étant de laisser charmer par la douceur de courbes féminines et la dureté de lignes masculines. Différence tue depuis l’aube de son adolescence, pour faire taire les moqueries et apaiser les esprits échaudés de ses bourreaux.

De nouveaux frissons, et les épaules se crispent une nouvelle fois. Spasme musculaire visant à défaire le nœud s’enroulant autour de sa gorge alors que des bruits de pas résonnent dans le silence. L’angoisse. Contracte le cœur qui n’en bat que plus fortement, se fatigue sur certains échos pour repartir de plus belle. Calyxte ferme les paupières, s’isole dans sa vérité pour ne pas affronter le mensonge qui menace de l’ensevelir. La démarche est féminine, il en est certain. Mais contre ses tempes, ce sont les échos d’une démarche masculine qui résonnent. La salive se glisse contre sa trachée. Désert aride parsemé de lame de rasoir, le soldat s’enlise encore un peu plus dans sa cécité. Et sous sa peau, c’est l’âme qui s’éveille. L’infamie qui couve en son sein, et excite ces instincts morbides qui l’habite. Calyxte efface l’horreur d’un infime mouvement de tête, ouvrant à nouveau les yeux pour poser son regard sur la silhouette qui se rapproche. L’Ange revenu d’entre les morts. L’ironie de la chose le fait sourire alors qu’il se redresse et se détache de son appui de fortune. « - Ange… » L’angélus plane dans le néant au-dessus de leur tête. « - Etrange endroit pour une rencontre. » Il esquisse une ébauche de sourire à l’adresse de la jeune femme que son regard détaille, scrute. Incisif. Il pourrait aisément demander ce pour quoi ils se trouvent réunis. Qu’elle lui remette ce qu’il lui doit pour acheter son silence et quitter cet endroit. Il pourrait mais quelque chose l’en empêche. Le vers qui le ronge s’agite, brûle sa peau et attise cette colère sourde qui sommeille en permanence sous la chair de l’ancien Major. L’ange et le démon, face à face sous les hospices d’un nouveau jugement.

_________________
❝ Naufragé dans la nuit

On s'achète on se vend. Au vent des hémisphères. On se jette, on se prend contre un peu d’éphémère. Sur l'étoile d'argent, le cerveau, la chair. Faudra choisir un camp. L'obscur ou la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3400-les-anarchitectu


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5895
↳ Points : 456
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Blackmail and cupcake PV - Calyxte   Lun 21 Sep - 15:04



 

 
Blackmail and cupcake

 
all my friends, are enemies


 
Sa silhouette se détache de la foule, comme un mouton dans un champ de boue. Son odeur agresse mes narines, tandis que je me rapproche de sa personne. J'ai envie de rebrousser chemin et de l'envoyer promener. J'ai envie d'un tas de choses, y compris de lui mettre mon poing en plein visage pour avoir eu le culot de lever la main sur moi. Le souvenir est trop récent pour que je l'ignore et d'autant plus, que ce n'est pas par courtoisie que je me dépêche de le rejoindre. Malheureusement, nos chemins ne sont pas destinés à favoriser une relation positive. Ça ou le simple fait qu'il soit… Un rat? Pour être poli, même en pensé, je me contenterai de cet animal pour le décrire. Sinon, je risquais de le maudire dès que j'ouvrirais la bouche. Autant éviter. L'observant s'approcher, je me rendais compte que j'ignorais tout de lui et que je devais changer ce détail. Je devais en apprendre plus, tout savoir ce qu'il y avait à savoir et en trouver mon avantage. Je n'étais peut-être pas portée sur la manipulation, mais dans son cas je ferais une exception. Une grande exception. Après tout, il méritait que je noircisse un peu mon âme. « Ange… » Je ravale le grognement instinctif et menaçant qui ne demande qu'à sortir et étire mes lèvres en une grimace de politesse. « Monsieur. » Je me refuse à une quelconque forme de familiarité avec lui. Il en est hors de question. Je prends sur moi pour ne pas bouder, je suis vraiment furieuse de le retrouver.  

« Étrange endroit pour une rencontre. » Je hausse un sourcil. Drôle? Et alors? Il préférait que je le retrouve dans les bas-fonds? Non merci. Je préférais ne pas me retrouver dans un coin louche avec ce type. Des plans pour que Louve décide de me confronter et que les événements des dernières semaines me poussent à perdre le contrôle. Non, ce n'était pas la meilleure des solutions. Il était hors de question que je sois de nouveau couverte de sang. Chassant les images répugnantes qui m'envahirent, je haussais élégamment des épaules.  « Il se trouve que je raffole de ce restaurant et j'avoue que vu la raison qui me force à être ici, il me fallait au moins un avantage. » Ma voix frôle le sarcasme, mais c'est le visage de politicienne qui s'affiche. Le seul qu'il a connu, à l'exception de ces heures où j'avais servi d'exemple au peuple. Il n'en connaîtrait aucun autre. Parfaite dans mon rôle de représentante, il n'y avait que cette lueur plus violente dans ma prunelle, qui avait changé depuis mon séjour au sein du gouvernement. Je savais très bien, que j'aurais pu tout simplement lui donner ce qu'il voulait, mais c'était plus fort que moi. Je rechignais à le faire. L'idée me déplaisait, me laissait un goût amer sur la langue et affolait mes nerfs.

« Bon, on entre? À moins, que vous soyez pressé. Dans ce cas, je me ferai un plaisir d'y entrer sans vous. » Je tournais les talons pour mieux pénétrer dans l'établissement. Connu de la place, je fus accueillie par une charmante dame qui me pinça la joue et eu le don de me faire sourire. J'étais peut-être en cavale, mais je pouvais me permettre de sortir au grand jour, en autant que je sache comment disparaître à nouveau. Aujourd'hui, on me savait vivante. Guider vers une table, je lui demandais de ces nouvelles et agissait naturellement de façon gentille. J'aimais les gens simples. Bien, que je me rendais compte du fossé qui se creusait entre moi et celle que j'aurais pu être. Installé, je relevais la tête en sachant pertinemment qu'il serait là. Il ne partirait pas sans sa friandise. Cupide monstre. Croisant les jambes, je lui adressais un regard tout aussi incisif qu'il avait pu l'être. Je notais les moindres détails, surprise par mon envie de lui tenir tête. Un film jouait dans ma tête, un film que je tâchais d'ignorer depuis que j'avais vu son visage. Je pouvais m'entendre hurler, ce qui ne m'empêchait pas de lui offrir le masque que j'avais fabriqué pour survivre. Je renouais avec mes talents d'actrice, en sachant que ça me coûtait de revenir vers l'Ange d'une autre époque de ma vie. Qu'est-ce que je pouvais faire d'autre? « Installez-vous… Je ne mords pas. » Je souriais avec toute la douceur qui m'habitait. C'était si ironique venant de moi.

love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2541
↳ Points : 122
↳ Date d'inscription : 25/01/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Eddie Redmayne
↳ Age du Personnage : 33 ans (254 ans)
↳ Métier : Ancien journaliste ; Prostitué
↳ Opinion Politique : Anarchiste anti-Gouvernement
↳ Playlist : Les anarchitectures – Autour de mois les fous - Les Infidèles - Que tout est noir, Saez ϟ Trouble, Halsey ϟ Mr . Brightside, The Killers ϟ One Last Song, Demon Hunter ϟ Ghostcity, Thomas Azier ϟ Shine, Years & Years ϟ Bad Blood, Bastille ϟ Children Of The Revolution, T. Rex ϟ Territorial Pissings, Nirvana

↳ Citation : « People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people »
↳ Multicomptes : Stain E. Greyjoy & Aleksi S. Lenaïk
↳ Couleur RP : #f34c4c



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Blackmail and cupcake PV - Calyxte   Jeu 24 Sep - 20:45


La froideur est de mise. Elle se distille dans les veines de l’ancien Major lorsque les premiers mots de la demoiselle viennent lui caresser les tympans. Familiarité inexistante de ce côté-là de la barrière, seulement présente dans les paroles du soldat quand il se l’y autorisait. Pour mieux faire flancher le cœur de la jolie blonde. Il esquisse un sourire en guise de réponse à son explication. Logique. Fort honorable, il aurait certainement fait de même à sa place. Ou bien, il aurait eu tendance à choisir  un endroit dénué d’attrait pour mettre un terme plus rapidement à l’entrevue. L’un comme l’autre, ils ne devaient pas vouloir que la chose s’éternise.  Le sarcasme lui broie le cœur mais le politicien s’obstine à jouer le même rôle que son homologue. Les faux semblants en meilleure arme de défense. Calyxte hésite un maigre instant, s’obstine à ne pas vouloir se retrouver confiné dans un espace réduit, entouré de monde. Quoi qu’il fasse, le malaise reste maître de son cœur. Et quand Ange se décide à entrer à l’intérieur du restaurant, il reste un court instant seul avec son angoisse. Elle lui tiraille les sens, détruit les fibres fatiguées de son cœur et le met au supplice. Le soldat se racle la gorge et baisse les pupilles avant de se mettre en route et de suivre la blonde dans la gueule du loup. Connue des lieux, la chose l’indispose et l’oblige à revoir ses plans. Ancien tacticien de talent, c’est une machine qui s’emballe contre ses tempes.

Les mains se glissent dans les poches alors qu’il reste immobile à côté de la table, un pli de contrariété apposé sur son front. Le lieu public n’est pas le meilleur endroit pour une transaction d’argent sale. Trop d’oreilles et d’yeux susceptibles d’être témoin de la scène. Et ce qui le dérange plus avant, c’est la présence de fenêtres à proximité. De la glace lui caresse la peau et ce qui s’agrippe à son âme s’agite sous la chair malmenée. Monstre s’éveillant un peu plus à chaque inspiration, présence distillée par les battements de son cœur dans les moindres recoins de son être. La voix d’Ange le fait légèrement sursauter. L’extirpe de sa réalité chimérique et le fait sortir de sa torpeur alors qu’il s’installe face à la jeune femme. « - Ton voyage du côté des morts semble avoir eu raison de ta prudence. Un lieu public pour procéder à un tel échange… »Il ravale son sarcasme et l’ébauche de sourire que cela appose sur ses lèvres. Les pupilles dérivent et s’absorbent dans la contemplation du décor. Connu de réputation sans pour autant y avoir déjà mis les pieds. Les phalanges du soldat viennent alors tapoter contre le panneau de bois. Signe évident d’un inconfort qui se fait trop présent pour être ignorer et masquer comme il devrait l’être. D’une impatience qui le dévore et met à l’épreuve ce flegme assassin qui est d’ordinaire le sien. Calyxte sait, qu’elle ne se laissera pas faire. Que rien ne se passera comme il le prévoit, ni aussi rapidement qu’il le souhaite et ce simple constat le pousse à taper plus rapidement contre la table. Il se redresse, bouge sur son siège pour évacuer son malaise. « - Pour l’ancien visage du Gouvernement, le changement d’opinion est bien radical. Blanchir de l’argent, en ayant conscience du sort réservé à ce genre d’activité. Ou c’est du génie, ou bien de l’inconscience. » Il le murmure en reposant son regard sur la jeune femme. Baissant d’une octave pour laisser les bruits ambiants couvrir la discussion. La perdition s’appose dans un regard. Brisé par les nuances de glace qu’il perçoit dans les pupilles voisines. Les échos des supplices endurés par la blonde revenant se glisser contre ses tempes. Travail exécuté sans la moindre émotion, le cœur se détachant du corps pour le préserver de la douleur et ne pas ressortir l’acide des regrets venir lui brûler la langue.

« - Afin de te laisser profiter de cet endroit, il vaudrait mieux que tu me donnes ce pour quoi je suis venu. » Le timbre se fait incisif, effleure les graves pour se teinter d’une autorité glaciale. Et les phalanges cessent de jouer avec la table, la paume s’y aplatissant lentement alors que le corps du soldat se penche en avant. Réduit l’écart entre lui et celle qui devient sa proie. Qu’elle résiste, le contrarie et le contrôle qu’il s’impose risque de s’étioler dangereusement.  

_________________
❝ Naufragé dans la nuit

On s'achète on se vend. Au vent des hémisphères. On se jette, on se prend contre un peu d’éphémère. Sur l'étoile d'argent, le cerveau, la chair. Faudra choisir un camp. L'obscur ou la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3400-les-anarchitectu


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5895
↳ Points : 456
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Blackmail and cupcake PV - Calyxte   Sam 3 Oct - 14:02



 

 
Blackmail and cupcake

 
all my friends, are enemies


 
« Ton voyage du côté des morts semblent avoir eu raison de ta prudence. Un lieu public pour procéder à un tel échange… » Son malaise est palpable et la ride sur son front me fait plaisir, apaise la faim de ma louve qui hurle à la vengeance. Assise devant cet homme, je jubile intérieurement et maudit cette part d'ombre qui avait pris racine dans mon être, noircissant une douceur que j'aimais. Jonglant avec ma culpabilité et mon besoin de le faire payer, je souris en cachant à peine mes fausses manières. « Je vous croyais plus intelligent… Je n'ai sûrement pas caché le tout sous mes vêtements. Je n'ai rien d'assez gros pour contenir autant sur moi, comment l'échange pourrait avoir lieu ici? Voyons, il est évident que je compte vous faire prendre une petite marche, dès que j'en aurai fini ici. » L'argent n'est certainement pas avec moi, je me refusais à le voir aussi exposé. Ma voix flotte dans l'ambiance ce perdant pour toutes oreilles humaines, qui aurait voulu nous écouter et pourtant, je sais d'expérience que d'autres créatures pourraient saisir la moindre syllabe sortant de ma bouche. Voilà pourquoi, je ne souhaite pas attirer l'attention et d'un mouvement du poignet souple, j'attrape le menu que je parcours tout en écoutant l'impatience de Calyxte qui tapote la table avec … Avec quoi? Nervosité? Frustration? Je pouvais mettre bien des sensations sur le compte de ce tic agaçant, qui me donne envie de froncer les sourcils ou encore, de lui arracher les doigts à coup de crocs. Devant ce visage, je me sens vaciller vers la douleur et le sang noirci qui coule soudainement dans mes veines. Je ne suis plus en mesure de simplement sourire avec pardon et bon sens. Il est l'icône derrière une expérience traumatisante, un souvenir qui m'avait profondément atteinte. Comment aurais-je pu rester sereine en sa présence?

Je ne laisse pas moins un rire filer entre mes lèvres, alors que je ne prends même pas la peine de l’observer. Concentrer sur ce qui se trouvait entre mes mains, je m’amuse de ce qu’il vient de dire. Quel changement? Avais-je si bien joué mon rôle? Sûrement, pas un seul instant on avait remis ma fidélité en compte. Pas même au moment de ma mort. Étrange que mon défunt manipulateur n’ait pas vendu ma peau pour sauver la sienne. Il aurait été encore plus haut dans la hiérarchie, aurait pu me vendre contre plus d’influence et de pouvoir. Un goût amer s’insinua sur ma langue et je remerciais la présence d’un verre d’eau. Chassant le souvenir, du bout de mes lèvres, je retournais mon attention sur l’homme qui me faisait face. « Changement? Quel changement? Ne soyez pas plus naïf que vous ne l’êtes. » Battant des cils avec toute l’innocence qui m’avait un jour habité, je m’offrais le luxe d’une seconde gorgée d’eau, avant de déposer le verre. « Afin de te laisser profiter de cet endroit, il vaudrait mieux que tu me donnes ce pour quoi je suis venu. » Je pinçais mes lèvres en une moue agacé. Mon corps se révulsait contre l’autorité glaciale qui recouvrait son intonation. Je me tendais à son approche et je sentais mes traits se tendre. En privé, j’aurais montré les dents pour indiquer mon déplaisir, mais la femme politique que j’avais été ne pouvait pas me le permette.

La distance réduite, mon regard brilla d'une menace voilé. Une dureté que je n'éprouvais que rarement, mais Calyxte avait tout pour en être la victime. Homme, maître chanteur et bourreau, il risquait à tout instant de passer dans ma liste de personnes que je rêvais de voir six pieds sous terre. Une silhouette se dessina à la lisière de mon regard, se figeant devant la tension que prenait vie sous ses yeux. Inquiète d'attirer l'attention, je glissais ma main pour mieux recouvrir celle de mon vis-à-vis et approchait mon visage du sien. Un léger mouvement de torse suffit à ce que je puisse saisir ses lèvres dans un baisé chaste, qui me donnait la nausée. La seconde suivante, je m'enfonçais confortablement sur ma chaise et tournais la tête vers la serveuse qui semblait beaucoup plus à l'aise, maintenant que la menace perçue n'en semblait plus une. Mes lèvres me brûlaient et j'aurais tout donné pour les désinfecter, mais je restais calme. « Je prendrais la même chose qu'à l'habitude, ma belle. Il ne prendra rien. » La laissant s’éloigner, je lançais un regard qui brûlait de contrariété à ce benêt d’homme. « L’avarice est un vilain défaut que vous seriez mieux de contrôler et tenez-vous mieux que cela. Ce serait dommage que je sois dénoncer et envoyer à ma mort, avant d’avoir pu vous dire où trouvez ce qui vous fait autant envie. Alors, assoyez-vous et respirez profondément! Parce que nous allons discuter des règles qui va encadrer nos… Échanges désagréable. » J’adossais ma tête contre mes mains, mes coudes sur la table et lui adressais un sourire de carnivore. Un sourire que ma Louve adoptait plus souvent que moi. « Je ne suis pas une mauvaise personne, monsieur. Mais, si vous ne voulez pas être obligé de jouer à cache-cache avec votre butin, chaque fois que j’en ai envie, vous devriez m’offrir quelques minutes de plus de votre horaire. Bien que ce ne soit pas ce qui me ravisse le plus. » Non, ce qui me donnait réellement envie, c’était d’écouter la voix de la vengeance qui chantonnait en arrière-plan.

love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2541
↳ Points : 122
↳ Date d'inscription : 25/01/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Eddie Redmayne
↳ Age du Personnage : 33 ans (254 ans)
↳ Métier : Ancien journaliste ; Prostitué
↳ Opinion Politique : Anarchiste anti-Gouvernement
↳ Playlist : Les anarchitectures – Autour de mois les fous - Les Infidèles - Que tout est noir, Saez ϟ Trouble, Halsey ϟ Mr . Brightside, The Killers ϟ One Last Song, Demon Hunter ϟ Ghostcity, Thomas Azier ϟ Shine, Years & Years ϟ Bad Blood, Bastille ϟ Children Of The Revolution, T. Rex ϟ Territorial Pissings, Nirvana

↳ Citation : « People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people »
↳ Multicomptes : Stain E. Greyjoy & Aleksi S. Lenaïk
↳ Couleur RP : #f34c4c



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Blackmail and cupcake PV - Calyxte   Mar 6 Oct - 20:18


Qu’on le prenne pour un imbécile et que l’on en joue, il en a horreur. Alors quand la jolie blonde se permet de le remettre à sa place, la glace se fait de fer et les pupilles se rétractent sous l’injure. Les dents grincent en signe de mécontentement et ses phalanges se replient sur elles-mêmes. Elle l’insupporte. Et le temps qu’elle étend entre eux n’arrange en rien l’inconfort qui détruit ses veines. C’est une moquerie, une mauvaise farce dont il est victime et l’injure lui laisse un arrière-goût amer sur la langue. Trop blessé pour tolérer le moindre écart, il a perdu l’habitude qu’on lui tienne tête et il sent qu’il est en train de se retrouver en position de faiblesse. La douleur sous la chair, le soldat se racle la gorge pour s’agripper à son flegme. Il étudie les possibilités. Ravale l’envie tentatrice de la remettre à sa place. D’agripper la gorge gracile pour en malmener la peau d’albâtre et remettre les choses dans l’ordre qui est le leur. L’échec en horreur. C’est une torture que d’assister à un échange dont les règles ne sont pas les siennes. Calyxte se renfrogne encore un peu plus mais aucune réponse ne vient effleurer ses lèvres. Il n’y a rien dire face à un tel comportement. La verve en déroute, l’ancien politicien préfère s’enliser dans un refus de communiquer plutôt que de laisser le venin qui lui ravage la langue s’envoler dans l’air au-dessus de leur tête. C’est un rôle qu’il n’a de cesse de jouer. Celui qui le protège depuis sa déplorable adolescence. Des années à souffrir de ses bourreaux, pour comprendre que la retenue et le paraître sont les meilleures armes dans un monde tel que le leur.

Les yeux gris se perdent dans ceux de son vis-à-vis. En démantèle les éclats pour parvenir à cerner l’ancienne porte-parole. Lire derrière ce miroir pour sonder les méandres de ses intentions. Et la main qui s’appose sur la sienne le laisse interdit. Les cils battent et le regard dévie vers le contact qui l’indispose. S’il fut un temps où il savait se montrer extrêmement tactile, dépendant du contact avec l’autre, son agression et ses conséquences ont tué cette habitude. Les contacts quels qui soient le dérangent s’il n’en est pas l’instigateur. Qu’on le touche sans qu’il ne s’y attende lui donne la désagréable sensation de se faire transpercer de toute part. Le souffle se suspend dans ses poumons et le cœur s’arrête le temps de secondes qui semblent durer une éternité. Et le baiser qui suit cette première approche lui déchire le ventre. Il n’y a rien de plaisant dans ce contact, seulement le poison d’une angoisse qui le prend à la gorge. Choqué, le soldat ne dit rien. Se contente de sauver les apparences en adressant un léger sourire à la serveuse. L’ombre d’un rictus gêné, celui de l’amant surpris en plein geste tendre. Il se recule et laisse son dos revenir s’appuyer contre le dossier. Sans parvenir à reposer son regard sur Ange, les sourcils se froncent et un pli de contrariété s’appose sur son front. Il s’enlise dans le silence, manifeste son déplaisir par son mutisme. Avant de laisser l’ombre d’un sourire masquer la finesse de ses lèvres. « - Mes défauts savent se tenir, ne t'en fais pas pour ça. Je vais t'épargner l'inconfort de faire la liste des tiens, bien qu'il serait aussi judicieux que tu apprennes à les contrôler. » Lâche-t-il, abrupt. Sa voix s’enroule dans les épines d’une colère retenue. Alimentée par les nerfs qui s’étiolent. Elle les tire, exacerbe ses sombres envies au gré de ses provocations. « - Ne t'inquiète pas pour ça, si tu n'as pas le temps de délier ta jolie langue avant une quelconque arrestation, je ferais de mon mieux pour que tu délivres l'information. » Le regard brille d’un éclat menaçant, au diapason avec l’expression qui s’appose sur ses traits et contre ses lippes. Une énigme aussi glaciale que l’acier de ses prunelles. C’est un jeu dangereux dans lequel la demoiselle s’engage, mais soit, il est prêt à y jouer si c’est là son désir.

« - Je n'ai jamais prétendu le contraire. Avec un si charmant prénom, ce serait un comble. » Moqueur, le cynisme ne parvient pas  à se dissimuler derrière la légèreté de façade qui enrobe son timbre, enjôleur. Le sourire qui accompagne les paroles fait courir des frissons le long de son échine. La contraction honteuse d’une pulsion sordide. Il se fait honte, s’indigne face à l’horreur de sa propre attitude. De ses propres envies. L’instinct de mort, exacerbé par une nouvelle entité qui l’écœure. Jure avec ce qu’il est. Ce qu’il fut. « - Bien... Prenons le temps dans ce cas. Je suis tout ouïe, expose moi tes conditions. » Lance-t-il dans un souffle à contre cœur, croisant ses bras contre son torse. La droiture de la stature s’étiole légèrement, les épaules s’affaissent et c’est une fausse décontraction qui vient s’enrouler autour de sa silhouette.

_________________
❝ Naufragé dans la nuit

On s'achète on se vend. Au vent des hémisphères. On se jette, on se prend contre un peu d’éphémère. Sur l'étoile d'argent, le cerveau, la chair. Faudra choisir un camp. L'obscur ou la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3400-les-anarchitectu


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5895
↳ Points : 456
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Blackmail and cupcake PV - Calyxte   Lun 19 Oct - 20:52



 

 
Blackmail and cupcake

 
all my friends, are enemies


 
« Mes défauts savent se tenir, ne t'en fais pas pour ça. Je vais t'épargner l'inconfort de faire la liste des tiens, bien qu'il serait aussi judicieux que tu apprennes à les contrôler. » Je grimace un instant, étouffant un rire sarcastique. Je hais ce qu'il représente. Je hais ce qu'il est. Je le hais et cette haine m'accable. Je n'ai pas encore l'habitude de la ressentir et me demande si je m'y habituerai jamais. Il y a quelque chose d'ironique de la sentir s'installer en moi, alors, que je l'avais si longtemps vu dans le regard des hommes de ma vie. Incapable de saisir ce qui pouvait noircir leur regard ainsi, incapable d'en comprendre la signification, je ne pouvais que m'en mordre les doigts aujourd'hui. « Ne t'inquiète pas pour ça, si tu n'as pas le temps de délier ta jolie langue avant une quelconque arrestation, je ferais de mon mieux pour que tu délivres l'information. » Je m'étire sur ma chaise, avant de reporter mon attention sur le verre d'eau qui se trouve devant moi. Je le porte à mes lèvres en me demandant si je ne devrais pas lui envoyer au visage. J'observe ce regard qui aurait dû m'inquiéter, mais c'est un sentiment familier qui s'éveillait. J'ai l'impression de regarder quelqu'un d'important pour moi. Ce regard menaçant n'avait eu que trop de visage dans mon existence, le voir sur les traits d'une personne qui n'avait aucune réelle signification et importance dans mon existence, me troublait.

« Je n'ai jamais prétendu le contraire. Avec un si charmant prénom, ce serait un comble. » Je souris avec toute la sincérité de la porte-parole. Ma tête se dépose contre mes mains et je sais que l'image renvoyée est celle d'une femme attendrie. Pourtant, c'est ma louve que je camoufle sous ce visage parfait. Elle se sent vorace à son approche et m'implore de lui tordre le cou. La violence pour répondre à une ancienne violence. J'ignore pourquoi j'éternise réellement cette rencontre. Une part de moi s'inquiète de cette manie que je semble entretenir dernièrement. J'allais finir par vraiment me faire tuer, à force de m'enfoncer aussi profondément dans les ennuis. « Bien... Prenons le temps dans ce cas. Je suis tout ouïe, expose moi tes conditions. » Je croise mes jambes et m'adosse à ma chaise en toute confiance. J'ai quelque chose d'arrogant, que je sais parfaitement associer à ma famille paternel et à cet instant, je les en remercie. « Je n'ai fait qu'être la petite femme parfaite auparavant, mes défauts ont toutes les raisons du monde de se montrer désormais. Et on ne peut pas m'en vouloir de ne pas savoir me tenir devant un charmant employé du gouvernement incapable de faire autre chose qu'obéir aux pires ordres que l'espèce humaine puisse donner. » Battant des cils avec l'innocence d'une enfant, je plongeais mon regard dans le sien. Consciente que je jouais avec le feu. « Enfin… S'éterniser sur les détails ne fera que nous voler du temps loin l'un de l'autre. Passons. Oh et aussi froid que ce que tu sous-entends puisse être, je ne crois pas qu'une arrestation soit le plus profitable pour nous deux. Après tout, tu ne connais rien ni personne d'autre que moi touchant à cette histoire. Si je disparaissais, tu n'aurais rien ou presque. Tu aurais même dû supporter cet instant pour rien. Je suppose que l'avare en toi préférait m'exploiter encore quelques temps. »

La serveuse revient avec mon plat principal et je la remerciais. Une fois certaine qu’elle s’était assez éloignée, je reportais mon attention vers le salopard du jour. « Mmm… Prénom trop bien choisi pour être le fruit du hasard, n’est-ce pas? » Mon sourire se fige, tandis que je respire délicatement la douceur odeur de viande qui me fait saliver. Ustensile en main, je débutais ma dégustation avec lenteur. Je voulais savourer le goût et l’instant. Ici, je pouvais contrôler un minimum cette histoire de chantage. « C’est plutôt simple. Jamais deux fois le même lieu de rendez-vous. Le moins de contact possible, ça va de soi. Tu ne prendras pas la peine de soutiré plus que ce qu’on a convenu. Jamais. » Prenant le temps de déguster ma première bouchée, je m’assurais d’avoir tout avalé avant de reprendre la conversation en pointant ma fourchette vers lui. En un geste qui se voulait familier et détendu. « Et cette histoire devra être du donnant-donnant. Tu m’escroquerie aussi longtemps que tu tiendras ta langue et moi, je pourrai venir te demander quelques services. À l’occasion.  Et ce n’est pas négociable. Ensuite… Devrais-je te donner plus de règles à respecter? »

love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2541
↳ Points : 122
↳ Date d'inscription : 25/01/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Eddie Redmayne
↳ Age du Personnage : 33 ans (254 ans)
↳ Métier : Ancien journaliste ; Prostitué
↳ Opinion Politique : Anarchiste anti-Gouvernement
↳ Playlist : Les anarchitectures – Autour de mois les fous - Les Infidèles - Que tout est noir, Saez ϟ Trouble, Halsey ϟ Mr . Brightside, The Killers ϟ One Last Song, Demon Hunter ϟ Ghostcity, Thomas Azier ϟ Shine, Years & Years ϟ Bad Blood, Bastille ϟ Children Of The Revolution, T. Rex ϟ Territorial Pissings, Nirvana

↳ Citation : « People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people »
↳ Multicomptes : Stain E. Greyjoy & Aleksi S. Lenaïk
↳ Couleur RP : #f34c4c



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Blackmail and cupcake PV - Calyxte   Mar 27 Oct - 20:36

La candeur contre l’oreille et l’acide sur la langue. Les traits se font de fer sous les assauts d’une douleur silencieuse. Elle l’attaque et heurte les remparts pour mieux détruire l’armure. Calyxte se redresse, tapote des doigts contre la table avec l’excès d’une impatience évidente. Il toise l’impudence, ravale le trouble et l’inconfort dans un battement de cil. L’autorité du soldat bafouée, elle se glisse dans ses veines. Alors il laisse le flot de parole glisser contre ses épaules. Tente de rester sourd aux échos. Le flegme en bannière, un sourcil parvient pourtant à se lever lorsque la suite des paroles de l’ancienne porte-parole s’échoue devant lui. L’assurance, elle ronronne dans la voix de la jolie blonde. Les pupilles se rétractent sous le joug d’un amusement certain. Et contre la commissure des lèvres s’appose la marque d’un léger sourire. C’est pourtant une évidence. Une vérité alarmante qu’elle énonce avec un tel détachement. Il ne connait personne. S’accroche à cette chance hasardeuse de faire du profit tout en frôlant de près le vice dans toute sa gloire. Le défi de l’ordre, fait courir contre sa peau des frissons de dédain. D’une indignation qui se mêle à des relents de plaisir coupable. L’obéissance dans les veines, inscrite dans les fibres fragiles d’un cœur en plein perdition. Et l’avarice en péché ultime. Les dents viennent se heurter contre sa langue alors qu’il détourne un instant le regard pour s’absorber dans la contemplation de la rue au-dehors. Vénalité poussée dans ses extrêmes. Calyxte a appris à haïr ses semblables. La haine dans sa forme la plus pure, la plus brutale aussi. Brisé plus que de raison par la folie de l’homme, il use et abuse de ces faiblesses pour mieux garantir sa force et sa sécurité. Elle n’est qu’un pion. Un élément qu’il va se faire un plaisir d’utiliser jusqu’à la cassure pour mieux la faire chuter ensuite.

« - C'est donc ce que tu penses? Que tu es la seule pièce que je possède pour profiter de ces... affaires? Ange, enfin. J'obéis aux ordres, certes, mais crois-tu sincèrement que je ne me contente que de cela? » Le regard se repose sur la jeune femme. Empreint d’une lenteur théâtrale. Comme si un refus s’opérait sous la peau. La raison qui pousse à maintenir le contact pour mieux intimider et le cœur qui se refuse à plonger dans ces yeux à l’éclat singulièrement dérangeant. « - Mais oui, à choisir, je préfère ta compagnie à celle d'un autre intermédiaire quelconque. » L’aveu sur le bout de la langue. Le ténor qui se fait ronronnant, frôlant les intonations charmeuses alors que l’homme revient plaquer son dos contre le dossier, les bras se croisant sur son torse. Le retour bien qu’éphémère de la serveuse dans leur univers irrite les nerfs déjà à vif. La tension sous la peau se fait douloureuse et les muscles se tendent. Dans les brides de sa décadence, le cœur frappe, démontre toute sa hargne contre des côtes qui peinent à maintenir l’étau de leur prison. Machinalement, les pupilles se glissent contre les chiffres de la montre. Et ses doigts se crispent contre son bras. L’inspiration en expiation salvatrice. Le soldat s’astreint au calme, s’oblige à rester de marbre. Face à l’envie dévorante qui le gagne. Il l’écoute, concentré sur ses paroles. Et il perd le fil. La conversation devient un murmure puis s’efface. Le temps d’une impulsion, il est déjà debout. Et sous ses yeux s’étend le sang. L’éclat écarlate de ce liquide qui le tétanise. Il n’y a pas d’angoisse dans son âme, seulement les plaisir malsain d’un meurtre violemment accompli. La satisfaction sur les reins comme après une étreinte lascive. Et le corps d’Ange, brisé, fracassé contre la table.

La mise en abîme s’arrête dans un soupir. Un hoquet qui signe son retour à la surface. Il sursaute, cille à plusieurs reprises jusqu’à ce que s’efface l’écarlate de devant ses rétines. Elle est toujours là, bien vivante face à lui. Devrais-je te donner plus de règles à respecter ? Il ignore quelles sont ces règles. Et cette ignorance laisse un vide dans son cerveau. Les pertes d’attentions, il en était déjà victime. Résidus horrifiques de son agression. L’attention qui s’étiole et s’effrite, les connexions qui se perdent et la mémoire qui vacille à la lueur de la flamme de sa faiblesse. Le démon qui le ronge embellit les décrochés, en fait des œuvres d’arts sanglantes et criants d’un réalisme qui lui coupe le souffle. La sueur de l’angoisse sur la peau, Calyxte lutte face à l’inconfort de la situation dans laquelle il se trouve. « - De belles règles que voilà. Je vois que tu as tout prévu. » Il le murmure en s’efforçant de garder son aplomb alors que tout s’effondre. Le regard de glace se fait fuyant, s’échoue sur le sol alors qu’il bouge machinalement sur son siège. La mort, il la sent. Eprise de la demoiselle, elle lui souffle à l’oreille d’agir. La créature sous la peau le déchire de l’intérieur, et un nouveau soupir s’échoue contre ses lippes. « - Il serait préférable que tu couches tout ça sur papier. Un contrat oral est si facile à détruire, je risque d’aisément oublier ou contourner certain des aspects que tu as si gentiment formulé. » La moquerie cynique pour dissimuler la tension dans sa voix et ses doigts. Tue… C’est sa voix qui s’exprime dans les méandres de sa perdition. Son propre timbre qui lui murmure des insanités.

_________________
❝ Naufragé dans la nuit

On s'achète on se vend. Au vent des hémisphères. On se jette, on se prend contre un peu d’éphémère. Sur l'étoile d'argent, le cerveau, la chair. Faudra choisir un camp. L'obscur ou la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3400-les-anarchitectu


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5895
↳ Points : 456
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Blackmail and cupcake PV - Calyxte   Jeu 12 Nov - 22:16



 

 
Blackmail and cupcake

 
all my friends, are enemies


 
C’est un regard vénéneux qui se camoufle sous mon sourire, tandis que mes crocs s’aiguisent et appel à la vengeance. Tout en moi hurle l’affront et l’inconfort des souvenirs que sa présence me procure. Le déplaisir est palpable entre nous et pourtant, de l’extérieur je semble détendu et sereine. Je lui parle de cette voix que je maîtrise mieux qu’une arme. J’observe ses réactions et constante le peu de chance que nous avons de nous entendre. Il y a quelque chose de plus lourd, de plus complexe, de plus affolant qui se dessine entre nous. Naissant de cette haine que je ne comprenais pas autrefois et de je ne savais quel ressentiment de sa part. Je tourne mon regard vers la fenêtre et contemple cette ville maudite, qui attendait de pourrir de l’intérieur. Une douleur sourde s’empare de mon être, incapable de guérir, tandis que je ravale l’amertume qui semble décider à me consumer. Tant de changement, tant d’innocence tordue dans tous les sens pour mieux me briser. J’en viens à me demander ce qui me maintient dans cette vie. Si ce n’était de ma fille, aurais-je survécu? « C'est donc ce que tu penses? Que tu es la seule pièce que je possède pour profiter de ces... affaires? Ange, enfin. J'obéis aux ordres, certes, mais crois-tu sincèrement que je ne me contente que de cela? » Je hausse les épaules, à des lieux de cette table. Avant de retourner mon attention vers l’homme qui attisait cette nouvelle flamme en mon âme. « Mais oui, à choisir, je préfère ta compagnie à celle d'un autre intermédiaire quelconque. » Pour la première fois, une fraction de seconde, j'abandonne Ange et mon sourire se teinte d'une annonce mortelle. L'espace d'une seconde, avant que je ne chasse cette expression qu'on m'avait adressée trop souvent par le passé. « Tu n'as rien qui puisse toucher mes affaires, de près ou de loin. Si ce n'est moi. Le reste de tes ‘'passe-temps'' je n'en ai rien à faire. Que ce soit par obéissance ou envie. » Je porte mon verre à mes lèvres et lorsqu'il touche de nouveau la table, je me redresse légèrement et croise mes jambes. « Charmant, nos compagnies nous serons tout aussi agréables à l'un et à l'autre… »

Ma Louve s’agite et gronde au fond de mon ventre. Tandis, que j’expose le petit jeu auquel je suis réduite à me livrer. Tout en continuant de lui dicter les règles si basiques, qu’elles m’ennuient, j’ai la gorge qui se serre et les poils de mon corps s’hérissent. Une indication simple. FUIR. Quelque chose alerte mon instinct et je sais que c’est sa façon de me regarder. Je sais qu’il est la raison de cette alarme qui m’a si souvent sauvé. Je ravale cette envie, incapable de m’abaisser à lui montrer mon inquiétude. Je ne veux plus être une victime. Je veux tenir tête et m’affirmer. Être libre des hommes et de leur esclavage. Mon nez se plisse, tandis que mes sens s’affinent par inquiétude. « De belles règles que voilà. Je vois que tu as tout prévu. » Au tour de mon sourcil, d’être haussé avec nonchalance. Je n’ai rien prévus. J’ai réagi. Incapable de courber l’échine, sans mordre la main qui voulait m’y forcer à nouveau. Je n’aime pas la tension que je sens dans ses muscles, ni l’intonation de sa voix. Pourtant, je me concentre sur l’instant présent. Puisque d’un autre côté… Je ne l’aimais tout simplement pas. « Il serait préférable que tu couches tout ça sur papier. Un contrat oral est si facile à détruire, je risque d’aisément oublier ou contourner certain des aspects que tu as si gentiment formulé. » Son soupir m’exaspère et je tourne légèrement la tête pour regarder l’intérieur du restaurant. Je n’aime pas le changement dans sa façon de me regarder. Je veux m’éloigner et retrouver ma bienveillante solitude ou mieux les bras de… NON! Je n’allais pas commencer à me souvenir de Kylian. NON!

D'une main distraite, je me masse la nuque et respire plus fortement. « Si j'avais tout prévus, tu serais déjà six pieds sous terre et moi libre de ce caprice égoïste. » La remarque glisse sur ma langue et s'infiltre jusqu'à son tympan. Une lassitude s'entend derrière cette presque menace. Comme si, une part de moi avait vu pire, vécu pire. Ce qui, quelque part, était bel et bien le cas. « Oh… Si tu veux jouer à qui oubli le mieux, je pourrais facilement oublier l'emplacement de ton butin. Quel dommage que ma mémoire soit défaillante. Sûrement une conséquence de coups répéter à ma boite crânienne et ce, par ta main. »  D'une grande inspiration, je confronte à nouveau son regard, penchant la tête légèrement vers la droite. Un chat observant un oiseau. « Enfin, vu nos cerveaux défaillants je m'assurai qu'elle soit belles et bien écrites sur un mignon bout de papier parfumer, que tu pourras encadrer et afficher dans ton appartement. » Un sourire d'apparats accroché de nouveau à mes lèvres, je prends sur moi pour ne pas trembler de colère. J'avais presque mal au cœur à force d'être confronté la noirceur nouvelle en mon cœur. « Besoin d'ajouter quelque chose ou nous pouvons mettre fin à ce dîner et sortir récupérer ce que tu désirs plus que tout? »

love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2541
↳ Points : 122
↳ Date d'inscription : 25/01/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Eddie Redmayne
↳ Age du Personnage : 33 ans (254 ans)
↳ Métier : Ancien journaliste ; Prostitué
↳ Opinion Politique : Anarchiste anti-Gouvernement
↳ Playlist : Les anarchitectures – Autour de mois les fous - Les Infidèles - Que tout est noir, Saez ϟ Trouble, Halsey ϟ Mr . Brightside, The Killers ϟ One Last Song, Demon Hunter ϟ Ghostcity, Thomas Azier ϟ Shine, Years & Years ϟ Bad Blood, Bastille ϟ Children Of The Revolution, T. Rex ϟ Territorial Pissings, Nirvana

↳ Citation : « People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people »
↳ Multicomptes : Stain E. Greyjoy & Aleksi S. Lenaïk
↳ Couleur RP : #f34c4c



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Blackmail and cupcake PV - Calyxte   Mer 25 Nov - 20:46


C’est le supplice des nerfs qui se tendent, des muscles qui se crispent pour manifester la méfiance sous-jacente. Les échos d’un agacement qui gagne l’improbable duo. Insoumis contraints de faire bonne figure afin de ne pas pousser l’autre à fuir ou à attaquer. Le combat se mène pourtant, une guerre froide dissimulée sous les sourires et les paroles aimables. L’art de la tromperie propre aux êtres de leur rang. La porte-parole et l’ancien politicien. Le militaire qui s’éveille sous la chair rendue affable par des mois d’immobilisme. Et le démon qui gratte jusqu’au sang pour pousser le contrôle à se faire ridicule. Le réduire à l’état de murmure pour que s’arrête la marche des faux-semblants et des regards froids privés de chaleur. La chaleur de la mort, l’appel du sang qui palpite sous la peau de son vis-à-vis. L’aplomb cède sa place à la gêne. A ce malaise qui s’insinue dans les tréfonds de son être pour figer son sang. Calyxte s’astreint à l’illusion d’une parfaite maîtrise, appose sur la finesse de ses lippes l’ombre d’un sourire énigmatique. Un mystère pour les autres. Et pour lui-même. Sa nouvelle nature l’intrigue autant qu’elle le rebute et en cet instant, elle le soumet. Appose sa main de fer sur sa nuque pour mieux le pousser à courber l’échine. L’horreur de la perte de contrôle. La force qui se retourne contre son propre maître, et les dents qui se serrent pour ravaler l’affront qui se produit sous sa propre chair. Le prédateur montre les crocs, révèle la blancheur de ses canines toute en posant ses pupilles grises sur le décor extérieur. La lassitude pour effacer la tension. Le soldat hoche lentement la tête, acquiesce les dires de la jolie blonde.

« - Effectivement. J’ai des doutes concernant ta liberté cependant, mais pourquoi pas. » L’aisance de l’importance. Il sait que dans ce monde chaotique l’importance est aussi éphémère et fragile que peut être une vie humaine. On lui offre un grade et de la reconnaissance pour des services rendus il y a plus de quatre ans. Pour une carrière qu’il a quittée sans autorisation. On les lui offre mais il serait si aisé de tout lui reprendre. De le faire à nouveau plonger. Calyxte soupire et préfère s’enliser dans l’illusion de son importance factice. Se targuer d’être un pion plus utile que les autres, et espérer que les marches sous ses pieds ne se déroberont pas tant qu’il ne l’aura pas lui-même décidé. « - Ce serait regrettable que ta mémoire te fasse à ce point défaut. Navré, mais tu ne m’as pas facilité la tâche. » Son ténor se fait charmeur, roule sur des élans mielleux alors qu’il revient ancrer son regard à celui de son vis-à-vis. Ce ne serait que mensonge de dire que le châtiment infligé aux traites ne lui a pas fait courir des frissons sur la peau. Alors il fait vibrer sa voir d’un amusement de façade et provoque la patience de l’Ange qu’il a impunément meurtri. « - Quelle charmante attention. Et je chérirais ce cadre comme la prunelle de mes yeux. » Et le sourire qui fait écho à ses paroles lui donne l’impression d’apercevoir son propre reflet. Sauf que son reflet n’a plus rien d’humain à présent. Il n’est qu’un ramassis d’horreur, de mort et de pourriture. Une horreur qu’il à laquelle il ne supporte pas d’être confronté à chaque fois qu’il a le malheur de l’apercevoir. Le châtiment pour toutes les horreurs qu’il a commises, celles auxquelles il a assisté durant sa vie misérable. Une punition supplémentaire pour châtier son existence de parjure pourtant vouée à l’échec dès sa naissance. Le sursit du damné.

« -Tu es celle qui semble le plus attachée à cet endroit et à ses mets. Mais puisque que tu poses la question, nous pouvons achever cette mascarade. » Il le murmure plus sèchement qu’il ne l’aurait voulu. Comme pour faire taire l’impatience qui lui broie le cœur. L’aorte peine et bute, tiraillé entre deux volontés qui la déchirent. Et maintenant que l’occasion de toucher son dû lui effleure enfin les doigts, Calyxte se dérobe. La cupidité assassinée par l’angoisse de ce qui le détruit de l’intérieur. « - Loin de moi l’idée de te priver d’un dessert… » Appuyant sa main contre la table, le soldat se lève, lentement. Cherche à maintenir un semblant d’autorité dans une carcasse qui se rompt à chaque battement de cœur. « - C’est du temps que je te laisse. Celui de noter tes exigences et de regrouper plus de fonds. Autant limiter nos échanges, aussi plaisants soient-ils. » Le sourire de façade se fait aussi amer que ses mots. Calyxte se penche en avant, légèrement. A peine, en guise de salue courtois. « - Ange. » L’hypocrisie du politicien, ancré sur ses traits et dans ses pupilles. L’animosité de l’homme n’ayant pas obtenu son dû et la fureur du possédé, passé si près d’un nouveau méfait. L’homme se redresse et quitte le restaurant avec prestance, abandonne l’air confiné du lieu pour se nourrir les poumons de l’atmosphère extérieur. Le cœur en déroute, Calyxte se force à ne pas presser l’allure. Rester le plus impassible possible alors que la tempête fait rage sous sa peau. Les mains tressaillent sous les assauts d’un tourment violent. Le goût d’inachevé qui lui reste sur la langue la nécrose. Distille dans tout son système la chaleur d’un venin acéré. Et il peste intérieurement, maudit ces passions déroutantes qui le hantent et tentent de lui dicter sa conduite. La haine au cœur, décuplé par une volonté qui dépasse sa pauvre raison. La colère était latente, dissimulée sous des couches de bienséances et de contrôle. La barricade se morcèle et commence à s’écrouler. Et impuissant, Calyxte assiste à sa propre chute. Peut-être qu’au fond, il n’a pas envie de retenir l’édifice. Fatigué de jouer un rôle qui le bride et lui détruit.

| TOPIC TERMINE

_________________
❝ Naufragé dans la nuit

On s'achète on se vend. Au vent des hémisphères. On se jette, on se prend contre un peu d’éphémère. Sur l'étoile d'argent, le cerveau, la chair. Faudra choisir un camp. L'obscur ou la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3400-les-anarchitectu
 

Blackmail and cupcake PV - Calyxte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» . CUPCAKE
» J'ai une envie de cupcakes :)
» Présentation du Monster Cupcake
» Un cupcake au nutella ~
» Icy Abduction | ft. Calyxte Breckenridge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-