AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 what a lovely surprise - aimée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: what a lovely surprise - aimée   Lun 21 Sep - 1:07

     

Aimée et Joshua

what a lovely surprise
L
a fatigue envahissait ses traits, mais certainement pas son esprit vif et avide de nouvelles informations. Il venait à peine de quitter l’hôpital qu’il cherchait déjà de quoi s’occuper, le cerveau en quête de nouvelles histoires, la chemise blanche pendant encore sur ses épaules décharnées par le manque d’appétit. Il s’inventait un chemin à prendre, déviant de son habituel trajet, de sa petite routine rassurante. Les ruelles plus sombres avaient le don d’attiser sa curiosité, ainsi, il s’engouffrait dans l’une d’elle sans même penser aux conséquences, au danger qui pourrait le guetter. Candidement, il regardait autour de lui, le silence le pesant beaucoup trop, tandis qu’on lui récitait reproches et contradiction dans le plus infâme des langages. Il les somma de se taire, n’ayant pas envie d’écouter leurs discussions incessantes, surtout lorsque la brunante tombait aussi poétiquement sur la ville toujours active.

Il admirait distraitement le ciel, tentant toujours d’ignorer cette symphonie, ce duo qui tentait d’attirer son attention. Pas ce soir. Pas maintenant. L’envie étant moindre quand à ses activités. Après tout, il était humain, presque, et son corps nécessitait repos comme n’importe qui, surtout après une garde de 16 heures ou le sommeil n’avait pas jugé bon de l’étreindre même pendant ses rares moments de pause.

L’oeil fatigué, la cerne proche, il décida d’éviter son foyer dans l’immédiat, craignant de devoir s’ennuyer jusqu’à ce que le sommeil l’apprivoise enfin. C’est dans cet optique qu’il finit par sortir des ruelles glauques pour marcher dans la rue passante, la plus vivante, malgré la récente prohibition. En mal de divertissement, les gens semblaient errer comme de pauvres âmes, privées d’idées, d’envies, et semblant tanguer vers l’illégalité. Pour sa part, Joshua ne se sentait guère victime des nouvelles lois.

En fait, il n’en avait pas pris conscience, étant plutôt du genre à faire ce qu’il souhaitait, sans même se parer de subtilité, parfois. Même si la prudence était son mot d’ordre, il se laissait parfois divaguer sur une tangente dont il n’était pas facile de revenir en chemin inverse. Comme des rapides, il se laissait capturer par les vagues trop fortes, avisant des dégâts plus tard.

Il n’était pas un minutieux, certes, mais il aimait tout de même s’appliquer au possible. Pour éviter les problèmes, car si il n’était pas conscient d’être chaotique, il était conscient de sa différence.

Sa chemise blanche se faisait lourde de responsabilités sur ses épaules, il finit par s’en défaire, la gardant soigneusement pliée sur son avant-bras droit. Son regard perçant cherche avec ardeur ou il pourra bien passer le reste de cette jeune soirée, et malgré son manque de ressource, il se pose sur le Old Absinthe House. Dépourvu d’alcool, l’endroit semble quand même prometteur, fréquenté par les nostalgiques des boissons alcoolisés qui y étaient servie autrefois. Un rictus perce sur ses lèvres. Il s’amuse de la notion d’autrefois, du passé pas si révolue mais rapidement regretter par ceux ne sachant pas se divertir autrement qu’en s’altérant les sens. Les pauvres âmes, pense-t-il ironiquement.

Sa paume pousse doucement la porte du bâtiment, et aussitôt ses oreilles sont emplies d’une musique qui le charme à peine. Sous les conversations distinctes, les haut-parleurs grésillent, crachotent avec difficulté les notes qu’elles semblent vouloir transmettre. Il s’en voit déçu, mais aussitôt son attention est attirée vers le comptoir. Une seule serveuse, qui, de loin, ne lui semble pas spécialement sympathique. Tout sourire, il s’y dirige, posant son postérieur sur le haut banc, puis dirigeant son regard vers la brune, qui, d’un coup le frappe en familiarité. Ce visage farouche, ces boucles brunes à peine entretenue, son prénom lui revint en bouche comme de la bile qu’il n’aurait pas pu retenir. Son sourire pourtant ne le quitte pas, il s’élargit, même, devant cette apparition soudaine, fortuite, dont il n’avait jamais osé espérer la réalisation, même dans ses petits rêves de vengeances.

Passé compliqué, elle ne lui avait pas adressé un regard qu’il voyait en elle une menace pour sa vie si calme et paisible. Il ne manque quand même pas d’attirer son attention, lorsqu’il sent qu’elle a terminé sa discussion avec un client précédent. Et il attend patiemment qu’elle replace les morceaux, qu’elle reconnaisse son visage, avant de s’exclamer d’une joie merveilleusement feinte “Wolf! Quelle charmante surprise.”



GleekOut!


Dernière édition par Joshua E. Bates le Lun 12 Oct - 18:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: what a lovely surprise - aimée   Lun 21 Sep - 4:45



« what a lovely surprise »

Josh & Aimée
featuring

Bon, pour le moment, la vie on faisait avec. Pas qu’elle était simple, mais on n’allait pas la rendre volontairement compliquer non plus. Alors, je restais sage, je faisais ce que j’avais à faire et je tentais de rester dans le droit chemin. Du moins, aussi droit que je pouvais le faire. Pas que c’était difficile, mais je n’aimais tout simplement pas ça. Pourtant, j’avais besoin de me bouger le cul, j’avais besoin de devenir une adulte et maintenant que ma vie d’avant avait sacré le camp, aussi bien tenter de faire mieux maintenant. Donc, un boulot, c’était le minimum et j’en avais obtenu un. Oui, oui, malgré le climat politique et tout ce qui ne va pas dans le monde, j’avais enfin obtenu un boulot avec mon caractère de merde. Non, je n’étais pas danseuse, sérieusement faut pas s’imaginer n’importe quoi. J’étais maintenant serveuse et je ne servais même pas d’alcool, parce qu’elle était maintenant interdite au commun des mortels. Sa allait toujours, l’alcool, ça se trouvait assez facilement.

J’avais commencé mon job comme serveuse donc et tenez-vous bien, je n’avais tué personne. Non mais, sérieusement, je n’avais même pas ébouillanté un connard, ni rien. J’avais surement tué une dizaine de clients dans ma tête, mais c’était bien le seul endroit où j’avais le droit de faire ce que je voulais. J’avais tenté de me poser une règle. Au boulot, je tentais de savoir me tenir, en dehors du boulot… c’était une autre histoire. Surtout que le client chiant… il disparaissait de ma vue et dans le pire des cas… tu craches dans son café et la vengeance est douce. Donc ouais, je n’étais peut-être pas la serveuse la plus bavarde, ni la plus gentille, mais je faisais mon job tranquillement. C’était surement le plus important.

Je servais donc les clients sans me lier d’amitié avec personne. Je parlais aux autres serveuses, mais si peu. J’étais du genre secrète et de raison, tout le monde me connaissait comme Amy Zwitter, j’étais la sœur de Loon et le problème dans l’histoire, c’est que même s’il c’était barré sans demandé son reste… je ne pouvais pas changer ce qui était déjà fait. Les gens de l’endroit me connaissaient déjà, j’avais été une habituée, Loon aussi. Alors ouais, je gardais tout ce qu’il m’avait donné. Pourquoi pas? Il m’avait offert une nouvelle chance, aussi bien m’en servir judicieusement. En bref, ne pas tout foutre en l’air. Oui, j’étais chiante, j’avais une personnalité de merde, mais s’il y avait bien une chose que j’avais de plus que mon mauvais caractère, c’était ma détermination, mon instinct de survie. Donc, j’allais trouver un moyen de m’en sortir toute seule. Toute seule… avec un petit coup de pouce de Loukas, fallait bien l’avouer.

J’en étais donc à servir un nouveau client qui venait de rentrer quand je lui sortis la demande habituelle, soit ce qu’il voulait avoir. Le tout, dans des mots super jolis que j’avais volé aux autres serveuses durant mon training. J’avais finalement relevé mon regard vers l’inconnu pour me plonger dans le sien, sauf que l’inconnu… il me disait clairement quelque chose en fait.  Je l’avais déjà vu, mais où? Je tentais de revenir en arrière, mais les gens que j’avais rencontrés en Nouvelle-Orléans n’avaient pas cette tête. Il me regard avec ce regard de « moi je t’ai reconnu et pas toi » ce qui m’énervait un peu. Mon regard c’était surement fait insistant, mais je m’en fichais. Je n’avais croisé presque personne entre NO et NY, il avait une queue, du coup on oubli la prison. Ça ne pouvait pas revenir à plus loin… Oh putain. J’avais compris. C’était vieux et ce n’était pas reluisant. Genre, il m’avait rencontré au pire moment de ma vie, celui ou j’étais brisée. J’avais passé un court moment dans une Institut psychiatrique. Le temps de savoir si j’étais responsable de mes actes ou pas. Me laisser passer le choc aussi. Bref, un court moment avant de me foutre en tôle sans ménagement. Il confirmait me connaitre en me nommant par mon nom de famille. Charmante surprise? J’en doute quand même. Du coup…

-Vous devez vous tromper de personne, je m’appelle Amy. Amy Zwitter.

Le plus beau dans tout ça, c’est que Loon était partie, du coup j’avais pu m’inventer une vie complète avec ce faux frère qu’il avait été. Dans tous les cas, j’y gagnais. Maintenant que ceci était réglé, j’avais plongé mon regard dans le sien, très léger sourire aux lèvres. Je n’avais pas envie qu’il brûle tout mon travail en s’obstinant, alors j’avais simplement rajouté :

-Donc, qu’allez-vous prendre M. Bates?

Donc oui, j’assumais l’avoir reconnu. Oui, je lui donnais raison. Mais il allait devoir faire l’effort d’utiliser le bon nom. Parce que ça n’allait pas le faire. Dans le pire des cas… je lui renverse son breuvage sur les genoux, il allait devoir sortir non? Je n’aurai qu’à dire que j’ai trébuché et j’expliquerai à Loukas que le mec, on a été dans le même hôpital de fou. Loukas comprendrait ma réaction. Surtout que si j’avais des trucs contre Loukas et que des gens finissaient par en avoir contre moi… ce n’était absolument pas productif ni pour lui, ni pour moi. En fait, je ne savais même pas il advenait quoi de Joshua, faudrait bien que je lui demande.
 

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: what a lovely surprise - aimée   Dim 27 Sep - 5:13

     

Aimée et Joshua

what a lovely surprise
U
ne envie charmante lui étreignait les entrailles. Celle de prendre cette pauvre tête et de la fracasser contre le bois solide du comptoir, de voir le sang en jaillir par le nez, par la bouche, par les yeux. Mais même si cette vision le charmait, il n’en fit rien, restant obstinément immobile tandis que cette Aimée le prenait pour un débile. Ayant une excellente mémoire, le jeune homme n’oubliait pas un visage, surtout un comme le sien. La férocité brillant dans son regard l’avait toujours attiré, lui avait promis nombres de défis à relever. Et ce qui l’écoeurait, c’est qu’il n’avait pu en relever aucun avant qu’elle ne s’enfuit lâchement de New-York. Tout ça avant le grand départ, quel gâchis !

Évaluateur, il fit mine de réfléchir lorsqu’elle lui mentit sa nouvelle identité. Aucun nom ne lui vint à l’esprit, beaucoup trop ordinaire et ridicule pour qu’il puisse y retenir une infime information. Et là, l’évidence le frappe. Si lui détient l’information de son ancienne identité, elle en sait tout autant sur lui, pouvant le menacer d’une déclaration sur sa vraie personne, sur ce qu’il est vraiment. Il serre les dents, penche légèrement la tête, la fixe d’un regard froid tandis que sa bouche s’étire dans un sourire digne du cheshire cat. Aucune amitié, simplement des crocs, une bouche emplie de crocs qui pourraient la dépecer n’importe quand.

Mais malgré ses espoirs, son sourire n’est que des plus normaux, charmant même, contraste à une pensée beaucoup plus sombre à l’encontre de la jeune femme, jeune traîtresse de part qui la trahison semblait être aussi courante que l’air qu’elle inspirait. Elle ose même lui adresser un sourire, l’inconsciente. Mais après tout, il lui souriait lui-même, il n’y avait aucune raison qu’elle n’en fasse pas autant ; lui ne lui ayant causé aucun préjudice, aucune déception. Et voilà qu’elle prononce son nom, celui qu’il n’avait même pas pris la peine de changer. Son sourire s’en élargie. Elle joue, comme avant. “Un simple thé glacé, mademoiselle Zwitter.” D’un ton plus que poli, il pourrait presque en faire froid dans le dos. Il consulte d’un oeil désintéressé la carte offerte par l’établissement, mais il semble que l’habituel vin ait été remplacé par du lait fraise. Quel dommage.

Il entre subrepticement dans cette frontière invisible qu’elle trace en ne déclinant pas sa vrai identité. Et pourtant sa bouche fourmille d’un millier de questions, déjà à savoir pourquoi elle lui à fait faux bonds. Une action qu’il ne sera pas prêt d’oublier, et ce malgré les excuses qu’il s’imagine déjà se faire défiler. L’arrivée de la boisson interromps ses pensées. Il se rend compte qu’il n’a pas soif, mais il se force quand même à s’humecter le bout des lèvres, pour se donner une raison de rester. Milles scénarios de vengeance se déroulent derrière son front, effaçant presque le visage de la jeune serveuse se trouvant devant lui, bien qu’elle soit maîtresse de ses pensées du moment.

Oh comme il aimerait lui faire du mal, juste un peu. La chatouiller doucement d’un objet coupant, juste pour qu’elle ressente ce qu’il a ressentit lorsqu’il a retrouver sa chambre vide. Ce qu’il a ressenti lorsqu’il a compris qu’elle était partie avec lui, sans lui, alors qu’il était la tête pensante, celui qui avait eu l’idée de fuir, celui qui avait été assez idiot pour lui partager son plan en détail, assez pour qu’elle lui accorde une infime confiance pour laquelle il s’était débattue pour avoir.

La boisson lui semble amère, ainsi pose-t-il le verre plein sur le comptoir, dont quelques gouttes s’échappent suite à la raideur du geste. Il garde pourtant son regard rivé sur elle, divaguant entre obsession et charme, comme si les deux se battaient pour savoir qui prendrait le contrôle. ‘’Il me semble connaître votre visage, mademoiselle.’’ Il roule des yeux, ses propres mots l’exaspérant. ‘’En fait, je suis plutôt surpris d’avoir le loisir de le contempler à nouveau, moi qui le pensait perdu. En fuite.’’ Il appuie sur le dernier mot, puis jette un regard autour de lui, tentant de repérer les oreilles indiscrètes. “Puis-je vous offrir quelque chose? Il me semble qu'aucun client ne requière votre attention, ou ne la désire plus que moi.’’



GleekOut!


Dernière édition par Joshua E. Bates le Lun 12 Oct - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: what a lovely surprise - aimée   Dim 11 Oct - 17:37



« what a lovely surprise »

Josh & Aimée
featuring

C’était mon boulot, le mien et je commençais à peine à arriver à tout gérer. Oui, pour moi, gérer c’était de n’agresser physiquement ni verbalement aucun client. C’était pénible de se retenir, mais c’était quelque chose que j’étais capable de faire, parfois, quand ça me tentait. Bon d’accord, je pouvais tuer qui je voulais quarante-deux fois dans ma tête, ça il n’y avait pas de problème, c’était surement même très sain. J’avais presque réussit à trouver un équilibre précaire dans ma vie quand monsieur « je te connais » c’était pointé par hasard. Parce que vu sa tête, c’était le hasard hein. Alors, comment je pouvais gérer cela moi? Aucune idée. Déjà, lui faire savoir que j’avais changé de nom. C’était important, c’était le plus important. Il était là, me souriait et je n’arrivais pas à apprécier. Je n’arrivais pas à oublier qu’il était dans le seul endroit que je ne pouvais pas gérer adéquatement la situation. Je lui avais souris, pas le choix, c’était mon job et c’était peut-être le mieux pour calmer le jeu. Dieu que j’avais besoin de calmer le jeu. Il ne pouvait pas partir furieux, il ne pouvait pas partir avec l’idée de me trahir ou un truc du genre. J’avais balancé son nom, comme pour lui signifier que je savais qui il était, même si je l’avais corrigé pour mon nom. Je lui donnais raison, soulignant le « mais » qu’était ma vie maintenant. Il commanda finalement un thé glacé et il sembla plus satisfait que je lui souligne qu’il avait raison.  Ça m’allait. Je donnais rarement raison, fallait faire une croix sur le calendrier.

J’avais finalement tourné les talons. La pression s’amoindrissait plus mes pas foulait le sol de cet endroit que je connaissais déjà trop. Un thé glacé, j’avais pris moi-même un verre pour le remplir. J’avais tout apprit à force de voir les gens me servir de l’alcool. Maintenant que l’alcool était interdit, j’avais tout de même aquis assez de connaissance pour être presque douée dans mon boulot. En fait, j’aurais été doué si on en oubliait mon caractère de merde, mais… je l’aimais moi mon caractère, c’était marrant, c’était utile, alors tant pis pour les autres. Je ramenais finalement à Joshua son thé glacé, le déposant sans dégât devant lui. Il gouta, prit la première gorgée.

« Tout vous conviens monsieur Bates? »

Son nom, toujours, mais empreint de cette politesse factice que je ne connaissais pas. C’est quelque chose que j’avais développé avec le temps, mais qui, dans ma bouche, me paraissait toujours tellement faux. C’était un peu comme quand je m’excusais, je n’avais jamais l’impression de le croire. Il n’avait pas l’air satisfait, mais je ne savais pas si c’était le thé ou si c’était moi. Logiquement, si ma présence l’embêtait autant que la sienne pour moi, il ne devait pas trop apprécier mon existence. Je ne me sentais même pas mal de l’avoir quitté sans un mot, je n’y pouvais absolument rien. Sauf que je pouvais jouer le jeu. Alors, quand il mentionna que mon visage lui semblait familier, je lui fis un sourire léger avant qu’il ne continu. Rien de plus, j’allais parler ensuite… surement. Il me remettait en plein visage mon absence, oui, il m’avait perdu, mais fuir? Non, malheureusement, je n’avais pas pu fuir. J’aurais préféré fuir avec lui à l’époque, tellement plus que les années de prison qui avait suivi. D’après lui, personne ne désirait pas présence plus que lui en ce moment et c’était surement vrai. C’était tranquille aujourd’hui.

« Je vais voir ce que je peux faire. »

Parce que j’avais des comptes à rendre. Alors, j’avais été demandé s’il était possible que je prenne ma pause maintenant, avec ce regard appuyé de la fille qui ne veut pas se faire dire non. Comme si c’était important et pour le coup, j’avais l’impression que ce l’était un minimum. Alors, ça allait. Je ne mentais pas. Je n’allais pas laisser quelqu’un avec la connaissance de mon passer se balader sans que je lui mentionne mon petit problème de passé. Une fois qu’on m’avait accordé ce que je voulais, j’étais retournée vers lui. Je m’étais pris un thé glacé aussi pour faire bonne figure, mais je n’avais pas soif. J’avais mieux à penser. M’assoyant en face de lui, tout simplement. Je cherchais son regard du mien. Joshua, il avait toujours été difficile à cerner, mais surtout à rejeter. Parce que Dieu que j’avais tenté, que j’avais tenté de le garder loin de moi, de ma vie, mais il avait gagné le droit d’exister dans mon environnement, puis d’avoir des réponses et tranquillement, il était même devenu agréable de le côtoyer. L’idée de fuir avec lui était envisageable. J’étais jeune et tellement pleine d’espoir encore à l’époque. Mais bon, de l’eau avec coulé sous les ponts, vraiment.

« Voilà, personne de plus intéressant que toi. J’ai pris ma pause. On va avoir un peu de temps. Ça va?  »

Parce que je ne savais absolument pas par quoi commencer, ni comment l’aborder. J’étais nulle pour parler aux gens et encore plus quand sa impliquait une partie de mon passé que je tentais de tuer. Parce qu’au fond, ce n’était pas mon frère que je voulais mort, mais bien mon passé tout entier.

« Je n’aurais pas cru te rencontrer ici en fait »

Je ne parlais pas bien fort, avec une espèce de calme qu’on ne me connaissait pas. Je n’avais pas envie qu’on m’entende. C’était entre nous, personne d’autre. Je tentai de lui faire un sourire léger, un peu faux, mais je n’avais pas envie de sourire, sauf qu’il fallait sauver les apparences. Toujours sauver les apparences dans ce monde de fou.

 

 
Revenir en haut Aller en bas
 

what a lovely surprise - aimée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lovely Girl (:
» Mini pack surprise
» Lovely little sunshine ♥
» Surprise ,,,"Mes Poupées Vaudou ***
» Pink Floyd - Qui les ont connus et aimés :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-