AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Guiltriping – Enya & Gawain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Guiltriping – Enya & Gawain   Ven 25 Sep - 14:44

Cela devait bien faire trente minutes que mes yeux suivaient le mouvement de ce liquide que je touillais avec un air pensif. J’avais fini par dissoudre les glaçons de mon Mojito que je n’avais pas l’intention de boire. Je relevais les yeux, il n’y avait comme personne que quatre danseuses, une pianiste, deux serveuse et le barman et Chayton qui surveillait que tout se passe bien, qu’aucun intrus ne pénètre la pièce. Ce soir, les clients n’influaient pas et pour cause. Le cabaret était fermé. Du moins, pour ceux qui n’étaient pas informé de mes nouvelles activités. A ta mémoire Ruby, je ferais de ton commerce un véritable fiasco. C’était cette soirée qui ne payait pas de mine ; ce n’était pas une réussite pour ainsi dire. Je soupirais faiblement, lassé du manque de rente. Me procurer de l’alcool avait été une étape douloureuse financièrement, mais j’avais de quoi faire la fête un moment et défier l’autorité. Heureusement pour moi, j’avais toujours mon activité de cambrioleur pour remplir les caisses. De l’argent liquide, toujours plus. Des bijoux pour payer mes danseuses et d’autres babioles en guise de prime. J’étais pourtant las, car la ville semblait s’appauvrir et il me fallait plus… Toujours plus. De l’or, du sang, des âmes et du rouge.

Finalement je me levé, mécontent. Personne ne savait vraiment que j’avais repris le Masquerade, mis à part le personnel avec lequel je m’étais entretenu individuellement et en groupe. J’en avais flanqué à la porte, des inutiles et trop bavards. A commencer par ceux qui ont commencé à souffler aux autres serveurs que j’étais leur nouveau propriétaire, ceux qui ont commencé à colporter mes propos. Oui, il m’avait fallu me débarrasser définitivement de ces vermines. Licenciement, puis parfois bien pire… Je n’en avais pas eu le choix et il me fallait bien me nourrir. Alors il en fut ainsi. Le monstre tenait dans la place.

— Monsieur, puis-je rentré plus tôt ce soir ? Ma fille est malade.
— Je m’en moque. Tu finiras le service à l’heure où tu ne seras pas payé.
— Je vous en prie, patron. Il n’y a personne ce soir.
— Si tu pars, tu le regretteras.

Je lui adressais un large sourire avant de continuer à déambuler entre les clients qui semblaient eux vraiment se divertir. Peut-être le bouche à oreille finirait-il par fonctionner. Avec un peu de chance. L’on me dérangea de nouveau, pour signer un bon de commande concernant le citron. Je signais avec lassitude en lui faisant savoir que cela aurait bien pu attendre demain. Quelle bande d’amateurs.

Je suis allé m’asseoir à l’une des tables vide. Je regardais les danseuses qui se déshabillaient avec élégance ; nous n’étions pas une boite de strip-tease. Certainement pas… Puis une jeune femme est venue s’asseoir en face de moi, ce n’était pas un membre du Masquerade, d’ailleurs il me semblait ne jamais l’avoir vue. J’étais assez pensif, avant de m’apercevoir de sa présence. Je me redressais, réajustant ma chemise noire je l’observais avec un fin sourire. Je suis le maitre pour faire paraître les choses. Je me demandais comment cette petite souris c’était glissée dans mon cabaret. « Bonsoir, ma jolie. » Lui disais-je avec un regard de prédateur ; personne ne m’approche sans réelle raison à moins d’être stupide ou de ne pas me connaître et de se laisser tenter par… Je ne sais pas quoi exactement. La blancheur de ma peau, je ne serais point tendre ma douce… Les apparences sont trompeuses.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 744
↳ Points : 729
↳ Date d'inscription : 27/04/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ellen Page
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Interne en médecine aux urgences, animatrice d'une radio pirate
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Playlist : Ellie Goulding - Anything Could Happen
Damien Rice - Prague
Avril Lavigne - Take me Away
Nirvana - Litihum
Skunk Anansie - Hedonism
Damien Rice - The Box
AaRON - Blouson Noir

↳ Citation : L'échec est une formidable force de vie
↳ Multicomptes : Shae Thackery & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



Feuille de perso
↳ Copyright:
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Guiltriping – Enya & Gawain   Lun 28 Sep - 23:32

Cela faisait un moment que je l’observais, de loin. Analyser mon adversaire n’était pas dans mes habitudes, mais ce que je m’apprêtais à faire était risqué, et je pouvais perdre beaucoup. Alors, une fois n’est pas coutume, j’élaborais un semblant de stratégie de passage à l’acte. Sauf que ces trucs-là, ce n’est vraiment pas mon fort. Quelle que soit la manière dont j’envisageais les choses, il y avait toujours une fin où je me faisais arnaquer.
Autour de moi, feu le Masquerade était loin d’être animé. C’était même assez triste de voir si peu de monde. Les danseuses se trémoussaient pour un public dérisoire, les pourboires ne seraient pas énormes ce soir. Il faut dire que la reprise d’activité du cabaret était très officieuse, vu la Prohibition nouvellement mise en place. Mais tout de même, les activités illégales existaient bien avant le nouveau gouvernement, et ils étaient bien plus fréquentés. De plus le Masquerade jouissait d’une belle réputation, avant tout ça. Avant le départ de la propriétaire et le rachat par un type louche au brushing suspect. Enfin, ce que j’en savais…toutes ces informations, je les avais eues d’une connaissance croisée dans un bar. Le Masquerade rouvrait en toute illégalité, seuls quelques privilégiés étaient au courant. J’avais donc décidé de m’infiltrer, par curiosité. Et puis, aussi, un peu par esprit rebelle. Ce dernier était un peu dépité par les récents évènements, mon idéalisme en avait pris un coup. Et je n’avais rien trouvé de mieux à faire pour rengorger mon amour propre que de venir dans un cabaret clandestin afin de me prouver que oui, la résistance, la vraie, pouvait encore exister. Quelle déception.

Sauf que je n’étais pas venue pour rien. Le proprio louche au brushing suspect, je l’avais reconnu dès qu’il était entré. Et pour cause : je l’avais déjà croisé quelques semaines auparavant, lorsqu’il s’était enfui de chez moi avec mon collier. Monsieur le propriétaire était aussi voleur, visiblement. Et au lieu de rentrer chez moi comme j’aurais dû, j’étais restée là, à attendre le bon moment pour aller le confronter.
Le fait qu’il m’ait volé était une chose. Mais après tout, je m’en fichais pas mal. La matérialité n’était pas dans mon vocabulaire, j’avais tendance à dépenser sans compter. Mais ce collier-là, j’y tenais. Il m’avait été offert par Casey le jour de mes 20 ans. Avant le chaos, quand nous étions de nouveau frères et sœurs soudés. Je devais le récupérer, je ne pouvais pas le laisser aux mains d’un voleur. Alors lorsque ledit voleur s’assit à une table, seul, je me levai de mon siège et allai me planter en face de lui. Il m’adressa un sourire que je trouvai mielleux et m’appela « ma jolie ». Je levai un sourcil.

« Je ne suis pas ta jolie. »

Bon, c’était une mauvaise entrée en matière, je dois l’avouer. Mais il avait piqué ma susceptibilité, à un moment où j’étais déjà relativement en colère.

« Ecoute, je ne vais pas tourner autour du pot. Ton cabaret manque cruellement de clients, et ça ne s’augure pas mieux pour les prochaines soirées. A ce rythme-là, bientôt tu seras un cabaret clandestin fermé. Je pense que je peux t’aider avec ce problème. Mais j’ai une condition à ça. »

J’eus à mon tour un petit sourire. Ca avait le mérite d’être clair et précis. Et je venais de me jeter à corps perdu dans un quitte ou double.

_________________


I don't wanna beg you pardon
I don't wanna ask you why
But if I was to go my own way
Would I have to pass you by?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2422-enya-i-don-t-rea

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Guiltriping – Enya & Gawain   Dim 4 Oct - 20:20


Je n’étais pas d’humeur princesse, pas le cœur à saccager ta belle gueule. Tu devrais t’en réjouir, tu ne te rends même pas compte de la chance que tu as ce soir. Elle était bien trop insouciante je crois, c’était si rare de nos jours. Puis sa voix rétorque, tel un sabre. Une l’observait avec un sourire amusé. Vraiment beauté ? Si elle ne voulait pas l’être, elle n’avait qu’à déguerpir. Je suis las de ce genre de p*tain, il n’y avait que cela et je ne trouvais rien qui m’aille. Li n’était plus et je crois que j’ai égaré dans la mort l’une des compagnies qu’il m’arrive de regretter. Elle me donnerait suffisamment de piquant pour me réveiller dans cette désolation, elle sourirait de cette façon qui éveillait chez moi l’envie de l’esquinter. Mais je m’ennuyais, c’était un fait. Obtenir le Masquerade avait occupé une part de mon temps et puis me venait cette question : que puis-je bien faire à présent ? Il était vrai que j’étais suffisamment fortuné pour ouvrir ce cabaret à perte ; mais je ne m’amusais pas. Je le regrettais. Les autorités devenaient asphyxiantes et mon envie de les écrabouiller était insatisfaite. Que pourrais-je faire pour détruire leur règne ? Le chaos… Je l’invoquais de toutes mes forces, si seulement j’en avais plus le cœur alors peut-être les marcheurs seraient déjà là aux portes de la ville, frappant chez les gens honnêtes pour s’emplir leur panse pourrissante de leur chair fraiche. J’avais le sentiment que la rage humaine venait de s’éteindre dans leur ultime étincelle de vie ; je n’aurais plus de quoi me divertir.

Malgré tout, j’écoutais ces mots. Observait les dents qu’elle me dévoilé au travers de son sourire. Elle s’arrêta cependant, j’avais en horreur que les gens trainent de la sorte. Parles donc petite sotte… « Vraiment ? Je serais bien curieux de savoir comment… » Par quel miracle ? Cette fille était-elle sérieuse ? Pensait-elle que j’allais la croire sur parole ? Je doutais qu’elle avait seulement conscience qu’elle avait la ferme intention de pacte avec le diable. Les conséquences lui seront terribles car je serais à jamais dans son ombre. Je me demandais alors comment la jeune femme était arrivée ici, qui avait pu penser qu’il serait judicieux de l’informer ? Je me posais cette question et surtout, si Chayton l’avait laissé entrer, c’était qu’il n’avait rien flairé de suspect. Il connaissait les membres de la ‘police’, je m’étais assuré qu’il n’en oublie pas un seul. Je ne voulais pas être contraint de me retrouver avec un cadavre de plus sur les bras ce soir. Mon sourire ne se ternissait pas, bien au contraire. Je jubilais aux idées de dépouilles et corps décharnés. Un si beau spectacle. Ne crois pas que je serais demain sur la paille ; j’ai plus d’un tour dans mon sac. Quand il est question de manipulation, je suis un expert. Je suis un maitre. « Tu es bien jeune pour prétendre avoir le sens des affaires… Mais je t’écoute, animal. » Un sourire s’étire plus largement sur mes lèvres. Oui me belle, je sais. Je le sens. Ma nature me le permet et tu peux trembler à l’idée de deviner quel genre de monstre se trouve assis là.
Je vais te dévorer, ma petite gazelle.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 744
↳ Points : 729
↳ Date d'inscription : 27/04/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ellen Page
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Interne en médecine aux urgences, animatrice d'une radio pirate
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Playlist : Ellie Goulding - Anything Could Happen
Damien Rice - Prague
Avril Lavigne - Take me Away
Nirvana - Litihum
Skunk Anansie - Hedonism
Damien Rice - The Box
AaRON - Blouson Noir

↳ Citation : L'échec est une formidable force de vie
↳ Multicomptes : Shae Thackery & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



Feuille de perso
↳ Copyright:
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Guiltriping – Enya & Gawain   Jeu 8 Oct - 22:41

Il avait mordu à l’hameçon. C’était déjà ça de gagné, ne restait plus qu’à faire le reste. Dit comme ça, ça paraissait simple, mais à la réflexion, je m’étais engagée dans une voie sans issue, j’allais devoir jouer cartes sur table. L’homme en face de moi avait le regard d’un prédateur, j’étais peut-être naïve, mais pas à ce point. Je savais qu’il pouvait me bouffer toute crue s’il le désirait, je n’avais pas droit à l’erreur. Il souriait désormais, et s’était assis un peu plus confortablement dans son fauteuil. J’avais toute son attention, et pourtant j’eus l’impression d’avoir fait une erreur. Je déglutis assez péniblement, mais me forçai à tenir son regard. Après tout, c’était juste un homme, n’est-ce pas ?

« Tu n’es pas beaucoup plus vieux et tu tiens un des endroits les plus fréquentés de toute la ville. Enfin, un de ceux qui étaient les plus fréquentés. L’âge n’a plus grande importance dans notre monde, les apparences sont trop trompeuses pour ça. »

Avec la fin du monde, beaucoup de choses avaient changé. Des choses qui étaient tenues secrètes jusqu’alors avaient été dévoilées. Toutes ces histoires de sorcellerie. Il y avait des tas de rumeurs, je ne savais pas trop lesquelles croire, mais on disait que certains humains étaient en fait des créatures. On disait que des gens à l’apparence humaine étaient nettement plus âgés que cela ne paraissait. On disait que certains dominaient cette société bancale dans laquelle je vivais. Ce qui était sûr, c’est que les choses étaient loin d’être ce qu’elles semblaient. Et qu’il était facile de devenir paranoïaque, ce que je m’évertuais à éviter. Il n’y a rien de bon à regarder par-dessus son épaule à longueur de temps.

« Je ne viendrai pas te voir si je n’avais pas une offre sérieuse. Pour que les gens viennent, il faut qu’ils sachent que tu existes, premièrement, mais aussi qu’ils sachent que c’est sûr et intéressant pour eux. J’ai une radio. Non officielle, évidemment. C’est pas la radio numéro une, mais elle est plutôt suivie, et puis c’est mieux que rien. Je pourrais te faire un peu de pub, essayer de ramener des gens. »

Voilà, c’était dit, et maintenant c’était quitte ou double. Soit ça fonctionnait et on parlait business. Soit je me faisais rembarrer et je venais de lâcher mon illégalité à un inconnu, ce qui me mettait possiblement en situation très délicate. Si le gouvernement fouillait, il trouverait forcément ma planque, ma radio, et feraient vite le lien avec moi. Ils avaient les moyens de trouver, et mes moyens de cacher n’étaient pas du tout à la hauteur. Pourquoi avais-je eu cette idée saugrenue, alors ? Parce que je voulais désespérément ce collier, d’abord. Et puis, parce que voir tomber une institution comme le Masquerade, c’était courber un peu plus l’échine devant le gouvernement. Et ça, c’était révoltant.

« Je ne peux pas te promettre que ça ramènera des dizaines de clients. C’est une offre de coup de pouce. Aucune garantie. Tu en penses quoi ? »

La balle est dans ton camp, monsieur le propriétaire. J’espérais franchement qu’il dise oui, qu’il ne me bouffe pas toute crue. C’était la première fois que j’allais confronter quelqu’un de la sorte, que je proposais ma radio en monnaie d’échange. Ma radio, c’était mon bébé, mon projet, mon acte de résistance à toute petite échelle. Ca m’embêtait un peu de la vendre comme ça à un inconnu qui ne m’inspirait pas confiance. Mais à l’heure où même la Résistance, la grande, la vraie, avait capitulé, il fallait que je passe à la vitesse supérieure ou que j’abandonne purement et simplement. La deuxième option était pour le moment inenvisageable.

_________________


I don't wanna beg you pardon
I don't wanna ask you why
But if I was to go my own way
Would I have to pass you by?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2422-enya-i-don-t-rea

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Guiltriping – Enya & Gawain   Sam 17 Oct - 17:14

Pas beaucoup plus vieux ? Un sourire se dessine sur mes lèvres. Pauvre petite chose ; si seulement un sorcier agirait avait pu en faire une créature noble. Mais non, ce n’était qu’une stupide humaine. Sans intérêt, à priori. Elle ne jurait que par ce qu’elle voyait, elle ne semblait guère se méfier des apparences. Si naïve… S’en était presque touchant. Du moins, presque. C’est alors qu’elle me fit part du fait d’avoir une radio pirate, qu’elle comptait faire la promotion de mon cabaret et je n’étais pas insensible à sa proposition. Je n’en montrais rien cependant. Pas question de se montrer intéressé tout de suite ; que voulait-elle ? Je l’ignore, je sais que ces gens agissent seulement pour tenir tête au gouvernement. Les gens pensent passer un message, celui de l’espoir. Comme c’est drôle ; n’est-il pas ?

Je soupire faiblement, fit un geste à la serveuse qui approchait de déguerpir. Ce qu’elle fit au plus vite. Je n’ai pas besoin d’être rafraichie, j’ai besoin d’une chose que personne ne peut m’offrir. Cependant, je prenais volontiers des lots de consolation. Je me redresse alors, posant les avant bras sur la table et lui répondrait avec un léger sourire aux lèvres « T’es du genre à dévoiler ton secret à un type comme moi… » C’est dangereux ma douce. Vraiment. Elle ne me connaissait pas et pourtant, je pourrais l’anéantir dès à présent si je le voulais. Oh oui, je pouvais faire d’elle ce que je voulais. Mais je ne voulais pas lui mettre la pression, pas tout de suite. J’aurais le loisir de l’écraser plus tard quand elle me posa soucis, la remettre à sa place comme on dit. J’étais très habile pour ce genre de manipulation, cette pression que l’on peut exercer sur autrui. Je la trouvais toujours si excitante. « Quel est ton prix ? » Car je ne doute pas qu’elle soit venue avec une idée derrière la tête, les gens aiment toujours essayer tirer el plus possible d’une situation. Moi compris. Sauf que moi, j’avais toujours plus. Je réussi toujours à obtenir ce que je veux. Ce n’est pas un don, seulement du talent et le pouvoir.

Du pouvoir, j’en avais énormément. Bien plus qu’elle ne semblait le supposer. Pauvre idiote. Je me régalais de sa bêtise. « Laisses moi t’avertir cependant, la gourmandise te mènerait à ta perte. » Un sourire cruel aux lèvres. Tu es à moi ma mignonne, d’une certaine façon. Tu n’aurais jamais du t’aventurer, mais ça, elle ne s’en rendait pas même compte. Pauvre chose. Je m’amusais beaucoup, je trouvais la situation fortement divertissante. Je ne savais pas si c’était une bonne idée, de dévoiler mon activité sur sa radio, j’imaginais qu’il y avait des messages crypté, j’en exigerais bien évidement la clé. Je ne me laisserais pas doubler. Je pourrais habillement cacher ce qu’il se passe ici, mais elle… Je ne crois pas qu’elle pourrait se protéger de moi, si un jour elle me causait des ennuis. Après tout, elle était une créature si faible, en bas de la chaine alimentaire. Je suis le prédateur. « J’écoute ta condition. »
Fait moi rêver.
On est à l’endroit idée pour les rêves après tout. Je ferais de cet endroit un cauchemar, mais personne n’en savait rien. Ce cabaret, un simple garde mangé que j’entretiendrais et qui me rapportera probablement. Le pied. Je serais le plus distrait de tous, le grand chef d’orchestre, mais surtout l’invité d’honneur à ma propre cour. Ils ne seront qu’à jamais mes larbins, esclave du plaisir que l’on puisse offrir dans ce lieu. Ils viendront tous, ils seront à moi.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 744
↳ Points : 729
↳ Date d'inscription : 27/04/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ellen Page
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Interne en médecine aux urgences, animatrice d'une radio pirate
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Playlist : Ellie Goulding - Anything Could Happen
Damien Rice - Prague
Avril Lavigne - Take me Away
Nirvana - Litihum
Skunk Anansie - Hedonism
Damien Rice - The Box
AaRON - Blouson Noir

↳ Citation : L'échec est une formidable force de vie
↳ Multicomptes : Shae Thackery & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



Feuille de perso
↳ Copyright:
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Guiltriping – Enya & Gawain   Ven 23 Oct - 16:02

Ma proposition semblait l'intéresser, car le propriétaire se rapprocha, posa ses bras sur la table et m'adressa un sourire. Ou alors il venait de comprendre l'emprise que je lui avais donnée, car le sourire semblait bien carnassier. Je m'étais jetée dans un guêpier, et il le savait pertinemment. Je m'efforçais de ne pas montrer mon appréhension, gardant la tête haute face à ce prédateur aux cheveux rouges. Dans cette ville, les prédateurs et les proies s'étaient retrouvées forcer de cohabiter, de s'entraider, voire d'agir main dans la main. Les histoires de classes, de statuts, de pouvoir, il y en avait peu. Il y avait le Gouvernement d'un côté, qui régnait d'une poigne de fer, tyrannique, intransigeant; et il y avait le peuple de l'autre, qui s'en sortait comme il pouvait. Mon interlocuteur avait beau être riche, il n'en restait pas moins à la merci du gouvernement, et cette situation brouillait les frontières entre lui et moi. Il était tout autant en danger que je ne l'étais, mais mieux valait lui laisser croire que j'étais la proie. Il avait, de toute évidence, été habitué à être le prédateur.

J'ignorais ses intentions, néanmoins il me demanda mon prix. Je souris, légèrement, histoire de ne pas le provoquer. C'est donc qu'il envisageait sérieusement la proposition. Un point pour moi, j'allais peut-être obtenir ce que je voulais, finalement. Malgré toute sa nonchalante apparence, l'homme devait tenir à cet endroit, et il devait tenir à le remplir. Ca tombait bien, c'était ce que je désirais aussi.
« Laisses moi t’avertir cependant, la gourmandise te mènerait à ta perte. »
Je n'en doutais pas. J'étais naïve, pas complètement idiote. Je savais que s'il trouvait que j'exigeais trop, il n'hésiterait pas à m'envoyer valser, et à me dénoncer sur la base de ce que je lui avais révélé. Restait à savoir quelle était la limite acceptable pour lui. Est-ce que ce que je lui demandais serait trop ? Après tout, en lui demandant de me rendre le collier, j'insinuais clairement qu'il était un voleur, et il n'aimerait peut-être pas. Je lui demandais aussi de me restituer un bien qu'il avait considéré comme étant le sien au moment où il l'avait pris. C'aurait été plus facile de lui demander une simple rétribution financière, une contrepartie en dollars, qui serait passée quasiment inaperçue dans ses comptes, je suppose. Mais je ne voulais pas de son argent, je voulais ce qui m'appartenais. J'étais venue pour ça, je n'allais pas me dégonfler maintenant. J'inspirai lentement, puis me lançai dans le guêpier pour la seconde fois en peu de temps.

« Il y a quelques semaines, tu es entré par effraction chez moi et tu m'as volé quelque chose. Un collier en argent, avec une petite pierre verte dessus. Il y a mon prénom, Enya, gravé au dos du pendentif. Je veux le récupérer. »

Je le regardai, laissai deux ou trois secondes passer, le temps qu'il se souvienne de quoi je parlais. J'espérais en mon for intérieur qu'il avait toujours mon collier en sa possession. Qu'il ne l'avais pas revendu aussitôt volé, que mon souvenir n'était pas perdu quelque part dans les mains d'un inconnu de la Nouvelle Orléans.

« Ce sera mon unique condition. Si tu me le rend, je parlerai du Masquerade, de façon indéfinie, selon des critères que l'on aura décidé ensemble. Pas d'argent, pas de faveur, je m'en fiche. Je veux juste le collier. Est-ce que ça te semble trop gourmand ? »

Maintenant que j'avais joué cartes sur table, il était temps de lui montrer que j'étais ferme sur ma condition. Et que j'étais prête à me battre pour récupérer mon collier. Après tout, il s'en fichait, lui, il devait en avoir plein à disposition, dans d'autres maisons, d'autres appartements, il pouvait trouver des tas de colliers. Qu'est-ce que ça pouvait lui faire, de se séparer du mien ?

_________________


I don't wanna beg you pardon
I don't wanna ask you why
But if I was to go my own way
Would I have to pass you by?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2422-enya-i-don-t-rea
 

Guiltriping – Enya & Gawain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I want you on your knees and cry a river ▬ Leïda & Gawain
» we're all mad here (Enya ; Josh)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-