AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 why did you left me - eamon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: why did you left me - eamon    Dim 27 Sep - 4:35

     

Eamon et Joshua

Why did you left me?
Q
u’il n’y ait jamais eu de hasard, il avait eu du mal à l’accepter, du moins au début. Se trouvant beaucoup trop chanceux pour que le hasard n’existe pas, Josh avait fini par comprendre qu’il était l’instigateur de sa propre chance. Jamais il n’avait fait quelque chose pouvant nuire à ses envies, à ses désirs, mais il était beaucoup plus acceptable de le mettre sur le compte d’une quelconque force qui n’émanait pas de lui-même, qui ne provenait pas de son propre génie. Car être la raison de tout était un rôle qu’il endossait mal, une pression qu’il ne saurait supporter longtemps, et pourtant, en réalisant qu’il ne laissait rien au hasard, il avait bien du se rendre à l’évidence qu’il n’y avait aucune force autre que lui-même qui l’animait...À l’exception de ces deux-là, évidemment.

Il aimait bien se laisser croire, dans un moment de fantaisie, qu’il était maître de son propre destin, mais on lui murmurait aussitôt que si il avait le contrôle, c’est qu’on le lui laissait volontiers. Impuissant face à sa propre personne, il s’en sentait humilié, alors il préférait ne pas trop y penser.

Par une soirée particulièrement chaude, il avait donc décidé, par lui-même, de faire un tour de cette ville qu’il aimait bien appeler sa maison. Siège d’un nouveau départ, il s’y trouvait extrêmement à l’aise dans toutes les facettes de sa vie, malgré les récents changement organisés par un gouvernement dont les intentions le dépassaient. Il déambulait, insouciant quant à sa destination, son but. Il prenait rarement le plaisir d’aller sans penser, sans prévoir. Mais ses jambes le démangeaient lorsqu’il restait en place trop longtemps, lorsqu’il planifiait, lorsque ses loisirs prenaient beaucoup trop de son temps libre.

Vêtu d’un simple t-shirt, le bout de ses doigts allèrent se dissimuler au fond de ses poches en jeans. L’effort vestimentaire n’étant pas, il souhaitait ne croiser personne de particulier lors de cette balade nocturne. Mais à peine cette pensée fut-elle émise qu’une voix attira son attention. Une discussion se déroulait non loin de lui, sur la rue, mais ce qui attira davantage son attention était la silhouette découpée de l’homme à travers la vitrine d’un café raisonnablement fréquenter. Sans réfléchir d’avantage, ses pas le guidèrent vers le commerce, vers cette voix familière qui ne lui avait pas chatouillée les oreilles depuis quelques mois, voire années ; il n’aimait pas calculer ce genre de départ précipité. Ce genre de fuite, loin de lui, pourtant si aimable.

Discret, il se faufile dans la file menant jusqu’au comptoir. Bien qu’il n’avait guère envie d’une boisson chaude, vu la température, il décida de se planter là ou son regard ne le manquerait pas. Lui tournant le dos, sa cible ne se doutait nullement qu’il y avait un regard de glace qui lui vrillait le dos et la nuque. La rencontre presque provoquée ne manquait pas de l’excité, mais subtilement. Sur place, il ne pouvait s’empêcher de sautiller d’impatience. Une impatience que les autres confondront avec l’envie subite d’un café ou d’une autre boisson.

Et pour le titiller, Eamon semblait prendre tout le temps du monde pour choisir, pour chanter sa commande, tandis que Josh se tordait presque de douleur dans l’attente d’un regard, d’une surprise de le retrouver dans tel endroit. Ses doigts se triturèrent presque violemment, tandis que son regard ne le quittait pas d’une seule seconde, comme si il eut craint de le perdre de vu en se détournant d’un millième de seconde. Un peu plus et il lui hurlerait qu’il est là, juste pour qu’il le regarde, qu’il sache qu’il existe toujours, ce petit con ayant avorté leurs rencontres pourtant si intéressantes.

Le rouge lui montant légèrement aux joues, il décide de souffler, de se calmer, de se taire. Quelques regards en biais lui intimant de se calmer, que son attitude n’était pas approprié. Comme un enfant pris sur le fait, il fini par baisser les yeux vers les pieds d’Eamon, ceux-ci semblant presque figés dans le sol tellement il ne se meut pas vite en sa direction. Encore une fois, des mots restent bloqués en travers de sa gorge, mots qui ne franchissent aucunement la barrière de ses lèvres scellées tellement finement qu’elles en sont presque devenues blanches. Pour se donner une certaine contenance, une main quitte l’autre pour recoiffer ses mèches blondes, la caresse le calmant un minimum.


GleekOut!






Dernière édition par Joshua E. Bates le Lun 5 Oct - 1:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 651
↳ Points : 551
↳ Date d'inscription : 29/03/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Jack Falahee
↳ Age du Personnage : 27 ans
↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
↳ Couleur RP : tan



Feuille de perso
↳ Copyright: darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: why did you left me - eamon    Mar 29 Sep - 14:58


Tempes douloureuses, gueule de bois difficile. Les matins le deviennent tous, les uns après les autres. De plus en plus. Alors que les nuits deviennent de plus en plus douces, agréables et sans soucis. Curieux paradoxe qui ne m’empêche pourtant pas de récidiver, jours après jours. Mieux vaut cela qu’une vie de peine éternelle. Ce sentiment douloureux qui pointe déjà dans ma poitrine alors que mes sens s’éveillent totalement, que mon cerveau devient opérationnel. Comme le bout d’un couteau, qui s’est déposé sur ma poitrine à mon réveil, qui s’enfoncera lentement, inexorablement, tout au long de la journée. Cette arme que je n’ose enlever que le soir venu, après le travail, en m’injectant dans les veines ma curieuse délivrance. Précautionneusement, après une longue journée à me complaire dans la douleur et l’inaction, personne n’ayant eu besoin de moi, j’impose à mon corps la position assise, alors qu’étrangement, je ressens un besoin insidieux que je n’ai pas eu depuis fort longtemps. Depuis ma transformation je suppose. L’odeur du café me manque soudainement, je veux m’approcher suffisamment près d’un, simplement pour en sentir les effluves et m’en abreuver. Comportement probablement stupide et une dépense inutile, mais il est évident que je ferais tout pour simplement ralentir la progression de cette lame, par un plaisir simple tel que la senteur miraculeuse du grain moulu et chauffé. Une façon aussi de retarder la prise du poison, qui malgré ses bienfaits, me fait toujours grimacer aux premières lueurs du jour. Mus de cette décision, je quitte finalement mon lit, m’habille prestement avant de finalement quitter le confort relatif de mon appartement.

Je connais ces rues maintenant, aussi ne me faut il guère de temps pour trouver le café. Lorsque la porte s’ouvre dans un tintement, l’odeur vient m’assaillir sur le champ et étrangement, je souris. Cela n’arrive que trop rarement dernièrement aussi la sensation est-elle très agréable. Sans perdre de temps, je me glisse dans la file et lorsque mon tour arrive finalement, mes lèvres sont toujours étirées, ma voix est douce et la bonne humeur semble poindre doucement son nez dans l’océan de noirceur qui me caractérise dernièrement. C’est une simple lueur, mais c’est étrangement agréable de ressentir cela, tout en étant sobre. Savourant le moment, je discute avec le barista, réfléchis quand au meilleur breuvage pour satisfaire mon nez et enfin, prends la commande, le sourire toujours présent. La voie de la rémission semble s’ouvrir à moi, très lentement, mais cela reste néanmoins appréciable.

Enfin, après quelques minutes d’attente, je me retrouve servis et fais donc volte face, dans l’optique de ramener le breuvage chez moi. Distiller son odeur dans les moindres recoins de mon appartement et me réveiller le lendemain avec cette senteur toujours présente. Une bien bonne idée, qui s’écrase au sol en même temps que mon gobelet, lorsque mes pupilles croisent soudain celles d’un homme que je connais bien. Je ne l’ai plus vu depuis la mort de Bastien, depuis ma reprise de drogues. Ces dernières me permettait d’arriver au même résultat que lui, je n’en avais donc plus besoin. Pourtant en le voyant, en reconnaissant sa silhouette, ses cheveux, son visage, c’est un long frisson qui me prend. Non pas de désir, comme on pourrait s’y attendre en voyant un ancien amant, mais bel et bien de peur. Cette panique invisible, sans nom, sans raison, injustifiée, qu’il s’applique à entretenir, à alimenter. Cet homme m’effraie définitivement, pourtant, alors que le café s’étend en mare à mes chaussures, je sens tout mon corps se tendre vers lui, et mon pied droit s’enfoncer dans le breuvage pour m’approcher de lui, comme un moustique serait indubitablement attiré par une lumière. « Joshua. Tu… Je… Pourquoi t’es là ? » Je déglutis soudain, incapable d’être en pleine possession de mes moyens. Mon cœur s’emballe soudain, alors que je me rends compte d’une chose… Il m’a manqué. Terriblement. Et ce simple fait me panique encore un peu plus. « J’ai pas besoin de toi ! » Que je lance soudain, comme une défense à une attaque qu’il n’a pourtant pas lancé…

_________________
    i just need some hope
    LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Invité
    Invité






    MessageSujet: Re: why did you left me - eamon    Lun 5 Oct - 0:51

         

    Eamon et Joshua

    Why did you left me?
    L
    e rouge lui monte aux joues, prend son visage en otage, même ses oreilles se teintaint doucement de l’excitement qu’il lui provoque. Un excitement enfantin, malsain qui s’empare de ses tripes tandis que l’homme bouge enfin dans sa direction, se retourne pour lui faire face, le voir, le constater, prendre conscience qu’il existe toujours quelque part dans un coin sombre, et qu’il refera surface quand il voudra, n’importe ou, n’importe quand. Pourtant, il avait oublié même son existence, après quelques jours. Il s’était fait à l’idée que le jeune homme n’allait plus honorer ses engagements, et il était passé à autre chose. À quoi bon lui accorder même une infime pensée, si il n’était même pas capable de se déplacer pour le voir. C’était presque insultant. En fait, même si il ne se l’avouait pas, Josh avait été blessé de ne pas avoir été même prévenu. Comme quoi, le grand malade l’avait pris pour acquis, pour mieux s’en débarrasser par la suite.

    Et pourtant, en constatant la chute mortelle de la boisson chaude, il n’en sourit que plus, se complaisant dans cette situation ou il est tout sauf mal à l’aise. Il a conscience d’être le cheveu sur la soupe, l’imprévu indésirable d’une journée qui lui semblait prometteuse au pauvre brun. Mais il sourit tellement qu’il pourrait presque en rire aux éclats. C’est son expression qui lui donne le coup fatale, lui laisse échapper un petit rire musical, doucement, tandis que le liquide trace un chemin invisible entre eux. Malgré leur antécédents, il éprouve un petit plaisir sadique à le revoir ; et si il tentait de nouveau de l’emprisonner dans sa toile? De jouer un peu avec lui? Et si c’était le destin? Non, sans doute pas.

    Immobile, il le laisse venir à lui, ne prévoyant pas faire un pas de plus. Il s’écarte néanmoins de la file lorsqu’il se rend compte qu’il bloque le passage à des gens souhaitant réellement commander un café. Il penche la tête sous la question rhétorique, son sourire prenant toujours la moitié de son visage. ‘’Content de te voir aussi, Emmy.’’  Il va pour se rapprocher de lui légèrement, mais ses mots lui font l’effet d’une claque au visage. Dubitatif, il le fixe, son sourire s’évanouissant légèrement. “Je suis simplement là pour un café, nul besoin de me fuir, je ne psychanalyse pas en dehors des heures de boulot.’’ Sa voix se baisse doucement pour qu’on n’entende pas la fin de sa phrase, que seul Eamon puisse entendre. Il fait un pas dans sa direction de nouveau, les pieds baignant dans le café brûlant. Il ne fait pas attention aux regards de reproches qu’on leur lance, la barrista semblant exaspérée qu’ils s’amusent à abandonner du café sur le carrelage, sans démontrer la moindre intention de tout nettoyer. “Crieras-tu au meurtre si je t’invite à sortir d’ici pour une petite marche de santé?’’  Car il semblant soudain craindre quelque chose. Pourtant il savait que Josh se montrait des plus discret, et qu’il n’avait rien à craindre à la lumière du jour.

    Captant de nouveau les regardes de mécontentement, il ose prendre la main de l'apeurer pour le faire sortir à sa suite, sans le tirer violemment, il se montre ferme, et le relâche une fois la porte refermée derrière eux. “Rien ne t’oblige à me suivre, cependant, je serais plus que ravi de savoir à quoi ressemble ta vie maintenant.’’ Il avait faillit ajouter un ‘’sans moi’’, mais il ne désirait pas pousser sa chance, l’effrayer et le voir fuir de nouveau ; car si il lui faisait le coup une deuxième fois, il risquait de ne pas le laisser partir une seconde fois sans rien dire. On pouvait se moquer de lui, mais trop souvent, il ne pouvait pas le supporter. Il détestait être le centre d’une attention moqueuse, d’une attention particulière surtout. Dès qu’on le menaçait de le passer sous la loupe, il se défilait, s’énervait et combattait du mieux qu’il le pouvait.

    Légèrement irrité par les regards et son attitude étrange à son égard, il tente quand même de sourire doucement, contrôlant mal l’intensité qu’il tente de donner à ces rictus. Son regard bleuté, cependant, ne le quitte pas. Il jauge, tente de voir au-delà des mots, des expressions d’Eamon. Il ne semble pas avoir changé, surtout en quelques semaines, et pourtant, il y avait quelque chose de différent, il ne saurait le dire. En dehors de cette petite peur dissimulée au fond de son regard, il n’y avait peut-être rien à signaler. Peut-être avait-il tout simplement continuer sa pathétique existence. Après tout, quel genre d’évolution pourrait-on espérer d’un tel personnage?

    GleekOut!
    Revenir en haut Aller en bas

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 651
    ↳ Points : 551
    ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
    ↳ Age : 27
    ↳ Avatar : Jack Falahee
    ↳ Age du Personnage : 27 ans
    ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
    ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
    ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
    ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
    ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
    ↳ Couleur RP : tan



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: darkshines
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: why did you left me - eamon    Dim 11 Oct - 16:58


    Malaise et peur se disputent la première place tandis qu’une bile amère remonte lentement dans ma gorge. Rien que sa présence aussi près de moi parvient à réveiller des démons que je m’efforce pourtant à maintenir à distance. De fait, mon regard ne le quitte pas, je suis en effet bien trop effrayé à l’idée de détourner le regard. C’est stupide, je le sais, pourtant je suis incapable de résister à cette attraction qu’il exerce sur moi, même quand il se moque ouvertement de moi. Décidé à ne pas le laisser entrer de nouveau dans mon âme tourmentée, je croise les bras sur ma poitrine et tente de le toiser du mieux possible. Mes paroles semble faire mouche une seconde et j’éprouve un plaisir malsain à l’idée de réussir à le déstabiliser juste un peu. Probablement un effet secondaire de cette drogue que je m’injecte à intervalles réguliers. Toute once de confiance regagnée fond pourtant comme neige au soleil lorsqu’il me répond finalement. Un frisson parcourt tout mon être à l’idée de retrouver ma place d’analysé sous son ide. Ma main droite tremble, mon poing se resserre pour ne pas le laisser le voir, mais il semble évident que sa présence m’effraie toujours. Assez pour que je continue à me comporter comme le dernier des idiots. Assez pour qu’il s’en rende finalement compte. Sa proposition m’écœure d’autant plus que j’éprouve l’envie de le suivre, sans esclandre. Mon corps se tend vers lui, tandis que mon esprit rejette cette envie. Niant en bloc le manque que je ressens, qui n’a rien à voir avec la drogue, j’esquisse un mouvement vers l’arrière, alors même qu’il attrape ma main pour me pousser à le suivre. Un très léger « Lâche moi ! » M’échappe, pas assez fort pour être entendu. Une plainte que j’esquisse pour me donner bonne conscience, alors que mes pieds se mettent l’un devant l’autre à sa suite.

    L’air moite fouette mon visage soudain et la porte se referme dans un tintement lorsque ses mots retentissent de nouveau Je voudrais m’écrier, ne pas être une poupée de chiffon qui attend son bon vouloir. Toute volonté est pourtant annihilée par son regard de glace qui me transporte soudain. Frisson de nouveau, le froid semble m’envahir alors que la température est pourtant toujours plutôt agréable. Tout simplement parce que je sais. Que je céderai à chacun de ses caprices. Que je le laisserai entrer dans ma tête une fois de plus. Que je le suivrai alors que tous les arguments du monde me poussent à refuser. Que je me délecterai même de tous les sentiments contradictoires qu’il va m’imposer. Et surtout… que je ne serai qu’un jouet entre ses mains expertes !

    Lentement je déglutis, tente de faire bonne figure face à cette évidence. D’un mouvement lent, presque calculé, je relève le menton et continue de l’observer d’un regard qui se voudrait hautain. Peu certain de mon effet, je parviens tout de même à conserver la pose et me passe la langue sur la lèvre, pour reprendre totalement contenance. « Discuter… Comme deux amis ou… peu importe quoi. Juste discuter. Je veux dire… tu seras pas payé. » Cet argument risible résonne cruellement à mes oreilles et viennent les écorcher de son ridicule. Je ne parviens pas à croire que j’ai pu lui dire quelque chose d’aussi bête. Aussitôt je me crispe, mon corps se tend entièrement, dans l’attente d’une réponse cinglante, à la mesure de ma stupidité. Alors je détourne le regard, incapable de soutenir son azur plus longtemps. Et contre toute attente, plutôt que de conserver le silence dans l’attente d’une sentence inévitable, je reprends, d’une voix plus calme que je ne l’aurais imaginé. « Je viens avec toi… mais si tu fais… comme d’habitude, j’me barre. » Menaces qui flottent dans l’air juste une seconde avant de rejoindre les rangs des inutiles. Je le sais… Et probablement le sait-il aussi !

    _________________
      i just need some hope
      LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Invité
      Invité






      MessageSujet: Re: why did you left me - eamon    Dim 18 Oct - 20:31

           

      Eamon et Joshua

      Why did you left me?
      I
      l tente de s’effacer à son regard, de lui bloquer l’accès à sa personne rien que dans sa gestuel, dans ses mouvements hostiles et nerveux. Et pourtant, Joshua ne se laisse pas impressionner par ses tentatives d’éloignement, de protection. Il le considère un moment, pauvre animal effrayé, pendant à tout moment qu’il sera le fauve qui plantera ses crocs dans sa gorge à découvert. Ça l’irrite, lui faisant retrouver d’avantage le coin de ses lippes, son sourire prévoyant tout changement dans son ressentiment. Son masque amusé ne cache que plus bien cette petite rancœur qu’il ne souhaite pas lui dévoiler ; c’est une faiblesse qu’il n’est pas prêt à partager avec Eamon, surtout vu le niveau de confiance qu’il lui accorde ; c’est à dire, proche de zéro.

      Et pourtant, il fut un temps ou le jeune homme semblait tellement coincé dans ses filets, qu’il aurait pu lui confier n’importe quoi qu’il aurait garder le secret, mais en quelques jours à peine, en quelques semaines, cette ère s’était révolue, lui laissant un goût légèrement amer de trahison dans le fond de la gorge. Les gens ne respectant pas leurs engagements baissait drastiquement dans son estime. Il ne leur accordait pas de seconde chance. Son temps était précieux, court, et on le convainquait sans cesse de sévir, même si il n’était pas prêt à infliger le châtiment ultime pour un simple rendez-vous manqué. Il était souvent à fleur de pot, mais sa colère ne l’attisait pas assez pour qu’il attire l’attention sur lui en étant imprudent, téméraire.

      Il n’entend pas ses protestations lorsqu’il déleste sa main de la sienne. Il n’en fait pas de cas, il savait qu’il jouait avec le feu en osant même lui adresser la parole, Eamon semblant être beaucoup trop fébrile pour réagir comme une personne normale. Et pourtant, même si son instabilité menace d’attirer les regards, il reste là, observateur, beaucoup trop longuement silencieux. Il se demande ce qu’il pourra bien faire de lui, ce qu’il pourra lui donner pour qu’il soit de nouveau accro à leur rencontre, qu’il revienne lentement vers lui, de son plein gré, ou presque. Car si il aimait qu’on le poursuivre, il aimait aussi faire croire à ses victimes qu’elles le faisaient de leur plein gré, et qu’il ne faisait que subir.

      Joshua fini par abandonner son sourire pour une expression plus neutre, moins impressionnante pour le pauvre Emmy qui tente tant bien que mal de se construire une posture, une imposture. Il voit ce qu’il tente de faire, qu’il semble se débattre intérieurement comme une mouche dans une toile d’araignée. C’en est presque pathétique, et pourtant, ils s’esclaffent, s’en amuses, ceux qui vivent dans sa tête et son esprit. Et son rictus menace de revenir, chorale à ces rires inaudibles pour ceux qui le regarde, qui prennent conscience de son existence sans savoir qu’il n’est jamais seul. Il résiste, même si le coin de ses lèvres tressautent incontrôlablement. Il n’y peut rien ; c’est une joie de le revoir. Lorsqu’il prend enfin la parole, il peut sentir toute la fébrilité dans sa voix, les notes imparfaites, la musique saccadé qu’il souffle presque. Il penche doucement la tête, compréhensif, patient. “Comme deux amis, oui. Je n’espérais pas te rencontrer pour que l’on discute de nouveau de tes problèmes. Je souhaite simplement savoir comment tu vas. Comme un ami souhaite prendre des nouvelles d’un ami.’’ Il hausse légèrement un sourcil, appuyant sur l’évidence des faits, même si lui-même n’y croit pas une seconde ; des amis, il n’en a pas. Et surtout, il ne pouvait pas vraiment compter ce chiot perdu comme l’un des siens.

      Lorsqu’il consent finalement à le suivre, même si il ne sait pas très bien ou il l’emmènera, Josh entreprend la marche, se dirigeant vers Storyville par habitude. “Tu sais, Eamon. Ce n’est pas parce que nous avons partagé quelques repas ensemble que je suis toujours affamé.’’ Il lui jette un coup d’oeil appuyé, cherchant à voir si il comprend ou il veut en venir. La métaphore est peut-être trop subtile pour lui, mais elle est claire ; il n’en profitera pas. Même si il en avait l’occasion, ce n’était pas une raison d’en profiter à tout moment. Après, à trop manger de gâteau on fini par s’en écœurer, et il ne souhaitait pas que cela arrive, surtout que les victimes se faisaient rares, et mourraient beaucoup trop prématurément pour lui procurer quelconque satisfaction.

      Car en dehors de son travail et de son passe-temps minutieux, il n’avait pas spécialement le temps de trouver, de mettre des efforts sur des gens qui n’en valaient pas la peine, la majorité du temps. C’était sans doute pour cette raison que le disparition d’Eamon l’avait autant dérangé ; il n’avait pas le temps de trouver un autre jouet. Et il y avait peut-être aussi une part d’attachement, mais tellement infime qu’il n’y pensa même pas.

      Distrait, il tente de reporter son attention sur son compagnon de marche. “Alors? Pourquoi n’es-tu jamais revenu?’’ Autant sauter directement sur la question qui choque, comme ça, il serait fixé, et il aurait peut-être l’occasion de rectifier la situation, de lui offrir quelque chose qu’il ne pourra pas lui refuser, et le garder une bonne fois pour toute.

      GleekOut!
      Revenir en haut Aller en bas

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 651
      ↳ Points : 551
      ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
      ↳ Age : 27
      ↳ Avatar : Jack Falahee
      ↳ Age du Personnage : 27 ans
      ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
      ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
      ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
      ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
      ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
      ↳ Couleur RP : tan



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: darkshines
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: why did you left me - eamon    Lun 2 Nov - 19:48


      L’air extérieur ne m’aide pas une seconde à conserver mon calme alors que mes prunelles se fixent dans les siennes une fois de plus. C’est indicible, l’effet qu’il me fait et je me retrouve incapable de définir le tumulte qui m’agite. Peur, envie, besoin, douleur et manque se mélangent et indistincts me perturbent tant que je m’enfonce dans le ridicule. Mes mots s’alignent mais ne forment une phrase qu’avec une difficulté palpable. Il lui serait si simple, à ce psychologue, de m’utiliser de nouveau pour ses plus sombres desseins. Tout simplement parce que je me trouve incapable de lui opposer une réelle résistance. Lentement alors, je déglutis, tente de reprendre contenance et serre les lèvres, dans l’optique ridicule de m’empêcher de parler. Et enfin, l’homme perd son sourire. Loin de me rassurer pourtant, c’est un frisson de peur qui fait écho à son attitude plus neutre. Son sourire m’effraie car il cache de bien sombres choses. Pourtant lorsqu’il cesse, c’est la paranoïa qui vient soudain s’installer et je tente de reculer d’un pas pour me protéger de la suite. Pourtant mes pieds refusent de fonctionner normalement et au lieu de m’éloigner, je me trouve assez idiot pour faire un pas de plus en compagnie de cet homme que je crains autant que je l’admire. Ses mots me parviennent soudain, pourtant je ne parviens pas une seconde à croire ce qu’il est en train de m’énoncer. Lui et moi n’avons jamais réellement été amis. Je peux être idiot parfois, mais pas assez pour croire en cette idiotie. Le blond a forcément un projet qui me dépasse, que je ne comprends pas et c’est pour cela que je suis si effrayé à l’idée de le suivre. A cela ajoutons les actes dont je le sais capable et nous obtenons l’état proche de la panique qui me caractérise à mesure que le temps en sa présence s’écoule. « On est pas des vrais amis. Je te payais pour que tu le sois » Du bout des lèvres, je laisse échapper ces quelques mots avant d’enfoncer mes mains dans mes poches, dans un geste évident de protection.

      Cela ne m’empêche pourtant pas de le suivre, comme hypnotisé par le charisme dont il fait actuellement preuve. Je n’ai pas franchement conscience de ma faiblesse, ni de mon manque de libre arbitre tant il m’obnubile. Et la suite me heurte soudain. Je me prends à rougir, lorsque je comprends ce qu’il essaye de dire et mes dents agrippent mes lèvres en un geste nerveux. Incapable de lui répondre sur le champ, je laisse quelques secondes passer, avant d’enfin répondre à son attaque dissimulée. « C’est pas ce que je voulais dire. Tu sais très bien de quoi je parle. Si tu… essayes de me faire peur. Je m’en vais si t’essaye de me faire peur. Et puis d’façon, moi non plus j’ai pas faim ! » Sur ce dernier point pourtant, je mens comme un arracheur de dents. Autant sur le plan sexuel que sur le plan physique, je suis en manque. Je veux dévorer son énergie. Je veux profiter de son corps. Et pourtant, je n’exprime aucune de ces pensées, préférant hausser les épaules d’un air faussement décontracté qui contraste étonnamment avec l’expression de mon visage. Pourtant, je continue à marcher, fixe un point devant moi pour ne pas le regarder et ne fais donc que sursauter lorsqu’il me pose sa question. Mon regard s’évade une seconde sur son visage, comme pour déceler toute trace de malice mais revient bredouille observer mes chaussures. Gêné, je ne sais que lui répondre pour être suffisamment crédible, d’autant plus que la vérité est absolument hors de question. Du coup, je continue à avancer, shootant dans un caillou au passage. Une réponse tourne dans mon esprit depuis quelques secondes, mais je me trouve incapable de la cruauté dont je devrais faire preuve pour la répandre. Je garde donc le silence, une seconde, deux secondes, avant qu’implacables, les mots ne se décident à sortir, influencés par le souvenir des tourments qu’il m’a si longtemps infligé. « Parce que j’ai plus besoin de toi. T’es devenu inutile… » Et d’une certaine façon, ce n’est pas tout à fait vrai… ni tout à fait faux.

      _________________
        i just need some hope
        LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur

        Invité
        Invité






        MessageSujet: Re: why did you left me - eamon    Jeu 5 Nov - 3:21

             

        Eamon et Joshua

        Why did you left me?
        T
        umulte incessant, il pouvait presque voir la bataille intérieure qui se déroulait derrière les pupilles du pauvre garçon. Pourtant neutre, luttant fortement pour ne pas laisser de sourire malsain se dessiner sur son visage, Joshua tente tant bien que mal de mettre à jour les sentiments de son interlocuteur ; il n’a pas de raison de le craindre, ici, à la vu de tous, et pourtant, il semble lutter fortement pour se convaincre de prendre ses jambes à son cou.

        Il a l’impression d’être un dompteur, un dresseur devant un fauve plus fuyant qu’agressif. Il doit manier ses mots, ses gestes à la perfection pour que la créature consente à le laisser approcher assez pour qu’il puisse jouer de son charme, de son charisme, et que son sourire ne lui provoque plus le moindre tremblement. L’esprit et le corps semblent se déchirer pour prendre une décision, mais il est ravi de le voir s’avancer, à contrecœur certes, mais c’est toujours un pas de plus dans sa direction, un pas de mois vers la fuite. Les mots qui sortent de sa bouche semblent vouloir le transpercer, mais si il réagit par une légère moue, il ne s’en sent pas plus touché. Si ses mots avaient été réconfortants, lui même n’y avait pas cru une seconde, alors pourquoi lui en vouloir d’avoir découvert ce maigre mensonge. Le débat étant inutile, il se contente de le fixer, haussant une épaule comme pour se débarrasser de l’affirmation, la faire valser plus loin, la laisser derrière.

        Il a l’impression de discuter avec un gamin, un enfant qui tente de toute ses forces de lui renvoyer la balle, juste pour avoir de quoi répliquer, des contres-arguments à ses tentatives amicales de faire la discussion ; mais il n’était pas dupe, pas plus que l’était Joshua, et même si il tentait fortement de faire bonne impression, leurs petites séances étaient trop fraîches pour qu’Eamon se laisser berner aussi facilement de nouveau. Il est désolant de voir que tout ce que tu en retires, c’est le mal. Il penche légèrement la tête, l’évalue, le transperce de son regard. Autant être franc avec lui, éviter de lui répondre à demi, ou être évasif. Il est lui-même entrer dans le vif du sujet, alors autant en faire de même. De toute façon, aucunes oreilles indiscrètes ne traînaient. C’était lui, et Joshua.

        La marche reprend, sans réelle destination, il continue à ses côtés, silencieux après ses tentatives douloureuses de le repousser. Loin d’être découragé, le blond continue de réfléchir, de se remémorer leur rencontre, et plus les images défilent dans sa tête, plus il a envie de renouveler l’expérience. Il pourrait même affirmer sans aucune honte qu’Eamon lui a manquer, pendant cette vague absence, cette disparition de quelques semaines, mais ce n’est pas un fait qu’il prendra la peine d’énoncer à voix haute. Sa simple présence à ses côtés devraient un minimum témoigner de son intérêt envers lui, et l’intérêt de Joshua, pas grand monde pouvait se vanter de l’avoir. Bien qu’il ne soit pas forcément avantageux de l’avoir, au contraire.

        Lorsqu’il énonce sa dernière phrase, Joshua cesse tout mouvement, interrompant leur marche devenue rythmée à force de silence. Se plantant au beau milieu du chemin, il n’apprécie pas particulièrement cette hypothèse ; qui pouvait être réellement inutile? Tout le monde pouvait servir au dessein de tout le monde. C’était sans doute le brun qui manquait d’imagination, ou qui tentait lui-même de se convaincre. Le regard glacial de Joshua le regarda d’haut en bas, puis se détourna pour regarder ailleurs, le décors, la nature pitoyable du quartier en décombres, infréquentable pour les quidams les plus conventionnels.  L’irritation semble lutter pour faire surface sur ses traits durcit, mais il ne la laisse pas gagner, pas encore. Comme je le disais plus tôt, il est dommage que tu puisses te passer de moi, ami ou non. Admettre une faiblesse? Un petit manque? Peut-être, mais discrètement. Si seulement je pouvais en dire autant de ma situation, je le ferais. Enfin, il aurait été plus facile de me convaincre si je n’étais pas tomber sur toi par hasard. Et là, il s’autorise un sourire, glacial, se détachant drastiquement de ses mots se voulant rassurants, convainquant. Mais le hasard est dangereusement proche de l'ironie. Qu’il rajoute simplement. S’attendant à une nouvelle tentative d’éloigner par phrase lancée au hasard, faible défense, Joshua reste sur son point d’arrêt, bras croisés, regard fermé.

        GleekOut!
        Revenir en haut Aller en bas

        Féminin
        ↳ Nombre de messages : 651
        ↳ Points : 551
        ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
        ↳ Age : 27
        ↳ Avatar : Jack Falahee
        ↳ Age du Personnage : 27 ans
        ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
        ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
        ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
        ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
        ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
        ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
        ↳ Couleur RP : tan



        Feuille de perso
        ↳ Copyright: darkshines
        ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
        ↳ Liens du Personnage
        :



        MessageSujet: Re: why did you left me - eamon    Mer 11 Nov - 19:22


        C’est peine perdue. L’attirance inexorable que je ressens pour lui se manifeste en tout temps, lorsque mes lèvres prononcent le contraire. Bien sûr que j’essaye de m’affranchir de ce que je ressens pour lui. Bien sûr que j’essaye de le réduire à l’état de monstre. J’essaye simplement de me sentir mieux, de ne pas être effrayé par sa simple présence. Cela aussi n’est que poudre aux yeux. Ma faiblesse s’expose à lui, même si je fais de mon mieux pour la dissimuler. Il reprend la parole et ses mots, une fois encore, me glacent le sang. Je pourrais cesser de marcher, si mes pieds m’obéissaient réellement, mais le magnétisme s’émanant de lui est trop important pour cela. Je ne suis que pantin obnubilé par sa présence et incapable du moindre libre arbitre. A croire que lors d’une de ses séances, il m’a hypnotisé. Cette simple idée m’arrache un petit rire sec et je secoue la tête pour oublier ces pensées. « Si j’ai continué à venir, c’est que j’ai probablement ressenti du bien être à un moment… » J’hausse les épaules, me dédouane de l’importance de cette information avant de réfléchir un peu plus profondément à la question. Ce n’est pas le bien être qui m’a fait revenir. Au contraire d’ailleurs. C’est plutôt le fait de m’enfoncer de plus en plus profondément dans le mal être qui m’attire tant. Je me sentirais presque bien à l’idée d’être considéré comme le sous homme que je crois être… ou que je suis. Et cette folie me transperce de part en part. Je la refuse, m’obstine à rester positif sur ma propre personne et relève le menton, mu d’un tout nouveau courage. Je parle, il semble m’écouter, mais s’arrête soudain.

        Mimétique, je me stoppe, redresse le regard pour le plonger dans le sien et c’est un nouveau frisson qui me parcoure. Je serre les mâchoires, redresse les épaules et attend la réponse qui ne saurait tarder… probablement. Profondément surpris par sa répartie, je sens mon cœur se serrer doucement à l’idée de l’avoir blessé. Ce n’est pas dans ma nature que de faire du mal aux gens qui m’entourent et je cherche déjà des excuses lorsque sa voix s’étire entre nous. Mon nez se fronce, je réfléchis aux mots qui sauront me faire pardonner, mais il ne s’arrête pas. Les mots se suivent, allongent la situation déjà inconfortable pour la rendre absolument invivable pour moi. Le moment vient, je recule d’un pas pour m’assoir sur le muret derrière moi et enfin, je baisse les yeux, plus pour me dérober à son jugement que pour me séparer de ses prunelles. « C’était pas vrai Joshua… Ce que j’ai dit. C’était pas vrai. » Ma voix s’élève, si basse qu’elle pourrait être un rêve, mais je n’ai pas la force d’hausser le ton. Du moins pas immédiatement. Après un long soupir pour reprendre contenance, je me redresse légèrement, juste assez pour prononcer, juste assez fort pour qu’il m’entende cette fois. « C’était pas vrai. Je peux pas te dire pourquoi j’ai arrêté de venir. Mais c’est pas de ta faute. » Et je ne me rends pas compte de l’horreur que je viens de prononcer.

        Lui n’est qu’un bourreau, un homme qui se délecte de ma faiblesse pour me rendre encore plus geignard, plus peureux. Il se joue de moi, depuis le tout début, mais je m’aveugle. Prends pour réalité ses mots rassurants, son sourire et ses magnifiques yeux.  Il n’est que mon bourreau, mais je lève mon visage vers lui, afin de lui offrir la noirceur de mon âme, reflétée dans mes yeux. « Y’a pas de hasard. T’as été mis sur ma route, juste pour me faire comprendre à quel point j’ai besoin de toi. » J’invoque Dieu, l’impose dans ce que Joshua appelle le hasard et serre les lèvres pour m’empêcher de continuer. Peine perdue… « On va où alors ? »

        _________________
          i just need some hope
          LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
          Revenir en haut Aller en bas
          Voir le profil de l'utilisateur

          Invité
          Invité






          MessageSujet: Re: why did you left me - eamon    Ven 4 Déc - 22:57

               

          Eamon et Joshua

          Why did you left me?
          T
          ouché. Il avait su choisir les bons mots pour faire poindre une légère culpabilité chez Eamon. Petite confession, il avoue son mensonge que Joshua avait pu détecter des milles à la ronde. Sa défense avait été plus qu’inutile, et il semblait finalement s’en rendre compte en abaissant les remparts un a un. Attentif, il l’observe perdre bataille sur le muret. Ses jambes ne peuvent-elles donc pas supporter la vérité pour qu’il puisse tenir debout par lui-même? Joshua s’approche lentement, comme si il avait peur d’effrayer la pauvre biche qui se trouvait devant lui. Un peu plus et il lui aurait carrément tendu une main pour le nourrir, mais c’était lui qui se nourrissait du moindre mot qu’Eamon lui donnait. Il se sentait gonfler de bonheur, beaucoup plus confiant qu’au début de leur rencontre, il savait qu’il était en état d’en jouer, de pousser un peu plus. ‘’Je sais que ce n’est pas ma faute.’’ Qu’il laisse échapper lentement. Il continue de s’approcher, menaçant mais doucement, la ligne entre le danger et la douceur se dessinant parfaitement entre son sourire glacé et son regard compréhensif. ‘’Et je suis ravis que tu le comprennes.''

          La distance fini par se faire nulle entre le brun et le blond. Conscient de n’avoir aucun regard sur eux, il s’invite dans la zone de confort d’Eamon, la proximité s'agrandissant davantage lorsqu’il pose ses mains sur le muret de part et d’autre du garçon. Car si il s’appelait homme, Joshua ne voyait rien d’autre qu’un enfant effrayé devant une certaine autorité. Autorité dont il abusait dès qu’il en avait l’occasion, à son plus grand plaisir.

          Conscient de braver les interdits, il ne s’approche qu’assez pour pouvoir contempler la noirceur de son regard. Il y plonge quelques secondes avant de se redresser, convaincu. ‘’Je te proposerais bien de venir chez moi, mais il me semble que tu n’y apprécies pas trop la décoration.’’ Il se retourne, hausse une épaule en tentant de trouver une idée créative, mais il préfère laisser l’autre se creuser la tête à sa place. Revigorer d’une nouvelle énergie, il se sent excité et hyperactif, d’un coup. Comme si il n’avait pas eu d’eau pendant des semaines, et qu’Eamon lui offrait sa première gorgée depuis.

          Mais il commence déjà à s’éloigner à grands pas, laissant l’homme derrière lui. Il cherche rapidement, désirant ne pas laisser passer cette chance qu’il lui offre, surtout après une rencontre aussi hasardeuse. ‘’Un café? Une chambre? Un bar? Restaurant ! Tu as faim Eamon? Tu veux manger quelque chose?’’ Il s’agite, puis se retourne, ne sachant même pas si il l’entend tellement il s’est éloigné rapidement, électrisé par ses aveux, le pouvoir lui montant à la tête.

          Il s’arrête de nouveau, tellement sèchement que si quelqu’un l’avait suivit, il aurait pu le percuter violemment, se retourne, constate son compagnon et tente de se calmer, les voix dans sa tête se disputant joyeusement sur le scénario à venir. Déconcentré, il tente d’écouter quelques suggestions, mais n’arrive pas à suivre leur conversation, ne captant qu’à quelques moments le mot ‘’sang’’ et ‘’entrailles’’. Il se passe une main dans les cheveux, respire doucement, s’en voulant d’avoir perdu légèrement le contrôle de son enthousiasme. Mais Eamon le connaissait, et il n’en était pas à sa première manifestation de joie, bien que les dernières fois le décor était beaucoup moins rassurant. ‘’Je te laisse décider. Évidemment.’’ Évidemment, parce que si c’était lui qui décidait, il craignait qu’Eamon change d’avis et s’enfuit rapidement pour ne plus jamais lui parler. Ce serait malheureux. Beaucoup trop malheureux pour lui qui tentait tant bien que mal de chasser l’ennuie de sa vie. Son sourire glaciale ne quitte pas son visage. Impossible de l’effacer, de le réprimer. Joshua ne peut que sourire en s’imaginant ce qui pourrait en sortir de cette rencontre.


          GleekOut!
          Revenir en haut Aller en bas

          Féminin
          ↳ Nombre de messages : 651
          ↳ Points : 551
          ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
          ↳ Age : 27
          ↳ Avatar : Jack Falahee
          ↳ Age du Personnage : 27 ans
          ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
          ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
          ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
          ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
          ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
          ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
          ↳ Couleur RP : tan



          Feuille de perso
          ↳ Copyright: darkshines
          ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
          ↳ Liens du Personnage
          :



          MessageSujet: Re: why did you left me - eamon    Dim 20 Déc - 18:26


          Ma tête me tourne légèrement lorsque les sensations diverses et variées viennent me prendre, s’incruster dans chaque parcelle de mon esprit. Animal apeuré entre les doigts de son prédateur, je ne peux rien faire d’autre que laisser les faits se faire lentement, douloureusement. Ses propos, froids, viennent à leur tour gratter mon crâne en une douloureuse litanie qui se transforme lentement en migraine. Son rapprochement soudain n’aide en rien et lorsque tous mes muscles se tendent, je me trouve incapable de m’échapper de son emprise qu’il renferme lentement, mais sûrement autour de moi. Ses griffes enserrent mon cœur et l’empêche de battre normalement, pourtant je n’esquisse qu’un sourire en réponse. L’échafaud ne m’effraie plus qu’à moitié lorsque je retrouve les sensations qu’il a su faire naître en moi dans le passé et qu’il réveille maintenant de sa simple proximité. Mes barrières chutées ne l’empêchent pas de s’incruster en mon sein et de venir titiller mes sens. Son odeur vient jusqu’à mes narines et je voudrais fermer les yeux pour mieux m’imprégner. Je ne peux pourtant pas continuer mon petit jeu que d’autres paroles viennent me heurter. Ravi que tu le comprennes… Soudain infantilisé, je rougis soudain et voudrais me terrer dans un trou de souris pour ne subit l’humiliation d’être considéré ainsi par mon ami. Bien sûr que je ne peux prétendre à la plus grande virilité, je crois pourtant m’illustrer suffisamment dans certains domaines pour ne pas être dévalué de cette façon. Je me referme donc juste assez pour ne pas le laisser pénétrer mon palpitant plus avant et redresser le menton pour planter mon regard sombre dans son azur.

          Le contact ne dure que quelques secondes avant qu’il ne se redresse soudain. Ses mots de nouveau, viennent me heurter et une culpabilité légère me prend aux tripes, juste assez pour me faire détourner le regard vers les alentours. La rue déserte ne me rassure pourtant pas une seconde et je suis bien content soudain de le savoir si loin de moi. L’idée de me faire voir, en présence d’un homme, m’effraie et je ne voudrais pas terminer en prison par la faute de l’étudiant en psychiatrie. « C’est pas la décoration que j’aime pas chez toi ! » Réponse inappropriée et inutile, qui a pourtant jaillie, en simple signe évident de mon intérêt pour lui. Déjà pourtant, il s’éloigne, si vite que l’on pourrait croire à une fuite. Il n’en est pourtant rien, son excitation est bien visible, il s’extasie de ce qu’il pourrait se passer ensuite, cette situation me blesse, me frustre et m’empêche de me réjouir à mon tour.

          Par réflexe, je viens pourtant derrière lui, plus lentement, réfléchissant à vive allure sur ses propositions qui ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Quelque chose pourtant me gêne, m’empêche de totalement me laisser aller à l’euphorie qui découle de chaque pore de sa peau. Il e laisse décider, je ne suis pourtant pas dupe et n’ignore pas une seconde qu’il tente de me rassurer par ce procédé. Cela fonctionne, d’un côté, mais les secondes aidant, je me retrouve désormais bien moins sûr à l’idée de le suivre, quelque part, n’importe où… Tout simplement parce que je ne sais pas quoi faire avec lui. Que j’ignore ce que je serais capable de supporter dans l’état dans lequel je me trouve présentement. « Joshua ! Attends ! » Dans le mouvement, j’attrape ses doigts, le force à me regarder de nouveau et le lâche, comme brûlé par le contact qui s’est fait presque oppressant. Lentement, ma salive trace son chemin dans ma gorge, brûlante, et il me faut un mouvement de tête pour quitter la simple emprise de ses prunelles sur mon être entier. Son sourire pourtant, au contraire, me glace et enfin, je nomme le malaise qui me parcoure depuis maintenant plusieurs minutes. Joshua… Qu’est ce qu’il va arriver après ? Quand tu en auras marre de moi ? Parce que ça va arriver, je sais que ça va arriver. Et après je redeviendrais juste un nom dans ton repertoire… Pourquoi tu continues à m’utiliser comme ça t’arrange ? Ce sont les mots que je voudrais prononcer, mais qui s’étranglent dans mon œsophage, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de ma rebuffade. « Chez toi Joshua. On va chez toi. » Jusqu’à ce que seul l’acceptation ne franchisse mes lèvres.

          _________________
            i just need some hope
            LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
            Revenir en haut Aller en bas
            Voir le profil de l'utilisateur
             

            why did you left me - eamon

            Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
            Page 1 sur 1

             Sujets similaires

            -
            » Ajouter 2 images (left et right) à coté du logo
            » Left 4 Dead : Le Gros Guide Tactique
            » Steam Community: Groupe Le CBNA
            » Soucis d'affichage sous Explorer et Chrome du tableau d'info personalisé
            » Fond de page changant selon la résolution?

            Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
            CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-