AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Giulietta# She said that the law will never take her alive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 246
↳ Points : 435
↳ Date d'inscription : 01/10/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Tuppence Middleton
↳ Age du Personnage : 28 ans en apparence, 538 en réalité
↳ Métier : Riche veuve, rédactrice au blackbird, peintre à la Menrva
↳ Opinion Politique : Révolutionnaire, elle est totalement contre ce gouvernement, même si en apparence elle semble le soutenir.
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : ☞ HURTS - the crow ☞ MUMFORD AND SONS - ghosts that we knew ☞ JON MCLAUGHLIN - fire away ☞ LABRINTH - beneath your beautiful ☞ SAM SMITH - stay with me ☞ WE THE KINGS & DEMI LOVATO - we the dream ☞ OLLY MURS & DEMI LOVATO - up ☞ MR. BIG - to be with you ☞ AMBER RUN - i found ☞ LAURA PAUSINI -la solitudine
↳ Citation : Where my heart goes, i'll go!
↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Eamon Grimes



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Jeu 1 Oct - 22:17


« I pray every single day for a revolution »


Giulietta Monicelli


© fuckyestuppencemiddleton
537 ans & 27 ans d’apparence bisexuelle, mais frigide
Hellraisers ft Tuppence Middleton


Date et lieu de naissance :
C’est dans une matinée chaude de l’année 1478 que je vois le jour dans la ville de Florence. La date exacte a sombré dans l’oubli, aussi j’utilise le jour de ma renaissance comme date d’anniversaire, à savoir le 14 mai.
Forme animale :
Jusqu’à très récemment, j’avais l’habitude de me transformer en colombe. Mes ailes sont désormais coupées, je ne suis plus qu’humaine… et maudite.
Métier :
Officiellement, je ne suis que la veuve de mon époux. Officieusement par contre, je suis rédactrice au blackbird, ainsi que peintre pour le compte de la Menrva.
Force :
Mes capacités d'actrice m'ont toujours tenu compagnie dans la vie. Capable de me faire passer pour ce que je désire, j'impose aux autres mon propre défaut en leur faisant croire monts et merveilles. Cette duplicité me permet d'être de plein pied dans ce gouvernement que j'exècre, tout en étant pourtant de tout coeur avec la résistance.
Faiblesse :
Un peu trop naïve, je ne peux m’empêcher de voir le monde en rose alors que le noir lui sied bien mieux dernièrement. Je ne peux que chercher le positif autour de moi et cela m’empêche de voir ce qui m’entoure sous son réel aspect. Pire, je me laisse facilement convaincre de choses pourtant aberrantes, il suffit de savoir me parler pour me faire croire ce que vous désirez.
Avis sur le Gouvernement :
Esprit libre, depuis ma tendre enfance, je suis contre toute forme d’autorité. D’autant plus lorsqu’il s’agit d’une tyrannie à peine dissimulée sous des aspects démocratiques. Je l’exècre tant qu’il m’a fallu entrer chez les opposants. Une révolution est en marche et je compte bien être en tête de ligne. J’œuvre pour la résistance depuis déjà un bout de temps. Mon mariage en était l’une des preuves.
Particularité :
☦ Depuis les débuts de ma vie, je suis malheureusement frigide. Pourtant toujours bien entourée, je devrais me pâmer et rechercher leur présence de façon plus intime, mais j’ai toujours été incapable de ressentir le moindre désir sexuel. Cela ne m’empêche pas d’avoir des relations bien sûr, mais je n’ai jamais rien ressenti. Aucun frisson, aucun désir… juste l’immensité de l’indifférence.

☦ Avec l’avènement de ce gouvernement, je n’ai rien trouvé de mieux à faire que de laisser un homme tomber amoureux de moi. Un haut placé. Ministre. Incapable de laisser passer une occasion aussi belle, j’ai entamé une relation et me suis marié avec cet homme, qui représentait pourtant tout ce que j’exècre. L’occasion pour moi d’entrer de plein pied dans la résistance, avec des informations glanées sur l’oreiller ou dans ses papiers. Malgré toute l’aversion que je pouvais ressentir à son égard, je me retrouve désormais attristée par sa mort récente. Prise à mon propre piège, je regrette de ne pas avoir plus profiter de notre relation…
SWAN

naïve ☦ déterminée ☦ têtue ☦ libre ☦ frigide ☦ calculatrice ☦ rêveuse ☦ main de fer dans un gant de velours ☦ diplomate ☦ enthousiaste ☦ patiente ☦ dangereuse ☦ discrète ☦ intrépide ☦ artiste ☦ sociable ☦ opportuniste ☦ superstitieuse ☦ bonne actrice



père castor, raconte-moi une histoire





Florence, 1494
Allongée dans l’herbe, j’observe le ciel si bleu, sans nuage, une main levée pour me protéger des rayons magnifiques du soleil. Un fin sourire orne mes lèvres fines alors que la chaleur se répand doucement sur ma peau. Paume vers le haut, je respire l’air frais et pur de la campagne florentine. C’est insouciante que je suis dernièrement et comment pourrait il en être autrement ? Les ennuis ne sont qu’un souvenir lointain dont je ne me préoccupe nullement. Rien dans mon esprit ne saurait être plus agréable que la vie que je mène maintenant. Mes yeux se ferment sous le bien être que je ressens, je voudrais rester là à jamais, juste dans l’optique de conserver cette existence bénie. L’ombre envahit soudain mon visage et une pression se fait sentir sur ma main lorsque des doigts viennent l’enserrer avec douceur. Des lèvres chaudes, agréables viennent soudain caresser mon front et mon sourire se fait juste un peu plus large. Mon regard vient se plonger dans l’azur du sien, mon cœur s’affole et dans l’effervescence soudain, je viens voler un baiser à mon ami le plus proche. Rapidement, je viens me mettre sur mes coudes et le ventre, afin de lui faire face, l’air étrangement rêveur. Lui semble un brin soucieux, sans que je puisse en définir la raison. Mes sourcils se froncent, je m’inquiète une seconde, avant qu’il n’ouvre finalement la bouche. « Giulietta… J’ai un problème. L’inspiration me fuit. Ce n’est pas de ta faute bien sûr. Tu restes la personne la plus belle que j’ai jamais vu et je n’ai qu’à te regarder pour avoir des milliards d’idées. Mais je suis désormais obsédé par une chose… impossible. »

Désormais intriguée, je me redresse totalement et viens m’assoir finalement sur ses genoux pour venir lui caresser la nuque, en ce geste qu’il aime tellement. Ses yeux se ferment, il savoure le contact et malgré l’inquiétude toujours présente, je lui offre un nouveau sourire. « Rien n’est impossible Vincenzo. Explique moi. » Son regard m’évite, sa main me quitte, il se relève et évince mes mains ainsi que mon contact. Visiblement perturbé, il s’agite et commence cent pas d’hésitation. Mes yeux s’arment d’inquiétude et de retour au sol, j’ouvre la bouche, sans pour autant pouvoir prononcer un mot. L’anxiété me tord le cœur et j’attends le moment où il m’annoncera qu’il a trouvé une nouvelle muse, un nouvel amour. Le souffle me manque, mais je parviens à rester devant lui, forte et pleine de dignité. Je lève le menton doucement et m’apprête à m’en faire volte face pour l’empêcher de voir mes larmes naissantes, mais il m’en empêche de sa voix mélodieuse qui se fait de nouveau entendre. « J’ai besoin que tu changes. » L’incompréhension me gagne soudain alors que chacun de ses mots s’insinue contre mon cœur. Changer ? Je ne comprends pas où il veut en venir, mais il m’explique rapidement ce dont il est question. J’imagine une blague et lui offre un rire clair, mais ses traits sérieux m’incite à l’écouter un peu plus sérieusement. C’est étrange, totalement farfelu mais des rumeurs circulent après tout à propos d’un homme florentin qui défierai les lois de la nature. Pourquoi mon peintre ne pourrait il pas le faire à son tour ? Ma bonne humeur retrouvée, j’approuve finalement sa demande. De femme, je deviens métamorphe. De muse, je deviens perfection. Cela bien sûr, avant de me rendre compte de ce que cela implique…


Florence, 1501
« Vincenzo ! Tu es là ? » Le silence me répond, je ne m’en formalise pas et entre tout de même dans son atelier, prête à l’attendre. Un bruit métallique résonne bientôt derrière moi et je sursaute alors que la porte se verrouille finalement. Devant moi, elle est là. Cette superbe créature que j’admire depuis quelques temps. Sa beauté est légendaire et reconnue dans toute la ville, je m’incline d’ailleurs. Tous les compliments dont on m’affuble sont immérités si elle n’a entendu plus beaux auparavant. Lumineuse, je lui souris et polie, je la salue de façon tout à fait respectueuse, toujours trop admirative de ce qu’elle est pour oser lui parler. C’est lorsqu’elle sort de la pénombre, que sa colère, défigurant ses traits, m’assaille soudain. Plusieurs secondes me sont d’ailleurs nécessaires pour me rendre compte que j’en suis l’objet. L’incompréhension vient remplacer mon expression solaire rapidement et je recule d’un pas, soudain effrayée. « Je peux vous aider ? » Douce mais faible, ma voix s’élève soudain entre nous mais son visage ne s’altèrent pas. Aucun son ne s’extrait de ses lèvres délicieuses, rien ne vient m’expliquer son agression. Lentement, elle sort de derrière son dos une arbalète, armée d’une flèche dont la brillance me fait soudain frissonner. « Mais je… Pourquoi cette arme ? Je n’ai… rien fait. » Elle ricane soudain et ma chair de poule se répand sur la moindre parcelle de mon corps. Doucereuse, sa voix s’élève enfin et ses propos emplis d’injustice et rancœur m’attaquent. « Une abomination comme toi ne devrait pas exister en son lit. Tu ne le mérites pas. Tu n’es rien. Rien qu’une fille de paysan. Rien du tout. Il  vaut mieux que toi ! C’est de moi dont il doit s’inspirer et non pas d’une … Meurs ! » Sa flèche s’élance soudain et semble presque actionnée par le son de sa voix tant la coïncidence est frappante.

Par réflexe, je cherche la transformation, mais elle s’est à peine enclenchée que la pointe vient s’imposer dans ma poitrine, juste à côté de l'épaule. Je chute au sol sous la force de l’assaut et la dame pousse le vice à venir tout prêt de moi. Elle pose sa main sur ma joue, avec une douceur qui contraste étonnamment avec sa hargne précédente et d’un geste plus qu’irrespectueux, elle crache sur ce qui devrait être ma dépouille. « Que ton âme soit maudite. Maintenant et à jamais dans les enfers. Je te maudis jeune insouciante… Dans toutes les vies que tu pourras avoir… » La douleur m’empêche de répondre, elle se répand dans chaque once de mon corps et je sens le sang jusque dans ma gorge. C’est insupportable, ça me brûle, mais je suis incapable de me transformer afin de limiter la casse. C’est impossible et ses propos résonnent dans ma tête, inlassablement, ajoutant encore à la géhenne.


Florence, 1502
Réveil étrange, les ailes ont remplacés mes bras, ma bouche s’est changée en bec… La colombe a pris pleinement possession de moi, je suis désormais incapable de redevenir humaine. C’est une sensation étrange. Quelque part dans l’aile, une douleur fantôme persiste encore juste un peu, juste assez pour me rappeler cette femme, pleine de jalousie et de rancœur. Ses mots traînent dans mon esprit embrumé et un étrange doute me prend soudain. Tout en élançant ma légèreté dans les airs, je prends la direction de son atelier, mue par un très étrange pressentiment. Là bas, l’horreur me prend, son corps sans vie repose et juste à côté, celui de cette folle, un couteau en travers du corps. Un chant douloureux m’échappe et j’observe, impuissante, celui qui a partagé ma vie depuis si longtemps. Je ne peux que fondre sur eux, malmener la main qui le tient avec une possessivité qui me rend malade, de mon bec jusqu’à ce que cela ne ressemble qu’à de la charpie. Et dans un ultime geste clairement inutile, je viens me blottir contre lui et tente d’apaiser ma douleur contre sa peau si douce…


Nouvelle Orléans, Septembre 2013
Le changement a été rude, lorsque d’un coup mes ailes sont redevenues bras. Je ne m’y attendais pas une seconde tant ma routine en tant qu’oiseau a été longue et huilée. La chute de ma splendeur a été rude et je bénis n’avoir été que quelques mètres en hauteur seulement. Emprisonnée depuis si longtemps dans cette enveloppe de colombe, marcher a été difficile et les questions me tourmentaient tant elles ont été nombreuses. La plus importante pourtant, concernait Vincenzo. Je n’ai pu que me demander si mon retour à la vie humain incluait la sienne. Et après quelques recherches, j’ai finalement eu ma réponse, d’une si cruelle façon. Je l’ai retrouvé, sous ces hospices bienveillants que l’on a pu trouver à la Nouvelle Orléans après cette vague de froid. Il ne m’avait pas oublié, bien entendu, mais son rejet immédiat a été d’une douleur telle que pour la première fois, j’ai bu. Tant et tellement que mes souvenirs suivants baignent dans le flou. C’est une paire d’yeux qui d’une intensité rare qui me vient en tête très souvent. Je ne me souviens pas des détails, ni même du visage de l’homme. Je ne sais qu’une seule chose. C’était la première fois. La seule fois. Celle où j’ai ressenti quelque chose. Celle ou le sexe n’était plus un acte primaire effectué dans une obligation tacite, mais un plaisir intense. Sensation que je n’ai jamais retrouvé depuis…


Nouvelle Orléans, 2014
Ces yeux… Cela fait pourtant plusieurs semaines que nous nous fréquentons. Plusieurs rendez-vous où jouer la femme parfaite n’est qu’une formalité. Et ces yeux continuent de me perturber. Comme une impression de déjà vu dont je ne parviens pas à me débarrasser. « Tu le fais encore. » Mes prunelles se plongent dans celles qui me perturbe tant et j’éclate d’un petit rire cristallin qui sonne faux, même à mes oreilles. Il n’y voit que du feu et ris en retour, persuadé d’être un tombeur de qualité et vient même remettre une mèche derrière mon oreille. « Des fois je me dis que tu vis dans un autre monde. Un ange tombé parmi les hommes. » Malgré moi, je ne peux m’empêcher de trouver cela mignon, même si le cliché résonne étrangement dans ma cage thoracique. Je sais que je lui plais, c’est une évidence et malgré la mission que je me suis imposée, j’éprouve quelques remords à me servir de l’homme ainsi. Un coup frappé à la porte me fait frissonner soudain, tout comme son changement d’attitude. « Ne bouge pas. Je reviens au plus vite. » Il s’éclipse, mais loin de rester à ma place, je m’approche, me fond presque dans le mur, dans l’optique simplement d’écouter. Et la honte disparaît au profit de la colère. Chaque mot, chaque phrase, chaque décision l’implique un peu plus dans l’horreur de ce gouvernement. Et mon dégoût de l’homme vient définitivement remplacer chaque once de tenaillement que j’ai pu ressentir à l’entendre me parler si précautionneusement. Une larme incontrôlable m’échappe, preuve de la croyance que j’éprouvais encore à le penser innocent. Il ne l’est pas.

Les pas reviennent vers moi et je me précipite vers la table où trônent encore les restes de notre repas et d’un sourire hypocrite, je l’accueille, lorsque bout en moi l’envie de m’enfuir en courant. Mon rôle n’est pourtant pas terminé alors je reste en place, juste là, devant son regard qui me perturbe toujours autant. « Giulietta… Je suis désolé qu’il soit venu nous importuner. D’autant plus… » L’improbable arrive soudain lorsque d’un geste, il vient se mettre à genoux devant moi. Rêve de petite fille qui n’a jamais été exaucé. Cauchemar d’adulte qui ne parvient pas à refouler sa haine au fond de son cœur. Acceptation de la résistante, qui ne peut refuser une telle opportunité d’information. Calculée, ma main vient épouser ma bouche dans un mouvement de surprise et un gémissement de ravissement m’échappe lorsqu’il ouvre une boîte pleine d’un luxe que je n’aurais jamais pu imaginer. « Elle est magnifique. » Que je souffle, troublée malgré moi par l’amour évident dont il fait preuve à mon égard. Stupide homme. La salive peine à tracer son chemin dans ma gorge lorsque je lui réponds finalement positivement et que je viens me pencher pour prendre ses lèvres, qui par une habile manipulation de mon esprit, goûtent étrangement le sang des personnes qu’il condamne par ses actes. Pacte avec le démon, dans une optique de paradis.



Nouvelle Orléans, Août 2015
Une larme, une perfide, quitte mon œil, s’étend sur ma joue alors que je fixe d’un regard vide le cercueil devant moi. Meurtre commis par l’un des miens, que j’ai probablement aidé à orchestrer de mes trahisons et espionnages. Meurtre d’un homme que je hais du plus profond de mon cœur. Celui qui a partagé ma vie depuis plus d’un an et c’est un vide étrange qu’il laisse dans mon cœur. Je le constate alors qu’un sanglot bloque ma gorge, m’empêche de respirer normalement. Le temps imparti d’une veuve éplorée normalement constituée est écoulé, pourtant, je ne parviens pas à quitter le côté de mon époux que je regrette soudain maintenant que la mort s’est emparée de lui. Ma mâchoire se serre soudain et sans plus perdre de temps, je remonte dans la voiture de luxe qu’il m’a laissé derrière lui et parcoure les kilomètres qui me sépare de mon lieux de rendez vous suivant. Pragmatique, je ne perds une seconde pour dilapider l’héritage qu’il m’a laissé. Pourtant, je ne compte pas me destituer de mon rôle pour autant et c’est en dame distinguée, de la haute société, que je débarque. La méfiance se lit sur tous les visages qui m’entourent, mais je ne m’en formalise pourtant pas, trop pressée de faire affaire. « Mon don. Deux dizaines de tableaux de maître. De quoi amasser une petite fortune n’est ce pas Mantegna ? » Mon sourcil s’arque à l’image du sien et je sais que je viens de faire un simple pas, vers la suite de mon périple…


Nouvelle Orléans, Septembre 2015
« AHHH » Cri strident qui s’échoue sur les murs de la demeure désormais trop grande, en un désagréable écho. Face à moi, l’ignominie d’un visage qui n’est pas le mien. Le miroir reflète une abomination qui me donne envie de vomir. Ce n’est pas moi. Ce ne sont pas mes traits et cela m’effraie plus que je ne saurais l’expliquer. Que ton âme soit maudite, maintenant et à jamais… Les mots résonnent soudain dans ma tête et je recule d’un pas pour me soustraire au reflet effrayant que je renvois. Encore cette malédiction qui se répercute dans chacun de mes os, de mes muscles jusque dans mon esprit que je sens malade. D’une curiosité maladive, j’avance de nouveau vers le miroir, comme pour m’assurer de ce que j’ai vu. L’horreur est toujours là, agressive pour mes rétines, pour chaque parcelle de moi. Indicible, le besoin de m’en débarrasser se fait impérieux et d’un geste rageur, je viens soudain écraser mon poing dans le miroir qui éclate en morceaux sous la force de l’assaut. Ma peau s’abime sur le champ et je pousse un nouveau cri en constatant l’étendue des dégâts. Elle est noire, mon enveloppe, elle se fait manger par l’invisible et semble se nécroser étrangement. Alors par réflexe, comme à chaque fois que je me blesse, je cherche la transformation, je cherche à m’échapper de cette douleur qui m’a pris. Incapable pourtant, d’ouvrir mes ailes, j’assiste impuissante au refus de mon corps à m’accorder la grâce que je demande. Cette fois, je prends pleinement conscience de ce qui m’arrive… L’incantation produite par ma vieille ennemie du passé semble prendre pleinement possession de ses moyens, me privant de la blancheur de la colombe et m’affublant d’un reflet dont je me serais bien passé. L’ignorance de ce qui me prend me fait trembler, me fait douter, me fait du mal. Ma tête tourne, cherche par tous les moyens une échappatoire à la noirceur qui se referme autour de moi. « Vincenzo… » Le nom s’impose soudain. Responsable de tous mes maux, de cette furie qui m’a maudit, de cette géhenne qui pèse sur mes épaules. Lui, mon ancien amant, qui m’a condamné à des siècles de bestialité. Lui, mon ancien amour, qui ne m’accordait plus aucune importance après sa sortie des enfers. Lui, l’homme que je vais enfin tuer. Je ne suis pourtant pas violente, pas plus animée d’envie de vengeance… Pourtant là, c’est un besoin, une envie que je ressens au plus profond de mon âme. Je dois m’en débarrasser, juste pour enlever l’épine de mon cœur, de mon âme meurtrie par son abandon…




file-moi ton stylo, j'ai plus d'encre


Sujet 3:
 

Temps de combat. L’heure n’est plus aux cachotteries, ni aux coups en douce. Maintenant il faut se battre, se maintenir en première ligne et défaire ce gouvernement que j’exècre tant. Les cris fusent tout autour de moi, les grognements de douleur ainsi que les grondements du tonnerre les couvrent juste à peine et c’est dans cette ambiance guerrière que je me trouve maintenant. Une pierre, arme dérisoire entre mes doigts, est lancée en direction des forces de l’ordre, dans une provocation évidente. Ma présence ici n’est pas des plus judicieuse, ma place n’est pas sur le terrain, mais en arrière, dans l’ombre des grands dans laquelle je me fonds pour permettre à mes collègues résistants d’organiser des évènements comme celui là. Cette fois pourtant, je ne peux pas rester cachée, ma soif de violence soudaine a fondu sur moi et simple pantin entre ses doigts, j’obéis à ses pulsions. Une autre pierre m’échappe et vient s’écraser dans un craquement sinistre sur la tête de l’un de mes opposants. Leur attention se focalise sur moi, des paires d’yeux se déposent sur mon visage et d’un réflexe, je tourne les talons et me met à courir. L’impensable est arrivé. Remarquée dans la masse pourtant indistincte des résistants, mon anonymat est compromis. Cette simple idée me hérisse le poil et j’accélère le pas alors que le souffle se fait rare dans mes poumons. Je ne suis pas une sportive, je ne l’ai jamais été et cette course me vide de toute énergie. D’autres m’accompagnent, me dépassent et je reste surprise de ne voir personne me rattraper. Cela ne saurait pourtant pas tarder. Mon cœur s’emballe, mes muscles brûlent et une bile douloureuse remonte le long de mon œsophage dans l’optique de s’en éjecter. Le temps pour moi de m’arrêter.

Chaque respiration me brûle, chaque muscle me tire mais je relève la tête, dans l’optique de me trouver une cachette où me dissimiler et laisser la tempête s’apaiser. Seul le chaos se traîne pourtant sous mes yeux alors que le bâtiment dans lequel j’allais m’engouffrer s’effondre soudain devant moi. La poussière s’élève dans les airs, m’impose une toux rauque, agresse mes yeux que je ferme, incapable de contempler la scène plus longtemps. Ce sont les cris, les supplications, qui me sortent de ma léthargie, me font ouvrir les yeux. Mes prunelles se déposent d’abord sur un nuage de fumée que je ne parviens pas à percer. Seuls les sons semblent capables de passer et en échos, d’autres cris me parviennent de derrière. Tous indistincts, je me sens perdue, incapable du moindre mouvement, sous le choc. Bientôt pourtant, une paire d’ambre vient percer le nuage sombre et s’imposer dans mon regard perdu. Ce sont des yeux, incisifs, emplis d’une douleur indescriptible et d’une supplique muette. Ce sont sur ses gémissements que je me concentre, juste assez pour sentir mon cœur se briser. Mon premier réflexe est de me précipiter vers elle, pour la sortir des décombres et l’empêcher d’émettre ce son qui hérisse tous mes poils. Je m’élance, dans l’optique évidente d’aller l’aider lorsque des pas derrière moi se font soudain entendre. Si proche que je n’ose me retourner de peur d’exposer mon visage une fois de plus.

Hésitation, mon cœur se déchire entre ma tâche et mon devoir. Je ne peux m’empêcher de penser que la secourir maintenant ne serait qu’une bonne action sur le court terme lorsque ma mission est beaucoup plus profonde que cela. Plus importante aussi. Plus importante que sa vie, que la mienne probablement, mais elle n’est pas finie dans mon cœur. Alors dans une douleur insupportable, véhiculée par l’épine de la trahison soudain plantée dans mon cœur, je détourne le regard de la blessée. « Désolée. » Je recule d’un pas dans un murmure et mon souffle retrouvé par ma pause imposée, je reprends ma course, évitant consciencieusement d’écouter les cris et demandes des blessées. Mon temps est compté et je ne peux le dépenser en m’apitoyant sur le sort de malheureux infortuné. La chance est malheureusement pour eux de mon côté et je ne peux la gâcher… Pas sans le regretter ensuite.


Whatever • Lily  • 26 ans


Pays:
France
présence :
tous les jours
MID c'est quoi pour toi :
l'histoire de ma vie
et le règlement, tu l'as lu?
nah j'suis une rebelle!
un dernier mot?
vous êtes le soleil de ma vie



_________________
    your love has powers over me
    WHO SAID WE HAD IT ALL? OUR HEARTS NO LONGER LIE WHO KNEW THE VEIL WOULD FALL, WHO'D GUESS THAT WE WOULD CRY?
    roller coaster


      Spoiler:
       


Dernière édition par Giulietta Monicelli le Lun 12 Oct - 17:21, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Jeu 1 Oct - 22:32

Aaahn. Mais t'es choupi en blonde
Amuses-toi bien avec ce nouveau perso, j'ai hâte de voir ce que tu as feras. Ça semble déjà prometteur
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 2541
↳ Points : 122
↳ Date d'inscription : 25/01/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Eddie Redmayne
↳ Age du Personnage : 33 ans (254 ans)
↳ Métier : Ancien journaliste ; Prostitué
↳ Opinion Politique : Anarchiste anti-Gouvernement
↳ Playlist : Les anarchitectures – Autour de mois les fous - Les Infidèles - Que tout est noir, Saez ϟ Trouble, Halsey ϟ Mr . Brightside, The Killers ϟ One Last Song, Demon Hunter ϟ Ghostcity, Thomas Azier ϟ Shine, Years & Years ϟ Bad Blood, Bastille ϟ Children Of The Revolution, T. Rex ϟ Territorial Pissings, Nirvana

↳ Citation : « People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people »
↳ Multicomptes : Stain E. Greyjoy & Aleksi S. Lenaïk
↳ Couleur RP : #f34c4c



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Jeu 1 Oct - 22:35

Re-bienvenue hi
Je te souhaite bon courage pour la rédaction de ta fichette, j'ai hâte d'en lire plus sur cette petiote Ca te va bien le blond aussi euway pis t'as choisi le meilleur groupe, obligay qu'elle va être démente cette demoiselle J'espère que tu vas t'éclater avec ce nouveau perso

_________________
❝ Naufragé dans la nuit

On s'achète on se vend. Au vent des hémisphères. On se jette, on se prend contre un peu d’éphémère. Sur l'étoile d'argent, le cerveau, la chair. Faudra choisir un camp. L'obscur ou la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3400-les-anarchitectu

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Jeu 1 Oct - 22:56

OMG TUPPENCE Je ne peux m'empêcher de faire mon fan boy devant ce choix d'avatar En plus, Giulietta, je trouve que c'est un choix de prénom délicieux J'ai bien hâte d'en découvrir sur ton nouveau personnage, Marie l'égoïste Je pense que je vais t'harceler pour un lien, moi Rebienvenue chez toi et bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 2942
↳ Points : 867
↳ Date d'inscription : 14/04/2014
↳ Age : 27
↳ Avatar : Milo Ventimiglia
↳ Age du Personnage : 35 ans
↳ Métier : Créateur et rédacteur en chef du Blackbird
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Nv. 1 / 2 en détection de mensonge
↳ Playlist : Keane - Crystal Ball / Twenty one pilots - Car Radio / Daughter - Medicine / Greg Laswell - This Woman's Work / Foals - Spanish Sahara / Sleeping at Last - Light / Coldplay - Don't panic / Daughter - Doing the right thing PLAYLIST YOUTUBE
↳ Citation : "They may torture my body, break my bones, even kill me. Then, they will have my dead body. Not my obedience."
↳ Multicomptes : Ezra S. Reilly & Joan C. Valentine
↳ Couleur RP : White



Feuille de perso
↳ Copyright: Nanami
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Jeu 1 Oct - 23:03

Re-bienvenue par ici collègue
Tuppence que je ne connais pas (oui, je sais "va mater sense8 qu'est-ce que tu fous encore là ? Tu rates ta vie" tout ça tout ça ) est très sympathique (du genre 100 fois mieux qu'Amanda tronche de cake ()) Plus sérieusement j'ai hâte d'en découvrir plus ! Les idées que tu m'avais exposé étaient tellement classes, hâte de la voir en action Bon courage pour la rédaction J'espère que tu vas t'éclater avec cette petite

_________________

    Before all of this, what did I miss ? Do you ever get homesick ? I can't get used to it. I can't get used to it. I'll never get used to it. I'll never get used to it. I'm under that night. I'm under those same stars. We're in a red car, you asleep at my side. Going in and out of the headlights. Could I have saved you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2879-i-m-nothing-with

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Ven 2 Oct - 2:26

Holy moly.
Cette tête...

J'suis en n'amour.
Re-bienvenue Mawie !
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Ven 2 Oct - 3:55

Re-bienvenue parmi nous
J'espère que tu te plairas autant avec ce personnage que le précédent (C'est Ellie qui va te vénérer jusqu'à plus en finir ) Courage pour ta fichette

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 8380
↳ Points : 337
↳ Date d'inscription : 31/08/2013
↳ Age : 25
↳ Avatar : Jonathan Rhys-Meyers
↳ Age du Personnage : 37 ans d'apparence, 177 ans en réalité
↳ Métier : Mafieux influent, fondateur de la Nemesis
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
THE ROLLING STONES - satisfaction | PUSCIFER - the undertaker | 30 STM - the kill | PAPA ROACH - getting away with murder | DEPECHE MODE - wrong | LINKIN PARK - castle of glass | IMAGINE DRAGONS - shots | THE KILLERS - shot at the night | HURTS - somebody to die for | BLACK LAB - this night

↳ Citation : « Nous sommes tous frères sous la peau, et j'aimerais écorcher l'humanité pour le prouver. »
↳ Multicomptes : Nymeria C. Grimes & Rhys Steinsson
↳ Couleur RP : Navajowhite



Feuille de perso
↳ Copyright: Cyrine & Pathos & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Ven 2 Oct - 8:45

Re-bienvenuuuuuue
Le début est superbe, je suis déjà super conquise et intriguée par tout ce que tu as écrit (J'en veux plus, allez au boulot ) Vu comme je suis amoureuse de ta plume, c'était obligé ça de toute façon C'est une italienne ? T'as pas précisé le lien de naissance Le pseudo est sublime en tout cas Choix parfait de groupe aussi
Rah et Tuppence quoi Tuppence La mignonnitude absolue Punaise je sais même pas comment t'as pu hésiter avec Amanda Seyfried, c'est honteux
Brefouille, je t'envoie du courage pour tout rédiger ma jolie J'espère que tu t'amuseras autant avec cette nouvelle demoiselle qu'avec les deux autres boudeurs professionnels

_________________
I've got blood on my name
There's a reckoning a'comin. And it burns beyond the grave. With lead inside my belly. Cause my soul has lost its way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t876-kyran-chaos-isn-t

Féminin
↳ Nombre de messages : 246
↳ Points : 435
↳ Date d'inscription : 01/10/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Tuppence Middleton
↳ Age du Personnage : 28 ans en apparence, 538 en réalité
↳ Métier : Riche veuve, rédactrice au blackbird, peintre à la Menrva
↳ Opinion Politique : Révolutionnaire, elle est totalement contre ce gouvernement, même si en apparence elle semble le soutenir.
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : ☞ HURTS - the crow ☞ MUMFORD AND SONS - ghosts that we knew ☞ JON MCLAUGHLIN - fire away ☞ LABRINTH - beneath your beautiful ☞ SAM SMITH - stay with me ☞ WE THE KINGS & DEMI LOVATO - we the dream ☞ OLLY MURS & DEMI LOVATO - up ☞ MR. BIG - to be with you ☞ AMBER RUN - i found ☞ LAURA PAUSINI -la solitudine
↳ Citation : Where my heart goes, i'll go!
↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Eamon Grimes



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Ven 2 Oct - 11:00

Tseuh vous êtes adorables

Elias mon chou, arrête d'être vilain avec la pauvre blonde que tu détestes Je vais essayer de pas te décevoir sur leur mise en pratique alors
Kyky, Une fiche pour une fiche Si t'en veux plus, tu bosses sur la tienne Et ouais elle est italienne, son nom est pas assez clair? Non mais Et en fait, les personnages sont sensiblement différents que ce soit Tuppence ou Amanda. Mais bon, Tuppence a pas beaucoup d'avatars alors booon

Loukas, Egoïste, égoïste... Sale vilain va Viens donc pour un lien mon cher
Cal & Josh, j'reviens à ma couleur naturelle C'pour ça que ça me va bien

Cordy, ouais il paraît qu'elle l'aime bien. Mais comme j'disais, faut regarder la serie pour comprendre pourquoi
Viky, aime moi

Bref, j'discute pour rien, mais merci quoi^^ (ouais c'est ça que mes messages signifient )

_________________
    your love has powers over me
    WHO SAID WE HAD IT ALL? OUR HEARTS NO LONGER LIE WHO KNEW THE VEIL WOULD FALL, WHO'D GUESS THAT WE WOULD CRY?
    roller coaster


      Spoiler:
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2658
↳ Points : 488
↳ Date d'inscription : 19/04/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Giza Lagarce
↳ Age du Personnage : vingt et un ans.
↳ Métier : croupière au Bones.
↳ Opinion Politique : résistante extrêmiste.
↳ Niveau de Compétences : niveau deux.
↳ Playlist : ocean avenue - yellowcard | cruel - the veronicas | paralyzed - against the current | reckless - you me at six | haunting - halsey | before the worst - the script | doubt - twenty one pilots | anything - hedley | nicotine - panic! at the disco | robbers - the 1975 | just the way i'm not - all time low
↳ Citation : « There's a piece of you that's here with me, it's everywhere I go, it's everything I see »
↳ Multicomptes : Mackenzie Caulfield & Nataliya Clarke.
↳ Couleur RP : #BD5737



Feuille de perso
↳ Copyright: empty gold. & endlesslove & jump-again
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Ven 2 Oct - 11:42

haaaan
Re-Bienvenue toi Elle à l'air awesome cette petite, j'en veux plus Et puis le choix d'avatar est juste parfait

_________________
    I've been looking all night watching them empty hours. Invisible to these crowds, always double vision. I've been losing my mind listening to broken speech. Stacking up broken seats, it's a lonely picture. And I hear your voice as it echoes 'round my head. Always that same thing that you said. Get out, get out, while you still can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2372-vkb-you-were-my-

Féminin
↳ Nombre de messages : 744
↳ Points : 729
↳ Date d'inscription : 27/04/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ellen Page
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Interne en médecine aux urgences, animatrice d'une radio pirate
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Playlist : Ellie Goulding - Anything Could Happen
Damien Rice - Prague
Avril Lavigne - Take me Away
Nirvana - Litihum
Skunk Anansie - Hedonism
Damien Rice - The Box
AaRON - Blouson Noir

↳ Citation : L'échec est une formidable force de vie
↳ Multicomptes : Shae Thackery & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



Feuille de perso
↳ Copyright:
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Ven 2 Oct - 19:20

Tuppence!!!!! *va commencer la construction d'un nouveau temple*

Et le début de la fiche est déjà vraiment cool bon courage pour la suite!

_________________


I don't wanna beg you pardon
I don't wanna ask you why
But if I was to go my own way
Would I have to pass you by?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2422-enya-i-don-t-rea

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Ven 2 Oct - 19:51

Han, j'adore le choix d'avatar !
Ce personnage a l'air vraiment trop cool, hâte de voir ce que ça va donner. Le début donne vraiment envie.
Bon courage pour la suite I love you
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Sam 3 Oct - 14:51

Après éclaircissement sur la CB je puis te dire : RE BIEEEENVENUE !

Ce personnage dépote déjà

Déjà parlons de l'avatar pi du prénom et du début de la fiche

Il y a peu de chance pour que je ne VIENNE PAS sur ta fiche de lien

Courage pour la fichette

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Sam 3 Oct - 15:49

Re-bienvenue miss Eclate-toi avec ce perso !
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 977
↳ Points : 665
↳ Date d'inscription : 01/07/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau max en tâches et théorie du complot
↳ Playlist : Woodkid - Run Boy Run ; C!NCC - Bipolar Mind ; The Used - The Bird and The Worm ; Enter Shikari - Destabilise ; ADTR - Paranoia ; Eddie Vedder - Society
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna + (she)wolf
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Giulietta# She said that the law will never take her alive   Mer 7 Oct - 21:56

Oooh, la zolie demoiselle (bien qu'avoir maté la série, je ne connaissais pas du tout son prénom avant de l'avoir lu dans les commentaires, vivemavie /SBAFF/)

Re bienvenue ! What a Face J'ai pas tout lu, mais elle a l'air de tout dépoter la miss Elle en a du vécu *o*
Bon courage pour la suite

_________________
COMMEDIA DELL'ARTE DELL'INFERNO
Dans un monde sans lumière s'avance l'armée des ombres. Secte au culte lunaire, marionnette, quelle est ton ombre ? Le bon sens est mis en quarantaine, où est passée la vérité ? Moyen-âge des temps modernes, bienvenue dans un monde dépassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2888-fell-down-a-hole
 

Giulietta# She said that the law will never take her alive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Gps Alfaroméo Giulietta
» Le Quadrifoglio Verde signe son retour sur les Giulietta et MiTo
» Just another lie | Giulietta.
» micahel-ana arya sansa lasheras × i wanna feel alive again
» That’s how you stay alive. When it hurts so much you can’t breathe. That’s how you survive... By remembering that one day, Somehow... impossibly... It won’t feel this way, it won’t hurt this much † Stydia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Second Chapter :: Life For Rent :: Welcome Home-