AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nowhere Left To Run {Aleksi/Joshua}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Nowhere Left To Run {Aleksi/Joshua}   Sam 24 Oct - 14:33


« It's close to midnight and something evil's lurking in the dark »



Aleksi S. Lenaïk & Joshua E. Bates
featuring
Halloween. La décadente et l’opulente. La fête des morts de la magie étend son aura dans les rues de la Nouvelle-Orléans. Chasse le temps d’un soir les ombres du Gouvernement et de son oppression. Et vous êtes en ce jour conviés à participer à des festivités organisées pour vous offrir l’occasion de frôler l’allégresse. Derrière les portes de l’inquiétant Manoir se tient la soirée de l’année. Celle qui restera sur toutes les lèvres et dans tous les esprits comme la nuit où le mythe est devenu réalité. Oubliez les fards qui sont les vôtres le jour levé, à la tombée de la nuit tous les masques tomberont.

Vous avez été invité à venir vous perdre dans la chaleur d’une soirée guindée, au luxe et à l’oisiveté entêtante. Engoncés au milieu de la foule et ses rires. Vous ne pensiez pas devenir le personnage principal d’une redoutable tragédie. Car derrière ces visages affichant un sourire de façade, se cache la Mort. Uniques entités vivantes au milieu des morts. Revenants des siècles passés, morts provoquées par votre main, proches disparus, ils se rappellent tous à votre bon souvenir. Pour le meilleur et surtout le pire. Les portes de la demeure se sont scellées et ne s’ouvriront que lorsque le soleil viendra frapper contre les lourds rideaux de velours. Coupés du monde, vous êtes seuls avec les esprits d’Halloween. Nul besoin d’être un sorcier pour les voir, ils sont aussi réels que vous et moi, tangibles et faits d’une chair froide.

Sachez aussi que ce qui se trouve dans votre verre n'est pas vide de malice. Qu'importe votre essence, vous ferez les frais d'un autre sort jeté sur votre pauvre petite personne. Humains, métamorphes, sorciers, voleurs de vie ou possédés, votre humanité sera aussi futile que le verre dans les mains du fantôme qui vous frôle :
- Aleksi, le sang noir dans tes veines devient visible sous ta peau et révèle la mort qui ronge ton âme.
- Joshua, tu te retrouves sous l'effet d'un sérum de vérité.

(Le sort peut durer tout le topic ou seulement pendant un nombre de messages plus restreint, selon votre envie.)

Et pour que la fête ne soit encore plus belle, voici votre premier défi:
- Aleksi : ail, ossuaire, potion, lanterne
- Joshua : encens, ectoplasme, momie, rituel


(Déguisements conseillés mais facultatifs.)

Ordre de passage:
1 - Aleksi S. Lenaïk
2 - Joshua E. Bates

Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 5149
↳ Points : 113
↳ Date d'inscription : 03/09/2013
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Whishaw
↳ Age du Personnage : 31 ans
↳ Métier : Médecin Légiste & Hacker
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist :
SAEZ - A bout de souffle ♭ MCR - Famous last words ♭ ADELE - Skyfall ♭ THE KILLERS - Human ♭ ALEX HEPBURN - Reckless ♭ STONE SOUR - Tired ♭ SLIPKNOT - Dead Memories, Before I Forget, Snuff ♭ IMAGINE DRAGONS - Monster ♭

↳ Citation : « Je suis un trucage humain qui aspire à devenir un homme sans trucages. »
↳ Multicomptes : Stain E. Greyjoy & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #b68656



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nowhere Left To Run {Aleksi/Joshua}   Ven 30 Oct - 20:01


La lanterne sur le porche pour guider les perdus. La fête des morts, les friandises et les costumes, je n’en ai jamais réellement compris le sens. Jouant le jeu tout entraînant Blake de porte à porte pour mieux remplir son sac de bonbons. L’occasion de rester avec elle. Juste elle et moi, seuls au milieu de l’ossuaire environnant notre maison. Je suis seul avec mes démons ce soir. Perdu dans un dédale qui me dérange autant qu’il apaise mon cœur. Quitter l’appartement. Le quitter Lui. Le temps d’une soirée, oublier. Je ne suis qu’un monstre au milieu de la foule. Mort sous la peau au même titre que ce Dracula ridicule, fuyant le collier d’ail d’une sorcière aux cheveux en désordre. Le sourire aux lèvres pour avoir l’air d’être à l’aise. Je me demande encore ce qui m’a pris, de répondre à une telle invitation. Un instant d’égarement, le regard qui se pose sur la solitude et le cœur qui se serre en guise de motivation. Quitte à être seul, autant me perdre dans les éclats de rire et les murmures d’une soirée. Quitte à être seul, autant me sentir entouré. Vivant au milieu des corps qui se cachent sous des costumes. Quand au dehors les monstres sont bien réels. L’incompréhension me prend un instant aux tripes, distille son venin dans les méandres de mon cerveau. La capacité de l’être humain à se jouer de ses frayeurs, à effacer de son esprit pendant quelques heures les angoisses qui le broient me fascine. Eloigné du chaos, je parcours la salle du regard, m’enivre de l’effervescence. Elle jure, jure avec le calme morne de ma nouvelle demeure. L’angoisse qui me prend au cœur chaque fois que je dois y retourner. La morgue est devenue mon sanctuaire. Mon refuge. L’éloignement me ronge, creuse un fossé sous ma peau. Je m’étiole, me défait face à Son ignorance. L’envie de Le toucher et la crainte de le faire, de Le voir s’échapper encore un peu plus. Le verre se lève et je le vide d’un trait comme pour effacer le malaise. Le remplacer par un autre, et la chaleur de l’ivresse. Le vice au milieu d’une ville pétrit par la Prohibition. La potion magique contre mes maux.

« - Hey, Leksi ! » Au milieu de la foule, la voix familière. J’en sursaute lorsqu’une main se pose contre mon épaule, la serre. Et mon regard se pose sur le visage de celui qui fut mon amant pendant mon détour dans les rangs de la Résistance. Roy. Mort dans le néant de glace de l’ancienne capitale. J’en suis persuadé. Et pourtant ce qui s’affiche sous mes yeux est bien vivant. Tangible et chaleureux le contact fait courir des frissons de glace contre ma chair. Le sourire en façade, je m’enlise dans des paroles futiles et basiques pour mieux me dérober. Contempler le sol pour éviter de croiser son regard et faire machine en arrière. L’allégresse se mue lentement en un malaise qui me prend à la gorge. Et dans mon trouble, je bouscule un corps. M’excuse pitoyablement pour mieux relever le nez et poser ma maladresse dans les yeux de l’obstacle. L’émeraude. Des pupilles semblables aux miennes. Et le feu de mèches folles. Les lèvres qui s’étirent en ce sourire qui lui est propre. Et le verre qui éclate dans ma main. La douleur des éclats qui s’incrustent dans ma paume se fait souffler par celle du choc. Blake. Elle s’approche, et je recule. Cille, stupidement, contemple ce qui est pour moi le fruit de mon esprit fatigué. L’odeur nauséeuse du sang, son contact contre ma chair, je baisse les yeux et l’horreur m’arrache un hoquet. Le noir du cruor se repend sous la chair. Les veines se muent en un réseau noirâtre, trahison de mon essence qui se révèle aux yeux du monde. Un nouveau pas en arrière et je me dérobe. Abandonne la salle surchargée pour me réfugier dans le calme d’un couloir désert. Le cœur au bord des lèvres, les larmes contre les cils et la débandade d’une panique affolante contre les tempes. Ce ne sont que les effets de mon manque de sommeil. Le résultat de ma déraison. J’ouvre la main et laisse les éclats de verre miroiter sous la faible lumière. Elle ne pouvait pas être là. Ce n’était pas Elle. L’esprit rejette l’hypothèse mais le cœur s’y accroche. Il bat avec hargne contre mes côtes, accélère lorsque j’entreprends de débarrasser ma main des débris cristallins.

La douleur pour s’assurer que je ne dors pas. Que la chimère est bien réelle. Non ce n’était pas Elle. J’appose son nom et son visage sur toutes les apparences qui se rapprochent de la Sienne. Noie mon chagrin dans l’illusion de sa présence.

_________________

Do I have to run and hide ?

I get the feeling just because. Everything I touch isn't dark enough. If this problem lies in me. I'm only a man with a chamber who's got me. I'm taking a stand to escape what's inside me. I'm turning to a monster. And it keeps getting stronger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t885-aleksi-hold-your-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Nowhere Left To Run {Aleksi/Joshua}   Jeu 5 Nov - 2:35


« It's close to midnight and something evil's lurking in the dark »



Aleksi S. Lenaïk & Joshua E. Bates
featuring
La demeure austère et lugubre puait lencens dont il avait fortement abusé ces derniers temps pour dissimuler l’odeur de pourriture qui sévissait entre les murs décrépit. La fumée lui entêtait l’esprit, lui dégageait le voix nasales, mais avait le don de lui provoquer quelques maux de tête en majorité inoffensifs. Pressé de quitter sa demeure, il n’avait pas pris la peine d’emporter le moindre costume pour cette soirée auquel on avait eu l’audace de l’inviter. Il pensait que l’un de ses collègues pouvaient être le destinateur de cette invitation, mais il voyait mal qui aurait le cran d’exiger sa présence.

L’air frais d’automne eu pour effet de calmer ses voix, ses maux tandis qu’il s’aventurait dans le quartier sinueux ou il avait décidé de prendre habitation. Ignorant les regards troublés des inconnus dans la pénombre, il traverse le quartier, impassible, ravi de pouvoir découvrir un autre décors autre que ses murs voilés ou les planchers stériles de l’hôpital.

L’endroit se dévoile rapidement sous son regard, et il y pénètre comme si il était l’invité d’honneur, pompeux, amusé, et probablement le seul invité n’ayant pas désiré participer à cette fantaisie qu’offrait les costumes, rituel qu’il n’avait jamais réellement compris, de toute façon. Après tout, ne portait-il pas de masque à longueur d’année? Pourquoi s’encombrer d’un alors que la fête célébrait la bizarrerie, la différence, et accessoirement, la mort?

Curieux, il observe les visages, les gens dont les conversations semblent osciller entre le murmures et le silence. L’endroit semble suspicieusement calme, mais cela ne le dérange pas outre mesure. Il s’y adapte rapidement, s’y fond, tandis qu’il cherche du regard un visage familier. Après quelques minutes de vaines recherches, il finit par se laisser emporter vers le buffet où différents plat à l’effigie de la fête proposent doigts ensanglantés à la crème de cerise, ou ectoplasme vert à la gelée de pomme. Peu convaincu par ce menu monstrueux, il finit par s’en éloigner, se retrouvant à errer de nouveau entres les inconnus aux costumes équivoquent.

Il songe fortement à se plaindre, l’ennuie le gagnant peu à peu, jusqu’à voir enfin un visage qui lui semble familier, ou plutôt, une silhouette qu’il aurait reconnu n’importe où. Presque filiforme, ses cheveux blonds sales cascadant dans son dos, traversant des bandelettes d’un costume qu’il estimait être celui d’une momie, elle était là, silencieuse, solitaire. Un sourit fend ses lippes tandis qu’il perce la foule pour la rejoindre à grand pas, heureux de la revoir, de la constater ici, cette pauvre illusion d’un passé révolu, d’un lui qui ne lui appartenait plus réellement. Prudentes, ses voix lui soufflent de se méfier, mais il n’en fait qu’à sa tête, et la rejoint rapidement.  Sophia. Sa main frôle la sienne tandis que la jeune femme se retourne pour lui faire face. Des bandelettes écarlates couvrent la moitié de son visage, dont sa bouche dont il devine les cicatrices sous le tissus tendu. Son regard troublé croise celui du blond tandis qu’il resserre ses doigts autour des siens. Le contact de sa peau froide le fait frissonner de plaisir, tandis qu’il observe sa présence cadavérique, onirique devant lui. Les paroles n’ont pas lieu d’être, il se contente simplement de cette vague de mélancolie qui le traverse, se rappelant exactement de cette sensation qu’il l’avait parcouru lorsqu’il avait plongé sa lame dans ses minces joues, pour une fois rougies de sang et non de son embarras constant.

Figure du passée, la jeune femme avait été la première à l’amuser, à l’intriguer, bien qu’il avait fini par vite s’en lasser. La délaissant, il ne lui avait plus accordé d’attention jusqu’à ce qu’elle finisse par le délaisser elle-même. Ne connaissant rien des forces qui l’animaient à cette époque, il avait simplement éclaté et avait décidé de lui refaire le portrait, prétextant qu’il la trouvait laide lorsqu’elle ne souriait pas. Plus tard, il avait appris par le biais de connaissances que la jeune femmes s’étaient suicidée. Il n’avait pas ciller, se contentant de sourire lorsque la nouvelle avait atteint ses sens. Incapable de garder plus longtemps les mots dans le fond de sa gorge, il va pour l’informer de nouveau à quel point il la trouve horrible, même cachée par son costume, mais son attention se trouve emportée ailleurs lorsqu’une figure bien vivant passe dans son champs de vision.

Délaissant la morte, il le suit des yeux jusqu’à le voir disparaître dans un couloir adjacent. Ses doigts la quittent aussi rapidement qu’il l’avait retrouvé, et le voilà à parcourir le couloir jusqu’à cette vision bien réel et vivante qu’est Aleksi.  Semblant concentré dans une sorte de crise inévitable, Joshua s’avance silencieusement vers lui, assez discrètement pour pouvoir se placer derrière lui. Il ne remarque pas tout de suite les veines noires sillonnant la peau de marbre de pauvre garçon. Ce qu’il remarque, c’est sa posture, sa faiblesse soudaine, les infimes soubresaut de son pauvre corps à l’épreuve. Se composant un masque, Joshua pose doucement une main sur l’épaule de Leksi, imposant sa présence de par ce geste.


Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 5149
↳ Points : 113
↳ Date d'inscription : 03/09/2013
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Whishaw
↳ Age du Personnage : 31 ans
↳ Métier : Médecin Légiste & Hacker
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist :
SAEZ - A bout de souffle ♭ MCR - Famous last words ♭ ADELE - Skyfall ♭ THE KILLERS - Human ♭ ALEX HEPBURN - Reckless ♭ STONE SOUR - Tired ♭ SLIPKNOT - Dead Memories, Before I Forget, Snuff ♭ IMAGINE DRAGONS - Monster ♭

↳ Citation : « Je suis un trucage humain qui aspire à devenir un homme sans trucages. »
↳ Multicomptes : Stain E. Greyjoy & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #b68656



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nowhere Left To Run {Aleksi/Joshua}   Dim 8 Nov - 20:30


Enlisé dans les méandres d’une douleur sans nom. La cicatrice qui refuse de se refermer et qui ne fait que s’élargir à chaque fois qu’Elle revient se nicher dans mes pensées. Je suffoque, emprisonné dans les fibres de ma peine. Le deuil que je ne parviens à faire tant je refuse de me laisser terrasser par cette idée. Et comme si la douleur n’était pas suffisante, une autre horreur vient s’ajouter à cet affreux tableau qui se dessine sous mes yeux. Les veines qui se frayent un chemin sous la chair, là où elle est la plus fine. J’en tremble, profondément horrifié par ce spectacle. Les muscles se crispent et se détendent au rythme de mon cœur en déroute. La lueur de la chandelle qui se consume sur un pauvre meuble à côté de moi, n’est pas suffisante pour effacer la supercherie. L’inspiration se fait intense alors que je tente de retrouver un semblant de calme. De replier des poumons vides d’air,  contrariés par une apnée qui s’étend. De la brume dans l’esprit et le cœur, je m’isole. Oublie le lieu et la raison de ma présence. Je suis seul avec mes démons. Mon horreur, celle qui me ronge de l’intérieur. Qui ravive par ce simple sortilège le feu de la cicatrice qui sommeille contre mon cou. La morsure. Le stigmate de ma damnation, le fer chauffé à blanc qui revient s’écraser contre une peau déjà abîmée.

Coupé du monde. La musique et les clameurs des discussions ne me parviennent plus. Je m’en fiche. Et regrette déjà ma folie. Mon envie sourde de quitter le vide d’un appartement qui m’étouffe. En Son absence, il me donne l’impression d’être encore captif de ma piteuse cellule. Tourner en rond entre quatre murs et avoir la sensation qu’ils se rapprochent. La claustrophobie qui prend aux tripes et donne la nausée. La peur du vide qui se fait hurlante et qui s’apaise quand Il revient. Même pour m’offrir le néant de Son dédain. Un soupir s’échoue sur mes lèvres et je ferme les paupières. Me perd dans le noir pour ne effacer la vision d’horreur de mes rétines. Oublier le satanisme dans lequel je me suis échoué en entrant ici. Le manoir en lui-même a quelque chose d’horrifique. Il glace le sang et fait courir des frissons contre la peau. Et c’est un sursaut qui me sort de ma retraite improvisée. Un point de chaleur sur mon épaule et un poids qui n’a rien à faire là. Mon cœur s’arrête un instant, avant de repartir de plus belle. Le souffle se suspend et j’écarquille les yeux. Figé dans une attitude de défense. L’angoisse sous la peau. J’ai peur de me retourner. De faire face à la charrue sur laquelle s’entasse les cadavres de ceux de mon engeance et de regarder la mort dans les yeux. De l’acide dans la gorge, je me force à avaler ma salive avant de faire lentement volte-face. Ce n’est pas la mort qui se dresse devant moi. Encore moins l’illusion de Blake. Mais un être que j’ai déjà vu. Que je connais. Je me perds dans le dédale de ma mémoire, peine à apposer un nom sur ce visage et cette main, dont je me libère de la prise d’un haussement d’épaule. Avant de reculer d’un pas.

« - Joshua… » Le prénom s’échappe, lorsqu’il s’extirpe du désert de mes souvenirs. Prononcé à voix haute comme pour m’en convaincre. Et mes mains qui viennent se fichées dans les poches de ma veste. Cacher l’horreur sous le tissu pour éviter le pire. Le malaise gagne en puissance et l’impression de marcher au bord du vide se fait hurlante. « - Qu’est-ce que tu… Je ne pensais pas te trouver là. » La faiblesse dans la voix, elle fait vaciller mes cordes vocales. Vibrer au rythme d’un tourment que je ne parviens pas à effacer. Auquel s’ajoute un nouvel élément qui me brise plus encore. Le hurlement sous la chair, la faim dans le ventre et le goût du sang sur la langue. La migraine commence à poindre, je la sens. Elle me prend de court, comme à chaque fois. Et m’offre l’horrible impression que mon crâne se cisaille. Eclate en mille morceaux sous la force d’une masse invisible. Et me retrouver dans un tel état de faiblesse face à Joshua n’arrange rien. Je fais l’effort d’apposer un maigre sourire sur mes lèvres, d’effacer la douleur et les maux dans un battement de cils. Reprendre contenance quand tout l’édifice se casse la figure. « - La fête est déjà finie ? » La candeur et l’innocence dans la voix. Les cils qui papillonnent en direction de la salle pour tenter de voir quelque chose. La certitude que ce n’est pas la fin de la mascarade qui l’a emmené ici. Je me suis fait avoir comme un imbécile. Berné par mes propres frayeurs, j’en ai oublié la prudence.  

_________________

Do I have to run and hide ?

I get the feeling just because. Everything I touch isn't dark enough. If this problem lies in me. I'm only a man with a chamber who's got me. I'm taking a stand to escape what's inside me. I'm turning to a monster. And it keeps getting stronger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t885-aleksi-hold-your-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Nowhere Left To Run {Aleksi/Joshua}   Ven 4 Déc - 20:10


« It's close to midnight and something evil's lurking in the dark »



Aleksi S. Lenaïk & Joshua E. Bates
featuring
Il a l’impression d’avoir trouvé une silhouette en train de s’effondrer, de s’effriter lentement en le rejoignant, en le voyant au bout du couloir. Mais il se redresse de plus belle au contact, comme si il avait repris de sa vitalité, comme si il avait simplement besoin qu’on le constate pour respirer de nouveau. Par surprise, le jeune homme se retourne pour constater la silhouette imposée de Joshua, derrière lui, maintenant devant, le regardant en laissant planer une certaine inquiétude sur son masque d’humanité. Il n’ose pas un sourire, la situation ne semblant pas s’y prêter. Et son masque à lui ne le convainc pas, ne lui laisse pas baisser la garde. Si il y avait concours entre le plus faux, Aleksi serait sans doute déjà le vainqueur, son trouble quittant difficile son regard. Le blond penche légèrement la tête, le toise, cherche le pourquoi du comment, cherchant le moindre indice, comme s’il eut été en pleine cueillette de châtaignes, il voulait récolter la moindre information.

Réflexe de leur passé commun, il adorait tout savoir de ses patients, au moindre secret, à la moindre confession, plus il en savait, plus il jubilait. Mais Aleksi ne semblait pas en état de lui confier le moindre mot, dispersant les questions de Josh en changeant de sujet de façon fort peu subtile. J’ai été invité. Bien que je ne sache pas exactement par qui, je préférais tenter une sortie plutôt que de rester chez moi. Il hausse les épaules, regard le couloir lugubre autour de lui tandis que la musique semble se faire un peu plus lointaine. Ils sont isolés, les invités semblant préférés rester obstinément dans la salle de réception. Elle semblait terminée dès le début. Cette fête est d’un ennui sans nom. L’ennuie transperce son masque quelques secondes, puis il se le recompose, s’armant d’un sourire courtois, histoire de suivre le pas de danse de son interlocuteur en tentant d’éviter le sujet de son trouble.

Mais il n’a pas envie de tourner autour du pot. Autant prendre le taureau par les cornes, histoire d’être fixé. Il se racle doucement la gorge, regarde ailleurs, mais lui adresse quand même la parole doucement ; En fait, j’ai cru voir que tu n’allais pas bien. J’ai préféré te suivre, au cas où tu aurais besoin de...Quelqu’un. Il baisse les yeux vers ses mains enfouies dans ses poches, ne se doutant pas de ce qui l’afflige en ce moment même. Il ne sait pas exactement ce qu’il fait là, si ce n’est la curiosité d’en savoir un peu plus sur Aleksi. Peut-être l’ennuie avait aussi guidé ses pas ; la moindre attraction suffisant à lui faire tourner les talons d’une fête où même l’invité d’honneur semblant introuvable ; à moins qu’il ne s’agisse de lui. Mais tout semble aller pour le mieux. Du moins, tu sembles être déterminer à le faire croire. Il vaut peut-être mieux que je te laisse seul.

Il esquisse un pas de reculons, laissant une dernière chance à Aleksi de le retenir, puis lui tourne le dos pour retourner s’ennuyer dans la salle pendant quelques minutes. En fait, il songeait fortement partir à moins qu’on lui offre matière à se divertir. Ses pas claquent contre le marbre, puis la musique emplie de nouveau son ouïe tandis qu’il se dirige vers la table d’honneur pour y prendre quelques choses à boire. Il ne tente pas un regard en direction du couloir, ignorant si le jeune homme va le suivre ou simplement se passer de sa présence. S’en prenant à un champagne bon marché, il vide la flûte trop étroite d’un seul trait, grimaçant lorsque le faible taux d’alcool lui picote légèrement la gorge. Il plisse le nez, observe la foule rassemblée en quelques petits groupes éparses d’où les conversations émanent faiblement, pas assez intéressant pour adopter un ton de voix plus fort ou distrayant. Un bâillement s’échappe de sa gorge et il songe à un plan, une idée qu’il pourrait mettre en branle au lieu de simplement retourner chez lui. Lissant les manches de sa chemise au coloris extravagant, il allonge le cou pour retrouver Sophia. La momie semble être disparue aussi vite qu’elle est apparue. Une nouvelle déception s’empare de lui, suivis d’un soupire exagéré. Si il ne sortait pas de là vite fait, il allait en crever de cet ennuie. Ne voyant pas le brun réapparaître, il décide de marcher rapidement vers la sortie, poussant une bonne femme qui pousse un hululement d’indignation sur son passage éclair. Déterminé, il passe sa main sur la poignée, se donnant un élan énergique pour la pousser. Sauf qu’elle ne suit pas le mouvement, et il ne fait que s’écraser lamentablement contre le bois de la porte, confus. Le bruit attirant quelques regards morts sur lui. Il gronde tandis que l’indignation le gagne. Qui a eu l’idée de verrouiller cette porte?



Revenir en haut Aller en bas
 

Nowhere Left To Run {Aleksi/Joshua}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ajouter 2 images (left et right) à coté du logo
» Left 4 Dead : Le Gros Guide Tactique
» Steam Community: Groupe Le CBNA
» Soucis d'affichage sous Explorer et Chrome du tableau d'info personalisé
» Fond de page changant selon la résolution?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-