AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nowhere Left To Run {Andreï/Keir}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Nowhere Left To Run {Andreï/Keir}   Sam 24 Oct - 14:36


« It's close to midnight and something evil's lurking in the dark »



Keir M. Moore & Andreï C. Ievseï
featuring

Halloween. La décadente et l’opulente. La fête des morts de la magie étend son aura dans les rues de la Nouvelle-Orléans. Chasse le temps d’un soir les ombres du Gouvernement et de son oppression. Et vous êtes en ce jour conviés à participer à des festivités organisées pour vous offrir l’occasion de frôler l’allégresse. Derrière les portes de l’inquiétant Manoir se tient la soirée de l’année. Celle qui restera sur toutes les lèvres et dans tous les esprits comme la nuit où le mythe est devenu réalité. Oubliez les fards qui sont les vôtres le jour levé, à la tombée de la nuit tous les masques tomberont.

Vous avez été invité à venir vous perdre dans la chaleur d’une soirée guindée, au luxe et à l’oisiveté entêtante. Engoncés au milieu de la foule et ses rires. Vous ne pensiez pas devenir le personnage principal d’une redoutable tragédie. Car derrière ces visages affichant un sourire de façade, se cache la Mort. Uniques entités vivantes au milieu des morts. Revenants des siècles passés, morts provoquées par votre main, proches disparus, ils se rappellent tous à votre bon souvenir. Pour le meilleur et surtout le pire. Les portes de la demeure se sont scellées et ne s’ouvriront que lorsque le soleil viendra frapper contre les lourds rideaux de velours. Coupés du monde, vous êtes seuls avec les esprits d’Halloween. Nul besoin d’être un sorcier pour les voir, ils sont aussi réels que vous et moi, tangibles et faits d’une chair froide.

Sachez aussi que ce qui se trouve dans votre verre n'est pas vide de malice. Qu'importe votre essence, vous ferez les frais d'un autre sort jeté sur votre pauvre petite personne. Humains, métamorphes, sorciers, voleurs de vie ou possédés, votre humanité sera aussi futile que le verre dans les mains du fantôme qui vous frôle.
- Andreï, tu perds l'usage de tes dons.
- Keir, tu changes d'essence pour devenir une Daybreaker, assoiffée d'énergie.

(Le sort peut durer tout le topic ou seulement pendant un nombre de messages plus restreint, selon votre envie.)

Et pour que la fête ne soit encore plus belle, voici votre premier défi:
- Andreï : cape, balai, sépulture, sortilège
- Keir : surprise, squelette, verrues, caramel


(Déguisements conseillés mais facultatifs.)

Ordre de passage:
1 - Andreï C. Ievseï
2 - Keir M. Moore


Revenir en haut Aller en bas

rirat bien qui rirat le dernier

Féminin
↳ Nombre de messages : 600
↳ Points : 1064
↳ Date d'inscription : 29/12/2013
↳ Age : 24
↳ Avatar : Luke Mitchell
↳ Age du Personnage : 31 ans (71 ans)
↳ Métier : tueur à gages indépendant - homme à tout faire - bête à abattre pour plusieurs mafia
↳ Opinion Politique : Neutre à tendance rebelle
↳ Niveau de Compétences : Nv. 1 - 2 en occultation des sens, guérison et en manipulation des ombres - Max en exhibitionnisme
↳ Playlist : One grain of sand - Ron Pope || I believe - Ron Pope
↳ Citation : « Quand le mort repose, laisse reposer sa mémoire. »
↳ Multicomptes : Rafael A. Morienval | Nolan A. Wiggins



Feuille de perso
↳ Copyright: (avatar) marelle
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nowhere Left To Run {Andreï/Keir}   Sam 31 Oct - 18:07


« It's close to midnight and something evil's lurking in the dark »



Keir M. Moore & Andreï C. Ievseï
featuring

Je sais, j’ai l’air foutrement con. Mais bon, il faut bien que je me change les idées et c’est la première chose que j’ai trouvé à faire. Et puis, Halloween a ce petit quelque chose de ridicule qui me convient parfaitement, surtout lorsque j’ai envie d’arrêter de penser. Et comme je ne pense jamais, c’est parfait pour moi. La décadence, l’opulence, le luxe… ça pue. Mais c’est cool. Je sais, j’ai l’air foutrement con mais c’est le seul déguisement potable que j’ai trouvé et que j’ai surtout eu envie de faire. Et avec mon accent russe légèrement durci pour l’occasion, ça passe crème, vraiment. Ce soir, en plus d’être anonyme et toujours aussi blond, j’ai décidé d’être Dracula, avec l’accent qui va bien, avec le r qui traîne et qui s’étire entre vous et moi, avec cette avidité pour la chair et le désir, avec ce besoin de me nourrir de ce qui fait vivre les autres. Entre sang et énergie, franchement, il n’a pas vraiment de différences. Mon sourire dévoile des canines parfaitement humaines et blanches, je ne suis pas allé aussi loin dans le déguisement. Et je n’en ai pas besoin. Adossé à un mur de teintures, aux sons étouffés par les lourds rideaux qui nous cachent au soleil, j’ai déjà un verre à la main et une fille au bras. J’aime les soirées comme celle là. Même si j’ai l’air foutrement con avec ma cape. Au moins, je n’ai pas les fausses canines et je n’ai pas de maquillage… bon d’accord, mon déguisement est quand même sacrément limite, il faut bien que je le concède. Mais bon, ce n’est pas pour faire un défilé que je suis là. Ce n’est même pas pour la bouffe et les p’tits fours, ce n’est même pas pour l’alcool. C’est juste vaguement pour les filles, l’ambiance, et surtout me changer les idées.

Si je suis stupide ? Ouais. Je sais. Au milieu des rires, je grappille ça et là des gouttelettes de vie, un encas qui me laisse sur ma faim, des images, des souvenirs. Je survis au contact des autres, je mange au contact des autres, je vis par procuration, je m’anime lorsqu’ils s’animent. A ceci près que je n’ai pas de balai coincé dans le fion, moi. Je soupire, délaisse la fille, va nous chercher une nouvelle coupe de champagne en me faufilant entre les êtres et en le volant toujours au passage un peu d’eux-mêmes. Je me compose une identité, j’ai pris le pari de parvenir à boire suffisamment de cendre pour que l’alcool résiduel se fonde dans mes veines et accepte un peu de gaieté dans ma vie. Parce que moi, l’éternel optimiste, je n’arrive plus à sourire naturellement. Wesley est mort, bam, comme ça. Et je me retrouve seul, coupable, imbécile. Je n’ai pas réussi à le protéger au moment même où il le fallait. Je suis un assassin hors pair : de toute évidence je ne sais que tuer, pas préserver la vie. Je vide une coupe de champagne, m’attaque à la première bouteille qui passe, m’enivre de cette personne que je frôle et dont j’enserre le bras. Et soudain… plus rien. Plus rien de ce contact, plus rien de ce fluide qui passe d’elle à moi dans une sensation immatérielle. Plus rien. Je ne me nourris plus mais je suis affamé, plus qu’affamé même : ma gorge me brûle, mes pupilles explosent, j’ai cet arrière goût amer de nourriture sur la langue sans en trouver sa source.

Avec angoisse, je fais un pas en arrière, regarde, cherche autour de moi la source de cette sombre mascarade. Un sortilège peut être ? Non, ce serait bien ridicule. On vient de m’empoisonner ? Un rancunier, un sous-fifre de Kyran ? Mes mains se posent sur une table, je tente de reprendre mon souffle, je tente de comprendre ce qui se passe, là. Et j’ai faim, putain ce que j’ai faim. Je tousse, je crache, j’essaye d’évacuer ce trop-plein de bile, de décomposer cet arrière-goût à la recherche de l’amande d’un poison quelconque. Je ne trouve rien, bien sûr. Absolument rien. Alors j’angoisse. Parce que si je sais ce que je suis depuis des mois, j’ignore ce que je suis, là, maintenant. Il faut que je sorte, il faut que je sorte d’ici tout de suite, j’étouffe. J’ai l’impression de tituber, sans aucune raison, je me rattrape à une personne dans un « Désolé » grommelé. Et le masque tombe. Je connais ce visage, je le connais plus que bien. Même si je ne l’ai pas vu depuis des années, même si je ne l’ai pas vue depuis des décennies, même si elle est supposée avoir été enterrée il y a quelques douzaines de mois, même si sa sépulture est loin d’être ici. « Lara ? » Ma femme ? Mais…

Je recule précipitamment. A nouveau. Chapeau bas à ceux qui ont organisé les festivités, leur cocktail hallucinatoire mis dans le champagne, c’est une excellente idée. J’ai plus qu’à retrouver les investigateurs de tout ça pour bien les féliciter et leur trancher la gorge. Parce qu’en général, je ne suis pas souvent déstabilisé. Mais là… je suis perdu. Parce que je ne suis pas prêt à recroiser ma femme, parce que je ne veux pas croiser son regard. Parce que je recule, maladroit, parce que je percute une autre personne. « Pardon, désolé. Je… » Je regarde dans mon dos, à la recherche de la silhouette de Lara. Sans succès. Bien évidemment, gros bêta, elle est morte. Je suis stupide. Je prends mon inspiration, m’excuse après de la jeune femme. « Désolé, déjà que je suis maladroit de base, mais je crois qu’en plus le champagne est un peu fort » Je plaisante comme je peux. Sans avoir envie d’en rire.


_________________
« De son point de vue, mieux valait mourir un jour que mourir aujourd'hui. ». @brandonsanderson ≈ © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2620-andrei-constant-
 

Nowhere Left To Run {Andreï/Keir}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ajouter 2 images (left et right) à coté du logo
» Left 4 Dead : Le Gros Guide Tactique
» Steam Community: Groupe Le CBNA
» Soucis d'affichage sous Explorer et Chrome du tableau d'info personalisé
» Fond de page changant selon la résolution?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-