AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Life has no taste without you | Niklas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: .liloo_59
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Life has no taste without you | Niklas   Lun 16 Nov - 12:40

Life has no taste without you

Niklas & Solveig

Ce soir là, le sommeil de Solveig avait été mis à rude épreuve. A vrai dire la jeune femme n'avait pratiquement pas fermé l'oeil de la nuit. Elle était restée étendue sur son lit sans bouger pendant que son regard cristallin était fixé au plafond. Ce n'était ni la moiteur, ni les bruits du voisinage qui avaient extirpé Solveig des bras de Morphée, mais l'appréhension. Elle attendait ce jour depuis un moment déjà. Si son quotidien était baigné d'une nostalgie envahissante, la brune avait toujours pris le soin de l'ignorer. Jusqu'à ce que la tentation vienne s'afficher sous son nez sous la forme d'une annonce. Le porte-parole du Gouvernement devait donner un discours le lendemain. Niklas Ivanov n'était pas seulement le charisme incarné, il était également -et surtout- l'être que Solveig voulait plus que tout. Il était un manque, un trou béant dans la vie de la jeune femme. Par amour pour son frère, elle avait décidé de renoncer à cet homme. Mais le temps, la fatigue et son addiction à Niklas commençaient à avoir raison de la domination fraternelle qu'exerçait le frère sur la soeur. Soeur qui aux premiers rayons du soleil avait bondi de son lit pour aller se préparer.

Le paysage urbain du Central Business District défilait sous le regard océan de Solveig. Assise dans un taxi, elle pouvait sentir son coeur battre à tout rompre. Cela faisait une éternité qu'elle n'avait pas vu Niklas. Et bien qu'elle ne comptait pas aller lui parler, le simple fait de l'apercevoir la faisait sourire bêtement. Tant pis pour Isak, il n'avait pas besoin de savoir. De toute façon le sorcier la pensait bien trop soumise pour ne serait-ce qu'imaginer qu'elle puisse désobéir. Ce fut avec cette idée en tête que Solveig quitta son taxi. Elle paya l'homme barbu en le remerciant et prit la direction de l'endroit où le discours devait avoir lieu. Sans grande surprise, l'esplanade accueillait déjà un monde fou. La skinchanger n'était pas vraiment à l'aise parmi la foule. Elle détestait être touchée et allait devoir faire preuve d'un self-contrôle sans précédent. Mais le jeu en valait la chandelle car au loin on pouvait déjà apercevoir l'estrade sur laquelle Niklas n'allait sûrement pas tarder à arriver.

Les secondes parurent des heures pour Solveig qui restait plantée là, le coeur battant. Elle était apprêtée de telle sorte qu'on aurait juré qu'elle se rendait à un rendez-vous galant. Sa chevelure chocolat retombait en boucles souples sur ses épaules tandis qu'un rouge à lèvres carmin contrastait avec la robe noire qu'elle portait. La jeune femme était perchée sur des escarpins noirs vernis, histoire d'avoir une chance d'apercevoir sa cible. Des peacekeepers prirent place sur l'estrade. Les murmures de conversations s'évanouirent, Niklas était entrain d'arriver. Solveig avaient les yeux rivés sur lui. Au moment où son regard s'étaient posé sur le russe, elle aurait juré que le temps s'était arrêté. Son ventre s'embrasa. Il était là. Solveig ne put s'empêcher de sourire. Le voir, même à cette distance, était un réel soulagement. Après toutes les excuses bidons dont elle avait dû faire preuve pour lui échapper à contre coeur. Lorsque Niklas prit la parole, la jeune femme fut immédiatement replongée dans le passé. La voix si particulière de Niklas n'était devenue qu'un vague murmure pour la Suédoise mais à cet instant précis, elle résonnait comme une mélodie harmonieuse à son oreille. Mais cette distance commençait à la peser. Immédiatement, dès qu'elle avait aperçu l'homme politique elle avait voulu se précipiter à ses côtés. Ses talons restèrent pourtant cloués au bitume. Sa joie lui avait presque fait oublier la foule et toute l’armada de sécurité.

Après quelques minutes de discours, la skinchanger fut prise d’une légère panique. Quand Niklas était arrivé, les gens s’étaient instinctivement rapprochés de l’estrade. Solveig se retrouva compressée contre des inconnus complètement absorbés par la voix du russe et ce qu'il avait à dire. Mais le contact avec ces inconnus eut le mérite d’irriter Solveig. Soudain elle se mit à penser à son frère. Et s’il la voyait ? Et s’il faisait le rapprochement entre son absence et le discours de Niklas ? Lorsque ses yeux bleus retrouvèrent le visage du russe, il sembla soudainement si loin que Solveig réalisa à quel point son idée était mauvaise. Elle venait de trahir son frère. Et s’il l’abandonnait de nouveau ? Elle s’en voudrait toute sa vie. Mais pas autant que si elle n’avait pas revu Niklas, au moins une dernière fois. Bien qu’elle aurait voulu plus. Rien que de sentir son parfum, une toute dernière fois. Ce fut donc après ces quelques secondes de réflexion que Solveig se décida à reculer, petit à petit. Il fallait qu’elle parte maintenant car plus elle restait là, plus ce serait difficile voir impossible de se résoudre à quitter Niklas une fois de plus.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand


Dernière édition par Solveig Eriksson le Mer 25 Nov - 8:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Life has no taste without you | Niklas   Jeu 19 Nov - 0:28


SHE WALKS IN BEAUTY

Les ordres viennent d’en-haut. Ça ne l’enchante guère d’être devant caméras et feux des projecteurs à parader comme il se doit, à rassurer le peuple, à feindre la solidité d’un gouvernement en ruines. Il ne supporte pas d’être considéré comme un vulgaire pion qu’on peut déplacer à loisir sur l’échiquier. Il sera en tête de liste d’éventuelles attaques. C’est lui le symbole de l’autorité que diable ! Il ne se sent pas à l’abri, même derrière son masque impassible. Les dérapages sont vite arrivés. Lui-même ne croit probablement plus en ses convictions, comment alors convaincre une foule ? La gorge enrouée, il s’enfile un verre d’alcool d’une traite. Le liquide ambré réveille des instincts enfouis dans sa mémoire. Se soûler la veille d’un discours, c’est tentant. Délicieusement tentant. Il pourrait parfaitement se mettre dans un état d’ébriété avancé afin de pouvoir se porter pâle. L’idée l’effleure un instant avant que sa pièce fétiche ne retombe dans sa main. Face. Tu ne te soûleras point. Merde.

La nuit lui paraît interminable jusqu’au petit matin. Des gardes du corps l’extraient de sa torpeur en l’emmenant jusqu’à une voiture de fonction, blindée, fumée, un mini char d’assaut en somme pour l’avatar du pouvoir actuel. Niklas apparaît comme d’habitude, froid, concentré, extrêmement assuré, ne daignant pas même leur accorder un regard. Ils ne prêtent plus attention à son incivilité, ils le respectent et acceptent sa nature bravade. Le leader né fait craquer les os de ses mains, geste qui le calme, il ignore pourquoi. Peut-être qu’il entend des ennemis invisibles ployer sous la force de ses mains. Peut-être. Pas un faux pas ne sera autorisé. Il est sur la tangente en quelque sorte. Essayerait-on de tester sa loyauté par cette allocution en grandes pompes ? Infléchissable, il se tient bien droit, dans une stature royale, alors qu’il monte sur l’estrade face à la plèbe qu’il méprise. Il fixe un point imaginaire, prend tout son temps, grisé par le suspense qu’il provoque volontiers.

Sa voix et ses inflexions rugueuses entraînent souvent l’effervescence de ces bas esprits. Bandit, la séduction naît de ses modulations qu’il maîtrise parfaitement. C’est un discours au rythme cadencé, mesuré dans les détails les plus abscons. Aucune note, pas de prompteur, il sait ce qu’il doit dire, sa mémoire est rôdée à ce type d’exercice. Il en est presque blasé à force, mais il s’avère qu’il ressent toujours un plaisir malsain à faire monter la tension d’un auditoire. Il avait dû être un sénateur grec dans l’ancien temps, très certainement. Davantage que par les femmes, il est beaucoup plus excité par cette sensation de puissance qui se propage dans toute sa personne. Rien d’étonnant à ce qu’il sente l’érectilité de son membre, il ne tente même pas de refouler cette ardeur familière. C’est l’éloquence du politicien, peu importe le sujet, il doit les abreuver de belles paroles d’or, d’argent et de paillettes.

Sa pupille irisée s’arrête sur les badauds, les gens de bien, les curieux, bref, le peuple dans toute son hétérogénéité. Niklas éprouve le mouvement, la vague, la température de ces hommes et femmes, ces égarés. Ils sont malléables, si ignorants du déterminisme Ivanov à l’œuvre. Alors qu’il atteint l’apothéose, les braves s’agglutinent vers lui, si bien qu’il pourrait toucher quelques mains tendues vers leur idole. Le monstre ne se donne pas cette peine, il est très bien sur son piédestal. Cependant, il contemple glacialement pour la première fois la masse. Et c’est un souvenir qui rugit dans son âme. Une couleur. Le rouge. La passion. Le vice aussi. Les souvenirs peuvent être furieux. Il parle mécaniquement mais intérieurement, le désir nostalgique le malmène. L’épiderme s’hérisse, ses yeux de faucon se plissent vers leur cible. Les yeux fermés, il pourrait la reconnaître. Le doute n’est pas permis. C’est elle. La douce Solveig. Celle qui hante toujours ses nuits trop longues, ces nuits où sa couche reste froide, ces nuits sans les brûlures de la peau contre la sienne, ses lèvres, le baiser de la Mort elle-même. Un interdit, son frère le hait et c’est réciproque. Mais elle…un élan irrépressible le fait interrompre sa diatribe. Il se rue en avant, des corps qu’il écrase, bouscule, la main sur l’épaule fuyante. Il a ce regard qu’elle ne veut pas croiser, elle y verrait peut-être du désespoir. Il l’agrippe, l’attire vers lui, fendant toujours la peuplade. Les gardes du corps n’ont pas eu le temps de réagir. Personne ne peut les rattraper. Ils s’extraient du flot hébété.

Niklas l’amène dans une ruelle, loin de la foule déchaînée. Le souffle court, il garde un silence lourd de sens, se penche vers ce visage qu’il a immortalisé dans sa mémoire et s’empare finalement de ces lèvres fantasmées, la fougue au creux de la poitrine, la chamade du cœur en déroute. Il l’embrasse comme un homme d’âge mûr, mais aussi comme un adolescent en émoi. Cela réveille sa folie intérieure. Il embrasse l’idée d’elle, l’absence d’elle, le mal d’elle. L’amour sans enchantements. L’amour et ses dérives. Il ne se retient pas, ne ment pas à cette bouche. C’est elle qui détient tous les secrets du monde. « Je t’ai manqué, Solveig ? » Cette évidence, il souhaite plus que tout qu’elle la certifie. Un plaisir immonde qu’il a de la voir chuter.

(C) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: .liloo_59
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Life has no taste without you | Niklas   Ven 20 Nov - 12:57

Life has no taste without you

Niklas & Solveig

Durant un court instant qui sembla durer une éternité, Solveig se noya dans le flot de souvenirs qui venait d’envahir son esprit. Des souvenirs au parfum sucré. Elle manqua même de perdre l’équilibre lorsque son pied buta contre la cheville d’un badaud. Bien heureusement, ce fut à ce moment précis qu’elle reprit ses esprits. Et ce qu’elle constata eut le mérite de la surprendre. Niklas venait de fendre la foule et s’avançait vers elle avec détermination. La suédoise doutait. Elle crut même que son imagination lui jouait un tour. Un triste tour qui ne la fit pas rire du tout. Puis elle comprit enfin que tout ceci était bien entrain d’arriver. Le russe venait bel et bien d’interrompre son discours pour l’empêcher de fuir. La main sur son épaule était bien réelle, aussi réelle que la sensation électrique que ce geste lui provoqua. Ce simple contact qui fit palpiter son cœur avec une ardeur nouvelle. Sans résistance aucune, Solveig se laissa guider hors de la foule. En s’éloignant, les plaintes du public devinrent un bourdonnement incompréhensible puis un vague écho lointain. La ruelle dans laquelle ils stoppèrent leur course prit des allures de refuge. Lorsque le regard de Solveig tomba enfin dans celui de Niklas, elle fut persuadée qu’à ce moment là, rien n’aurait pu les atteindre. Persuadée que désormais, plus rien ne pourrait les séparer. Leur silence signifiait bien plus que des mots qui s’avérèrent totalement inutiles.

L’interdit de cette union sembla soudain ridicule pour Solveig. Elle se laissa aller dans les bras rassurants de Niklas qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Parce qu’il n’y avait qu’à cette place qu’elle se sentait à l’abri. A l’abri de son frère et de son influence malsaine. La jeune femme répondit au baiser de son amant avec une avidité peu masquée. Comme si ce baiser avait été le dernier. En réalité le manque de Niklas avait été dur à supporter. Son parfum, la chaleur de sa peau, sa voix. Tout chez lui lui manquait. Mais maintenant les préoccupations de Solveig s’étaient envolées. Enfin la voix de Niklas la ramena sur terre. La brune baissa légèrement la tête, comme honteuse. Elle se sentait coupable de l’avoir fuis et de lui avoir menti. La culpabilité déjà accrue de Solveig fit rosir ses joues. Quelques mèches chocolats lui octroyaient la vue. Pendant un petit moment elle n’osa pas regarder Niklas en face. Puis après avoir repris sa respiration, elle finit par hocher la tête. « Atrocement. » répondit-elle en relevant les yeux vers lui. En d’autres termes, cela voulait dire oui. Solveig se sentait mal de trahir ainsi la confiance de son frère. Mais combien de temps encore aurait-elle put tenir sans voir Niklas ? Surtout que l’absence de ce dernier dans sa vie l’avait poussée à s’automutiler jusqu’à frôler la mort. Si le but officiel était de se retrouver à l’hôpital pour piller les réserves de médicaments, l’officieux était de se sentir vivre. Chose qui ces derniers temps était devenu rare pour elle. « Niklas on ne peut pas se voir ici… Et ton discours ? Ils vont te chercher partout. » dit-elle en jetant des regards inquiets vers l’autre bout de la ruelle. En réalité, c’était elle qui n’était pas rassurée. Elle avait tellement peur que les gorilles de la sécurité les rattrapent et qu’ils gâchent tout. Instinctivement la suédoise se rapprocha de Niklas. Elle savait qu’elle n’aurait pas dû, que c’était mal, mais pourtant c’était si bon d’être là.

Ce qui devait arriver arriva. Une troupe d’hommes débarqua dans la ruelle. Ce n’était pas courant que le porte-parole du Gouvernement fuit son propre discours. Les talons de l’armada martelaient le sol bruyamment. Ils approchaient. Solveig sembla nerveuse. Elle ne voulait pas trop être mêlée au Gouvernement. Pas avec l’activité qu’elle exerçait. On s'interrogerait sûrement à son sujet. Et si Isak était mis au courant ? Il ne lui pardonnerait jamais. Pour sûr il l’abandonnerait de nouveau pour avoir trahis sa confiance. Il ne fallait pas qu’ils restent là. Les buildings qui bordaient la ruelle étaient tellement rapprochés qu’ils obstruaient la lumière du soleil. On aurait dit un petit tunnel éclairé du dessus. Les yeux azuréens de Solveig plongèrent dans ceux de Niklas. La brune était instable et ce n’était pas nouveau. Son instabilité la rendait d’ailleurs imprévisible. Et le russe devait s’en douter. L’un des peacekeepers lancé à la tête du groupe se mit à appeler l’homme politique d’une voix rauque. Son cri ressemblait à l’aboiement d’un gros chien. La jeune femme sursauta. C’était trop pour elle. Dans un geste irréfléchi elle se mit à détaler dans le sens inverse de la troupe. Ses talons l’empêchaient d’aller très vite mais elle se dit que de toute façon, les gorilles ne feraient pas attention à elle. Elle l’espérait du moins. L’adrénaline qui pulsait dans ses veines lui fit oublier sa culpabilité nouvelle. Une fois de plus elle fuyait Niklas. De toute façon pour ce qu’il restait de son cœur, qu’il soit déchiré une fois n’avait pas réelle importance.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Life has no taste without you | Niklas   Sam 21 Nov - 15:08


SHE WALKS IN BEAUTY

Le qu’en dira-t-on, il s’en contrefiche. Tout ça pour une fille. Il se morigène intérieurement. Pas n’importe laquelle, ferait-il remarquer. Il n’a même pas utilisé sa pièce pour jouer avec la fortune. Son assurance le perdra. Il n’est pas à sa première amourette, mais ça l’obsède, ça le rend accro, à fleur de peau. Il pourrait baiser toutes les putes et demoiselles charmantes de la Terre que ça ne le rendrait pas heureux. Il la veut elle. Il veut écrire son nom sur sa fesse gauche, il veut tatouer son amour sur sa poitrine, entre ses seins juvéniles. Possessif le garçon. Un brin excessif. Il ne démord pas de cette passion insoluble. Il a laissé ses pulsions prendre le dessus cette fois, vilaine manie du moment. Une course-poursuite à présent dans les ruelles trop propres, trop lisses. Dans quelle foutue emmerde…L’atrocité de la vérité sortant de sa bouche divine, sa réponse sincère, il en loupe un battement et expédie toutes les pensées raisonnables. Il pensait la machine brisée, ce n’est visiblement pas le cas. Comme avant, pense-t-il alors. Quand nous froissions les draps, quand nous nous retrouvions en cachette, dans cette voiture de fonction aux vitres teintées, tu t’en souviens Solveig ? Dans cette chambre d’hôtel, à échanger des sensations perdues. Le privilège des fous.

« C’est vain. Tu ne peux pas me fuir éternellement. » Elle est déjà loin pourtant, loin de ses bras, de ses obscurs désirs, quand pourra-t-il la posséder totalement, l’enchaîner à lui, la séquestrer dans son cœur boiteux ? Il fait volte-face, prêt à payer ses crimes, à provoquer le jugement dernier, rien ne peut s’interposer entre lui et elle, rien. Le pouvoir qu’on lui a conféré explose. Le sang sur les murs, la diversion, zéro diplomatie. Il devra en répondre plus tard, il perdra peut-être toute considération de ses chefs. Toutefois, il sait aussi qu’on a besoin de lui, qu’il est un représentant du Gouvernement et qu’ils ne peuvent pas se permettre de trouver quelqu’un d’autre. Il sent sa place acquise pour un certain temps.

Le Nordique repart en chasse. Prédateur incarné. Tu ne m’échapperas pas. L’haleine froide, le brouillard en dedans. Il rattrape son retard, bloque le passage de la demoiselle. « Je t’ai dit que tu ne pouvais pas me fuir. Suis-je donc si indécent, si méprisable pour que tu cherches toujours une porte de sortie ? Regarde-moi, Solveig. Si c’est ce que tu veux, dis-le. Mais ne me mens pas. » Il lui crache des vérités rudement au visage. Il en a assez de ces « je t’aime moi non plus ». Le souffle court, il tremble un peu. « Je te donne tout et tu ne veux rien. » Condamnation. Il est traître. L’hypocrisie a un nom. Il cherche à la faire culpabiliser et tous les moyens sont bons. L’être nocif ne veut pas s’avouer vaincu. « Nous sommes dans une impasse c’est ça ? Tu crois que ce n’est que du désir, qu’une putain de passion ? Tu te trompes. » Niklas confesse maladroitement un amour qu’il ne sait exprimer comme les autres. Il est brutal, ardent, amant infatigable, personnage violent, à l’âme rugueuse, mais il s’ouvre à l’innocence, il n’y a qu’un pas vers la lumière. « Viens avec moi, je t’en supplie. » Le vassal se soumet à sa dame. Il n’a jamais été aussi franc. Il a besoin de sa force, il a besoin de cette fille pour faire taire le démon intérieur qui récuse toutes ses envies, toutes ses faiblesses. Solveig est son angle mort, il le sait, c’est pour ça qu’il doit l’avoir près de lui. Comment faire pour mettre l’oisillon en cage ?

(C) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: .liloo_59
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Life has no taste without you | Niklas   Mar 24 Nov - 13:22

Life has no taste without you

Niklas & Solveig

La fuite, encore, toujours.  Comme si tout ça n’était qu’un jeu. Dans sa course, Solveig se demanda si elle n’aurait pas dû faire demi-tour et retourner se lover dans les bras de Niklas pour le reste de sa vie. Elle en crevait d’envie à vrai dire. Mais la partie d’elle, celle qui aimait se faire du mal, continuait d’agiter ses jambes. Elle avait pourtant l’intime conviction que le russe n’abandonnerait pas si facilement.  De nombreuses fois elle avait cru qu’il finirait par se lasser, qu’il trouverait une autre femme, elle en était même venue à l’espérer. Parce que ça aurait été tellement plus simple même si dans les faits, ça lui aurait brisé le cœur. Alors que l’énergie venait à lui manquer, Solveig, dont la cadence se faisait plus lente, fut stoppée net dans sa course. Niklas l’avait rattrapée et lançait déjà des accusations au visage fermé de la jeune femme. Elle l’observa de son regard gris. Elle prit une grande inspiration. Les lèvres closes, la brune secoua négativement la tête. Bien sûr que non ce n’était pas ce qu’elle voulait. Elle était simplement tiraillée entre deux êtres qu’elle aimait. Et Niklas le savait. Il essayait sûrement de faire pencher la balance en sa faveur. Ce qui, à la suite de ses propos, commença à arriver. Solveig sentait la culpabilité lui picorer la gorge. Durant tout ce temps elle n’avait pas quitter les yeux de son amant. Des yeux dans lesquels il lui était si facile de se perdre. Elle sentait Niklas agité, il semblait à bout. Il semblait aussi sincère. Solveig s’approcha doucement de lui, jusqu’à ce que leur corps se collent presque. Elle vint tendrement passer son pouce contre les lèvres du russe. Il n’avait pas besoin d’en dire plus.

« Je t’aime aussi commença-t-elle doucement je vais venir avec toi. Mais par pitié partons d’ici. »

Elle croyait en ce qu’elle venait de dire. Elle était parfaitement sincère. Elle s’en irait avec lui. Jusqu’à ce que, comme d’habitude, la culpabilité vienne la ronger de l’intérieur. Puis après un temps, elle finirait par disparaître dans les ténèbres une nuit où le manque et la peur de  perdre son frère seront devenus trop durs à supporter. Mais à cet instant précis, dans cette ruelle, tout ce qu’elle désirait était de s’en aller avec Niklas. Au fil du temps il était devenu additif. Elle ne se sentait vivre qu’à travers son regard. Une partie d’elle, toujours la même, lui hurlait de partir une bonne fois pour toute. Elle lui hurlait de déguerpir. Mais pour la première fois, Solveig ne céda pas. Elle venait d’enlacer Niklas et de se blottir contre lui. Ce geste balaya complètement toute conscience. Elle était si bien avec lui. « Allons nous en. » murmura-t-elle en gardant sa tête contre le torse du russe. Il fallait faire vite. Si la skinchanger était complètement  sincère dans son envie de partir avec l’homme qu’elle aimait, elle savait aussi que passer à l’action pouvait être une chose qu’elle regretterait. Voilà pourquoi ils devaient partir maintenant. Avant que d’autres Peacekeepers ne viennent chercher Niklas. Avant que des badauds les aperçoivent.

La vie n’avait aucune saveur sans Niklas. Solveig le savait mais elle avait appris à vivre avec. C’était ce dont elle essayait de se persuader. Pourtant elle passait le plus clair de son temps à revasser en espérant croiser son amant à chaque coin de rue. Malheureusement pour elle ce n’était jamais arrivé. Bien sûr plusieurs fois elle crut l’apercevoir au loin. Dans ces cas là, son cœur se serrait dans sa poitrine et les bruits alentours se faisaient sourds. Mais elle réalisait bien vite que son imagination lui jouait de sales tours. Alors elle s’était habituée. Habituée à replonger dans des souvenirs charnels lorsqu’elle effleurait un homme portant l’eau de cologne de son amant. Habituée à vivre dans ses souvenirs. Des souvenirs qui se trouvaient droit devant elle aujourd’hui. Des souvenirs qu’elle ne pouvait fuir.La jeune femme se recula et revint mêler son regard à celui de Niklas. Elle était prête à le suivre.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Life has no taste without you | Niklas   Mer 25 Nov - 21:21


SHE WALKS IN BEAUTY




Un sentiment de détresse qu’il n’avait jamais – du plus loin qu’il s’en souvienne – ressenti jusque dans les moindres parcelles de son corps, s’est emparé de lui lorsqu’elle s’est à nouveau échappée, s’arrachant à sa tyrannie maladive. Une détresse physique, brûlante, les insomnies à répétition, les hallucinations auditives, même olfactives, le souvenir d’une caresse sur un point névralgique, une sensibilité exacerbée…Elle ne l’a jamais vu pleurer, mais le grand Niklas a versé des larmes nocturnes. Des larmes incompréhensibles, inconscientes. Oh si peu de cette eau salée versée au bord des prunelles bleu acier, si infimes, si intimes pourtant. Des perles de neige en plein cagnard. Un manque inexplicable a fissuré sa sublime forteresse psychologique. Solveig, un effet de serre. La fonte inexorable des glaces Ivanov. Cette fille, le péril de son existence, espérance de vie limitée. Un divertissement a-t-il cru d’abord, un pur amuse-gueule, une chimère qu’on oublie bien vite après consommation. Il a usé la belle, il en a fait une esclave, or c’est lui qui s’est aliéné, asservi à elle. Il s’est piégé tout seul. Un servant, une pauvre loque, voilà le résultat de cette relation néfaste. Et il court au-devant de l’implacable destin qui les lie. Entre vie et mort. Bien et mal. Blanc et noir. Aimer et mourir. Aimer mourir.

La demoiselle daigne finalement le suivre, accompagner le monstre. La victoire à son comble. Un « je t’aime » comme une précipitation vers la falaise mortelle. Niklas jubile intérieurement, une puissance destructrice s’agite en lui. Une nébuleuse affection pour elle, tout soudain, elle qui lui confère cette enivrante émotion. A moi, elle m’appartient ! Désarmée, elle ne peut rien contre sa souveraineté. Il en joue et surjoue le bougre. Il ne l’abîmera pas, pas comme ces filles d’un soir qu’il malmène. Il ne veut pas d’un jouet, d’une poupée gonflable, il veut une femme qui puisse rivaliser avec son fort taux de testostérone. Si elle semble d’apparence fragile, il n’en est rien et elle sait lui refuser ses requêtes. Combien de fois s’est-elle enfuie au matin ? C’est l’ombre d’un frère toujours qui la hante, qui obstrue ses chances de succès avec elle. Perdre, cela ne fait pas partie de son vocabulaire. C’est une guerre qu’il engage contre le gosse, ce garçon qui le prive de son bonheur. Il n’y a aucune négociation possible avec le porte-parole du gouvernement.

Une main possessive sur l’épaule qu'il pourrait broyer en quelques secondes, il l’emporte dans son monde, l’arrache au réel, la confronte à sa noirceur. Un appel et tout est réglé. Il ne s’inquiète pas de ses poursuivants. Un chauffeur particulier ne tarde pas à les récupérer pour les mener dans la demeure du maître. C’est un lieu extrêmement froid et sobre que l’habitat naturel de cet homme dépourvu d’empathie. Il se fond parfaitement dans ce paysage nordique, moderne et très épuré. Plusieurs appels manqués, il laisse cela pour plus tard, trop affairé avec sa sourde joie. « Fais comme chez toi. » Une euphorie incertaine. Une boisson, un bain, un festin ? Tout semble apprêté pour sa venue. « A moins que tu ne veuilles… » Il affûte le suspense. Il sent le désir poindre dans son corps ivre de souvenirs charnels. Il lui sert un verre de champagne coûteux. « Trinquons à nos retrouvailles. » Debout contre le bar de la cuisine, il la fixe, faisant fi des derniers événements houleux. « Je ne veux pas te perdre une nouvelle fois. » Voix curieusement menaçante. « Si tu pars encore, je me tue. » Se tuer pour ses beaux yeux, que c’est romanesque. Il ne s’en croyait pas capable. C’est le beau parleur qui s’exprime aussi aisément. Jouer l’amoureux transi, jouer le rôle qu’elle lui assigne. Il est ce danger qui rôde. Il vient enlacer sa taille, sa main se remémore les courbes enchanteresses. Il veut plus évidemment, il n’en est qu’au prologue. « Tu peux faire de moi ce que tu veux. » Qu'il souffle contre l'oreille. Il embrasse la gorge qu'il convoite. L'ardeur, la tentation du vice. Se donner c’est aussi posséder, aussi fou que puisse paraître cette logique tordue. Niklas ébauche son sourire des bons jours, qu’il ne retient pas cette fois, fendant son visage si souvent crispé et despotique d’une façade douce. Tendre sera notre nuit.

(C) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: .liloo_59
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Life has no taste without you | Niklas   Mer 2 Déc - 11:08

Life has no taste without you

Niklas & Solveig

Le combat intérieur que menait Solveig avait pris fin. Sa conscience avait perdu la partie. Sa décision était prise. La Skinchanger s'était laissée entraîner dans la berline noire aux vitres teintées. Elle aurait aimé qu'elle les emmène loin, sur des terres où il n'y aurait eu que Niklas pour lui tenir compagnie. Ce fut presque le cas puisqu'ils arrivèrent bientôt chez le russe. Une pointe de nostalgie piqua le coeur de Solveig. Rien n'avait réellement changé depuis la dernière fois qu'elle était venue. L'endroit était décoré avec goût et reflétait parfaitement la personnalité du politicien.

La brune suivit Niklas jusqu'au bar de la cuisine. Ses yeux bleus l’observèrent tandis qu'un sourire courbait le coin de ses lèvres. Dans sa voix elle avait cru percevoir une pointe d'excitation et de satisfaction. Solveig en aurait presque été attendrie.  Elle avisa la flute de champagne que le russe était entrain de lui servir. Elle sembla se détendre et enfin accepter le fait que la décision qu’elle venait de prendre était la meilleure. Son expression se fit légèrement plus grave lorsque Niklas poursuivit. Ses paroles résonnaient comme une menace, un avertissement et presque comme un caprice. Il était donc entrain de lui faire du chantage affectif. Ses doigts fins autour du verre, Solveig baissa brièvement les yeux. Elle ne put affronter le regard que Niklas lui lançait. « Je ne peux rien te promettre, tu le sais Niklas. » dit-elle en relevant la tête. Son regard se mêla à celui de son amant. Malgré son apparence juvénile, Solveig traînait deux siècles et demi d’une existence compliquée derrière elle. Pourtant c’était bien la première fois qu’un homme lui faisait autant d’effet. Elle se sentait totalement tiraillée. Mais pour l’instant l’heure était aux retrouvailles. « Ne dis pas de bêtises. » conclut-elle d’un ton doux mais ferme. Solveig en profita ensuite pour siroter une première gorgée de ce champagne hors de prix. Elle ne pouvait le nier, Niklas avait du gout. Elle ne pouvait pas non plus ignorer son charme et le charisme qui l’avait faite craquer à l’époque de New-York. Une belle époque, avant qu’Isak ne revienne chambouler sa vie. Parfois elle se surprenait à s’imaginer ce qu’aurait été son existence sans lui. Sûrement qu’elle ne serait pas tombée dans ces trafics illicites et qu’elle passerait sa vie dans les bras du russe. Puis la réalité et la culpabilité revenaient souvent briser son utopie.

La main de Niklas contre sa robe lui provoqua un frisson à peine réprimé. Une vague de chaleur embrasa son ventre. Ce contact lui avait manqué, instinctivement elle se rapprocha de lui. Un murmure contre son oreille, Solveig se mit à sourire. Dans la réalité, Niklas était déjà ce qu’elle voulait, mais elle comprit qu’à ce moment là, se passer d’elle lui serait difficile. Elle comprit qu’en acceptant de le suivre aujourd’hui, elle renforçait leur relation déjà puissante. Et le pire fut que ces mots la réconfortèrent. Les paupières de la brune se fermèrent après qu’elle ait légèrement incliné la tête pour s’offrir complètement au russe. Ses lèvres contre sa peau avaient vertu d’antidote contre la culpabilité qui rongeait son cœur. Ses doigts fins allèrent se mêler à la chevelure de Niklas. Dans un pincement de lèvres, la jeune femme prit un malin plaisir à déstructurer la coiffure parfaite de son amant. Solveig finit par rouvrir ses yeux. Elle avait senti son cœur s’emballer à mesure que leur corps s’étaient collé l’un à l’autre. Elle finit tout de même par se détacher du russe pour finir sa flute à grandes gorgées. Elle posa le verre vide sur le bar et revint sans attendre gouter les lèvres du russe. Solveig profita de ce baiser pour glisser sa main droite contre la veste de Niklas dont elle détacha le bouton d’un geste habile. Puis sa main glissa dans la poche du russe.Elle mit un terme à leur échange, un sourire taquin au coin des lèvres. Elle venait de sortir la pièce fétiche du russe. Celle avec laquelle il s’amusait à jouer avec le hasard. Tenant l’argent entre son pouce et son index, Solveig mêla son regard cristallin à celui de Niklas. « Pile j’accepterais tout ce que tu me demandes. Face, le contraire. Deal ? » dit-elle en agitant doucement la pièce. Puisqu’elle était incapable de se tenir à quelconque décision, autant que le hasard décide à sa place. Encore faudrait-il que Niklas accepte de jouer le jeu.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Life has no taste without you | Niklas   Mer 9 Déc - 1:38


SHE WALKS IN BEAUTY




Parce qu’il sait pertinemment – il n’est ni dupe ni totalement aliéné – qu’elle ne reviendra pas une énième fois au bord du lit, dans la traînée rouge de leurs ébats, dans la boue héroïque de leur tendresse commune. Un au revoir cette soirée. Ça ne peut guère durer cet entre-deux fuligineux. Une fumée, cette fille, il aura aimé, fort, pulsionnellement, et maintenant…elle ne peut rien promettre, les lèvres scellées, les promesses dédiées à un autre. Le refus de sa part bien sûr, l’intolérance indélicate, c’est l’orgueilleux qui s’exprime au fond des prunelles pâles. Il doit ravaler sa fierté. La jalousie empreinte d’amertume. L’impuissance aussi, il se sait perdu, il ne sortira pas vainqueur de la guerre. Il ne peut rien contre le sang, ce lien indéfectible. Il doit abdiquer face au destin foireux, face à cette fille qui lui retourne le cerveau. « Trop beau pour être vrai, n’est-ce pas ? » Le murmure résigné, de dépit amoureux. Il ne peut enfermer le cerf-volant qui danse, l’oiseau génétiquement libre, agitant ses ailes avec panache. Le cygne blanc. La pureté. Solveig.

Niklas éprouve un sentiment douloureux, nourri par le passé et le futur proche. Du vent, des paillettes, une guirlande d’apparat, des non-dits, cette scène lui apparaît brusquement aberrante. Le bel amant, épris de folie, et la charmante donzelle au blanc manteau. L’idéal, l’achèvement. L’idylle trop parfaite. Ils se mentent, ils se fourvoient. Ce n’est qu’une bande-annonce de cinéma. Une propagande pour leur faire croire que cela peut fonctionner. La vérité éclate en pleine gueule. Il lui est insupportable de penser que c’est probablement la dernière entrevue. Il combat l’idée férocement, mais cette dernière persiste. Son instinct ne se trompe jamais. La possession est incertaine. L’étreinte peut-être et il se retrouvera derechef comme un con, le lit froid, les draps froissés comme seule preuve de la présence de l’aimée la veille. C’est ce qui l’attend demain matin. Le souvenir préfabriqué l’empêche de profiter du moment présent.

Le vol étudié, la pièce fétiche, le hasard sournois. L’excitation du moment. « Tu t’en remets donc à ma pièce. » Sourire hagard. La résolution flanche. Il se prête à ce divertissement. Le cuivre retombe, la gravité l’exige. « Pile. » Il pourrait donc demander n’importe quoi. La vie, la mort, la petite mort. Qu’elle reste, qu’elle l’épouse, qu’elle...il ne sait pas ce qu’il veut. Il pourrait l’étendre à même le sol, leurs corps fusionnels, le délice de la chair. La brûlure d’une nuit et ensuite ? Souffrir jusqu’à la fin de ses jours, entretenir l’amour avec la fugacité de quelques embrassades ? Qu’elle aille au Diable. Regain de haine, l’amour est une perversion. « J’ai un autre jeu pour toi. » La dilection envolée. Passe l’affection. Désenchantement. Le goût amer sur la langue. Il boit d’une traite le liquide doré qu’il déverse dans la bouche de l’aimée. Le verre se casse, il fracasse la coupe comme il fracasserait con cou gracieux. « Tu joues, tu perds avec moi, chérie. Pile, tu restes. Face, tu pars. Pour toujours. Qu’on en finisse. Ici et maintenant. » Il boit de nouveau, au goulot cette fois, comme un hère, le regard belliqueux, il dépose la pièce dans la main de la demoiselle audacieuse. La bête humaine, la réalité du personnage. Cruauté est son deuxième prénom. Il botte en touche, laisse le hasard décider puisqu’il semble imprégner leur relation. Niklas en a assez de prétendre, il veut le réel, l’embrasser tout entier. Ou rien.

(C) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: .liloo_59
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Life has no taste without you | Niklas   Ven 11 Déc - 13:20

Life has no taste without you

Niklas & Solveig

Leurs retrouvailles avaient un drôle de goût. Un goût d’irréalité totale. Mais Solveig s’en délectait volontiers. Elle se délectait de tout. De la voix grave de son amant, de la chaleur de son corps, de sa présence, de son amour, de sa possessivité. De tout son être. Ses yeux bleus n’avaient plus lâché le regard de Niklas, comme si la jeune femme avait voulu s’y perdre pour le reste de son éternité. Elle souriait, pour l’instant, elle profitait de toutes ses forces. Collée au russe, elle semblait accrochée et bien décidée à rester. Solveig glissa ses doigts contre la joue de Niklas. Comme si elle avait senti son esprit entrain de se tordre dans tous les sens. Comme si elle avait senti son incertitude et sa frustration. Pour l’instant elle ne voulait penser qu’à leur bonheur. Ca ne l’avait pas empêchée de s’en remettre au hasard en sortant la pièce. Pièce qui était tombé du côté pile. Solveig avait relevé son regard vers Niklas. Il avait gagné. Un faible sourire courbait les lèvres de la skinchanger. Un sourire qui disparut aussitôt. Le russe semblait avoir une autre idée en tête, un autre jeu, d’autres règles. L’appréhension prit possession des traits de la brune. Elle avait peur, car leur mascarade n’en était pas une. Ils jouaient avec le destin, jouaient avec leurs sentiments. Solveig en était parfaitement consciente. Sagement, elle avait attendu que Niklas termine son verre, attendu de goûter ses lèvres aux parfums de champagne et avait fini par fixer la pièce de son regard azur. Elle avait leur avenir entre les doigts. « Très bien, allons-y. » répondit-elle avec aplomb en masquant son inquiétude. Elle se recula de quelques pas. Elle avisa un instant la bouteille que tenait désormais le russe. Que comptait-il faire comme ça ? Se saouler au champagne hors de prix ? Solveig finit par lancer la pièce.

Bien que la voltige dura à peine quelques secondes, la skinchanger sentit son estomac se torde. Bientôt le cuivre s’aplatit sur le dos sa main. Elle jaugea un instant le petit objet et releva un regard inquiet vers Niklas. « Face. » la sentence venait de tomber. Il l’avait décidé. Selon ce qu’il avait dit, Solveig aurait dû partir pour ne jamais revenir. Elle s’approcha de nouveau de son amant et glissa sa main dans la poche de ce dernier pour y ranger la pièce. « Alors je dois partir, pour toujours. Puisque ta chère pièce me chasse. » avait-elle murmuré alors que ses lèvres embrassaient la mâchoire du russe. Oh non, elle n’avait aucune envie de partir. Elle n’était certainement pas prête à mettre une croix sur Niklas. Pas pour toujours, ni pour jamais. Elle savait que ses vas-et-viens aurait raison de leur relation bancale. Mais qu’en était-il de leur addiction ? Elle ne se sentait pas prête à lui renoncer, mais qu’en était-il de son côté ? Solveig savait à quel point Niklas chérissait sa pièce, à quel point elle pouvait dicter sa vie. Il avait semblé déterminé à obéir au hasard.

« Je n’aime pas vraiment obéïr aux règles. » continua-t-elle de murmurer contre la peau brûlante de son amant. Ca c’était une certitude. Solveig avait toujours été un électron libre. Tiraillée entre deux hommes qu’elle aimait de toute son âme. Elle avait joué longtemps avec le cœur de Niklas. Un jour elle lui promettait de rester et le lendemain elle délaissait ses draps pour rejoindre son frère. Un jeu dangeureux qui devait forcément mal se terminer. Mais Solveig n’avait jamais imaginé que cela cesserait de cette manière là. Peut-être qu’après tout, le hasard était le seul à pouvoir les séparer pour de bon. Quitte à les déchirer en mille morceaux. Solveig pouvait partir, elle en était parfaitement capable mais elle savait aussi qu’il lui serait impossible de jamais revenir. Un cercle vicieux, pervers et malsain. Tout comme la relation qu’ils entretenaient. La jeune femme fit un pas en arrière. « Mais si tu y tiens réellement, je partirais, pour toujours. Je continuerais de t’aimer de loin. » affirma-t-elle en haussant les épaules. Elle jouait, comme toujours. Et s’il la faisait réellement partir ? Solveig avouait volontiers être dans l’incertitude totale. Elle scrutait le moindre signe dans les yeux de Niklas. Cette fichue pièce, qu’est-ce qui lui avait pris de la prendre ? La brune se serait bien mordu les lèvres si elle ne faisait pas mine d’être impassible. Tantôt enfant, tantôt adulte, aujourd’hui c’était bel et bien la femme qui avait pris le dessus.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Life has no taste without you | Niklas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» problème life time map updater
» Little Life the story worm
» GTA Real Life ! La vrai vie sur GTA IV !
» Game Life'
» New-Life - Jeu par navigateur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-