AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'argent, le nerf de la guerre ▬ ft Mikkel ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: L'argent, le nerf de la guerre ▬ ft Mikkel ♥   Sam 12 Déc - 17:56


La journée avait pourtant si bien commencé. Une petite dose d’amphétamines pour bien se mettre en jambes. Pas trop non plus parce qu’il avait un peu à faire aujourd’hui, comprenez, il devait parler affaire et vérifier les comptes. C’était con mais complètement en délire à cause de la drogue, il n’aurait rien pu faire. Sans drogue, le résultat aurait été le même. Ses mains n’auraient pas arrêtés de trembler. C’était un sacré travail de s’occuper de ce réseau en permanence. Toujours des emmerdeurs pour nous tirer dans les pattes ou nous faire de la concurrence, toujours des alliances qui devaient des guerres ouvertes et sanglantes. Si ça n’avait pas été pour offrir les meilleures choses à sa petite sœur, sans doute ne se serait-il pas donner autant de mal. Il sourit haussant les épaules avec résignation. Jamais il ne laisserait Solveig se retrouver dans la misère, il était terrifié maladivement à l’idée qu’elle soit obligée d’utiliser son corps pour subvenir à ses besoins ou, pire, d’aller fricoter avec ce connard de Niklas. Connard dont il devait réussir à régler un jour le problème. Pour une fois que les mots faisaient un peu sens dans son esprit, il fut ce qui était le plus proche de la bonne humeur chez lui : une vague aphasie. Cependant, ça n’était évidemment pas pour durer. A l’image d’un bateau porté par le vent, une tempête s’abattit pour fracturer le navire. C’était un de ses gars, il avait oublié son nom, qui faisait la comptabilité. C’était amusant de constater comme même les organisations criminelles avaient ce petit quelque chose de traditionnel. Le capitalisme avait bien des visages. Le type d’une quarantaine d’années et à moitié chauve semblait proche de l’apoplexie.

« Faut ralentir papy, sinon tu vas canner vite fait. Qu’est qu’il y a encore ? » Soupira-t-il bruyamment. Rien de particulier n’était encore arrivé mais c’était intéressant d’avoir toujours l’air de mauvaise humeur. De toute manière, son caractère recommençait à gratter à la porte et déjà les braises de la colère étaient un peu attisés. L’homme couina, il n’y avait réellement pas d’autres mots. « Je..j’ai fait les comptes boss et y’a un de nos clients qui n’a toujours pas payé et il a déjà pris pour trois cent euros de came. » Isak se prit la tête dans la main visiblement un peu courroucé. En réalité, c’était surtout la possibilité de pouvoir déverser sa mauvaise humeur presque symptomatique par une « petite » bousculade. Isak avait normalement un agent qui s’occupait de collecter ce genre de dettes mais une fois n’était pas coutume, il décida de s’informer du nom du mauvais payeur et de voir si se déplacer pouvait être intéressant. Le nom ne lui rappela pas grand-chose, il savait que c’était lui qui lui avait vendu mais il devait être bien trop défoncé à ce moment pour avoir fait attention. Preuve s’il en est, le mec ne l’avait toujours pas payé et ça serait sorti de l’esprit d’Isak sans qu’on lui rappelle.

« T’en fais pas, je vais y aller. » dit-il avec un air féroce,  pas mécontent qu’il était de pouvoirs sortir dégourdir un peu ses poings. Rien de mieux que de laisser la part animale de soi s’exprimer librement. C’était un flot d’adrénaline libérateur qui le faisait planer presque autant que les drogues les plus pures qu’il avait testé. « Mais la prochaine fois, » rajouta-t-il en se faisant menaçant malgré ses traits relativement délicats pour un homme. « si tu ne viens pas me prévenir deux jours plus tôt, c’est toi que je viendrais voir. » Il sourit sans joie avec cette férocité de l’homme qui perd un peu son sang-froid sur le moment. L’homme hésita entre se justifier et partir et finalement choisit la seconde option. Attrapant, son manteau Isak lui emboita bientôt le pas. Un mauvais payeur, c’était de l’argent de moins pour s’occuper de sa sœur chérie après tout. Ce qui était intolérable. Allez avant de partir, une petite dose quand même, il l’avait bien mérité.

Heureusement qu’il avait trouvé un taxi pour le mener jusqu’à l’adresse indiquée précédemment par le comptable sinon nul doute qu’il ne serait jamais arrivé. Sans préambule, il frappa à la porte attendant qu’on vienne lui ouvrir.

« Bonjour, ici on fait pas trop dans la charité, et on aimerait bien que tu paies. » Avant que l’autre ait le réflexe de lui fermer la porte au nez, il s’était déjà à moitié jeté sur lui pour le faire basculer dans l’appartement. « Bien, maintenant que j’ai réussi à entrer, je vais t’expliquer comment ça va se passer. Ou t’a mon blé maintenant et ça se passera juste avec quelques bleus. Ou t’as pas mon blé et… » il fit une petite grimace  « ça risque de vraiment pas bien se passer pour toi mais on enverra une photo à ta maman t’en fais pas. » Alors qu’il parlait, l’esprit d’Isak s’échappait un peu alors qu’il prenait le temps de détailler l’homme qui se trouvait en face de lui. Ils devaient avoir environ le même âge. Les traits du garçon étaient suffisamment agréables pour que le jeune Eriksson se dise qu’il pourrait éventuellement se le faire dans un petit excès de zèle. Peut-être que ça le ferait payer plus vite, cet enfoiré qui se permettait  de ne pas payer et de mettre en danger sa chère sœur de mourir de faim. Une troisième idée venait de naître mais il la jugea parasite et la refoula au fin fond de son esprit. « Je te conseille pas d’essayer de t’enfuir parce que j’ai pas mal de skinchangers un peu partout autour de l’immeuble. Ils sont pas très sympas la plupart. » C’était un mensonge, il était venu complètement seul. Pourquoi ? Peut-être qu’il n’en avait rien à faire de sa propre sécurité. Comme souvent, il réalisa un peu tard que si le gars avait été dangereux, il serait dans la merde. Haussant les épaules pour chasser cette idée parasite, il se tourna vers l’homme qui le dévisageait avec un air de chien fou. Un regard miroir du sien.
Revenir en haut Aller en bas

Laugh like a jackal

Masculin
↳ Nombre de messages : 1697
↳ Points : 552
↳ Date d'inscription : 11/12/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Finn Wittrock
↳ Age du Personnage : 28 ans
↳ Métier : Brancardier
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement en place mais surtout contre la Prohibition.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 - (Niveau 4 en poils soyeux !)
↳ Playlist : The Sex Pistols - NeverMind The Bollocks
↳ Citation : Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l'obtenir.
↳ Multicomptes : Tristan K. Bellamy & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darksalmon



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: L'argent, le nerf de la guerre ▬ ft Mikkel ♥   Lun 14 Déc - 13:25



« L'argent, le nerf de la guerre »

Isak Eriksson & Mikkel G. Ievseï
featuring


Posé dans le canapé qui me servait de lit, je matais la télé d'un œil distrait, matant les informations sans vraiment les voir. Je n'étais pas réveillé depuis bien longtemps et je terminais ma tasse de café et mon petit dej, savourant le calme si rare de mon appartement. Il fallait bien dire qu'avec 5 Ievseï à la maison, ça faisait pas mal de boucan et que rares étaient les moments où j'étais tranquille ! Je bossais de nuit à l’hôpital une semaine sur deux et cet horaire me convenait particulièrement bien. En effet, il me permettait de ne pas croiser trop souvent mon père, ce qui n'était pas du luxe étant donné les disputes continuelles qui nous confrontaient. De plus, je pouvais roupiller tranquille pour une fois, sans que mon grand-père n'ait l'idée saugrenue de me piquer ma place !

Quand des coups répétés se firent entendre à la porte, je fronçai les sourcils avec mécontentement. Qui venait bien me faire chier ? J'avais pas envie qu'on vienne me casser les couilles aujourd'hui, je voulais me reposer merde, c'était trop demander ? C'est en gueulant un « Ouais ouais j'arrive merde ! » que je me relevai avec lassitude pour rejoindre la porte et fixer l'importun d'un regard noir. Je m'attendais à voir la sale gueule de la voisine de pallier, venue râler pour je ne sais quoi, et je m’apprêtais déjà à la renvoyer aussi sec, par un coup de boule s'il le fallait. Mais au lieu de ça, ce fut un regard d'un bleu magnétique qui me fit face et je me raidis aussitôt en le voyant. Le dealer ? Je n'eus pas le temps de dire ou faire quoique ce soit qu'il était déjà dans la place, me repoussant rudement pour envahir mon espace privé sans vergogne.

Ses menaces aussitôt prononcées me firent pâlir même si je m'escrimai à ne rien montrer et mon cerveau travaillait rapidement pour savoir comment me sortir de ce merdier. J'avais vraiment pas prévu qu'on vienne me débusquer ici, juste dans cet appart familial où je me croyais plus ou moins en sécurité. Mon trop plein d'insouciance me tuait parfois. Lizzie merde ! Ma sœur était là, dans sa chambre, en train d'étudier ou de faire je sais pas quoi et voilà que je me retrouvais avec un ennemi dans la place, au sein même de notre salon ! Je murmurai.

« Ta gueule. J'vais te payer mais ferme juste ta putain de gueule. »

J'avais pas envie de lui ordonner d'éviter de parler de ma mère, même si cette insulte me dégoûtait car ça aurait été lui prouver que ça me touchait et j'avais pas envie de lui offrir ce plaisir sur un plateau. Salaud va ! Je me souvenais bien de ce mec et de sa belle gueule de bad boy. Le jour de notre transaction, je l'avais dragué ouvertement sans recevoir la moindre réaction de sa part. Et je m'étais rendu compte assez vite qu'il était complètement camé. J'avais donc rapidement pris ça du bon coté, cherchant le positif en me disant que je pourrais profiter de son état pour l'entuber. Ainsi j'avais commandé quelques grammes de coke en me disant qu'il ne se souviendrait sûrement jamais de ma dette. Mais visiblement le gonze avait plus de mémoire que je ne le pensais.

C'est le moment que choisit ma sœur, une innocente gamine de 17 ans à peine, pour nous interrompre, sortant de sa chambre avec ses écouteurs encore sur les oreilles, l'air un peu surpris en fixant le connard d'un air interrogatif. Merde de merde ! Sans attendre, je me précipitai vers elle pour la prendre par les épaules, d'un air nonchalant et souriant.

« Hey Lizzie, j'ai un service à te demander. T'as vu, j'suis avec mon copain là et j'ai sacrément besoin d'intimité… tu vois l'topo ? Si tu pouvais aller faire un tour, ça m'arrangerait, t'sais à quel point j'suis romantique.. »

Tu parles. Mais ma sœur goba le tout et rigola doucement alors que je l'emmenais rapidement vers la sortie, attrapant son sac, posé dans l'entrée pour le lui mettre dans les bras. Je la remerciai d'un clin d’œil avant qu'elle ne m'embrasse la joue et qu'elle ne se tire enfin sans poser de questions. Ouf ! Je me sentais déjà un peu plus soulagé mais la présence de ce mec ne me rassurait pas.

« J'me souviens de toi, Erikson hein ? »

J'essayais de conserver un ton léger et détendu même si je l'étais pas.

«  J'te dois quoi 30 dollars ? Bon okay, tu dois pas avoir grand-chose à foutre pour m'emmerder pour une connerie pareille. Allez, j'suis pas rancunier, je t'offre un pot s'tu veux. »

Je cherchai juste à gagner du temps, le reluquant avec un sourire insolent avant de sortir mon paquet de clope et m'en allumer une, comme si de rien n'était.
 

 

_________________
The Jackal comes, blood lust on his lips. He craves the dead, our lives in his grips. He's after our hearts, he'll chew and swallow. Blood pours from his mouth, our lives will soon follow. Death comes to those who wait, He feels this. Eyes wide. We try to run from our past, but the truth we cannot hide.


Dernière édition par Mikkel G. Ievseï le Mer 16 Déc - 18:39, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3157-mikkel-georg-iev

Invité
Invité






MessageSujet: Re: L'argent, le nerf de la guerre ▬ ft Mikkel ♥   Mar 15 Déc - 21:11


Isak n’aimait pas faire le tendre mais lorsqu’il avait vu la gosse débarquer, et qu’il avait compris que c’était la sœur de Mikkel. « Ce serait quand même dommage que ce soit ta famille qui paye. Je sais comme on peut aimer sa petite sœur chérie. » Une ordure, lorsqu’il le voulait Isak savait être une ordure, c’était pour compenser les moments où il était faible et exposé  face à sa sœur. Il n’avait rien dit de tel, le visage de la petite se superposant trop celui de Solveig. Si on avait menacé sa sœur, il aurait sans doute écartelé la personne sans autre forme de procès. Il se sentait comme une bête. C’était sa seule faiblesse mais l’homme ne pouvait pas le savoir. Il écouta les mots de l’homme et cela lui arracha un petit sourire. Son copain ? Il ricana intérieurement, c’est vrai qu’il devait avoir l’air aussi destroy que lui.  Ils avaient sans doute l’air assorti. Une autre idée vint l’assaillir, il était aussi homosexuel. Parfois, il se demandait comment les idées pouvaient prendre autant de temps pour monter à son cerveau et puis il se rappelait qu’il avait une consommation effarante de substances stupéfiantes et il haussait les épaules avec dénégation.

Isak était habitué aux gens vulgaires mais il trouvait celle de Mikkel amusante car elle contrastait un peu avec sa bouille d’ange. C’était le petit gosse tout mignon qui a mal tourné dans toute sa splendeur. Un peu, un peu comme lui peut être. Il ne savait pas vraiment, cette part de lui avait été perdue il y a bien longtemps dans Darkness Falls, peut-être même avant. Toujours était-il que même si les grossièretés ne le dérangeaient, cela restait un manque de respect, il attendit que la petite fut sorti de l’appartement pour voir un peu comment la situation allait se régler. La manière violente était souvent sa préférée et si Isak avait raison, la tête de con de son vis-à-vis indiquait une conversation pour le moins physique. D’ailleurs, le ton provocateur qu’il employait alors que vu la quantité qu’il ingérait, il devait facilement paniquer d’une part. D’autre part, il était seul et se trouvait manifestement au milieu de la demeure où tous les membres de sa famille habitaient également. La situation était tendue pour lui. Malgré tout, monsieur essayait de marchander les prix comme s’il avait été vendeur de tapis. Malheureusement pour lui, Isak Eriksson, n’était pas vendeur de tapis. Isak était vendeur de drogues et ordure locale.

« 30 dollars ? » Il partit dans un rire franc puis son sourire féroce revient. « T’es en train de me prendre pour un con ? » Il l’attrapa par le col et le plaqua contre la porte nouvellement fermée. « T’es peut être pas rancunier mais moi je suis trèèèès attaché à ce qui m’appartient. C’est 70 dollars le gramme et pour toi, je te fais un prix d’ami, on  va dire que c’est 100. Ce qui fait que tu me dois 300 dollars. » En se collant contre lui, il réalisa que sa situation de dominance et la force qu’il venait de mettre à le coller contre le mur avait suscité une certaine réaction de sa part. Un frisson lui avait parcouru toute la nuque. Il surenchérit. « Les mecs comme toi qui font les grandes gueules, on les connait ici, ce sont que des petites bites. » Ses yeux se firent un peu plus cruels et frémissants alors que sa main se portait dans son pantalon sans particulièrement prendre la peine d’être délicat. « Quoique, c’est pas si petit ça, par contre ta petite sœur est naïve ». Il n’était pas certain mais il sentit quelque chose chez Mikkel qui ne ressemblait pas à du dégoût ou de la peur, deux choses qu’il auraient dus ressentir présentement, alors passablement excité par la violence de ses propres mots, il continua sur sa lancée. « T’as rien du mec romantique. » Son visage se pencha alors qu’il allait murmurer contre son oreille. « Toi t’es la petite pute qui se fait maltraiter et qui en redemande. »

Il gardait son emprise sur lui, il se sentait en puissance même s’il n’était pas forcément invincible. A cet instant, il se croyait supérieur et ça lui suffisait, pourtant un simple coup dans les parties auraient sans doute suffi à le calmer un peu. Calmer sa libido mais pas sa colère qui se serait faite plus brûlante qu’une rivière de lave. « Tu me dois 300 dollars, mais j’ai bien une autre idée de comment tu pourrais me les payer. » Son visage caressa le sien lentement en prenant un ton douloureusement lent il ajouta. «  Qu’est-ce que tu en dis ? Tu crois que tu vaux 300 dollars ? »


Revenir en haut Aller en bas

Laugh like a jackal

Masculin
↳ Nombre de messages : 1697
↳ Points : 552
↳ Date d'inscription : 11/12/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Finn Wittrock
↳ Age du Personnage : 28 ans
↳ Métier : Brancardier
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement en place mais surtout contre la Prohibition.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 - (Niveau 4 en poils soyeux !)
↳ Playlist : The Sex Pistols - NeverMind The Bollocks
↳ Citation : Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l'obtenir.
↳ Multicomptes : Tristan K. Bellamy & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darksalmon



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: L'argent, le nerf de la guerre ▬ ft Mikkel ♥   Mer 16 Déc - 13:20



« L'argent, le nerf de la guerre »

Isak Eriksson & Mikkel G. Ievseï
featuring


Bien-sûr que je me foutais de sa gueule et sciemment en plus, un sourire de chacal accroché à mes lèvres. S'il avait eu le pouvoir de lire mon esprit, il aurait sans doute été choqué de savoir à quel point je le prenais effectivement pour un con. La première fois que j'avais croisé ce dealer, il était dans un état si pitoyable, le regard creux, la voix pâteuse, totalement dans le coltard. La came dont il était imprégné avait certainement dû lui démolir pas mal de neurones. Quel mec normalement constitué n'aurait pas réagi à la lourde drague que je lui avais servi sur un plateau ? S'il avait été hétéro, il aurait pu me repousser plus ou moins brutalement mais là non, il était juste resté là, le regard vitreux et absent. Par contre, présentement, il paraissait nettement plus vif et quand il se mit à rire, je le regardai droit dans les yeux, attentif à ses moindres gestes. Je m'accrochai à ma clope alors qu'il m'attrapait par le col, mon dos heurtant douloureusement la porte. Mon visage se crispa quand il me balança la sauce. Putain de merde mais 300 dollars ? Manifestement, il avait une idée bien précise et juste de l'ordre des prix du marché. Mais là il se permettait de les faire grimper, uniquement pour me faire chier ? J'avais pas ce fric, pas même la moitié, mes poches étaient si vides que c'en était consternant. Réfléchissant avec angoisse à la réponse à fournir, je cherchai l'inspiration dans une bouffée avide de nicotine, m'accrochant à mon illusoire assurance. Je me forçai à ne pas baisser les yeux, plongeant dans l'eau si froide de ses iris. Sa manière de se coller contre moi me décontenança autant qu'elle m'effraya comme son insulte me fit frémir et je fronçai les sourcils, essayant de le repousser en pestant.

« Mais ta gueule, tu me connais pas, tu sais pas de quoi je suis cap… oh putain... »

Il m'avait mis la main au paquet ! J'en avalai presque ma fumée de travers, laissant tomber ma clope sur le sol, dans ma veine tentative de le repousser.  Mes deux mains contre ses épaules agrippaient sa veste alors que mes prunelles se dilataient légèrement. Ma voix se brisa dans un grognement. « T'occupes pas de ma sœur… » Tout ça pour occulter le reste de ses mots qui me scotchaient littéralement sur place. Une pute, moi ? Okay, je faisais peut-être tout pour y ressembler mais entendre ce connard me parler comme ça me bousillait l'esprit. Surtout à cause des foutues réactions de mon corps qui me faisait flipper ma race. J'étais pas en train de bander là ? Bordel si et pas qu'un peu ! Je ne le lâchai pas du regard, fermant une seconde les paupières au moment où le dealer soufflait ses mots dans mon oreille. J'en frissonnai fortement et j'aurais pu sentir les larmes de trouille et de frustration me piquer les yeux. Putain mais merde ! Une colère brûlante m'envahissait, autant contre cet immonde salaud que contre moi-même. Mes doigts se crispèrent sur le tissus de sa veste, m'y accrochant avec hargne sans réussir à trouver la force nécessaire pour le repousser. Lorsque sa joue caressa la mienne, j'expulsai un soupir douloureux, trop troublé pour piger immédiatement le sens de sa proposition.

« Hein ? Mais qu'est ce que tu racontes, fils de pute ! »

La foudre me tomba aussitôt sur le crâne au moment ou je captai où il voulait en venir et dans une impulsion soudaine, je le repoussai enfin violemment, me cabrant comme un taureau pour le repousser et me dégager souplement. Me glissant sous son bras, je m'échappai ainsi de son emprise, en quelques pas rapides vers le milieu de la pièce. J'en avais les jambes qui tremblaient, pas tant de trouille que par cette excitation malsaine qui me parcourait le corps. J'avais jamais baisé pour du fric, jamais. Jamais putain ! Même dans les pires moments de crise où mon porte-feuille ne contenait plus que des mites. J'avais beau être un mec sans scrupules pour tout un tas de choses, me foutre de la morale et des convenances comme d'une guigne ou même être un parfait salaud, y'avait des choses auxquelles je tenais. Ma dignité par exemple. Et j'avais aucunement l'intention de me rabaisser au rang de pute, surtout pas avec cet espèce de connard qui venait de me menacer et de m'insulter ! Ma respiration était un peu trop rapide et j'avais du mal à maîtriser cette envie sauvage qui me brûlait le bas-ventre. Le regard que je lui lançait brillait d'un mélange de folie et de rage.

« Je vaux sacrément plus que ça si tu veux savoir. Ce sera toujours trop cher pour ta bourse, même si t'es plein aux as. Tu crois quoi ? Qu'il suffit d'ordonner pour avoir ce que tu veux ? Ta mère t'a trop gâté, sale con. Regarde moi bien et crève sur place de frustration. Alors comme ça t'aimes les mecs… Ouais j'suis le meilleur coup que t'as jamais eu mais tu m'auras pas. C'est dur la vie, hein ?»

Je le narguais en passant ma langue contre mes lèvres de façon obsène. C'était moi, le con, sans hésitation. Toujours aussi impulsif, je provoquais ce mec alors qu'il était prêt à me casser ma gueule et que j'avais aucune issue de secours, vu que ses skinchangers entouraient le périmètre. Je ferais mieux de tenter de l'amadouer… mais pas comme ça, putain, sûrement pas. Une petite pute qui se faisait maltraiter et qui en redemandait ? Ses mots résonnaient encore dans mon esprit et me hérissaient le poil autant qu'ils me troublaient. Je le surveillais avec attention, reculant doucement pour contourner le canapé et le mettre entre nous. Si seulement j'avais une arme à lui jeter à la gueule… Du coin de l’œil, j’aperçus un gros cendrier en verre plein qui pesait une tonne et qui était posé sur un buffet près de moi. Au pire des cas, peut-être bien que je m'en servirais mais la castagne, c'était pas trop mon truc. Je poursuivis en me forçant à adopter un ton un peu plus calme

« Écoute, laisse moi le temps de me refaire. C'est pas la mer à boire, j'vais les gagner rapidement mais il me faut juste un petit délai supplémentaire. » Je marquai un temps de silence, ne pouvant m'empêcher de le bouffer du regard, des pieds à la tête. Lui et sa belle gueule de connard, ses yeux d'un bleu vif, sa silhouette élancée. Mon regard s'arrêta malgré moi sur son entrejambe. Connard d’obsédé. Je me mordillai les lèvres avec nervosité. « Par contre, tu rêves si j'vais te laisser monter ma dette dans le vide. Prix d'ami, mon cul… T'auras 210 dollars et pas un de plus. »
 

 

_________________
The Jackal comes, blood lust on his lips. He craves the dead, our lives in his grips. He's after our hearts, he'll chew and swallow. Blood pours from his mouth, our lives will soon follow. Death comes to those who wait, He feels this. Eyes wide. We try to run from our past, but the truth we cannot hide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3157-mikkel-georg-iev

Invité
Invité






MessageSujet: Re: L'argent, le nerf de la guerre ▬ ft Mikkel ♥   Sam 19 Déc - 15:20


Isak l’observait ardemment, dardant ses yeux plein d’une certaine colère et d’excitation sur l’animal qui venait de se débarrasser de son étreinte. L’homme n’était pas idiot, il savait qu’il n’avait pas une carrure d’armoire à glaces. Bien qu’il fût bagarreur, cela lui arrivait régulièrement de perdre encore maintenant. Toutefois, ce n’était pas une chose dont on se vantait. Il avait été gentil une première fois en évitant d’évoquer sa sœur mais l’attitude que prenait l’homme face à lui ne lui plaisait. L’homme n’aimait pas qu’on lui résiste lorsqu’il avait décidé quelque chose. Et puis merde, ce type lui devait de l’argent de toute manière, alors il pouvait bien payer de sa personne. Ne comprenait-il pas qu’il lui faisait une fleur ? Il était temps de passer au connard d’un autre niveau, si c’était tout ce que cela prenait. Malgré cela un rire froid sortit de sa gorge. Cette agressivité était bien trop violente pour ne pas montrer la réalité de  ce qui traversait la tête de Mikkel. D’ailleurs, même drogué l’homme savait reconnaitre une érection lorsqu’il en sentait une. Ce n’était pas la première fois qu’il en avait une dans les mains après tout sans vouloir être grossier.

« Tu vaux plus que ça, ha oui ? » Il l’observa un petit instant soudainement un peu plus tranquille ayant trouvé quel serait son prochain mouvement. « Donc, c’est pas l’idée de te prostituer qui te choque, c’est l’idée que tu penses que coûtes cher ? Tu crois qu’un mec qui a sucé des kilomètres de bite comme toi vaut des millions ? Mec, je vais être honnête avec toi vu ta dégaine et tes attitudes, on peut facilement savoir que t’es plutôt de l’occas’. En vrai, c’est plutôt moi qui te fait une fleur en te proposant cela. » S’arrêtant de parler, il posa un regard distrait sur sa main droite vérifiant la longueur de ses ongles comme s’il se désintéressait brusquement de la conversation ou qu’il venait de proférer quelque chose de si évident que ça en devenait sans intérêt. « Le meilleur ? Pourquoi, parce que tu me sors ton pedigree maintenant ? Tu voudrais que j’ai envie de toi alors que je t’ai pas testé ? T’es un junkie, tu devrais comprendre que c’est pas comme ça que ça marche. » Ses yeux se reportèrent sur son vis-à-vis alors qu’il faisait un pas vers lui se faisant le plus menaçant possible. Juste un pas pour enlever un peu de la distance de sécurité et se rendre menaçant. « Tu penses que t’es quelqu’un pour me parler comme ça au fait ? » Ses mots se faisaient tranchants comme des lames qu’on lance.

« Les règles viennent de changer parce que tu m’as agacé un peu. C’est pas une chose à faire quand on est malin mais je crois que toi t’es pas du genre à être un grand génie. »
Il fit encore un pas. Il était tout juste à un mètre de lui le contemplant de haut en bas un instant. Le sexe n’était plus la question dans ce débat, c’était la domination qui comptait. Comme disait l’adage « tout est à propos du sexe, sauf le sexe qui est à propos du pouvoir ». La question avait brusquement basculé. Isak savait se faire le plus impressionnant n’hésitant pas à se faire plus vicieux et plus fourbe que le plus expérimentés de ce domaine. « 300 dollars pour ton cul ou alors les 210, je peux t’assurer que c’est ta petite sœur qui va les payer. Et je suis pas sûre qu’elle soit aussi rodée que toi sur le sujet, le « grand romantique » de mes couilles. » Le ton était sans appel de ceux qui sont habitués à diriger. L’homme savait le prendre avec des petites frappes qui jouaient un peu au même jeu que lui et pourtant jamais il ne s’était senti exactement comme ça non plus. C’était étrange de porter ce masque en sachant qu’il n’est pas parfaitement adapté mais que curieusement plus on était horrible avec les gens et plus  ils étaient tentés de croire qu’on était capable du pire.  

Un autre pas et ils se trouvaient tous les deux à un pas de distance. Un sourire sarcastique naquit sur les lèvres du dealer. Sourire normalement n’arrivait plus souvent. En vérité, il ne se souvenait pas quand était la dernière fois qu’il avait ressenti une véritable joie sauf peut-être lorsqu’il avait retrouvé Solveig en sortant de cet enfer. « Alors ? Content d’avoir joué au con avec moi ? Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? J’espère que tu choisiras bien. » L’autre allait peut-être se battre contre lui ou lui sauter à la gorge mais l’homme ne refusait jamais une petite bataille de poings au milieu du salon. Il était un peu curieux de savoir comment Mikkel allait réagir à tout ça.
Revenir en haut Aller en bas

Laugh like a jackal

Masculin
↳ Nombre de messages : 1697
↳ Points : 552
↳ Date d'inscription : 11/12/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Finn Wittrock
↳ Age du Personnage : 28 ans
↳ Métier : Brancardier
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement en place mais surtout contre la Prohibition.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 - (Niveau 4 en poils soyeux !)
↳ Playlist : The Sex Pistols - NeverMind The Bollocks
↳ Citation : Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l'obtenir.
↳ Multicomptes : Tristan K. Bellamy & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darksalmon



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: L'argent, le nerf de la guerre ▬ ft Mikkel ♥   Mar 22 Déc - 18:15



« L'argent, le nerf de la guerre »

Isak Eriksson & Mikkel G. Ievseï
featuring


J'avais toujours été bon au jeu du bluff, je savais cacher mon jeu, prétendre, j'étais doué dans l'art du mensonge et de la manipulation. Et cette fois encore, c'était ce que je m'escrimais à faire, en dépit du stress : je voulais faire croire à ce mec qu'il ne m'impressionnait pas. Tout en l'écoutant me parler, je m'attachais à maîtriser les émotions diverses qui me parcouraient. Son rire froid était carrément flippant, un mélange de sadisme et de mépris alors qu'il me balançait ses sarcasmes au visage. Je serrais les dents à ses propos vexants, me contentant de rouler des yeux dans une réponse brève, une expression toujours aussi insolente collée sur mon visage. « Je ne suis pas une putain. » Pourtant, j'en  menais pas large et je le surveillais avec appréhension pendant qu'il s'approchait de moi. Il était vraiment sérieux avec sa proposition salace ? Il n'était plus qu'à un mètre et moi, j'avais le dos collé au buffet, je ne pouvais plus reculer. Je soufflai à mi-voix avec incertitude. « Une fleur hein… j'devrais peut-être te dire merci ?» Est ce que j'aurais le cran de lui balancer ce foutu cendrier à la tête en guise de remerciement ? Je m'en emparai dans un geste impulsif sans pourtant me résoudre à m'en servir. Il risquait de sacrément mal le prendre. Et si jamais j'étais obligé de me battre contre lui, je risquais fort d'avoir le dessous, vu que j'étais pas du tout habitué à jouer de mes poings… Mieux valait essayer de le calmer. J'hésitais un court moment avant de soupirer pour abandonner mon arme, le regard qu'il me lançait était trop sale. Ce mec avait un regard de tueur, il se rapprochait doucement, à la manière d'un prédateur, mais pour l'instant, ses gestes n'étaient pas agressifs. Ses mots sonnaient comme des menaces et j'avais beau tenter de lui parler plus calmement, j'avais de moins en moins l'impression qu'il accepterait de m'offrir un délais supplémentaire.

Une moue sur les lèvres, j'essayai de me rappeler de son prénom, haussant les épaules sans le lâcher du regard. Je me foutais à moitié de sa gueule, c'était plus fort que moi, mais quand même, j'essayais vraiment de calmer le jeu. « C'est bon, calme toi. Je t'ai pas mal parlé, c'est ma langue qui a fourché okay ? Allez quoi merde… Isak. Te fâche pas. » Quand il me dit que les règles venaient de changer, je fronçai les sourcils, dans un mélange d'interrogation et de stress. Son regard m'écrasait mais quand il me cracha sa menace, je cru qu'il venait de me filer un coup de massue. Cette fois, il me fut impossible de cacher l'expression angoissée qui se marqua aussitôt dans mes yeux. « Dis pas des trucs pareils...  Arrête, c'est qu'une gosse et elle a rien à voir avec tout ça. » Ma voix était étranglée par la trouille, je détestais cette intonation et je me pinçai les lèvres. Dans quel horrible merdier je m'étais encore fourré ? L'idée d'avoir mis Lizzie en danger me rendait dingue ! Dire que je me vantais sans cesse d'être un mec libre et sans attache, ça me foutait mal. Le dealer était juste devant moi à présent et alors qu'il me narguait, je sentis un frisson me parcourir l'échine. Je détournai le regard un moment.  Impossible d'imaginer une seule seconde qu'il puisse s'en prendre à ma sœur ! Le choix était évident, j'avais juste besoin de quelques secondes pour retrouver assez d'aplomb pour le regarder en face. Ce que je fis, lui offrant un visage plus lisse. Poker face. Je crevais de trouille mais il ne le saurait jamais.

« Tu sais bien que c'est une affaire privée entre toi et moi. » Lentement, mon bras se redressa et je posai ma main contre le rebord de sa veste, tripotant un peu le tissus. « T'es un peu susceptible toi hein ? Faut pas monter si vite sur tes grands chevaux. On va s'entendre... » Je me mordillai les lèvres, baissant les yeux vers son torse pendant que ma main venait s'y balader, glissant sous sa veste pour jouer avec un des boutons de sa chemise. J'essayais de refouler ma trouille et d'oublier ce gros malaise de me mettre dans la peau d'une pute. Pourtant, j'avais retourné ma veste un peu trop vite pour que ça paraisse naturel et un regard attentif aurait sans doute pu discerner la nervosité dans mes yeux. Est ce que je venais pas de jurer qu'il ne m'aurait jamais, deux minutes avant ? Je l'auscultai du regard un moment, me concentrant pour feindre une certaine légèreté. Genre tout va bien entre nous, relax Max. « Le jour où tu m'as vendu ta came, t'avais l'air de l'avoir fameusement testée avant. Ça doit être pour ça que toi, tu sais exactement comment ça marche ce genre de trucs. Parce que toi t'es un pro, hein ? Par contre, faut quand même que j'te prévienne. »

Mes doigts s'immiscèrent entre les pans de sa chemise. « Si tu crois que j'suis de l'occas', tu te goures complètement. » Ma main s'engouffra plus franchement, se posant contre ses abdo pour griffer sa peau. Je ne savais pas comment je faisais pour réussir encore à lui sourire aussi effrontément, un rictus de chacal plaqué sur mes lèvres.  « Elle te plaît à mort ma dégaine, c'est ça le truc. Les junkies professionnels comme toi savent reconnaître les drogues dures. Tu risques de grimper au plafond avec moi et tu l'sais très bien. » Il voulait savoir si j'étais content de jouer au con ? Et pas qu'un peu, à croire que c'était mon jeu préféré. Dans une impulsion, je plaquai mon bassin contre le sien, sans une once de pudeur, me forçant à garder la tête froide. Tant que je gardais le contrôle, ça devrait le faire. Puisqu'on avait la même taille, nos regard se fixaient droit l'un dans l'autre. « On n'a qu'à aller chez toi, ou ailleurs. Mais t'oublies cette adresse. » Pas question de prendre le risque qu'un membre de ma famille se pointe à l'improviste et que ce mec se montre menaçant avec eux. J'avais juste envie de l'emmener ailleurs, n'importe ou mais pas ici...
 

 

_________________
The Jackal comes, blood lust on his lips. He craves the dead, our lives in his grips. He's after our hearts, he'll chew and swallow. Blood pours from his mouth, our lives will soon follow. Death comes to those who wait, He feels this. Eyes wide. We try to run from our past, but the truth we cannot hide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3157-mikkel-georg-iev

Invité
Invité






MessageSujet: Re: L'argent, le nerf de la guerre ▬ ft Mikkel ♥   Mer 30 Déc - 17:30


Isak fronça un peu plus les sourcils devant la remarque vaseuse de Mikkel. Manifestement, l’homme ne savait pas lorsqu’il fallait s’arrêter et se soumettre avec sobriété. Le garçon avait l’air de devenir plus raisonnable. Bien que son corps ne laissait rien transparaître de la panique qui devait commencer à pointer le bout de son, nez, il ne fallait pas être un génie pour comprendre que la situation avait de quoi stresser n’importe qui. Le dealer appréciait un peu cette situation de puissance,  soumettre des gens plus misérables que lui, c’était l’être moins. Heureusement que l’autre ne le connaissait pas du tout, sinon il aurait su que sa menace était complètement du vent. La gosse n’avait rien avoir dans tout ça, ça n’était qu’une enfant. Cela aurait pu être sa petite Solveig à sa place vu sa consommation à lui. Heureusement, les choses étaient bien plus faciles lorsqu’on gérait l’offre et la demande. Susceptible ? Bien sûr que non, il n’était pas susceptible. Cette remarque l’énerva car c’était un mot qu’on lui avait bien trop souvent attribué. Lui ne comprenait pas tellement pourquoi, c’était les autres qui étaient responsables de sa colère, en règle générale la raison était toute justifiée.  Sur Darkness Falls, les gens étaient moins hypocrites que dans ce monde. Monde qui s’apparentait de plus en plus pour lui à un enfer plus terrible que tout ce qu’il avait pu vivre. Un long frisson lui parcourut la nuque lorsque son vis-à-vis s’était rapproché pour lui faire face. Une part de lui éprouvait une sorte de remords, comme un reliquat de conscience. Malheureusement, sa bonne conscience était depuis bien longtemps en congé sans soldes. Avoir des états d’âmes ne permettait pas d’imposer le respect nécessaire pour subvenir aux besoins de sa famille. C’est en flirtant très jeune avec une extrême pauvreté que l’adolescent s’était endurci.

La justesse des propos de Mikkel rendit Isak légèrement anxieux. S’il avait dû être honnête avec lui-même, ce qui n’était que très rare, il aurait admis qu’il ne proposerait pas ce deal à tous les gens qui passaient. Lorsqu’il avait vu la gueule mignonne mais marquée par la drogue du mauvais payeur, et ses attitudes de sale gosse, il avait vu en ce garçon quelque chose qui lui plaisait. Malgré lui, il s’était vu en lui un peu. Il avait reconnu ce qu’il avait envie de voir,  une créature de la nuit, comme lui, droguée jusqu’à l’os, comme lui, un déchet plein de défauts, mieux que lui peut-être mais pas de beaucoup, un débauché, comme lui. En un sens, c’était presque comme de se regarder dans un miroir déformant : une réalité ressemblante mais tellement différente sur d’autres aspects. Le brun n’aurait jamais mis autant de mots pour caractériser ce qui se passait, de peur pour passer pour presque un sentimental. En tous les cas, pour quelqu’un qui recherche la compagnie de n’importe qui, comme un cri lancé silencieusement mais qui résonnait dans son âme un peu trop fort aujourd’hui. Tromper l’ennui, tromper la solitude, tromper le dégoût de soi-même en trouvant quelqu’un qui est plus dégoutée par nous que nous même, c’était apparemment le chemin que prenait cette confrontation. Pour être honnête, il se serait contenté d’une bagarre mais ce qui se passait aujourd’hui avait un piquant et une saveur différente.

Il ricana pour toute réponse car il n’en trouvait pas de meilleure que le déni à quelque chose qui sonnait aussi réel qu’un pic à glace qui s’enfonce dans la poitrine.

« Je suis du genre à tester tous les genres de drogues. T’as intérêt à être bien meilleur que tu le dis pour m’impressionner. » Il aurait pu décider que les basses besognes se feraient ici mais il y avait un risque d’être interrompu. L’homme voulait la paix. Ça n’était pas pour faire une faveur à ce garçon à peine rencontré. Toutefois, il n’avait aucune envie qu’on coupe son amusement de la journée. Surtout qu’il comptait le garder.

« On va aller chez moi. Dépêche-toi. J’ai pas que ça… à foutre. » Il rit de son propre sarcasme et entraina sans plus de cérémonie le garçon vers la sortie. Pour les prochaines heures, il lui appartenait de toute manière alors quel intérêt de le traiter bien ou mal ? Les mots qu’avaient proférés le garçon tout à l’heure lui revenait en tête avec l’insistance de l’obsession. Ainsi, il pensait d’une certaine manière qu’il serait celui qui le possède. Possèdera bien qui possèdera le dernier Mikkel.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

L'argent, le nerf de la guerre ▬ ft Mikkel ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'argent, le nerf de la guerre ▬ ft Mikkel ♥
» La Bannière de L'Argent Facile
» Demande : Tileset de guerre...
» Le vrai visage de la guerre en irak
» Guerre Intergalactique (aides)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-