AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Between love and hate there is a brother » ISAK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Lun 14 Déc - 13:18

Between love and hate there is a brother

Isak & Solveig

 Le ciel commençait à rougir. La nuit était entrain de céder sa place aux rayons orangés du soleil. La journée s'annonçait magnifique. Solveig marchait en traînant les pieds. Elle était épuisée. La fatigue lui arracha un bâillement. Une fois de plus elle s'était disputée avec Isak. C'était parti d'une chose futile. Leur stock de médicaments commençait à devenir bien maigre aux yeux du Suédois. Solveig faisait ce qu'elle pouvait. En général la petite soeur n'osait pas contredire son frère. Elle avait bien trop peur de le contrarier, qu'il parte et ne revienne jamais. Mais cette nuit là, les éclats de voix avaient fusé. Solveig avait crié, hurlé même. Elle avait ensuite pleuré de rage et de tristesse. Le poids de ce trafic pesait lourd sur ses maigres épaules. Elle n’avait pas eu le choix et avait suivi son frère par amour pour lui. Parce qu’il était sa famille, la seule personne qui lui restait. Il était son sang, il était vivant après avoir côtoyé la mort durant plus d’un siècle. Quand Solveig repensait à l’éventualité de le perdre de nouveau, son corps se mettait à frissonner. Ce fut cette crainte qui la poussa à rentrer chez elle après trois heures passées à errer. Elle avait quitté le Little Darling en claquant la porte. Elle n’avait pas voulu faire de scandale devant leurs clients.

Au début elle avait pensé à aller voir Niklas. Elle s’était attendue à ce qu’Isak la rattrape mais il n’en fit rien. Peut-être avait-il eut quelque chose à faire, peut-être était-il trop stone pour comprendre que Solveig était partie… Pleins de questions qui n’avaient cessé de se bousculer dans l’esprit de la skinchanger. Elle n’aimait pas se disputer avec son frère. Parce que quand cela arrivait, ils finissaient toujours par se déchirer. Ils étaient tellement fusionnels que cela les consumait. Solveig avait l’habitude mais ça l’atteignait à chaque fois. Elle ne pouvait pas être tranquille dès lors qu’Isak était loin d’elle. Ce fut cette culpabilité qui la poussa à ne pas aller voir son amant. Alors Solveig avait erré dans les quartiers nord de la ville. L’odeur infecte lui restait dans le nez. Elle avait croisé des hommes imbibés d’alcool, elle avait failli heurter un sans abris affalé contre une benne à ordure. Mais la suèdoise n’avait pas moufté. Elle ne prêtait plus attention à ce genre de spectacle. Sa marche indécise l’avait fait croiser Maksimilian avec lequel elle était allée manger puis, après avoir constaté qu’elle était épuisée, elle s’était décidée à rentrer chez elle.

Après avoir emprunté le Metro Rail, Solveig avait marché jusqu’à Bourbon Street. Elle avait croisé les derniers fêtards éméchés qui rentraient chez eux et s’était vite retrouvée devant chez elle. Une petite maison coloniale typique de la Lousiane. La Skinchanger avait monté les marches du perron avec peine. La fatigue rendait ses gestes pénibles et lents. Après avoir fouillé dans son sac à main, la suèdoise ouvrit enfin la porte et s’engouffra sans attendre dans le hall frais de chez elle. Elle se heurta d’abord au silence. Elle avait espéré de toutes ses forces qu’Isak soit derrière la porte à l’attendre qu’elle semblait déçue. Elle soupira bruyamment avant d’avancer jusque dans le salon. Quelques fins pinceaux de lumière éclairaient la vaste pièce. Les yeux clairs de Solveig scrutèrent les lieux. Aucune trace de son fraternel. Ses sourcils se froncèrent. Elle aurait juré avoir senti son parfum dans l’air. Peut-être qu’Isak était revenu puis était de nouveau reparti en constatant qu’elle n’était pas rentrée. La jeune femme se mordit la lèvre. Et s’il lui était arrivé quelque chose ? Elle s’en voudrait d’être partie pour une chose aussi futile.  Elle aurait dû ramener des médicaments mais la dernière fois qu’elle était allée à l’hôpital, on l’avait prise entrain de voler, alors elle espaçait ses séjours. C’était cela qu’elle aurait dû dire à son frère, au lieu de ça elle avait crié. Elle s’en voulait mais restait en colère. Un sentiment partagé qui la mettait dans un état pas possible. Quelque part au croisement entre l’inquiétude, la culpabilité et la rancœur. Alors qu’elle était restée plantée au milieu du salon, la jeune femme sursauta en entendant un bruit. C’était surement le bois de la vieille baraque qui craquait, comme toujours. Malgré ça, Solveig se traîna jusque devant les escaliers. Elle avait tellement sommeil que monter les escaliers s’avérait déjà comme une épreuve. Elle voulait voir si Isak n’était pas entrain de dormir dans sa chambre. Si ce n’était pas le cas, elle ressortirait et retournerait au Little Darling. Elle avait tellement peur qu’il ne revienne pas qu’elle était prête à braver la fatigue qui lui embrumait l’esprit.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Mar 15 Déc - 16:43



Journée de merde, soirée de merde, engueulade de merde. Isak ne pouvait pas s’empêcher d’être de très mauvaise humeur après ce qui venait de se passer. D’ailleurs, les objets fragiles qui trainaient à proximité avaient été vaguement abimé. Il allait falloir racheter quelques assiettes dans la cuisine. Et la lampe de sa chambre avait expiré son dernier soupir lorsqu’on l’avait envoyé valdinguer  de rage. Dans un premier temps, il avait failli la jeter contre la fenêtre mais quelque chose l’avait empêché. Une idée confuse que ça pourrait ne pas être une bonne solution. Pourtant tout bouillait dans ses esprits et dans son cœur. Comme à chaque fois qu’il ne contrôlait pas l’émotion et que personne n’était là pour subir les affres de sa colère, il décida de se trouver un truc bien fort, un dérivé de la MDMA qui rendait calme et bêtement euphorique. A son habitude, il en prit 1.5 fois la dose conseillée. C’était qu’avec le temps, l’homme était loin d’être un débutant, très loin en vérité. Actuellement, il connaissait tellement de drogues qu’il aurait pu s’en faire un petit calendrier de l’avent. L’idée lui était d’ailleurs venu mais il avait senti que Solveig n’apprécierait pas cet humour noir alors il s’était abstint. Pourquoi fallait-il qu’il repense à elle ? Pourquoi s’était-il disputé ? Maintenant qu’il émergeait un peu de sa phase de délire bisounoursante, il peinait à se souvenir. C’était l’un des problèmes de la drogue, la mémoire courte en prenait un sacré coup. Peut-être que ça avait un rapport avec d’ailleurs ? Ou alors avec cet enculé de Niklas ? De toute façon, lui il était toujours là pour foutre le bordel entre lui et sa sœur. Il voulait les séparer. Ce connard avait qu’à aller se faire foutre. N’ayant pas bougé de sa chambre, ne sachant pas le temps qui s’était passé, il se dit qu’il était temps de partir à la recherche de sa tendre sœur. Toutefois, où était la porte de sa chambre ? Pourquoi sa chambre n’avait pas de porte ? Il tourna la porte vers la fenêtre mais pas de fenêtres. Fébrilement, brusquement, il commença à taper sur les murs se blessant un peu les avant-bras mais qu’est-ce que ça pouvait bien foutre. Il voulait sa sœur, elle était peut être parti rejoindre Niklas ou alors un truc grave lui était arrivé.

Il paniquait, il savait qu’il paniquait. C’était un des effets secondaires d’une descente trop abrupte, les effets étaient multipliés lorsqu’on avait été victimes d’une trop forte émotion ou contrariétés. C’était comme cela, qu’il avait un peu déduit qu’il s’était disputé avec sa sœur. Ça n’était que pour elle qu’il se retrouvait dans des états si délétères. Son sang ne fit qu’un tour lorsqu’il entendit des pas monter dans les marches. Qui était-ce ? Solveig, était-elle rentrée, il attrapa un truc dur dans le mur et le tourna, cela devint une porte qui s’ouvrit mystérieusement. Dans le couloir, se trouvait la silhouette de sa sœur. Un instant, il s’imagina la voir blessée. Puis elle apparut dans toute sa splendeur habituelle semblant en parfaite santé. Hagard, sonné par tout ce qui venait de se passer, il marcha à pas très lents vers elle pour la contempler de plus près. Sa main se redressa pour aller caresser son visage. Le contact avec la peau douce et fraiche de son petit bout de lumière finit de le rassurer un peu. Les battements frénétiques de son cœur s’apaisèrent.

« Tu es revenue. » Son sourire devint celui d’un enfant qui avait eu peur de se retrouver tout seul. « Tu reviens toujours. » C’était une évidence jamais elle ne le quitterait même si ce dernier commettait le pire. Du moins, c’était ce qu’il espérait le plus fort et le plus profondément dans son cœur. Puis brusquement, dans son cœur revint un mélange de colère et d’inquiétude qui se termina par une gifle. « Où t’étais passé ? » Le coup n’avait pas été suffisamment fort pour la sonner mais il marqua un bruit retentissant dans le silence. Toutefois, c’était contrasté par le sanglot étranglé de sa voix. Cette façon de parler qui donnait envie de pardonner plutôt que de condamner. Solveig savait que cela voulait dire qu’il avait été inquiet pour elle, non ? Allait-elle partir ? Le garçon ne savait pas, il avait envie de se coucher sur le sol et de se rouler en boule. Il aimait la jeune femme trop fort pour la laisser partir pour cela. C’était parce qu’il l’aimait qu’il se sentait obligée de punir ses incartades lorsqu’elle le rendait fou d’inquiétude. « J’étais inquiet. » La tristesse voila ses yeux un long moment. Bien qu’il n’ait pas été conscient bien longtemps puis le grand frère moralisateur fit son apparition. « Ne refais plus ça » pour terminer par le plus sincère de tous parmi les multiples facettes, le frère repentant. « Je suis désolé. » Isak n’était doux avec personne, la plupart de ses relations se terminaient dans une espèce de violence qu’il n’expliquait pas. A un moment où un autre, il finissait par frapper, par blesser ou par être blessé. Les gens revenaient et lui aussi il revenait trop adepte de ce cercle d’autodestruction. Toutefois, pour sa sœur tout en étant délirant, il redevenait presque sain.

Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Mer 16 Déc - 12:20

Between love and hate there is a brother

Isak & Solveig

Malgré la fatigue qui lui tirait les membres, Solveig était parvenue en haut des marches. Elle n’avait pas tardé à apercevoir Isak qui s’avançait vers elle dans une démarche lente. Son regard ne laissait aucun doute sur son état. Il n’était visiblement pas clean. La jeune femme retint un soupir. Elle s’était apprêtée à lui lancer une remarque sanglante mais le sourire enfantin de son frère l’avait eue. Il semblait heureux de voir qu’elle était de retour. Il n’avait pas tord : Solveig revenait toujours. Inlassablement. Elle ne pouvait se résoudre à rester loin de lui. Il était tout ce qu’il lui restait. Alors malgré les éclats de voix et les divergences, jamais elle ne se résoudrait à partir loin de lui. Isak le savait et il s’en servait pour appuyer la domination qu’il avait sur elle. Solveig avait fermé les yeux en sentant la main rassurante de son frère sur sa joue. Elle ne savait jamais comment il allait réagir dans les moments où il n’était plus lui-même. Pour l’instant il avait l’air calme. La Skinchanger fut soulagée. Elle était tellement fatiguée qu’elle n’avait pas la force de se lancer dans une nouvelle dispute. Son répit fut de courte durée car Isak changea soudain d’expression. Sans comprendre, la brune se prit une gifle. Ses yeux océans s’écarquillèrent tandis que ses sourcils se froncèrent. Elle porta sa main droite contre sa peau qui commençait déjà à rougir. Elle recula d’un pas. La claque n’avait pas été violente, mais le simple fait de violence choquait Solveig. Il n’était décidément plus le frère qu’elle avait connu jadis en Suède. Il était devenu quelqu’un d’autre. Un être rongé par la drogue et la violence. Il la martela de questions puis exprima son inquiétude pour finir par s’excuser. La jeune femme avait senti qu’Isak s’était réellement inquiété. Bien qu’elle fut en colère, elle se retint de mentir et de dire qu’elle était avec Niklas. Dans l’état dans lequel se trouvait son frère, elle risquait de se prendre un coup pour ce mensonge.  « J’étais dehors, et ne me frappe pas ! T’es encore défoncé c’est ça ? » dit-elle avec désolation. Elle n’aimait pas le voir dans cet état. Sa voix avait été particulièrement douce malgré le regard accusateur qu’elle lui avait lancé.

« Je fais ce que je veux Isak, je te l’ai déjà dit. Et puis c’est toi qui m’as criée dessus. Tu as mangé ? Bien sûr que non… » Continua-t-elle regardant son frère. Elle s’approcha de nouveau et prit sa main dans la sienne. Solveig avait appris à ne plus avoir peur de son frère. Ce n’était pas la première gifle qu’elle se prenait et elle doutait fort que ce soit la dernière. Mais l’amour était plus fort que ça, le lien du sang était sa motivation. Elle se répétait chaque jour à quel point elle aimait Isak. Et à quel point il l’aimait. Chaque jour, lorsqu’elle côtoyait les dealeurs, elle se répétait qu’Isak l’avait entraîné dans cette affaire pour son bien, parce qu’il l’aimait. Ce fut en se répétant ces choses là que la petite sœur guida son frère en bas de l’escalier. Elle comptait lui préparait à manger. Malgré la fatigue, l’inquiétude qu’elle éprouvait la poussait à s’occuper de lui. Elle avait marché jusque dans la cuisine en tenant la main d’Isak. Elle y était allée doucement. Elle ne savait pas comment il réagirait. C’était un peu comme marcher sur un terrain miné. Il fallait y aller avec précaution sinon tout risquait d’exploser. Parfois Solveig n’avait rien fait et elle se retrouvait à essuyer une pluie de haine. D’autres fois, Isak ne cessait de lui répéter à quel point il tenait à elle. Une situation malsaine à laquelle Solveig était parfaitement habituée. Arrivée devant le frigo, la Skinchanger l’ouvrit. Elle cligna des paupières plusieurs fois pour se concentrer. « Qu’est-ce que tu veux ? » demanda-t-elle en avisant son frère.

Un nouveau bâillement, Solveig attendait. L’air frais du frigidaire la maintenait éveillée. La colère aussi. Parce que malgré son attitude, la jeune femme restait énervée. Elle n’avait rien fait et voilà qu’elle s’était pris une gifle. Elle qui avait résisté à l’envie d’aller se réfugier dans les bras de son amant bien-aimé. Perdue dans ses pensées, Solveig ne se rendit pas compte qu’elle était entrain de sourire niaisement. Elle s’imaginait simplement dans les bras chauds de Niklas. Lui qui jamais ne l’aurait frappée, la trouvant bien trop précieuse. Lui qui la traitait comme une véritable reine, qui aurait détruit des montagnes pour elle. Lui qui la couvrait de cadeaux et de son amour, tout aussi malsain que celui de son frère. Finalement, se rendant compte qu’elle était complètement niaiseuse, Solveig fit disparaître son sourire. Elle regarda de nouveau Isak en espérant qu’il soit trop perdu pour remarquer le comportement qu’elle venait d’avoir. En repensant à sa gifle, elle se dit que c’était sûrement de sa faute après tout. Elle n’aurait peut-être pas dû partir sans rien dire, son frère avait dû s’inquiéter. Elle l’avait bien méritée après tout.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Jeu 17 Déc - 17:47


C’était probablement une question rhétorique que de lui demander s’il était encore défoncé. La vraie question avec lui, c’était quand il n’était pas défoncé. En général, ça se finissait par une baston quelque part. En l’occurrence, c’était les assiettes qui avaient pris chers. Heureusement qu’il n’avait pas croisé quelqu’un dont la tête lui revenait pas. L’autre aurait été parti pour une putain de danse. Son esprit commençait un petit peu à faire le vide de la substance et il observait sa sœur avec un air moins mort que précédemment. Venait-il de la frapper ? C’était possible, ça arrivait parfois lorsqu’il perdait un peu le contrôle de ses émotions. Peut-être un peu trop souvent. Pourtant il ne voulait que son bien. Même lui ne comprenait pas toujours ses élans d’agressivité. Il aimait sa sœur avec une rage si forte que parfois elle s’exprimait par des moyens pour le moins peu fraternels. Alors il regrettait, il regrettait et c’était pour cela sans qu’elle se forçait à revenir. S’il la traitait trop mal peut être qu’un jour elle claquerait la porte pour ne jamais se retourner. C’était quelque chose que l’homme craignait car il ne savait pas comme il allait réagir. Cela serait comme de perdre sa volonté de vivre, et sans volonté de vivre, ce serait la volonté de mourir qui reviendrait. Personne ne pourrait compenser l’absence de cette sœur aimée et perdue. C’était évident. La voix rassurante de sa frangine lui parvint. Isak n’avait pas particulièrement faim mais il était prêt à manger rien que pour lui faire plaisir.

Solveig était parfois autant sa sœur que sa mère. Cela aurait été bien s’il avait eu un meilleur modèle féminin. Peut-être aurait-il moins transposé son affection malsaine sur la jeune femme qui se souciait de lui faire à manger après qu’elle eut été frappée pour une raison qui demeurait encore à déterminer. Ne sachant absolument pas ce qui se trouvait dans le frigo, il prit le parti de se redresser pour aller observer ce qui s’y passait. Rien ne lui inspirait grand-chose, alors qu’il posait sa tête sur l’épaule de sa sœur. Assagi jusqu’à la prochaine tempête, il retombait un peu dans cette enfance réconfortante, ce besoin d’avoir quelqu’un qui nous aime et qui s’occupe de nous. Qu’importe la dispute puisqu’elle était revenue. Ses bras enlacèrent ses épaules.

« Je t’aime petite sœur. » Il n’aurait jamais pu lui dire en face. Cela faisait longtemps qu’il avait oublié comment être tendre et l’assumer. En cet instant cependant, cela serait assez facile. Sa sœur pardonnait tout, ses écarts de violence comme sa faiblesse. Alors une fois de temps en temps, il pouvait se permettre de montrer son visage encore le plus pur. Rien qu’à elle, ça ne changeait rien car il ne lui apprenait rien dont elle n’eut pas déjà conscience. Il s’écarta répondant enfin à la question qu’on lui posait.
« Je mangerais un bout de jambon, ça suffira. » Il s’assied à la table attendant d’être servi, se disant qu’il pouvait peut-être recommencer l’interrogatoire maintenant que la fièvre de la dispute et de la retrouvaille s’étaient un peu tassées. L’idée qu’elle fut partie se perdre dans les bras de cet homme abject le rendait malade et pourtant il avait besoin de savoir si ça avait été le cas. La croirait-il ? Le doute restait permis vu son don pour douter de tout et de tout le monde. Malgré cela, il se dit que la brune ne lui mentirait pas. Sa douce et pure sœur ne pouvait pas mentir parce que cela aurait été brisé l’image de perfection que son frère avait fabriquée pour lui coller à la peau. C’était briser le mensonge de son frère. Sa voix perça le silence qui s’était installé de nouveau dans la cuisine alors que ses yeux se posaient sur les bris de porcelaine un peu partout.

« Est-ce que tu étais parti le retrouver ? C’est ce que tu fais à chaque fois que tu sors non ? » Isak se sentait dépossédé de sa sœur lorsqu’il ne savait pas où elle était. Parfois, il s’arrangeait pour la faire suivre mais la plupart du temps, son intuition lui indiquait que c’était superflu car la réponse se trouvait déjà dans son cœur, bien qu’il ne voulut pas l’admettre. Solveig aimait cet homme et passait donc le plus de temps possible avec. C’était la logique la plus implacable qu’on puisse trouver. Néanmoins, la logique ça n’était pas le fort d’un frère inquiet et drogué jusqu’à l’os. « J’ai besoin de savoir sinon ça m’obsède. » Et après je prends encore d’autres substances pour faire en sorte d’oublier. C’était la fin de sa pensée mais ce ne fut pas la fin de sa phrase. Cela ne servait à rien car sa sœur le connaissait suffisamment pour deviner les implications d’un tel sous-entendu. Le junkie monnayait un peu l’information en suscitant l’inquiétude chez sa sœur. A son sens, c’était de bonne guerre.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Lun 21 Déc - 11:02

Between love and hate there is a brother

Isak & Solveig

Le cyclone qu’était Isak semblait s’être dispersé. Mais pour combien de temps ? Si cela aurait dû être un soulagement pour Solveig, il n’en fut rien. La jeune femme était tellement habituée au comportement instable de son frère qu’elle y était devenue insensible. Elle acceptait sans rien dire. Mais son silence ne voulait pas dire qu’elle ne pensait pas à partir. Solveig laissa son frère s’approcher d’elle alors qu’elle analysait le contenu du frigo de ses yeux clairs. Isak faisait l’enfant. Sa sœur eut un léger sourire. S’il avait toujours pu être comme ça, son envie de déguerpir n’aurait pas été aussi prenante. La brune glissa sa main droite contre l’avant-bras de son frère. Elle aurait aimé que cet instant soit figé dans le temps. Elle aimait Isak plus que tout, alors elle lui pardonnait ses excès. Il fallait dire que Solveig était devenue instable elle aussi. On aurait presque dit qu’elle aimait s’engluer dans cette situation, tiraillée entre deux sentiments contradictoires. C’était malsain mais Solveig y avait pris goût malgré elle. Après avoir fermé un instant ses paupières en souriant, elle tourna légèrement la tête vers son frère qui venait de se remettre à table. Elle se demanda quand son numéro de gentil prendrait fin. Car mine de rien, Isak était plus vicieux qu’on pouvait le croire. Plus enfantin que ça, il jouait les frères modèles pour mieux pouvoir interroger sa sœur. Solveig s’en était bien rendue compte, elle n’était pas totalement idiote. Mais elle ne pouvait décidément pas en vouloir à son frère. Ou lorsque cela arrivait, ça ne durait pas bien longtemps.

Solveig hocha légèrement la tête lorsqu’Isak lui réclama une tranche de jambon. Ce n’était pas très nourrissant mais c’était déjà mieux que rien. La skinchanger referma le frigo après en avoir extirpé ce dont elle avait besoin. Prenant garde de ne pas marcher sur la pluie de porcelaine qui jonchait le sol, Solveig entreprit de trouver une assiette qui avait eu la chance d’échapper à la tornade de colère nommée Isak. Ce fut laborieux mais bientôt, la Skinchanger parvint au bout de sa quête et alla servir son frère qui la questionnait de nouveau. Solveig ne répondit pas tout de suite et partit lui chercher des couverts dans un des tiroirs de la cuisine. « Peut-être bien. » répondit-elle avec un petit air de défi. Elle s’était pris une gifle, lui servait à manger, mais ce n’était pas pour autant que sa colère avait disparu. Elle restait bien présente. Elle voulait montrer qu’elle n’était pas encore totalement écrasée par la domination de son frère. Qu’elle l’aimait mais qu’elle n’était pas une sœur esclave.

Ses yeux bleus vinrent croiser ceux d’Isak. Son visage renvoyait soudain une certaine sévérité. « Isak tu n’es plus un gamin, t’es pas obligé de casser toute la vaisselle à chaque fois que t’es en colère. » râla Solveig après avoir soupiré. On aurait cru qu’une tempête était passée dans la cuisine et avait emporté toute la porcelaine sur son passage. Le fait était qu’Isak ne semblait pas décidé à nettoyer ses bêtises et que c’était Solveig qui allait devoir s’en charger. Mais la skinchanger était épuisée et la fatigue la rendait de mauvaise humeur et particulièrement irritable. Le petit manège d’Isak ne marchait pas aujourd’hui. Sûrement que la petite sœur sentirait la culpabilité la ronger durant son sommeil, pour l’instant, elle avait déjà été cherché un balais. Morphée lui arracha un nouveau bâillement tandis que, mollement, elle entreprit de nettoyer les morceaux d’assiettes au sol. Ses mèches chocolats lui retombaient devant le visage et masquait son expression de tristesse. Etait-ce vraiment la vie qu’elle avait voulu ? Bien sûr que non. Solveig rêvait encore de l’époque où elle était photographe. Aujourd’hui, son appareille photo avait laissé place à des médicaments. Ses modèles étaient devenus des Junkis dont les yeux injectés de sang lui donnaient une drôle de sensation. Elle releva discrètement les yeux vers Isak. Elle se persuadait en observant son frère qu’elle avait fait le bon choix. Elle ne pouvait décidément pas se résoudre à mettre un terme à tout ça. Elle se demandait bien ce qu’il avait pu vivre pour devenir ce qu’il était aujourd’hui. Alors qu’elle balayait Solveig entre-ouvrit la bouche, comme si elle avait voulu dire quelque chose. Elle voulait en fait avouer qu’elle n’était pas allée voir Niklas, qu’elle s’était contentée de errer dans la rue et avait rencontré un ancien ami. Mais elle se ravisa. Il fallait qu’Isak cogite un peu, et ce, même s’il risquait de se mettre en rogne.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Dim 3 Jan - 14:35


Le silence de Solveig s’enfonçait comme une lame dans le cœur d’Isak. Celui-ci ne se remettait à battre que lorsqu’il s’agissait de la jeune femme. Aussi son manque de réaction était-il irritant. Comment pouvait-elle le torturer par son silence après tous les sacrifices qu’il avait fait, et qu’il faisait encore pour elle ? Ne comprendrait-elle jamais que c’était sur lui que le monde reposait tel un fardeau. Solveig avait conservé son sourire au prix de son humanité. Peut-être était-ce encore une fois le moment de lui rappeler. Se faire rabrouer par sa sœur sur un peu de vaisselle cassée l’indifférait totalement.

« Des assiettes, ça se rachète. » Il haussa les épaules avec un air indifférent. Il recommencerait sans doute car il aimait bien le bruit des débris qui explosent sur le sol avec violence. Ce bruit tonitruant lui rappelle ses excès de rage les premiers mois à Darkness Falls, juste avant que le désespoir ne s’abatte sur lui comme un voile. L’homme n’avait pas fait attention à la première partie de cette phrase, la jugeant peu pertinente de toute manière.  Ses esprits revenaient lentement et bientôt son intelligence narquoise commença à se manifester. Le brun connaissait sa sœur par cœur. Son silence alors qu’elle avait entrouvert la bouche. La demoiselle avait pensé à donner une réponse mais seul le silence lui avait paru acceptable. Quel ironie de chérir autant quelqu’un qui vous le rendait si peu parfois. Sa colère renaissait un peu alors qu’il se disait qu’on fond, sa charmante sœur ne méritait certainement pas qu’on soit désolée pour elle, pas lorsqu’elle se comportait comme une petite garce comme à cet instant. Son ton se fit plus dur, et sa face la plus profonde sortit tranquillement de sa tanière.

« Je ne mérite que le silence Solveig ? » Le ton avait été cassant, surtout lorsqu’il avait insisté sur son prénom comme il le faisait toujours lorsqu’il trouvait que la jeune femme lui manquait de respect. Cela faisait toujours souffrir le sorcier lorsqu’on le traitait comme un moins que rien. C’était transpercer son cœur avec une lance empoisonnée si c’était sa charmante sœur qui se livrait à ce petit jeu. A cet instant, la provocation muette de la jeune brune fatiguée était l’équivalent d’une insulte. Une insulte qui n’allait pas être impunie. La question précédemment posée n’attendait pas de réponses. C’était une remarque rhétorique prémice d’une confrontation sur le point de devenir électrique.

« Après, tout ce que j’ai fait pour toi. Tout ce que tu trouves à faire c’est de te murer dans le silence. J’ai tout donné pour toi, tout sacrifié. J’ai été jusqu’à perdre mon âme pour toi. Tu sais les conséquences que cela a eues. » La référence à son petit frère mort bien que subtile était suffisante pour qu’elle comprenne. C’était un peu son point faible à elle aussi de toute façon. « Tu n’as pas idée de tout ce que j’ai souffert en allant dans cet enfer pour sorciers. C’était pour toi. Tout ce que j’ai fait jusqu’à présent c’était pour te préserver. Je constate cependant que je ne mérite toujours pas que tu sois honnête. Tout ce qu’on demande c’est de me dire la vérité. » Il se releva encore un peu pantelant pour attraper les poignets de la brune avec une douceur sévère qui l’empêchait de se détourner. «  Regarde-moi dans les yeux et dis-moi ce que tu penses. Dis que tu penses que je ne mérite pas qu’on me réponde honnêtement. Dis-le  que tu penses que je ne suis qu’un déchet, qu’une merde qui ne mérite pas de vivre. Je ferais mieux de crever vu que je ne mérite pas la parole, hein Solveig ? Regarde-moi dans les yeux. » Sa voix restait calme mais atrocement résolue, comme s’il disait des évidences qu’il était temps pour lui d’assumer. Le dealer ne se rendait même pas compte qu’il voulait faire culpabiliser suffisamment sa photographe de sœur pour la forcer à donner la réponse. C’était une violence mentale bien pire que la simple gifle de toute à l’heure. Jouant avec ses sentiments, le sorcier espérait bien obtenir d’elle qu’elle soit un peu plus malléable. Il n’avait pas envie de devoir se résoudre à user de ses pouvoirs sur elle. Un jour peut-être mais pour tant qu’on pouvait l’éviter et le garder pour les cas d’extrême urgence, c’était mieux.

« Vas-tu encore me faire le traitement du silence ? A ton propre frère, alors que nous sommes du même sang. Tu es bien cruelle aujourd’hui Solveig. » Encore l’utilisation de son prénom qui sonnait comme un couperet. S’il avait eu conscience de l’effet qu’il faisait par ces mots, il aurait été encore bien plus redoutable mais heureusement, le brun n’avait pas conscience de tout cela. Tout ce qui l’intéressait, c’était le résultat. C’était que Solveig parle.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Lun 11 Jan - 13:14

Between love and hate there is a brother

Isak & Solveig

La remarque qu’avait faite Solveig concernant la vaisselle brisée n’avait pas fait grand effet sur Isak. La jeune femme savait qu’ils pourraient en racheter et que ce n’était pas le problème. Le souci était qu’en attendant, c’était elle qui réparait les dégâts, comme bien souvent d’ailleurs. La suédoise n’avait rien dit de plus car elle savait pertinemment que son frère ne s’attarderait pas sur le sujet. Ce qui l’intéressait était de savoir si oui ou non Solveig s’était rendue chez Niklas. Alors que la cadette s’agenouillait pour ramasser les bouts de porcelaine, elle dût essuyer une nouvelle accusation. Est-ce que son frère méritait le silence ? Certainement. Son comportement était parfaitement exécrable. N’importe qui l’aurait envoyé balader mais pas Solveig qui sentait déjà la culpabilité le pincer le bout des doigts. La skinchanger connaissait son frère, elle savait qu’il ne la lâcherait pas jusqu’à ce qu’il obtienne une réponse de sa part. La brune tenta de l’ignorer encore un peu. Elle se redressa, la pelle à la main et balança les bouts de porcelaine dans la poubelle. Après le vacarme que son geste avait engendré, la jeune femme se tourna vers son frère qui s’était lancé dans un monologue chargé de reproches. C’était la technique préférée d’Isak pour pousser sa sœur à bout. Le simple fait de penser à leur frère disparu lui serra le cœur. Le pire de ça était qu’il lui remettait pratiquement la mort de ce dernier sur le dos. Solveig prit une grande inspiration. Elle trouvait cette méthode cruelle à souhait. Son être semblait déchirer entre la tristesse et la colère. Elle laissa Isak lui saisir les poignets et plongea son regard azur dans celui de son frère. Ses sourcils étaient légèrement froncés. Combien de temps allait-elle encore supporter ce poids sur ses épaules ? Bien sûr qu’elle n’avait pas idée de ce qu’il avait vécu et bien sûr qu’elle se doutait que cela avait dû être une torture sans nom mais « Et moi ? Tu crois que je ne m’en suis pas voulu toutes ces années, coincée dans le corps d’un animal à me demander si j’allais te revoir un jour ? » répondit-elle sans qu’elle n’ait pu se retenir. Ce n’était pas dans ses habitudes de tenir tête à son frère, simplement entre la fatigue et la gifle qu’elle s’était prise, la jeune femme ne semblait plus être totalement elle-même.

Malgré tout, Isak semblait avoir atteint son but puisque Solveig soupira en soutenant le regard de son aîné. « Je ne suis pas allée voir Niklas. Comment peux-tu dire que je suis cruelle alors que tu es la cruauté incarnée Isak. Tu m’as laissée, tu as tes tords aussi. » rétorqua-t-elle d’un ton qui transpirait la douleur. La mort de leur frère était une plaie que Solveig continuait de soigner. Lorsqu’Isak s’était suicidé Solveig avait cru ne jamais le revoir. Elle avait erré sous la forme d’un panda roux durant plus d’un siècle. Elle avait peur de le perdre de nouveau, Isak le savait et il savait parfaitement en jouer pour manipuler sa petite sœur. Solveig faisait mine de lui tenir tête pourtant elle était à deux doigts de tomber en sanglots. Elle sentait ses yeux bordés de larmes. « Je ne suis pas allée voir Niklas. » répéta-t-elle d’une voix tremblante. Elle allait exploser, elle n’avait eu qu’une envie s’était d’aller se faire du mal. C’était ce genre de dispute qui la menait à flirter avec les limites de la mort. Elle se demandait si Isak en avait conscience. Leur relation était de plus en plus malsaine et pour Solveig ne pouvait nier qu’elle aimait son frère plus que tout. Un amour fusionnel et destructeur. Par instinct la brune se blottit dans les bras de son ainé. Sa tête posée contre sa poitrine, elle serra fort Isak contre elle. Les yeux clos, elle tenta de percevoir les battements de son cœur, comme pour se persuader qu’il en avait encore un. Que le grand frère qu’elle avait connu était encore là quelque part.

Le chemin qu’ils prenaient les menait tout droit vers un point de non-retour. Comme s’il ne fallait qu’il n’en reste qu’un. Pourtant ils ne pouvaient vivre l’un sans l’autre, c’était évident. Pour l’instant, la tempête semblait s’être calmée mais personne ne pouvait savoir jusqu’à quand le calme régnerait sous leur toit. En général, le seul endroit où ils s’entendaient était le Little Darlings. Alors bien sûr, des fois, comme cette nuit là, il arrivait qu’une dispute éclate, mais c’était une chose rare. Devant leurs employés et leurs clients, les Eriksson s’efforçaient de se montrer unis et sur la même longueur d’onde. Le fait était qu’en ce moment, les réserves se faisaient maigres. Ce n’était pas la première fois que ça leur arrivait et Solveig comptait bien remédier à ce soucis. Mais il lui fallait du temps. Et il fallait surtout qu’Isak cesse de piocher dans la marchandise destinée à leur business. Mais ça, Solveig se retint de lui dire au risque de l’agacer encore plus. Il ne fallait surtout pas que son frère chéri s’énerve de nouveau. « Je te promets que je vais régler le problème de la réserve. D’ailleurs je pensais qu’on pourrait aller voir ce qu’il reste en bas. » dit-elle en se détachant d’Isak.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Mar 2 Fév - 13:13


Isak gronda silencieusement parce qu’il n’était pas prêt, et ne le serait sans jamais, à entendre qu’il avait des torts. Tout ce qu’il avait fait, ça avait toujours été pour satisfaire tout le monde. A la place de cela, on se contentait de continuer de lui cracher au visage.

« Tu n’avais pas l’air si mal entourée quand je suis revenue. » L’homme faisait référence à la masse polymorphe d’hommes qui n’avaient pas du manquer de chercher à l’entourlouper. Sa pauvre petite sœur perdue au milieu de tous les loups, ça le révoltait, ça le blessait dans son ego mais en même temps, il s’en voulait car il aurait voulu être  là. Toutefois au lieu de directement s’attaquer à lui-même, il préférait se mentir et s’attaquer à sa sœur qui n’avait rien demandé mais qui manifestement n’avait pas le choix. Aujourd’hui était un de ces jours où le garçon se sentait piquant comme un cactus, bardées d’épines que même sa sœur ne saurait éviter que partiellement. Etre désagréable pour être désagréable n’était pas un but en soi, mais putain qu’est-ce que ça pouvait soulager. « Cruel ? » Il eut un sourire narquois plein de sarcasmes et d’une moquerie à peine cachée. « C’est donc ça quand on se donne corps et âmes pour les autres, on finit par être cruel ? » Il n’était pas vexé profondément mais les mots avaient fait leur chemin et déversaient du poison dans ses veines. « Je n’ai rien de plus à dire, tu ne comprendrais pas puisque je suis si cruel et toi si parfaite. » Bien qu’il ne l’admettait pas, il vivait très mal le besoin de s’affirmer en tant que femme de Solveig. Ne pouvait-elle pas rester sa douce petite sœur virginale toute sa vie ? La dernière phrase eut l’effet de calmer sa verve. Pas besoin d’être devin pour savoir que la femme ne mentait pas. Elle l’avait sans doute envisagé après son comportement exécrable mais qu’elle n’en est rien fait lui faisait plaisir. Son âme s’apaisa un moment alors que ses bras encerclaient sa sœur qui paraissait si fragile dans ses bras.

L’heure était grave, il fallait remédier à cette histoire de manque. Isak pensa à sa consommation personnelle qui était plutôt fournie. Peut-être qu’il pourrait vendre un peu de ce qu’il avait de sa réserve spéciale. Cette idée l’enchantait autant que de se couper une jambe mais mourir de faim n’était pas une option bien meilleure. Il hocha la tête distraitement alors qu’ils se dirigeaient dans le silence devant la réserve qui faisait clairement grise mine. Les médicaments classiques ne manquaient pas mais tout ce qui coûtait le plus cher avait disparu comme absorbée dans un trou noir.

« Tu crois que les rats de chez nous se shootent à la cocaïne ? »
Il avait vu une de ses grosses bêtes la dernière fois mais il n’était pas sûr de la réalité de son existence pour être honnête. A ce moment de la journée, il était encore un peu dans le coton. C’était fréquent pour lui de douter de la réalité de ce qu’il passait. On s’habituait à ce flou perpétuel mais on en venait à remettre en permanence en doute sa propre vie.

« Il faut régler le problème vite Solvy, bientôt on aura plus rien du tout. Nos clients vont se fournir ailleurs. On peut pas se permettre d’en perdre, les temps sont rudes. » Le sorcier ne supporterait pas de devoir encore une fois se priver de tout. Jeunes, il avait été jusqu’à mendier parfois pour obtenir quelques pièces, cette expérience l’avait vacciné définitivement de la pauvreté. Cela lui rappela que lorsqu’il était plus jeune, il avait pour habitude de voler tout et n’importe quoi. Ses mains agissaient parfois plus vites que sa pensée. Solveig n’était pas en reste d’ailleurs vu qu’elle se rendait à l’hôpital pour récupérer diverses marchandises. « Il va falloir que tu ratisses plus large Solveig. Tu te souviens quand on était enfant, on allait toujours récupérer des trucs dans la boulangerie du coin. Un jour, la nana a arrêté de nous filer des trucs. Et qu’est-ce qu’on a fait ? Bah on a été se fournir à manger chez les particuliers et dans les autres boulangeries du coin. Tu me suis ? » il avait l’impression d’avoir été assez clair. Sa sœur était assez intelligente pour comprendre ce qu’il sous entendait avec des phrases bien plus obscures que ça. Leur complicité permettait de bons résultats dans les affaires la plupart du temps.  Il ne savait pas si Solveig accepterait d’aller dérober des produits dans des petites cliniques ou carrément chez des concurrents. Peut-être n’accepterait-elle pas mais il fallait bien tenter le coup. « Tu sais que les choix commencent à être de plus en plus limités pour nous. »
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Mer 17 Fév - 13:08

Between love and hate there is a brother

Isak & Solveig

A force de confronter son frère, Solveig avait appris, au fil du temps, à encaisser ses paroles blessantes. En revanche, elle ne gérait pas encore bien la culpabilité que ces dernières provoquaient. La jeune femme se contentait souvent de baisser la tête en regardant le sol comme si elle s’attendait à ce qu’il se dérobe sous ses pieds. Voilà ce qu’elle avait fait lorsqu’Isak lui avait reproché d’être « parfaite ». La brune avait tenté de répliquer mais son aîné semblait s’être calmé après qu’elle eut annoncé qu’elle n’était allée nulle part. Solveig fut soulagée et se laissa aller un instant dans les bras de son grand frère. Elle se disait qu’il ne cherchait qu’à la protéger, qu’il ne voulait que son bien et qu’elle avait été sans doute trop dur avec lui. Et puis Darkness Falls devait avoir influé sur sa personnalité. Alors comme toujours, elle le pardonnait et encaissait.

En se détachant, la brune avait abordé le sujet de leur marchandise. Isak avait alors eu des propos étranges. Solveig fronça légèrement les sourcils. De quoi parlait-il ? Faisait-il allusion à leurs employés en parlant de rats ou parlait-il réellement du rongeur en question ? Pour toute réponse, la suédoise haussa les épaules en espérant que son aîné passe à autre chose. Ce qu’il fit en rappelant la gravité des choses, Solveig hocha la tête à la positive. « Je sais bien que les temps sont durs… J’en suis consciente tu sais. » dit-elle d’une voix douce qui  lui était propre. Le rappel à leur enfance eut pour effet de faire sourire la jeune femme. La nostalgie sans doute. Nostalgie de l’époque lointaine où leur frère était encore en vie et durant laquelle leur innocence était totale. Bien que cela remonte à plus de deux siècles, les souvenirs étaient restés presque intacts. Le sourire de Solveig disparut bien vite lorsqu’Isak lui fit comprendre qu’elle devait ratisser plus large. Il était vrai que depuis qu’elle s’était faite prendre la main dans le sac par Ezra, la suèdoise n’avait pas osé remettre les pieds à l’hôpital et que par conséquent, leur marchandise en prenait un sacré coup. Heureusement pour eux, Mackenzie faisait parfaitement son travail et avait même récemment créé une nouvelle drogue puissante et addictive. Mais pour poursuivre la production, il fallait bien que la chimiste ait de quoi travailler. Solveig sentit, à travers le regard bleu de son frère, un énorme poids se poser sur ses épaules frêles. C’était donc à elle de se débrouiller pour trouver d’autres endroits à piller. La jeune femme hocha doucement la tête.

« Je vois. Je vais faire ce qu’il faut, mais il faudra m’aider. » dit-elle en soutenant le regard de son aîné.

La jeune femme s’était mise à réfléchir. Il allait falloir s’organiser rapidement. C’était une pression en plus, une chose nouvelle à gérer mais Solveig ne stressait pas, elle avait déjà une petite idée derrière la tête. Si pour l’instant elle écartait l’option de l’hôpital, d’autres idées fleurissaient dans son esprit. Elle était très forte lorsqu’il s’agissait de jouer les malades et il était rare que ses manœuvres ne fonctionnent pas. « Je pense qu’on pourrait aller aux urgences, je ferais semblant de tomber dans les vappes, tu fais un scandale, tu attires l’attention, j’en profite pour m’éclipser. Qu’est-ce que t’en penses ? Ca pourrait marcher. » dit-elle en haussant les épaules. Solveig retint un baîllement. Elle était épuisée. Elle espérait sincèrement que son frère la laisse se reposer avant de se lancer dans de nouvelles aventures car sinon son malaise ne serait sûrement pas une simulation. Elle avait pensé aux urgences d’une petite clinique aux portes de la ville. Elle s’y était déjà rendue une fois en repérage et pensait pouvoir piller l’établissement sans trop de difficulté. Mais l’endroit étant restreint, il fallait que son frère soit là pour attirer l’attention du personnel afin qu’elle ne soit pas dérangée. « Si tu es d’accord on pourra faire ça dans la soirée, j’aimerais aller dormir un petit peu. » dit-elle en lançant à son aîné un regard de chien battu.

Spoiler:
 

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Lun 22 Fév - 18:58


« Tu aurais dû me le dire plutôt que tu avais besoin d’aide. » Comme si on pouvait lui parler facilement. Isak s’imaginait bien plus accessible qu’il ne l’était en réalité. Ses yeux ne quittaient pas le visage suppliant de sa sœur qui n’avait rien demandé de cette situation. Un moment, il eut un peu pitié de toute la misère dans laquelle elle était plongée. Contrainte et forcée de l’aider alors qu’elle aurait sans doute mérité une meilleure vie. Cependant, le sorcier n’aurait jamais pu aller jusqu’à l’admettre car il avait désespérément besoin de la seule personne qui était restée. Celle qui avait vécu pour reprendre une phrase d’un roman qu’il avait lu jeune. Le garçon n’en avait pas lu énormément alors celui-là l’avait nécessairement marqué.

« Aux urgences, ils sont toujours débordés. Si je fais un scandale, tu sais que tu n’auras que quelques minutes devant toi. Ils vont vouloir absolument me virer le plus vite possible. Tu es certaine de ne pas te faire chopper hein ? » Evidemment que la brune ne pouvait pas l’être mais pouvoir être rassuré même par des mots stupides était quelque chose qui rassurait l’être humain. C’était le même principe que la personne qui demande si son frère va mourir pendant la guerre. Tout le monde va lui répondre non, et ça lui suffira au moins à passer quelques nuits. Maintenant qu’il avait stoppé sa crise égocentrique, le suédois voyait à quel point sa sœur n’était plus que cernes et fatigue. «  Si tu n’allais pas dormir, tu aurais l’air vraiment plus crédible. » Il ricana un instant, car ça n’était qu’une petite taquinerie pour sa sœur qu’il ne remercierait jamais assez, silencieusement, d’être en vie. « Ne fais pas ce regard, je plaisante. Va donc te reposer. »

Tout en finissant de faire l’inventaire, le fait est que les doses se révélaient plus maigres que dans son souvenir. Consommait-il autant ? Il n’en était pas certain et en même temps, il n’aurait pas exactement pu quantifier ce qu’il prenait. Sa vie était une sorte de repas permanente où les plats prenaient la forme de pilules. Il les avalait sans compter. L’idée de devoir se restreindre ne lui plaisait pas du tout mais le dealer envisagea un bref instant, si jamais ça foirait ce soir, d’aller vendre ce qu’il gardait pour sa réserve personnelle. Solveig ne le savait pas mais certains trucs très très chers se trouvaient dans ses placards présentement. Qui sait ce qu’elle ferait si elle l’apprenait un jour.

Vingt-trois heures sonnaient dans la pendule imaginaire d’Isak alors que sa sœur refaisait surface. Sans échanger plus de mots, ils se mirent en route pour les urgences dont la jeune femme avait parlé. Le fait est que c’était relativement loin, nettement plus loin que ce qu’il aurait imaginé.

« Nous n’allons pas au même hôpital ou c’est juste une impression ? » Les murs blancs et défraîchis de l’endroit se dessinèrent enfin sous ses yeux. Ouvrant la porte à sa sœur, il se mit à faire comme s’il la soutenait. C’est  clopin-clopant qu’ils pénétrèrent dans la nef pour tout drogués qui se respectent, ou pas justement. Le spectacle était sur le point de commencer et il savait sa sœur d’un grand talent pour ce genre de choses. Néanmoins afin de paraitre plus crédible, il lança à la cantonade.

« C’est pas vrai ça !? Ma sœur est malade, et y’a toujours personne qui est venu vers nous ? Ce système c’est de la merde ! Il faut qu’on allonge les billets pour qu’on nous regarde ou quoi ? » Nul doute qu’un nombre non négligeable de personnes commençaient à les observer un peu. Ce n’était qu’une mise en bouche. D’ici quelques secondes, la scène allait réellement prendre de l’intérêt. A toi de jouer ma sœur pensa-t-il. Il repensa à toutes les fois où ils avaient fait ce genre de choses. Pour escroquer les autres, ils avaient toujours été plutôt forts, toujours prêts à faire semblant d’être des guides touristiques pour quelques pièces tout en subtilisant des portefeuilles. Personne n’imaginait comme les gens peuvent être retords. Ils étaient pris en pitié et en profitaient toujours au maximum. A l’âge adulte rien n’avait changé au fond. C’était toujours les mêmes mécaniques et les mêmes mensonges pour obtenir de quoi survivre. La vie n’était qu’une question de ne pas se laisser mourir de faim. Lorsqu’on est désespéré, tout semble être une solution. Mimer une maladie et voler des médicaments n’était pas un idéal de vie mais c’était le seul qu’ils avaient.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Jeu 10 Mar - 12:56

Between love and hate there is a brother

Isak & Solveig

Tantôt un enfant tantôt un adulte violent et drogué, Isak était réellement à prendre avec des pincettes. Solveig avait pris l’habitude de se débrouiller sans son aide lorsqu’elle le pouvait. Ces derniers temps elle sentait que son corps la tiraillait et qu’elle aurait sûrement plus de mal à ramener les quantités de médicaments habituelles. Ce fut ce qui la poussa ce matin là à demander de l’aide à son aîné. La jeune femme s’était contentée d’hausser les épaules sans lui avouer qu’elle n’avait pas osé le solliciter avant. La question qu’il posa ensuite surpris Solveig. Bien sûr qu’elle ne pouvait pas être sûre de réussir, mais la jeune Eriksson n’avait rien à perdre et elle ferait tout pour que leur plan fonctionne. Elle accorda un sourire rassurant à son aîné tout en hochant positivement la tête. « Mais oui ça va marcher ! Je suis pas une débutante et toi non plus, on va y arriver. Si ça dérape je me transformerais ne t’en fais pas. » assura-t-elle avec détermination. Le plan d’urgence : faire appel au panda roux qui sommeillait en elle.  Solveig fit la moue lorsque son frère la taquina puis elle le quitta après avoir déposer un baiser sur sa joue. Elle était épuisée. Une fois dans son lit il ne lui fallut que quelques minutes pour plonger dans un sommeil profond.

Lorsqu’elle ouvrit de nouveau les yeux, la nuit était tombée. Solveig se demanda un instant combien de temps elle avait dormi. Elle était tellement engourdie qu’elle avait l’impression d’être restée auprès de Morphée plusieurs décennies. Après être bien réveillée, Solveig alla se préparer puis rejoignit son frère. Ils étaient prêts. Sur la route Isak se montra perspicace. La jeune femme lui adressa un sourire. Effectivement ils n’allaient pas au même endroit que d’habitude. « Tout à fait. Ces urgences là sont en sous effectif et éloignées de la ville. Du coup j’ai pensé que ça sera plus facile pour nous. » dit-elle avec un haussement d’épaules. Elle ne voulait pas le montrer mais la cadette était fière de sa petite idée. De toute façon elle était obligée de se montrer imaginative car à force, les employés des différents hôpitaux finissaient par la reconnaître et elle voulait éviter à tout prix qu’ils fassent un lien entre elle et les vols de médicaments. L’établissement vers lequel ils se dirigeaient était celui que Solveig connaissait le moins. Elle espérait se souvenir. Elle doutait mais elle pour rien au monde elle ne l’avouerait à son frère. De toute façon elle n’avait plus le choix étant donné qu’ils venaient d’arriver. La brunette prit une grande inspiration. Elle ne pouvait plus faire machine arrière.

S’appuyant sur son frère, Solveig marchait d’un pas mou. Elle fit mine d’être exténuée. A peine venaient-ils d’arriver dans la salle destinée aux urgences qu’Isak commença son petit manège. La machine était lancée. Les patients entassés dans la pièce semblaient attendre depuis des siècles. Certains paraissaient plus mal en point que d’autres. Quelques têtes curieuses se tournèrent vers Isak. Certains hochaient vivement la tête comme pour approuver ses dires. D’autres l’ignoraient. Une petite infirmière rousse et rondouillarde s’approcha du brun. « Monsieur calmez-vous, il y a d’autres personnes avant vous. On s’occupera de vous dès qu’on le pourra. les yeux verts de la dame s’attardèrent un instant sur Solveig qui faisait mine d’avoir du mal à respirer. Elle venait de porter une main à sa gorge. Dans sa tête, la sœur d’Isak se disait que cette infirmière avait du courage car si elle avait su à qui elle s’adressait, sûrement qu’elle n’aurait pas utilisé ce ton hautain et autoritaire. Solveig espérait que son aîné se retienne avant de déchaîner sa colère sur la rousse. Pour tenter de retarder la bombe à retardement qu’était son frère, Solveig se décida à intervenir. « Ne t’en fais pas Isak, ça va aller. Je vais prendre un peu d’eau. » dit-elle d’une voix faiblarde avant de se détacher du brun. Ce n’était qu’un prétexte pour se rapprocher de la cible. Comme ça lorsqu’elle simulerait son malaise, la jeune femme aurait moins de chemin à parcourir. D’une démarche bancale, Solveig se dirigea vers un de ces robinets de fer caractéristique qui sert de fontaine. Le métal était rouillé et la jeune femme doutait de la fonctionnalité de la chose. Peut importe. L’attention de la salle se dirigeait de plus en plus vers Isak. Un médécin venant de se rendre disponible poussa la double-porte volante qui séparait la salle d’attente des couloirs. Solveig lança un bref regard en direction de son frère avant de s’écrouler au sol en faisant mine de convulser. L’homme en blouse blanche n’eut d’autres choix que de lui apporter de l’attention. Il se pencha au dessus d’elle. C’était à Isak de jouer maintenant. Le compte à rebours était lancé.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Jeu 7 Avr - 12:50


Le secret du talent d’acteur d’Isak, c’était qu’il ne jouait tout simplement pas la comédie. Ses émotions étaient si changeantes qu’il pouvait se convaincre facilement qu’il était en train de ressentir l’émotion appropriée. En entrant dans l’hôpital, il n’était pas encore le gars qui avait besoin qu’on s’occupe de sa sœur malade mais celui qui le prétendait. Lorsque cette putain d’infirmière avait haussé le ton et traité comme une merde, la donne avait brusquement changé. Et si sa sœur avait réellement eu besoin de soin ? On l’aurait traité comme ça ? Comme si elle ne valait rien, on l’aurait remisée dans un coin en disant qu’on s’occuperait d’elle quand on aurait le temps ? Pourquoi cette femme se permettait de le rabaisser ? Pourquoi après tant d’années les gens le traitaient toujours comme le vaurien qui quémande des pièces ? C’était fini ce temps-là, Isak ne quémandait plus, il prenait. A cet instant, il avait fort envie de prendre le respect de cette femme pour lui apprendre qu’on ne se frottait pas à un mafieu qui dirigeait d’une main de fer son organisation. Les mots de sa sœur réussirent à le retenir un peu car il se rappela brusquement qu’en cet instant, personne n’était en danger de mort, sauf l’infirmière peut être. Souvent l’homme n’en faisait qu’à sa tête mais pas lorsqu’il s’agissait des besoins de sa petite sœur. Sa petite sœur passait toujours avant tout et tout le monde. Il aurait brulé le monde pour avoir une chance de carboniser la personne qui lui aurait fait du mal.  Quelques instants plus tard, Solveig se tournait pour aller vers un robinet d’eau qui  avait connu de meilleurs jours.  Instinctivement, il sentit que la scène allait bientôt commencer alors il reprit sa haine précédente pour la faire revenir encore plus tonitruante et dragonne que précédemment. Lorsque sa sœur fit mine de s’évanouir, il devint presque réellement incontrôlable.

« Non mais vous vous prenez pour qui espèce de conne pour me dire que je dois attendre ?! Vous croyez que dans l’état dans lequel elle est-elle peut attendre  elle !? Vous êtes une putain d’incapable ! » Ses bras battaient le vent comme des moulins, il gesticulait de manière agressive. Ses yeux se détournèrent un peu pour constater qu’un médecin se tournait vers Solveig pour aller l’aider. Il ne fallait pas que ça arrive, tout le monde ne devait regarder que lui pendant encore plusieurs instants. « Vous êtes un déchet. » lacha-t-il amèrement à l’infirmière qui tenait étonnamment bon, sans doute pas sa première crise d’hystérie dans un hôpital. Afin d’attirer l’attention de tout le monde comme il le souhaitait, il  attrapa la femme à la gorge pour la pousser contre le comptoir. «  Et maintenant ? On compte toujours pas pour toi conasse ? » Son ton était terrifiant teintée de la violence que l’expérience lui avait offete et de la haine que la vie lui avait donnée.  Les regards se tournèrent vers eux mais comme dans beaucoup de cas, personne n’avait de réaction à l’instant T. Le médecin qui s’occupait de sa sœur juste avant se redressa assez vite en constatant que la sécurité n’était pas encore intervenue, en réalité il savait que la sécurité devait prendre sa pause de dix minutes à cet instant et que personne ne pouvait le remplacer faute de moyens, alors il s’élança courageusement. L’homme ne savait pas se battre, Isak le devina à son attitude qui se voulait calmante. « Monsieur, on ne peut pas s’occuper de votre sœur si vous brutalisez cette infirmière. » Sa main se posa sur le bras de l’homme. Isak sentit un tressaillement mais surtout la volonté de donner un apaisement. Malheureusement pour le brave homme, ce n’eut pas tout à fait l’effet escompté. Son bras comme poussé par un ressort partit  dans le visage de l’homme.

« Me touche pas ! » Le coup était plus une sommation qu’un vrai coup de poing. Si cela avait été le cas, l’autre serait sur le tapis. Toutefois, l’intérêt de l’Eriksson résidait dans le fait de garder l’attention et pas de l’assommer. Les sourcils de l’homme se froncèrent alors que le regard moqueur du junkie faisait son apparition. Il n’y avait aucun doute sur le fait que l’homme qui soignait les gens avait déjà repéré qu’Isak était un drogué jusqu’au plus profond de son âme et que la crise venait peut-être du manque de substance. Le brun espérait que l’homme ferait tout ce cheminement pour lui filer une dose gratuite. Lui n’était jamais contre un peu de bon temps aux frais de la princesse. Tout occupé qu’il était, le brun avait oublié de vérifier si sa sœur serait bientôt revenue. Continuer longtemps cette simagrée allait être compliqué d’autant plus avec le vigile qui revenait tranquillement de sa pause-café et qui lui savait se battre contre les crapules de son espèce.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Mar 12 Avr - 11:51

Between love and hate there is a brother

Isak & Solveig

Allongée contre le sol froid des urgences, Solveig ne put qu’entendre son frère s’énerver sans le voir. Le médecin qui s’était arrêté pour s’inquiéter de son état semblait distrait par ce jeune homme bruyant. De son côté, la cadette avait calmé sa fausse crise de convulsions ce qui permit au docteur de ne pas s’en vouloir lorsqu’il la laissa seule. Bien qu’elle ne puisse toujours pas l’apercevoir, elle sentait qu’Isak s’énerver de plus en plus. Comme si elle avait pu sentir la colère de son aîné s’accroître au fil des secondes. C’était le moment ou jamais. Discrètement, Solveig se redressa. Elle avait eu la bonne idée de subtiliser la carte de médecin pendant qu’il était penché au dessus d’elle. Et oui, certains traits de sa vie de voleuse passée lui restait. Dr Von Karman. Elle le remerciait déjà.

Profitant du brouhaha et du désordre ambiant propre aux urgences, Solveig n’eut aucun mal à passer inaperçu. Parfois elle se faisait bousculer, on lui disait de retourner s’allonger mais jamais personne n’avait vraiment pris le temps de s’arrêter sur son cas. La mafieuse mit ce temps à profit et ne tarda pas à trouver la fameuse porte. C’était un petit local qui contenait quelques médicaments d’urgence, de quoi faire des perfusions. La brune se servit de la carte volée pour ouvrir la porte et sans perdre une seconde, elle dévalisa les étagères pour remplir ses poches. Elle avait trafiqué son trench histoire de pouvoir prendre le plus de marchandise possible. A chaque instant la jeune femme redoutait qu’on ouvre la porte. Qu’on la surprenne. Elle tendait l’oreille. Le panda roux qui sommeillait en elle saurait si quelqu’un approchait. Finalement, une fois ses poches pleines Solveig quitta la réserve.

Après s’être de nouveau faufilée dans la masse, la brune revint dans la salle d’attente. Tous les regards étaient désormais tournés vers son frère et la femme à l’accueil semblait presque aussi apeurée que s’il avait été un fantôme. Toujours dans la discrétion, la cadette accorda un signe à son aîné. Le signe censé lui faire comprendre qu’elle avait terminé et qu’il pouvait arrêter son cinéma. Elle espérait qu’Isak n’était pas allé trop loin et que l’affaire n’allait pas dégénérer. Elle n’était jamais sûr de rien avec lui et ses sauts d’humeur liés à sa dépendance. Parfois on ne pouvait plus l’arrêter. Combien de fois elle l’avait vu revenir avec un bleu au visage ou bien même taché d’un sang qui n’était pas le sien. Pourtant la petite sœur avait toujours soigné ses blessures sans poser de question. Voilà pourquoi son visage était peint d’inquiétude. Bien sûr qu’elle n’allait pas se mêler à la foule, avec ses poches pleines, le risque était bien trop élevé alors Solveig sortit de la clinique sans que personne ne prenne le temps de la remarquer.

Trois minutes. C’était le temps qu’elle donnait à Isak pour sortir d’ici intact. Auquel cas elle serait contrainte d’aller le chercher. Si Isak était le feu, Solveig était douce comme une brise d’été. Elle avait le don d’apaiser les tensions ravivées par son frère. C’était là d’ailleurs la force de leur duo. Sa bouille angélique l’aidait dans ces moments là. Plantée sur le côté, Solveig tentait de voir ce qu’il se tramait à l’intérieur. Un gus de la sécurité lui passa à côté. Elle se mordit la lèvre inférieure. Elle espérait vraiment qu’Isak ne perde pas leur objectif de vu et qu’il abdiquerait avant que tout ceci n’aille trop loin. Surtout que maintenant, Solveig en avait assez dans les poches pour le calmer durant un moment et que sa réserve personnelle serait de nouveau garnie une fois rentrés à la maison. Mais pour ça encore fallait-il qu’ils rentrent et tout n’était pas encore gagné.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Mer 11 Mai - 13:56

Isak ne savait pas abandonner ni se montrer malin dès que la moutarde lui montait au nez. C’était presque systématique, il fallait que ça finisse par déraper. Il est rassuré de voir sa sœur repartir dans l’autre sens. Le vigile s’approchait pour le prendre par l’épaule sans aménités. L’homme était grand massif et dénué de sourire. Ses muscles se dessinaient contre les plis de son tshirt à manches longues. Empoignant sans ménagement le drogué, il le tracta loin de la femme. L’homme pesta du plus profond de son âme. Les insultes fusaient à bon train mais Isak Eriksson savait reconnaître lorsqu’un combat était perdu d’avance. La montagne de muscles se révélait infranchissable et intransigeante. Pourtant la colère palpitait sous la peau noire. Il sentait les tressautements de ce dernier comme il ressentait les battements de son corps. Alors il n’arrêtait pas décidant que cela valait le coup de s’amuser un peu. Cela le défoulait d’exciter la colère des autres. Les voir perdre leur sang-froid lui donnait l’impression d’avoir le contrôle.

« Vous les noirs, vous êtes toujours cantonnés au mauvais rôle, hein ? » Un racisme feint et primaire. Cela pouvait suffire à échauffer les esprits plus vites que prévu. Pourtant l’homme restait de marbre, il n’était sans doute pas à son premier agitateur ou alors était d’un flegme sans fin. Le vigile l’avait déjà trainé jusqu’au mur près de la porte d’entrée. Il le vira en le propulsant avec une force sans fard sur le parvis. « Reviens pas sinon tu auras une bonne raison de finir à l’hôpital. » Des menaces en l’air que ces conneries proférées par un fou à un idiot. L’inverse aurait sans doute pu être vrai également. Ses yeux se posèrent sur la voiture dans laquelle ils étaient arrivés. Il apercevait la silhouette de sa sœur non loin. Frustré de ne pas avoir eu son combat et d’avoir été viré comme un malpropre, il allait tout de même falloir qu’il reparte. Les flics pourraient arriver très vites après l’esclandre qu’il venait de provoquer. Sous ses airs calmes de surveillant, pouvait se cacher un homme fourbe capable de planter un poignard dans le dos.

Titubant, il s’approcha du véhicule observant Solveig comme si c’était la première fois. Pas de cocards ou de sang cette fois-ci mais seulement un goût d’amertume dans la bouche. Malgré tout, un sourire se peignit sur le faciès d’ordinaire morose de l’homme. « Bien joué petite sœur. » C’était les seuls moments où il semblait un peu heureux, quand il y avait de la drogue à profusion ou qu’on avait fait exactement ce qu’il attendait de vous. Une main passa sur l’épaule de sa sœur qu’il tapota amicalement. « Rentrons. » Il s’installa du côté passager et se laissant porter par le roulis de la machine s’endormit aussi innocent qu’un enfant.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « Between love and hate there is a brother » ISAK   Jeu 2 Juin - 12:03

Between love and hate there is a brother

Isak & Solveig

Plus les secondes défilaient, moins Solveig parvenait à garder son calme. Bien que le comportement de son frère soit parfois dur à supporter, la cadette Eriksson avait du mal à envisager le fait de vivre sans lui. Elle avait déjà dû surmonter cette épreuve une fois et elle s’était promis de tout faire pour que ce cauchemar ne recommence pas. Même si par cette décision, c’était son existence à elle qui avait tourné en un mauvais songe pourtant bien réel. Ses yeux clairs toujours rivés sur l’entrée de la clinique, la jeune femme serrait le volant de toutes ses forces en priant pour voir apparaître son aîné. Alors qu’elle était entrain de se dire qu’il fallait qu’elle y retourne, que ça faisait un moment qu’elle attendait, elle vit deux silhouettes se dessiner dans l’encadrement de la porte. Une énorme, un homme aussi large qu’il était immense. Une montagne de muscles qui tenait un autre homme. Homme qu’elle aurait reconnu entre mille : son frère, Isak. Il se fit finalement éjecter de la clinique. Bien que le vigile n’ait pas été tendre, la catastrophe avait été évitée de peu et Solveig en fut soulagée. Elle relâcha légèrement sa prise et attendit qu’Isak vienne la rejoindre pour démarrer. Elle baissa légèrement sa vitre pour inspecter le visage de son frère. Pas de marques de coups, c’était bon signe. Il la félicita finalement. Un sourire fin courba les lèvres de Solveig. La jeune femme attendit que son frère s’installe et commença à rouler en direction de chez eux.

Le jeune homme s’était endormi. Solveig lui lança quelques regards en coin le long de la route. Il avait l’air si paisible. Elle pouvait presque deviner les traits du petit garçon avec lequel elle s’amusait à l’époque. Lorsqu’ils vivaient encore en Suède et lorsque leurs frères étaient encore en vie. Nostalgique, la jeune femme eut soudain l’air triste et puis elle décida de se reprendre. Après tout elle avait survécu. Isak était revenu alors la situation aurait pu être pire que ça. Elle s’accrochait à cette pensée de toutes ses forces. C’était ce qui la confortait dans l’idée que le trafic de drogues n’était pas une si mauvaise chose finalement.

Après avoir roulé durant une quinzaine de minutes à travers la Nouvelle-Orléans, Solveig et Isak arrivèrent à destination. On était en plein de milieu de la nuit. Les fêtards les moins téméraires rentraient chez eux. La jeune femme coupa le contact et se tourna vers son frère, elle hésita un instant avant de le réveiller. De quelle humeur serait-il ? On ne pouvait jamais vraiment le prévoir. Déjà que les gens ordinaires n’étaient que rarement heureux au réveil, alors un drogué de son envergure… Mais Solveig ne pouvait pas se permettre de douter éternellement, ainsi elle posa sa main droite sur l’épaule de son frère et le secoua avec douceur.

« Isak réveille toi on est arrivés. Debout. » dit-elle assez fort pour que l’homme puisse échapper à Morphée.

Sans plus attendre elle sortit du véhicule. Ses poches volumineuses en disaient long. Ils allaient devoir faire l’inventaire et peut-être même passé au Little Darlings pour réapprovisionner les locaux.  C’était du travail finalement de devoir gérer un tel trafic. Heureusement Solveig se dit qu’elle pouvait aussi compter sur Mackenzie qui s’avérait au fil du temps, être devenue un soutient de poids. Une employée digne de confiance sur laquelle on pouvait compter.

Spoiler:
 

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« Between love and hate there is a brother » ISAK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» kari ; i love you too new york city.
» Love pub souhaite se lier a Zone Pub [accepté]
» Vampire Love
» Tainted love.
» MADEMOISELLE ADAMS ◮ Yeah, Yeah ! This Is Love. (a)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-