AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 /!\ Sois gentille, casse toi ▬ Keir M. Moore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: /! Sois gentille, casse toi ▬ Keir M. Moore    Mer 16 Déc - 12:21



Chaque jour suffit sa peine comme dit l’adage mais devait-il avoir autant de soucis tous les jours ? Entre ceux qui ne le payaient pas, ceux avec qui ils finissaient par se battre et la protection de sa sœur, il avait déjà du travail pour deux. Apparemment, le karma s’en foutait bien de ça puisque Dieu, ou son opposé ou même n’importe quelle entité surnaturelle, n’en avait rien à foutre et lui collait encore plus de bâtons dans les roues. Le bâton ici possédait quelques courbes qui le rendait pour le moins reconnaissable.

Elle était encore là cette espère ce rousse exaspérante. A croire que comme la vermine, elle prenait un plaisir malsain à revenir pour le contrarier. C’était probablement le cas lorsqu’on voyait l’animal en question. La truculente rousse venait à tous les coups de siffler un ou deux clients à ses filles sous le nez de ses filles. Cette fois, il allait falloir employer des méthodes un peu plus musclées pour la faire déguerpir. Dommage parce qu’elle n’avait pas une si sale gueule que ça. S’il devait la casser pour qu’elle arrête de venir marcher sur ses plates-bandes, il le ferait et sans le moindre problème pour dormir. Fort de cette nouvelle résolution, il entreprit de marcher vers elle. L’homme n’avait pas encore pris sa dose de dix heures et commençait à la ressentir, toutefois, il n’en fit rien. C’était très bien qu’il ait moins de patience et plus d’agressivité. Peut-être qu’elle comprendrait d’elle-même qu’il fallait filer aujourd’hui car ça n’était pas du tout une bonne journée. Il paria intérieurement que la jeune femme n’en ferait rien mais bon, c’était son problème à elle à un moment et pas le sien.

Arrivant par derrière elle et sans réellement prendre la peine de se présenter, il posa une main dure sur son épaule. La femme était à cet instant en train de parler à un autre homme et nul doute qu’elle prévoyait encore une entourloupe. Après un immense soupir, il commença d’un ton désespéré.

« Je t’ai déjà dit d’arrêter de trainer dans mes pattes Keir. » Il était déjà fatigué parce que l’homme savait que si cela était si facile, ça serait aussi incongru que décevant. Il tenta tout de même. « Maintenant, sois gentille et casse toi ». La femme se retourna pour lui faire face. Il sentit que ça ne risquait pas de fonctionner mais il fallait parier un peu sur la chance parfois. Voyant qu’elle n’avait pas l’air prête à bouger, il continua.

« Ne m’oblige pas à te virer en utilisant la manière forte. T’es  bonne, je voudrais pas ruiner ton business à cause de quelques coups. » Franchement être le méchant tout le temps, ça avait quelque chose d’éreintant bien qu’il sentit que le talent naturel de Keir, c’est-à-dire l’agacer au plus haut point, risquait bien de le rendre très enclin à lui filer la correction qu’elle méritait. « Je te laisse dix secondes, si tu n’as pas déguerpi, on va s’expliquer toi et moi. »


La menace ne marcherait pas mais au moins elle aurait été prévenu plus d’une fois. Il se trouvait déjà plutôt sympa. Lentement, il commença son décompte tentant de se concentrer  parce que les chiffres se mélangeaient un peu ce matin. Vraiment gérer un business et en être soi-même client n’avait pas que des avantages.

« 10..9…8 » Il croisa les bras sur sa poitrine essayant de se donner un air imposant. C’était assez difficile de se faire respecter avec ses allures de minet même si la plupart du temps sa réputation le précédait.

« 7…6….5 » Elle semblait le narguer à ne pas bouger. Foutue caractère cette nana quand même. Toujours à chercher les emmerdes.

« 4….3….2….1 » Il lui restait à présent une seconde pour s’en aller mais plus il avait commencé et plus il avait eu la certitude qu’elle n’en ferait rien. Toutefois, c’était un peu sa façon à lui de se dire que tout ce qui allait arriver serait excusé par la longueur de la mise en garde.  Des vieux restes de son éducation lui rappelait que ça n’était pas correct de frapper une femme. L’éducation qu’il s’était octroyé lui apprenait que ça n’était pas correct de frapper une femme sauf si elle le méritait.

« 0 »


Dernière édition par Isak Eriksson le Jeu 7 Avr - 12:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Redeems my soul

Féminin
↳ Nombre de messages : 376
↳ Points : 71
↳ Date d'inscription : 10/09/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Clémence Poésy.
↳ Age du Personnage : 34 ans.
↳ Métier : dresseuse d'animaux pour le Colosseum.
↳ Opinion Politique : Protecteur et bourreau du peuple, il est un moindre mal avec lequel je peux vivre.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1, 2 en nécrose.
↳ Playlist : The Way I was by Jem and the Holograms. crushcrushcrush by paramore. Yellow Flicker Beat by lorde. Demons by Imagine Dragons. Gangsta by Kehlani. Make me wanna die by the pretty reckless. Serial Killer by Lana Del Rey. Cell Block Tango By Chicago. Once Upon A Dream by Lana Del Rey. Kryptonite By 3 doors down. Take me Down
↳ Citation : « Don't know where, don't know why But I can't go back, back to the way I was. »
↳ Multicomptes : Ange E. Dalton.
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: mermaid tears
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: /!\ Sois gentille, casse toi ▬ Keir M. Moore    Dim 27 Déc - 19:00



 

 
« Sois gentille, casse toi »

 
Sois gentil, ferme-la!


 
Son visage ne me revenait pas. Sa manière de me regarder, de bouger, de crisper sa mâchoire et même de respirer. Il n’avait absolument rien pour m’astreindre à détendre la tension évidente que j’avais volontairement créé pour m’amuser. Il était si facile de le manœuvre, que je me demandais comment il pouvait être aussi influent dans son domaine. Avec sa manière de se tenir et cette manie de s’imaginer avoir raison, je n’avais pas pu résister… Il appelait mon envie de piquer, de provoquer et de regarder exploser. Sans que je ne trouve ça étrange, j’avais pris le rôle de la putain la plus suicidaire de la ville. Recouvrant ce manteau qui allait parfaitement à mon corps. Sa main sur mon épaule, je haussais un sourcil. Il aurait presque été préférable que nos routes ne recroise pas en cette soirée déjà fortement échaudé. Seulement, il se trouvait de nouveau devant moi, ralentissant mon entretien avec un client potentiel. « Je t’ai déjà dit d’arrêter de trainer dans mes pattes Keir. » Sa voix cachait très mal son impatience grandissante, une autre plus prudente aurait courbé l’échine pour ne pas finir à l’hôpital. Une autre… Ne l’aurait pas sciemment persuadé qu’elle lui volait des clients… Alors qu’au contraire, elle aidait grandement son business.  D’autant plus que ses filles, ne m’arrivaient pas à la cheville. Il aurait dû s’agenouiller pour me remercier, mais pourquoi l’aurait-il fait? Il pensait encore que j’empêchais ses filles faciles d’écarter les jambes. « Maintenant, sois gentille et casse toi »

Je battis des paupières, mon innocence fuyant à toutes jambes devant l’excitation grandissante qui envahissait mes membres. Le coin de mes lèves se releva pour mieux démontrer à quel point, le soit gentille ne me convenait pas. « Ne m’oblige pas à te virer en utilisant la manière forte. T’es  bonne, je voudrais pas ruiner ton business à cause de quelques coups. » Toujours silencieuse, je le laissais prendre le contrôle de la situation. Le laissant s’embourber dans mon besoin de… De quoi déjà? Ah oui! De le voir craquer sous ma pression! « Je te laisse dix secondes, si tu n’as pas déguerpi, on va s’expliquer toi et moi. » Je relevais le menton, mes cils papillonnant encore quelque peu. Il avait de la gueule et aurait pu être attirant. Si, chaque atome de mon corps ne criait pas à le provoquer autant. « 10..9…8 » Je laissais un rire m’échapper. Délicat et léger, il contrastait avec le feu qui flambait désormais dans mon regard. Je n’étais pas prête à obéir. Je ne l’étais jamais. « 7…6….5 » Sans prévenir, je me retournais vers l’homme que j’avais abordé avant qu’Isak ne me gâche mon plan. Haussant des épaules, je déposais un doigt sur son torse et cajolais délicatement ce torse qui ne me disait rien. « Désoler, je n’ai plus le temps de parler affaire avec vous. Mais, je vous promets de revenir demain. Deal? » Sans attendre de réponse, je me retournais de nouveau vers Isak. « 4….3….2….1 »

D'un mouvement brusque, je l'attrapais par le chandail et l'obligeais à se rapprocher de moi. À moins d'un centimètre de mon visage, je laissais mes traits visage se teinter de tout ce qu'il y avait de mauvais en moi. Autant dire, que je n'avais pas une expression avenante. « Où tu as vu une laisse et un collier de chienne, Gamin? Je croyais avoir été parfaitement claire. Je ne suis pas une de tes vaches laitières et je peux convoiter n'importe quelle queue en ville. Ce n'est pas de ma faute si tes sous-louée ne sont pas en mesure de rivaliser avec moi. Engage mieux! » Je le relâchais aussi brusquement que possible et reculais de quelques pas. Ma démarche était sensuelle et mon sourire tout ce qu'il y avait de plus agace. Je l'invitais à me suivre, à continuer cette scène qui frôlait le danger. Certain m'aurait dit suicidaire, moi je me voyais comme accroc aux emmerdes.

love.disaster

_________________

Take Me Down
† Been waitin at these crossroads. Forever and a day, On a guy to buy my soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: /!\ Sois gentille, casse toi ▬ Keir M. Moore    Jeu 14 Jan - 15:44

Cela aurait été trop beau. Ou trop décevant. Sans doute un savant mélange des deux.  Proche d’elle, l’homme prenait conscience de son odeur qui, contrairement à tout le reste, n’exhalait pas le vice et l’irrespect. Isak savait bien que Keir ne respectait rien. Depuis leur tout première rencontre, c’était toujours le même scénario encore et encore. Le jeu délicat et millénaire du chat et de la souris.  Un jeu qui marcherait mieux si tous les deux étaient d’accord sur les rôles. Toutefois, ils étaient bien trop têtus et différents pour trouver un terrain d’entente.

« Un peu de soumission, ça te ferait pas de mal Keir. Tu veux qu’on essaie le SM ? » Sa voix était mordante. Pas question de se laisser marcher sur les pieds et traiter de gamins par cette pétasse un peu trop jolie qui pensait que tout pouvait lui être offert sur un plateau. « Tu peux aussi aller convoiter des queues si tu veux, mais si je t’arrange à ma façon les gens partiront en courant. » La demoiselle marchait à une vitesse qui était surprenante malgré ses gestes délicats et emprunts de sensualité. Enervé, Isak se trouva obligé de trottiner comme un petit chien pour ne pas la perdre de vue alors qu’elle tournait dans une allée. Il y avait quatre chambres toutes actuellement occupées par ses petites chiennes à lui.

Ses doigts happèrent le poignet de la jeune femme pour la retenir. Ses attitudes, ça l’énervait, ça le rendait fou mais pas nécessairement que parce que ça provoquait des élans de colère chez lui. C’était ça le plus énervant.

« Si tu veux bosser dans le coin, t’as qu’à devenir ma petite nouvelle. Avec ton « pedigree » je suis sûr qu’on ferait fortune. » D’un mouvement sobre et rapide, il s’était rapproché se servant de l’avantage de sa taille pour la dominer au moins en hauteur. Sa voix s’était fait un murmure mutin dans l’oreille de la femme alors que les mots étaient teintés de cruauté. L’homme se rendit brusquement compte qu’il voyait un peu flou, ses mains allaient commencer à trembler d’une seconde à l’autre. Sa longue habitude de la prise de drogue lui permettait de sentir que son corps commençait à en redemander. Bientôt, il serait irascible, et plus brutal. Il allait peut être réellement finir par lui coller une gifle ou deux, ou trois…  Ses yeux atteignirent ceux de la jeune femme qui paraissait le défier plus que tout à l’heure si c’était seulement possible.

« C’est pour ça que tu passes ton temps sur mon territoire, Keir ? » Il se pencha pour atteindre son oreille et murmurer, le torse presque posé contre elle. « Pour me défier ? » Lentement, avec une douceur qui ne correspondait pas au ton de menace de sa voix, il caressa une longue mèche rousse qui se promenait. «  Qu’est-ce qu’il faut que je fasse pour que tu ne reviennes plus ici, hum ? Est-ce que je dois te faire une petite réduction sur de la cam ? Te frapper ? Te baiser ? » Le ton était devenu étrangement calme plein de menaces à peine voilées et, pour qui sait écouter, d’un peu de plaisir à pratiquer cette danse malsaine. Tous les deux jouaient à se détruire depuis suffisamment de temps pour reconnaitre un bon partenaire pour brûler la chandelle par les deux bouts. C’était leur petit rituel et ça pouvait devenir plus torride comme ça pouvait devenir apocalyptique. C’était comme ça qu’on jouait ici : à pile ou face.
Revenir en haut Aller en bas

Redeems my soul

Féminin
↳ Nombre de messages : 376
↳ Points : 71
↳ Date d'inscription : 10/09/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Clémence Poésy.
↳ Age du Personnage : 34 ans.
↳ Métier : dresseuse d'animaux pour le Colosseum.
↳ Opinion Politique : Protecteur et bourreau du peuple, il est un moindre mal avec lequel je peux vivre.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1, 2 en nécrose.
↳ Playlist : The Way I was by Jem and the Holograms. crushcrushcrush by paramore. Yellow Flicker Beat by lorde. Demons by Imagine Dragons. Gangsta by Kehlani. Make me wanna die by the pretty reckless. Serial Killer by Lana Del Rey. Cell Block Tango By Chicago. Once Upon A Dream by Lana Del Rey. Kryptonite By 3 doors down. Take me Down
↳ Citation : « Don't know where, don't know why But I can't go back, back to the way I was. »
↳ Multicomptes : Ange E. Dalton.
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: mermaid tears
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: /!\ Sois gentille, casse toi ▬ Keir M. Moore    Ven 5 Fév - 20:56



 

 
« Sois gentille, casse toi »

 
Sois gentil, ferme-la!


 
« Un peu de soumission, ça te ferait pas de mal Keir. Tu veux qu'on essaie le SM ? » Un sourire satisfait se dessina sur mes lèvres pulpeuses et rosé. Je lui lançais à peine un regard, laissant mon arrogance s'élever à un autre niveau. Tout dans mon attitude criait à la dominance. S'il voulait s'essayer, il en laisserait des bouts de peaux. Ce crétin n'avait aucune idée de ce qui pouvait me passer par la tête. Je ne jouais pas au sadomasochiste, j'écrasais mes partenaires de jeux. Variante fortement inquiétante pour les idiots assez fous pour se jeter dans mes jupes. « Tu peux aussi aller convoiter des queues si tu veux, mais si je t'arrange à ma façon les gens partiront en courant. » Je ne me vexais pas, il n'était pas le premier me menaçant de cette façon. Quand un homme n'en était pas un, la beauté d'une femme semblait inévitablement devenir sa cible. Un petit regard en coin au chien qui trottinait pour me suivre, je ne lui cachais pas ma satisfaction de le voir ainsi agir. Le contact sur mon poignet eu l'effet d'une morsure et ralentit par Isak, je me tournais vivement vers lui. Une lueur jaunâtre éclairant faiblement mon regard. Il réveillait ce qui somnolait dans ma tête et se reflétait dans les miroirs, à mon grand malheur. « Si tu veux bosser dans le coin, t'as qu'à devenir ma petite nouvelle. Avec ton « pedigree » je suis sûr qu'on ferait fortune. » Je battais des cils, étrangement muette devant ses phrases se voulant mordante.

La proximité soudaine n'eut pas l'effet espéré par Isak, il me dominait physiquement parlant. Comme la plupart des humains, j'étais minuscule. Loin de la hauteur espérer, j'étais courtaude sur patte, mais je me consolais avec ce corps offert par mes dieux. Bref, il me dominait physiquement, mais mon regard se durci et mon expression se muta vers une expression plus instable, moins en contrôle. Sa présence semblait appeler au pire de ma personne. Je frémissais de sa proximité, ne demandant qu'à pousser les tensions de l'instant à leurs paroxysmes. « C'est pour ça que tu passes ton temps sur mon territoire, Keir ? » Son murmure dans le creux de mon horaire et son torse qui frôlait mes seins… Je me perdis dans mon esprit. Perdant pied, ne voyant plus son visage. Mon démon personnel semblait appeler au contrôle, il ne voulait pas assister à l'instant. Il voulait le goûter et écarter mes cuisses n'étaient pas au menu. « Pour me défier ? » Ses traits brouillé par mon absence, je n'entendais que son ton doucereux et menaçant. Je ne remarquais même pas sa main jouant dans mes cheveux. Mon souffle court, je fermais les yeux sans me soucier de ce qu'il pouvait penser. Ce n'était pas notre première danse, ce ne serait sans doute pas la dernière. Me repassant chacune de nos rencontres, mon corps se mit à exiger son dû. Je voulais… quelque chose qui ne me ferait pas du bien. « Qu'est-ce qu'il faut que je fasse pour que tu ne reviennes plus ici, hum ? Est-ce que je dois te faire une petite réduction sur de la cam ? Te frapper ? Te baiser ? »

Je relevais un doigt entre nos visages. Un seul, en ordre pour qu'il ferme sa gueule de babouin. La proximité entre nous commençait à réveiller ma phobie de la saleté et qui était plus contagieux que cet homme? Une pensée pour sa sœur, que j'adorais entraîner dans les pires situations me réchauffa le bas du ventre, tandis que j'ouvrais mes paupières. « Tututute… Qu'est-ce qu'on a là? Un chiot qui se prend pour un chien. Prêt à s'imaginer que j'accepterais de me soumettre à son manque de virilité. Triste, très triste… » Une voix susurrante enroulait mon bon sens, il étouffait le peu de conscience que j'aurais pu avoir et avant même, que j'en ai conscience, je savais que je lui laisserais le contrôle. Il était trop excité et me demandait une sortie depuis plus d'une semaine déjà. Autant risquer la vie de quelqu'un d'aussi insignifiant qu'Isak. « Je trouve ça adorable, Isak… Que tu souhaites m'offrir un travail et me défigurer à la fois. On voit que tu ne sais définitivement pas comment prendre soin de tes investissements. Je vais donc, pour le bien de ton entreprise minable, refuser ton offre… Sans même la prendre en considération. Mais, je suis flattée. Je te jure. » L'attrapant par le haut de son chandail, je me servais d'une jambette digne d'une gamine pour le clouer au mur le plus près et approchant ma bouche de son menton, promenant mes lèvres sur sa peau, me fichant parfaitement d'être vu, j'ajoutais avec l'intonation d'une enfant capricieuse :  « Je ne défis pas les mâles, je les écrase bébé. » Mes iris de plus en plus jaunâtre, ma voix repris les teintes de ses origines, tandis que j’éclatais de rire en l’observant attentivement. Je reculais d’un pas, notant la tension dans ses muscles et le début de tremblement. Je provoquais quelqu’un d’aussi peu stable que moi. Ce qui n’était pas peu dire. J’en ressentais presque une moiteur entre mes cuisses. « Et si on revenait à cette histoire de SM? Je t’offre la première leçon gratuitement. Alors, écoute bien mon garçon! » Ma main claqua contre sa joue et des marques en demi-lune apparurent sur son visage. Mes ongles s’étant enfoncés juste assez dans sa chaire pour le marquer. « Je marque toujours mes jouets. » Tournant les talons, j’ouvrais à la voler la première porte que je trouvais. Un porc lubrique soufflait d’épuisement, tandis qu’une pauvre fille souffrait sous lui. L’attrapant par les cheveux, je le jetais hors de la pièce et un seul regard à cette fille de petite vertu suffit à ce qu’elle m’abandonne le lieu. Me tournant face à la porte, je savais qu’il suivrait. Il ne manquerait pas de me corriger ce pauvre drogué.

love.disaster

_________________

Take Me Down
† Been waitin at these crossroads. Forever and a day, On a guy to buy my soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: /!\ Sois gentille, casse toi ▬ Keir M. Moore    Jeu 18 Fév - 0:02

C’était évident que Keir ne se laisserait pas dominer ainsi sans répondre. AU fond, c’était ce que cherchait Isak que cet confrontation avec un égo aussi démesuré que le sien.

« Ta perte pas la mienne. » répondit-il narquoisement ignorant superbement les petites piques de la jeune rousse. Tout le monde savait dans ce couloir que les choses étaient à deux doigts de prendre un tour incertain mais définitivement violent que ce soit dans un sens ou dans l’autre. La réponse à cette remarque ne se fit pas attendre car l’impertinente venait de marquer son visage d’une marque rouge. Sa peau naturellement blanche risquait de marquer un peu. Ce qui risquait de marquer un peu plus Keir était l’état dans lequel elle allait se trouver après s’être permis cette remarque. Un grondement sourd sortit de sa bouche alors qu’il s’approchait sauvagement de la porte qui s’était ouverte. Un de ses clients réguliers sortit mais il n’y prit pas attention. Rubis saurait bien se faire payer.

« Keir… » Commença-t-il d’un ton lourd de menaces pas tout voilées. Son pas se faisait lourd et pressant. Prenant bien soin de refermer la porte derrière lui, un voile opaque masqua son regard et brusquement il ne fut plus exactement lui-même mais pas exactement différent. « On va briser la règle, pas de safe word pour toi ce soir. » Sans plus réfléchir, il se rua sur elle la faisant choir sur le lit alors qu’une main suffisait pour enserrer sa gorge. Il ne cherchait pas à l’étrangler, du moins pas encore, lui laissant la possibilité d’articuler des mots mais la constriction était réelle.

« Tu te.. » Une première gifle partit. Il sentait la belle se débattre sous lui mais il n’en prenait pas note. C’était comme si d’un coup il avait été transporté dans un autre monde. « prends pour qui » Une autre gifle un peu plus forte passa. Si la belle lui infligeait de la douleur ou tentait encore de le frapper, l’homme ne réalisait pas nécessairement le sang qui coulait. Voyant les bras gesticuler dans tous les sens, il profita de sa stature et de sa situation de dominance pour l’observer de haut. « Sale pute ? » murmura-t-il à présent penché à une dizaine de centimètres de son visage. Sa respiration se faisait haletante. Il sentait les morsures de la gifle qu’il avait prise tout à l’heure comme si les serres de la belle indécente lui avaient injecté une sorte de poison. Brusquement et sans que rien ne le laisse supposer, il commença à rire un peu. C’était ça le jeu entre eux, elle le faisait sortir de ses gonds et lui suivait comme le bon toutou qui obéit au maître. Il aurait pu décider que cette fois serait différente, qu’il la laisserait là après l’avoir molestée, ce qui serait la pire des punitions. Toutefois, s’il y avait bien une chose au monde qu’Isak ne connaissait pas c’était la pondération. Excité par la vue de cette femme un instant dominatrice maintenant soumise, il se pencha marquant son cou jusqu’à la faire saigner. Ce fut étonnamment plus facile et plus rapide que ce à quoi il s’attendait.

« Je suis pas ton jouet si tu n’es pas le mien Keir. Entendons-nous bien, jamais tu ne mèneras la danse. » Ses doigts se crispèrent sur ses poignets serrant jusqu’à lui faire mal. Le drogué ne se contrôlait encore que très peu. Déjà un bon point, l’étranglement restait relativement délicat. Relâchant ses bras, ses yeux se figèrent dans les siens comme s’il pouvait y contempler une réponse universelle. La prise sur son cou se resserra un peu, sentant que la respiration se faisait difficile pour elle, il la relâcha un peu. Puis sans demander son consentement mais bien conscient qu’elle pouvait tout à fait le repousser, le griffer ou le mordre, mais ça faisait partie du jeu, il l’embrassa. Ce n’était pas un de ses baisers de cinéma langoureux, le contact se voulait brusque, les dents se choquèrent quasiment pendant cet échange. Après l’avoir battu, l’homme reprenait ses habitudes bestiales et voulait posséder. Pas de là à la violer sans doute, mais certainement pas à la lâcher à la première protestation non plus, quitte à lui flanquer les jetons. Keir avait besoin de ce frisson, pour l’exciter, lui disait une petite voix, pour la dompter répondait une autre. Les deux avaient autant tort que raison mais à cet instant plus rien ne comptait d’autre, que ses lèvres sur les siens et sa main gauche qui remontait le long de sa taille pour capturer son sein.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Redeems my soul

Féminin
↳ Nombre de messages : 376
↳ Points : 71
↳ Date d'inscription : 10/09/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Clémence Poésy.
↳ Age du Personnage : 34 ans.
↳ Métier : dresseuse d'animaux pour le Colosseum.
↳ Opinion Politique : Protecteur et bourreau du peuple, il est un moindre mal avec lequel je peux vivre.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1, 2 en nécrose.
↳ Playlist : The Way I was by Jem and the Holograms. crushcrushcrush by paramore. Yellow Flicker Beat by lorde. Demons by Imagine Dragons. Gangsta by Kehlani. Make me wanna die by the pretty reckless. Serial Killer by Lana Del Rey. Cell Block Tango By Chicago. Once Upon A Dream by Lana Del Rey. Kryptonite By 3 doors down. Take me Down
↳ Citation : « Don't know where, don't know why But I can't go back, back to the way I was. »
↳ Multicomptes : Ange E. Dalton.
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: mermaid tears
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: /!\ Sois gentille, casse toi ▬ Keir M. Moore    Lun 21 Mar - 20:41



 

 
« Sois gentille, casse toi »

 
Sois gentil, ferme-la!


 
« Ta perte pas la mienne. » Sa voix n'avait rien d'agréable et cette lueur dans ses yeux éveillaient des souvenirs qui me firent frissonner. Le jeu se déroulait toujours ainsi, mais jamais je n'avais été en mesure de jouer aussi facilement avec lui. Une sensation de chaleur s'installa dans mon ventre et un rire se dessina au coin de mes lèvres. Je m'enfermais dans une situation épineuse, la tête haute et pleinement conscience de mes actes. Qui pourrait m'en vouloir? Je n'avais personne d'important. « Keir… » Mon nom dans sa bouche sonnait comme une injure et je m'en amusais. Il se voulait menaçant, alors que moi… Je me nourrissais de le voir perdre pied. Il était pour moi, la plus satisfaisante de mes victimes, si facile à sombrer, si volontairement aveugle au malsain qui se nouait entre nos âmes. J'allais l'emmener au plus profond des abysses et je l'y abandonnerais. Comme les autres. Je ne voulais pas son bien, ni le mien. « On va briser la règle, pas de safe word pour toi ce soir. » Je n'eus plus le temps de réfléchir, qu'une main sur ma gorge à la peau si fragile, me força à m'écrouler sur le lit qui empestait le sexe d'une autre. Soumise de force, je gesticulais pour chercher une faille. N'appréciant pas de le voir satisfait. « Tu te.. » Le bruit eut plus d'impact sur moi que la douleur physique qui avait constitué mon éducation. Les yeux exorbités, je cherchais à le repousser, subissant son assaut avec une note de rébellion. « prends pour qui » Mes ongles écorchèrent sa peau et le sang s'incrusta sous mes ongles. Même dans cette situation, alors que mes joues chauffaient sous sa seconde gifle, je retenais un haut de cœur. J'étais sale et ma folie ne tarderait pas à revenir me hanter.

Seule avec lui, je me surpris à me rattacher à cette impression que je n'étais jamais seule. Je savais quelque part, que malgré la faiblesse de mon corps, je n'étais pas sans défense. « Sale pute ? » Sa proximité me dérangeait, sa dominance me dérangeait et je sentais mon regard changer. Comme si une autre âme s'y manifestait. La violence n'avait jamais de fin entre nous, elle continuait et se déchainer en autre chose. Je pouvais ressentir l'excitation due à l'adrénaline, plus qu'à la peur. Qu'on regarde la scène d'un angle ou d'un autre, autant Isak que moi, savions qu'un jour ou l'autre, l'un de nous aurait la peau de l'autre. Volontairement ou non. Je ne tenais pas le cri de protestation à la sensation de morsure dans mon cou, encore mois le redoublement d'effort pour le repousser quand je sentis la douleur irradier. La moiteur qui s'écoulait avait quelque chose d'écœurant et cacher tout au fond de moi, quelque chose céda. Ma peau noircie rapidement, prenant cet aspect qui n'avait rien d'humain et contrastait avec celle que je prétendais être. « Je suis pas ton jouet si tu n'es pas le mien Keir. Entendons-nous bien, jamais tu ne mèneras la danse. »

Cette phrase fut le signal de départ et l'homme se transforma définitivement en la bête qu'il était. M'arrachant un baisé, je lui répondais avec autant de fureur que lui. Brutalisant ses lèvres, autant qu'il malmenait les miennes. Sa main agrippa mon sein et mon souffle accéléra encore davantage. Rencontrant la résistance de sa main, ma respiration se fit saccadé et difficile. J'avais envie de hurler et même de l'enchainer comme le chien qu'il était. Il se voulait le plus fort des deux, alors, pourquoi me suivait-il toujours dans ma toile? Une marionnette si facile à manipuler, voilà ce que ce drogué était. Il ne m'inspirait rien d'autre que du mépris, un mépris total de ce qu'il était. Une de mes mains libre, alla s'accrocher à sa nuque et je renforçais la pression sur nos lèvres, jusqu'à sentir le goût métallique de ses lèvres sur ma langue. Notre danse avait des règles, pourtant je ne ressentais pas la même envie dévorante de lui prouver que même s'il me détestait, il ne pouvait s'empêcher de frétiller de la queue pour moi. Que même s'il me pénétrait, il ne contrôlait rien. Non, je voulais le priver de son os. Aujourd'hui, je voulais une victoire totale. Voilà pourquoi je glissais ma main entre nous, jusqu'à trouver son pantalon. L'insérant sous ses vêtements, je trouvais son membre et commençais à le caresser. M'essayant à deux fois avant de réussir, je finis par réussir à prononcer une phrase, une seule. « Pour t…toi. Ce sera madame sale pute. » Et mes ongles s’enfoncèrent dans sa chaire la plus précieuse. Qu’il cri, qu’il gesticule, qu’il aboie de douleur, je m’en fichais. Je laissais ma marque sur son entre jambe, ne desserrant mon étreinte, que lorsque je pu profiter de sa surprise. D’un élan, guidé par l’instinct, j’inversais les positions. J’avais dû relâcher ma prise, mais j’allais déposer mes deux mains autour de sa gorge. Serrant à mon tour. L’image méritait une photo. Je le chevauchais, lui avec une prise sur ma gorge et moi lui rendant la pareille. Mon regard était froid et dédaigneux. « Trouve-toi une autre pouliche à monter! Tu n’as plus rien pour me faire mouiller. »

love.disaster

_________________

Take Me Down
† Been waitin at these crossroads. Forever and a day, On a guy to buy my soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: /!\ Sois gentille, casse toi ▬ Keir M. Moore    Lun 11 Avr - 22:33

La scène avait comme à son habitude avait pris un tour plus animal qu’autre chose. C’était ainsi que la relation se passait toujours. Chacun maîtrisait l’autre d’une manière ou d’une autre. Du moins chacun essayait. Les traits d’Isak étaient durs comme du fer mais sa peau le brûlait comme si des milliers de tisons lui chatouillaient la chair. Keir faisait toujours cet effet, entre répulsion et obsession. C’était bien là qu’il se situait toujours à se chercher et s’encanailler dans le stupre et même la fanche. Rien n’avait d’intérêt pour eux à cet instant que de se retrouver aux prises avec l’autre et de tenter de gagner. En vérité dans leur combat, il n’y avait pas de gagnants. Il ne pouvait tout simplement pas en avoir. C’était la lutte inlassable de deux forces qui s’opposaient tout en s’attirant farouchement. La scène venait de virer à l’avantage de la rousse. Isak se serait couper le membre plutôt que l’admettre mais la défaite était pour l’instant embarrassante. Cette pute se permettrait vraiment tout et n’importe quoi. Il voulait juste pouvoir coucher tranquillement avec elle car ses attitudes de connasse l’excitaient. Maintenant, il avait surtout envie de lui tordre le coup mais pour les prochaines trente minutes facilement, il ne risquait pas d’en être capable. Sa colère pourtant ne faiblissait pas. La souffrance prenait malgré tout le pas. L’homme était bien faible face à la destruction de son membre. Il intoxiqua la jeune femme de tous les hommes. La traitant de pute, de salope, et de tous les sobriquets les plus fleuris que le jardin botanique de sa langue lui permettait.
Des milliers de choses terribles lui venaient en tête. Il aurait voulu la tabasser jusqu’à ce que son âme expire libérant son dernier souffle par ses lèvres. Il désirait ardemment que la femme souffre, que son heure vienne et que sa volonté à lui soit faite. Sa vue était trouble, son cœur supportait mal cette sensation. Ce n’était pas la première fois que l’homme souffrait le martyr mais il était de notoriété publique que cette zone était sacrée. On ne devait le toucher dans aucune circonstance. Le temps de ses élucubrations lui permis de se redresser un peu observant Keir avec la rage d’une personne qui a envie de tuer, il se contenta de lui débaucher un coup de poing mémorable, utilisant le restant de sa force pour cela. La femme fut sans doute sonnée bien qu’il n’en eut aucune idée. Toujours était-il que le junkie retomba sur le côté vaincue par cette ffemelle traitresse qui ne perdrait rien pour attendre quand il serait rétabli. Lorsqu’il reprit plus conscience de ce qui se passait autour de lui, la belle était partie.


Plusieurs semaines à être d’une humeur de chien de s’être fait niquer de cette manière par cette pauvre conne dont la logique lui échappait totalement. Plusieurs semaines à fantasmer sur ce corps impi qui méritait une punition et cette âme une domination. Sa peau lui avait semblé différente alors qu’elle avait réussi à terrasser la bête. La journée allait cependant prendre un tour complètement différent car Isak avait orchestré son petit plan. La femme allait avoir peur , très peur car rien ne pourrait calmer son esprit revanchard sauf la voir si terrorisée que son esprit se délecterait de cette image jusqu’à la mort. Le brun avait fait une chose qu’il ne faisait pas d’ordinaire, il avait réfléchi. S’étant organisé, il avait demandé à ses gars de trouver l’identité des réguliers de Keir histoire de pouvoir prendre la place de l’un d’entre eux. Sous la contrainte, un d’eux avait pris rendez-vous, il ne savait pas si ce rat avait parlé à la jeune femme d’une façon ou d’une autre en suite mais la suite lui dirait rapidement ce qu’il en était. Malgré cela, la femme était toujours susceptible de se montrer. Il se trouvait donc dans une chambre d’hôtel d’un motel miteux où ils avaient l’habitude de se voir. Posé derrière la porte, il attendrait que la femme entre pour refermer derrière elle. La vengeance viendrait ensuite d’elle-même. La petite allait regretter sa fierté. Des pas s’approchaient mais ça pouvait tout à fait être une personne qui allait dans une autre chambre. Chaque bruit le faisait redresser la tête. Il était de plus sous cocaïne à cet instant alors il était plus speed et plus stressé que d’ordinaire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Redeems my soul

Féminin
↳ Nombre de messages : 376
↳ Points : 71
↳ Date d'inscription : 10/09/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Clémence Poésy.
↳ Age du Personnage : 34 ans.
↳ Métier : dresseuse d'animaux pour le Colosseum.
↳ Opinion Politique : Protecteur et bourreau du peuple, il est un moindre mal avec lequel je peux vivre.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1, 2 en nécrose.
↳ Playlist : The Way I was by Jem and the Holograms. crushcrushcrush by paramore. Yellow Flicker Beat by lorde. Demons by Imagine Dragons. Gangsta by Kehlani. Make me wanna die by the pretty reckless. Serial Killer by Lana Del Rey. Cell Block Tango By Chicago. Once Upon A Dream by Lana Del Rey. Kryptonite By 3 doors down. Take me Down
↳ Citation : « Don't know where, don't know why But I can't go back, back to the way I was. »
↳ Multicomptes : Ange E. Dalton.
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: mermaid tears
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: /!\ Sois gentille, casse toi ▬ Keir M. Moore    Dim 17 Avr - 22:08




« Sois gentille, casse toi »

Sois gentil, ferme-la!



Je l'observais, immobile devant sa douleur et je pouvais la lire. Cette haine, ce besoin de me faire mal et peut-être même de contempler ma douleur, était si flagrante qu'elle brillait dans son regard. Toute personne normale en aurait eu peur, toute personne saine d'esprit aurait fui. Mais, moi, je restais me contentant d'afficher cette expression de garce satisfaite. Il me comblait et je recherchais ce qu'il m'offrait. Je n'étais pas le seul monstre de cette pièce et je n'avais pas à jouer aux faux semblant, comme avec ma clientèle et certains de mes projets long terme. Déchirer entre ce besoin de ne pas lui donner satisfaction et de me perdre dans cette routine destructrice qui nous reliait l'un à l'autre, j'attendis la sanction qui devait forcément suivre. Il avait beau perdre le souffle, Isak n'était pas homme à s'effondrer sans me rendre la pareille. Dans un mouvement violent et un choc tout aussi violent, je m'écrasais au sol. Ma mâchoire résonnait, mes os grinçaient, tandis que je perdais conscience. Je m'enfonçais dans la seule chose que je déteste plus sur cette terre, que Dieu. La panique eue raison de mon souffle, qui même sans que je puisse le réaliser, s'accéléra. La peur de replonger dans ce monde de l'oubli, qu'on m'arrache à la vie une fois de plus. L'inconscience me rappelait le coma. Le coma m'enlevait ma possibilité de choisir et d'agir.

Je débattis sans pour autant bouger d'un centimètre. Je cru entendre une voix me susurrer de le laisser faire, qu'il m'accompagnerait et me sortirait de cet état. À la recherche de mon souffle aussi désespérément qu'un noyé, j'aspirais bruyamment par la bouche et à la sensation glacée sur ma gorge, me relevait en état de panique. Le jeu avait quitté mon esprit et seule la survie occupait mes pensées. La main sur mon cœur qui battait la chamade, je sentais l'électricité douloureuse qui parcourait ma mâchoire. Avec lenteur, je tournais mon regard vers mon bourreau et ma victime. J'aurais pu l'attacher et attendre, qu'il se réveille. Le chevaucher sans rien lui offrir de concret. J'aurais pu… Mais, je me sentais faible. Mon corps se rappelait que trop bien ses longs mois immobile. Il m'était impossible de rester, je refusais qu'il ait conscience de ma plus grande peur. Tremblante, je me relevais et l'abandonnais sur place. Retournant à mon hôtel et à ma chambre. Je retournais dans mon repaire. J'avais mes propres démons à affronter.

La routine avait du bon. Avant chaque rendez-vous avec ce client, il louait une chambre dans on hôtel avec sa femme. Il la comblait pour s'enlever sa culpabilité et le lendemain, me rejoignais dans une tout autre chambre. Je m'étais toujours demandé, comment sa femme pouvait être aussi stupide, mais comme elle était venue à ma rencontre et me demandait de prendre des photos ou de filmer son époux en plein acte, question qu'elle puisse l'humilier publiquement, je me doutais que son manque d'intelligence avait une limite. Cette semaine, pourtant je n'avais aucun signe de ce porc lubrique, sans qu'il n'ait pris la peine d'annuler le rendez-vous. L'anomalie m'alarma. Une rencontre provoquée avec le client en question, passant par sa fameuse fenêtre au petit matin et je savais qui m'attendait. Isak n'avait pas oublié, il avait planifié et quelque part, j'en étais heureuse. La veuve noire en moi jubilait. Je me satisfaisais de son intérêt et de ses efforts. C'était cent fois mieux qu'un bouquet de fleur. Étais-je tordu d'apprécier ses efforts pour se venger? Sûrement.

Un peu d’argent bien dépensé plus tard, une rouquine se rendait pour moi à ce lieu de rendez-vous. Ouvrant la porte, elle s’approcha d’Isak avec une lettre cachetée. Sur la note quelques mots ‘’Voilà un cadeau pour me faire pardonner de ton membre. Fais-toi plaisir! ‘’

love.disaster


Fin

_________________

Take Me Down
† Been waitin at these crossroads. Forever and a day, On a guy to buy my soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

/!\ Sois gentille, casse toi ▬ Keir M. Moore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» casse brique revolution
» Masse destruction casse brique
» Mélusine fée et gentille sorcière réalise vos thèmes astraux.
» Changer l'adresse sur Servimg, un casse-tête
» Code pour que l'intérieur du cadre du forum sois transparent.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-