AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « It will be our secret » Mackenzie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: « It will be our secret » Mackenzie   Lun 28 Déc - 11:48

It will be our secret

Mackenzie & Solveig

La porte venait de s’ouvrir sur un jeune homme métis aux yeux bruns. Son regard rayonnait de panique. On devinait même quelques gouttes de sueur qui perlaient sur son front. Il avait l’air dans tous ses états. Il avait intérêt à avoir quelque chose d’intéressant à dire pour être entré sans frapper dans le bureau des Eriksson. Solveig s’était arrêtée de parler et lui avait lancé un regard interrogateur.

« Excusez moi de vous déranger Boss, mais Liberty vient d’faire un malaise et… Enfin est-ce que vous pouvez v'nir ? » dit-il en glissant une main à l’arrière de sa tête.

Solveig avait ouvert la bouche puis avait lancé un regard inquiet vers Mackenzie qui se trouvait là. Il ne fallait pas que les clients s’inquiètent ou commencent à paniquer autrement la réputation du club en prendrait un sacré coup. Surtout que les danseuses devaient divertir le badaud et non-pas tomber en plein effeuillage. La brune avait fait un vague signe de la main pour signaler au garçon de sortir puis avait attendu qu’il ait disparu pour s’adresser à la chimiste « Allons voir ce qui se trame, il faudrait pas qu’elles tombent toutes… Manquait plus que ça. » un soupire plus tard, Solveig se levait de sa chaise.

Un peu plus tôt dans la journée, la jeune femme arpentait le club en briffant les employés déjà présents. Les affaires se portaient bien pour le Little Darlings mais la concurrence montante ne laissait aucun répit aux maîtres des lieux. Aujourd’hui Solveig était la seule à être venue, Isak étant parti régler une affaire avec un de leur dealeur. Le personnel n’était décidément plus ce qu’il était, c’est ce qu’il avait dit. Solveig, elle, avait haussé les épaules puis était partie. Sa journée était bien remplie. Tellement qu’elle avait dû déplacer le rendez-vous de Mackenzie à 22h. Solveig avait de l’argent à lui remettre. Une enveloppe bien garnie qui dormait dans le coffre de leur bureau. La chimiste avait récemment mis au point une nouvelle drogue particulièrement intéressante. Comme souvent, Solveig s’était portée candidate pour la tester. Elle faisait office de cobaye avec joie. Deux avis valaient toujours mieux qu’un. Isak était tenu à l’écart, d’ailleurs il n’était même pas au courant et sûrement loin de se douter de leur petit arrangement. Pour l’instant les deux jeunes femmes n’avaient jamais eu de problèmes. La substance finalisée, il ne restait plus qu’à la distribuer. Par principe, c’était les danseuses et autres employés du club qui y avaient accès en premier. Ils donnaient leur avis et en fonction des retours, un prix était fixé. Solveig fut surprise de voir que, seulement deux jours après la mise sur le marché, certains semblaient déjà devenir complètement addict. Surprise mais enchantée.

Il fallut prendre les devants. Mackenzie étant chimiste, elle avait besoin de matière pour fabriquer sa drogue. Solveig avait donc mis à sa disposition tout un arsenal de substances et avait soigneusement préparé une avance pour motiver son employée. Elle n’avait pas spécialement précisé pourquoi elle tenait à la voir. Elle s’était contentée d’envoyer quelqu’un pour lui dire de venir la trouver ce soir là au Little Darlings. Voilà comment Solveig s’était retrouvée à attendre derrière ce qui lui servait de bureau. La jeune femme avait le visage marqué par la fatigue, ses doigts tapotaient contre l’enveloppe marquée d’une suite de chiffres et de lettres compréhensible uniquement par elle et les employés du club. Solveig était peu à peu devenue experte en la matière. Il était difficile de croire qu’il y a quelques années à peine, la jeune femme travaillait en tant que photographe et qu’elle servait des badauds dans un petit café miteux de New-York. Le trafic de médicaments avait eu l’effet bénéfique de l’endurcir. Son visage angélique n’avait plus rien d’innocent et reflétait de l’assurance. Elle avait dû s’imposer auprès de ses employés, même si certains d’entre eux la considérait comme la « gentille » du duo qu’elle formait avec son frère.

Aux environs de 22h on avait frappé à sa porte. Malgré la musique qui faisait vibrer les murs, Solveig avait relevé la tête et avait indiqué à la personne d’entrée. Sans grande surprise ce fut le visage de Mackenzie qui était apparue et lui avait arraché un léger sourire. Ce fut après une dizaine de minutes, après que Solveig eut expliqué à la chimiste la raison de ce rendez-vous, qu’on vint annoncer la mauvaise nouvelle. La suedoise avait béni l’absence de son frère même si elle maudissait cette danseuse de foutre en l’air sa soirée.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 973
↳ Points : 601
↳ Date d'inscription : 26/10/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Halsey.
↳ Age du Personnage : vingt-quatre ans.
↳ Métier : trafiquante et créatrice de nouvelles drogues et médiacements pour la Niflheim.
↳ Opinion Politique : sans opinion.
↳ Niveau de Compétences : niveau un.
↳ Playlist : PANIC! AT THE DISCO - emperor's new clothes⎜SMALLPOOLS - street fights⎜HALSEY - drive⎜THE SCORE - where do you run?⎜THE 1975 - love me⎜TWENTY ONE PILOTS - ride⎜DOROTHY - wicked ones⎜THE KOOKS - bad habit⎜PVRIS - you and I⎜BMTH - follow you
↳ Citation : « I'm falling, so I'm taking my time on my ride »
↳ Multicomptes : Vittoria K. Bathory & Nataliya Clarke
↳ Couleur RP : #E04848



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines. & endlesslove
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « It will be our secret » Mackenzie   Jeu 31 Déc - 16:35




Les phalanges percutent la porte du bureau, résonnant d’un bruit clair à trois reprises. L’atmosphère vibre jusque de l’autre côté du passage, faisant miroiter ses intentions et réveillant son professionnalisme. La voix qu’elle perçoit malgré le vacarme ambiant lui arrache un demi sourire. Sans tarder, elle abaisse la poignée et pénètre dans la pièce, se retrouvant face à la vision de sa patronne accoudée à ce qui lui sert de bureau. L’horloge affiche tout juste 22 heures. La chimiste a toujours été très ponctuelle et profondément respectueuse envers les engagements pris, dans tous les domaines. Un rendez-vous d’affaires avec sa patronne en fait partie. Bien que la véritable raison de cette entrevue lui soit complètement inconnue, elle se réjouit d’avoir l’occasion de parler avec sa supérieure hiérarchique. Le cadre diffère de leurs habitudes, de son laboratoire et de ces expériences menées presque malsaines. Elle se réjouit d’autant plus qu’Isak semble absent. Elle n’aura pas donc pas à ménager sa parole et aura tout le loisir de s’exprimer librement face à Solveig. La pensée de leur petit arrangement agrandit le rictus qui fend son visage, elle secoue la tête en fourrant ses mains dans les poches de sa veste. « - Vous vouliez me voir Boss ? » Elle articule soigneusement, veillant à ne pas s’adresser à la brune comme elle s’adresse à n’importe qui. Ses origines australiennes refaisant souvent surface dans son attitude à la fois décontractée et piquante. Suivant les indications de la mafieuse, elle prend place sur la chaise trônant en face du bureau, attentive à chaque détails pouvant la mettre sur la voie du prétexte de cet entretien.

Le voile ne tarde pas à se lever, dégageant le brouillard pesant autour d’elle. La discussion s’achemine sans problème et les deux femmes tombent d’accord, comme à leur habitude. Les réjouissances continuent pour la chimiste qui se voit finalement offrir une enveloppe garnie généreusement. Les remerciements ne tardent pas à suivre et elle s’imagine déjà ce qu’elle va pouvoir entreprendre avec ce paquet de billets. Son trafic prospérait déjà bien avant la mise en place de la prohibition mais depuis qu’elle a rejoint la mafia dirigée par les deux Eriksson, elle doit avouer que ce petit commerce connaît un second souffle. Un renouveau bienvenue et tout aussi bien accueilli. Les secondes s’égrènent plus rapidement qu’elle ne l’aurait pensé et quand on vient les interrompre, l’horloge a avancé ses aiguilles de dix minutes. Un employé s’engouffre dans le bureau avec une brutalité toute relative. « Excusez moi de vous déranger Boss, mais Liberty vient d’faire un malaise et… Enfin est-ce que vous pouvez v'nir ? » Il achève son intervention en glissant une main à l’arrière de son crâne, l’air coupable de s’être immiscé entre les deux mafieuses. Deux regards interrogateurs échangés et c’est l’incompréhension qui gagne les traits de l’australienne. Une telle chose ne devrait pas arriver et la danseuse à plutôt intérêt à avoir une bonne raison de s’être écroulée en pleine représentation. C’est toute la réputation du club et de tout ce qu’il dissimule qui est en jeu et aucun employé n’est en mesure de se laisser aller à un faux pas. Elle en est bien consciente et c’est la raison pour laquelle sa réaction ne se fait pas attendre. Elle emboîte le pas à sa supérieure, lui suivant dans le dédale de couloirs composant le bâtiment, plongée dans un mutisme déguisant certaines de ses craintes. Comme celle de perdre des clients à cause de la bévue d’une danseuse un peu trop négligente.

Quelques employés se sont déjà regroupés autour de la malheureuse - toujours dans les vapes - au moment ou elle et sa patronne arrivent sur les lieux. La dealeuse se pare de son plus beau masque d’indifférence, quelque peu sceptique quant à la raison de cette soudaine chute de tension. Son regard divague, se perdant sur tout le reste du club, laissant Solveig gérer cette affaire comme la patronne qu’elle incarne, ne doutant pas de ces compétences en matière d’autorité. Une chose est sûre, les clients vont commencer à se poser des questions. Peut-être même vont-ils prendre peur. Et la peur engendre souvent de mauvaises choses. Des murmures, autant de rumeurs pourraient commencer à circuler sur l’endroit comme la plus dangereuse des armes contre leur business. L’inconcevable pour elle qui ne pourrait survivre sans cette couverture inestimable. « - Boss, faut la bouger de là. Les clients commencent à nous jeter des regards pas très sympas, faut pas rester là » La suggestion franchit la barrière de ses lèvres de la manière la plus naturelle qui soit. Le front plissé, elle avance de quelques pas vers la brune, l’encourageant à agir rapidement. Les doutes et autres inquiétudes amorcent leur attaque sur son esprit, ne préludant rien de bon quant à la logique de l’origine de la situation. Il ne lui reste plus qu’à espérer que cet accident en restera un et ne causera pas plus de dégâts.

_________________
    All we do is drive ◇ My hands wrapped around the stick shift swerving on the 405, I can never keep my eyes, Off this. My neck, the feeling of your soft lips. Illuminated in the light, bouncing off the exit signs I missed. It's so simple but we can't stay. Overanalyze again, would it really kill you if we kissed?


Dernière édition par Mackenzie Caulfield le Ven 15 Jan - 20:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3058-mack-we-have-all

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « It will be our secret » Mackenzie   Ven 8 Jan - 13:16

It will be our secret

Mackenzie & Solveig

Après avoir suivi le métis jusqu’à la salle principale du club, Solveig et Mackenzie ne purent que constater les dégâts. La plus jeune des Eriksson se retint de mordre sa lèvre. Leur business n’avait réellement pas besoin d’un scandale du genre. Surtout si la danseuse était entrain de faire une overdose. Près du corps inerte quelques employés s’étaient regroupés. Certains poussés par leur curiosité malsaine tandis que deux autres danseuses s’étaient agenouillées auprès de leur amie. Tous les regards s’étaient alors tournés vers la chimiste et la suédoise. Solveig avait haussé un sourcil. Ce n’était pas avec leurs yeux de merlan frit que la jeune femme se relèverait par miracle.  « Qui vous a autorisé à quitter votre poste ? Retournez travailler, dépêchez vous. » dit Solveig en agitant sa main pour leur faire signe de partir. Son regard clair avisa un instant la blonde platine couchée au sol avec un soupir. Puis elle pointa une brune au teint hâlée du doigt qui s’apprêtait à retourner à son poste. « Non non, Émeraude tu restes là. » indiqua Solveig d’un ton qui ne laissait pas vraiment le choix. La dite Émeraude s’appelait en fait Sophie et s’avérait être l’acolyte de la jeune inconsciente. La danseuse se stoppa net et vint reprendre sa place initiale debout à côté de son amie. Finalement la voix de Mackenzie fit agir la Skinchanger. Elle imagina un instant que ce soit Isak qui soit en charge du club ce soir là. Une grimace furtive déforma le visage de Solveig avant que celle-ci ne hoche la tête en direction de la chimiste.

« Oui, viens, on va la traîner derrière. Elle releva les yeux vers la danseuse brune Dans mon bureau dans dix minutes. » indiqua-t-elle avant de s’accroupir.

Effectivement, quelques clients curieux et inquiets commençaient à se demander ce qu’était entrain de manigancer Solveig et Mackenzie. Malgré la légère panique, la brune gardait un air serein. Elle attrapa Liberty pour son bras droit et lança un regard vers la chimiste pour qu’elle fasse de même avec le bras gauche. Elles allaient très sérieusement la traîner. Heureusement pour elles, la musique et le brouhaha ambiant masquaient quelque peu l’incident mais les chuchotements qui se propageaient risquaient fortement d’attirer l’attention sur leur mascarade. « Tout va bien, elle a juste fait un malaise, ça arrive. » assura Solveig aux badauds qui continuaient de les fixer avant de commencer à tirer sur le bras de la blonde. Pendant qu’elles s’éloignaient, la suèdoise tourna la tête vers Mackenzie. « Quelle galère… J’espère qu’elle va se réveiller. » maronna-t-elle l’air excédé. La Liberty en question avait été chanceuse de tomber sur Solveig et Mackenzie, cela n’empêchait pas la plus jeune des Eriksson d’être agacée par une telle situation. Elle n’aurait sûrement pas de mal à remplacer la jeune danseuse, mais si cette dernière en venait à ne pas se réveiller, les dirigeants du Little Darlings auraient des soucis à se faire car dans le sombre milieu des mafias, tout se savait et très rapidement. De plus les autres employés commenceraient à se poser des questions. Une réaction en chaîne que Solveig voulait éviter à tout prix. Elle et Mackenzie allaient devoir trouver la cause de ce malaise et espérer qu’Isak ne décide pas de pointer le bout de son nez.

A peine la danseuse inerte cachée dans son bureau, Solveig se redressa en passant le dos de sa main contre son front. Elle vint ensuite poser ses poings sur ses hanches. Les sourcils froncés, la brune avisa la chimiste. « Tu crois que ça peut avoir un rapport avec la nouvelle drogue ? J’ai commencé à la distribuer avant-hier, ils sont tous devenus accroc mais personne n’a fait de bad-trips. » assura Solveig en masquant à peine son incompréhension. Elle semblait soudainement inquiète. Pourtant il n’y aurait dû avoir aucun risque puisque Mackenzie et elle avaient servi de cobaye. Encore fallait-il qu’elles soient sûres qu’il s’agisse bien de ça et pas d’autre chose. Les danseuses avaient obligations de refuser toutes propositions des clients en matière de substances inconnues. Une mesure pleine de bon sens qui était censée éviter les incidents dans le genre. Les coups contre la porte firent presque sursauter Solveig. Elle n’était pas certaine que les dix minutes s’étaient écoulées mais elle devinait que c’était Émeraude qui était déjà là. « Entrez ! » dit la suédoise d’une voix forte et irritée. Les joints de la porte geignirent légèrement lorsque la danseuse brune pénétra dans la pièce. Si Solveig lui avait dit de venir ce n’était pas parce qu’elle avait besoin d’elle. Mackenzie était beaucoup plus vive et beaucoup plus efficace dans ce genre de situation. La brune allait leur servir d’indicatrice pour savoir ce que Liberty avait fait pour se retrouver dans un état pareil. « Bon je ne vais pas te retenir longtemps, dis-moi juste ce qu’elle a pris. » demanda Solveig avec un froncement de sourcil qui ne laissait aucun doute sur son état. Ce contretemps malheureux empiétait sur son planning et lui gâchait sa soirée.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 973
↳ Points : 601
↳ Date d'inscription : 26/10/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Halsey.
↳ Age du Personnage : vingt-quatre ans.
↳ Métier : trafiquante et créatrice de nouvelles drogues et médiacements pour la Niflheim.
↳ Opinion Politique : sans opinion.
↳ Niveau de Compétences : niveau un.
↳ Playlist : PANIC! AT THE DISCO - emperor's new clothes⎜SMALLPOOLS - street fights⎜HALSEY - drive⎜THE SCORE - where do you run?⎜THE 1975 - love me⎜TWENTY ONE PILOTS - ride⎜DOROTHY - wicked ones⎜THE KOOKS - bad habit⎜PVRIS - you and I⎜BMTH - follow you
↳ Citation : « I'm falling, so I'm taking my time on my ride »
↳ Multicomptes : Vittoria K. Bathory & Nataliya Clarke
↳ Couleur RP : #E04848



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines. & endlesslove
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « It will be our secret » Mackenzie   Ven 15 Jan - 21:20




Elle s’impatiente face à l’inconscience de la danseuse. Aussi physique que mental, son état de léthargie ne lui suggère rien de bon et l’australienne se laisse emporter par la vague de pessimisme qui finit par l’engloutir. Une telle situation ne devrait pas avoir lieu. Pas dans un endroit comme le Little Darlings. Pas dans les circonstances actuelles et encore moins au beau milieu d’une salle remplie de clients de plus en plus suspicieux. Les bras croisés, elle se contente d’observer Solveig prendre de l’ampleur dans son rôle de mafieuse. L’australienne n’a jamais douté de la capacité de la brune à s’imposer et le lien qui les unit toutes les deux la pousse à se sentir fière de voir ce qui se rapproche le plus d’une amie s’imposer ainsi face à l’imprévu. Les employés qui s’étaient massés autour de la malheureuse évanouie se dispersent finalement sous le ton autoritaire de la suédoise. Sauf une. Une autre danseuse sommée de rester auprès de sa complice puis convoquée dans la bureau de la patronne dix minutes plus tard. La chimiste, elle, perd son regard dans l’établissement, veillant à ne pas éveiller le moindre soupçon chez les présents du soir. C’est la voix de la brunette qui la fait tiquer et l’interpelle. Sans plus attendre et suivant son propre conseil, elle prend place aux côtés de sa supérieure hiérarchique et soulève la pauvre idiote endormie par le bras gauche. La maigreur de la demoiselle peu vêtue lui arrache un frisson qu’elle dissimule derrière une grimace de dégoût. Son front se plisse mécaniquement. Elle ne parvient pas à conserver cet air de neutralité qui aurait sans doute contribué à appuyer les propos de Solveig à l’attention des clients croisés sur leur route. Mais rien n’y fait. Ses traits se déforment, se morfondent en une profonde déception qu’elle ne peut cacher. En tant que simple disciple de la mafia dirigée par les Eriksson, elle ne peut que s’imaginer l’état de consternation dans lequel se trouve Solveig en ce moment même.

Le retour dans la pièce servant de bureau à la marraine de la Niflheim se fait plus rapidement qu’elle ne l’aurait pensé. Les deux femmes sont parvenues à traîner - littéralement - la dite Liberty dans le local, non sans certains efforts. Après un rapide examen de la demoiselle allongée sur le sol délabré, elle se questionne sur les causes de ce malaise plus que mal venu. « - C’est possible », articule-t-elle après quelques secondes de silence. Un silence de réflexion qu’elle s’impose pour ne pas trop avancer son diagnostique. Les conséquences seraient trop grandes si elle se prononçait mal ou faisait erreur sur ce qui a réellement causé cette situation. « - J’avais bien précisé que cette nouvelle molécule devait être prise en une seule dose. Une gélule. Pas plus. Si elle s’est jugée plus maligne que mes recommandations, ça ne m’étonne pas qu’elle ait fini dans cet état » Un soupire agacé et presque désintéressé échappe à ses lèvres. Sa patience mise à rude épreuve menace de rompre sous la pression d’une jeune femme dont elle ne sait presque rien. La soirée en deviendrait presque risible. À la limite du pathétique. Un sourire mauvais vient fendre son visage et étirer ses lippes. Ses mains se perdent dans le fond des poches de sa veste, impuissante. « - Mais pour l’instant on ne peut pas en être complètement certaines et je ne lui administrerai rien d’autre tant que je ne saurais pas ce qu’elle a ingéré. Je ne voudrais pas aggraver son cas... » La sentence se prononce, le ton se veut doux mais ressort plus agressif qu’elle ne l’aurait voulu. Ses nerfs à vif et son aigreur prennent finalement le dessus sur sa volonté à rester polie et juste envers Solveig. Elle aurait bien ajouté quelques mots privés de toute compassion concernant le cas de Liberty mais son entreprise se voit interrompue par quelques coups retentissant contre la porte.

Une jeune femme, brune, enveloppée d’un peignoir pastel recouvrant ses frêles épaules fait son entrée, invitée à franchir le seuil de la pièce par la voix exacerbée de la directrice. La dealeuse en profite pour récupérer l’enveloppe de billets qui lui était destinée et qu’elle avait laissée sur le bureau de Solveig avant que les deux femmes ne soient interrompues. L’argent vient trouver une poche de la veste de l’australienne et s’y fond admirablement bien. Émeraude, comme elle se fait appeler, ne semble pas encline à dissimuler quoi que ce soit à son employeuse et ne tarde pas à dévoiler les pratiques de son acolyte. Pour le plus grand plaisir de la chimiste, qui pourra ainsi se dépêtrer de son implication dans l’affaire plus rapidement et rejoindre son laboratoire sans tarder. « - Je crois que c’est ce nouveau truc que vous nous avez donné avant hier. Elle en a pris plusieurs parce qu’elle pensait que ce serait pas assez fort et moins d’une heure après elle est tombée dans les vapes » Un éclat de rire nerveux échappe à sa gorge endolorie. Qui sont-elles pour juger de l’efficacité de ses créations ? Que peuvent-elles bien savoir de cette science qu’elle a mis des années à maîtriser ? La blague aurait pu être drôle mais ne fait qui l’irriter encore plus. Elle grince des dents, grimace. « - Parfait, absolument parfait » Un souffle inaudible, quelques mots pour elle-même. L’amertume la gagne et elle lutte pour ne pas laisser exploser son indignation. Le cliché de la danseuse peu futée lui fait mal aux tripes mais elle ne peut que constater sa véracité. Admettre l’inadmissible. « - Tu sais combien elle en a pris ? Combien, exactement ? », demande-t-elle en se retournant vers la demoiselle. La réponse lui est indispensable pour établir la gravité de l’état d’inconscience dans lequel la petite idiote s’est plongé. Il faut qu’elle sache, pour comprendre. Pour agir ou concéder ne rien faire. Se préparer aux conséquences possibles de tels agissements. Des manières contraires à tout ce qu’elle aurait pu imaginer.

_________________
    All we do is drive ◇ My hands wrapped around the stick shift swerving on the 405, I can never keep my eyes, Off this. My neck, the feeling of your soft lips. Illuminated in the light, bouncing off the exit signs I missed. It's so simple but we can't stay. Overanalyze again, would it really kill you if we kissed?


Dernière édition par Mackenzie Caulfield le Mar 26 Jan - 21:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3058-mack-we-have-all

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « It will be our secret » Mackenzie   Mer 20 Jan - 12:15

It will be our secret

Mackenzie & Solveig

L’agacement de Mackenzie pouvait se ressentir à des kilomètres à la ronde. Solveig ne pouvait pas la blâmer. Cet imprévu n’était qu’une banale perte de temps et une mise à l’épreuve. Il fallait que la suédoise gère la situation avec discrétion et ce, rapidement. Mais avant cela il fallait qu’elle sache qu’elle était la source du problème. Tandis qu’elle plaçait ses mains contre ses hanches, Solveig écoutait attentivement la chimiste. Un léger sourire courba ses lèvres lorsqu’elle l’entendit soupirer. Le regard bleu de la mafieuse avisa une nouvelle fois la danseuse inerte tandis qu’elle hochait légèrement la tête. « Mh oui je vois… En plus ces filles ne sont pas très malines alors. » dit-elle avec un haussement d’épaules. Alors il était fort probable que la danseuse se soit improvisée scientifique et qu’elle ait jugé les précautions inutiles. Mais comme le disait très justement l’australienne à côté d’elle, mieux valait en être sûr avant d’agir. Ce qu’Émeraude, la nouvelle arrivante parmi elles, n’allait pas tarder à confirmer. Solveig ne fit plus aucun effort pour masquer son exaspération. La paume de sa main vint cogner son front.

« Mais quelle imbécile ! On ne vous paye pas pour penser mais pour danser. » pesta-t-elle contre la jeune femme en peignoir. Rien à faire qu’elle n’y soit pour rien, la suedoise avait peur que la dose ingérée ne soit trop grosse. Et visiblement, Mackenzie aussi. Elle questionna la danseuse qui posa son index contre son menton. Elle semblait fouiller dans sa mémoire. Peu rassurée la brune finit pas ouvrir la bouche « Deux, je crois qu’elle en a pris deux. » répondit-elle en hochant la tête. On devinait aisément qu’elle aurait voulu défendre son amie, mais les visages fermés des deux jeunes femmes en face d’elle durent la dissuader. Solveig lança un discret regard à Mackenzie. Elle espérait que la chimiste puisse trouver un antidote. Mais il fallait faire vite avant que la danseuse inconsciente ne plonge dans un coma trop profond. Ne voulant pas montrer son inquiétude nouvelle, la cadette Eriksson reporta son attention sur Émeraude. « Ok ok, merci. Vérifie que personne d’autre ne s’est pris pour Einstein et retourne travailler Emeraude. » dit Solveig en lui faisant signe de partir avec sa main. Une fois la porte fermée, la jeune femme se tourna vers Mackenzie.

« Mackenzie, tu penses que tu pourrais concocter un antidote ? Lui donner de l’adrénaline ou quelque chose comme ça ? » demanda-t-elle. Son ton avait été beaucoup plus posé. La chimiste était quelqu’un qu’elle appréciait, elle la savait perspicace et elle savait qu’elle pourrait sûrement trouver quelque chose pour les sortir de cette impasse. En attendant une réponse Solveig s’était accroupie près de la femme inerte. Elle posa doucement son majeur et son index contre la jugulaire de cette dernière en tentant de capter un pou. Glissant une mèche chocolat derrière son oreille de sa main libre, Solveig tenta de masquer la grimace qui lui déformait le visage. Elle ne sentait pratiquement rien. Jusqu’à ce qu’une faible pulsation passe sous ses doigts. La bonne nouvelle était que la jeune femme était toujours en vie. Mais son cœur battait si lentement qu’on aurait juré qu’il était prêt à la lâcher d’une seconde à l’autre. Solveig commençait à légèrement paniquer. Ce n’était pas la danseuse qui l’inquiétait mais son frère. Elle espérait que personne n’ait eu la mauvaise idée de l’appeler derrière son dos. La jeune femme savait très bien qu’avec Isak dans les parages, la situation risquait de devenir encore plus compliquée à gérer. Sûrement qu’il l’aurait déjà déclarée morte et s’en serait débarrassé dans une ruelle sordide. Solveig commençait d’ailleurs à se demander s’il n’avait pas mieux fallut l’abandonner à son triste sort histoire de la punir. Mais la suédoise n’était pas encore arrivée à ce point de cruauté. Malgré tout, elle restait très humaine dans ses décisions.  Bien sûr elle avait également ses limites. Finissant de se relever, Solveig soupira. « Si tu veux j’ai quelques réserves dans le fond du club mais je sais pas si tu trouveras ce dont t’as besoin. » annonça la suédoise en croisant ses bras contre sa poitrine.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 973
↳ Points : 601
↳ Date d'inscription : 26/10/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Halsey.
↳ Age du Personnage : vingt-quatre ans.
↳ Métier : trafiquante et créatrice de nouvelles drogues et médiacements pour la Niflheim.
↳ Opinion Politique : sans opinion.
↳ Niveau de Compétences : niveau un.
↳ Playlist : PANIC! AT THE DISCO - emperor's new clothes⎜SMALLPOOLS - street fights⎜HALSEY - drive⎜THE SCORE - where do you run?⎜THE 1975 - love me⎜TWENTY ONE PILOTS - ride⎜DOROTHY - wicked ones⎜THE KOOKS - bad habit⎜PVRIS - you and I⎜BMTH - follow you
↳ Citation : « I'm falling, so I'm taking my time on my ride »
↳ Multicomptes : Vittoria K. Bathory & Nataliya Clarke
↳ Couleur RP : #E04848



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines. & endlesslove
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « It will be our secret » Mackenzie   Ven 29 Jan - 12:15




L’exaspération continue son ascension dans chaque cellule de son organisme éprouvé. Savant mélange d’une patience perdue et d’une désillusion naissante. L’énervement qu’elle ne peut plus déguiser se fait de plus en plus sentir derrière son habituel masque de neutralité. Jusque dans sa voix, plus tranchante, plus cinglante que d’ordinaire. Elle ne peut que constater l’apparition de ces mêmes sentiments contraires chez la suédoise, désormais partagée entre l’envie de gifler cette fille ou de se contenir. La brutalité de cette pulsion lui fait froid dans le dos mais elle ne peut nier son ressenti. La dealeuse ne cherche plus à camoufler cet état de contrariété qui lui retourne l’estomac, se laissant aller à articuler quelques injures à peine audibles. Elle ne prend même plus la peine de regarder la danseuse encore debout dans les yeux, de peur d’y trouver une raison de plus de s’emporter contre elle. Elle semble perdre pieds, surtout en prenant conscience de la dose ingérée par la petite idiote endormie. Deux doses, ce n’est pas tant mais c’est déjà trop. Le brouillard se dissipe autour d’elle et dans sa conscience. Ce n’est peut être pas si grave que ça mais la frayeur qu’elle leur a causé est pourtant bien réelle. La complice se voit rapidement congédiée par Solveig qui lui fait signe de quitter la pièce, un soulagement pour elle qui lâche un soupire lourd de sens. Ses prunelles noisettes se promènent dans la pièce à mesure que son esprit divague en quête d’une solution rapide et efficace. La hâte de se sortir de cette impasse ne la quitte plus et elle peine à occulter sa fébrilité. Le timbre posé de sa supérieure la ramène un instant vers cette pitoyable réalité. Elle souffle de nouveau en observant sa patronne penchée sur le corps encore inerte de l’employée.

« - Je peux tenter quelque chose oui. Ça devrait marcher, mais je garantis rien. Un peu d’adrénaline devrait suffire, en effet, sauf si elle réagit mal. Dans ce cas, je pourrais rien faire de plus… » Les mots lui viennent sans qu’elle ne cherche à les contrôler. Elle ne se restreint plus, ne se ménage plus. Elle ne devrait même pas être là et à chaque fois qu’elle se remet à penser à ce qu’il s’est passé ce soir, elle ne peut s’empêcher de penser que cette fille à mérité ce qui lui arrive. La pensée morbide lui arrache un frisson désagréable, elle grimace et se passe une main dans les cheveux, chassant les faux-semblants de ce mouvement automatiquement fluide. « - Mais on en est pas là. Si elle était censée passer l’arme à gauche, ce serait sûrement déjà fait » La fatalité s’abat comme un constat à peine amer. Ses orbes claire roulent vers le haut, incapables de retenir l’attraction plus longtemps. Le geste accompagne ses mots quand elle observe la brune prendre le pouls de la danseuse, établissant avec soulagement que l’insolente respire toujours. Faiblement, cependant. Le temps leur fait défaut et son front se plisse devant la perspective d’une issue beaucoup plus sombre. L’indication bienvenue de la supérieure lui parvient comme une invitation à l’empressement. Les secondes défilent inlassablement avant qu’elle ne se dirige vers la porte de sortie. « - Je vais me débrouiller, t’en fais pas », ajoute-t-elle en refermant soigneusement la porte du bureau derrière elle. Elle se débrouillera, comme elle le fait d’habitude. La chimiste secoue la tête en jurant intérieurement alors que déjà, elle prend la direction de son laboratoire. Ses pas la guident en priorité vers son antre sans qu’elle ne sache trop pourquoi. Elle ne contredit pourtant pas son inconscient et s’y laisse porter, préférant se rabattre sur la réserve dont Solveig à parlé en dernier recours. Si, et seulement si, l’alternative ne se révèle pas positive.

Elle n’a pas pris la peine de compter les minutes jusqu’à son retour dans le bureau, prenant l’initiative d’y entrer sans frapper. Elle ne juge pas nécessaire de le faire, se trompe peut être, sûrement. Mais l’heure n’est pas à la bienséance et à vrai dire, l’envie de se débarrasser de ce cas désespéré est si grande qu’elle n’accorde que très peu d’importance à quelques coups portés ou non au dos d’une porte close. Elle ne tarde pas à prendre place aux côtés de la jeune femme toujours inconsciente, ce qu’elle espère être un remède à ce mal logé au creux de la main. Adressant un regard approbateur à la suédoise, elle dévoile la seringue gorgée d’un liquide translucide. « - Ça devrait faire l’affaire » Elle articule à peine, autant pour rassurer sa patronne que se conforter elle-même dans sa prise de décision. Sans plus attendre, elle empoigne le bras si frêle et froid de la danseuse, pince le muscle du bout des doigts et y insert l’aiguille. « - Si elle se réveille, j’espère que tu va déduire le prix de l’injection de son salaire. Cette petite dose me coûte une fortune. Nous, coûte une fortune… » Un léger sourire railleur vient étirer ses lippes alors qu’elle achève son intervention. La vérité n’aurait pu être plus cinglante. Elle se sent presque vaciller sous le poids de l’ironie. Une malice à la limite du malsain. Un reflet qu’elle ne reconnaît plus mais qui se veut de plus en plus pesant. Elle se relève, brise l’aiguille et défait la seringue, s’assurant que personne d’autre ne puisse la réutiliser, avant de la jeter dans une corbeille un peu plus loin. Un nouveau soupire échappe à ses muqueuses, sa main parcoure son visage en quête de réconfort, en vain. Elle reprend place sur l’un des fauteuils faisant face au bureau de la suédoise, s’y affale en se pinçant la lèvre inférieure. L’attente se fait longue, ses prunelles divaguent pour ne pas avoir à contempler l’issue du spectacle dont elle est devenue actrice. Bien qu’elle aurait préféré rester parmi l’audience, son implication engendre des conséquences qu’elle n’a pas cherché, mais qu’elle va pourtant devoir gérer, au même tire que la fille du Nord.

_________________
    All we do is drive ◇ My hands wrapped around the stick shift swerving on the 405, I can never keep my eyes, Off this. My neck, the feeling of your soft lips. Illuminated in the light, bouncing off the exit signs I missed. It's so simple but we can't stay. Overanalyze again, would it really kill you if we kissed?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3058-mack-we-have-all

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « It will be our secret » Mackenzie   Jeu 11 Fév - 13:15

It will be our secret

Mackenzie & Solveig

La bonne nouvelle dans ce qui disait Mackenzie était que, d’après elle, l’adrénaline pourrait suffire à sauver la jeune femme. Solveig n’avait pas vraiment réagit lorsque la chimiste lui avait énoncé la possibilité que l’inconsciente fasse une mauvaise réaction. A vrai dire elles n’avaient plus beaucoup de temps. Et puis la suédoise commençait à être particulièrement agacée par ce contre temps. Tout comme la jeune femme à ses côtés qui peinait visiblement à retenir tous les signes de l’irritation qui la gagnait. Tandis que Solveig s’était relevée, Mackenzie prit l’initiative d’aller chercher le nécessaire. Silencieuse, la cadette Eriksson s’était contentée de hocher la tête à la positive. Elle avait confiance en Mackenzie et savait que, même si elle semblait exaspérée par la danseuse inerte, elle ferait ce qu’il fallait. Une fois qu’elle se retrouva seule avec son employée, Solveig se permit de pester dans sa langue maternelle. Si elle avait été comme son frère, sûrement qu’elle aurait déversé toute sa colère et sa frustration sur l’inconsciente. Qu’elle l’aurait étranglée, histoire que la malheureuse ait une bonne raison d’avoir perdu connaissance. Mais Solveig n’était pas comme ça, non. Solveig était douce, Solveig était le bien. Ou du moins elle l’avait été. Elle commença à sérieusement en douter lorsqu’elle se rendit compte qu’elle n’en avait que faire que Liberty survive ou non. Et tandis qu’elle faisait les cent pas en jetant des regards impatients vers la porte, Solveig fut soulagée de voir Mackenzie la franchir une seringue à la main. La Skinchanger vint de nouveau s’agenouiller près de la danseuse en regardant l’australienne faire son œuvre. Stressée, Solveig glissa une mèche chocolat derrière son oreille en tenant ses mains. Elle détourna son attention de Liberty pour aviser la chimiste.

« Si cette idiote se réveille elle reversera tous ses pourboires au club pendant un mois. Et si elle tente de tricher je m’en chargerais moi-même. » dit Solveig en fronçant légèrement les sourcils.

Certes son visage reflétait encore l’innocence et la jouvence, pourtant ses iris, eux, renvoyaient de la colère et de la détermination. Solveig n’aimait pas perdre son temps, comme tout le monde d’ailleurs, mais ce qu’elle aimait encore moins c’était de perdre son argent.  Tout ça à cause d’une idiote qui avait cru bon d’ignorer les conseils des autres. La brune soupira, ça y est, elle était véritablement exaspérée. Si Mackenzie était allée s’assoir, Solveig était quant à elle restée auprès de la jeune femme qui demeurait inerte. « Raaah, elle ne bouge toujours pas. » pesta la mafieuse, visiblement impatiente d’en finir avec cette histoire. « Allez, bouge, respire. » continua-t-elle de râler. Ses doigts s’étaient crispés, elle semblait à deux doigts d’attraper les épaules frêles de la danseuse afin de la secouer dans tous les sens. Finalement ce fut après  de longues secondes d’incertitude que la jeune femme rouvrit les yeux. Elle prit une grande inspiration, comme un plongeur remonté à la surface juste à temps. Son regard affolé se posa sur Solveig qui s’était penchée au dessus d’elle avant d’aviser la pièce puis la jeune femme assise sur le fauteuil. « Il était temps ! Sale petite idiote on ne t’a jamais appris à compter dans ton pays ? » s’indigna la suédoise en se redressant. Posant ses poings contre ses hanches, Solveig semblait toujours aussi furieuse. « Tu as de la chance que Mackenzie ait été là. Et tu as surtout de la chance que ce ne soit pas Isak qui t’ai trouvé sinon tu aurais fini dans une benne. » dit-elle sans pour autant hurler. Liberty s’était redressée. Ses pupilles étaient totalement dilatées et son regard semblait fou. On aurait dit qu’elle venait de passer dans une autre dimension et que Solveig s’était soudainement mise à parler un dialecte totalement incompréhensible. La danseuse avait le teint blafard.

« Je euh… Je me sens.. » Balbutia-t-elle en articulant moins bien qu’un nouveau-né.

La suédoise avait haussé un sourcil en lançant un regard interrogateur à Mackenzie. Si l’adrénaline l’avait ramenée, il semblait qu’une partie de son esprit soit encore endormi. Sans prêter plus attention que ça à Liberty qui restait assise par terre, la mafieuse s’adressa à la chimiste. « Combien ça nous a coûté ? » Solveig posa une main sur son front. Elle allait régler ça seule et tenir Isak écarté de cette affaire. D’ailleurs elle était énervée mais en partie soulagée de voir que la jeune femme avait survécu. Enfin ça ce fut avant de constater que la danseuse venait de nouveau de perdre connaissance.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 973
↳ Points : 601
↳ Date d'inscription : 26/10/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Halsey.
↳ Age du Personnage : vingt-quatre ans.
↳ Métier : trafiquante et créatrice de nouvelles drogues et médiacements pour la Niflheim.
↳ Opinion Politique : sans opinion.
↳ Niveau de Compétences : niveau un.
↳ Playlist : PANIC! AT THE DISCO - emperor's new clothes⎜SMALLPOOLS - street fights⎜HALSEY - drive⎜THE SCORE - where do you run?⎜THE 1975 - love me⎜TWENTY ONE PILOTS - ride⎜DOROTHY - wicked ones⎜THE KOOKS - bad habit⎜PVRIS - you and I⎜BMTH - follow you
↳ Citation : « I'm falling, so I'm taking my time on my ride »
↳ Multicomptes : Vittoria K. Bathory & Nataliya Clarke
↳ Couleur RP : #E04848



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines. & endlesslove
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « It will be our secret » Mackenzie   Mar 23 Fév - 22:20




La menace prend forme, se suspend dans l’air dans un automatisme irréfutable. Une véracité impossible à remettre en doute. La parole de sa patronne, elle l’entend autant qu’elle la comprend et l’assimile. Elle n’est pas certaine cependant que la formulation atteigne la cible visée en premiers lieux. La danseuse toujours inerte ne doit pas avoir l’ouïe bien fine dans son état, sans parler de son inconscient mis à mal par la drogue ingérée. La jeune idiote devenant imperméable aux admonestations de la suédoise, bien incapable de conforter la mafieuse dans son désir de rétribution. Du fond de son fauteuil, elle observe la scène, redevenue impuissante face à la détresse ambiante. De plus en plus mal à l’aise au cœur de la situation qu’elle se voit forcée d’affronter. L’inquiétude se lit à peine sur ses traits fatigués. Le teint pâle qu’elle arbore sans pouvoir y remédier trahit plus son agacement et sa perte incontrôlable de patience qu’une véritable appréhension. À mesure que les secondes s’égrènent inévitablement, c’est l’espoir qui lui échappe et elle contemple sa boss s’acharner au chevet de la malheureuse. Quand enfin, elle émerge, reprend son souffle. Refaisant surface d’entre les morts, la danseuse s’agite, reprend un peu vie mais les couleurs refusent toujours de s’accrocher à son visage, la laissant blême et l’air blafard. Les remontrances résonnent, frappent les murs, provoquent la satisfaction chez la chimiste qui ne juge pas opportun de réagir. Préférant se redresser, les coudes bien droit sur ses genoux, elle plisse le front, ne saisit pas réellement l’éloge masqué derrière le timbre coléreux de la brune.

Le mutisme dans lequel elle se plonge n’a d’égal que la pénibilité de l’atmosphère qui les entoure. La danseuse est troublée, hagarde, elle balbutie quelques mots mais peine à articuler et sa voix se brise avant qu’elle n’achève d’esquisser sa parole. Le regard échangé avec la suédoise ne trouve pour seule réponse que des épaules qui se rehaussent et s’affaissent, la chimiste se trouvant toujours inutile dans ce genre de cas. Quelques instants, elle lâche la vue de l’employée, posant ses yeux noisettes sur les traits tirés de la patronne, ne pouvant y lire que du mécontentement. La question l’interpelle. Combien ? Elle n’en a pas d’idée précise mais c’est déjà bien assez. Déjà beaucoup trop. Pour un accident qui n’aurait jamais du arriver. « - Ses pourboires pendant un mois, ça devrait suffire. Si la clientèle est généreuse » Elle soupire, de plus en plus exaspérée par la soirée toute entière. Elle n’a certainement jamais souhaité être ailleurs aussi fort qu’à ce moment précis. Une tristesse absolue, un dédain tout à fait certain. Ses orbes claires roulent dans leur écrin osseux en constatant que la danseuse était retombée dans les vapes. Une nouvelle perte de connaissance, à laquelle elle ne peut rien. Sa réaction se fait minime, elle n’a rien à dire, rien à ajouter à ça. Simplement qu’elle aimerait que ça se termine, peu lui importe comment. « - Cette-fois, elle va devoir se réveiller d’elle-même, je peux plus rien pour elle » Sa colonne vertébrale rebondit contre le dossier du fauteuil retrouvé alors qu’un nouveau souffle échappe à ses lèvres. « - J’espère au moins que ça va leur servir de leçon, à elle comme aux autres » Elle ne pourrait être plus antipathique dans ses mots comme dans son timbre. Mais la contrariété et l’énervement deviennent tels qu’elle ne peut plus les contenir. Une frustration qui ne fait que grandir à chaque nouveau battement des aiguilles de l’horloge.

« - La prochaine fois, je ne gâcherai pas une dose d’adrénaline pour une fille qui se croit plus maligne que tout le monde. Mais j’espère honnêtement qu’il n’y aura pas de prochaine fois » Elle se lève enfin, retrouve difficilement une certaine stabilité sur ses jambes. Une main parcoure ses tempes en quête d’une solution puis ses doigts fins se perdent dans quelques mèches de ses cheveux. « - Non, vraiment. Il n’y aura pas de prochaine fois » La répétition pour mieux s’encrer les données dans la tête. Comme une formule qu’elle se rabâche elle-même pour ne pas s’y tromper. Ses prunelles irisées se baladent sur la silhouette inanimée sur le sol. Elle n’a aucune idée de l’issue possible de ce combat mené contre l’idiotie mais elle espère tout de même qu’elle sera bonne. « - Écoute Solveig, Isak va finir par revenir et je sais que tu n’as pas envie qu’il voit ça ou qu’il apprenne ce qu’il s’est passé. Moi non plus d’ailleurs, je t’assure » Elle s’approche de la brune, ponctue le vocable de coups de tête incidents pour mieux illustrer son propos. « - Je suis pas certaine que ce soit une bonne idée qu’elle reste échouée là. À part attendre qu’elle daigne refaire surface, je peux rien faire, et toi non plus » Les bras se croisent sur son abdomen, toujours plus impuissante face à l’inaction. « - Alors, qu’est-ce qu’on fait maintenant ? » Elle aurait voulu pouvoir apporter une réponse sans même avoir du poser la question. Mais le brouillard s’éternise et s’épaissit autour d’elle et elle ne parvient pas à discerner la lumière. Les pensées s’embrouillent, se mélangent et se superposent sans qu’elle n’arrive à y voir clair. Elle se balance sur ses pieds, instable et penchante, se laisse aller au vent. Une brise matinale rapidement devenue blizzard.

_________________
    All we do is drive ◇ My hands wrapped around the stick shift swerving on the 405, I can never keep my eyes, Off this. My neck, the feeling of your soft lips. Illuminated in the light, bouncing off the exit signs I missed. It's so simple but we can't stay. Overanalyze again, would it really kill you if we kissed?


Dernière édition par Mackenzie Caulfield le Ven 18 Mar - 9:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3058-mack-we-have-all

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « It will be our secret » Mackenzie   Mar 1 Mar - 11:57

It will be our secret

Mackenzie & Solveig

L’aspect financier des choses préoccupait Solveig mais pas autant que l’état de santé de la danseuse. Bien que cette fille n’ait pas grande valeur sentimentale pour la mafieuse, la part d’innocence en elle refusait de la voir mourir. Cela n’empêcha pas la suédoise d’être soulagée quand Mackenzie lui indiqua que la retenue des pourboires suffirait à couvrir les frais. De toute façon Liberty l’avait bien méritée. Le seul problème fut lorsque la danseuse perdit de nouveau connaissance. Sans elle il  n’y aurait plus de pourboires et si jamais elle en venait à ne plus se réveiller du tout, les autres employés prendraient peur. Solveig se pinça les lèvres après avoir pris une grande inspiration. Debout près du corps inerte de la jeune femme, la mafieuse lança un regard inquiet vers la chimiste. Elle se doutait que Mackenzie ne pourrait pas lui administrer d’autres produits au risque que son cœur s’arrête totalement de battre. Solveig passa une main dans ses cheveux, elle réfléchissait. Il fallait qu’elle agisse, qu’elle trouve une solution pour ce sortir de cette situation catastrophe. Surtout que pendant ce temps, personne ne veillait sur la salle.

Mackenzie finit par se relever. Solveig hocha la tête. Elle espérait elle aussi que les autres filles ne s’amuseraient pas à s’improviser chimistes et respecteraient les doses. Les joues de la mafieuse étaient désormais teintées d’un rose naturel. Ce n’était pas de la gêne mais belle et bien de la colère. Ses sourcils s’était froncés et ses poings étaient revenus se loger contre ses hanches. « Oui, je sais, tu as raison. » admit Solveig lorsque la chimiste amena le sujet de son aîné sur le tapis. Si Isak débarquait et qu’il se retrouvait face à cette danseuse inerte, il était certain qu'il se mettrait dans une colère noire. Solveig en était parfaitement consciente et tenait à tout prix à éviter ce genre de scandale dans un moment pareil. Il fallait rester discret et ne pas attirer l’attention. Mackenzie avait raison et visiblement, elle semblait à court d’idées. Solveig lui lança un rapide coup d’œil avant de poser son index sur son menton. Elle réfléchissait. L’australienne avait raison, Liberty ne pouvait pas rester là indéfiniment. Surtout qu’à ce stade, Solveig n’était même plus sûre qu’elle referait un jour surface. « Je suggère qu’on l’emmène à l’arrière du club. Dehors. J’enverrais quelqu’un la surveiller. Mais il ne faut pas qu’Isak tombe dessus. Et puis si elle ne se réveille pas, je m’en occuperais. » dit Solveig d’un ton déterminé. Lorsqu’il s’agissait d’assurer ses arrières, la suédoise savait passer outre son côté compatissant. Si Liberty ne se réveillait pas, certainement que la culpabilité viendrait, tôt ou tard, ronger la cadette Eriksson, mais pour l’instant elle préférait ne pas penser à cette éventualité.

A peine avait-elle parlé que Solveig s’était dirigée vers Liberty. Elle venait d’attraper ses bras lorsqu’elle se redressa. Un pré-sentiment venait de l’envahir. Une boule lui tirait l’estomac. La panique ne devait pas lui faire oublier les précautions à prendre. Le regard bleu de Solveig se posa sur Mackenzie. « Mackenzie, tu pourrais partir devant en éclaireur ? J’aimerais pas que quelqu’un nous voit entrain de la traîner dehors. » avoua-t-elle. Personne n’aurait dû se balader dans les couloirs, mais la Skinchanger préférait rester prudente. Cette fille devenait une plaie dont il fallait vite se débarrasser tout en faisant en sorte qu’il n’y ait aucune trace. Le bon point était qu’en attrapant son poignet, Solveig crut deviner un pouls. Le mauvais point était que l’heure tournait et que Mackenzie avait parfaitement raison : Isak n’allait plus tarder à revenir et qu’il représentait bien plus de risque qu’une danseuse faisant une overdose. Surtout si lui aussi était sous l’emprise d’une substance douteuse. Tant de facteurs qui faisaient que Solveig et Mackenzie devaient se dépêcher avant que le mafieux ne revienne.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « It will be our secret » Mackenzie   Mer 16 Mar - 16:59


Isak avait le nez pour les emmerdes. C’était devenu une seconde nature depuis sa jeunesse tumultueuse. Cela dit depuis qu’il avait le nez dans la poudre, son sixième sens avait fini par s’émousser un peu. Déjà ce foutu dealer l’avait bien fichu en rogne. Le garçon n’avait pas pour qualité principale la patience alors sans plus réfléchir son poing avait expliqué la situation à cet abruti congénital. Non tu ne consommais dans ce qu’on te donnait à vendre en disant que la personne n’avait pas payé et avait manqué de te planter avec un couteau et non tu ne te foutais pas de la gueule du patron sinon il te foutait sur la gueule. Le visage de cet abruti ressemblait plus à un tas de sang lorsqu’il en eut fini. Ses jointures avaient été un peu abîmées par la force du choc mais rien de bien grave. Comme ça, le type s’était au moins véritablement fait agresser pour changer. Foutu déchet. On ne se retrouvait à bosser qu’avec des incapables ces derniers temps. Quelle déchéance. Isak avait besoin d’un cachets et d’un verre de whisky. Il décida qu’il prendrait les deux à son bar. Posé dans son long fauteuil, la vie ralentissait pour lui offrir un instant de paix. Le sorcier appréciait ce moment car il était salvateur pour son état d’esprit.

Il se rappelait vaguement que Mackenzie travaillait sur une nouvelle drogue mais les détails continuaient de lui glisser entre les doigts comme de l’eau.  Plusieurs minutes de marches un peu hasardeuses le menèrent jusqu’à son établissement. L’endroit lui semblait toujours aussi délabré de l’extérieur que d’ordinaire. Tout paraissait réellement à sa place habituelle. C’était donc sans inquiétude particulière qu’il pénétra dans son antre. Une agitation latente restait pourtant trainante. Comme après une bonne bagarre. L’une d’elles avait peut-être éclaté. Le barman et les danseuses lui jetaient des regards en coin puis se détournaient. La situation lui parut immédiatement assez étrange mais Solveig serait sans doute en mesure de lui expliquer le fin mot de l’histoire. D’ailleurs, il ne devait pas y avoir six de ses nanas ce soir ? Il avait l’impression qu’il en manquait une mais il n’aurait pu en être parfaitement certain car l’envie de drogue commençait à ronger sa réflexion. Depuis toujours l’absence de stupéfiants embrouillait ses pensées. En pénétrant, il demande à un des serveurs où était Solveig. Il balbutia qu’il ne savait pas et qu’elle devait se trouver à l’arrière. Commençant à arpenter les couloirs il cria.

« Solveig ? Je voudrais te parler ! Solveig ? » Déambulant dans les escaliers, il fut surpris de l’absence de réponses de sa sœur qui s’empressait en général. Sa petite sœur chérie savait bien qu’on ne devait jamais le faire patienter trop longtemps. «  Solveig ! » Le ton n’étant plus tant interrogatif qu’impératif. Dire qu’il voulait prendre une petite pilule magique et un peu d’alcool et il se retrouvait à héler sa sœur comme s’il voulait vendre du poisson. La vie était réellement injuste. Au détour d’une allée, il tomba sur Mackenzie qu’il interpella.

« Mack, où es Solveig ? Elle ne me répond pas. J’ai une question à lui poser. » La jeune femme l’empêchait de passer bloquant le passage assez étroit de son corps. Le junkie ne savait pas si c’était volontaire ou non mais en l’absence de réponse, il comptait bien se digérer vers l’arrière de son fonds de commerce. « Tu n’as rien  constaté d’étrange ce soir ? » Si la situation avait dégénérée d’une manière ou d’une autre, la chimiste devait nécessairement le savoir. Ses bras se croisèrent avec un air autoritaire car il avait l’étrange impression qu’on était en train de le prendre pour un con sans savoir d’où ça lui venait.  Ce fut facile pour lui de se donner un air sévère car la moutarde commençait doucement à lui piquer les narines.

« Bon c’est pas grave oublie. Je vais aller à mon bureau. Je la chercherais après ». Alors, il commença à tenter de passer derrière elle pour rejoindre la pièce qui se trouvait un peu plus loin dans le couloir. « Si tu vois Solveig dis-lui de venir me voir. Et si tu pouvais te pousser pour que je passe aussi, ça serait sympa. »
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 973
↳ Points : 601
↳ Date d'inscription : 26/10/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Halsey.
↳ Age du Personnage : vingt-quatre ans.
↳ Métier : trafiquante et créatrice de nouvelles drogues et médiacements pour la Niflheim.
↳ Opinion Politique : sans opinion.
↳ Niveau de Compétences : niveau un.
↳ Playlist : PANIC! AT THE DISCO - emperor's new clothes⎜SMALLPOOLS - street fights⎜HALSEY - drive⎜THE SCORE - where do you run?⎜THE 1975 - love me⎜TWENTY ONE PILOTS - ride⎜DOROTHY - wicked ones⎜THE KOOKS - bad habit⎜PVRIS - you and I⎜BMTH - follow you
↳ Citation : « I'm falling, so I'm taking my time on my ride »
↳ Multicomptes : Vittoria K. Bathory & Nataliya Clarke
↳ Couleur RP : #E04848



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines. & endlesslove
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « It will be our secret » Mackenzie   Sam 19 Mar - 14:57




L’impatience entame doucement son ascension, de ses nerfs jusqu’à la cime de sa colonne vertébrale. Elle peut la sentir grignoter les petites parcelles de son organismes encore un tant soit peu inertes. Ronger ce qui lui reste de sang froid, réduire à néant les pitoyables résidus de calme qu’elle s’efforce de maintenir en place. En vain. Elle aimerait pouvoir s’échapper, fuir cette situation qui ne lui plaît guère. Ne se sentant désormais que très peu concernée par le bien-être ou la survie d’une jeune femme qu’elle ne connaît que très peu - pour ne pas dire pas du tout - et qui, visiblement, accorde aussi peu d’importance aux recommandations qu’on peut lui donner. La seule chose qui la retient de se détourner du problème, de claquer la porte derrière elle, c’est la présence de Solveig, qu’elle ne se voit pas abandonner en pleine situation de crise. Briser le lien de confiance qui s’est établit entre les deux mafieuses lui est impossible, tout comme la relation de subordination qui lui permet encore aujourd’hui de vivre. Survivre. Elle secoue la tête, concentrée mais à peine inquiète. Elle attend la réponse de la brune qui semble réfléchir à la meilleure solution, la meilleure chose à faire. Le casse-tête se prolonge, s’intensifie à mesure que le temps leur échappe, se dérobe entre leurs doigts comme de la fumée qu’on essaie d’attraper. La suggestion qui se dessine finalement lui paraît assez juste et le ton autoritaire et assuré employé par Solveig achève de la convaincre. Elle hoche la tête, machinalement, approuve la décision de sa supérieure qui s’affaire déjà à déplacer la danseuse inerte.

La requête lui paraît être plus que nécessaire. Une évidence qu’elle aurait presque occultée. Involontairement, cependant. Alors que quelques secondes plus tôt, c’était elle qui donnait ce conseil à la suédoise. Les regards se croisent. Muette, l’australienne se contente d’un sourire rassurant. Un rictus qu’elle aurait aimé plus convaincant mais qu’elle ne parvient pas à étendre suffisamment pour le rendre bien réel. Elle ne tarde pas à se détourner de la patronne et de l’insolente, un air soucieux ancré sur ses traits déjà fatigués. Un dernier coup d’œil sur l’horloge dont les aiguilles ne cessent de tourner et déjà, elle franchit la porte en direction du couloir, une fois de plus. Le cliquetis de la poignée se fait entendre, un soupire échappe à ses lippes, manifeste un certain soulagement à trouver l’endroit vide. Les prunelles noisettes parcourent tout ce qu’elles peuvent voir, s’attardent sur les détails. Rien qui ne devrait pas se trouver là ne lui parvient. Pas un son. Pas un bruit. Et puis une voix. Des hurlements qui lui arrivent de loin, atteignent son ouïe fragile et frappent ses tympans comme on frappe du poing sur la table. Un prénom se distingue finalement, celui de la femme qu’elle vient de quitter. Celui de celle qu’Il ne doit pas voir. Ne doit pas croiser. Ce timbre, elle le reconnaît avant même de voir le visage qu’on lui associe. Son retour était inévitable bien qu’elle l’aurait souhaité plus tardif. Le palpitant dans sa cage thoracique s’agite. Elle s’avance, esquisse l’ébauche de quelques pas dans l’allée, s’éloigne le plus possible du bureau qu’elle vient de quitter. Ne pas éveiller les soupçons devient sa priorité. Elle tente de revêtir ce masque d’impartialité qu’elle à pour habitude de porter, n’est pas certaine de sa capacité à convaincre. Pourtant, elle le devra. La direction s’impose d’elle-même et très vite, les chemins se croisent. Isak l’interpelle, elle n’aura pas à le faire. La chimiste se plante au milieu du couloir, imposant sa carrure ridicule entre son patron et les problèmes.

« - Aucune idée. j’étais occupée toute la journée, je l’ai pas vue » La réplique lui vient sans réfléchir. La partie facile prend fin, s’achève trop vite à son goût. Elle peut sentir l’irritation transpirer par tous les pores de la peau du mafieux. Les conditions n’auraient pu être plus exécrables. « - Rien de plus étrange que d’habitude, en tout cas » Elle se balance sur ses jambes, parcoure la gauche et se retire vers la droite. Le regard planté dans celui du ténébreux enragé, bien insignifiante face à cet homme contre qui elle ne peut rien. Tout ce qu’elle peut essayer de faire pour éviter une confrontation houleuse à Solveig, c’est de gagner du temps. Mais tout semble se dérouler plus vite qu’elle ne ressent les choses. Jusqu’à lui donner des vertiges. Elle n’a pourtant rien ingéré de la soirée ; mais le flot de questions et de solutions potentielles qu’elle doit réfréner dans son esprit tourmenté n’a de cesse de lui faire perdre l’équilibre. Il force le passage, perd patience face à elle alors qu’elle reste plantée sur ses deux jambes, l’air assuré, ne laissant rien paraître. « - Je lui dirais si je la croise. Puisque t’es là, tu veux pas passer dans mon labo ? Je travaille sur différents dosages pour cette nouvelles substance et j’aimerais ton avis » Garder Son attention centrée sur elle, Le forcer à l’écouter. Elle s’efforce de paraître naturelle mais la tâche se révèle plus compliquée face à un homme qu’elle respecte autant qu’elle redoute. Les prunelles se détachent de celles du ténébreux. Promènent leur aura sur la silhouette, se posent sur les phalanges meurtries. « - J’aurais pas aimé être le mec en face. Qu’est-ce qui s’est passé cette fois ? » La question comme diversion. Mais l’intérêt, lui, n’est pas feint. Une certaine curiosité qu’elle adore assouvir de quelque manière que ce soit. L’occasion lui est donnée par son patron lui-même, une opportunité qu’elle ne laisse pas passer. Le front plissé, elle examine la plaie légère de loin. Proposerait bien des soins mais comprend rapidement qu’ils lui seraient jetés au visage sans plus de ménagement. Elle va devoir trouver autre chose.

_________________
    All we do is drive ◇ My hands wrapped around the stick shift swerving on the 405, I can never keep my eyes, Off this. My neck, the feeling of your soft lips. Illuminated in the light, bouncing off the exit signs I missed. It's so simple but we can't stay. Overanalyze again, would it really kill you if we kissed?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3058-mack-we-have-all

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « It will be our secret » Mackenzie   Mer 23 Mar - 9:20

It will be our secret

Mackenzie & Solveig

Ce qui devait être une soirée «je paie mon employée puis je tente de rentrer le plus vite possible » c’était vite transformé en « je ne sais pas comment me sortir de cet enfer » pour Solveig qui commençait à douter. Douter du fait qu’elle s’en sorte aussi facilement sans qu’il y ait plus d’ennuis que ça. Pourtant la jeune femme n’avait pas le choix. Elle se disait qu’elle avait le chic pour se retrouver dans les pires situations et ce bien malgré elle. Pour l’instant, la danseuse était restée complètement inerte. Si Solveig n’avait pas cédé à la panique, on sentait bien que l’agacement la gagnait. Ce fut d’ailleurs cette même impatience qui la poussa à prendre les devants. Mackenzie n’avait rien dit. Elle avait accordé un sourire à la mafieuse qui lui avait d’ailleurs rendu. Dans un sens Solveig était soulagée d’avoir été avec elle à ce moment précis. Elle n’était pas certaine que le sentiment était partagé en revanche. Pourtant cela n’avait pas empêché la chimiste de partir en éclaireur comme sa patronne lui avait demandé. Solveig resta donc là, plantée à côté du corps inerte de Liberty. La suèdoise ne le regardait même plus. Si elle avait été son frère, pour sûr, dans un excès de rage elle lui aurait asséné un coup de pied histoire qu’elle se réveille. Mais Solveig n’était pas Isak, Solveig était douce et rongée par la culpabilité.

La brune dans le bureau commença à se demander pourquoi est-ce Mackenzie ne revenait pas. Après tout elle avait juste demandé à ce qu’elle vérifie que la voie soit libre. Les sourcils de la suèdoise se froncèrent légèrement. Etait-elle tombée sur un employé curieux ou bien même un client égaré ? L’instinct animal de Solveig lui criait pourtant tout autre chose. Son instinct lui disait que son sorcier de frère n’était pas loin. Mordant sa lèvre inférieure, la brune se dit que si elle voyait juste, Isak ne tarderait pas à remuer ciel et terre pour lui mettre la main dessus. Il fallait qu’elle se calme autrement ce n’était pas une jeune femme qui sortirait de ce bureau mais bel et bien un panda roux épris de panique. Serrant les poings, Solveig se dit qu’elle devait agir. Dans un mouvement rapide elle traîna Liberty un peu plus loin et sortit du bureau qu’elle ferma à clef. Il ne lui fut pas difficile d’entendre la voix de Mackenzie. Malgré les basses de la musique lointaine. Sa nature de Skinchanger l’aidait dans ces moments là. Solveig prit un air détendu et activa le pas histoire d’aller les rejoindre.

A l’angle d’un couloir, la suèdoise aperçut Mackenzie de dos. En relevant les yeux elle tomba dans le regard de son frère. Il semblait irrité. Pour changer. Elle espérait qu’il parviendrait à se détendre en constatant que sa sœur était là et qu’elle allait bien. Pour feindre la nonchalance, Solveig s’avança en souriant. Elle n’entendit pas ce que Mackenzie dit à Isak. Elle préparait ce qu’elle allait dire. Une chose qui éloignerait temporairement Isak du bureau. « Ah vous tombez bien. Isak, Mackenzie m’a dit hier qu’elle voulait nous montrer quelque chose dans son labo. T’aurais un peu de temps ? » la voix semblait parfaitement détendue. Pourtant Solveig appréhendait la réponse de son frère. Elle savait que s’il n’avait aucune envie d’aller voir la chose en question, elle ne pourrait pas l’y forcer. Alors elle poursuivit « Comme ça tu pourrais peut-être faire le plein. » Solveig haussa les épaules, l’air de rien. Pourtant sa remarque était loin d’être anodine et avait pour but de susciter l’addiction de son grand frère. C’était là tout le paradoxe de Solveig. Elle pouvait être douce et innocente comme elle pouvait, elle aussi, révéler un côté manipulateur lorsque la situation l’exigeait. La suèdoise s’était postée à côté  de Mackenzie histoire de servir de deuxième rempart vers le chemin du bureau.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « It will be our secret » Mackenzie   Ven 15 Avr - 20:15


Isak regardait Mackenzie et  il grondait intérieurement. Non pas parce que la jeune femme était horrible à regarde rmais plus parce que son instinct lui disait que quelque chose n’allait et pourtant tout semblait aller plus ou moins bien. La situation le déstabilisait car si l’homme n’aimait pas que ses intuitions soient fausses, il aurait détesté que celle-ci soit vraie. Pourtant, il désirait avoir raison.  Ses yeux se penchèrent dans les yeux alors qu’il répondait froidement à la question qu’on lui posait.  « Disons qu’on a eu des divergences d’opinion mais je pense que nous avons réussi à mettre nos problèmes de côté et à discuter sereinement. » Ses doigts passèrent sur ses phalanges. Il allait avoir besoin de se laver les mains et de désinfecter tout ça mais il ne doutait pas que Solveig se dévouerait à la tâche comme la gentille petite sœur qu’elle était. « Je passerais pas ton laboratoire dès que j’aurais trouvé Solveig. » Le brun n’aimait pas du tout revenir sans avoir aperçu au moins une fois sa jeune et jolie  sœur. Quelque chose de mal pouvait lui être arrivé, il voulait au moins vérifier que son pressentiment ne la concernait pas elle. Si quelque chose lui arrivait, le dealer ne s’en remettrait jamais.

Voilà que le ciel avait décidé d’être clément car comme par hasard la voilà qui arrivait enfin dans son champs de vision. « Sol’ tu as perdu ta langue pour ne pas répondre quand on t’appelle ? » Tu aurais pu être morte dans un fossé que je ne l’aurais pas su. Evidemment, l’homme n’allait pas dire tout cela à voix haute. Il détestait s’exposer, encore plus face à une femme qui ne faisait pas partie de son cercle restreinte. Non pas qu’il n’appréciait pas Mackenzie pour les services rendus et la loyauté mais plutôt que son cercle se constituait uniquement de Solveig et de lui-même. Plus de gens aurait été contre-productif et même dangereux.  Son mauvais caractère reprit pourtant bien vite le pas alors qu’il s’emportait sans aucune véritable raison. Toutefois, pour sa défense, il avait un peu l’impression d’être dans ce couloir depuis des lustres. Le sorcier n’aimait pas rester en transit entre deux points. « Mais qu’est-ce que vous avez toutes les deux avec ce laboratoire ? J’irais tout à l’heure à la fin ! Pour l’instant, je voudrais aller dans mon bureau ! » Si le  junkie n’avait pas été aussi versatile et entêté, il se serait laisser aller à suivre Mackenzie dans son laboratoire mais prendre une de ses drogues expérimentales ne lui plaisaient pas. Il préférait que le truc ait été testé auparavant histoire de pas y rester pour une malheureuse dose. De plus, étant gourmet dans l’âme, le brun avait une idée très précise de la substance qu’il voulait consommer à cet instant et rien ne pourrait le détourner de cet opium de Chine même s’il ne pouvait plus fumer dans sa pipe habituelle celle-ci ayant mystérieusement disparu depuis la venue de Mikkel chez eux. « J’ai un truc à aller chercher. » Inconsciemment et peut être même consciemment, Isak savait que personne n’était dupe quant à la nature de ce qui l’intriguait dans son bureau mais plutôt doué pour le déni, il avait pris à faire comme si tout le monde était aussi  aveugle que lui face à sa dépendance. Ses sourcils se froncèrent alors qu’il se rappelait qu’une des filles étaient manquantes. Impossible de se rappeler son nom pour le moment. Cela reviendrait ou pas. L’homme avait l’habitude que les informations aillent et viennent dans son esprit. Sa mémoire n’avait cessé de se dégrader avec les années et la consommation. A cela aussi, l’homme était tant sourd qu’aveugle.

« Devait pas y’avoir une danseuse à chaque barre ce soir ? Elle est où la pute de la barre n°4 ? » Ses mots n’avaient qu’un sens limité car lui-même ne savait pas ce qui avait bien pu arriver mais toujours était-il qu’une fois qu’il aurait la réponse, il se dirigerait vers le couloir d’où provenait Solveig. Sa confusion mentale ne l’empêchait pas en temps normal d’être lucide sur certains points. Les nombres curieusement parvenaient à se fixer dans son esprit le plus facilement. Un nombre c’était simple et pas sujet à interprétation. Les comptes qu’on lui donnait en ce qui concernait la gestion de l’organisation criminelle étaient clairs comme de l’eau de roche. « Solveig ? Répond à la question s’il te plaît. » La confusion laissait progressivement place à l’inquisition. Le gérant n’appréciait pas du tout qu’on se permette de lui suggérer quoi faire quand lui ordonnait à tous ceux qu’ils croisaient. Ses yeux se teintèrent d’argent montrant la fermeté et la dureté de cette âme qu’on avait souillé et piétiné au fil des années.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 973
↳ Points : 601
↳ Date d'inscription : 26/10/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Halsey.
↳ Age du Personnage : vingt-quatre ans.
↳ Métier : trafiquante et créatrice de nouvelles drogues et médiacements pour la Niflheim.
↳ Opinion Politique : sans opinion.
↳ Niveau de Compétences : niveau un.
↳ Playlist : PANIC! AT THE DISCO - emperor's new clothes⎜SMALLPOOLS - street fights⎜HALSEY - drive⎜THE SCORE - where do you run?⎜THE 1975 - love me⎜TWENTY ONE PILOTS - ride⎜DOROTHY - wicked ones⎜THE KOOKS - bad habit⎜PVRIS - you and I⎜BMTH - follow you
↳ Citation : « I'm falling, so I'm taking my time on my ride »
↳ Multicomptes : Vittoria K. Bathory & Nataliya Clarke
↳ Couleur RP : #E04848



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines. & endlesslove
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « It will be our secret » Mackenzie   Mar 17 Mai - 14:48




Elle frissonne tant la froideur de son patron face à elle la transperce. Le sang chaud de l’australienne se fane peu à peu, ne parvient pas à garder consistance au creux de ses veines, de son organisme meurtri. Les yeux se croisent, les regards s’échangent et résistent l’un à l’autre. Elle peine à maintenir cet air assuré qu’elle s’est planté sur le visage, mais se force pourtant à ne pas se laisser aller, pour le bien d’un secret qui menace à chaque seconde d’être dévoilé. Mentir à son patron l’exècre mais l’alternative qui s’offre à elle ne lui plaît pas du tout. Elle se contente alors d’acquiescer quand il remet leur entrevue à plus tard, ne sachant pas vraiment quoi ajouter pour l convaincre, sachant pertinemment qu’elle n’y parviendra pas. Des efforts, voués à rester vains, qu’elle ne prend pas la peine de mettre en action. Elle connaît bien l’entêtement d’Isak, surtout quand il s’agit de Solveig. S’il a décidé qu’il voulait la voir avant d’entreprendre quoi que ce soit d’autre, il n’abandonnera pas avant d’avoir atteint son but, avant d’avoir aperçu le visage de sa petite sœur. Elle ne comprend pas très bien cette acharnement, aurait aimé qu’il en soit autrement. La dealeuse n’insiste donc pas, laisse tomber les arguments inexistants qu’elle s’était préparée à déballer.

Le soulagement qui la gagne toute entière au moment où Solveig apparaît à ses côtés, elle ne peut le nier. Un long souffle lui échappe, franchit la barrière de ses lèvres sans qu’elle ne puisse le contrôler. Elle jette un œil vers la suédoise qui semble faussement détendue. Un sourire vient fendiller ses traits quand le constat s’achève et que les conclusions se tirent. La brune est dans le même état qu’elle. Peut être même pire. Le retour d’Isak ne présage rien de bon, pour elles deux. Et tout autour menace de s’écrouler. L’impatience se fait flagrante chez le mafieux, il transpire l’agacement par tous les pores de sa peau diaphane. Un rire crispé échappe à la dealeuse, un éclat de voix à peine perceptible qu’elle ne peut retenir tant le ridicule de la situation lui saute à la figure. Elle ne bouge pourtant pas, se tient volontairement au milieu du couloir, comme le dernier rempart entre Isak et la catastrophe. Un mur instable, qu’elle forme avec sa patronne, sa complice. Elle se sent finalement dévier, incapable de tenir plus longtemps. La pression qu’il exerce sur ses épaules sans même s’en rendre compte la met plus que mal à l’aise. Elle, qui a mené son monde à la baguette des années plus tôt, conduisant son beau-père à la prison alors qu’il était innocent, se trouve désormais bien incapable de mensonge. L’ironie lui fait plisser le front. Elle en est devenue pathétique. Elle tressaille face à l’éclat de colère que la mafieux laisse échapper, supportant mal quand les nerfs s’échauffent. Surtout quand elle se trouve elle-même au beau milieu d’une querelle familiale. Elle ne se sent pas à sa place entre le frère et la sœur. Prise entre deux feux, elle ne sait plus très bien ce qu’elle est censée dire ou ne pas dire. Faire ou ne pas faire. Comme prisonnière d’une cage sans barreaux lui offrant deux portes de sortie. Chacune avec leurs conséquences et leurs déceptions. Le regard dans le vide, elle n’arrive pas à réfléchir. Tout se mélange et s’entrechoque. Elle ne parvient même plus à suivre le fil de cette conversation qui n’a pas vraiment lieu. Une négociation à sens unique.

La question l’interpelle. À plusieurs niveaux. Elle secoue la tête. Reprend ses esprits et réorganise ce qui lui reste de raison. Les prunelles noisettes se redressent et se plongent de nouveau dans celles du suédois. Elle croise les bras, souffle un instant avant de prendre un grande inspiration. « - La pute de la barre numéro quatre s’appelle Liberty » La voix se pose sans qu’elle ne s’en rende vraiment compte. Le dédain dont il fait preuve envers ses employées l’agace, l’irrite. Comme l’intuition du mensonge qu’il pouvait avoir grignotait ses nerfs quelques secondes auparavant. Un retournement de situation qu’elle déplore. Sans pouvoir reprendre le dessus. Sans pouvoir le résorber. La condescendance est une chose qu’elle ne supporte pas, pour en être la victime à de nombreuses occasions. Le témoignage d’un certain dégoût qu’elle ne veut pas accepter, qu’elle ne peut pas concéder. Même s’il s’agit de son supérieur hiérarchique. Un regard doucereux lancé vers Solveig. Les yeux s’égarent dans ceux de la suédoise en quête d’une réponse qui tarde à se montrer. Un silence qui s’impose, les secondes s’étirent, lui paraissent des heures. Une éternité sans qu’un mot ne vienne s’interposer. Sans que l’ombre d’une explication valable ne lui vienne à l’esprit. « -  Elle est peut-être sortie prendre l’air. Partie fumer » Le timbre féminin comble le vide qui s’était imposé entre eux. Les épaules se haussent et s’abaissent, accompagnées par un nouveau soupire qu’elle juge approprié. Le mal être qui l’habite se fait de plus en plus envahissante. De pire en pire. Jusqu’à devenir ingérable. Elle n’est pas en état de supporter ça. Refuse de devoir le supporter. « - Je vais aller faire un tour dehors. Si je la vois dans le quartier je lui dirais de se ramener » L’air convaincu qu’elle arbore n’est que tromperie. Un masque bien mal assorti à son teint de porcelaine. Sans plus s’attarder, elle esquisse quelques pas sur le côté, s’échappe de ce traquenard qui ne lui convient guère. Alors que l’australienne s’éloigne des deux Eriksson, elle adresse un dernier regard à Solveig par dessus son épaule. Regrettant presque ses agissements, elle aurait aimé pouvoir lui venir en aide, la sortir de cette impasse et limiter les dégâts qu’elles ont causé sans le vouloir. C’est peine perdue désormais. Elle préfère la fuite, espère que la patronne ne lui en voudra pas trop. Les talons claquent dans les escaliers qui la ramène au rez-de-chaussée. Elle se dérobe à ce qu’elle ne conçoit pas, à ce qu’elle ne veut pas voir. Privilégiant bien malgré elle, ses intérêts personnels.

_________________
    All we do is drive ◇ My hands wrapped around the stick shift swerving on the 405, I can never keep my eyes, Off this. My neck, the feeling of your soft lips. Illuminated in the light, bouncing off the exit signs I missed. It's so simple but we can't stay. Overanalyze again, would it really kill you if we kissed?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3058-mack-we-have-all
 

« It will be our secret » Mackenzie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Secret Story Rpg (toutes les saisons)
» (f) - MACKENZIE FOY - Par ce que je me vois en toi !
» Forum de soutien de Coralie ( Secret Story 4 )
» SECRET HOUSE ™
» Rêve ta vie en couleur, c'est le secret du bonheur...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-