AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All our Sins ▬ Rachael.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 370
↳ Points : 1037
↳ Date d'inscription : 25/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins & Garret Ferguson
↳ Couleur RP : #cc9966



Feuille de perso
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; ASTRA & Mollie King.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: All our Sins ▬ Rachael.   Jeu 28 Jan - 2:12



all our sins

 
Move in for the kill


Le temps est infiniment long. Je regarde l'appartement vide et soupire. À mes pieds il n'y a que du bordel. Comme si j'espérais encore entendre la voix de Vixen retentir pour me dire de tout ranger. Une semaine. Une longue semaine remplie d'espoir et de peine. Je sais pertinemment qu'elle ne reviendra pas. La note qu'elle a laissé le dit. Elle est partie avec l'autre con, elle m'a abandonné. Pourquoi ? Suis-je si monstrueux que ça ? Elle dit que je n'ai rien fait, que je ne peux pour autant pas comprendre. Elle dit des tas de choses dans ce mot quasi illisible qui est froissé non loin. Je soupire. Ma montre observe son cliquetis régulier et me dérange dans mon silence. Elle me dérange dans mon désespoir.

Laissez moi seul. Je jette violemment la table basse que je renverse pour la centième fois cette semaine avant de fondre en larmes. C'est impossible. Tout ça n'est qu'un mauvais rêve. Je me calme enfin et regarde l'heure, cette fois sérieusement. Je suis sensé partir à l'entraînement. Avoir une vie normale et maintenir mes rendez-vous. Rachael m'attend, et me défouler ne me ferait pas de mal. Je tente de me convaincre seul, encore et toujours. Le nombre de bouteilles vides et de mégots dans la pièce me forcent à me lever. Si tu veux continuer à boire comme un trou, il faudra de toutes façons acheter une autre bouteille. C'est une motivation comme une autre. Mon sac est prêt, mes lunettes sur le nez. Je les remonte, une fois, deux fois. Je referme la porte derrière moi, sur tous mes maux, tous mes souvenirs. Comme si un simple claquement allait suffire. Peu importe.

Le chemin est long et je marche comme un fantôme. Voilà une semaine que je ne me suis pas changé. Tout ce qui a un rapport avec ma forme animale me rappelle trop Vixen. Le peu de blessures que j'ai eue, je les ai laissées se soigner sans m'en préoccuper. Elles auraient pu ne pas guérir que je ne m'en serai pas inquiété. Je n'ai plus le goût de vivre. Plus même le goût de me battre. J'aurais aimé comprendre, mais il ne me reste rien qu'un mot froissé que j'ai relu sans jamais comprendre. Je passe la porte de la salle et offre un signe de tête en guise de bonjour avant de me diriger dans les vestiaires. Je suis en retard. Je soupire, encore. Je me change plutôt rapidement et rejoins Rachael qui m'attend avec un sourire en demi-teinte, ce qui est plus que n'importe quelle expression faciale que j'ai pu offrir à un autre être humain cette semaine.

Face à elle, je me frotte les cheveux, les ébouriffant un peu plus et passant ma main sur mon nez, je réalise que j'ai oublié d'enlever mes lunettes. D'un geste simple je les pose à côté de nous, sur un banc, avec ma serviette avant de finalement ouvrir la bouche, laissant une voix cassée et déformée sortir. Je n'ai pas dit un mot depuis sept jours. Les seuls sons sortant de ma bouche n'étant que des cris. « Désolé pour le retard Rach'. » Je baisse le regard, au bord des larmes. Au bord de tout, sur un fil qui a déjà cédé et auquel je me raccroche sans réellement savoir pourquoi. Voulant autant que possible lui éviter mon état actuel et donc une conversation, j'attrape des gants pour qu'elle puisse taper la première et les enfilant, sans jamais la regarder j'ajoute. « Tu commences, ça te va ? Ladies first. » Je me racle la gorge et me place correctement face à elle les paumes en avant tout en évitant son regard.

Les bruits alentours me stressent. Le problème avec l'anxiété c'est qu'elle trouve son bonheur dans la solitude. Et elle s'était vraiment bien installée cette semaine, parlant tranquillement avec ma bouteille. Rageant à sa guise quand elle avait décidé. Mais pas maintenant, trop de bruit. Le bruit des coups, des respirations maîtrisées. Le bruit des rires, des paroles éloignées. Le bruit de la vie qui continue alors que tu ne fais plus partie de la mienne. Le bruit du bonheur alors que je ne connaitrais plus jamais ce mot. Secouant la tête pour me remettre les idées en place je finis par placer mon regard dans celui de la blonde. À défaut de ne pas pouvoir éviter le monde, je peux peut-être l'oublier. Si Rachael est ma partenaire ce n'est pas pour rien. On s'est retrouvé l'un l'autre dans notre violence, dans ce sentiment que les coups nous procurent, dans le bien que cet effort nous apporte. Et alors que je réalise qu'elle ne peut pas avoir vu que ça n'allait pas, je choisis de devancer les choses, pour éviter une confrontation que je suis incapable de gérer.

« Désolé j'suis un peu crevé. Mais vas-y, te retiens pas. » Mon sourire se forme autant que faire se peut et tire mes traits aussi douloureusement qu'une balle dans la poitrine. Je suis sensé prétendre que tout va bien, et si ma vie n'est remplie que de moments du genre, je n'ai jamais autant eu mal. Et cette blessure, ma condition animale est incapable de la guérir, alors, qui le fera ?

_________________
why do i keep coming back to you ?
Don't wanna be with nobody, just wanna make it with you. Caught up in all of my feelings, baby, why don't you feel like I do? And I wonder what you're thinking right now, no, I never can tell, and I wonder why we're doing this now.


Dernière édition par Axl N. Hartley le Mar 12 Avr - 8:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t4126-adrian-i-m-going

Invité
Invité






MessageSujet: Re: All our Sins ▬ Rachael.   Ven 29 Jan - 19:29




Axl & Rachael
featuring

Elle arrive un peu en avance, comme à chaque fois qu'elle finit ses journées de travail sans qu'un incident supplémentaire ne requière sa présence plus longtemps. Arrivée à la salle, elle salue rapidement les quelques habitués qu'elle commence à bien connaître à force de fréquenter l'endroit puis se prépare tranquillement, sans hâte. Son uniforme noir est resté dans sa voiture, elle a commis l'erreur la première fois de venir en le portant encore et les réactions des autres personnes lui ont rapidement fait comprendre que ce n'était pas une bonne idée : on ne s'attend jamais à ce que tout aille bien quand un shadowhunter se trouve à proximité. Bien sûr, elle se fiche bien de ce que peuvent penser les autres à son sujet, elle a l'habitude des regards coulés en douce et des messes basses lorsqu'elle est dans l'exercice de ses fonctions,, mais elle n'aime pas s'entraîner quand l'ambiance n'est pas sereine et détendue.

L'échauffement achevé, elle fait quelques exercices toute seule en attendant que son partenaire se pointe. Un bref coup d'œil jeté à sa montre lui apprend qu'il ne devrait pas tarder. Rachael attend toujours leurs rendez-vous avec une certaine impatience parce qu'Axl lui permet toujours de se déchaîner autant qu'elle le nécessite. c'est-à-dire, beaucoup. La plupart des autres partenaires qu'elle a eu ne parvenaient plus à suivre son rythme au bout d'un certain temps alors que lui, il a toujours gardé sa répartie depuis qu'ils ont commencé à s'affronter sur des bases régulières.
Pourtant, le temps passe et il n'arrive toujours pas.
Elle consulte une seconde fois le cadran à son poignet, s'étonne du retard peu usuel d'Axl et continue ses exercices pour ne pas se refroidir. Elle en finit même par se demander s'il compte venir ce soir, mais elle a tout juste le temps de s'interroger là-dessus que la porte s'ouvre et laisse entrer une nouvelle personne.

« Tant que ça devient pas une habitude », elle répond sur un ton mi-figue mi-raisin après qu'il l'ait rejointe et se soit excusé. « Tu morfleras juste deux fois plus pour compenser, ça t'apprendras peut-être à pas faire poireauter les gens comme ça la prochaine fois. » Cette fois le ton jouasse est évident, mais la femme s'aperçoit vite que sa plaisanterie s'est heurtée de plein fouet à un mur d'indifférence. Ses yeux toisent Axl et Rachael ne peut pas ne pas remarquer qu'il semble ne pas être au mieux de sa forme. Le simple fait qu'il n'a pas l'air fichu de croiser son regard dénonce le fait et l'intrigue quelque peu.
Mauvaise journée sans doute, conclut-elle sans rien lui demander. Tant qu'il est là face à elle, c'est qu'il est capable. Le reste, ce n'est pas ses affaires, elle ne sait rien de sa vie en dehors de leurs petits rendez-vous.

Saisissant l'invitation, la femme ne se laisse pas désirer pour lancer ses poings sur son adversaire. Rapidement néanmoins, elle s'interrompt alors qu'il s'excuse encore une fois. « Un peu crevé ? » Elle ravale son ironie et laisse retomber les bras le long de son corps pour reprendre, un peu plus sèche. « C'est un euphémisme ? T'es pas là, Axl. Si je me retiens pas tu vas rien arrêter du tout. » Sa langue claque contre son palais, un agacement léger fleure à la surface de sa peau. Comme à son habitude, elle est plus du genre à secouer les puces quand ça ne va pas plutôt que s'adoucir et faire montre de commisération. « Regarde-moi. Regarde-moi, putain ! Qu'est-ce que t'as à me fuir comme ça aujourd'hui. T'es pas concentré pour un rond. Des jours de merde on en a tous mais si tu te pointes ici sans être capable de passer outre c'est même pas la peine. J'préfère autant m'entraîner toute seule. Alors soit tu te fous un coup de pied au cul soit tu repars chez toi. »

 
Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 370
↳ Points : 1037
↳ Date d'inscription : 25/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins & Garret Ferguson
↳ Couleur RP : #cc9966



Feuille de perso
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; ASTRA & Mollie King.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: All our Sins ▬ Rachael.   Mar 2 Fév - 4:52



all our sins

 
Move in for the kill


Le regard vide et le cœur lourd. J'ai mal et je ne suis pas concentré. Cette sensation étrange que plus rien dans le monde n'a d'importance. C'est particulier de se dire ça, après tout, on a vécu l'apocalypse. Et aujourd'hui, j'aurais aimé y crever. J'ai eu beau devenir un monstre, tuer des gens à main nues. J'ai eu beau me battre à sang, pleurer, hurler. J'ai eu beau vouloir me tuer, ressentir toutes les émotions négatives envisageables ces dernières années. Jamais, oh non jamais, je n'avais eu si mal.

Le plus étrange dans tout ça, c'était que Rachael était une inconnue qui me connaissait mieux que la plupart des êtres de cette planète. Avec elle, je pouvais être moi, je pouvais être Axl, le vrai. Pas une moitié de quelque chose. Je n'étais pas tout un fait un monstre et pas tout à fait un humain. Non. J'étais juste moi. Et elle, elle m'acceptait comme ça. C'est dans doute pour cela que peu importe ce qui avait pu se passer dans ma vie. Peu importe la nuit qui avait précédé notre entraînement, que j'arrive roué de coups ou fatigué, jamais, je ne lui avais donné cette impression de vie. J'étais la rage même, la violence brute et pure, et elle m'avait toujours vu comme ça.

Quelque soit le temps, quelque soit le vent. Mais face à elle, en cet instant, je n'avais plus de rage. Je n'avais plus rien. Pas même de la peine. J'étais juste vide. Attendant que le temps passe. Elle relève ma phrase, claquant ses bras fins contre son corps alors que je sursaute légèrement surpris. N'osant toujours pas la regarder en face, je ne relève pas les yeux vers elle. Comme un gamin pris en faute, j'attends de me faire engueuler. Elle me met l'évidence en pleine figure, de la même brutalité avec laquelle on tape dans les gants de notre partenaire. Je ne suis pas là, non. Mais je ne suis nulle part ailleurs. Je ne sais plus, Rachael. Je ne sais pas. Je ne suis plus rien. Pas même une ombre, pas même une larme. Je n'y arrive juste pas. Et je ne sais pas quoi faire avec ça.

Et finalement, elle insiste et je cède. Mes pupilles bleues s'enfoncent dans les siennes, incertaines. Mes yeux s'emplissent de larmes qui ne coulent pas, floutant simplement ma vision alors que j'entends ses mots comme des coups. Et sa dernière phrase me heurte de plein fouet. Repartir chez moi ? Je n'ai plus de chez moi. Ces mots n'ont plus de sens et la réalité qu'ils amènent est bien trop dure à accepter. La regardant désormais plus clairement, je m'éclaircie la voix pour lui dire. « Attends une seconde. » Et j'enlève les gants pour aller boire et m'essuyer le visage avec une serviette. Repartir chez moi. Foutaises.

La rage remonte peu à peu. Elle m'a abandonné alors que j'ai tout abandonné pour elle. Elle m'a tout volé alors que je lui ai tout donné, même ma liberté. Et pour ça, je suis en droit de lui en vouloir. Parce que ma sœur a volé ma vie, elle a rendu ce qui est sensé être le lieu de réconfort, d'amour et de douceur un lieu de peine et de tristesse. Un culte de douleur. Elle n'avait pas le droit de me faire ça. Je n'ai rien fait pour mériter ça. Et surtout, surtout, elle n'a pas le droit de m'enlever mon échappatoire. Le seul qui me restait dans ma cage dorée. Alors non. Je refuse que Rachael se batte seule. Je refuse que la seule chose qui m'appartienne encore à moi, rien qu'à moi, disparaisse elle aussi.

Je me retourne, la serviette autour du cou. Je la regarde et lui offre le meilleur sourire que je peux. Rachael est franche, elle l'a toujours été, depuis le premier instant. Mais elle est aussi la seule qui a réussi à me faire me sentir vivant depuis que ma vie a tourné au désastre. Et quand j'y pense, elle est la seule depuis toujours qui m'a fait me sentir moi, et pour ça, je peux lui offrir ma colère. Lui offrir qui je suis. Parce que la blonde, combattante et prête qui m'attend à deux pas, ne mérite pas d'un partenaire lamentable. Elle mérite bien mieux que ça. Elle mérite aussi mieux que moi.

Je craque mon cou et étire un peu mes bras face à elle avant d'enfiler à nouveau les gants et de me mettre en position correctement. Mon visage reste triste, fatigué, mais mes yeux montrent de la volonté. Celle de croire qu'il reste une part de moi qui n'est pas morte avec tout ça. Alors je dis, cette fois-ci plus assuré. « T'as raison. T'as pas à subir ça. Mais je te préviens, quand ce sera mon tour, t'as intérêt à retenir correctement. » Je me serai même risqué à un rictus taquin pour souligner le correctement, alors qu'elle comme moi n'avions jamais eu de partenaire capable de retenir nos coups, mais toute mon énergie était pour ma volonté, pour me battre. Pour ne pas perdre ce combat, pas ce soir. Il était hors de question, que je perde la dernière parcelle de moi, pas comme ça.

« Bon alors, t'attends le dégèle ? Parce qu'avec le monde dans lequel on vit, tu risques d'attendre longtemps. Allez, frappe. » Je lève doucement les mains vers elle, réellement convaincu de ce que je dis, trouvant une force dans la vérité des yeux de ma partenaire. Trouvant la force de résister dans les yeux de quelqu'un que je n'attendais pas. Et à cette idée, un léger sourire teinta mon visage, j'avais vraiment bien fait de venir ce soir. Mon cœur ne guérirait peut-être jamais, mais je revoyais l'espoir d'avancer se dessiner au loin, dans le fond des pupilles brunes de celle qui rendait l'expression "se battre comme une fille" le plus beau des compliments.

_________________
why do i keep coming back to you ?
Don't wanna be with nobody, just wanna make it with you. Caught up in all of my feelings, baby, why don't you feel like I do? And I wonder what you're thinking right now, no, I never can tell, and I wonder why we're doing this now.


Dernière édition par Axl N. Hartley le Mar 12 Avr - 8:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t4126-adrian-i-m-going

Invité
Invité






MessageSujet: Re: All our Sins ▬ Rachael.   Mer 3 Fév - 22:04




Axl & Rachael
featuring

Ses mots envoyés comme autant de coups de poings verbaux, Rachael se tient droite et décidée face à Axl, espérant bien avoir réussi à lui secouer les puces ne serait-ce qu'un peu. Quand finalement les yeux bleus se plantent dans les siens, elle sait qu'elle a réussi à atteindre quelque chose. Ce à quoi elle ne s'attends pas, néanmoins, c'est de les voir se brouiller de larmes. Prise au dépourvu, une impression fugace d'inquiétude passe sur son visage, qu'elle balaye très vite de ses traits pour ne pas risquer qu'il s'en aperçoive. Après ce qu'elle vient de lui rétorquer, montrer un quelconque ramollissement dans son comportement ne serait pas une idée particulièrement lumineuse.
Alors elle attend, comme il le lui a demandé, et n'ajoute plus rien pour un temps. Lorsqu'il se tourne de nouveau vers elle, elle est satisfaite de ce qu'elle lit dans son regard. Accueillant avec plaisir le retour de la répartie de son partenaire, elle réplique dans la foulée : « A qui tu crois parler ? » Un sourire retrousse ses lèvres suite à la provocation de son compagnon. Et sans crier gare, le corps se détend brusquement comme un félin qui bondit sur sa proie, elle lance toute sa force dans ses frappes sans se cacher derrière une montée en puissance progressive : dès le premier coup, la milicienne est au maximum. Le revirement subit de l'attitude d'Axl lui inspire la confiance, cette fois, qu'il est suffisamment alerte et attentif à ce qui arrive en face de lui. S'il ne l'est pas, il s'en mordra les doigts. Douloureusement.

Les coups s'enchaînent, la violence libérée de ses chaînes éclate dans une bulle de sécurité relative. La colère muette, toutes les contrariétés de ces derniers jours se voient expulsées, expédiées vers son partenaire dans une force brute. Autour d'eux, comme à chaque fois, l'espace se dégage et quelques personnes suivent d'un œil intéressé l'entraînement débridé. Un comportement qui, si Rachael se fait fort de l'ignorer, a pour résultat d'agacer l'arrière-fond de ses pensées parasites. Il serait peut-être de bon aloi de songer à préciser à ces observateurs qu'ils ne sont guère des bêtes de foire ?
Au bout d'un certain temps, elle marque une pause pour laisser à sa respiration le temps de retomber. Repoussant d'une main les quelques mèches rebelles qui se sont échappée de sa queue de cheval serrée, elle attrape de l'autre sa bouteille d'eau et s'en envoie quelques giclées au fond du gosier.
« Tu vois, c'est quand même mieux quand t'es pas occupé à larmoyer comme une gonzesse après une rupture difficile », elle laisse tomber tout en rebouchant le récipient en plastique qu'elle repose ensuite sur le banc. Ses yeux reviennent chercher ceux d'Axl et elle le dévisage un moment sans rien ajouter. Non, signifie son expression, ce qui s'est passé tout à l'heure, aussi bref en fut l'épisode, n'a pas été rayé de sa mémoire. Et non, elle n'hésitera pas à l'utiliser comme arme contre lui, aujourd'hui comme une prochaine fois. Il n'avait qu'à pas se présenter à elle de la sorte.
Cependant, il faut aussi comprendre ceci : Rachael, par ces quelques mots, lui laisse le choix de vider son sac une bonne fois pour toutes. Pour ne pas risquer de le retrouver comme ça à leur rendez-vous suivant, ou bien devra-t-il, à ce moment-là, assumer qu'elle se serve sans vergogne de ce bref instant de faiblesse pour le pousser au train.
Elle ne demandera pas, ne posera pas la moindre question. Mais s'il lui faut simplement prêter une oreille, alors elle peut le faire.

Dérivant de son vis-à-vis vers les quelques autres personnes présentes dans la salle, une moue vaguement contrariée s'inscrit sur son visage. « Il faudrait qu'on se trouve un coin plus tranquille la prochaine fois. On croirait qu'ils n'ont jamais vu comment se passe un véritable entraînement. Ça m'énerve, je vais finir par en coller une au prochain que je capte à nous dévisager comme s'il s'agissait d'un spectacle. Au moins il aura payé son ticket. » Rien qu'à la voir dans son attitude offensive, on imagine sans la moindre peine qu'elle est parfaitement capable de faire ce qu'elle avance. Rachael laisse échapper quelques éclats d'un rire moqueur, rapidement ravalé tandis qu'elle continue : « Tu pourrais venir chez moi la prochaine fois, y a la place pour ça autour de la bicoque. » Tout en continuant de discuter, elle attrape ses protections et entreprend de les mettre en place. « Ton tour » déclare-t-elle une fois prête.

 
Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 370
↳ Points : 1037
↳ Date d'inscription : 25/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins & Garret Ferguson
↳ Couleur RP : #cc9966



Feuille de perso
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; ASTRA & Mollie King.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: All our Sins ▬ Rachael.   Ven 12 Fév - 3:01



all our sins

 
Move in for the kill


La répartie de la blonde est quasi instantanée et me décoche un sourire que même le poids de mon chagrin ne peut abîmer. Il ne lui faut pas plus de temps pour enchaîner les mouvements et les coups. Durs, violents et élégants. Ma respiration se cale sur ses coups et mon esprit se vide enfin. Dans ma tête, il n'y a que le bruit de ses poings sur les gants qui résonne et mon cœur qui bat. Il bat. Et pour le moment, je vais devoir me contenter de ça. Tous les deux silencieux, entourés par notre violence et notre rage respective, nous nous enfermons dans une bulle. Mes mâchoires se serrent alors que la violence des coups se ressent jusque dans mes épaules et mes iris bleus se fixent dans les siennes afin d'admirer sa force brute.

Elle est la seule personne en ce monde que je connaisse ayant ce regard et l'usant à bon escient. C'est bien pour cela que je n'allais pas tout gâcher. Bien pour cela que je ne pouvais pas me permettre de faire un pas de travers et perdre la seule personne qui faisait en sorte que même la partie la plus dure de moi semble humaine. Alors je me concentrai sur ses gestes, ses coups, son visage à la fois détendu et en colère. Le temps dans ces moments là, semblait infini. Peut-être parce que c'était bon de se retrouver là, à se concentrer uniquement sur ce qui ne soulage. Que même si ses coups me heurtaient violemment à cause de ma faiblesse physique de ces derniers jours, je me sentais bien. Il était préférable d'avoir mal physiquement que mentalement. Et elle savait comment frapper. Elle le savait mieux que personne. Finalement, lorsque ma partenaire marque une pause, je baisse les yeux et reprend lentement ma respiration en même temps qu'elle. Concentré sur nos gestes, tentant au maximum de ne pas me sortir notre entraînement de l'esprit, je n'avais absolument pas remarqué les observateurs gênant.

C'était monnaie courante lorsque nous nous entraînions. Il faut dire qu'à côté de leurs coups à eux, les nôtres n'étaient clairement pas dans la même catégorie. Pour autant, nous n'étions pas dans un Fight Club et personne ne nous avait demandé notre avis. Rachael comme moi, bien que très à l'aise avec nos coups, étions mieux dans notre bulle. L'observant boire je souris à sa remarque avant de réaliser que je préférerai cent fois penser à une femme de ce genre là. L'alligator qui m'avait laissé sur ma faim quelques semaines auparavant était désormais bien loin, bien trop loin, dans mon esprit et je secouais la tête pour repousser au mieux les idées noires qui remontaient à la surface à sa remarque. Je sens finalement son regard dans le mien et me concentre pour ne plus rien laisser paraître alors que tout est en train de me brûler. Et je réalise que même si je tiens tout l'entraînement, rien ne changera la réalité, et rien ne me dit si je ne serai pas mort de chagrin durant la nuit. Et je connais ma partenaire depuis quelques temps. Même si nous ne sommes pas du genre à faire des soirées pyjamas, et nous mêler de ce qui nous regardait pas, il y avait une chose que nous avions en commun.

Si nous reparlions d'un sujet sensible ou personnel, ce n'était pas dans le but de piquer l'autre. Si nous préférions rester en dehors, nous nous taisions. Si nous parlions, nous tendions la main. La main de Rachael n'avait rien de direct, tout en détour. N'importe quel idiot aurait été vexé, et pourtant, tout cela était plutôt flatteur de sa part. Un rictus fin se dessina sur mon visage alors que je comprenais une chose. J'étais peut-être seul, j'avais peut-être perdu ma famille, tout ce qui me donnait une raison de me lever, mais en cet instant précis, j'avais quelqu'un qui me comprenait et me voyait pour ce que j'étais. Pourtant, même si l'idée de lui parler semble bonne, je détourne les yeux vers nos observateurs. Je suis prêt à lui parler, conscient que mon chagrin ne partira pas demain et qu'elle ne mérite pas de supporter sans comprendre, mais pas devant tous ces gens. Et avant que je n'ai pu dire quoique ce soit c'est la voix de la boxeuse qui s'élève et me laisse échapper un rire.

C'est une lionne. Une véritable lionne, qui griffe, mord et qui est sans doute permis la Reine de la salle. Ces misérables voyeurs ne le réalisent sans doute pas et tout cela rend la situation encore plus drôle. Alors qu'elle propose un entraînement privé, je me surprends à acquiescer sans réfléchir une seconde et lorsqu'elle prend les protections et que je réchauffe mes poings, je viens finalement lui répondre.

« Je crois que si ces messieurs étaient un peu plus malins, ils te prendraient au sérieux. » un regard rapide en direction des accusés et les voilà partis. Mon cœur se serre, la réalité devant moi. Et alors que je me détends le cou, je la regarde et lui dis, d'une voix plus détachée que je ne le suis. « C'pas un chagrin d'amour. » Un coup. « J'aurais préféré. » Un autre, plus dur, plus précis. « C'est ma sœur. » Mon cœur se serre et mon poing gauche se fond dans la main de Rachael avec la violence des mauvais jours. « Elle s'est tirée. » Je frappe, je respire, je parle. « J't'en ai parlé vite fait, t'sais, Vixen. » Son nom m'arrache la gorge et mon ton se fait un peu moins lointain. « Elle a laissé une note. Elle est désolée et hop. » Je rigole, ironique. « L'idiot de la famille se retrouve seul comme un con. » Rachael sait que j'ai un demi-frère et que je ne le supporte pas, aussi, mes yeux dans les siens j'ajoute. « Elle a préféré son chevalier blanc, tu comprends. »

Je frappe, quelques coups de plus. Mon corps étonnement détendu alors que j'ai pour la première fois parlé clairement de ce qui s'était passé. Peut-être est-ce parce que les mots étaient accompagnés de violence, peut-être parce que je ne veux pas paraître plus faible qu'en début de séance. Ou peut-être, parce que je suis réellement en colère, et que la seule qui a pu encaisser sans en pâtir et bel et bien face à moi, recevant les coups avec grâce. Et finalement, je m'arrête à mon tour. Le cœur un peu trop piqué, et les articulations un peu trop douloureuses. Je m'avance à mon tour vers le banc, m'essuie avec la serviette et attrape les deux bouteilles. Je lui lance la sienne et bois une gorgée avant de dire, d'un ton plus léger, comme pour laisser tout ça de côté.

« On serait peut-être mieux chez toi oui. Y en a marre des admirateurs, si encore ils nous payaient. » Je souris et finis par lui dire. « En plus, j'ai des gants et autres à l'appart, je pourrais te les amener si tu veux. » Les vagues d'émotions vont et viennent, mais se calment alors que la blonde en face de moi semble être ma seule amie en cet instant. J'ai tout perdu, je suis en cendres. Et pourtant, je propose quelque chose pour un jour prochain, comme si l'avenir était certain. Peut-être que j'ai envie de vivre après tout. Peut-être même que je trouverais de nouvelles raisons. Peut-être que je dois apprendre à être heureux. Peut-être, mais pour l'instant, tout ce qui compte c'est de survivre. Aussi, alors que je craque mes doigts et étire mes muscles après avoir reposé la bouteille je la regarde et lui demande. « On passe aux choses sérieuses ? »

_________________
why do i keep coming back to you ?
Don't wanna be with nobody, just wanna make it with you. Caught up in all of my feelings, baby, why don't you feel like I do? And I wonder what you're thinking right now, no, I never can tell, and I wonder why we're doing this now.


Dernière édition par Axl N. Hartley le Mar 12 Avr - 8:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t4126-adrian-i-m-going

Invité
Invité






MessageSujet: Re: All our Sins ▬ Rachael.   Dim 14 Fév - 23:58




Axl & Rachael
featuring

Les coups et les aveux se relaient et pleuvent les uns après les autres : elle encaisse les premiers, assimile les seconds et observe un silence attentif tandis qu’Axl se confie enfin à elle. Autour d’eux, constat satisfaisant, les spectateurs indésirables se sont faits aussi épars que neige au soleil des suites de la remarque de son partenaire.
Comme preuve que ce qui nous pèse sur le cœur empiète également sur l’efficacité du reste du corps, elle remarque le changement infime mais néanmoins signifiant dans son attitude : maintenant qu’ont été dits tout haut ce qui couvait derrière ce regard brouillé de larmes tout à l’heure, il semble plus léger, plus axé dans l’instant présent peut-être ? Il continue de frapper et ses poings renvoient l’écho de sa colère avec une force qui ne cesse de croître et que Rachael accueille non sans une certaine avidité. Au fond d’elle pourtant, le sujet remue une plaie pas vraiment refermée. De longues années en arrière, elle a eu un comportement quasi-similaire à ce qu’il lui dit de sa sœur. Partir du jour au lendemain sans réellement prendre le temps d’expliquer quoi que ce soit, préférer la lâcheté d’un abandon à l’honnêteté d’un instant de vérité. Créer un nid de rancœur et d'incompréhension là où il n'avait pas lieu d'être. Quand on se rend compte que l'on se mord les doigts d'avoir agi de la sorte, c'est qu'il est déjà trop tard.

Refermant la bouteille après en avoir descendu une bonne partie, Rachael se décide enfin à faire écho à la confession d'Axl : « Un idiot de la famille comme toi vaut bien cent de ses chevaliers. » Une bourrade amicale à l'épaule accompagnée d'un sourire fugace : la milicienne estime beaucoup son partenaire et même si elle n'est pas du genre à le crier haut et fort, elle ne cache pas que cela lui déplaît de le voir se rabaisser ainsi. « Elle mérite pas que tu te tracasses comme ça alors qu'elle n'a de toute évidence aucune estime pour ce que tu peux bien ressentir. » La voix s'est faire un peu plus dure, mais elle s'en tient à cette simple déclaration. Elle ne connait pas assez Vixen pour se permettre un jugement approfondi et a une nette conscience d'à quel point sa réaction serait hypocrite si elle s'autorisait davantage de mauvaises paroles à l'égard de ce départ injustifié.  
Quant au réconfort, ce n'est pas non plus son domaine de prédilection. D'abord parce qu'au vu de ses propres relations fraternelles frôlant le néant, elle peine à comprendre que l'on puisse se trouver aussi affecté par ce genre d'évènement. Ensuite parce qu'elle n'a jamais vraiment su s'exprimer autrement qu'avec ses poings ou son archet. Or dans l'immédiat ni les uns ni l'autre ne serviraient à grand-chose. Alors elle préfère le silence à quelques phrases bateaux, elle s'abstient de le tailler comme elle a l'habitude de le faire – même gentiment – et c'est en quelque sorte sa manière à elle de montrer qu'elle n'a pas pris à la légère ce qu'Axl vient de lui confier.

« J'ai tout ce qu'il faut chez moi mais si t'as ton propre matos c'est aussi bien. On aura qu'à faire comme ça pour la prochaine fois, on pourra au moins se payer le luxe du calme et de la solitude. » Elle ne le rajoute pas mais pense aussi qu'hors les limites de la salle de sport, leurs entraînements monteront probablement encore en puissance. Le cadre bien propret et rangé du complexe sportif, les autres personnes présentes, elle peut les occulter autant qu'elle le souhaite mais ils restent toujours en arrière-plan  et l'empêchent de se focuser simplement sur leur duo. Hors les murs… il n'y aura plus rien, juste eux deux et leur violence exutoire.

« Tu crois pas que j'suis venue pour me dorer la pilule quand même ? Evidemment qu'on passe aux choses sérieuses. » Elle n'attend que ça, Rachael, elle serre la bride à son impatience en exécutant quelques étirements rapides mais l'envie et le besoin d'aller plus loin que ce simple échange de coups se lit clairement dans son attitude. « Mes journées sont trop calmes en ce moment. T'as plutôt intérêt à donner tout c'que t'as dans le ventre. » Elle repose sur le banc serviette et bouteille. « De toute façon vu ton état ça pourra que te faire du bien. » Elle se met en garde, un fauve plongé dans l'attente du moindre mouvement de son adversaire. Prête à ouvrir les vannes. Que ce soit en entrainement ou en temps réel, la milicienne ne porte jamais le premier coup mais préfère à l'inverse laisser l'opposant venir à elle avant de sortir les griffes et se jeter dans l'offensive.

 
Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 370
↳ Points : 1037
↳ Date d'inscription : 25/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins & Garret Ferguson
↳ Couleur RP : #cc9966



Feuille de perso
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; ASTRA & Mollie King.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: All our Sins ▬ Rachael.   Lun 7 Mar - 23:52



all our sins

 
Move in for the kill


Les mots de Rachael résonnent lentement dans ma tête. Elle n'est pas du genre à parler pour ne rien dire. Elle ne bavasse pas pendant des heures et surtout, elle est franche. C'est pourquoi sa remarque sur Dixon me laisse un sourire sur le cœur. Peut-être que Vixen ne croit pas en moi, peut-être que je ne vaux pas assez à ses yeux, mais quelqu'un aujourd'hui, me dit que je ne vaux pas rien. Ce n'est pas elle, ce n'est pas l'approbation que j'ai toujours voulu, mais il faut grandir.

Il faut apprendre, il faut se construire dans les yeux de ceux qui en valent la peine. Je hausse les épaules à sa seconde remarque. Elle ne me mérite pas. Un soleil ne mérite pas les nuages. Lequel est lequel. J'ai toujours cru que j'étais l'ombre, j'étais toujours cru que je n'étais rien, mais dans les yeux de la blonde je doute. Je doute de toi, je doute de chaque instant de ma vie. Chaque chose que je me suis évertué à croire du soir au matin. Chaque chose que tu as balayé en une seconde. Je doute, je remets en cause. Je n'ose pas affronter mes propres pensées naissantes. Je les chasse d'une remarque simple, d'un changement de sujet banal.

J'ai peur de ce que je peux penser de toi, peur de ce que je peux penser de tout ça. Rachael est un miroir de vérité, le dur reflet d'une vie gâchée. Je ne suis pas encore prêt à l'accepter, voir la vérité en son entièreté. Et puis je remarque ce détail, insignifiant au premier venu et qui me serre le cœur comme personne n'a pu le faire depuis ton départ. Elle est là pour moi, réellement. À sa façon, avec ses mots, ses manières. Pas de chichis, pas d'accolade à outrance et de cupcakes arc-en-ciels devant un film à l'eau de rose. Pas de cuite à deux balles, de déballage de morale à la con autour d'une Tequila illégale qui n'aura que le mérite de me faire regretter d'être en vie le lendemain matin. Non. Rien de tout ça. Juste un regard, deux phrases et une compréhension honnête, brute. De celles qui vous touchent plus que tous les mots, tous les actes, celles qu'on sait vraies.

Un sourire se dessine lentement sur mon visage alors qu'elle respecte mes choix, répondant sans aucune gêne, aucun faux-semblant. Un rire s'échappe légèrement d'entre mes lippes. Elle ne le dit pas, mais le luxe des cons en moins et sans doute celui qui a le plus de valeur. Je ne peux m'empêcher de jeter un œil alentours et si les observateurs se sont éloignés de nous, ils n'en restent pas moins là, jetant des regards se voulant discrets sans réussir à l'être. Sans un mot, je secoue lentement la tête désespéré par ce comportement absolument stupide avant de me recentrer sur les pupilles de ma partenaire.

À l'exact reflet de Rachael, je profite de ce moment pour étirer lentement mes membres. On sait l'un comme l'autres que les choses sérieuses méritent un léger échauffement. Outre le fait de se blesser l'un l'autre, pour deux accros comme nous il était inadmissible de passer du temps sans se battre à cause d'une blessure idiote. Je prends le temps de me replacer correctement avant de répondre à sa remarque. Je connaissais le job de Rachael, et n'avais rien contre. Tout entre nous était plutôt libre et sans jugement. C'est pour ça que sans réfléchir plus que ça, avant de donner le premier coup je réplique. « Calme ? Sérieux ? Pourtant ça semble être le bordel ces temps-ci... » Ce n'était pas un secret d'état, on vivait en pleine apocalypse, entourés de virus et autres zombies.

Je lance le premier coup, plus fort que tous les précédents. Sautillant en rythme sur place j'ajoute. « Mais c'est vrai qu'entre « calme » et « calme-pour-toi » il y a une grosse différence. » Un sourire joueur et un second coup. La résonance de ce dernier est audible dans toute la salle et les regards se tournent à nouveau vers nous. Je sais que Rachael va bien, qu'elle a reçu le coup correctement. Pourtant, pour ne pas nous attirer de problème je m'avance vers elle, vérifier sans vérifier qu'elle va bien. Je lui lâche doucement « J'en ai marre de ces mioches sérieux... » puis je lui tape gentiment sur l'épaule avant de me replacer.

D'un coup de menton dans sa direction, je lui fais signe que c'est à son tour si elle le souhaite. Et avant qu'elle s'y mette, d'un craquement de nuque j'ajoute sur le même ton qu'avant. « J'sais pas ce qui me fait du bien honnêtement. J'arrive pas trop à me calmer ces derniers jours. Regarde. » Je tends la nuque de côté, mon sweat retombant un peu, laissant apparaître une blessure naissante qui se fond dans mes vêtements. « J'ai pas eu le cran de t'attendre pour taper, et j'ai mangé en retour. Mais pourtant tu vois, ça a pas changé mon état au final. » D'un coup d'épaule je replace mon sweat et me cale pour recevoir avant de lui dire très légèrement. « Mais t'étais pas là, alors bon, ce sera sans aucun doute bien plus efficace. »

_________________
why do i keep coming back to you ?
Don't wanna be with nobody, just wanna make it with you. Caught up in all of my feelings, baby, why don't you feel like I do? And I wonder what you're thinking right now, no, I never can tell, and I wonder why we're doing this now.


Dernière édition par Axl N. Hartley le Mar 12 Avr - 8:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t4126-adrian-i-m-going

Invité
Invité






MessageSujet: Re: All our Sins ▬ Rachael.   Ven 11 Mar - 16:08




Axl & Rachael
featuring

Le visage de Rachael reflète le sourire d'Axl tandis qu'elle admet dans un regard brillant d'amusement la véracité de ses propos. Il faudrait sans doute avoir vécu dans une grotte tout au long de ces dernières années pour penser encore que la vie à la Nouvelle Orléans est calme, surtout lorsque l'on fait partie de la milice supposée prendre en charge les problèmes les plus gênants pour le Gouvernement. Il faudrait être ermite, donc, ou bien simplement un peu cinglé, et ce n'est pas bien difficile de deviner à quelle catégorie elle appartient. Evidemment que ses journées sont plus proches de la tourmente que du calme plat, mais cela ne veut pas dire pour autant qu'elle trouve dans leur contenu ce dont elle a besoin, ce qu'elle est précisément venue chercher en choisissant de s'engager dans cette brigade bien spécifique, et qu'elle retrouve en partie ce soir face à Axl : le goût de la violence, le plaisir du combat. Il y a trop longtemps qu'elle n'a pu s'y livrer dans l'exercice de ses fonctions et, si on lui demandait son avis, elle ne cracherait pas sur une petite émeute, une bonne bataille rangée afin de pouvoir réellement se battre et d'y mettre toutes ses tripes. A trop faire la guerre, on finit par prendre le goût du chaos.

Le coup que lui balance son adversaire est encaissé comme il se doit de l'être mais ça n'empêche pas le jeune homme de s'avancer vers elle, brisant dans le mouvement la continuité de l'affrontement. Encore et toujours à cause de ces foutus badauds. « La prochaine fois que tu fais mine de t'inquiéter pour moi », l'avertit-elle d'un ton rieur, « je me roule par terre en gueulant que tu m'as blessé. Arrête de te laisser perturber par eux. » Plus facile à dire qu'à faire, elle est bien placée pour le savoir. Néanmoins s'il faut commencer à se préoccuper du public malvenu à chaque fois qu'une frappe est reçue durement, ils ne sont pas prêts de terminer l'entraînement…

« C'est pas une question de courage » Elle hausse les épaules, perd un peu de sa concentration tandis qu'elle-même songe à la collection d'hématomes et contusions en tous genre qu'elle doit à Doyle et que son corps expose en dessous de la couche de vêtements. « Ni même de patience d'ailleurs. Ceci étant si tu avais besoin, tu aurais pu me contacter, tu sais que je me fais toujours une joie de te taper dessus. » Elle sait aussi que parfois cela ne suffit pas, qu'il faut frapper pour blesser afin d'exorciser pleinement le désir de violence, le besoin de s'aérer l'esprit et de laver le brouillon indistinct des émotions et pensées importunes. Elle désigne d'un geste du menton la blessure qu'il a fait disparaître sous son sweat et reprend : « En tout cas on t'a pas raté dis-moi. J'espère au moins que tu lui a fait ravaler ses dents, à celui qui t'a fait ça. » Un coin de sourire accompagne sa réplique tandis qu'elle tente de relever un peu l'humeur morose d'Axl. « Mais bon si t'es encore là pour t'en plaindre c'est que ça devait pas être si pire. »
Puis frappe.
Le geste part sans prévenir, sans que le corps en trahisse seulement l'intention. Un instant avant, il semble parfaitement détendu et sans crier gare, le voilà à nouveau dans une attitude offensive. Rachel n'a même pas eu la décence de retenir sa force eut égard au fait qu'Axl était en train de l'écouter parler. Elle fait suffisamment confiance aux réflexes de son partenaire et si d'aventure lui-même s'est retrouvé pris au dépourvu, elle sait aussi qu'il est parfaitement capable de l'encaisser au vu de sa résistance. « Alors ? On est là pour discuter autour d'un quatre heures ou bien on s'active un peu ? » Le sourire s'est franchement élargi tandis qu'elle le considère avec un regard purement provocateur. Un second coup part sur ces entrefaites et ils ont tôt fait de retomber dans une rythmique purement axée sur le combat et épurée de toute parole, l'esprit uniquement focalisée sur l'autre. Le temps défile en un éclair.

« J'aurais peut-être quelque chose à te proposer. » Une éternité plus tard. Le corps épuisé par l'intensité de l'entraînement, suant et un peu las. D'un consentement tacite, les deux adversaires ont mis fin à l'affrontement et Rachael s'est accordée quelques minutes de réflexion avant de lâcher les graines de l'idée qui a germé dans son esprit au cours de la séance. Autour d'eux, la salle est désormais quasiment vide. « T'as un peu de temps libre, là, où t'es attendu quelque part ? » La serviette passée autour de son cou, elle entreprend de rassembler ses affaires. « Enfin on se retrouve tout à l'heure de toute façon. » Pour l'heure, l'envie féroce d'une douche froide supplante largement le reste de ses préoccupations.

 
Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 370
↳ Points : 1037
↳ Date d'inscription : 25/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins & Garret Ferguson
↳ Couleur RP : #cc9966



Feuille de perso
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; ASTRA & Mollie King.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: All our Sins ▬ Rachael.   Dim 20 Mar - 16:07



all our sins

 
Move in for the kill


Rachael, par sa simple présence et ses simples pensées me soulage. Je me vois afficher un très léger sourire lorsqu'elle me menace de se prendre pour un joueur de football de la grande époque et réalise qu'elle a raison. Je porte trop d'attention aux autres, bien trop. Lourde séquelle de ma sœur, qui m'a fait jurer et jurer encore que je ne me ferais pas remarquer. Les habitudes ont la vie dure, et le gosse au fond de moi ne rêve que de se tapir le long du mur et disparaître de la vue des autres.

Je laisse une moue désolée parer mon visage lorsque ma partenaire me rappelle que je n'avais qu'à l'appeler. Elle a parfaitement raison et je le sais, je le sais pertinemment. Mais pour autant, j'avais honte. Honte d'être qui je suis, d'être celui qui reste une fois encore. Celui qu'on abandonne et qui ne vaut pas la peine. J'avais honte d'être en vie, et il m'était inconcevable de faire un pas vers quelqu'un que j'admire. Tout simplement parce que je n'en valais pas la peine. Je n'en ai jamais valu la peine, l'illusion avec les années s'était faite de plus en plus parfaite. Avec Joshua et Vixen j'avais commencé à y croire. Faire taire ces voix au fond de moi qui me rappelaient sans cesse que je n'étais qu'un paria. Mais il y a eu mon départ, puis le sien à elle. Et le mur est tombé, simplement.

Mon esprit se perd dans mes pensées, couvert de honte et de nostalgie. Mais comme toujours, les mots de la blonde me sortent de ce cercle infernal. Sur mon visage se dessine un sourire en coin, un peu fier sans oser le montrer vraiment. Il a réellement bouffé ses dents, ce con, c'est le cas de le dire. Je préfère pourtant taire ma remarque, la faisant passer par un simple regard à Rachael. Les murs ont des oreilles ici, et se vanter d'avoir fait ramper un mec jusqu'à ce qu'il supplie que tout s'arrête n'était pas la chose la plus intelligente à faire si on ne voulait pas se retrouver avec tout un tas d'ennuis sur le dos. Alors mon regard, mon sourire suffiront à faire passer cette idée, jusqu'à ce que ce genre de conversation réapparaisse en privé, là ou, elle comme moi pouvons parler librement des coups que nous avons portés.

Son coup, violent, précis et préparé me laisse surpris un instant avant que je le contre sans un bruit. Seul celui de la répercussion de ce dernier s'initie entre nous. Et une nouvelle remarque s'accompagne d'un nouveau coup. Un rire entre les deux. « Je n'attendais que toi. » Écho qui se perd entre les coups qui s’enchaînent, encore et encore. Plus un mots, de simples regards, de simples coups. De la violence à l'état pur et mon souffle qui reprend lentement un rythme de vie. À mesure que l'entraînement se déroule, j'oublie. J'oublie tout, concentré sur elle uniquement. Sur les coups à parer et à donner. Ça et seulement ça.

Jusqu'à ce que finalement tout s'arrête. Nos respirations saccadées, nos mines satisfaites et nos esprits vidés. Je me dirige calmement vers le banc, oubliant les hématomes qui me cognent douloureusement. Même eux, ils avaient été oubliés dans l'échange, et c'était tant mieux. La serviette en main, m'essuyant calmement le visage, prêt à partir me doucher, la voix de la combattante m'arrête et me percute. Je me détourne vers elle, une gorgée d'eau dans le gosier avant de répondre simplement par un « J'ai tout le temps du monde. »

L'idée n'était pas forcément vraie, j'avais deux jobs, des comptes à rendre, mais aucune envie de le faire. C'était un temps que je n'avais envie de consacrer à personne, encore moins dans ce monde là. D'un hochement de tête, j’acquiesçais la proposition de Rachael, une douche avant tout. Rassemblant mes affaires et me dirigeant aux vestiaires je prenais le temps de vérifier que j'étais seul. Non pas que j'ai honte de me doucher avec autant de testostérone, mais vu l'état de mon corps, c'était le mieux pour moi. Une fois la petite vérification faîte, je me glissais sous l'eau chaude, fermant les yeux quelques instants.

Elle avait une idée en tête, une idée pour moi. Cette pensée me colla un rictus fin sur les lèvres. Personne, n'avait jamais d'idée pour moi, sauf s'il leur fallait un toutou violent. Sachant que ça ne pouvait pas être son cas, puisqu'elle n'avait absolument pas besoin de mes services pour se défendre, encore moins juste après un entraînement comme nous venons de faire, je me perdais à imaginer ce qu'elle pouvait bien vouloir. Il était dur de trouver une réponse dans une situation que l'on avait jamais connu. Sans perdre plus de temps, je me rhabille et sors hors de la salle après des au revoir polis mais distants avec nos admirateurs du jour.

Je sortais toujours avant elle, sans doute parce que j'étais un mec, ou peut-être simplement parce que je me plaisais à l'attendre appuyé contre ce mur en fumant une cigarette. Cerise sur le gâteau après un tel défoulement. Le sac à mes pieds, mes cheveux bruns trempés et mes yeux fatigués, je laisse mes hématomes se soigner lentement. Il y a quelques temps de ça, la guérison aurait été bien plus rapide, mais tout en moi était usé aujourd'hui, même le corbeau. Cela ne me gênait pas vraiment pour autant, le fait d'avoir mal me rappelait que j'étais bel et bien vivant.

La clope en bouche, la fumée formant un voile devant mon visage, je l'attrape de la main lorsqu'elle passe le pas de la porte. Ne me détachant pas du mur, je la regarde avec un sourire tendre. « Alors, une idée te trotte dans la tête ? » Je respire un peu de nicotine, me décalant pour lui laisser de la place à mes côtés si elle veut, avant de continuer. « J'espère que c'est pas un genre de fight club, parce que autant l'idée me plaît plus que je ne saurais dire, autant là, j'ai vraiment pas le courage d'aller frapper un abruti qui se croit malin tu vois. » Je la regarde, un peu joueur avant de continuer en me raclant légèrement la gorge. « Mais sérieusement, Racha, te sens pas obligée de t'occuper de moi après l'entraînement. J'veux pas devenir un poids pour toi aussi. »

Mes mots sont tellement sincères qu'ils m'en piquent le cœur. Je baisse les yeux un instant, me concentrant sur la moitié de cigarette entre mes doigts, cherchant à laisser au fond de mon être les pensées négatives qui commencent à refaire surface. Je finis par ajouter, tentant d'être plus léger, cherchant à berner le monde mais avant tout moi-même. « Mais si t'en as pas marre de voir ma sale tronche, je suis tout ouïe. » Un sourire accompagne mes mots alors que le zippo entre mes doigts glisse, m'occupant comme je peux, maintenant TOC et autres névroses le plus loin possible. J'avais peu d'amis dans ce monde, encore moins qui étaient capables de me comprendre réellement, alors c'était pas le moment de tout gâcher.  


_________________
why do i keep coming back to you ?
Don't wanna be with nobody, just wanna make it with you. Caught up in all of my feelings, baby, why don't you feel like I do? And I wonder what you're thinking right now, no, I never can tell, and I wonder why we're doing this now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t4126-adrian-i-m-going
 

All our Sins ▬ Rachael.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seven Sins ♠ seven devils in our hearts
» Comodo Mobile Security, un antivirus pour Android
» Divinity Original Sin : le RPG of the year selon Gamespot, on en parle ici !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-