AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 689
↳ Points : 793
↳ Date d'inscription : 12/02/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Astrid Berges-Frisbey
↳ Age du Personnage : 27 ans.
↳ Métier : Multi-tâches.
↳ Opinion Politique : Totalement blasée.
↳ Playlist : Las Ketchup - Asereje
↳ Citation : "Les Lamentations des Vivants sont un Chant pour les Morts."
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #cccc99



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Ven 12 Fév - 23:27


« Les lamentations des vivants sont un chant pour les morts. »


Cameron Elizabeth Falls


© crédits
26 ans Célibataire
Soulcrushers ft Astrid Bergès-Frisbey


Date et lieu de naissance :
Boston, le 26 Juillet 1989.

Forme animale :
Œil de lynx – Souplesse du chat – Venin du serpent – Sauvagerie animale… Mais non, aucun ADN à poils ou à écailles dans ses veines.

Métier :
Roublarde, Cameron est une touche à tout. Enchainant les petits boulots, elle a une formation accélérée en mécanique automobile, un diplôme auto validé de couturière, les mains lestes d’une voleuse de petits larcins, et quelques années lointaines en uniforme militaire.

Force :
Pour commencer une bonne journée : s’enfiler un croissant au beurre de la veille en grognant contre les éboueurs qui sont passés trop tôt pour que l’on puisse faire un tour des poubelles du quartier. Se motiver, et partir en footing à travers la ville, parce qu’être en forme, c’est s’assurer de vivre vieux (et de semer les flics, si besoin). Donc, de la motivation, du pragmatisme voire un brin de fatalité pour égayer les discours un peu trop longuet. Un peu d’humour ne fait (normalement) de mal à personne. On peut poursuivre par une visite des rares magasins d’ouverts et redoubler d’imagination pour faire tourner les vendeuses en bourrique. Succès garanti pour le moral ! Si vous avez un petit creux, rejoignez les quartiers commerçants, il y aura bien un Food truck pour glaner un peu de malbouffe comme on l’aime. On vous conseille d’être du genre battant, non pas pour sortir du lot, mais pour ne pas vous laisser écraser par les merdes que cette réalité vous lâche sur la tronche. Profitez de la vie, tant que vous en avez une, et surtout, n’oubliez pas : Si certains disent que l’union fait la force, la méfiance reste une sécurité dont vous ne pouvez plus vous passer aujourd’hui. Vivez, mais soyez prudent : les amis sont devenus une denrée rare.
PS : Calée ripostes munie d’une clef à molette, ou d’une aiguille pour ourlets de jeans. Le glock classique a du bon aussi.

Faiblesse :
Hum… Avouer ses faiblesses sur le papier n’est clairement pas quelque chose que Cameron ferait en temps normal. Déjà parce qu’elle n’aime pas écrire, mais surtout, parce qu’il faudrait qu’elle se débarrasse des possibles lecteurs ensuite. Et le sang, ça tâche. Du coup, soyons bref et concis, afin qu’elle puisse aller enfermer cette déclaration obligatoire dans un coffre-fort et jeter la clef dans l’trou des chiottes. Flemmarde. Ouais, cette fille peut clairement l’être lorsqu’elle n’a pas envie de bouger. Ton plan ne la branche pas du tout ? Cherche pas, remballe tes idées et rentre chez ta mère. (A contrario, si tu proposes un truc sympa, hésite pas, hein.) J’espère que tu ne crains pas les avalanches de sarcasme au passage. Apparemment le filtre entre ses pensées et sa bouche a quelques défaillances. De toute façon, elle s’en fout pas mal de choquer, ou simplement de gêner. Ça fait un bail que l’avis des autres, Cameron s’en contrebalance.  On peut appeler ça de l’égoïste, certes, mêlé à une touche de nonchalance qui lui va plutôt bien au teint, mais chacun son tempérament.
Ps : Ouïe plutôt sensible (merci les balles en veux-tu, en voilà) et claustrophobie.

Orientation sexuelle :
Cameron peut draguer les deux genres sans aucun problème, mais pour le côté charnel, elle n’a d’expériences qu’avec les hommes.

Avis sur le Gouvernement :
Ça se mange ? Non ? Alors ça ne l’intéresse pas. Qu’ils foutent la merde s’ils veulent, et que les autres répliquent, tiens. Au moins, ça met un peu d’ambiance. De toute façon, ce monde s’écroule, alors à quoi ça sert d’avoir des clans ? On finira tous par crever les gars. Venez partager le kebab de la paix, et laissez-moi des frites.

Particularité :
Unique ? Quelle connerie. A l’armée, ils n’étaient qu’une bande d’ados débiles à qui on tentait de foutre du plomb dans la tête. C’est probablement à ce moment-là que Cameron a réellement compris qu’elle n’était qu’un grain de poussière dans ce monde immense. Se démarquer ? Bien sûr que c’est possible, mais dans le grand ensemble qu’est l’Univers, cela ne sert pas à grand-chose. Après, elle n’est pas du genre à ôter ses rêves à qui que ce soit, même si les railler pourrait être un jeu à ses yeux. Après, qu’est-ce qui pourrait la différencier dans la foule ? Pas grand-chose. Un blouson de cuir, ou un tatouage en bas du dos, sur le côté gauche. Encore faudrait-il que dans la rue, elle se balade torse nu. Pareil pour l’impact de balle dans l’épaule gauche, ou la cicatrice à l’arrière de son crâne. Rien d’important, de toutes manières.
© crédits
 
observatrice ☦  nonchalante ☦ déterminée ☦ solitaire ☦ empathique (qui s'en fout) ☦ provocatrice ☦ combative ☦ trop franche ☦ indépendante ☦ je m'en foutiste ☦ débrouillarde ☦ égoïste ☦ téméraire & lâche (ahah) ☦ sarcastique ☦ pragmatique ☦ secrète


père castor, raconte-moi une histoire




Le Docteur a dit :
« Il y a deux évènements dans une vie dont personne ne se souvient. Deux expériences vécues par tout être vivant. Pourtant, personne n’en garde le moindre souvenir. Personne ne se souvient de sa Naissance et personne ne se souvient de sa Mort. »

Commençons par la vie. La mort viendra bien assez vite pour que Cameron puisse critiquer la foutue lumière blanche. Si lumière blanche il y a. Avec son karma, elle serait bien capable d’en avoir une bleue.

Donc, la naissance. Cam’ est venue au monde à Boston dans une famille aimante américaine type. Pas de frère et sœur. Des voisins sympas et envahissants, normalisation réglementaire des lotissements de la fausse bourgeoisie. Sa mère, Alice, est fleuriste et son père, Neal, est chef dans un petit restaurant qui ne paye pas de mine mais où les assiettes sont vides une fois le repas terminé. C’est un couple qui s’aime malgré les aléas de sa vie, et dont l’amour rebondit sur la fillette. Souriante, curieuse de tout, elle va et vient avec des « pourquoi » aux lèvres. Ses yeux pétillent dès que son attention est piquée, ce qui attire l’attachement des gens autour d’elle. Oh, elle n’a pas la langue dans sa poche mais à cet âge, on pardonne tout à ceux qui sont vifs d’esprit. Evidemment, cela ne durera pas. Enfin… Pour le moment, ses réflexions ne provoquent que des rires amusés.

Cameron a toujours su que sa maman n’était pas des plus positives femmes du quartier. Loin de là, même. Les fleurs déridaient son visage de la plus belle des manières, mais dès qu’elle se perdait dans ses pensées, la fillette avait l’impression que des nuages noirs assombrissaient les horizons de sa maman. La plupart du temps, c’était donc son père qui s’occupait d’elle, la rassurant à demi-mot, à l’aide d’une plaisanterie bien sentie. Grâce à lui, elle apprit à échanger, à lancer des réparties, à user d’ironie légère, bref à utiliser son cerveau pour additionner deux et deux, et deviner le sens caché des mots.

Ce qui plut que très moyennement à ses grands-parents. Edith et Robert (à l’américaine, pitié) avaient beau être pour la libre expression, Cameron comprit rapidement qu’il lui faudrait faire preuve d’un peu plus d’astuce avec ces deux-là. Les yeux du chat de Shrek, pour commencer. Tactique vue et revue devant son papy adoré, qui ne pouvait que céder et lui donner un deuxième bonbon. Que voulez-vous, elle les aimait ses werther's original. Avec mamie, c’était autre chose. Les câlins fonctionnaient, bien sûr, mais la sincérité était encore et toujours ce qu’il y avait de mieux. Elle était de la vieille école Edith, et elle avait élevé Neal d’une poigne de fer. Tout comme Lucas, son deuxième fils, l’oncle de Cameron. Avec qui elle ne faisait que rire, d’ailleurs. Vous l’aurez compris, la fillette était aimée, et bien entourée.

Avec son père, elle faisait des pâtisseries. Pas forcément très bien, et ce n’était pas forcément très bon non plus mais promis, elle y mettait de la bonne volonté pour en mettre bien partout dans la cuisine. Avec sa mère, elle apprenait le langage des fleurs. Il fallait bien ça pour atteindre cette femme dont le cœur semblait parfois si fatigué que Cameron craignait qu’elle ne se réveille jamais lorsqu’elle s’endormait devant le film dans le canapé. Avec sa grand-mère, elle se piquait les doigts en tentant la couture. Avec le temps, elle était devenue capable de faire des robes de petites tailles pour les poupées de ses copines, parce que oui, miss Camcam ne voulait pas de barbie. Cette blondasse aux proportions inhumaines lui sortait par les trous d’nez. Avec son grand père, elle lisait des histoires sur les siècles passés. Les guerres les plus connues, les hommes et femmes qui ont essayé de changer ce monde, et qui, parfois, ont réussi. Avec son oncle, elle jouait dans le garage dont il était propriétaire. Le cambouis, c’est bon pour la peau évidemment ! Et avec ses ptits doigts, elle pouvait glisser ses mains un peu partout sous le parechoc. Mais chut, c’est un secret.
Spoiler:
 

Les années passent et la transforment peu à peu en jeune femme. Passons néanmoins par la charmante case puberté. Cet état magnifique où le physique et le mental se donnent la main pour bien foutre la merde dans la vie des adolescents. Cameron n’y échappe pas. Sa langue attaque plus vite que jamais, et son visage arbore trop souvent un air revêche qui la rend inaccessible. Voire carrément chiante, en vérité. Elle a quelques amis, certes, mais les garçons semblent un peu la craindre. Peut-être parce que la gamine qui jouait au foot à reçu des mini boobs à Noël, et que cela change la donne. Pourquoi ? Bonne question. Elle, ça l’énerve, et quand elle est énervée Cameron, ce n’est bon pour personne. Ses parents la reprennent fréquemment à l’ordre, et il faut bien souvent le calme sévère de sa grand-mère pour la reprendre en main.

Spoiler:
 

Elle était toujours curieuse, mais… Ce n’est plus pareil. Son innocence s’est paré d’un voile de nonchalance qui se rapproche clairement du je m’en foutisme. Beaucoup – trop – de choses l’emmerdent, et en général, cela concerne les règles qui régissent ce monde. Cameron a envie d’explorer, de tester, de faire de nouvelles expériences. Sans avoir une laisse qui l’en empêche. Donc, elle commence à faire ce qu’elle veut, et tant pis si cela déplait. L’alcool d’abord. Parce qu’elle est trop jeune, que la vente est interdit aux mineurs et que ça sonne un peu comme la mascotte de la rebelletitude. Vient ensuite la fumette, histoire de « se détendre ». Après tout, les plus vieux disent que ça rend cool, non ? Elle, au début, elle ne fait que tousser comme une débile. Y a rien de cool là-dedans. Alors, on retente le coup entre potes, on s’motive les uns les autres. A aller plus loin, à devenir un peu plus con. A perdre des neurones aussi. La drogue ne viendra qu’au lycée. Quand elle se sent bien dans son groupe, que les discours coulent sur elle sans véritablement imprégner son esprit et qu’elle s’est un peu lassée du reste. Vivons vite et mourons jeunes.

Cameron traine de plus en plus, et commence à se servir dans les magasins. Plus pour dépasser ses limites, encore une fois, que par nécessité. Elle est rapide, et ses sens sont en alerte. Un vrai félin quand elle s’y met. L’adrénaline coule dans ses veines, et cette sensation devient rapidement sa nouvelle addiction. Avec ses parents, tout est compliqué. Tout empire, même. Sa mère va de mal en pis à mesure que le temps file. Neal est un ange avec elle, et avec Cameron également, quand bien même sa fille se montre difficile. Il apprend, fait de son mieux, hésite quelque fois. Cameron le sent, le sait au fond d’elle-même. Elle l’en remercie secrètement, mais ne dit rien.

Il arrive qu’elle passe des samedis entiers au garage de son oncle, parce que cela reste une de ses passions de jeunesse. C’est d’ailleurs avec lui et son père, qu’elle apprend à conduire. Déterminée, Cameron enregistre vite et bien. Cependant, peu importe toutes les crises qu’elle fait, aucun ne veut céder sur le passage du permis moto. La voiture suffit. Alors, elle jette son dévolu sur l’un des employés de son oncle. Oui bon, le gars n’est clairement pas stupide et accueille ses tentatives d’un sourire railleur. Cameron se dégonfle un peu, l’attaque verbalement, il répond avec tranquillité et la voilà séduite. La parfaite débile. Leur histoire ne tient que quelques mois. Suffisamment pour qu’elle apprenne à conduire une moto, et qu’il visite sa petite culotte. Donnant donnant donc.

Spoiler:
 

La rupture s’est faite en douceur, ils sont même restés amis. Et il l’a fait un peu réfléchir, devenir un peu plus adulte. Ce qui plait beaucoup à sa famille, bien qu’aucun de ses membres n’en dise quoi que ce soit. Cameron pense même qu’ils ne sont au courant de rien, c’est pour dire combien les ados peuvent être dans leur monde perso. Elle s’adoucit donc, et reprend les blagues. A petites doses, c’est vrai mais ça la rend un peu plus humaine. C’est toujours ça d’pris.

2006. Elle vient d’avoir 17 ans et entre en dernière année au lycée. Pas la meilleure de la classe, loin de là mais ça roule tranquillement. Cameron a gardé sa verve et jongle entre un bon nombre d’activités. Elle donne un coup de main au garage, passe du temps avec ses grands-parents, et avec ses amis. Malheureusement, comme dans tous les contes un peu mélodramatiques, il y a des instants cruciaux. En voici un : l’accident de voiture. Dans lequel ses parents perdirent la vie. Les circonstances du drame lui sont floues durant plusieurs jours avant qu’on ne lui apporte la conclusion. Sa mère était shootée aux médocs. Apparemment, les pilules l’auraient déconcentrée, voire endormie et pouf, contact intime avec l’arbre du coin. Au moins, ils n’avaient pas souffert. C’est ce qu’on lui répétait quand elle persistait dans un silence aussi bruyant que douloureux.

Cameron emménage chez ses grands-parents pour les mois qu’il lui reste avant sa majorité. Se concentrer, qu’on lui a dit. Essayer d’avoir son examen. Pour ses parents, pour leur mémoire, pour les rendre fiers. Conneries. Bien sûr qu’elle allait avoir son connard d’examen, mais surtout pour prouver à tous ces voyeurs qu’elle n’allait pas s’effondrer. Oh oui, elle n’était pas dupe. C’est ce qu’ils voulaient tous. Qu’elle tombe en lambeaux et rate. Mais non, ce ne serait pas le cas. Cameron allait bucher parce qu’elle n’avait plus que ça de toutes manières, et être diplômée. Foi de Falls.

Contre toute attente, cette putain d’année prit fin, et elle l’obtient, ce certificat. Un bon gros doigt à tous ceux qui attendaient qu’elle se casse en plusieurs morceaux. La colère est effrayante chez elle. La jeune femme se ronge de l’intérieur, en voulant à sa mère, à la maladie, à l’impuissance devant cette fatalité. Elle réfléchit beaucoup, parle peu. Durant les derniers mois de scolarité, elle écoute les histoires de son grand père comme s’il n’y avait que cela qui pouvait l’apaiser. Alors sa décision est prise. Elle va s’engager. L’annonce ne fait pas plaisir à tout le monde mais le fait est que sa détermination est sans faille. Cameron sera soldat.

En juillet de cette année-là, Cameron obtient ses 18 ans. Suffisamment âgée pour prendre ses propres décisions. C’est donc dès septembre qu’elle rejoint les rangs de l’armée. Comme on peut s’y attendre, ce n’est pas la joie. On les mate, on les enfonce, on les formate pour aiguiser leurs sens et développer les aptitudes de chacun. Cameron n’y coupe pas. Le fait qu’elle soit une fille n’améliore pas les choses d’ailleurs. A croire que tout le monde est plus dur face à l’absence de pénis. Grand bien leur fasse, elle ne va pas se laisser abattre. Non, la rage qui brûle dans ses veines la transporte toujours plus loin. Elle réplique, montre de la fierté, et se fait punir plus d’une fois. Problème d’obéissance, qu’ils disent. Elle s’en fout, parce qu’elle est  douée. Finement musclée sous le couvert d’une silhouette qui ne paye pas de mine, elle abat ses adversaires les uns après les autres. Enfin, ses camarades en l’occurrence. Roooh, c’est la même chose, non ? Souvent, elle grille un coup d’œil ou deux dans sa direction, comprenant aisément qu’on ne lui fait pas confiance. Son problème devant l’autorité et sa forte tête n’attirent pas la sympathie. Peu importe, elle sait ce qu’elle doit faire.

Spoiler:
 

La formation se termine, et ils sont tous dirigés vers un site à travers les Etats Unis. Ses dispositions pour le tir la pousse en direction d’une spécialité frontale. Si combat il y a, elle sera sur le terrain. Parfait pour elle, et pour la colère sourde qui gronde toujours en son sein. Elle y passe quelques mois, avec d’autres commandos. Rapidité. Réactivité. Logique. Elle a tout ça, et plus encore. Parce qu’avec le temps, la chieuse fait ses preuves. Et si au départ, certains n’auraient pas confié leur vie entre ses mains, la donne a finalement changé. Cameron est dur, sarcastique, violente. Mais elle est solidaire à sa manière, et ne laisse personne derrière elle. Les ordres, elle les suit quand elle respecte la personne, et surtout, quand le plan n’est pas débile. Certes, ce n’est pas à elle de penser, loin de là en fait, mais franchement ? Elle s’en carre le coquillard. Elle a un cerveau et apprend vite, présentant des penchants pour la stratégie. Etonnant venant de cette tête brûlée. Pourtant, la fille ne cherche pas la gloire, juste à repousser ses limites. Se prouver à elle-même qu’elle peut, qu’elle ne faillit pas, et que plus jamais, elle ne sera impuissante.

Parfois, elle rejoint les mécanos du camp pour apprendre et donner un coup de main. Pas vraiment une manière de créer des liens, mais plutôt pour retrouver une des activités qu’elle avait toujours appréciée. Une activité qu’elle avait découverte avec son père… Ah… Cameron prend beaucoup plus sur elle qu’elle ne le laisse à croire. Alors quand elle a quelques permissions, elle les passe chez ses grands-parents, en faisant en sorte qu’on ne lise pas en elle. De toute façon, ces jours de congés ne durent jamais longtemps. Revenir au camp est même devenu un soulagement avec les mois accumulés. Tout semble plus simple là-bas. Même les missions. Parce que oui, il y en a. Cameron a eu l’occasion de partir à l’étranger du jour au lendemain pour de longues semaines. Conditions plus que difficiles, tension réelle, concentration maximum. Et elle a aimé ça. Aligner les raids, les sens aux aguets en gardant la présence de ses camarades à l’esprit. Cette sensation d’accomplir quelque chose à plusieurs est unique, et bien qu’elle en ait parfaitement conscience et qu’elle la respecte, Cameron aime surtout l’adrénaline. L’impression intrinsèque d’être vivante.

Lors de sa première embuscade, la surprise n’avait pas eu le temps de s’installer. Tous avaient réagi. Réflexes conditionnés et actions coordonnées. Les balles qui fusent et retentissent aux oreilles dans un brouhaha clairement chaotique. Enfin au début, parce qu’ils en viennent presque à trouver une harmonie à mesure que les minutes s’égrènent. Un rythme artificiel qui prend aux tripes. Cameron ajoute de son instrument, et réplique dès qu’elle le peut. Les premières pertes sont  à déplorer ce jour-là. Il ne faudrait pas, mais quelque part, elle le prend personnellement. Comme la plupart de ceux qui sont encore debout, dans son groupe. Il n’y a besoin d’aucune parole pour que la pensée unanime passe dans chaque esprit : plus jamais ça. Alors ils s’y mettent ensemble. Pour devenir meilleur, pour ne plus jamais perdre qui que ce soit. Malheureusement, ils n’y arrivent pas toujours. Les aléas de la vie, parait-il. Mais en général, ils sont bons. Si bons qu’ils en sont devenus une famille sans s’en rendre compte.

Août 2012. Cameron a atteint les 23 ans. Les nouvelles réformes du gouvernement ont attiré son attention, et sa curiosité la pousse à se rapprocher de la ville. A travers tout le pays, l’armée a été témoin des dégâts causés par des catastrophes naturelles clairement inexplicables. Le monde est bouleversé, et les Etats-Unis ne font pas exception à la règle. Les forces militaires sont déployées sur tout le territoire, et c’est ainsi que sa demande de mutation pour rejoindre les peacekeepers est acceptée. Nom étrange, se dit-elle. Trop cliché. Cameron est méfiante, il y a comme quelque chose qui cloche dans l’air. Pourquoi ces Hunter’s seasons ? Que recherchent réellement les têtes pensantes ? Durant les mois qui suivent, la jeune femme suit les ordres et a pour principale mission de maintenir l’ordre. C’est totalement bateau et elle s’ennuie à mort. En plus, entre tous les changements et l’atmosphère sombre qui s’installe un peu partout, l’ex soldat se pose des questions. Pourquoi rudoyer les gens ? Qu’est-ce qu’on nous cache ?

Cameron parvient à se tenir à carreaux malgré son agacement croissant. En vrai, ça l’a fait de plus en plus chier d’obéir quasiment bêtement. Au moins, à l’armée, il y avait un objectif à plus grande échelle. Là, elle ne servait qu’à empêcher les émeutes, ou à les calmer si besoin. Certes, elle aidait des vies mais ça n’avait franchement rien à voir avec ses anciennes attributions. Au moins, le discours du président à venir va un peu animer le coin. Enfin, pour l’animer, y a pas photo. Malgré les mesures de vigilance mises en place, personne ne fut à même de contrecarrer le coup d’état d’un groupe dissident. Les dommages furent énormes. Inconcevables même. La mort du président créa le choc à travers tout le pays. Cameron était à l’extérieur à ce moment-là mais toutes les personnes rejoignirent l’intérieur dès les premiers coups de feu. Une vraie boucherie. Et quelle ne fut pas sa surprise quand la deuxième partie de soirée fut dévoilée. Rien ne l’avait préparée à ça. Plus tard, elle apprendrait avec un peu plus de précisions de quoi il s’agissait. D’un portail magique. De l’apparition de silhouettes comme si tout semblait normal. Mais rien, absolument rien ne l’était.

Durant des semaines, les réunions s’enchainèrent pour trouver la meilleure manière d’agir suite à cette journée fatidique. Les dégâts engendrés étaient sans précédents. Il fallait reprendre le contrôle du pays, et ramener l’ordre et le calme dans le chaos. Sans compter que la météo fait encore des siennes. Comme si les tempêtes humaines ne suffisaient pas. New-York plongea dans le froid, et certains murmuraient qu’il s’agissait d’une nouvelle ère glaciaire. Sur ce coup, Cameron restait mitigée. Elle n’y connaissait rien en météorologie, mais sous-entendre que la magie utilisée à ce moment-là avait peut-être entrainé la plongée de la ville dans un hiver sans fin… C’était un peu gros pour elle. En même temps, comme le pire de l’homme restait toujours plus impressionnant que son meilleur… Pourquoi devrait-elle être sceptique ? Restons blasé, voulez-vous. Cela vaut mieux pour notre petit cœur.

On apprend l’existence officielle des zombies. Oui, messieurs dames. Des morts qui marchent. Des macchabées avec la bave à la bouche et dont on ne sait pas grand-chose. Sauf qu’il faut les tuer. Et tirer à vue, ça, elle sait faire. Alors, tant pis pour ses réticences croissantes, et bonjour le paintball à balles réelles. Les gens ont fui le Nord de toutes manières, cela laisse un terrain de chasse grandeur nature pour ceux qui, comme elle, savent utiliser un flingue. New-York se vide rapidement, tandis qu’ils enchainent les raids sanglants. Le but étant de nettoyer les quartiers un par un. Si elle devait être honnête, Cam’ se sent revivre avec une arme entre les mains. Les cibles sont plus nombreuses que prévues et certains tombent au combat. Chaque semaine, de nouvelles informations quant à cette race leur parviennent, comme la meilleure manière de les tuer par exemple. Est-ce qu’on tue quelque chose qui est déjà mort, d’ailleurs ? Peu importe, le sang gicle et des morceaux tombent. Quand ça cesse de marcher, c’est un point de plus. Et des points, la jeune femme en a un paquet. Hum ? Bien sûr qu’elle les compte. C’est devenu le nouveau sport à la mode, voyons.

En juin 2014, elle apprend le décès de ses grands-parents. La nouvelle est si brutale que Cameron en perd le contrôle. Elle en devient violente et provoque une dispute musclée avec ses camarades, au point que les coups sont échangés. Pour son comportement, elle est remerciée. Ce qui la laisse froide. Ce qu’elle faisait ne lui plaisait pas de toutes manières, et là, elle a beaucoup plus important à faire. Cameron rejoint donc le quartier de la Nouvelle Orléans où étaient domiciliés ses grands-parents depuis la grande migration. Rapidement, elle apprend qu’il s’agissait d’un casse banale dans une épicerie. Un gars a voulu piquer la caisse et quatre personnes sont mortes dans la manœuvre. Aussi simple que ça. Un vol tout con, bateau, pour une foutue caisse enregistreuse.

La haine pour ce gars est aussi soudaine que fulgurante. Alors Cameron se met en chasse. Elle dort peu, mange peu, enchaine les planques et les interrogatoires forcés. Ses blessures sont multiples, impact de balle et coups d’couteau. Après plusieurs semaines de recherche, quand elle met la main sur cette enflure, elle pète les plombs. L’état dans lequel elle le laisse après son passage ne permet pas de le reconnaitre. Seules les empreintes des doigts restants apportent une identité. Mais sa colère n’est pas apaisée. La mort ne suffit pas. Cameron passe des jours entiers dans l’appartement de ses grands-parents à revivre de vieux souvenirs. Recluse, elle est agressive et de plus en plus renfermée. Un rien l’énerve et il lui faudra beaucoup de temps pour se calmer un tant soit peu.

Dans tout ça, elle gère vaguement les affaires de ses grands-parents, la paperasse que leur décès entraine. Ils lui lèguent tout ce qu’ils ont, même si ce n’est pas grand-chose. Avec les évènements météorologiques, et sociétaux, la finance n’est pas au beau fixe. Peu importe, Cameron sait se contenter de ce qu’elle a. Au final, elle revend l’appartement de ses grands-parents, incapable d’y rester. De toute façon, elle avait déjà trouvé un studio tranquille durant la migration pour lui permettre de tourner sur son passé. Cela vaut mieux. Au moins, elle peut observer de loin les actions menées par ceux qui dirigent cette ville de manière directe ou indirecte. Comme cette remise en place des arènes qui la laisse songeuse. Elle n’est guère étonnée de la riposte des résistants. C’était même prévisible. A croire que certains n’apprennent pas des erreurs passées.

Depuis mai 2013 où elle s’est installée, Cameron a eu le temps de s’approprier la ville et ses habitants. Okay, elle a eu l’occasion de faire de nombreux allers-retours pour sonder les environs mais la Nouvelle Orléans reste le pied à terre pour tous les survivants. Elle roule donc sa bosse, enchaine des ptits boulots, et trouve l’argent où il y en a. Il lui est plusieurs fois arrivé de flirter avec l’illégalité, pour ne pas dire, franchir la barrière. Il faut croire qu’elle a un talent pour obtenir des informations des autres, ou leur faire cracher le fric qu’ils doivent. Travailler pour des gens plus ou moins recommandables n’est pas réellement un problème à ses yeux. C’est ainsi qu’est fait le monde. D’ailleurs, vu l’état dans lequel il se trouve, ce n’est guère anormal. Cela fait un moment qu’elle ne s’étonne plus de ce qu’elle voit ou de ce qu’elle entend. Les dernières années ont été témoins de tant de changements que l’homme a du mal à suivre, quand bien même il est programmé pour s’adapter.  




file-moi ton stylo, j'ai plus d'encre


Les ombres ont pris possession des lieux. Le vent, glacial, bouscule une mèche rebelle alors que la jeune femme avance inexorablement. Aucun détail de ce décor n’appartient au New-York que tous avaient connu. Le panache, la vigueur, la vaillance de la Grosse Pomme ne sont plus. Elle ne retrouve pas l’odeur persistante du café dans cette rue commerçante. Il n’y a pas le moindre cri d’enfant alors que Central Parc est à quelques mètres. Les arbres sont morts sous la couche de neige et de glace. Les couleurs se sont éteintes et partout où se posent ses yeux, il n’y a que blanc ou gris. La tristesse ne fait pas seulement partie des lieux, elle habite le cœur de tout spectateur qui contemplerait ce paysage post-apocalyptique. Cameron n’est pas plus sensible que cela, certes, mais à chacun de ses retours ici, la même incompréhension traverse ses prunelles. Pourquoi ? L’homme a-t-il tant gagné en prétentieux que les dieux eux-mêmes ont décidé de le faire descendre de son piédestal ? Savent-ils seulement le nombre d’âmes qui se sont envolées en quelques mois ? La jeune femme serre les dents, et son index caresse presque amoureusement la crosse de son flingue. Un geste habituel, quasiment instinctif, comme pour se rassurer dans le silence pesant des alentours.

Il n’est plus question de sortir sans être armée à présent. Encore moins pour rejoindre New-York. Annonciateurs de cauchemars innommables, les mouvements dans l’obscurité sont bien trop inquiétants pour se poster en victime déclarée. Ce que Cameron n’aimerait clairement pas être. Il faut croire que son ego ne le lui pardonnerait pas. Un rictus fugace passe sur ses lèvres sèches, puis disparait aussitôt. Un cri a retentit. Un cri humain. Tous ses membres se figent, les sens en alerte. La jeune femme balaye les environs à la recherche d’un indice quelconque, mais seule son ouïe semble pouvoir l’aider. Elle avance, hasarde, continue. Là, à une soixantaine de mètres devant, apparaissent les protagonistes de ce tumulte. Cameron plisse les yeux et discerne au milieu des créatures qu’elle a appris à chasser, un adolescent. Une quinzaine d’années maximum. Sa mâchoire se serre alors que son cœur rate un battement. Qu’est-ce que ce connard foutait là ? Cinq ennemis pour un innocent. Tout ça pour un bouquin, ou pire une game boy qu’il aurait oublié derrière lui, à n’en pas douter. Durant quelques rapides secondes, elle enregistre les détails de son visage marbré par la peur. Il regarde en arrière, remarque la surface gelée et elle peut deviner les rouages de son cerveau qui tournent. Il cherche une alternative, soupèse ses chances. Sait-il nager ? Sait-il se battre ?

Cette scène semble totalement irréelle dans l’immobilité de la ville. Pas âme qui vive, ou qui vive vraiment. Seulement ces six silhouettes qui semblent onduler au ralenti dans l’esprit de Cameron. Le gamin lève un bâton, les mains tremblantes, mais le regard déterminé. Il ne veut pas se rendre, il ne veut pas tomber devant eux, ne veut pas lâcher prise. Comment ne pas comprendre cette volonté d’être, de vivre ? Elle le fixe, bien droite, à côté d’un arbre sans vie, et le temps s’arrête quand il tourne la tête vers elle. Même de là où elle se trouve, Cameron n’a aucun mal à imaginer ses prunelles s’agrandir et son rythme cardiaque s’accélérer. Sera-t-elle une bouée de sauvetage dans cette tempête ? C’est ce qu’il se dit, c’est ce qu’il espère secrètement, ce qu’il meurt d’envie de hurler. Aidez-moi. Il est seul face à l’adversité, et sait déjà quelle sera sa fin. Alors bien sûr qu’il veut se raccrocher à elle, qu’il se met à espérer. Mais les créatures approchent, attirent son attention et il comprend. Elles sont trop près et Cameron trop loin. C’est une femme, et elles sont cinq. Il tressaille, de froid, de peur, de compréhension. Il tourne la tête encore une fois vers elle, crispé, désespéré. « Partez ! » Cameron ne bouge pas, ne répond pas. Il donne un coup quand l’une tente de le saisir, offrant ainsi son flanc gauche aux autres adversaires. Le sang jaillit sur la glace et sur la neige, sortant la femme de sa torpeur. Elle lève le bras, se concentre et tire. Une balle dans la tête pour le libérer, pour lui permettre de partir sans souffrir davantage.

Ce monde est moche gamin. L’espoir tue plus qu’il ne fait vivre. Pourtant, il y a encore des gens comme toi qui parcourent ce monde. Et c’est ce genre de miracles qui m’empêche de fermer les yeux.

Pseudo : Siam


Pays:
France.
présence :
Deux fois par semaine minimum.
MID c'est quoi pour toi :
Joli design, joli contexte, joueurs accueillants et sympathiques.
et le règlement, tu l'as lu?
Oui.
un dernier mot?
Ted Président.



Dernière édition par Cameron E. Falls le Mer 17 Fév - 23:11, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

rirat bien qui rirat le dernier

Féminin
↳ Nombre de messages : 602
↳ Points : 1065
↳ Date d'inscription : 29/12/2013
↳ Age : 24
↳ Avatar : Luke Mitchell
↳ Age du Personnage : 31 ans (71 ans)
↳ Métier : tueur à gages indépendant - homme à tout faire - bête à abattre pour plusieurs mafia
↳ Opinion Politique : Neutre à tendance rebelle
↳ Niveau de Compétences : Nv. 1 - 2 en occultation des sens, guérison et en manipulation des ombres - Max en exhibitionnisme
↳ Playlist : One grain of sand - Ron Pope || I believe - Ron Pope
↳ Citation : « Quand le mort repose, laisse reposer sa mémoire. »
↳ Multicomptes : Rafael A. Morienval | Nolan A. Wiggins



Feuille de perso
↳ Copyright: (avatar) marelle
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Ven 12 Fév - 23:35

Ces gifs cette avatar ce style

Bref. Bienvenuuuuuuue

_________________
« De son point de vue, mieux valait mourir un jour que mourir aujourd'hui. ». @brandonsanderson ≈ © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2620-andrei-constant-

Féminin
↳ Nombre de messages : 2942
↳ Points : 867
↳ Date d'inscription : 14/04/2014
↳ Age : 27
↳ Avatar : Milo Ventimiglia
↳ Age du Personnage : 35 ans
↳ Métier : Créateur et rédacteur en chef du Blackbird
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Nv. 1 / 2 en détection de mensonge
↳ Playlist : Keane - Crystal Ball / Twenty one pilots - Car Radio / Daughter - Medicine / Greg Laswell - This Woman's Work / Foals - Spanish Sahara / Sleeping at Last - Light / Coldplay - Don't panic / Daughter - Doing the right thing PLAYLIST YOUTUBE
↳ Citation : "They may torture my body, break my bones, even kill me. Then, they will have my dead body. Not my obedience."
↳ Multicomptes : Ezra S. Reilly & Joan C. Valentine
↳ Couleur RP : White



Feuille de perso
↳ Copyright: Nanami
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Ven 12 Fév - 23:38

Bienvenue par ici petite Cameron

Alors déjà, comme déjà dit sur la cb , excellent choix d'ava Astrid est juste beaucoup trop mignonne et tes gifs sont juste sublimes J'adore le titre de ta fiche et puis, mama mia, ce début est pire que prometteur Je suis déjà conquise par ta plume Je suis impatiente d'en lire davantage et de découvrir ce que tu nous concoctes Bon courage pour la rédaction Je te souhaite de te plaire parmi nous parce que c'est le plus important

_________________

    Before all of this, what did I miss ? Do you ever get homesick ? I can't get used to it. I can't get used to it. I'll never get used to it. I'll never get used to it. I'm under that night. I'm under those same stars. We're in a red car, you asleep at my side. Going in and out of the headlights. Could I have saved you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2879-i-m-nothing-with

Féminin
↳ Nombre de messages : 2092
↳ Points : 194
↳ Date d'inscription : 26/09/2015
↳ Age : 25
↳ Avatar : Cillian Murphy
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : Ancien militaire et archiviste ; Peacekeeper
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
DAMIEN RICE - small crime | ROSS COPPERMAN - holding on and letting on | JAMES BAY - hold back the river | YEARS & YEARS - desire | KODALINE - honest | DAUGHTER - youth | OF MONSTERS AND MEN - little talks | APOCALYPTICA - cold blood | NICK CAVE - red right hand | BEN NICHOLS - this old death | PHOSPHORESCENT - song for zula

↳ Citation : "Sometimes there is absolutely no difference at all between salvation and damnation."
↳ Multicomptes : Nymeria C. Grimes & Kyran R. Hogan
↳ Couleur RP : MediumTurquoise



Feuille de perso
↳ Copyright: Tik Tok & NEON DEMON & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Ven 12 Fév - 23:39

Bienvenuuuuuue
Le titre promet Ton personnage a l'air de dépoter, j'ai été vraiment happée par le début J'adore énormément tout ce que tu as déjà écrit Une humaine en plus, ça manquait merci Puis ancienne militaire, j'allais dire qu'il allait nous falloir absolument un lien mais je crois que les dates ne vont pas concorder Mais on s'en trouvera un quand même (Je ne te laisse pas le choix oui *sbaff*) En tout cas je te souhaite pleiin de courage pour la rédaction de ta fiche, je suis très impatiente d'en lire davantage
Cameron est un superbe prénom au passage

_________________
I hear my poisons in the multitude. Why was I damned a human deemed too rude? Somewhere between the madness and my mind. I live with lesions called the human kind. I wander aimlessly amongst the herd. Infesting shadows, I am undeterred. My head explodes, my soul berates.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2985-rhys-les-morsure

Féminin
↳ Nombre de messages : 689
↳ Points : 793
↳ Date d'inscription : 12/02/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Astrid Berges-Frisbey
↳ Age du Personnage : 27 ans.
↳ Métier : Multi-tâches.
↳ Opinion Politique : Totalement blasée.
↳ Playlist : Las Ketchup - Asereje
↳ Citation : "Les Lamentations des Vivants sont un Chant pour les Morts."
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #cccc99



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Sam 13 Fév - 0:12

Woh o.O On m'avait dit que vous étiez accueillants, mais tout de même, c'est impressionnant. Donc, merci à vous trois, et à tous ceux de la CB.

Maintenant, j'ai à peine la pression pour l'histoire.

Et Rhys, merci encore pour avoir répondu à mes questions en tant qu'invitée.


_________________
    hopeless
    Radioactive - Imagine Dragons. △ I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. It’s a revolution I suppose. We’re painted red to fit right in. Welcome to the New Age. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Laugh like a jackal

Masculin
↳ Nombre de messages : 1688
↳ Points : 552
↳ Date d'inscription : 11/12/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Finn Wittrock
↳ Age du Personnage : 28 ans
↳ Métier : Brancardier
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement en place mais surtout contre la Prohibition.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 - (Niveau 4 en poils soyeux !)
↳ Playlist : The Sex Pistols - NeverMind The Bollocks
↳ Citation : Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l'obtenir.
↳ Multicomptes : Tristan K. Bellamy
↳ Couleur RP : darksalmon



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Sam 13 Fév - 0:20

Bienvenue Cameron ! Ton perso a l'air très cool, on a hâte d'en lire plus ! Bon courage pour la suite de ta fiche

_________________
The Jackal comes, blood lust on his lips. He craves the dead, our lives in his grips. He's after our hearts, he'll chew and swallow. Blood pours from his mouth, our lives will soon follow. Death comes to those who wait, He feels this. Eyes wide. We try to run from our past, but the truth we cannot hide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3157-mikkel-georg-iev

Féminin
↳ Nombre de messages : 2092
↳ Points : 194
↳ Date d'inscription : 26/09/2015
↳ Age : 25
↳ Avatar : Cillian Murphy
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : Ancien militaire et archiviste ; Peacekeeper
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
DAMIEN RICE - small crime | ROSS COPPERMAN - holding on and letting on | JAMES BAY - hold back the river | YEARS & YEARS - desire | KODALINE - honest | DAUGHTER - youth | OF MONSTERS AND MEN - little talks | APOCALYPTICA - cold blood | NICK CAVE - red right hand | BEN NICHOLS - this old death | PHOSPHORESCENT - song for zula

↳ Citation : "Sometimes there is absolutely no difference at all between salvation and damnation."
↳ Multicomptes : Nymeria C. Grimes & Kyran R. Hogan
↳ Couleur RP : MediumTurquoise



Feuille de perso
↳ Copyright: Tik Tok & NEON DEMON & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Sam 13 Fév - 0:42

Cameron E. Falls a écrit:

Et Rhys, merci encore pour avoir répondu à mes questions en tant qu'invitée.


Haaaan c'est toi, je suis ravie de voir que tu as sauté le pas, c'est génial Faut pas avoir la pression pour l'histoire, vu ce que tu as déjà écrit, ça sera forcément bien
Ah juste tu as écrit 1090 en date de naissance, tu voulais mettre 1990 non si c'est une Soulcrusher ? hum

_________________
I hear my poisons in the multitude. Why was I damned a human deemed too rude? Somewhere between the madness and my mind. I live with lesions called the human kind. I wander aimlessly amongst the herd. Infesting shadows, I am undeterred. My head explodes, my soul berates.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2985-rhys-les-morsure

Masculin
↳ Nombre de messages : 370
↳ Points : 1037
↳ Date d'inscription : 25/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins & Garret Ferguson
↳ Couleur RP : #cc9966



Feuille de perso
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; ASTRA & Mollie King.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Sam 13 Fév - 7:45

Bienvenue officiellement
Ce début de fiche est vraiment cool, hâte d'en savoir plus sur la demoiselle !
J'espère que tu te plairas bien dans notre petit monde et bon courage pour la suite de la rédaction

_________________
why do i keep coming back to you ?
Don't wanna be with nobody, just wanna make it with you. Caught up in all of my feelings, baby, why don't you feel like I do? And I wonder what you're thinking right now, no, I never can tell, and I wonder why we're doing this now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t4126-adrian-i-m-going

Féminin
↳ Nombre de messages : 977
↳ Points : 665
↳ Date d'inscription : 01/07/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau max en tâches et théorie du complot
↳ Playlist : Woodkid - Run Boy Run ; C!NCC - Bipolar Mind ; The Used - The Bird and The Worm ; Enter Shikari - Destabilise ; ADTR - Paranoia ; Eddie Vedder - Society
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna + (she)wolf
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Sam 13 Fév - 10:34

Bienvenuuuue ! What a Face

Ce début de fiche est d'une tuerie Je kiffe déjà ton perso, (manigance dans sa tête pour un éventuel lien ) Hâte d'en savoir plus
Bon courage pour la suite de la fiche

_________________
COMMEDIA DELL'ARTE DELL'INFERNO
Dans un monde sans lumière s'avance l'armée des ombres. Secte au culte lunaire, marionnette, quelle est ton ombre ? Le bon sens est mis en quarantaine, où est passée la vérité ? Moyen-âge des temps modernes, bienvenue dans un monde dépassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2888-fell-down-a-hole

Féminin
↳ Nombre de messages : 968
↳ Points : 600
↳ Date d'inscription : 26/10/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Halsey.
↳ Age du Personnage : vingt-quatre ans.
↳ Métier : trafiquante et créatrice de nouvelles drogues et médiacements pour la Niflheim.
↳ Opinion Politique : sans opinion.
↳ Niveau de Compétences : niveau un.
↳ Playlist : PANIC! AT THE DISCO - emperor's new clothes⎜SMALLPOOLS - street fights⎜HALSEY - drive⎜THE SCORE - where do you run?⎜THE 1975 - love me⎜TWENTY ONE PILOTS - ride⎜DOROTHY - wicked ones⎜THE KOOKS - bad habit⎜PVRIS - you and I⎜BMTH - follow you
↳ Citation : « I'm falling, so I'm taking my time on my ride »
↳ Multicomptes : Vittoria K. Bathory & Nataliya Clarke
↳ Couleur RP : #E04848



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines. & endlesslove
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Sam 13 Fév - 12:27

Bienvenue parmi nous
Je suis ultra fan du début de ta fiche, Cameron promet des merveilles Et puis Astrid quoi est juste trop chou et sublime aussi
Je te souhaite bon courage pour la suite de la rédaction et surtout amuse toi bien sur MID

_________________
    All we do is drive ◇ My hands wrapped around the stick shift swerving on the 405, I can never keep my eyes, Off this. My neck, the feeling of your soft lips. Illuminated in the light, bouncing off the exit signs I missed. It's so simple but we can't stay. Overanalyze again, would it really kill you if we kissed?


Dernière édition par Mackenzie Caulfield le Sam 13 Fév - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3058-mack-we-have-all

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Sam 13 Fév - 13:43

Moooh j'ADOOOOOORE !!!

Ce vava, ce prénom, cette plume... je kiff Hâte d'en lire plus ! Mais je sens déjà que Tim va bien s'entendre avec elle

BIENVENUE !

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 689
↳ Points : 793
↳ Date d'inscription : 12/02/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Astrid Berges-Frisbey
↳ Age du Personnage : 27 ans.
↳ Métier : Multi-tâches.
↳ Opinion Politique : Totalement blasée.
↳ Playlist : Las Ketchup - Asereje
↳ Citation : "Les Lamentations des Vivants sont un Chant pour les Morts."
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #cccc99



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Sam 13 Fév - 14:58

Woh, comment toucher le coeur d'une femme un samedi en début d'après-midi Les gars, vous roxxez du poney !

(Et... Oui, j'me suis plantée entre le 9 et le 0 )

_________________
    hopeless
    Radioactive - Imagine Dragons. △ I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. It’s a revolution I suppose. We’re painted red to fit right in. Welcome to the New Age. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Sam 13 Fév - 15:32

Une erreur de 900 ans c'est rien :P

S'tu veux, Tim veut bien te faire découvrir les environs What a Face

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2541
↳ Points : 122
↳ Date d'inscription : 25/01/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Eddie Redmayne
↳ Age du Personnage : 33 ans (254 ans)
↳ Métier : Ancien journaliste ; Prostitué
↳ Opinion Politique : Anarchiste anti-Gouvernement
↳ Playlist : Les anarchitectures – Autour de mois les fous - Les Infidèles - Que tout est noir, Saez ϟ Trouble, Halsey ϟ Mr . Brightside, The Killers ϟ One Last Song, Demon Hunter ϟ Ghostcity, Thomas Azier ϟ Shine, Years & Years ϟ Bad Blood, Bastille ϟ Children Of The Revolution, T. Rex ϟ Territorial Pissings, Nirvana

↳ Citation : « People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people »
↳ Multicomptes : Stain E. Greyjoy & Aleksi S. Lenaïk
↳ Couleur RP : #f34c4c



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Sam 13 Fév - 15:48

Welcome tout plein hi
Je te souhaite bon courage pour la redécation de ta fichette Le début dépote les tulipes de mamie Keupine militaire en plus *sbaff* Je suis fan du style et de cette petiote, ça promet pour la chouite J'espère que tu te plairas dans notre joli petit monde

_________________
❝ Naufragé dans la nuit

On s'achète on se vend. Au vent des hémisphères. On se jette, on se prend contre un peu d’éphémère. Sur l'étoile d'argent, le cerveau, la chair. Faudra choisir un camp. L'obscur ou la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3400-les-anarchitectu

Féminin
↳ Nombre de messages : 689
↳ Points : 793
↳ Date d'inscription : 12/02/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Astrid Berges-Frisbey
↳ Age du Personnage : 27 ans.
↳ Métier : Multi-tâches.
↳ Opinion Politique : Totalement blasée.
↳ Playlist : Las Ketchup - Asereje
↳ Citation : "Les Lamentations des Vivants sont un Chant pour les Morts."
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #cccc99



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.   Sam 13 Fév - 16:24

Timothée ¤ Avec plaisir ! Enfin... Si j'parviens à finir la fiche, et à moins bien sûr, qu'elle insupporte ton personnage. Ce qui ne m'étonnerait pas What a Face

Calyxte ¤ Je l'espère aussi, mais déjà votre jauge de sociabilité gagne chaque jour des points !

_________________
    hopeless
    Radioactive - Imagine Dragons. △ I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. It’s a revolution I suppose. We’re painted red to fit right in. Welcome to the New Age. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Cameron - Cendrillon en GI-Joe, ou Ariel sous Morphine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» James Cameron et les fonds Marins
» [Résolu] Formatage sous W7
» Bug sous linux:
» Affichage sous IE des smileys et gif animés
» [Résolu] Problème affichage diapo powerpoint sous firefox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Second Chapter :: Life For Rent :: Welcome Home-