AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ghost Lights ▬ Connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 369
↳ Points : 1037
↳ Date d'inscription : 25/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins & Garret Ferguson
↳ Couleur RP : #cc9966



Feuille de perso
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; ASTRA & Mollie King.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Ghost Lights ▬ Connor   Mar 15 Mar - 2:02



ghost lights

 
Waking up in the fog, the dust and the pain


Le regard dans le vide et le souffle court je tourne et vire dans les allées du cimetière. Tout est vide et rien à de sens. Le silence me murmure combien tout est pourri en ce bas monde, le vent me tourne le visage vers les tombes. Monde de merde. Présent de merde. J'en peux plus de tout ça, je veux juste me tirer de là. Mais pour aller où ? La question à un million. N'avoir nulle part où aller, ne plus savoir pourquoi on vit, pourquoi on est encore ici.

Je tousse à cause du froid, de l'alcool encore présent ou des cigarettes que je porte à mes lèvres trop souvent. Je pourrais cracher mes poumons que personne ne s'en rendrait compte. La chose la plus horrible depuis l'apocalypse, c'est que les gens ne prennent pas le temps de venir voir les morts. On ne les pleure pas, du moins pas ici. On ne leur apporte pas de fleur, pas de pleurs. On ne leur apporte rien. Je me suis souvent demandé si c'est parce que les gens s'en foutaient. Et puis, j'ai vu le monde se dégrader, les histoires de zombies, les meurtriers sans merci qui vous tuent dès que vous laissez apparaître une once de faiblesse.

Je vois des cadavres tous les jours, je vois des tombes se remplir, mais l'atmosphère de ce lieu qui m'effrayait quand j'étais petit n'est plus. Ici, il n'y a plus de deuil, plus de chagrin, il y a le silence et la solitude. Peut-être le repos qu'on nous vendait tant, la mort est un sommeil éternel, et ici on le sent enfin vraiment. Et au final, à roder entre les pierres, je me demande si je ne suis pas devenu un peu mort aussi. J'apprécie de plus en plus le silence, ou du moins, j'ai appris à l'accepter. Seuls les bruits de mes pas et de mes pensées qui m'entourent. J'ai tenté de les faire taire, et faire parler le silence. Rien de tout cela n'a marché. Alors je me suis habitué, et j'ai trouvé ma place dans ce cercle misérable et je reste là.

Je stagne dans ce présent, j'attends la mort ou la vie. J'attends quelque chose qui n'arrive pas, et à force, je l'oublie. J'erre comme un fantôme sans vie. Je sors une clope de mon paquet et l'allume en me tournant dos au vent. Le regard relevé j'aperçois une silhouette un peu plus loin. Je hausse un sourcil et plisse les yeux pour être sûr de ce que je vois. Personne n'est sensé être ici à cette heure, personne n'est jamais ici à n'importe quelle heure. Alors j'avance, doucement, discrètement.

La fumée contre le visage et les cendres au bout des doigts. Plus je fais de pas, plus je réalise que je n'hallucinais pas. Il y a un homme, là, face à une tombe. Et si je n'étais pas moi-même au cœur de la plus sale des faces de ce monde, j'aurais sans doute avancé sans aucune appréhension vers quelqu'un qui ne pouvait être qu'un simple humain endeuillé. Mais aujourd'hui, il fallait se méfier du plus petit animal, du plus beau regard. Ma sœur en avait été la preuve, derrière ces yeux d'anges elle avait réussi à faire faire des choses horribles à tellement de gens.

Alors lorsque j'arrive assez près pour qu'il me remarque je m'arrête. Un poing serré, légèrement sur mes gardes sans paraître hostile je sors la cigarette d'entre mes lèvres pour regarder un sombre inconnu, que je n'ai pas même aperçu dans les coins depuis que je suis ici. Je m'éclaircis la voix assez discrètement, juste assez pour être remarqué et pas trop pour ne pas sembler de respect. Un regard sur le nom de la tombe, et sur son état. Elle ne date pas d'hier.

Pourquoi est-il là ? Après tout ce temps ? Il n'avait pas pu m'échapper tout ce temps. Ravalant mon incompréhension, j'affiche un sourire gêné avant de tourner mes prunelles sur son visage et de casser le silence de ma voix. « Bonjour... heu... » un instant d'hésitation. Y avait-il une réelle justification pour interrompre quelqu'un face à une tombe ? En temps normal, il était certain que non, mais ici, dans ces conditions, oui.

« Je... je ne vous ai jamais vu ici ? » Ma question semble plus inquiétée qu'elle ne devrait. J'avale une bouffée de nicotine avant de reprendre plus calmement, plus posément. « Je ne voulais pas vous déranger, c'est juste que... personne ne vient jamais vraiment ici. Encore moins sur des tombes qui ne sont pas récentes. » Tout était relatif. Ici, rien n'était réellement vieux, et pourtant, une semaine pouvait sembler une éternité. La variation du temps lorsque notre vie est constamment en danger, à cause de zombies, pestes, ou autres jeux pour se massacrer les uns les autres est bien différente de celle d'un monde calme et doux, où notre seule préoccupation est celle de savoir ce que l'on va bien pouvoir manger le soir.

Je racle encore ma gorge, encore plus gêné de mon intervention, forcé de constater par sa prestance qu'il n'a rien d'un psychopathe pilleur de tombe ou que sais-je encore. Mais c'était trop tard, je l'avais dérangé, dans un deuil sans doute difficile à assumer. Et il n'y avait plus grand chose à rattraper. Alors foutu pour foutu, en guise d'excuse un peu malvenue, je tendais mon paquet vers lui et demandais sans oser le regarder à nouveau. « Vous fumez ? »


_________________
why do i keep coming back to you ?
Don't wanna be with nobody, just wanna make it with you. Caught up in all of my feelings, baby, why don't you feel like I do? And I wonder what you're thinking right now, no, I never can tell, and I wonder why we're doing this now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t4126-adrian-i-m-going
 

Ghost Lights ▬ Connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Windriver Ghost
» Image ghost ....c'est gros et lent !!!!
» cd bootable a partir d 1disket de demarrage ghost
» [Résolu] norton ghost
» Ghost Rider 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-