AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 890
↳ Points : 167
↳ Date d'inscription : 15/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï
↳ Couleur RP : darkseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 19:03


«Je te peau, je te porte et te fenêtre. Tu m'os, tu m'océan, tu m'audace, tu me météorite. Je te clé d'or, je t'exaordinaire, tu me paroxysme. Et me paradoxe.»


Tristan Kayiman Bellamy


© crédits
215 ans & 23 ans célibataire
Hellraiser ft Ezra Miller


Date et lieu de naissance :

Le 16 février 1801, sur un bateau, au large des côtes d’Amérique Centrale.
Forme animale :

Aucune mais il vit en compagnie de deux  alligators qui répondent aux doux noms de Néron et Brutus.
Métier :

Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
Force :

- Une habileté aux combats qu'il a développé par l’étude de différentes techniques d'art martiaux.
- Son sérieux et son efficacité dans ce qu'il entreprend.
Faiblesse :

Son ornithophobie (phobie des oiseaux) surtout les corbeaux.
Orientation sexuelle :

Open Mind.
Avis sur le Gouvernement :

La puce qu'on lui avait placé en 2012 lui a laissé un mauvais souvenir. Il n'est pas en accord avec le gouvernement et ses pratiques trop tyranniques et il a donc toujours été du coté de la résistance. Cependant, l'esprit qui le possède ne verra aucun inconvénient à collaborer avec le gouvernement, créant le trouble dans l'esprit chaotique de Tristan.
Particularité :

- Il a changé d'identité après l'apocalypse de 2013 mais son véritable prénom, Kayiman, lui a été donné par une jeune métis créole à l'orphelinat. Kayiman signifie alligator en créole. Elle l'a choisit pare qu'il était du genre à rester parfaitement immobile avec juste les yeux qui bougent, comme les crocodiles qui attendent leurs proies.
- Selon certaines théories, le cerveau reptilien serait la partie la plus primitive du cerveau, semblable aux cerveaux des reptiles et assurant des fonctions de base (respiration, battements cardiaques, régulation de la température, équilibre). Tristan agit ainsi suivant son instinct de conservation, selon la sagesse des crocodiles.
Ezra Miller © Sacha
 
Réfléchi ☦ Cynique ☦ Courageux ☦ Secret ☦ Assuré ☦ Égoïste ☦ Raffiné ☦ Énergique ☦ Déterminé ☦ Mélancolique ☦ Organisé ☦ Maîtrisé ☦ Épicurien ☦ Rationnel ☦ Charmeur ☦ Exigeant ☦ Direct ☦ Cruel


père castor, raconte-moi une histoire


L'enfant ne pleurait pas. Ce n'était qu'une expression de profonde angoisse qui défigurait son visage, bien au-delà des larmes, un cri silencieux qui s'échappait de sa bouche déformée par l'effroi. Plus jamais il ne se souviendrait de cette scène - du moins à l'état conscient - il l'enfouirait dans les tréfonds de son âme juvénile et il cadenasserait ce souvenir pour toujours. La dernière image de sa mère fut celle d'un corps pendu à une potence et se balançant au vent, les yeux cavés par les becs cruels des oiseaux. L'enfant s'était évanoui, il n'était qu'un petit corps inerte et chétif qu'on transportait sans ménagement. L'homme qui l'avait ramassé portait un bandeau sanguinolent sur l’œil, ses épaules étaient larges mais une bosse saillait entre ses omoplates. C'était la guerre à St Domingue, les blancs étaient massacrés et les collons fuyaient par milliers vers le continent, emportant avec eux les orphelins épargnés. L'enfant n'avait pas de nom mais il échoua dans un couvent français de la Nouvelle-Orléans. C'était en l'an de grâce 1804, au cours d'un été chaud et humide où les moustiques porteurs de maladies sévissaient, impitoyables. Les hommes n'étaient guère mieux.

Raconte-moi, demandait-il, apprends-moi encore. Et la jeune métis caressait les cheveux d'un noir de jais de l'enfant, elle chantait parfois de sa voix de contralto, une voix ample et sombre au timbre chaud et rond. Elle lui narrait les légendes haïtiennes, entre mythes et réalités. Helix était pour lui telle un psychopompe, un guide dans la nuit de la mort, une présence tangible pour l'ancrer à la vie. La lueur de la flamme dans les ténèbres. En dehors de leurs conversations, le regard de l'enfant était éteint, on l'avait cru attardé, on l'avait cru fou. Jusqu'à l'âge de cinq ans, il ne parlait pas, pissait sur lui et se déplaçait exclusivement sur les pointes de ses pieds, comme un funambule, en équilibre entre un monde et un autre. Il était absent. Il était invisible. Mais pas pour Helix. Alors un jour, l'enfant qui ne parlait pas lui dit je t'aime. L'enfant qui ne supportait pas d'être touché, l'enfant qui ne communiquait que par des hurlements et des griffures. Il entoura le corps d'Helix de ses bras. Au revoir. Au revoir. Mais il savait qu'il ne la reverrait plus jamais.

L'homme qui vint ce soir là à l'orphelinat, en cette soirée étrange de mars 1813, était un homme bien laid. Il était bossu, il était trapu. Son œil droit était de verre et il portait un sourire bancal sur la face. Il ne parlait pas beaucoup, il se contentait de phrases courtes, de soupirs, de silences. Mais pour communiquer, c'était bien suffisant. Il voulait prendre avec lui l'enfant crocodile, celui qu'on appelait Kayiman, celui dont personne ne voulait jamais. On ne comprenait pas, on trouvait ça ridicule voire stupéfiant. Qui pourrait vouloir adopter cet enfant ? Kayiman était mauvais, il était méchant. Il torturait les chats et clouait les chauves-souris vivantes contre les portes. Et quand on le battait, il riait, d'un rire de dément, un rire sans voix, silencieux comme la mort. Mais c'était lui que voulait le bossu tout tordu, c'était sur lui qu'il avait jeté son dévolu. Il grommela quelque chose au sujet d'un rêve prémonitoire, sur un lien de parenté avec l'enfant et puis, il se tut. Alors les bonnes sœurs de la maison de la charité le lui offrirent, elles poussèrent Kay dans les bras trapus du bossu et elles en furent bien satisfaites. L'enfant parti, il ne se retourna pas, il portait son baluchon au bout d'un bâton sur son bras. Ils marchèrent ainsi jusqu'au bayou, leurs pieds s'enfonçaient parfois dans les marécages et la boue, l'enfant trébuchait, tombait et se relevait. Et là, l'homme lui révéla la vérité : Kayiman, tu es probablement un sorcier. Je t'ai surveillé, je t'ai rêvé. Tu es en vérité, le petit-fils de mon frère cadet. Kayiman fut choqué. De la découverte de ce lien familial tout autant que de trouver enfin une bonne étoile. Et de fait, il ne fut pas déçu de ces extraordinaires affirmations car il se trouva que le bossu avait raison et possédait une très bonne intuition.

Le vieil oncle emporta l'enfant jusqu'au navire des flibustiers nommé La sœur chérie. Son capitaine ne reconnaissait la souveraineté d'aucune nation et le bossu était las des guerres. Il se voulait aveugle à la contrebande dans laquelle étaient engagés les flibustiers car le capitaine était son ami, le capitaine était son frère. Tous ensemble, ils voyagèrent le long des côtes de Louisiane, dans la région des Caraïbes et dans les courants du Mississippi. L'enfant était devenu adolescent. Kayiman était haut de taille, svelte et agile. Aux cotés des pirates, il apprit le maniement des armes et surtout l'art du combat à main nue dans lequel il excellait. Les sauts, la gestuelle, la vivacité, la dextérité. Il se découvrit une passion pour cet art guerrier. Le bossu lui avait révélé sa véritable nature et l'adolescent buvait ses paroles, il étudiait, intarissable de questions, lui l'idiot, lui l'attardé. Il devenait un génie en sorcellerie. Jusqu'à dépasser le maître. Mais le bossu, dessous sa hideuse enveloppe, était bon. Alors que Kayiman, en dépit de son allure charmante de jouvenceau, se voulait insensible et froid. Un soir, le jeune succube se faufila chez l'ennemi anglais, il charma le capitaine, il trahit son clan. Par envie, par profit, par plaisir, par hérésie. Et ce fut lui qui corrompu son propre maître, il convainquit son professeur d'user de magie noire, il le manipula tant et si bien que l'oncle en fut déboussolé. Et après l'avoir perverti, il l'abandonna là. Il se détourna du vieil homme sans un regardet prit son indépendance, décidé à créer son propre empire chaotique. Et il créa une multitude de skinchangers dans les larmes et le sang.

1819. La mort et il n'avait que dix-neuf ans. La mort sur un champs de bataille, la tête arrachée par un boulet de canon. Et le réveil dans un enfer réservés aux félons. La partie fut difficile mais bien moins qu'il ne l'aurait cru. Car au sein de ce chaos, dans les abysses sombres infestées de créatures sanguinaires, il se trouva des compagnons d'infortune. Des damnés tout comme lui, des jeunes, très jeunes sorciers. Aussi mauvais que désemparés. Alors, le crocodile se créa un petit empire, un clan où il pouvait exister en tant que chef. Il s'entoura des exclus, des répudiés, des bannis, des maudis. Certains ennemis étaient là, eux aussi.Et les années défilèrent plus vite que le vent, entre combats, trahisons et tourments.Jusqu'à ce que son cœur ne manque un battement. Il le manqua, il le manqua en la voyant. Elle. La métis à la voix de contralto. Helix. Car elle aussi faisait partie de ces âmes damnées et elle avait abouti dans le gouffre ténébreux tout comme lui, tout comme eux. Elle était rusée, feutrée, isolée. Il était menteur, ensorceleur, abuseur. Et leur union fut aussi belle qu'un matin de printemps après un hiver rigoureux. Un feux d'artifice dans la nuit noire qui aurait pu durer éternellement.

2012. Les portes de Darkness Fall s'ouvrirent sur le monde, la bouche de l'enfer vomit ses damnés comme une marée toxique et ainsi les mages noirs émergèrent du néant. A New York, Kayiman fut honteusement pucé et contraint de travailler pour le gouvernement en tant qu'illusionniste des Hunter's Seasons. Il prit le temps d'attendre son heure jusqu'à cette nuit de février 2013 où il se joignit à ses anciens compagnons pour ouvrir une nouvelle fois les portes du royaume de l'ombre et permettre aux Daybreakers d'envahir à leur tour le monde des hommes. Tout n'était que chaos. Et le crocodile se réjouissait. La belle métis était toujours à ses cotés et c'était tout ce qui lui importait. Jusqu'au jour où le chaos l'emporta elle aussi, il l'emporta dans un tourbillon de neige et de sang, entre les assauts des peacekeepers et des vagues de froid polaire. Alors, Kayiman la chercha en vain dans cet enfer de glace infesté de morts vivants. Après des mois d'errance, il rejoignit la Nouvelle-Orléans, convaincu de la mort d'Helix et le cœur aussi gelé que les terres du nord.

Les lieux avaient tant changé depuis sa jeunesse. Certaines ruines étaient encore présentes. Certains fantômes hantaient encore les marécages empoisonnés du bayou. Kayiman avait changé d'identité, il s'était trouvé un nouveau nom, celui du fils d'un capitaine, rencontré autrefois au cours de la guerre. Il mit à profit ses talents en magie noire pour œuvrer dans l'ombre contre le gouvernement en place. Il s'associa à la mafia pour ce faire et se rapprocha de certaines figures importantes de la rébellion humaine. Souvent, il se perdait dans le bayou, errant parmi les démons, alors qu'il en était un lui même, à la recherche des trésors enfoui des pirates du passé. Après la disparition de son aimée, il avait perdu son âme. Peut-être était-ce la raison de sa folie. Il ressentait des pulsions étranges depuis quelque temps, des pulsions qui tempêtaient dans son crâne, qui écrasaient son cœur, le mastiquaient, le torturaient. Les fantômes ne lui apparaissaient plus, ses rêves étaient vides de sens et il échouait systématiquement à réussir ses rituels. Son image dans le miroir lui apparu un soir, mutilée, décharnée, abîmée, la face d'une âme noire. Était-ce dieu qui le punissait pour ses crimes ? Il devenait lui même, chaotique.

Depuis l'an 2013, Tristan était devenu danseur, profitant de sa souplesse gagnée dans les arts du combat et il s'exposait ainsi dans des spectacles organisés au "Masquerade", un des cabarets les plus fréquentés de la Nouvelle Orléans. Il donnait également des cours privés pour les plus nantis, escot boy occasionnel, il était pour eux un coach de vie. Cette couverture lui permettait ainsi de jouer le rôle d'espion pour le compte de la rébellion, de se rapprocher des membres du gouvernement en profitant de son air pur et innocent. Il sombrait mais paradoxalement, il se nourrissait de son chaos intérieur. Il ne luttait pas contre les pulsions violentes qui l'habitaient, tout au contraire, il s'en servait. Il savait à présent qu'il devait apprendre à se contrôler lorsque parfois au court d'une danse, la chair de sa partenaire se nécrosait. Quelle importance à dire vrai ? Il en riait. La condition physique de Tristan était parfaite car il prenait soin de son corps grâce à un entraînement journalier rigoureux, s’entraînant sans relâche. Son esprit était solide, bien que souillé d'une profonde peine qui ne le quittait jamais réellement. Et cette image hideuse qui se reflétait dans le miroir ne faisait que lui renvoyer systématiquement son propre désastre intérieur. Son âme déchirée. Mais un crocodile souriant de tous ses crocs.



file-moi ton stylo, j'ai plus d'encre

Sujet 1:
 


Les couleurs semblaient avoir été arrachées du monde, anéanties par un dieu cruel et vengeur pour en effacer toute trace de vie. Une blancheur immaculée recouvrait chaque monument, chaque édifice, chaque surface de ce qui était autrefois une ville grouillante d'activité humaine. Tout avait été figé par la glace et New-York était désormais prisonnière d'un linceul uniforme et brillant. Dans cet univers pétrifié, seule une silhouette en troublait la paralysie. Une tache noire perdue dans tout ce blanc qui avançait le long de l'immense chaussée de glace. Ses hautes bottes faisaient crisser la neige à chacun de ses pas. Ceux-ci laissaient des traces régulières sur une ligne droite. Le sac accroché à ses épaules se balançait au rythme de son avancée. Léger et peu encombrant, il y avait rassemblé le strict nécessaire à sa survie dans ces contrées hostiles. Deux pistolets chargés étaient glissés dans son ceinturon ainsi qu'un katana logé dans un fourreau qu'il portait sur son dos pour plus d'aisance. Il était recouvert d'un manteau épais dont le capuchon recouvrait sa tête et une partie de son visage. On n’apercevait que son regard fixe, aux cils recouverts de givre, un regard qui scrutait le bout du chemin, le bout de la route. Pourtant celle-ci ne semblait pas avoir de fin et il marchait et marchait encore, sans s'arrêter, comme un automate, comme si ses jambes ne connaissaient pas la fatigue.

Les pensées de Tristan étaient aussi vides que ce tableau uniforme devant lui. Il se concentrait sur sa respiration, sur son souffle tiède qu'il exhalait sous son écharpe et qui réchauffait un peu ses joues. La route n'aurait jamais de fin, peut-être faisait-elle le tour de la terre. Peut-être marcherait-il ainsi éternellement, comme dans un rêve éveillé, sans but, sans destination finale. Une bourrasque glacée le heurta soudainement et il pencha légèrement son corps en avant pour affronter ce regain de froideur et continuer à marcher. Au loin, le paysage changeait et de hauts arbres aux troncs gelés, aux branches dépouillés de leurs feuilles et chargées de neige, apparaissaient entre les buildings. La température devait avoir encore chuté de plusieurs degrés et les muscles de Tristan étaient engourdis et douloureux quand il gagna enfin Central Park. Il ne pouvait nier la beauté de ce paysage fantomatique qui captait toute son attention. En ville, le silence était mortel, presque insupportable mais ici, le chant du vent entre les branches lui faisait l'effet d'une musique, aussi douce et lugubre qu'un requiem. Mais était-ce réellement la plainte du vent qu'il entendait ? Kayiman, tu es fou...

« Helix... »

Le son de sa propre voix le surprit et il se figea sur place. Elle était rauque, presque douloureuse pour sa gorge alors qu'il n'avait adressé la parole à personne depuis plusieurs semaines. D'étranges pensées rôdaient dans sa tête comme une complainte entêtante, obsédante. Il songeait à celle qui l'appelait encore par son ancien prénom. Mais Kayiman n'existait plus. Il n'avait peut-être même jamais existé réellement. Au fond de ses poches, ses mains gantées étaient endolories par la morsure du gel et il les porta à ses lèvres pour souffler entre ses doigts. Peut-être n'aurait-il pas dû faire ce voyage, il ignorait pourquoi il avait entreprit un tel périple, cela n'avait aucun sens. Au fond de lui, Tristan espérait sans doute retrouver Hélix ou du moins son fantôme, son souvenir, une bribe d'elle-même, là quelque part dans cette ville gelée. Mais il n'y avait rien à retirer de cet immense cimetière blanc qu'était devenu New-York, rien d'autre que la douleur et le désespoir le plus sinistre. Rien, Kayiman. Elle est morte. Rentre chez toi.

S'appuyant contre le tronc d'un chêne pétrifié, Tristan s'accorda une minute de répit, son regard fouillant les alentours. Il avait envie de s'allumer une cigarette mais il avait épuisé ses réserves depuis bien longtemps. Il se concentra sur les bruits, sur les sons mais rien de particulier ne se distinguait en dehors des sifflements du vent. Doucement, il ôta sa capuche pour mieux entendre, dévoilant ainsi sa masse de cheveux d'un noir profond autour de son visage pâle et fatigué. Il allait se résoudre à se remettre en route mais il s'interrompit tout net. Un hurlement strident s'était détaché de la complainte venteuse avec une cruelle évidence. La luminosité avait décru, jusqu'à plonger les environs dans les ténèbres, mais il n'avait qu'à suivre la direction d'où provenaient ces cris d'effroi.

A pas feutrés, il se faufila dans les sentiers enneigés jusqu'à rejoindre la surface lisse et étincelante d'un lac gelé, éclairé par le halo de la pleine lune. Il aperçu alors la scène dramatique qui s'offrait à lui : un humain épouvanté qui reculait dangereusement sur l'étendue glacée, ses pas faisant craquer la glace sous son poids. Son épaule saignait. Autour de lui, un groupe de morts-vivants dépenaillés, les vêtements en lambeaux, les membres parfois atrophiés, grognaient et grondaient. Tristan s'accroupit légèrement dans les ombres, prêtant à ce spectacle un regard empli d'une curiosité insensible. Il n'avait plus aperçu aucune âme vivante depuis qu'il s'était mis en route, plusieurs semaines auparavant. Même les zombies se faisaient rares et il n'avait croisé que quelques unes de ces créatures solitaires et perdues dans le blizzard. En apercevoir un troupeau entier était pour le moins étrange, presque fascinant. L'humain hurlait. « Au secours, j'vous en prie ! Quelqu'un… venez m'aider, pitié ! »

Tu te moques bien de ce qu'il adviendra de cet homme, n'est ce pas, Kayiman ? Si fait, il s'en fichait éperdument. Mais tout en y pensant, il se rappela qu'il s'appelait désormais Tristan. Il allait donc se redresser et s'en aller et pourtant, au dessus de lui, au travers des frondaisons des arbres gelés, se faisait entendre le vent. Des tâches noires volèrent devant ses yeux, résultat de la fatigue accumulée, et durant l'espace d'un moment il cru voir voler au dessus de lui, un nuage de passereaux. Les psychopompes. Les guides du royaume de la mort. Un frisson lui parcouru l'échine et il se frotta les yeux, la lâcheté était pour lui le pire des fléau et jamais, au grand jamais, il ne souhaiterait y céder. En lui, derrière ses traumatismes, brûlait un feu destructeur. L'envie de tuer. Elle le laverait de tout et cette pulsion luttait entre ses angoisses et ses espoirs déçus.Fuis. Fous le camp, Kay. Rentre chez toi. Elle est morte. Tu te fiches du reste. Elle est morte. Repose toi. Lâche prise.

Je n'ai jamais pris la fuite, de toute mon existence.

Simple murmure adressé à lui même. L’orgueil (ou la pulsion de mort) avait gagné. Silencieusement, il fit glisser son sac de ses épaules et le confia à la garde d'une vieille souche. Le fourreau de son sabre fut ajusté à sa ceinture avec rapidité avant que Tristan ne s'élance, prenant garde à ne pas glisser sur la glace, son pas souple et léger rejoignant la scène sans un bruit ni une seule mise en garde. Il fondit sur les ennemis en silence, abattant la lame de son katana sur deux gorges qu'il trancha avec précision, l'une après l'autre. L'humain lâcha un sanglot, entre soulagement et terreur. « Ah merci mon dieu, merci ! Fais attention, il y en a d'autres derrière toi ! » De son coté, le jeune blessé ne pouvait faire autrement que de reculer de plus en plus vers le centre du lac gelé, jusqu'à ce que la glace cède dans un craquement lugubre. Sa jambe sombra dans l'eau gelée sur un cri de sa part et il manqua de peu d'être immergé complètement. « Couche toi sur le ventre. Débarrasse toi de ton sac, tu es trop lourd. Ensuite, ne bouge plus. » Sa voix sonnait comme des ordres, calmes et assurés. Et pendant que l'humain s’exécutait en tremblant, balançant le sac sur le rivage, Tristan mettait sa hargne au combat, repoussant les assauts des zombies de coups de pieds habiles, fier d'une technique de combat qu'il maîtrisait parfaitement. Les monstres étaient néanmoins trop nombreux et il fut contraint de reculer pour escalader souplement une butte et dégainer ses pistolets. Les coups de feu résonnèrent dans le silence. Il abattit d'une balle dans la tête un bon nombre d'assaillants avant de ramasser son sabre et terminer le travail à coups de lame bien placés. Les cadavres d'une dizaines de créatures gisaient sur la neige, dans un mélange de sang et de chairs putrides. La victime, toujours allongée sur la glace, sanglotait sans se retenir.

«Tu… Oh merci… tu les as tous dégommé ! Aide moi… je n'ose pas me relever... Mais... qu'est ce que tu fous… ? »

L'humain observait son sauveur dans un mélange d'incompréhension et de stupéfaction. Il le vit se rapprocher posément de son sac, l'ouvrir et en sortir ce qu'il contenait pour balancer les effets inutiles sur la neige. Sans prendre la peine de répondre, Tristan empocha le paquet de viande séchée, le briquet et la lampe torche de l'inconnu. Maigre butin. Le jeu en avait-il valu la chandelle ? Au moins, le combat lui avait permis de se réchauffer un tant soit peu. Il se redressa et rengaina son sabre sous les protestations de l'homme qui tentait désespérément de ramper sur la glace aux craquements menaçants.

« Espèce de salaud ! Rends-moi mes affaires… tu n'as pas le droit de faire ça, c'est tout ce que j'ai... »
« Epargne ton souffle et rampe. Si tu es fort tu vivras, sinon... adieu. »

Et sur ces sages paroles, le crocodile se retourna pour poursuivre sa route. Une route si longue. Une route qui n'aurait jamais de fin.




Nekomata ━ V. ━ 21


↳ Pays:

Sénégal, 1h en moins que la France (:
↳ présence :

En semaine, moins le we
↳ MID c'est quoi pour toi :

C'est    
↳ et le règlement, tu l'as lu?

Ben vi !
↳ un dernier mot?

Miaou !

_________________
Sur des escaliers de brume

On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.


Dernière édition par Tristan K. Bellamy le Jeu 31 Mar - 19:13, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

Masculin
↳ Nombre de messages : 570
↳ Points : 978
↳ Date d'inscription : 25/12/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : En prison sous le nom de Nolan Wiggins, son jumeau. (Ministre)
↳ Opinion Politique : Quand on a le pouvoir, l'argent, et les passe-droits, on ne peut pas vraiment reprocher quoique ce soit au gouvernement en place.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 ( Niveau 4 en Guérison & Prémonition.) Niveau 84 en Serviettophilie
↳ Playlist : WOODKID - Iron ◐ METALLICA - One ◐ JOE HISAISHI - Princess Mononoke ◐ COLDPLAY - Fix you ◐ DAFT PUNK - Harder, Better, Faster, Stronger ◐ PINK FLOYD - Wish you were here ◐ BRITNEY SPEARS - Toxic
↳ Citation : "When life gives you lemons, don't make lemonade - make life take the lemons back! Get mad! I don't want your damn lemons, what am I supposed to do with these? Demand to see life's manager. [..]" C. J
↳ Multicomptes : Adrian N. Hoffman & Garret Ferguson
↳ Couleur RP : (#336666) #6699CC



Feuille de perso
↳ Copyright: © Poupée Morose ; Simon & Garfunkel ; ASTRA
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 21:11

BAAAAAAAAAAAAABE
Non mais sérieux, quoi, Ezra Miller... I'm gonna die
Ta plume, Ezra, et le prénom () c'est absolument parfait !
J'ai trooop hâte d'en savoir plus sur ton petit, et de pouvoir trouver des liens de folie avec ce nouveau petiot

En tous cas, c'est du DC de fou ça, re-bienvenue, éclate-toi bien avec lui (et avec nous )

_________________

SOUND OF SILENCE
Hello darkness, my old friend. I've come to talk with you again because a vision softly creeping left its seeds while I was sleeping and the vision that was planted in my brain still remains within the sound of silence. In restless dreams I walked alone narrow streets of cobblestone 'neath the halo of a street lamp I turned my collar to the cold and damp when my eyes were stabbed by the flash of a neon light that split the night and touched the sound of silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3207-liam-bad-reflect

Féminin
↳ Nombre de messages : 2078
↳ Points : 191
↳ Date d'inscription : 26/09/2015
↳ Age : 25
↳ Avatar : Cillian Murphy
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : Ancien militaire et archiviste ; Peacekeeper
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
DAMIEN RICE - small crime | ROSS COPPERMAN - holding on and letting on | JAMES BAY - hold back the river | YEARS & YEARS - desire | KODALINE - honest | DAUGHTER - youth | OF MONSTERS AND MEN - little talks | APOCALYPTICA - cold blood | NICK CAVE - red right hand | BEN NICHOLS - this old death | PHOSPHORESCENT - song for zula

↳ Citation : "Sometimes there is absolutely no difference at all between salvation and damnation."
↳ Multicomptes : Nymeria C. Grimes & Kyran R. Hogan
↳ Couleur RP : MediumTurquoise



Feuille de perso
↳ Copyright: Tik Tok & NEON DEMON & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 21:13

Re-bienvenuuuuuue
Je suis contente que tu te sois décidé pour ton DC, ça fait plaisir de découvrir ce nouveau personnage, il est vraiment très intéressant  Un Hellraiser en plus, c'est parfait ça  J'ai dévoré l'histoire d'une traite (ce qui n'est pas étonnant, je le fais déjà avec tes sublimes rps ). Ta plume me vend constamment du rêve, on dirait un conte macabre Par contre je t'avoue qu'il y a un point qui m'embête un peu
Citation :
Et là, l'homme lui révéla la vérité : Kayiman, tu es un sorcier.
Je ne vois pas trop ce qui peut amener à cette révélation subite Ce n'est pas inscrit sur sa figure, d'autant moins quand les pouvoirs n'ont pas été développés, or là il semble revenir exprès pour l'éduquer car il connait sa nature de sorcier... Il faudrait revoir ce point du coup Sauf si je n'ai pas bien compris le cheminement Il peut à la rigueur le suspecter ou l'espérer, et faire pratiquer à Kayiman des rituels pour faire émerger ses dons, mais pas le lui annoncer alors même qu'il n'a jamais pratiqué la sorcellerie.
J'espère que tu te plairas avec ce petiot dans tous les cas, je suis curieuse de le voir évoluer en jeu
Puis Ezra Miller est un magnifique choix   J'aime beaucoup cet acteur, on le voit vraiment pas assez sur les fofos J'adore aussi le pseudo complet  

(Je vais passer pour une grosse maniaque mais est-ce que tu pourrais retirer tous les [left] que tu as rajouté dans le préface de ta présentation s'il te plait ? Tout le forum est en version justifiée automatiquement par souci esthétique Désolée de t'embêter avec ça  )

_________________
I hear my poisons in the multitude. Why was I damned a human deemed too rude? Somewhere between the madness and my mind. I live with lesions called the human kind. I wander aimlessly amongst the herd. Infesting shadows, I am undeterred. My head explodes, my soul berates.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2985-rhys-les-morsure

Féminin
↳ Nombre de messages : 2940
↳ Points : 865
↳ Date d'inscription : 14/04/2014
↳ Age : 27
↳ Avatar : Milo Ventimiglia
↳ Age du Personnage : 35 ans
↳ Métier : Créateur et rédacteur en chef du Blackbird
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Nv. 1 / 2 en détection de mensonge
↳ Playlist : Keane - Crystal Ball / Twenty one pilots - Car Radio / Daughter - Medicine / Greg Laswell - This Woman's Work / Foals - Spanish Sahara / Sleeping at Last - Light / Coldplay - Don't panic / Daughter - Doing the right thing PLAYLIST YOUTUBE
↳ Citation : "They may torture my body, break my bones, even kill me. Then, they will have my dead body. Not my obedience."
↳ Multicomptes : Ezra S. Reilly & Joan C. Valentine
↳ Couleur RP : White



Feuille de perso
↳ Copyright: Nanami
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 21:19

Welcome back Tristou
Ce perso dépote tout omg Puis Ezra Miller, comment ça fait plaisir de voir son adorable bouille par ici Puis ce gif quoi J'adore le prénom aussi mama mia Ta plume est toujours aussi sublime:love: Je te souhaite de t'éclater avec ce nouveau perso Bon courage pour la suite de la rédaction

_________________

    Before all of this, what did I miss ? Do you ever get homesick ? I can't get used to it. I can't get used to it. I'll never get used to it. I'll never get used to it. I'm under that night. I'm under those same stars. We're in a red car, you asleep at my side. Going in and out of the headlights. Could I have saved you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2879-i-m-nothing-with

Féminin
↳ Nombre de messages : 2539
↳ Points : 121
↳ Date d'inscription : 25/01/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Eddie Redmayne
↳ Age du Personnage : 33 ans (254 ans)
↳ Métier : Ancien journaliste ; Prostitué
↳ Opinion Politique : Anarchiste anti-Gouvernement
↳ Playlist : Les anarchitectures – Autour de mois les fous - Les Infidèles - Que tout est noir, Saez ϟ Trouble, Halsey ϟ Mr . Brightside, The Killers ϟ One Last Song, Demon Hunter ϟ Ghostcity, Thomas Azier ϟ Shine, Years & Years ϟ Bad Blood, Bastille ϟ Children Of The Revolution, T. Rex ϟ Territorial Pissings, Nirvana

↳ Citation : « People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people »
↳ Multicomptes : Stain E. Greyjoy & Aleksi S. Lenaïk
↳ Couleur RP : #f34c4c



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 21:27

Re-bienvenue hi
C'tte nouvelle bouille, la classe quoi Ezra est justement tellement bavant Je te souhaite bon courage pour la rédaction de ta fichette Pis j'espère que tu vas t'éclater avec ce nouveau petiot

_________________
❝ Naufragé dans la nuit

On s'achète on se vend. Au vent des hémisphères. On se jette, on se prend contre un peu d’éphémère. Sur l'étoile d'argent, le cerveau, la chair. Faudra choisir un camp. L'obscur ou la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3400-les-anarchitectu

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 21:45

Ok c'est bon maintenant je peux venir faire ma fangirl.

Je vais me répéter mais j'adore déjà ce nouveau perso, comme le dit Rhys l'ambiance est juste géniale dans le genre macabre-Burtonesque-version-Haïtien/Louisiane, et puis toute la métaphore filée sur les crocodiles enfin bref omg il est parfait.
Super hâte de lire la suite, bien entendu de te harceler pour un lien (pour compenser, toi même tu sais   ), et de voir comment va évoluer le beau Kai !
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 976
↳ Points : 664
↳ Date d'inscription : 01/07/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau max en tâches et théorie du complot
↳ Playlist : Woodkid - Run Boy Run ; C!NCC - Bipolar Mind ; The Used - The Bird and The Worm ; Enter Shikari - Destabilise ; ADTR - Paranoia ; Eddie Vedder - Society
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna + (she)wolf
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 21:55

Ouh là là, re-bienvenuuue

Nom d'une gargouille, j'ai tout lu d'un coup tellement c'est classe Ton style est sublime, ça va même au-delà de ça C'est sympa des alligators comme animaux de compagnie
Eclate toi bien avec ce nouveau perso Bon courage pour la suite de la rédaction

_________________
COMMEDIA DELL'ARTE DELL'INFERNO
Dans un monde sans lumière s'avance l'armée des ombres. Secte au culte lunaire, marionnette, quelle est ton ombre ? Le bon sens est mis en quarantaine, où est passée la vérité ? Moyen-âge des temps modernes, bienvenue dans un monde dépassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2888-fell-down-a-hole

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 22:36

(j'ai lu professeur de salade au lieu de salsa, kill me plz)


Les chiens c'est too mainstream, le nouveau hype c'est les alligators. Tu les promène en laisse aussi ou tu les garde chez toi ?
Re-bienvenue en tout cas j'ai pas encore lu ton histoire mais si j'en juge des réactions de mes VDDs ça vaut le détour donc je vais me pencher dessus study
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 812
↳ Points : 336
↳ Date d'inscription : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée. Toujours au service de Kyran.
↳ Opinion Politique : Peu concernée mais suit les idées de Kyran
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist :
☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



Feuille de perso
↳ Copyright: schizophrenic, okinnel, oona writes
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 22:53

Bon alors déjà, toi tu vas rester loin d'moi
J'veux pas que tu m'prennes comme Alli d'compagnie

APRES... Ce perso envoie du pâté de canard supérieur sans déconner!
J'ai trooooop hâte de le voir en jeu

_________________

SOMEBODY TO DIE FOR, SOMEBODY TO CRY FOR, WHEN I'M LONELY
© okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 890
↳ Points : 167
↳ Date d'inscription : 15/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï
↳ Couleur RP : darkseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 23:13

Merci, vous êtes chou

Rhys, j'ai ajouté ça : "Et là, l'homme lui révéla la vérité : Kayiman, tu es probablement un sorcier. Car il l'avait surveillé, il le suspectait fortement et il l’espérait tout simplement. A vrai dire, il avait raison et possédait une bonne intuition."

En fait, je croyais que les sorciers possédaient un genre d'intuition qui leur permettait de reconnaître leurs semblables, au temps pour moi, j'ai mal compris, désolé. I love you Si cela ne va pas comme ça, j'insisterai sur le fait qu'il ne s'agissait que d'un pur hasard. (:

Pour les left, je les avais mis parce qu'il y avait des espaces entres mes mots dans le texte et ça me chiffonnait mais bref c'est enlevé ;)

Melvyn, je peux aussi te vendre des salades s'tu veux Nan je les promène pas, ils restent dans leur vivarium pour l'instant, ils sont encore bébés

Marie, je ne me permettrais pas bien sûr...

_________________
Sur des escaliers de brume

On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.


Dernière édition par Tristan K. Bellamy le Mer 16 Mar - 0:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

Féminin
↳ Nombre de messages : 15021
↳ Points : 1220
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Eva Green
↳ Age du Personnage : 31 ans, âme de 779 ans
↳ Métier : Chirurgienne
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
MUSE - dead inside | THRIVING IVORY - flowers for a ghost | PLACEBO - battle for the sun | HURTS - stay | THE KILLERS - human | BON JOVI - we weren't born to follow | EPICA - the phantom agony | ADELE - turning tables | SWITCHFOOT - thrive | TIRED PONY - get on the road | THE CIVIL WARS - poison & wine

↳ Citation : « L'enfer c'est moi. Ce sang qui inonde mes veines, cette chair qui harnache mon squelette, cette cervelle qui s'embrouille. Ces pulsions, désirs impérieux, douloureux, qui commandent mes actes. »
↳ Multicomptes : Kyran R. Hogan & Rhys Steinsson
↳ Couleur RP : mediumseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 23:19

C'est bien le cas pour les plus aguerris mais ce n'est possible qu'une fois les pouvoirs développés en fait C'est mieux en tout cas, tu peux passer au test

_________________

Between Iron And Silver
Twisting and turning, unable to sleep. Will the voices ever stop? My thoughts speak louder the more I resist. And they're driving me insane. Do they ever go? Inside. I'm a danger to myself. I'm a prisoner of my own hell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2274-nymeria-dead-ins

Masculin
↳ Nombre de messages : 890
↳ Points : 167
↳ Date d'inscription : 15/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï
↳ Couleur RP : darkseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 23:41

Mais donc, le bossu lui comme c'est un sorcier aguerri, il en serait capable. Il aurait pu faire un rêve prémonitoire au sujet de Tristan par exemple. Je peux développer ça, je n'ai pas envie de laisser d'incohérences. Merci en tous cas

_________________
Sur des escaliers de brume

On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

Féminin
↳ Nombre de messages : 8378
↳ Points : 337
↳ Date d'inscription : 31/08/2013
↳ Age : 25
↳ Avatar : Jonathan Rhys-Meyers
↳ Age du Personnage : 37 ans d'apparence, 177 ans en réalité
↳ Métier : Mafieux influent, fondateur de la Nemesis
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
THE ROLLING STONES - satisfaction | PUSCIFER - the undertaker | 30 STM - the kill | PAPA ROACH - getting away with murder | DEPECHE MODE - wrong | LINKIN PARK - castle of glass | IMAGINE DRAGONS - shots | THE KILLERS - shot at the night | HURTS - somebody to die for | BLACK LAB - this night

↳ Citation : « Nous sommes tous frères sous la peau, et j'aimerais écorcher l'humanité pour le prouver. »
↳ Multicomptes : Nymeria C. Grimes & Rhys Steinsson
↳ Couleur RP : Navajowhite



Feuille de perso
↳ Copyright: Cyrine & Pathos & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 23:44

Non non ça j'avais bien compris, je voulais dire une fois que Tristan aura développé ses pouvoirs... Mais le rêve prémonitoire est une excellente idée par contre, ça permet d'expliquer que le bossu soit au courant

_________________
I've got blood on my name
There's a reckoning a'comin. And it burns beyond the grave. With lead inside my belly. Cause my soul has lost its way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t876-kyran-chaos-isn-t En ligne

Masculin
↳ Nombre de messages : 890
↳ Points : 167
↳ Date d'inscription : 15/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï
↳ Couleur RP : darkseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mar 15 Mar - 23:49

Oui oui, j'avais pensé à détailler qu'il les avait développé mais le truc du rêve est plus logique du coup. Impec, j'ai ajouté ça, merci !
Je m'occuperai du test demain !

_________________
Sur des escaliers de brume

On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)   Mer 16 Mar - 8:12

Re-bienvenuuuuue !

Olalala que de bonnes surprises avec ce personnage. J'adore le prénom déjà, c'est trop beau ensuite le nom de famille qui me fait toujours penser au seul et unique chanteur de Muse Arrow et puis le mec il a des alligators de compagnie. La classe internationale. Et puis bon. Ezra Miller.

Bref, dès que j'ai pris mon ptit déj, je m'attaque à la lecture de ton histoire qui m'intrigue beauuuuucoup !! Mais ta plume est parfaite, je suis sûre que je vais adorer
Revenir en haut Aller en bas
 

Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Tristan K. Bellamy - La sagesse des crocodiles. (Terminé)
» Tristan · Mezzo di Pasta (terminé)
» Les trois petits Singes de la Sagesse
» mission n°1 (tristan et loïs) (terminé)
» Challenge Architecture extérieure - Tony.3ds /// SketchUp - Artlantis - Photoshop

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Second Chapter :: Life For Rent :: Welcome Home-