AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I just go to pieces ▬ Mikkel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: I just go to pieces ▬ Mikkel   Jeu 7 Avr - 18:02


Après le départ de Mikkel, Isak s’était laissé choir sur le lieu de leurs ébats bien contents que Solveig ne soit pas rentré pour entendre ou assister à ce rapport désordonné mais pas dénué de passion. Isak avait eu envie de se lâcher complètement de saccager ce corps comme il saccageait un peu son esprit. Le visage de cet homme ne disparaissait pas mais surtout ce sourire provocant et cette attitude irrévérencieuse, à vous pousser toujours plus loin. Ses yeux se posèrent sur le fatras de l’endroit, c’était fou comme parfois quand on avait un rapport on ne se rendait pas compte à quel  point c’était facile de rendre la pièce complètement méconnaissable. D’un autre côté, l’endroit ne ressemblait pas à grand-chose avant qu’ils y entrent ensemble. Pourquoi lui avoir dit qu’à partir de maintenant c’était quand il voulait et où il voulait ? Isak n’était pas mal dans son genre et pouvait coucher avec des centaines de Mikkel totalement accros qui ne rêvaient que de leur dose. Il sentit qu’il avait mis le doigt sur quelque chose d’important. Il y avait des centaines de gars qui y ressemblaient mais aucun ne se comportait comme ça avec une fougue pour défendre une pudeur disparue, aucun n’aurait osé lui répondre s’il avait dit fermement à l’autre de fermer sa gueule. Il imaginait déjà le garçon l’ouvrir de plus belle.

Pauvre tâche.  Un sourire d’amusement naquit à cette pensée. C’était les derniers mots qu’il avait entendu de la part de son plan cul avant que celui-ci ne franchisse la porte comme un prince s’éloignant de son attraction très facilement. Isak ne l’avait pas recontacté depuis plusieurs semaines. Ce n’était pas de la honte ni même du respect mais il avait  eu le besoin de laisser un peu les choses se calmer. Après une courte réflexion, son corps lui avait exprimé que  Mikkel était parfaitement à son goût. Peut-être un peu trop, c’était ce qui l’avait inquiété. Au final, ce garçon avait peut-être raison, il était une drogue d’une manière encore plus pernicieuse que toutes les autres. Il pénétrait dans la chair jusqu’à la colonne vertébrale..  isak avait sans doute un peu trop la confiance mais ça ne l’empêchait pas d’avoir envie de revoir ce junkie tout aussi foutu que lui, de lui tordre le cou tout en lui mettant des coups de rein ou quelque chose d’équivalent. C’était difficile de bien délier ce qu’il ressentait dans son pantalon et dans son esprit. La plupart du temps les deux étaient plus ou moins sur la même longueur d’ondes. Quand le cerveau se réveillait, c’était là que ça faisait un peu trop d’étincelles pour lui. C’était sur ces dernières pensées, qu’il avait pris un petit truc pour dormir et s’était laissé aller à oublier toutes ces conneries mélodramatiques.

Isak ne savait pas pourquoi en sortant de cette putain de salle d’interrogatoire, il avait eu ces pensées en tête. A cet instant, il aurait bien aimé voir Mikkel peut être pour passer sa frustration sexuelle mais également trouver une petite dose. Il devait bien avoir quelque chose sur lui. Il se sentait vraiment mal. Ses doigts et ses membres tremblaient comme s’il avait un parkinson avancé. Ses yeux un peu vitreux roulaient dans leurs orbites de temps en  à autres. Il était couvert de transpiration. La pute avait du bien s’amuser à le laisser comme ça dans cette situation qui le rendait quasiment délirant. Il avait besoin de drogue, son corps ne supportait pas le manque. La situation empirait de secondes en secondes, c’était son être tout entier qui s’embrasait sous le manque. Sa vue se troublait. Complètement perdu, il sut d’instinct qu’il n’allait pas réussir à rentrer chez lui. L’état de manque était tellement fort qu’il allait finir par aborder n’importe qui pour avoir quelque chose. Il fallait réagir avant cela. Isak avait suffisamment l’habitude de la drogue pour savoir  quelles seraient les étapes de son manque mais pas pour les stopper. Un vertige le prit et il fut obligé de se retenir à la grille. Il haletait, on aurait dit une bête sur le point d’expirer son dernier soupir. Il devait sembler bien pathétique aux passants. En tous les cas ceux-ci faisaient bien semblant de l’ignorer. C’était comme ça aujourd’hui, quand on a un problème les autres vous regardent crever la bouche ouverte et vous critiquent. Une personne cependant regardait droit dans sa direction. Il ne reconnut pas qui c’était mais avec toute la force de sa volonté, il se rapprocha en titubant. Cet inconnu le regardait et ressemblait à Mikkel, alors il fut soulagé. Quelqu’un quelque part avait entendu ses prières. Ses bras puissants se laissèrent tomber contre la silhouette de Mikkel alors qu’il haletait de soulagement contre lui inconscient de la nature de leur rapport. Conscient simplement d’avoir trouvé une tête connue parmi tout ce bordel.

« S’il…te… plait, t’as… un … truc ?’ » Les experts dans le domaine des stupéfiants savaient bien ce que la question sous entendait. Sa voix était hachée difficilement compréhensible. Il avait murmuré contre l’oreille de Mikkel se serrant contre lui autant que se retenant à lui avec son corps tremblotant. Il lui sembla être frêle posé contre cet homme qui parvenait à tenir droit. Il pria tous les dieux et tous les saints pour que cette personne ne soit pas comme les autres et l’aide.  
Revenir en haut Aller en bas

Laugh like a jackal

Masculin
↳ Nombre de messages : 1697
↳ Points : 552
↳ Date d'inscription : 11/12/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Finn Wittrock
↳ Age du Personnage : 28 ans
↳ Métier : Brancardier
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement en place mais surtout contre la Prohibition.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 - (Niveau 4 en poils soyeux !)
↳ Playlist : The Sex Pistols - NeverMind The Bollocks
↳ Citation : Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l'obtenir.
↳ Multicomptes : Tristan K. Bellamy & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darksalmon



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I just go to pieces ▬ Mikkel   Ven 15 Avr - 14:34


« I just go to pieces »



Isak & Mikkel
featuring

Ce soir là, après avoir quitté le dealer, je n'étais pas rentré chez moi. Impossible de retrouver ma famille dans l'état où je me trouvais, défoncé dans tous les sens du terme… J'étais pas fatigué, j'étais douloureusement conscient, bien trop pour ne pas morfler en me souvenant de tout ce que ce salaud m'avait craché à la gueule. Alors, j'avais marché, j'étais resté droit, j'avais mordu sur ma chique pour supporter la douleur, remontant la rue sans un regard en arrière. Jusqu'à dépasser le coin. C'était là que j'avais dégueulé jusqu'à rendre mon âme. Ensuite, je ne me souvenais plus comment j'avais fait pour marcher encore, jusqu'à une vieille baraque moisie du quartier voisin. Un bar clandestin se trouvait au sous sol. Il ne payait pas de mine, c'était le moins qu'on puisse dire, et il y flottait en permanence un brouillard de fumée de cigarette. Dans ce bar, on ne posait pas de question. Il y avait deux tables de poker, les gens s'y rejoignaient pour jouer. J'avais battu mes cartes pendant des heures, l’œil éteint, jusqu'à perdre tout ce que j'avais en poche. Ma dernière mise ? Une merveilleuse pipe à opium. Mon adversaire avait été ravi de me la gagner.

***

Plusieurs semaines plus tard, je me sentais vif et alerte et le souvenir de cette soirée avait totalement disparu de mon esprit. Les menaces d'Isak m'étaient rentrées par une oreille et ressortie par l'autre aussitôt. Je bénissais tous les jours ma chère insouciance qui me permettait d'ignorer le sens du mot inquiétude. D'ailleurs, le dealer ne m'avait plus jamais recontacté, preuve que j'avais eu raison de ne pas prendre ses paroles au sérieux. Pourtant, après avoir passé l'après midi à jouer au poker dans un tripot, j'en étais ressorti vainqueur et néanmoins méditatif. Oui, j'avais été particulièrement chanceux, j'avais raflé les meilleurs cartes et j'avais totalement déplumé mes compagnons de jeu. Cependant, l'un d'entre eux m'avait surpris par une demande étrange. Ce qu'il brandissait sous mon nez, c'était l'objet que j'avais dérobé à Isak, plusieurs semaines auparavant. « J'ai plus rien d'autre à miser, merde, fais pas ton chacal, Mikkel et accepte ! » « Mais qu'est ce que tu veux que j'en foute de cette pipe ? » « Ben j'sais pas, fumer avec ? » « Sans blague. Ajoute de quoi la remplir et j'accepterai cette mise. »

*

Voilà où j'en étais, sortant de ce bar clandestin, mes gains en poche, les pensées volatiles. C'était étrange de me retrouver à nouveau propriétaire de cette fameuse pipe, les aléas du jeu étaient parfois très surprenants. Mais c'était encore plus bizarre pour moi de repenser à Isak en ce moment alors que je l'avais oublié pendant des semaines. Un frisson m’électrisa soudain à cette simple pensée, le genre de sensation qui m'arrivait rarement à cause d'un simple souvenir. Et c'était pas de la peur, c'était… carrément de l'excitation. Oh putain. Mais j'avais gagné également une belle dose d'opium à fumer, j'allais donc pas me priver. Impossible d'aller chez moi vu que je partageais un tout petit appart avec ma famille, j'allais pas les empester avec une odeur de came. Cachant l'objet sous mon blouson, je me rapprochais de Congo Square avec l'idée de me poser quelque part pour fumer tranquillement, sans être dérangé.

Ce fut au moment où je pénétrai dans le parc qu'une silhouette vacillante attira mon attention, celle d'un mec qui était obligé de s'accrocher à la grille pour ne pas se ramasser au sol. Un mec bourré ? La plupart des gens l'évitaient soigneusement et pour cause, avec la prohibition, ce genre d'attitude attirait forcément des ennuis. Fronçant les sourcils, je le regardai plus attentivement avant de le reconnaître soudain… Impossible. Je ne pus faire autrement que le dévisager quelques secondes, stupéfait de le voir là et surtout avec un comportement pareil ! Mais qu'est ce qu'il lui arrivait ? Quand nos regards se croisèrent, il accrocha aussitôt le mien, ce qui eu pour effet de me sortir de ma léthargie. Je vins donc à sa rencontre, dans un mélange d'incertitude et de curiosité, jusqu'à ce qu'il se laisse lourdement tomber dans mes bras. J'avais assez de force pour le soutenir solidement, c'était pas le souci, mais merde… j'en restai comme deux ronds de flans quand même.

Est-ce que c'était une blague ? J'avais bien compris ses murmures et il ne fallait pas être devin pour reconnaître qu'il était en manque. Mais le voir me donner du "s'il te plaît" et s'accrocher à moi comme une moule à un rocher, c'était fameusement déconcertant. Sur le moment, l'idée de le laisser tomber par terre comme une merde ne m'effleura même pas l'esprit. Ce mec souffrait et j'avais pas envie de le voir crever à mes pieds. J'avais toujours été un mec impulsif, j'agissais et je pensais après. « C'est bon t'inquiète, allez viens, on va pas rester dans le chemin. » Là dessus, je glissai mon bras sous ses épaules pour le soutenir et l'emmener dans les profondeurs du parc. Le square était assez étendu et la verdure qui le composait suffisamment touffue pour nous servir de barrière. Je m'y enfonçai donc, le soutenant toujours, plongeant au sein de cette végétation dense et enchevêtrée. Quand j'estimai qu'on se trouvait hors de vue, je l'aidai à s'asseoir au pied d'un chêne, le tronc lui servant de dossier. Je m'accroupis à mon tour, regardant encore une fois autour de moi. On était parfaitement tranquilles. « T'en tiens une fameuse couche, putain… j'ai pas grand-chose mais faudra que tu te contente de ça. Okay ? Tiens le coup.»

J'esquissai une légère moue avant de sortir la pipe à opium qui lui avait appartenu. Dans l'état où il se trouvait, il ne la reconnaîtrait sûrement pas, de toute façon. Elle était déjà préparée, il me suffit donc de l'allumer rapidement en grattant une allumette et de la lui donner. Je m'assis sur mes talons, m'offrant enfin la possibilité de réfléchir, tout en le contemplant. Il était vraiment très pâle mais toujours aussi sexy. Je roulai des yeux. « Tu m'as pris pour ton dealer ? Tu deviens schizo ? 'fin, c'est quoi le concept, t'as eu envie de te mettre dans la peau du client, c'est un nouveau jeu ? » Des questions à la con teintées de moquerie pour noyer mon malaise. Pourquoi je l'aidais au juste est-ce qu'on pouvait me le rappeler ? Ses mains tremblaient tellement fort que je me demandais s'il réussirait à fumer tout seul. J'avais jamais été assez loin avec la came pour me retrouver dans ce genre d'état mais je prenais ça très au sérieux. Il morflait à mort, ça se voyait et il risquait peut-être d'y passer... Je fronçai les sourcils, me rapprochant de lui pour l'aider un peu, soutenant doucement son visage et son bras. « Si j'avais su qu'on se ferait une pipe derrière les buissons…  p'tain, tu parles d'une surprise hum. » Je soupirai en relâchant ces foutus sarcasmes d'une voix douce, il serait de toute façon même pas cap de saisir l'intensité de mon humour. Aussi grivois soit-il. « Ça va... ? T'es là, mec ?»



_________________
The Jackal comes, blood lust on his lips. He craves the dead, our lives in his grips. He's after our hearts, he'll chew and swallow. Blood pours from his mouth, our lives will soon follow. Death comes to those who wait, He feels this. Eyes wide. We try to run from our past, but the truth we cannot hide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3157-mikkel-georg-iev

Invité
Invité






MessageSujet: Re: I just go to pieces ▬ Mikkel   Mer 4 Mai - 11:55


S’il avait voulu le faire, il n’aurait pas mieux réussi son coup. Il était tombé sur une des rares personnes capables de lui rendre ce petit service. La seule qui avait en général toujours de quoi se fournir. Son cœur palpitait à tout rompre alors que la sueur continuait de perler sur son front. Assis contre l’arbre, Isak se laissait faire comme un malade qui attend sa dose salvatrice. Ses yeux troubles se fixaient sur Mikkel pour commencer à regarder ailleurs. Il n’aimait pas être  privé de toute substance. D’ailleurs, cela ne lui arrivait quasiment jamais. Balbutiant, il attrapa la pipe qui lui paraissait familière en tremblant de tous ses membres comme une brebis affolée. La portant à ses lèvres, il sentit immédiatement que cela allait mieux. C’était là tout l’aspect psychologique de la prise de drogue. Ce qu’on ressentait le premier lorsqu’on était en manque c’était le soulagement d’avoir pu trouver une nouvelle dose. Ce cas de figure resterait sans doute le seul dans lequel Isak Eriksson s’abaisserait à remercier un autre être humain. Tel un murmure, un discret et éteint « Merci » jaillit de ses lèvres alors qu’il mâchonnait entre ses doigts la pipe si généreusement offerte pour le moment. Il ne répond pas tout de suite à l’interrogation de Mikkel parce qu’il y prête une attention restreinte en comparaison de la sensation de pouvoir retrouver sa dose chérie. Après plusieurs inspirations, il finit par redresser son regard vers lui.

« Joue pas aux cons Mikkel. Je me suis fait coffrer par une conne de flicaille. » Lorsque son regard accrocha le sien, il se souvient du corps chaud de l’homme contre le sien lors de leurs précédents ébats. Il se rappela également qu’il le trouvait diablement bandant. Un autre de ses besoins primaires venait de s’éveiller brutalement en lui mais pour l’instant, il n’était pas en état de proposer quelque chose de satisfaisant. Il se rendit compet qu’il avait perdu toute notion du temps. Combien de temps était-il resté avec cette folle qui se grisait de son malheur ? Les flics étaient réellement les pires dès qu’il s’agissait d’abuser de leur autorité. De véritables rats. « On est quel jour ? Il est quelle heure ? » D’autres questions venaient faire le tour de son esprit. Son cerveau commençait à chauffer. Trop de questions, pas assez de drogue dans le sang pour parvenir à se concentrer. Il attrapa sa tête dans ses mains. « Il va m’en falloir plus. » murmura—il perdu dans ses pensées pathétiques. Sa tête le brûlait comme si on appuyait des milliers de tisons en même temps dessus. Il se laissa glisser contre l’arbre mollement. Avachi, il tenta de se redresser pour contempler un peu mieux son sauveur du moment. « C’est pas toi qui fait plutôt les pipes ? » Le sarcasme était sorti du plus profond de ce qu’il restait d’humanité présentement au dealer. Ce qui différenciait réellement les hommes des animaux était selon lui la capacité à faire preuve d’ironie face à une situation. Les animaux pensent au sens le plus littéral. « Tu sais où j’habite ? » demanda-t-il à brûle-pourpoint.  Isak n’était pas capable de retrouver le chemin de chez lui. Impossible de savoir le quartier dans lequel il se trouvait. Le monde paraissait si grand et lui si chancelant.

Se servant de ses dernières forces, ses yeux reprenant lentement leur éclat de dureté, il observa intensément son vis-à-vis. « Si tu m’emmènes chez moi, je te file ta dose pour la semaine. » Il se coula près de lui pour qu’ils soient à quelques centimètres l’un de l’autre. « Enfin si c’est ce que tu veux. » Il avait pris un ton enjôleur qui se ressentait malgré la fatigue. En vérité, il était fort probable qu’en arrivant, il s’endorme comme une merde après avoir ingéré son poids en cocaïne. L’opium parvenait cependant suffisamment à le faire se détendre pour voir le monde sous un aspect nouveau. Il comprenait que tous les dignitaires chinois l’aient énormément utilisé. «  Alors, qu’est-c’que t’en dis ? T’vas me border ? » Son sourire canaille avait toujours ce petit quelque chose de charmant. Un sourire plein de promesses non tenues et de filouterie. Le sourire que les vilains garçons comme Mikkel suivraient jusqu’au bout du monde.
Revenir en haut Aller en bas

Laugh like a jackal

Masculin
↳ Nombre de messages : 1697
↳ Points : 552
↳ Date d'inscription : 11/12/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Finn Wittrock
↳ Age du Personnage : 28 ans
↳ Métier : Brancardier
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement en place mais surtout contre la Prohibition.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 - (Niveau 4 en poils soyeux !)
↳ Playlist : The Sex Pistols - NeverMind The Bollocks
↳ Citation : Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l'obtenir.
↳ Multicomptes : Tristan K. Bellamy & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darksalmon



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I just go to pieces ▬ Mikkel   Mar 17 Mai - 18:33


« I just go to pieces »



Isak & Mikkel
featuring
Je n'attendais pas de remerciement de sa part, j'avais agi impulsivement, répondant ainsi à une réaction naturelle face à un mec qui souffrait. Lorsque Isak fut en mesure de se débrouiller seul, je le regardai faire en silence, le visage imprégné d'hésitations et d'incertitudes. Son "merci" m'inspira une vague moue alors que je m'installais en tailleur, dans un léger soupir. Dire que je m'étais réservé cette délicieuse dose d'opium et il avait fallu que je l'offre à ce beau salaud. Je ne comprenais même pas d'où m'était venu cet élan de générosité désintéressée, à croire que l'état assez lamentable du dealer m'avait touché malgré tout. Ses tremblements demeuraient assez impressionnants et je surveillai son état, l'air de rien, en m'allumant une clope. Du simple tabac pour moi, il faudrait bien que je m'en contente. Nous n'avions plus qu'à fumer en silence dans ce bosquet tranquille et au bout d'une poignée de minutes, Isak m'offrit enfin quelques explications, d'une voix un peu plus assurée. Je les accueillis d'un air sceptique, soutenant un moment son regard.

« Sans déc ? Et ils t'ont laissé sortir ? »

C'était donc parce qu'il était en taule qu'Isak avait disparu ? Je me demandais comment il avait pu s'y prendre pour convaincre les flics de le relâcher. Est ce qu'il s'était fait la malle ? Putain… il manquerait plus que ça que je sois complice d'un mec en cavale, tiens. Cela étant dit, j'étais loin d'être pote avec les gars de la milice et il était évident que je ne le dénoncerais pas. Ce n'était pas mon genre de collaborer avec le gouvernement, au contraire,  je crachais dessus avec tant de plaisir que l'idée même d'aider ce mafieux me plaisait, rien que pour ça. J'inspirai une taffe avant de hausser les épaules à ses questions et jeter un bref coup d’œil à ma montre. « On est jeudi, il est un peu plus de sept heures… l'horloge parlante vous souhaite bien le bonsoir. » Je roulai des yeux dans un mélange de cynisme et de dérision.

Évidemment, vu son état, ce que je lui avais offert serait loin de lui suffire. A sa répartie, je lui offris un regard blasé de poisson mort. Bon okay, il retrouvait un poil d'humour, cela signifiait qu'il allait déjà mieux. Devrais-je m'en réjouir ou non, telle était la question. « Qui, moi ? Je vois même pas de quoi tu veux parler. » Toujours est-il qu'Isak avait l'air d'avoir repris assez de forces pour organiser son planning avec un culot stupéfiant. Je me contentai d'arquer un sourcil en écoutant la suite, jouant au con qui pigeait pas du tout là où il voulait en venir. Le problème avec Isak, même s'il était à l'article de la mort, c'était son trop plein d'arrogance. Il avait sans doute trop l'habitude d'être entouré de lèche-cul, prêts à se pâmer pour sa dégaine de bad boy. Croyait-il vraiment que je faisais partie du lot ? Sans moi, baby, t'es loin de connaître Mikkel, toi.

« Mais bien-sûr que je sais où tu crèches, mon brave. Veux-tu que je te prenne sur mes épaules, en mode taxi-humain ? Te border, ben voyons. Et un massage gratis avec ça ? »

Il se rapprocha au point de me frôler presque. Son sourire enjôleur ne fit qu'attiser la nervosité tapie dans mes muscles qui se tendirent soudainement alors que je me redressais d'un bond pour m'éloigner de lui. Il me prenait pour qui, le bon samaritain du coin ? Ou pire, pour le plus naïf des queutards de son harem ? Je ne savais même pas pourquoi son foutu sourire m'énervait à ce point, sans doute parce qu'il me semblait horriblement hypocrite. J'avais toujours possédé un caractère très colérique et mes réactions trop vives me surprenaient parfois moi-même, parce que je ne prévoyais jamais rien. «Putain mais retire moi ce sourire suffisant de ta face, tu veux bien ? Alors maintenant que t'as besoin de moi, j'existe soudainement ? J'suis plus ta pute, ton sac à foutre, le mec que t'es prêt à démonter en lui pétant un bras au passage ? Tu crois que j'suis désespéré à ce point là ?

Oh merde, ma si belle humeur s'envolait, c'était naze vraiment. Je n'avais rien prémédité mais j'aurais dû me douter qu'il agirait encore avec son horrible mépris, se croyant toujours tout puissant comme si le monde lui appartenait. Ce n'était pas vraiment ça qui me dérangeait en fait. Mais sans doute sa façon d'agir comme s'il pensait à ma place, comme si j'étais obligé de lui obéir. En tous les cas, j'étais sûr à cent pour cent d'une chose : si les rôles avaient été inversés et que c'était moi qui souffrait, Isak n'aurait pas levé le petit doigt pour m'aider. Il m'aurait laisser crever sans s'émouvoir, sans se préoccuper un seul instant de mes ressentis.

Je me penchai pour lui reprendre la pipe à opium dans un geste sanguin et la ranger précieusement dans ma poche. Peut-être bien qu'il était trop faible pour me casser ma gueule tout de suite mais le cas échéant, j'étais prêt à prendre le risque. Le narguant de toute ma hauteur, je l'écrasai d'un regard provocant. 

« Va te faire foutre, tu sais. Dans ton malheur, t'as la chance d'habiter juste à coté de chez moi, possible que j'aille dans ce coin là. Alors si t'en es capable, t'as qu'à ramper en essayant de me suivre, okay ? Y'a un truc que tu sais pas sur moi, Isak, c'est que j'suis un putain de chacal et que je t'emmerde. »

A mon tour de sourire, de toutes mes dents blanches. Je tapotais la poche de ma veste, d'un air moqueur.

« Au fait, merci pour la pipe. Symboliquement, c'est un merveilleux cadeau que tu m'as fait, vu que je suis censé les faire, selon toi, hum ?»

Etait-il assez conscient pour saisir l'allusion ? On le saurait assez vite




_________________
The Jackal comes, blood lust on his lips. He craves the dead, our lives in his grips. He's after our hearts, he'll chew and swallow. Blood pours from his mouth, our lives will soon follow. Death comes to those who wait, He feels this. Eyes wide. We try to run from our past, but the truth we cannot hide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3157-mikkel-georg-iev
 

I just go to pieces ▬ Mikkel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Taille des photos en pieces jointes
» Pieces detachées
» (Safrane) Vends pieces de biturbo
» Le réseau que vous ne verrez pas dans les magazines
» [résolu ]puzzle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-