AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Looks like a girl but she's a flame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Looks like a girl but she's a flame    Dim 10 Avr - 3:23


Cameron & Orfeo

   
Looks like a girl but she's a flame

   
   
   

   Tic.. Tac... Tic.. Tac... ça en devient insurmontable. À la base, une salle de repos est, comme son nom l'indique, un endroit pour se reposer. Mais quand une putain d'horloge continue de tourner, c'est quasiment impossible. Ça fait bien deux heures qu'Orfeo tourne dans tous les sens, essayant de trouver quelques minutes de répit malgré ce bruit incessant. Ce tic, qui crée une brèche dans sa tête. Ce tac, qui enfonce une lame dedans. Tous les jours, ce même bruit, qui l'empêche de fermer les yeux et de se laisser emporter par le sommeil. L'envie d'aller rejoindre ce mur, et de briser le verre séparant les engrenages du reste du monde se fait de plus en plus forte, mais sa raison le pousse à rester allongé, et à ne pas briser la seule chose qui leur montre le temps qui passe. Mais ce bruit... ce son... Il n'est plus supportable.

Alors il reste là, à regarder le plafond, et ses imperfections. Toujours les mêmes, mais se concentrer dessus fait que l'Italien ne pense pas au reste. Surtout à son frère, en fait. Il ne fallait pas qu'il y pense, plus maintenant. Le chasser de sa tête était la meilleure des solutions, il en était certain. Alors Il tournait, encore et encore. Parfois, il se demandait s'il ne ferait pas mieux de travailler, au lieu de rester ici. Alors certes, il était en pause, mais il serait bien plus utile dans les rues que dans ce lit, à ne rien faire mis à part penser. Ce qui dans son cas, n'est pas forcement des plus utile en ce moment. Alors, quand la porte s'ouvrit sur l'un de ses collègues, l'attention d'Orfeo.

« - On te réclame »

Un de ses sourcils se lève, montrant parfaitement son incompréhension. Qui pouvait bien venir ici, et de plus, pour me réclamer, comme il le dit ? Ses pieds basculent de sur le matelas, atterrissant lourdement sur le sol, pendant que le haut de son corps se redresse aussi. Ses mains frottent son visage quelques secondes, afin de le faire revenir pour de bon dans le présent.

« - C'est qui ? 
- Ta copine là. Merde, c'est quoi son prénom déjà ? Mais si, tu sais, la fille qui nous a ramené des pâtes ! »


Un rire s'échappe de sa gorge, alors qu'il se lève, faisant face à son collègue. Oui, il voyait parfaitement bien de qui il s'agissait. Et à vrai dire, il se demandait bien pourquoi elle était venue aujourd'hui. À chaque fois qu'elle franchissait la porte de la caserne, c'était avec un prétexte bidon. Ça l'amusait beaucoup, peut-être est-ce pour ça qu'il s'est vide redressé. Mais une question se posait toujours, du coup

« - Et pourquoi est-ce qu'elle est là, cette fois ? 
- Tu verras »

ça promet ! Il n'attend pas plus longtemps, et se met à marcher jusqu'à l'entrée de la caserne. 

« - Miss Falls ? »

Il a son attention. Elle est habillée assez simplement, tellement que ça le surprend presque. Il se serait attendu à quelque chose de plus... affriolant, connaissant très bien ses intentions. Dans ses bras, quelques gâteaux. En gentleman, il la débarrasse

« - C'est gentil d'être passé. Qu'est-ce qui vous amène ? »

Orfeo lui fait signe de le suivre, allant poser les gâteaux dans la salle de repos, dont il venait. Il ne fait presque pas attention à elle, juste pour voir sa réaction. Que le jeu commence.

« - C'est gentil d'avoir pensé à nous en tout cas » 

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 687
↳ Points : 793
↳ Date d'inscription : 12/02/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Astrid Berges-Frisbey
↳ Age du Personnage : 27 ans.
↳ Métier : Multi-tâches.
↳ Opinion Politique : Totalement blasée.
↳ Playlist : Las Ketchup - Asereje
↳ Citation : "Les Lamentations des Vivants sont un Chant pour les Morts."
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #cccc99



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Looks like a girl but she's a flame    Mar 26 Avr - 0:00



12 Avril 2016. Comme un débile quelconque l’a dit « ne te découvre pas d’un fil », hein.

Cameron réprima avec difficulté un frisson qui longea pernicieusement sa colonne vertébrale. Un coup d’œil par la fenêtre de son appart acheva de la rendre morose. Sur la Nouvelle Orléans, s’abattait une pluie diluvienne, glaçant les corps aussi bien que les esprits. Cela faisait plusieurs heures que le clapotis frénétique l’empêchait de dormir et finalement, la jeune femme avait opté pour du ménage. Oui, ce n’était pas trop tôt, c’est vrai mais en général, à 23h, on a tout de même autre chose en tête. Du coup, à force d’enchainer les activités agaçantes, ses pensées déraillent, s’échappent et les thèmes abordés sont multiples. D’ailleurs, lorsque son cerveau s’arrêta sur la silhouette d’un certain pompier, un sourire malicieux vint étirer ses lèvres rosées. Cela faisait un moment qu’elle n’avait été rendre visite au charmant Orfeo.

Tout en pliant son linge, Cameron imaginait quelle pourrait être la raison de sa prochaine rencontre. A la longue, le risque était que le pompier ne la supporte plus. Déjà, elle ne comprenait pas comment il pouvait accepter son côté midinette ridicule qu’elle mettait un point d’honneur à peaufiner à chaque visite. Vaas en roulerait par terre s’il la voyait faire. Toute mielleuse, souriante, douce et aérienne, l’archétype de la fille féminine pleine de grâce mais avec un pois chiche dans la tête, quoi. Oui, oui, chacun son avis, Cameron était au courant. Mais bon, c’est pas tous les jours qu’on peut assumer le rôle de la romantique sociable et – quasiment – bien sous tous rapports. Amusée malgré elle, l’ex-soldat se remémora toutes les situations précédentes, tout en se demandant si Orfeo finirait par céder. Après tout, elle avait tout de même un pari à gagner.

Donc sa décision était prise. Le lendemain, elle se ramènerait avec de quoi combler l’estomac d’un homme : des pâtisseries. Soyons honnêtes, il y a deux manières de garder un homme chez soi. La bouffe et le sexe. Vieux comme le monde, ces principes sont certainement un peu réducteurs mais ils ont par maintes fois, fait leurs preuves. Cameron sort tous les ingrédients qu’elle possède, ce qui n’est pas bien brillant vu ce qu’il est encore possible d’acheter et vu combien elle adore se rendre en épicerie. Une moue sur les lèvres, elle cogite, fouille ses bouquins en maugréant dans sa barbe inexistante. S’il savait comme elle se donnait du mal pour des gâteaux ! Cameron n’avait jamais été une cuisinière de folie mais depuis ce pari, elle avait fait énormément de recherches. Avisant de la poudre d’amande, elle cogita et opta pour des financiers. Et voilà. Les heures qui suivirent furent témoins de jurons, de soupirs, de sueur sur le front alors qu’elle râlait à qui mieux mieux. Quand après la quatrième tournée, elle comprit que jamais, les gâteaux n’auraient une belle gueule, Cameron abandonna. Bah, au moins, elle aurait des ptits dej’ pas dégueus du tout. Seulement, pour séduire son pompier, elle voulait de la précision, de la justesse, quelque chose de beau quoi.

Crevée, elle se leva le lendemain de mauvaise humeur. Pour pas changer. Toute la matinée, Cameron écuma les bouis bouis qu’elle connaissait pour trouver des pâtisseries à la fois jolies et abordables. Tant pis, elle mentirait s’il le fallait. Sans y penser, dès qu’elle eut ce qu’elle cherchait en main, la brunette se dirigea vers la caserne, prête à parfaire sa comédie à venir. Distraitement, elle retravailla sa queue de cheval, histoire d’avoir l’air de quelque chose, avant de se rendre compte de sa tenue. « Merde. » Putain, fais chier, elle n’avait pas pensé à se changer. Comme d’hab, elle avait enfilé un jeans, t-shirt et veste en cuir, ce qui n’avait pas grand-chose à voir avec ses précédentes tenues. Agacée, elle dut ralentir le pas pour se calmer un peu. C’était un risque à prendre. Continue sur sa lancée et risquer de dégoûter par son aspect, ou tenter le coup malgré tout ? Cameron se mordilla la lèvre inférieure, regarda la caserne qui se profilait à l’horizon et prit finalement sa décision. Tant pis.

Rejoignant le lieu d’un pas vif, la demoiselle inspira profondément à l’entrée avant de se caler un sourire quasi niais sur la tronche et d’aborder le premier pompier venu. Une ou deux flatteries, un rire léger qu’elle voulait séduisant, et une mèche à rabattre derrière l’oreille. Hop, elle eut le droit à un sourire ravageur en retour et la promesse qu’il allait prévenir son collègue. Super, encore plus rapide que la dernière fois, à croire qu’ils s’habituaient tous à sa présence. En d’autres circonstances, ça lui aurait presque fait plaisir, et peut-être même qu’elle se serait imaginé pompier. Après l’armée, ça n’aurait pas été si étonnant. Mais vu la manière dont elle avait commencé les choses, ça ne servait à rien de refaire le monde avec des « si ». Son paquet en main, la jeune femme s’avança un peu plus en avant, tout en prenant garde à ne pas gêner le passage. Après les pâtes à la bolognaise, les deux boites de chocolats – z’imaginez pas la galère pour les obtenir – et l’excuse de la putain de piqûre d’abeille – pas sa plus brillante idée, mais probablement la plus ridicule – voici donc qu’elle ramenait des petits gâteaux en tous genres. Tout ce qu’elle avait trouvé dans les différents lieux visités en somme.

Quand Orfeo arriva, Cameron sentit son sourire s’accentuer de lui-même. Limite si son corps n’avait pas compris l’enjeu du pari tout seul. « Monsieur Renzacci, bonjour. » Maitriser la voix, ne pas utiliser seulement le nom ou pire le prénom. Ne pas se montrer trop familière. Être calme, posée, douce. Tous ces trucs à la con qui la débectaient en général. Sans soupirer, elle le suit, deux pas derrière lui pour ne pas s’imposer. « Le plaisir de vous voir au travail, peut-être… » Avant d’adoucir son sourire pour apparaitre comme polie et respectueuse. « Je voulais simplement savoir comment vous alliez. Enfin… Je ne veux pas vous déranger, alors hum… L’excuse des gâteaux fonctionne-t-elle ? » Elle essaye de créer cette putain de fossette sur ses joues dont on lui a déjà parlé et qu’elle ne grille jamais dans le miroir. Connerie, elle est sûre qu’elle doit être en train de grimacer et qu’il va prendre ses jambes à son cou. Mais nan, hors de question qu’il se barre, c’est lui qu’elle a choisi, pas un autre. « J’espère qu’ils vous plairont à vous et vos collègues. » Il y avait de tout, des trucs colorés, des trucs à la noisette, à l’amande, bref des ingrédients qu’on peut encore se procurer à notre époque. « Alors, comment allez-vous monsieur Renzacci ? Aucun chat à secourir ces derniers temps, rassurez-moi ? » Si vous saviez combien il avait été difficile pour elle de ne pas user de sarcasme dans cette dernière question. Parce que bordel, ça aurait été parfaitement son genre. Mais non, les femmes sensibles et douces, elles font pas ça ces greluches. Elles sourient, cuisinent et rigolent avec un son mélodieux qui existe que dans les films. Rien à voir avec Cameron, donc.

HJ : Notifié dans S.P

_________________
    hopeless
    Radioactive - Imagine Dragons. △ I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. It’s a revolution I suppose. We’re painted red to fit right in. Welcome to the New Age. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Looks like a girl but she's a flame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Elettra / Cherry Blossom Girl
» Version 12 : Purple girl
» Cheeky Girl
» VANILLA TWILIGHT ■ « a crazy girl »
» Sushi Girl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-