AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Three free soul in a street - Pv. Vittoria & Charisma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5895
↳ Points : 456
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Three free soul in a street - Pv. Vittoria & Charisma   Ven 20 Mai - 20:54



 

 
Three free soul in a street

 
“Everything is possible with us”


  Le soleil brûle ma peau d'albâtre, à mesure que j'éloigne mes pas de cette ville qui m'étouffe. Plus je m'en éloigne et plus le silence témoigne de la mort qui ronge ce monde. La pourriture du dernier refuge camoufle si mal l'extinction possible de nos races. J'ai mal au cœur à l'idée d'abandonner ma fille au prise, de ce destin funeste et c'est qui me pousse encore plus loin. Loin des petits oiseaux qui gazouillent en échange de quelques privilèges. Mon visage est trop connu et l'attention qu'on me porte risquerait de nous faire tomber toutes les trois. Depuis des semaines je me suis tenue loin d'elles, dans l'espoir que ceux qui me recherche ne tombe pas sur notre alliance. Aujourd'hui, je reprends notre cause en main et c'est d'une note subtil et délicate, un mot, une indication que je les avais invités à me rejoindre... Là, où personne ne nous dérangerait. Sur la route menant à New-York, au risque de croiser des créatures indésirables. Mais, plus rien n'était sécuritaire pour moi désormais. Un ennemi public ne peux que risque sa peau à chaque fois qu'il met son nez hors de son repaire et je l'avais appris à la dure.

Le vent me fait frissonner, s'adoucissant suffisamment, pour je regrette mon absence de veste. À mi-chemin entre l'ancienne métropole et la nouvelle, je m'éloigne légèrement de la route. Me camouflant derrière la végétation, de manière à ce qu'on ne perçoive pas mon odeur, ni ne puisse facilement me remarquer, j'observe. La patience fait partie de mes mœurs et je sais que je suis bien trop à l'avance. Je voulais être certaine qu'on serait seule, qu'on ne m'avait pas suivi et qu'il n'y aurait pas de mauvaise surprise au détour.
Accroupi, plus louve que femme, je guette en silence. Immobile, le vent continuant de me donner la chair de poule, un rat se faufile entre mes jambes et s'éloigne sur la route. Une pensée pour cette espèce presque invincible me traverse l'esprit, avant d'être interrompu par le bruit d'un coup de feu. Sur les nerfs instantanément, je regarde la carcasse du petit animal. Du coin de l’œil, je capte le mouvement qui suit cet échec flagrant. Tiquant, je fronce les sourcils et retiens un soupir. Chassé par un nerveux, fou de la gâchette! Manquait plus que ça! C'était pathétique, ils pouvaient faire mieux!  

Reculant délicatement, je me faufilais à même la terre, avant de me redresser légèrement. Le nez vers le ciel, je faisais appel à mes sens surhumains et une fine odeur de sueur me chatouilla les narines. Ma langue humidifia mes lèvres, mes pupilles s'étrécirent d'excitation, avant que je me lance à sa poursuite. L'idiot était plus bruyant que n'importe quel shadowhunter ayant croisé ma route. Curieuse, je ne tardais pas à me retrouver derrière le chasseur. Muette, je penchais ma tête sur le côté et battais des cils. Il n'avait rien d'une personne entraînée. Mais, il était un problème et m'avait suivi sans aucun doute. Un civil pro-gouvernement? Je ne pouvais pas me permettre de prendre le risque. Un saignement au niveau de ma conscience, je l'agrippais par la nuque et l'obligeait à lâcher son arme. Un mort attirerait pire... Blessé par ma cause, je fracassais sa tête contre un tronc d'arbre et le laissais sombrer dans l'inconscience. Le traînant par les chevilles, je l'installais à mes côtés. Plus visible cette fois, attendant mes complices en silence.

love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Three free soul in a street - Pv. Vittoria & Charisma   Dim 22 Mai - 23:27


❝ Three free soul in a street + ❞Les drôles de damesLa ville est agitée aujourd'hui, tu le vois à travers ta fenêtre. Fixant l'horizon tu ne regarde rien de spécifique. À vrai dire tu essaies de te concentrer sur autres chose que toi même. Tu ressens ton corps d'une différente manière qu'avant, tu ne comprends pas vraiment ce qu'il t'es arrivé. Même si tu commences un peu plus à comprendre désormais. Alors, tu fixes la ville, les voitures, les piétons, le moindre mouvement ne t'échappe pas. Tu t'occupes les esprits de cette manière depuis plusieurs jours maintenant. Parfois ça marche, mais parfois ce n'est pas efficace. Tout dépends de ton humeur. Aujourd'hui tu es plutôt calme et reposée. C'est un jour particulier, en effet tu vas rejoindre tes acolytes, Ange et Vittoria. Cela fait longtemps que tu ne les a pas vu, ces petites réunions sont très récentes. Depuis que tu sais qu'Ange est en vie, vous avez décidée de vous retrouver souvent, afin de faire bouger les choses. Tu n'as pas pu dire non, après tout c'était tes envies, tes objectifs. Tu veux faire bouger les choses, t'en as marre d'observer le gouvernement de l'intérieur. T'allier avec ces femmes fût la meilleure décision de ta vie, ce sont tes amies mais également des personnes du même côté que toi.

Te détachant de la fenêtre, tu te diriges vers la porte d'entrée de ton appartement. c'est bientôt l'heure du rendez-vous. Tu ne souhaiterais pas arriver en retard. Attrapant ta veste, tu descends dans la rue, réchauffée par le soleil. Tu te déplaces rapidement, évitant les grands boulevards. Tu préfères emprunter des petites rues. Tu traces ainsi ton chemin dans la ville. Un peu fatiguée par les courtes nuits que tu passes en ce moment, tu n'es pas concentrée. Si bien que cette chaleur dévorante à l'intérieur de ton corps refait surface. Prise d'un spasme violent tu tentes de la contrôler, difficilement. Prenant appuie sur un mur tu luttes, en vain. Cette chaleur t'encombre, tu n'as aucune idée de la contenir. Ou bien de la calmer. Elle te fait mal et parfois te pousses dans des rages monstres. Tu t'agrippes, de toutes tes forces et quelques minutes plus tard la chaleur disparaît. Soufflant un bon coup tu reprends la marche.

Une douce brise vient se loger dans ton cou, tu es bientôt arrivée. Tu le sens et reconnais les lieux en même temps. Ayant bien suivi les indications d'Ange. Puis une sorte de sensation étrange t'envahit, tu as l'impression de ressentir comme une petite dose de danger. Comme si une personne mal intentionnée traînait dans le coin. Alors, tu marches plus doucement, prenant le temps d'observer le lieu tout en restant sur tes gardes. Oui tu le sens, mais tu ne sais pas ce que c'est. Tu espères simplement qu'Ange et Vittoria sont en sécurité. Tu avances, et enfin tu aperçois une silhouette. Celle de ton amie, Ange. Sa chevelure blonde virevolte au vent. Elle se tient debout, installée à côté d'un homme qui semble…inconscient ? Mort ? Tu ne saurais dire. D'un pas décidé tu te diriges vers ton amie, une fois face à elle. Tu ornes ton visage d'un sourire chaleureux et dis simplement ; "Bonjour Ange." Tu es la deuxième arrivée apparemment, mais la troisième ne devrais pas tarder et enfin la réunion débutera.


582 mots






© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 2658
↳ Points : 488
↳ Date d'inscription : 19/04/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Giza Lagarce
↳ Age du Personnage : vingt et un ans.
↳ Métier : croupière au Bones.
↳ Opinion Politique : résistante extrêmiste.
↳ Niveau de Compétences : niveau deux.
↳ Playlist : ocean avenue - yellowcard | cruel - the veronicas | paralyzed - against the current | reckless - you me at six | haunting - halsey | before the worst - the script | doubt - twenty one pilots | anything - hedley | nicotine - panic! at the disco | robbers - the 1975 | just the way i'm not - all time low
↳ Citation : « There's a piece of you that's here with me, it's everywhere I go, it's everything I see »
↳ Multicomptes : Mackenzie Caulfield & Nataliya Clarke.
↳ Couleur RP : #BD5737



Feuille de perso
↳ Copyright: empty gold. & endlesslove & jump-again
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Three free soul in a street - Pv. Vittoria & Charisma   Mar 24 Mai - 19:28




Les joueurs s’éternisent à sa table. Elle bat les cartes nerveusement, se désolant que ses clients du jour ne soient pas aussi rapides que d’ordinaire. Elle aimerait pouvoir accélérer les choses, faire avance rapide sans perdre une seconde de plus. Mais la brune ne peut pas tout laisser tomber, quitter son poste si l’appel de l’argent est toujours aussi fort. Ce n’est pourtant pas l’envie qui lui manque. Surtout pas après avoir reçu la petite note de son Ange, l’invitant à une réunion clandestine en dehors de la ville. L’excitation de la revoir, elle et Charisma, a vite pris le pas sur tout le reste et c’est avec impatience qu’elle tape du pied sous le tapis de black jack verdâtre qu’elle dirige. L’heure tourne et elle n’est toujours pas partie. La voilà déjà en retard par rapport à l’heure de rendez-vous fixée par la blonde. Elle fulmine intérieurement. Aimerait avoir un collègue disponible pour prendre la relève mais aucun autre croupier n’est présent à cette heure de la journée. Il n’y a qu’elle. Elle et sa nervosité, accrue par la faim qui lui tiraille l’estomac.

Ce qui lui paraît une éternité défile devant ses prunelles neurasthéniques avant qu’enfin elle puisse s’échapper, s’évader du Bones. Quitter l’obscurité pour une lumière bien trop agressive à son goût. Bien trop remarquable. Le Soleil va et vient derrière les nuages et ce climat ne lui convient que très peu. Elle fera un effort pour cette fois. La rebelle enfile sa veste en cuire, replace l’étoffe sur ses solides épaules et se faufile à l’arrière de la librairie clandestine. Elle n’a pas le temps de faire plus de quelques pas que déjà, la soif d’énergie se rappelle à elle de la plus douloureuse des manières. Une géhenne intérieure qu’elle ne peut réfréner, ne peut canaliser. Incapable d’aller plus loin sans se rassasier. Cela fait bien trop longtemps qu’elle ne s’est pas laissée aller à se nourrir. Il le faut pourtant. Son regard divague le long de la rue alors qu’elle s’engouffre dans une artère bien plus petite, plus discrète. Mais qu’elle sait peuplée d’individus aussi recommandables que des cafards. Prise de nausée, elle passe outre le dégoût, définit sa cible et ne s’arrête qu’après l’avoir atteinte. À l’abri des regards, elle se gave de cet extrait de vie, cet élixir particulier dont elle a tant besoin. La satisfaction qui l’envahit est telle qu’elle en oublie tout le reste. À peine rassasiée, c’est à regret et avec beaucoup de difficultés qu’elle abandonne sa proie inerte mais toujours en vie, rattrapée par le temps qui lui file entre les doigts.

Les frontières de la ville sont une épreuve à franchir. Une étape à outrepasser. Un passage obligé auquel elle doit se soumettre sans alternative possible. C’est dans la plus grande illégalité qu’elle passe les grilles entourant la métropole, prenant grand soin de toujours avoir un œil derrière elle. Il ne faudrait pas qu’on l’aperçoive. Qu’on la suive. Pour un nombre incalculable de raisons. Ses pas la guident machinalement vers l’endroit délicatement indiqué sur le petit mot de l’ancienne porte-parole. Un demi-sourire ancré sur son visage, elle accélère de plus en plus son rythme de marche, n’en pouvant plus d’attendre de retrouver ses deux alliées. Elle ne tarde pas à les apercevoir au loin, deux silhouettes se dessinant à l’horizon. Elle les distingue parfaitement, l’une sur ses deux jambes, l’autre accroupie sur le sol. Elle se met à courir dans l’idée de les rejoindre plus rapidement. La distance les séparant s’égrène peu à peu jusqu’à disparaître complètement. Mais le rictus qu’elle porte se fane bien vite quand les prunelles sombres rencontrent le corps inanimé d’un homme aux côtés de sa mère adoptive.

« - Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Piégée entre la surprise de découvrir la scène et l’inquiétude, elle balaie les deux femmes du regard. Les examine brièvement. « - Ange, tu vas bien ? Vous allez bien ? » La question lui échappe, avant de se rendre compte par elle-même que oui. Elles n’ont pas l’air blessées. Ni l’une ni l’autre. La brune soupire de soulagement, s’avance de quelques pas dans le désert et scrute l’environnement désolé. « - Désolée du retard, j’ai été retenue. J’avais… quelque chose à faire » J’avais faim. La vérité ne sort pas de sa bouche, bien qu’elle n’aime pas mentir. Surtout pas à elles. La jeune hongroise secoue la tête, se redonne une certaine contenance, gavée d’énergie vitale qui ne lui appartient pas. « - Il est mort ? » Elle s’en retourne vers ses deux complices, prend place sur une grosse pierre aux côtés de la blonde en jetant un regard désabusé sur l’organisme encore inerte à ses pieds. « - S’il vous a vues, s’il vous a suivies, l’une ou l’autre, il va devoir l’être. C’est trop risqué, on peut pas se permettre de le laisser vivre » On ne peut rien se permettre de ce genre. Pas maintenant. Surtout pas maintenant. Une vie sacrifiée pour en sauver trois autres. Dans son esprit, le calcul est vite fait.

_________________
    I've been looking all night watching them empty hours. Invisible to these crowds, always double vision. I've been losing my mind listening to broken speech. Stacking up broken seats, it's a lonely picture. And I hear your voice as it echoes 'round my head. Always that same thing that you said. Get out, get out, while you still can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2372-vkb-you-were-my- En ligne


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5895
↳ Points : 456
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Three free soul in a street - Pv. Vittoria & Charisma   Mar 31 Mai - 23:56



 

 
Three free soul in a street

 
“Everything is possible with us”


  L'odeur du sang qui sèche sur le crâne cabosser de ma victime me pique les narines. Je voudrais réussir à me mentir, comme je mentais au reste de la ville autrefois et ne pas m'avouer qu'une part de moi se complaisait entouré par l'odeur métallique. Mais, je n'y arrive plus désormais. Mes heures en compagnie de Grayson me rapproche de celle que je veux devenir. Aujourd'hui, je ne peux plus ignorer que la malédiction d'Andreas est devenue mon être et que je façonne ma liberté par cette particularité. Respirant profondément, je relâche la pression en même temps que l'air et me concentre sur le présent. Le silence environnant contraste avec le bruit incessant de la Nouvelle-Orléans et je décide d'en profiter avant d'être rejointe par mes complices. Je ferme mes yeux et écoute ce que je n'entends pas. Tous mes sens en alerte, je me détends légèrement, aiguisant mon ouïe plus que tout le reste. Ma capuche rabaissée sur mes épaules, je dévoile mes traits sans crainte aucune. Ici, il n'y a pas dix mille paires d'yeux qui cherchent la trahison auprès de chaque voisin. Je suis plus libre quelque part. L'idée de ne plus jamais y retourner m'effleure, mais je chasse cette envie d'un haussement de sourcil. Il n'y a aucune chance que j'abandonne ma fille, mes frères et même, Kylian. Pas de cette manière-là, pas dans le contexte actuel. Des bruits de pas me force à revenir vers la réalité et mes paupières s'éveille pour que je puisse redécouvrir ce qui m'entoure. La silhouette d'une femme se rapproche et le vent me porte son odeur, mes muscles se détendent aussitôt.

Charisma n'est pas une menace pour moi et je l'attendais. Ravi, je l'observe se rapprocher en lui adressant un sourire amical. « Bonjour Ange. » Sa voix est cristalline et cette touche de charme qui se dégage d'elle, me plaît. Je note ses traits et sa beauté dans ma mémoire. Alors, qu'un pincement de tristesse s'incruste en moi, lorsque je constate l'absence de désir. Je ne l'ai jamais désiré… Mais, la perte de cette capacité à m'exciter… Me dérange à chaque fois que je croise une personne qui aurait dû m'être désirable. Même si, celle-ci ne m'avait jamais rien fait auparavant. C'est une déception qui dépasse la logique. « Bonjour Charisma. Tu n'as pas eu trop de mal à trouver? » La question tranche dans le silence qui s'était installé, les quelques secondes où je la regardais. De léger bruits et une odeur plus que familière, emballe mon cœur au même instant. Me redressant subitement, je tends le cou pour voir arriver ma fille. Mon sourire se transforme en celui d'une mère et je ne souhaite que la prendre dans mes bras. Si, constater que Charisma était vivante m'avait rendu heureuse, l'arrivée de Vittoria me propulsait sur un petit nuage. On ne pouvait pas me reprocher cette intensité dans mes émotions. J'avais toujours été ainsi.

Une fois la distance comblée, je ne peux que sourire devant l'inquiétude qui s'échappe de l'intonation de ma fille. Ses questions, me laisse même un rire discret qui secoue mes épaules. « Ange, tu vas bien? Vous allez bien? »  Je jette un regard à l'inconscient et roule rapidement des yeux. Ce poids mort est une plaie et je n'ai pas envie de vraiment m'avouer ce qu'il me reste à faire. « Désolée du retard, j'ai été retenue. J'avais… quelque chose à faire. » J'offre toute mon attention à ma fille, mourant d'envie de m'assurer que cette hésitation, n'était pas mauvais signe. J'étais incapable de ne pas imaginer le pire, j'étais une maman louve après tout. Respirant profondément, je me repris. Si Vittoria avait besoin de moi, elle savait qu'elle pouvait venir me trouver. « Il est mort? » Ma fille me force à confronter la réalité, ses phrases se gravant dans mon esprit. « S'il vous a vues, s'il vous a suivies, l'une ou l'autre, il va devoir l'être. C'est trop risqué, on peut pas se permettre de le laisser vivre. » Je la regarde et cette dureté qui se dessine dans son regard fait écho à la mienne. Je ne suis pas fâché de l'entendre mettre des mots sur l'évidence. Elle ne survivrait pas, si elle se montrait plus douce. Une moue distante se dessinant sur mon visage, je me tournais vers l'intrus, puis mon regard chercha celui de Charisma. Il y avait trop longtemps que nous n'avions pas été ensemble, trop longtemps que nous avions mis de côté notre cause. J'étais heureuse que le temps reprenne son œuvre.

« C'est un simple civil voulant bien faire, il m'a suivi jusqu'ici. Mais, je suis la seule qu'il ait vue et il ne devrait pas se réveiller avant un bon moment. Je m'occuperai de son cas, je ne prendrai aucun risque, rassure toi Toria. Il n'a rien eu le temps de voir, ni de faire. » Il n'était pas assez formé pour m'attraper. L'expérience s'incrustant désormais dans chacun de mes gestes. « Tu en penses quoi Charisma? Tu préférais qu'on s'en débarrasse ou tu préférais qu'on l'abandonne ici et advienne que pourra? » Je la regarde franchement et je cherche une réponse à mon autre question muette. Je ne suis plus exactement la même qu'autrefois. Je n'ai plus envie de perdre mon temps à être généreuse et gentille. Je suis prête à tout et je sais, que je suis sur la même longueur d'onde que Vittoria. Je voulais désormais savoir où en était cette autre alliée. Si, elle avait de nouveau progressé sur le même chemin qu'était le mien, le nôtre. Ou, si nous étions à la croisée d'une route qui nous séparerait.

love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Three free soul in a street - Pv. Vittoria & Charisma   Dim 12 Juin - 21:58


❝ Three free soul in a street + ❞Les drôles de damesLe vent ne cesse de caresser ton cou, et une odeur viens éveiller tes sens. Du sang. Certainement celui de l'homme qui se trouve à côté d'Ange. ton attention est perturbée, tes yeux sont rivés sur cette couleur rouge ardente. Tu ne peux t'en détacher. Un feux ardent brûle en toi. Tu ne sais pas d'où cette sensation vient d'ailleurs voilà depuis quelques temps que tu es comme cela. Depuis que tu as changé, tu sais un peu mieux ce que tu es désormais. Même si tu n'es pas totalement sûre. Le doute reste encore présent. L'arrivée de Vittoria te fait descendre sur terre, tu détaches tes yeux de l'homme allongé par terre. Vittoria semble tout aussi perturbée que toi. Oui, que c'est-il passé ? Peut-être que cet homme voulait du mal à Ange, dans ce cas nous sommes en danger. Tu réponds ensuite à la question de Vittoria ; "On va bien, du moins je vais bien lorsque je suis arrivée l'homme était déjà inconscient." Tu te retournes à nouveau vers Ange. Elle semble pensive, voir absente. À quoi peut-elle bien penser ? Après tout ce temps, tu la retrouves vivante. Mais changée. Au fond tu es contente, elle t'avait toujours parût intéressante et les derniers évènements te l'ont bien prouvés.

Toi aussi tu es pensive, si cet homme s'avère être un ennemi le lieu où vous trouvez n'est pas sûr. Il faudrait donc trouver un lieu plus sûr. Mais encore, la situation est tellement compliquée que tu ne saurais trouver de solution à cela. La voix d'Ange perce enfin le silence, elle explique alors ce qu'il s'est passé. Un civil ? Tu trouves cela étrange.  S'il a voulût déniché des informations, il vient certainement du gouvernement et tu es bien placée pour reconnaître les sbires du gouvernement. Un civil n'aurait pas tenté de suivre Ange, à moins qu'il sache quelque chose et qu'il agisse seul. Mais c'est rare. Puis, elle te pose une question, elle s'adresse directement à toi. Te demandant ton avis. Hésitante, tu ne réponds pas de suite. Tu réfléchis. Vittoria est pour se débarrasser de cet homme. c'est risqué selon toi mais c'est la décision la plus sage. Alors, tu dis ; "Il faut le tuer, on ne peut risquer de le laisser partir, surtout s'il sait quelque chose." Tes mots sont froids mais ils sont sincères. Tu es de leur avis et tu veux aussi leur montrer que tu es dans leur camp. tu ajoutes ensuite ; "Certes c'est un peu risqué, mais à trois on peu le faire proprement et je pense qu'il faudra qu'on se retrouve à des endroits différents si on ne veut pas que ce genre d'incident se reproduise." Rester au même endroit n'est jamais une bonne idée, surtout quand on agis dans le secret. La résistance te l'a bien appris.

Et pas que la résistance. Ta vie en général, ton expérience à l'armée, les problèmes de ton frère, tout a été construit pour que tu deviennes très discrète sans forcément le vouloir. Oui tu aurais préféré une autre vie, un autre passé. Mais on ne choisit rien dans la vie, cela tu l'as très vite compris aussi. Alors, tu as tracé ta route jusqu'à pouvoir te reconstruire une identité, une carrière et des objectifs. Qui t'ont amenés jusqu'à Vittoria et Ange. Tu es plutôt contente de ton parcours, car les choses vont changées, depuis cette rencontre tu le sais. Ange est une femme de confiance et Vittoria est…comme toi. Alors, oui tu es rassurée, confiante. La résistance a peut-être un avenir avec vous trois. En tout cas tu feras tout pour. Tout ce qui est en ton pouvoir de part ton post de trésorière au gouvernement et ton implication avec ces deux femmes. Oui tu feras tout pour. Comme tu l'as toujours fait pour des choses dans lesquelles tu étais impliquée. Pour briser le silence, tu dis ; "Qui se charge de le tuer ?" Tu ne passes pas par quatre chemins, non. De toute façon autant mettre les choses au clair, quitte à ce que quelqu'un soit désigné cet homme ne va pas s'en sortir vivant et ça toutes les trois vous le savez.



730 mots






© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 2658
↳ Points : 488
↳ Date d'inscription : 19/04/2015
↳ Age : 20
↳ Avatar : Giza Lagarce
↳ Age du Personnage : vingt et un ans.
↳ Métier : croupière au Bones.
↳ Opinion Politique : résistante extrêmiste.
↳ Niveau de Compétences : niveau deux.
↳ Playlist : ocean avenue - yellowcard | cruel - the veronicas | paralyzed - against the current | reckless - you me at six | haunting - halsey | before the worst - the script | doubt - twenty one pilots | anything - hedley | nicotine - panic! at the disco | robbers - the 1975 | just the way i'm not - all time low
↳ Citation : « There's a piece of you that's here with me, it's everywhere I go, it's everything I see »
↳ Multicomptes : Mackenzie Caulfield & Nataliya Clarke.
↳ Couleur RP : #BD5737



Feuille de perso
↳ Copyright: empty gold. & endlesslove & jump-again
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Three free soul in a street - Pv. Vittoria & Charisma   Dim 19 Juin - 21:25




Le regard se promène entre les deux silhouettes alliées. Perturbée par la lumière ambiante se reflétant sur le sol désertique, sa vue se retrouve amoindrie. Cet environnement ardent ne lui convient pas, elle peine à se sentir à son aise contre les rochers. Elle ne trouve rien d’attirant à la poussière qui les entoure. Au vent qui les balaie. À l’absence d’air qui les étouffe. À peine arrivée qu’elle aimerait déjà repartir. Pour toutes les raison du monde. Exception faite de la plus importante. Les deux acolytes qui se jaugent devant les iris neurasthénique de la rebelle. Elle déplore une fois de plus l’endroit, le moment. Pour tout cet inconfort que ça leur apporte. Tente par tous les moyens de faire abstraction de ce qui la dérange, pour se concentrer sur l’essentiel. Les réponses qui fendent la rassure mais son scepticisme persiste malgré tout. Méfiante au possible, elle fronce les sourcils en observant l’air pensif de sa mère adoptive. Elle crève d’envie de savoir ce qui la tourmente, aimerait crever l’abcès pendant qu’il est encore tant. Avant de se raviser et de repousser les questions qui lui brûlent la langue à plus tard. Interrompue dans ses propres pensées par la louve qui leur fournit une explication qu’elle peine à avaler.

Les innocents se font rares dans leur univers. Elle ne croit pas à l’histoire du bon samaritain désireux de rendre service à sa patrie. Foutaises. De telles personnes n’existent pas. N’existent plus. Depuis longtemps déjà. Et quand bien même cette théorie se révélait vraie, elle n’en serait que plus dangereuse pour elles. Pour leur cause. Elle en reste persuadée. La réponse fournie par la trésorière la réjouit. Elle ne peut dissimuler sa satisfaction. Traduit l’accord par un sourire, léger, discret. À peine perceptible, mais un sourire qui en dit long. La recommandation que Charisma enchaîne immédiatement lui arrache un rire. Un éclat qu’elle se trouve incapable de retenir. Bien évidemment que leurs petites réunions secrètes devront se tenir à des endroits différents par la suite. « - Ça, c’est une évidence » Elle lève la tête vers sa complice, l’air grave. Rien n’a jamais été simple pour la jeune hongroise, du jour de sa naissance jusqu’à aujourd’hui. Et ça n’ira certainement pas en s’arrangeant. Il faut croire qu’elle s’y est faite. À cette vie chaotique, jusqu’au plus profond de ses tripes. Qu’elle s’y est habituée. Qu’elle a même appris à faire avec, à contourner les obstacles. Surmonter chaque épreuve, sans sourciller. Tout ça n’est qu’une étape de plus à franchir avant d’atteindre la suivante. Certaine que son investissement sans faille la mènera là où elle veut, elle espère simplement pouvoir connaître ce succès dont elle ne doute pas avec celle qui la toujours soutenue. Et celle qu’elle soutiendra.

La brune se relève, ne tient pas en place. Manifestation permanente de sa nervosité. Quelques pas esquissés sur un chemin en perdition. Le silhouette de ce soit-disant civil gisant toujours aux pieds de la louve. Elle souffle longuement, avant qu’on brise le silence qui s’était installé entre elles. La question ne la fait même pas réagir. Devenue complètement insensible à ce genre de fantaisie. Elle ne cille pas, ne bronche pas. Continue sa ronde incessante, avant de s’arrêter pour formuler une réponse. « - On va certainement pas gaspiller le peu d’énergie qu’il a encore, c’est une occasion bien trop rare pour qu’on la laisse passer. Si tu le veux, je te le laisse. J’ai eu ma dose avant de venir, ça ira » Une générosité sans faille avec celle en qui elle fonde de grands espoirs. Les prunelles sombres ne quittent pas celles de Charisma. Elle sait qu’elle en crève d’envie. Elle le sent à des kilomètres. Pour avoir vécu exactement la même chose. Pour avoir été dans la même situation. Peut-être même pire. Les effluves d’un passé révolu mais pas si lointain lui reviennent en mémoire. Des souvenirs qu’elle chasse immédiatement. Préférant ne pas se laisser submerger par les restes d’un monstre qui sommeille.  

« - Pourquoi tu nous as fait venir exactement, Ange ? » Elle reprend place aux côtés de sa bienfaitrice en l’interrogeant du regard. Les voilà, ces questions qui la tiraille. Toutes les interrogations qui la démange, lui brûle les lèvres. « - Je suis certaine que c’est pas une rencontre organisée au hasard, juste pour se voir. Tu prendrais pas tout ces risques si y’avait pas une bonne raison cachée derrière » Les iris se plantent dans le reflet aîné. Elle connaît sa mère de substitution par cœur. Résultat attendu après des années passées ensemble dans les rues d’une New York encore habitable. Mais à peine vivable quand on a plus rien du tout. Des rues, rendues supportables par la simple présence de la louve à ses côtés. Lui apportant chaleur et protection. Des atouts majeurs pour la demoiselle qu’elle n’est pas prête de mettre de côté. « - Si c’est pour nous dire qu’on va enfin mettre en place tout ce dont on avait parlé, sache que - non seulement j’attends ça depuis une éternité déjà - mais qu’en plus tu rendrais cette journée bien meilleure que toutes les autres » Et de loin. La brune étend ses jambes sur la poussière tapissant le sol brûlant, secoue la tête légèrement pour ponctuer ses dires. Les rendre plus réels. Plus percutants. Les doigts fins se perdent dans la chevelure balayée par la brise légère qui la soulage. Elle s’attend à tout. Au pire comme au meilleur. Bien consciente de la capacité de son Ange encore intacte de ne pas être là où on l’attend.

_________________
    I've been looking all night watching them empty hours. Invisible to these crowds, always double vision. I've been losing my mind listening to broken speech. Stacking up broken seats, it's a lonely picture. And I hear your voice as it echoes 'round my head. Always that same thing that you said. Get out, get out, while you still can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2372-vkb-you-were-my- En ligne
 

Three free soul in a street - Pv. Vittoria & Charisma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Filezilla et Free
» restes de A-squared Free impossibles à virer
» A-squared Free n'est plus disponible
» Free recrute !!
» Nouvelle de Numericable (Mobile / Free)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-