AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Are you cheating me !? |William B. Harlow |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Are you cheating me !? |William B. Harlow |   Ven 30 Nov - 3:03




Lain S. Carter William B. Harlow
Viva Las Veg as !

« Très bien mon gars, nous savons que tu as triché aux jeux !
–Euh quoi !? »
Voilà, comment pris entre quatre murs, un employé de la sécurité m’annonçait, que moi petit gitan habillé pour l’occasion avait triché ? Non vraiment, c’était d’une plaisanterie… Mais autant savoir avant le pourquoi du comment.
Ma journée avait été assez ennuyeuse, pour ne pas dire d’un ennui mortel. J’étais là errant non loin de Manhattan, vu que je devais récupérer une babiole pour une personne, qui je dois dire après réflexion avait l’air louche. Mais bon si on avait besoin de reprendre un truc illégalement et en toute discrétion c’était généralement à moi que la tâche incombée, en échange, il faut bien l’avouer d’une quotte somme, ben quoi je ne fais pas la charité !? Quoi qu’il en soit, n’ayant rien d’autre à faire, en attendant la motivation de retourner dans l’une des zones, je décidai comme tout bon gitan que je suis, d’aller tenter ma chance aux jeux, mais pour ça il me fallait une tenue, car bon nous n’allons pas au sublime Casino en étant habillé comme un remake d’un ancien film pour enfants. Je décidai donc de faire un petit détour shopping, afin d’arranger ce problème. L’avantage quand, comme moi nous avons l’art de marchander et il faut bien l’avouer de berner les gens avec une aisance presque déconcertante. Eh bien on arrive souvent à nos fins, pas toujours mais souvent.

♣ J’étais donc là dans le magasin, en train de feindre d’être quelqu’un d’important au sein de le capitole, un noble ou un de ces gros bourgeois puants. Je regardais de haut, les vêtements qu’ils proposaient d’un air dédaigneux, prenant avec seulement deux doigts le tissu, comme s'il allait me bruler et laissant paraître des regards suspicieux quant à mon jugement sur ces articles. Bref, j’étais un bourgeois blindé d’argent. Un vendeur s’approchait de moi, et j’entrepris de lui raconter comment j’avais fini agressé par une bande de vauriens non loin du centre-ville, et qu’il m’avait dépouillé de mes vêtements et tous mes bijoux, en n’étant contraint de mettre ce que j’avais trouvé au fond d’une poubelle. Et insister bien sûr le fait d’être un nom de renom au sein du Capitole afin d’avoir un crédit sur mes futures emplettes. Le vendeur y cru, en même temps je jouer très bien la comédie, et puis des histoires comme ça, on vous sort sort pas tous les quatre matins. J’avais donc ma tenu, un smoking très élégant, comme ceux que ma mère fabrique, et il faut bien le dire le prix entre ce que le gouvernement nous l’achète et celui qu’il le vende est largement différent, crois moi, on vendrait un smoking à leurs tarifs, on vivrait deux semaines avec trois repas par jour. J’arpentais donc les rues, non sans passer sous les regards de certaines femmes qui le sourire en coin me regardait timidement. Ah femelles…

♣ Viva Las Vegas ! J’y étais, devant ce géant Casino, et non l’enseigne commerciale, l’ennui, qui dit casino dit argent, et je n’avais rien. Mais bon j’allais bien trouver une solution une fois entrée. J’entrais donc, par la grande porte tenue par un portier, décidément même sous mon air de flambeur j’étais surpris de voir ce genre de chose. J’avançais donc tout en prenant quelques canapés sur les plateaux des serveuses, en voyant tous ces gens rirent, hurler de rage, je souriais intérieurement, oh que oui, qui mieux que ce genre de personne complètement insouciante, faisait les meilleures victimes des voleurs à la tir ? Je continuais ma percée, tout en observant combien cet endroit était juste énorme, machines à sous, table de poker, black-Jack, roulette, crap, il y en avait pour tous les gouts. Je me mis soudainement, à penser au type qui devait diriger cet endroit, lui pour sûr ne devait pas manquer de manger à a faim. Enfin bref, je continuais toujours de marché, me postant à certaines tables, afin d’ambiancer les joueurs, tout en prenant soin de leur faire les poches, ainsi que quelques jetons, entre deux gloussements…

♣ Je m’étais refait une petite santé, comme on dit ici. Et j’étais bien décidé à augmenter mes gains, et tant qu’à faire à m’amuser un peu. Et pour ça le seul truc que je connaisse en jeu de cartes, c’est notre célèbre Jack' . En même temps faut me comprendre, quand on arnaque les gens aussi bien que moi, forcement les jeux où il y possibilité de tricher sont mes préférés. La théorie était super-simple, compter les cartes et démonter la banque. En pratique c’était un peu plus chiant, il fallait que je me concentre pour compter les cartes, tout en paraissant être un joueur chanceux, marrant, bref jouer la comédie quoi.Je continuais ma percée, tout en observant combien cet endroit était juste énorme, machines à sous, table de poker, black-Jack, roulette, crap, il y en avait pour tous les gouts. Je me mis soudainement, à penser au type qui devait diriger cet endroit, lui pour sûr ne devait pas manquer de manger à a faim. Enfin bref, je continuais toujours de marché, me postant à certaines tables, afin d’ambiancer les joueurs, tout en prenant soin de leur faire les poches, ainsi que quelques jetons, entre deux gloussements…

♣ Je m’étais refait une petite santé, comme on dit ici. Et j’étais bien décidé à augmenter mes gains, et tant qu’à faire à m’amuser un peu. Et pour ça le seul truc que je connaisse en jeu de cartes, c’est notre célèbre Jack' . En même temps faut me comprendre, quand on arnaque les gens aussi bien que moi, forcement les jeux où il y possibilité de tricher sont mes préférés. La théorie était supersimple, compter les cartes et démonter la banque. En pratique c’était un peu plus chiant, il fallait que je me concentre pour compter les cartes, tout en paraissant être un joueur chanceux, marrant, bref jouer la comédie quoi.

« Très bien mon gars, nous savons que tu as triché aux jeux !
–Euh quoi !?
–Nous t’avons vu sur nos caméras, tu comptais les cartes…
–Alors c’est ça, quelqu’un gagne de manière honnête et vous l’accusez de tricherie !? Vous savez que je connais votre patron messieurs, il va entendre parler de vous, tenez le vous pour dit !
–Ca tombe bien, le Boss va justement descendre pour te parler…

♣ Ah mince, ça c’était mal jouer Silas. Bon de toute évidence j’étais dans de beaux draps, le pire dans tout ça n’étant pas qu’ils me remettent aux autorités locales, car elle encore j’aurais pu les semer ou bout d’un moment, mais le fait que les teneurs de casino n’étaient pas connus pour être de gentil Saint Maritain , non c’était plus des gens qui généralement ne fallait pas essayer d’arnaquer, sous peine d’avoir quelques côtes cassées. Ou bien j’avais trop vu de films dans le passé. Quoi qu’il en soit, des pas se faisaient retentir dans le couloir, mes deux gorilles affichaient un sourire malsain, qui franchement me faisait douter quant à mes chances de survie. La poigner se baissa, et un homme avec, il faut bien l’avouer, une putain de prestance franchit le pas, il fit signe à ses gorilles de se retirer, et venu s’assoir en face de moi, d’une manière tellement calme, que je priais intérieurement qu’il me tue vite, plutôt que de continuer avec cette fausse attitude de gentil méchant.





Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Are you cheating me !? |William B. Harlow |   Sam 1 Déc - 14:12

Assis dans mon bureau en train d’attendre l’heure de rejoindre ma femme pour sa première visite chez le gynécologue. Nous avons enfin passé le cap et ma chère et tendre c’est fait inséminer afin de pouvoir porter notre enfant. Je dis notre enfant seulement je ne suis pas réellement le père. En effet ma condition de skinchanger que je considère à la fois comme une malédiction et comme un don du ciel m’a retiré la possibilité de procréer. J’ai toujours voulu un héritier ou une héritière, et ceux dès le moment où j’ai commencé à gagner de l’argent. Mais je savais que cela me serait impossible à jamais. Puis j’ai rencontré celle qui a fait tourner mon cœur, qui m’a éloigné de toutes mes maîtresses, qui c’est accaparé tout l’amour dont je fus capable. Comment pourrai-je lui refuser un enfant, même si je ne suis capable de le faire moi-même.

Elle est donc enceinte depuis peu, et elle refuse malgré mon acharnement à la convaincre d’arrêter de travailler. Notre situation nous permet largement de vivre bien plus qu’aisément uniquement sur mon travail, mais elle veut prouver qu’elle est une femme forte et elle a décidé de travailler, et de continuer de le faire tant que ça grossesse n’en serait qu’au début. Je compte bien essayer de la convaincre aujourd’hui encore. Seulement je sais que ce ne sera pas aisé. Je me souviens du mal que j’ai eu à séduire Shona et à en faire ma femme. Personne n’a d’ailleurs jamais compris pourquoi je m’acharnais tellement à vouloir la séduire elle alors que je pouvais en avoir tellement d’autre et ce sans difficulté.

Tandis que je cherche des idées je vois alors le bouton de ma ligne privé clignoté, il s’agit donc de Julie ma secrétaire personnelle qui doit me faire passer un message important, c’est forcément important car j’ai demandé à ne pas être dérangé. J’appuie alors sur le bouton et lui demande ce qu’il se passe. Elle m’annonce que mon chef de sécurité souhaite me parler d’un cas probable de tricherie. Je lui dis de le faire entrer et ce dernier me salut chaleureusement avant de m’annoncer sur quel chaine je peux voir l’enregistrement. Je saisi alors ma télécommande et appuie sur un bouton et une télé sort de derrière un mur, j’appuie sur une deuxième touche et j’assiste alors avec attention à l’enregistrement.

En effet ce jeune homme triche et il manque d’habilité. Non seulement je perçois les moments où il se concentre, et je perçois avec aisance quand il perd le compte, il réfléchit alors avec frénésie avant de s’abstenir de jouer. Ce n’est pas étonnant que mes hommes l’ai vu également. Encore un tricheur, cela commence à me fatiguer, quand comprendront-ils ? Je me fais cependant un point d’honneur à rencontrer tous les tricheurs en personne. J’en ai déjà fait corriger plus d’un mais pourtant cela ne semble pas les calmer.

Je consulte ma montre et il me reste encore du temps, mais avant toute chose je décroche mon téléphone et j’appelle celui qui sait tout, mon détective privé qui à peine je le salut me dit qu’il est déjà au courant et que je viens de recevoir un mail me disant tout ce que je dois savoir sur le jeune tricheur. Son efficacité m’étonnera toujours. C’est le genre de personne qu’il vaut mieux avoir avec que contre soi, c’est une évidence. Il me permet même de me tenir au courant de ce qu’il se passe au gouvernement et de toujours me tenir prêt. Je consulte rapidement le dossier que je viens de recevoir avant de soupirer et de me lever.

Je descends alors les marches du casino, je salue chacun de mes employés par leur prénom, je félicite les flambeurs et je salue d’autres habitués. Mon chef de la sécurité me suit patiemment, puis nous descendons dans la zone noire, là où sont placés les tricheurs, là où ils se font généralement placés à tabac. Je marche d’un pas lent et serein, plus ennuyé que stressé. Je pense à nouveau à ma femme et je jette un dernier coup d’œil à ma montre, il me reste largement le temps, mais je suis tellement stressé par cette visite chez le médecin.

J’actionne alors la poigné et j’entre dans la salle dans laquelle je vois le jeune homme affublé de deux gorilles qui le maintienne assis. Les deux me disent bonjour tandis que je les congédie avec un signe de tête. Je m’approche alors du jeune homme et m’assied sur la chaise en face de la sienne. Je m’adosse alors sans prendre la peine de le saluer, je sens mon desert eagles bien à sa place comme d’habitude. Je croise alors les jambes et sort une cigarette. Je l’allume avec mon briquet ST-Dupont dont j’ai fait l’acquisition il n’y a pas longtemps. Il m’a même coûté la modique somme de 700$. C’est cher payé pour un briquet, mais la qualité se paye et puis après tout ce n’est pas comme si je n’avais pas les moyens.

Je regarde alors mon interlocuteur avant de prendre la parole :

« Silas Kendall, c’est un bien jolie costume que vous avez là. Mais même si votre mère est experte en création de costumes je doute que les prix dérisoires auxquelles le gouvernement se procure ses créations suffisent à financer ce dernier. Malheureusement le vendeur est déjà au courant que vous n’avez pas les moyens de le financer et la facture est prête à partir chez vous. »

Je marque une pause à la fois pour donner plus d’impact à ce que je viens de dire et surtout pour lui laisser le temps de comprendre que j’en sais déjà beaucoup sur lui et qu’il est dans de beau draps, car le vendeur qu’il a arnaqué il y a peu est au courant de l’arnaque et compte bien récupérer l’argent qu’il lui doit.

« Rassurez-vous cependant, je prends sur moi de vous offrir ce dernier, votre mère est mon fournisseur préféré je serais désolé qu’elle doive fermer boutique à cause des bêtises de son fils.
Maintenant expliquez-moi pourquoi vous êtes dans cette salle, et surtout pourquoi il a fallu que je descende en personne, je ne pense pas vous connaitre intimement comme l’affirme mes hommes. »

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Are you cheating me !? |William B. Harlow |   Sam 1 Déc - 18:31




Lain S. Carter William B. Harlow
Viva Las Veg as !


♣ Charismatique ! C’était le mot qui correspondait le mieux, au patron qui se tenait assis face à moi. Il sortit une clope et se l’alluma avec un briquet dont je connaissais bien la valeur marchande. Un St-Dupont, en gros un must du briquet. Il m’était déjà arrivé d'an faucher un, pour le troquet contre de la nourriture et beaucoup de ressources. Hey oui malheureusement pour moi, je ne pouvais pas me permettre de revendre contre du cash ce que je volais aux gens, il fallait bien rester hors de portée du system, donc le troc était la parfaite solution. Quoi qu'il en soit, il ouvrit la bouche, pour je dois dire, annoncer quelque chose d’intéressant :

« Silas Kendall, c’est un bien joli costume que vous avez là. Mais même si votre mère est experte en création de costumes je doute que les prix dérisoires auxquels le gouvernement se procure ses créations suffisent à financer ce dernier. Malheureusement le vendeur est déjà informé que vous n’avez pas les moyens de le financer et la facture est prête à partir chez vous. »


♣Euh… Aiouch !? Comment se faisait-il qu’il en connaissait un tant soit peu sur moi là ? Non pas sans cacher ma surprise à ses yeux, je cherchais un moyen logique de comprendre ça. Après tout je n’aime pas trop qu’on me la mette à l’envers. Qui plus est le crétin de vendeur que j’avais embobiné, voulait porter plainte, et comment dire qu’avec notre gouvernement actuel, il était clair et certain que je finirais en taule, et que ma mère se retrouverait seule avec des têtes de cons. Hum pas joviale comme fin. Il coupa court à mes pensées.
« Rassurez-vous cependant, je prends sur moi de vous offrir ce dernier, votre mère et mon fournisseur préféré je serais désolé qu’elle doive fermer boutique à cause des bêtises de son fils maintenant expliquez-moi pourquoi vous êtes dans cette salle, et surtout pourquoi il a fallu que je descende en personne, je ne pense pas vous connaitre intimement comme l’affirment mes hommes. »


♣Euh quoi ma mère fait affaire avec ce type . Mais quel boulet je suis moi aussi, pourquoi j'suis aller braquer un commanditaire ? En même temps qu’est-ce que j’en savais. Il se proposait de me l’offrir, il a cru que je faisais dans la charité, et puis quoi encore, un patron de casino m’offrir un costume, je préfèrerais pourrir en taule plutôt que cela n’arrive.

« Vous êtes bien informé c’est certain, en revanche pas très logique »

Bien joué, Silas titille le, on ne sait jamais ce qu’il pourrait te faire de plus, mais bon foutu caractère impulsif.

« J'suis ici, pour la simple et bonne raison d’une tentative de triche. Quant au fait de vous connaitre, euh, non c’était juste un bobard histoire de voir si vos gorilles allaient gober ça. Et mes bêtises permettent de faire vivre convenablement la femme qui crée vos précieux smokings. »


♣Je restais assis, le regard furibond, et pour cause, j’avais l’impression d’être une dès ses souris prises dans une tapette. Mais bon ce n’était pas comme ça que j’allais m’en sortir, je me creusais les méninges à l’idée de ce qui pourrait me tirer de là. Voyons voir la seule chose pour laquelle j’étais doué, étaient, les vols, les cambriolages et le must du must déjouer la sécurité des postes de gardes divers. Il devait bien y avoir un truc le dedans qui permettrait de sortir d’ici, sans que les autorités soient impliquées ? Je plongeai mon regard dans le sien, qui se disait d’une confiance sans bornes, décidément ce type était bel et bien charismatique c’est sur ! Et tout en le dévisageant, je refis travailler un coup mes neurones, Il est riche, possèdent, un casino et surement les embrouilles qui vont avec, amateur de briquet d’exception. Aime les beaux smokings…

« …J’aurais un truc à vous proposer. Et si je vous apportais le plus beau des smokings jamais conçu .! »

Oui bon c’était encore une fois mes blagues de mauvais gout, surement dû au stress dit en passant.

« Hum… Désolé. Plus sérieusement, un homme comme vous peut bien avoir une fortune colossale, un casino, une surement jolie femme, ou homme . Enfin peut m’importe, il doit vous manquer quelque chose non . Et c’est là que j’interviens ! J'suis plutôt connu pour récupérer ou voler, appeler ça comme vous voudrez, des choses diverses. Donc si en échange de mes services, vous euh je ne sais pas moi devenait soudainement amnésique concernant cette petite affaire . »

♣Je le laissai réfléchir quand mon ultime proposition, enfin ultime pour moi, s’il n’acceptait pas j’étais dans la merde, et s'il acceptait j’étais aussi dans al merde, car un mec comme lui s'il lui manque un truc, ça ne doit pas être quelque chose qu’on fauche comme ça dans un musée.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Are you cheating me !? |William B. Harlow |   Dim 2 Déc - 12:26

Comme je m’y attendais je peux lire aisément la surprise dans ses yeux lorsque je cite son nom et ce qu’il a fait avant de venir dans mon casino. Il est également surpris que je connaisse sa mère, mais comment pourrait-il en être autrement après tout ? Elle est une créatrice de grand talent, et je suis le seul à payer les costumes aux prix qu’ils valent vraiment, contrairement au gouvernement qui lui se fait une marge énorme sur ses créations. J’estime pour ma part qu’un bon travail nécessite d’être récompensé à sa juste valeur. Je ne profite pas des gens simplement parce que j’ai du pouvoir. Je lui dis alors que je lui ai offert le costume qu’il porte pour la simple et bonne raison que je ne souhaite pas attiré d’ennui à sa mère. Toujours est-il que la surprise dans son regard m’amuse beaucoup. Il me dit alors avec une certaine impulsivité non contrôlé :

« Vous êtes bien informé c’est certain, en revanche pas très logique »

J’ignore volontairement le ton agressif, je sais moi aussi que quand on est pris dans la main dans le sac par quelqu’un qui en sait beaucoup sur notre compte et qui nous coince comme je l’ai fait avec lui les nerfs peuvent lâcher. Je lui demande alors pourquoi il a fallu que je descende en personne pour le rencontrer. Il ne sait pas que je fais cela avec tous les tricheurs, principalement pour voir si je peux me servir d’eux ou non. Pour le moment je sais juste que c’est un bon voleur, comme je l’étais à l’époque, mais je ne vois pas en quoi il pourrait me servir, mais la suite de la conversation me le dira sûrement. Il répond alors à mon interrogation plus calmement mais je sens toujours de l’agressivité dans son ton, ah les enfants de la rue sont incorrigible, s’il veut allez loin il devra se montrer plus respectueux et apprendre à masquer ses émotions comme moi-même j’ai appris à le faire :

« J'suis ici, pour la simple et bonne raison d’une tentative de triche. Quant au fait de vous connaitre, euh, non c’était juste un bobard histoire de voir si vos gorilles allaient gober ça. Et mes bêtises permettent de faire vivre convenablement la femme qui crée vos précieux smokings. »

Je souris à sa réponse tandis que j’écrase ma cigarette sur le sol non sans recracher une dernière bouffée de fumer. Je me lève alors et toc à la porte afin que l’un des gardes m’ouvre et je lui demande de nous apporter des verres et une bouteille du bar. Je sens que la conversation ne se terminera pas aussi rapidement que je le pensais, j’ai lu il y a quelques instants dans ses yeux qu’il cherche à me faire une offre qui pourrait m’intéresser, donc amusons nous encore un peu pour voir ce qu’il va me proposer. Je referme la porte et retourne m’asseoir en lui répondant :

« Je crois bien que vous êtes le pire tricheur que j’ai vu passé dans mon casino et j’en ai vu ça je vous l’affirme. Vous êtes incapable de masquer vos émotions, et c’est le point le plus important lorsque qu’on compte les cartes. »

Le garde revient alors avec ce que je lui ai demandé, il rentre pose sur la table deux verre et une bouteille de bourbon, il me sert un verre ainsi qu’à mon interlocuteur et repose la carafe en cristal au milieu de la table. Je m’adosse alors en saisissant mon verre car je sais que maintenant il va me faire sa proposition, il est si simple de lire en lui, même sans mes talents de métamorphe j’en serais capable, avec moins d’aisance soit, mais je pourrais également déceler s’il me cache ou non quelque chose.

[color=darblue]« …J’aurais un truc à vous proposer. Et si je vous apportais le plus beau des smokings jamais conçu .! »

Je ne réponds pas, car encore une fois il a parlé sans réfléchir, il doit bien savoir que je possède déjà les plus beaux smokings. Et puis de toute façon la beauté est subjective. Il se reprend alors et me dit quelque chose de plus intéressant :

« Hum… Désolé. Plus sérieusement, un homme comme vous peut bien avoir une fortune colossale, un casino, une surement jolie femme, ou homme . Enfin peut m’importe, il doit vous manquer quelque chose non . Et c’est là que j’interviens ! J'suis plutôt connu pour récupérer ou voler, appeler ça comme vous voudrez, des choses diverses. Donc si en échange de mes services, vous euh je ne sais pas moi devenait soudainement amnésique concernant cette petite affaire . »

Alors voilà son offre, je m’attendais à mieux je dois dire. En effet j’ai déjà tout ce qu’il me faut, tout du moins il me semble. Mon détective privé peut déjà tout me procurer. Non il y a bien une chose qu’il n’a jamais réussi à faire par manque de temps car je lui demande d’enquêter sur tous mes clients et mes employé il n’a pas le temps de s’occuper de cette petite affaire. Mais puis-je vraiment faire confiance à ce jeune homme ? Je n’en suis pas sûr. Il semble cependant sincère, c’est tout de moins ce que me souffle mon instinct, et ce dernier ne m’a encore jamais fait défauts. Mais sera-t-il à la hauteur de la mission que je lui propose ? S’il sait voler il doit également savoir se montrer discret.

Nous allons voir s’il est vraiment motivé dans son offre et voir quels arguments il est prêt à avancer pour me convaincre. Non seulement parce que c’est amusant et surtout parce que ça m’empêche de me tracasser pour le rendez-vous de ma femme tout à l’heure. Je jette un coup d’œil à ma Rolex et je vois alors que j’ai encore pas mal de temps devant moi, profitons de la présence de notre ami pour nous divertir encore un peu. C’est donc d’un visage impassible que je lui réponds :

« Voyez-vous ça ? Et qu’est-ce qui vous fait dire que je manque de quoi que ce soit ? C’est donc l’impression que je donne ? »

Mon ton est toujours aussi doucereux que depuis le début, tout ce qui m’intéresse c’est sa réponse à présent. Voyons comment il va réagir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Are you cheating me !? |William B. Harlow |   Dim 2 Déc - 15:31




Lain S. Carter William B. Harlow
Viva Las Veg as !


« Je crois bien que vous êtes le pire tricheur que j’ai vu passer dans mon casino et j’en ai vu ça je vous l’affirme. Vous êtes incapable de masquer vos émotions, et c’est le point le plus important lorsque qu’on compte les cartes. »


♣Bon et bien mon début de carrière dans la triche aux jeux n’étaient pas un franc succès. Après tout moi c’était le vol, pas la triche, mais je dois avouer que j’ai été légèrement vexer, moi qui pensais que pour un premier coup je m’en étais bien sortis, et ben…non !? « Oula mon brave un peu de respect, c’était une première pour moi ce soir. Et puis l’art d'al triche n’était pas vraiment mon point fort on peut mettre ça sur le compte d’un essai non ? » Ben quoi !? C’était vrai non. Il se leva demandant je ne sais quoi à ses gorilles derrière la porte, en se levant, j’ai pu remarquer l’emprunte que faisait son arme sur ses vêtements, bon déjà je savais que s’il voulait vraiment se débarrasser de moi il le ferait sans hésiter et ici même pourquoi pas. Qu’avec deux gorilles de l’autre côté de la porte, il était clairement impossible pour moi de me casser d’ici en vie. Qui plus le pire était de remontée jusqu’à l’entrée du casino pour m’enfuir. Mais bon l’idée disparut très vite, quand je repensais qu’il connaissait mon nom et n’aurait aucun mal à me retrouver, et cette histoire de facture en prime. Il revint s’assoir, et c’est à ce moment que je lui fis ma petite proposition, il fit une petite moue. Allons mon gars quand même tu pourrais faire un effort pour être un tant soit peu sociable, non . Son gorille rentra et apporta une bouteille de vin, ainsi que deux verres…

♣Nous étions là, lui sirotant son vin, moi contemplant mon verre avec une envie folle d’y gouter, mais fierté oblige je laissais mon verre sur la table, qui n’était pas assortie avec ce dernier il faut dire. Après ma petite proposition il fut silencieux, un bon moment, surement pour mieux analyser la situation, pour finir par lâcher : « voyez-vous ça . Et qu’est-ce qui vous fait dire que je manque de quoi que ce soit ? C’est donc l’impression que je donne . » Je voulais lui répondre un truc débile, mais heureusement pour mon ce coup-ci mon cerveau fonctionna avant ma langue. Je devais répondre, vite et correctement si je voulais marquer le coup.

« Sans vouloir vous vexer, ou blesser votre ego, honnêtement vous pensez me faire gober ça . Que vous, vous auriez tout ce que vous souhaitez. Sérieusement personne sur Terre n'est satisfait à ce point-là, question d’humanité on cherche toujours à acquérir un truc plus gros encore et encore. Et donc non ce n'est pas une impression, c’est une intuition j'suis certains que mêmes un homme comme vous, ben… il vous manque bien un truc pour être ‘heureux’ »

♣J’accentuais bien sûr le mot ‘heureux’ de manière assez cynique, après tout s’il aurait eu sa chose il en aurait voulu une autre et ainsi va la vie non !? Je reposais mon regard de nouveau sur le verre, que je vins prendre au creux de ma main, le faisant tourner légèrement, afin de remuer le vin. Je pris une petite gorgée, et fis jouer ma langue avec afin de faire bien ressortir les arômes, et oui j’avais appris à boire du vin. En même temps il n’était pas rare que j’en rapporte à la maison, et qu’on le boit en parlant de tout et de rien avec ma mère. Je laissai échappe ma stupéfaction, concernant ses gouts en vin, car putain elle était bonne sa vinasse. « mais c’est que vous ne buvez pas du vin de pauvre vous alors ! » qu’on soit clair, je ne pas juger ni ne l’insulter comme on pourrait le croire au premier abord. Il était né riche, et moi pauvre, ainsi va la vie. Je redéposais mon verre, et tout en me léchant les lèvres afin de prendre les dernières gouttes laissées.

« Donc, cet objet que je dois volez, c’est quel genre ? »

♣Sur un ton très sérieux, car oui quand on parle affaires je suis toujours très professionnel. ET puis autant ne pas tourner autour du pot, s'il pensait que sa petite feinte du ‘mec comblé’ m’écarterait du pot au rose, il se trompait largement sur mon compte, j’avais beau être stupide, blagueur, et peu sérieux de base. On n’essaye pas de me la mettre à l’envers, surtout pas un Gitan doublé d’un arnaqueur, j'suis doué pour voir les esquives verbales si on peut dire. Je supposais qu’il avait compris que maintenant c’était au business man Silas qu’il avait affaire, et j’entendais bien montrer que j’étais le meilleur de ma catégorie.






Revenir en haut Aller en bas
 

Are you cheating me !? |William B. Harlow |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» WILLIAM
» Leo William Recipon [UllzangKid]
» Winnie Harlow
» Gripping beast pourquoi ????
» Qui sème le vent ne redoute pas l'ouragan. — William

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-