AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Now say Awwwwww [Marie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 124
↳ Points : 56
↳ Date d'inscription : 19/05/2016
↳ Age : 18
↳ Avatar : Harvey N.-Haydon
↳ Age du Personnage : 29 ans
↳ Métier : Serveur au Old Absinthe House
↳ Opinion Politique : Hésitant à agir, il reste pour le moment dans la neutralité, ne voulant pas attirer l'attention sur lui.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist :
Ruelle- War of Hearts | Shane Koyczan - Troll | Ariana Grande - One last time | Imagine Dragons- Fallen | Imagine Dragons - Tiptoe | Bina Bianca - The last of Us song Tribute
↳ Citation : " We're not so different you and I. What we loved the most, we left to die. "
↳ Multicomptes : None.
↳ Couleur RP : #66cccc



Feuille de perso
↳ Copyright: Sweet Disaster
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Now say Awwwwww [Marie]   Sam 18 Juin - 3:38


« Sometimes cute rimes with scary  »

Marie Armstrong & James Langdale
featuring

Lorsque je ne travaillais pas, je marchais. Je tentais de me changer les idées pour tenter de voir le monde autrement. Je me perdais moi-même dans des endroits que parfois je n'avais pas l'impression d'avoir déjà vu. Comme si je faisais des rêves éveillés.  Des rêves dont je ne me souvenais pas la plupart du temps parce que je les trouvais insignifiant, je les trouvais nul. Je ne savais pas quoi penser réellement.Je rêvais d'endroit, de paysages qui existaient avant que cette purge ne soit partie intégrante de notre vie. Que l'on ne puisse pas se passer de ça, que nous étions prisonnier d'un cocon. Je ne pouvais pas concevoir que notre vie n'était que réduite à ça en ce moment. Que nous n'étions que les bons pions de notre société.  Des pions de nos esprits et des maître de nous-même. Voilà le dévoilement secret de mes pensées. Ce qui pouvait me retourner l'esprit encore et encore alors que je ne devais pas me concentrer sur des choses aussi futiles, aussi dérangeantes, je ne savais pas comment les qualifier.

Mes pieds marchèrent sans vraiment de but, comme ma propre personne. Je ne savais pas où aller. Je ne savais pas quoi faire. J'avais personne, je n'avais pas besoin de personne non plus, mais c'est toujours plus rassurant de savoir qu'il y a quelqu'un qui vous attend le soir, qui se demande si l'on va rentrer et qui nous offre un câlin en arrivant. J'avais tout simplement un appartement froid et vide pour aller avec ma personne. Froide et vide je dirais. Mais là n'était pas l'important, certes. Je pouvais encore me créer des petits plaisirs, je pouvais faire ce qui me chantait et ce dont j'avais envie. C'était ainsi, pas vrai? Il ne fallait pas se cacher non plus. Dans tous les cas, me voici, dans un coin perdu de la ville que je ne pensais pas que je pourrais aller.


Me voici donc, détaillant tout du regard. Sentant les mains qui me démangent parce que je n'ai pas encore eu ce que je voulais, une bonne clope pour me sortir les idées nébuleuses et noires que j'avais dans ma tête. Et voilà que l'idée de tirer une taffe serait une très bonne idée. Je regardai autour de moi, pour être certain que personne y serait réellement, comme si je pensais que l'on allait me regarder à cette heure, bien franchement. Je n'étais pas cas à me faire suivre et ça, je le savais très bien. Je tirai donc une cigarette et l'allumait. Aussitôt la première bouffée fut expirée, je ressentis du bien-être. Un petit bruit néanmoins attira mon attention et je m'empressai de la cacher dans mon dos. Je n'avais pas envie de me faire prendre. Cela faisait bien un moment que je fumais, mais diable, je voulais arrêter également. Donc oui, je me comportais comme tel, comme un enfant qui se cachait de ses parents. « Hey? Y'a quelqu'un?»   Deviens pas parano espèce de crétin.


_________________

Oh pretty little flower
⊹ Any girl like you deserves a gentleman.Tell me why are we wasting time (by anaëlle)


Dernière édition par James H. Langdale le Ven 8 Juil - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 812
↳ Points : 336
↳ Date d'inscription : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée. Toujours au service de Kyran.
↳ Opinion Politique : Peu concernée mais suit les idées de Kyran
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist :
☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



Feuille de perso
↳ Copyright: schizophrenic, okinnel, oona writes
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Now say Awwwwww [Marie]   Jeu 30 Juin - 21:51


Il n’est guère effrayant, le polatouche, lorsqu’il s’évade et saute d’arbres en arbres, étendant ses membranes comme des ailes, afin de parcourir des distances plus longues, plus spectaculaires. Seulement il est libre et s’envole, d’arbres en arbres. Goûte les plaisirs du vent dans ses poils, savoure la vision spectaculaire que chacun de ses sauts lui procure. Cette bête n’est pas effrayante, mais elle est tellement plus jouissive que le massif alligator. Quand l’un s’enferme dans le carcan imposant de la peur, l’autre se carapate et s’envole. Mon esprit ne fait qu’un avec l’écureuil, se perd dans les sensations euphoriques que je n’ai pas ressenti depuis des mois, peut être même des années. La douleur se fond dans l’esprit étriqué de l’animal et je parviens à oublier et dissimuler tous mes tourments dans les abysses animaux. L’un des nombreux avantages d’être métamorphe, fusionner mon esprit avec celui de la bête, ne faire qu’un pour ne plus se sentir si humaine, si douloureusement humaine. Dans sa course, l’animal se stoppe soudain, hume l’air pour certifier sa solitude, qui n’est plus. Quelqu’un est arrive, traîne dans le coin, mais je n’ai aucune vision sur la personne. Seuls ses pas craquent sur le sol un peu trop sec, sa respiration bruyante pour mes sens décuplés et son manque de discrétion me certifient sa présence, mais rien de plus.

Alors je bouge, cherche le prédateur dans une observation approfondie. Sous cette forme, je suis vulnérable, douloureusement vulnérable et ce n’est pas dans mes habitudes, du tout. La curiosité se fait la plus forte, comme toujours, alors je m’approche, laisse la bête s’accrocher à une branche, au dessus de l’humain, au moment où il allume son bâton mortel. L’odeur s’infiltre dans les naseaux du polatouche, qui pousse un léger cri dérangé. C’est probablement ce qui attire son attention, au jeune homme, alors la bête s’enfuit, quitte le danger de la branche pour se refugier vers le tronc. Accroché, de ses griffes, la bestiole observe, regarde les traits du brun, alors que je me délecte de ses traits harmonieux. Un parfait quatre heures pour la femme que je suis, même si une curieuse réminiscence s’empare de moi. L’inconnu. Toujours lui. Qui hante parfois mes rêves. Ce bayou, cette forme animale, tout me rappelle notre première rencontre, mais je refuse de me laisser aller au passé.

Trop de fois, je me suis perdue dans les méandres des souvenirs. Aujourd’hui je refuse. Je ne veux pas repartir vers là. Je ne veux pas penser à l’inconnu, ni à Calyxte, ni à Windsor. Je veux rester sous les traits de la bête, pour ne plus ressentir. Et je veux jouer avec ce beau gosse. Rapidement, je laisse la bête glisser le long du tronc et rejoins rapidement l’homme. A ses pieds, je l’observe de ma petite taille et décide finalement de pousser le vice. La femme ne reprendra pas sa place. Pas encore. Le polatouche reste maître et dans son espièglerie, grimpe désormais le long de sa jambe. Ses griffes se plantent dans les tissus de ses vêtements et le voilà sur son bras. Ses yeux globuleux finissent par regarder ceux du changeur, alors que son nez, jusque là dérangé par la cigarette, s’agite en reniflements. Lui est son semblable. Une bestiole humaine… Et cette information est d’autant plus intéressante pour moi, alors que je me suis déjà décidée à utiliser le jeune homme pour mon amusement.


_________________

SOMEBODY TO DIE FOR, SOMEBODY TO CRY FOR, WHEN I'M LONELY
© okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 124
↳ Points : 56
↳ Date d'inscription : 19/05/2016
↳ Age : 18
↳ Avatar : Harvey N.-Haydon
↳ Age du Personnage : 29 ans
↳ Métier : Serveur au Old Absinthe House
↳ Opinion Politique : Hésitant à agir, il reste pour le moment dans la neutralité, ne voulant pas attirer l'attention sur lui.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist :
Ruelle- War of Hearts | Shane Koyczan - Troll | Ariana Grande - One last time | Imagine Dragons- Fallen | Imagine Dragons - Tiptoe | Bina Bianca - The last of Us song Tribute
↳ Citation : " We're not so different you and I. What we loved the most, we left to die. "
↳ Multicomptes : None.
↳ Couleur RP : #66cccc



Feuille de perso
↳ Copyright: Sweet Disaster
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Now say Awwwwww [Marie]   Ven 8 Juil - 23:28


« Sometimes cute rimes with scary  »

Marie Armstrong & James Langdale
featuring

Un bruit, un bruit qui n'aurait pas dû être là. C'était ce que mon cerveau me disait alors que je tentais de me détendre. Pourquoi cela? Parce que bordel, j'étais vraiment trop à cran sur le moment même. Et dire que j'étais là pour me détendre. Voilà le problème, c'était que lorsque l'on tentait quelque chose, l'opposé revenait toujours au galop pour nous rappeler que l'on ne pouvait pas avoir ce que l'on voulait et passer le temps que nous voulions où nous le voulions. Si là, en ce moment, j'aurai bien aimé être calme, me détendre avec ma cigarette au bout de mes doigts, laissant la bouffée de nicotine salir mes poumons pour mieux détendre mon cerveau. Des belles paroles pour attirer mon attention ailleurs.


La manipulation était quelque chose de très amusant, certes, très intéressant je devrais dire même. La manipulation sur soi-même pouvait être un sujet intéressant pour ma personne également. Parce que c'était bien entendu la tentative vaine que je tentais de faire en ce moment même. Pour tenter de contrôler mon coeur qui se prenait pour un moteur de Formule 1 et de vouloir s'échapper de mon corps. Je fermai les yeux sur bien des choses, mais pas sur ça. Encore heureux que je n'étais pas un mec qui avait des problèmes au coeur, parce que bien sincèrement, je crois que je ne serais plus présent dans ce monde. Depuis bien trop longtemps pour être honnête. La peur était une partie intégrante de moi maintenant, et pourtant, je ne voulais pas qu'elle le soit. Elle était mon poison et ma dose d'adrénaline à la fois. Je ne pouvais pas tout avoir et donc, je m'empoisonnais, je me tuais à petit feu parce que j'avais peur et parce que je voulais vivre dangereusement. Tout allait bien voyons. Tout allait réellement bien. Si seulement on pouvait imager le roulement des yeux dans l'esprit, le voir véritablement à la place de le dire. Avoir des petits yeux à l'intérieur de soi pour les voir rouler et se foutre de notre propre débilité. Comme mon idée que j'ai en ce moment. Dans tous les cas, une idée stupide est une idée stupide et pas brillante du tout. Comment conclure une belle phrase avec ça, n'est-ce pas?


Je ne savais pas à quoi m'attendre alors que j'entendais ce bruit. Je me traitais d'idiot pour avoir fait du bruit à mon tour avant de me rappeler que j'étais à la vision de tous et que l'on pouvait me voir très bien. Même plus que très bien. La fuite était une option donc. La bagarre aussi, en espérant que je n'étais pas en sous-effectif côté armement. Quoique... Plus je laissais mon regard couler autour de moi, plus je me disais que c'était peut-être mon imagination. Je ne voyais rien et pourtant, je n'étais pas aveugle. Et puis viens le petit mouvement que je capte du coin de l'oeil. La cigarette tombe entre mes doigts et va s'écraser au sol alors que je me retourne d'un geste pour surprendre la personne ou la chose qui est là et qui tente de m'avoir, de me faire peur. Et je ne croise pas non un être humain, mais bel et bien un animal. Une petite boule de poil que je ne connais pas le nom, mais qui me semble trop adorable.

Fronçant les sourcils devant mon coeur qui s'attendrit en voyant cette petite chose qui s'avance vers moi. C'est idiot, mais je sens que le loup à l'intérieur veut non pas s'attendrir devant l'animal, mais bien s'en faire un goûter. Secouant la tête pour réprimer tout cela, je restais immobile en me disant que les bêtes plus petites avaient peur des plus grosses bêtes et que donc qu'il passerait à côté de moi sans faire d'histoire. Et comment je pouvais me tromper. Je restais immobile, la première erreur que je fis bien sincèrement. Il y avait quelque chose d'étrange dans cette rencontre entre l'Animal et l'homme, mais je ne pouvais pas mettre le doigt directement dessus. Et puis là, c'est que je devins un arbre pour cette petite créature. Sur le moment, le grognement est la première réaction que j'ai, un grognement purement animal, un grognement d'avertissement pour lui dire que je ne suis pas un arbre et que ça fait mal. Et puis vient ensuite le réflexe humain, celui de vouloir secouer le membre pour faire dégager la bestiole comme s'il s'agissait d'un indésirable.

« P'tit gars, je crois que tu te méprends sur moi... Je n'ai rien d'un arbre.»   Je parlais d'une voix lente, comme si je pensais qu'il me comprenait vraiment. Sérieusement? C'était un animal. Un animal pur et simple. Les paupières se fermèrent alors que je pinçai les lèvres. J'étais venu ici pour me détendre, pas pour faire face à le casse-couille à poil de la cité. Je ne sais que trop bien qu'il me sent, qu'il prend mon odeur et je n'aime pas ça. Le grondement reprend, comme si l'animal en moi ne veut pas de cette bestiole sur moi, en même temps, quand c'est trop proche, c'est trop proche quoi. Je fermai les yeux un bref moment et écrasai la clope qui était maintenant au sol et que j'avais réussi à oublier. Je tendis la main et la posai sur la tête poilue du petit animal. Pour faire un petite caresse. Autant acheter la paix n'est-ce pas? « Je ne sais pas ce qui te prend, mais en tout cas.... va falloir faire attention tous les deux. Parce que je me retiens de te balancer au bout de mes bras. Je doute que ce soit une bonne idée.»   Dommage que je n'avais pas de friandises dans mes poches, j'aurai pu faire quelque chose à ce niveau. À la place, je caressai doucement l'animal, me disant que je me foutais dans les problèmes jusqu'au cou.



_________________

Oh pretty little flower
⊹ Any girl like you deserves a gentleman.Tell me why are we wasting time (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 812
↳ Points : 336
↳ Date d'inscription : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée. Toujours au service de Kyran.
↳ Opinion Politique : Peu concernée mais suit les idées de Kyran
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist :
☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



Feuille de perso
↳ Copyright: schizophrenic, okinnel, oona writes
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Now say Awwwwww [Marie]   Ven 2 Sep - 14:44


L’animal n’a pas de limites, ne se pose pas de questions et grimpe sur l’homme sans honte aucune. Il grogne en réponse et la bestiole s’en amuse tout autant que la femme qui se dissimule derrière. Je ne me sens pas de reprendre encore mon réel rôle, ma féminité, alors je m’enferme dans mon rôle de polatouche adorable et continue mon ascension, sans me préoccuper du désaccord de mon hôte actuel. Le brun lui parle, utilise une voix lente, cherche à l’humaniser un peu plus et les grand yeux se lèvent vers lui. Bien sûr qu’il ne veut pas de sa présence sur lui, l’agacement semble dessiner les traits de l’humain et c’est cette situation qui l’amuse, qui m’amuse. La bête et l’humaine se fondent un peu plus, même si l’esprit animal recule doucement face au défi qu’impose la métisse. Soudain la surprise, le réflexe. Alors que sa main se dépose doucement sur la tête poilue, en une caresse qui aurait pu être agréable, l’instinct se réveille d’un coup et les dents viennent remplacer le poil, pour se planter dans la chair. Un bond le pousse à s’éloigner de la main doucereuse et l’écureuil vient se dissimuler dans le cou masculin, comme pour se protéger de la paluche bien trop douce. Jeu ou peur, les deux se mélangent alors que je me souviens des faiblesses inhérentes à la race de ce nouvel animal. Trop petit pour être impressionnant. Trop chétif pour se protéger des attaques. Trop joueur pour ne pas s’attirer des ennuis. La raison voudrait que je reprenne ma forme humain, seulement les souvenirs de la dernière rencontre du genre, sont bien trop vifs pour me laisser emmener dans une nouvelle exhibition dans le bayou.

Plus perturbée par ça, que par l’acte que je viens d’effectuer, je reste planquée dans son cou, me délecte de son odeur pour essayer de deviner de quelle race est son animal. Probablement un prédateur, carnivore, vu les senteurs et les réflexes que l’homme peut avoir, cependant je ne peux définir avec exactitude ce qu’il est alors je finis par laisser la bête sortir de sa cachette, pour revenir en vue de ses yeux, qu’il a plutôt beaux d’ailleurs. La constatation m’effraie, sans crier gare je saute de mon perchoir, laisse la bête s’enfuir puis se cacher dans le premier arbre venu. Et là je l’observe de nouveau. Une seconde. Puis deux… Avant de laisser s’enclencher le douloureux processus de la transformation. Cette fois là ne se déroulera pas comme l’autre. Je ne peux me laisser avoir de nouveau par les beaux yeux d’un jeune homme imprudent se baladant dans le bayou. Dissimulée dans les feuillages, je laisse, une fois humaine de nouveau, ma jambe glisser lentement hors de sa cachette. Nue et satinée, elle précède la seconde, puis mon corps entier quand, dans un mouvement, je me glisse au sol. Le choc est rude pour mes chevilles, mais c’est pleine de grâce que je me redresse finalement, non sans passer une main espiègle sur mes lèvres, comme m’essuyer les lèvres, d’un sang qui ne les macule pourtant pas. « Tu n’as pas une quelconque maladie j’espère ? On m’a pourtant dit de ne pas mordre n’importe qui. » Ma moue se fait désolée une seconde, dans un rôle parfait. D’un geste, j’avise ses vêtements, tout en accentuant le mouvement de mes lèvres. « Tu me prêterais ton t shirt ? Je ne voudrais pas attraper froid. » Dans une pudeur que je ne possède pas habituellement, je m’efforce de ne pas trop montrer, de ne pas aguicher l’homme en face de moi, pour ne pas subir de nouvelles situations désastreuses.

_________________

SOMEBODY TO DIE FOR, SOMEBODY TO CRY FOR, WHEN I'M LONELY
© okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 124
↳ Points : 56
↳ Date d'inscription : 19/05/2016
↳ Age : 18
↳ Avatar : Harvey N.-Haydon
↳ Age du Personnage : 29 ans
↳ Métier : Serveur au Old Absinthe House
↳ Opinion Politique : Hésitant à agir, il reste pour le moment dans la neutralité, ne voulant pas attirer l'attention sur lui.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist :
Ruelle- War of Hearts | Shane Koyczan - Troll | Ariana Grande - One last time | Imagine Dragons- Fallen | Imagine Dragons - Tiptoe | Bina Bianca - The last of Us song Tribute
↳ Citation : " We're not so different you and I. What we loved the most, we left to die. "
↳ Multicomptes : None.
↳ Couleur RP : #66cccc



Feuille de perso
↳ Copyright: Sweet Disaster
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Now say Awwwwww [Marie]   Ven 30 Sep - 2:41


« Sometimes cute rimes with scary  »

Marie Armstrong & James Langdale
featuring

L'homme et l'animal. Pendant longtemps, l'être humain a toujours pensé qu'il était supérieur à l'animal et pourtant. Et pourtant, ce n'était pas la vérité. Nous voulions à tout prix tout contrôler, mais nous n'arrivions jamais. Ce n'était pas possible. Ce n'était notre réalité. Nous étions pourvus de la matière pensante, d'un cerveau qui nous permettait de nous faire réfléchir. Mais nous n'avions pas ce contrôle, cette.... main divine qui faisait en sorte que l'on agissait pour le mieux pour nous, pour notre famille. Ce petit truc qui était l'instinct. Qu'est-ce que j'aurai donné pour l'avoir, mais je ne pouvais pas l'avoir à la fois. Parce que c'était un ou l'autre. Un cadeau empoisonné dans les deux cas. Parce que si tu avais un, tu ne pouvais pas avoir l'autre parce qu'il s'agissait de la perfection et on ne pouvait pas avoir la perfection. Tout simplement parce que... Parce que la nature ne cautionnait pas la perfection. La Nature module, la nature innove, mais elle est toujours changeante. Ce qui est parfait ne le sera jamais réellement. La perfection est toujours un niveau plus haut. Donc bon, c'est une autre histoire. Et pourtant, là... j'avais droit à un mélange des deux. Il fallait que je combatte pour rester humain et pour rester animal quand j'étais dans le corps de l'un de l'Autre. Je ne voulais pas totalement me laisser aller. Et là, là que j'étais devant un animal qui me semblait louche, devant un animal que je ne comprenais pas, je tentai de lui rendre des traits humains. Comme pour le rendre plus atteignable. Ce truc ne me comprenait pas, mais avec ma voix, avec mon intonation, avec ce que je ressentais et dégageai, peut-être que j'allais pouvoir en faire un truc bien. Alors, je me disais que ça pouvait peut-être faire une différence. De toute manière, je me devais bien de le tester. Alors me voici, à parler à un truc muche à poil dont j'ignorais le nom. Un petit écureuil peut-être? Qui sait.

Et puis, comme je pensais que j'étais l'humain, comme je pensais que j'avais le contrôle sur la bête et sur la nature, tout ceci me rattrapai d'un seul coup alors que la bestiole plantait ses dents dans ma peau. Un grognement surpris et un mouvement brusque de la main, manquant de le frapper durement alors que je grimaçai de douleur. Merde à la fin. Je lui jetai un regard noir, comme si c'était de sa faute. Après, c'était moi qui avait franchi les limites à ne pas franchir. Je fermai les yeux sur ma propre bêtise pour accuser un animal. Bravo, franchement bravo James.


Donc, je n'avais que moi à blâmer pour mes conneries. Je n'avais que moi à blâmer pour mes idioties. Pourtant, je ne me sentais pas bien, pas normal. Qu'est-ce qui  se passait avec moi maintenant? Qu'est-ce que je pouvais bien avoir fait? Qu'est-ce que je ne comprenais pas. Il me manquait des détails. Je voulais réfléchir, mais l'animal, le loup grondait encore et toujours comme un avertissement. Sérieusement? Je ne pouvais même pas tenter de me sortir de la merde dans laquelle je m'étais moi-même mis? Ridicule. Et comme ça, je laisse l'animal se glisser dans mon cou et ne rien fait. Non mais... JUGULAIRE James... putain sérieux, t'es un cas mon pauvre mec. Je fermais les yeux, refoulant l'envie de balancer l'animal loin de moi, le croquer et lui arracher la tête, j'ai jamais dit que j'étais un mec délicat et gentil hein, jamais dit ça. Bref, comme j'étais en proie à un conflit intérieur, le truc poilu mesquin s'esquiva et me laissa tranquille. Je me permis de souffler, fermant les yeux et me passant une main sur le visage parce que sérieusement, ça m'avait pomper énormément d'énergie tout ça. Et qu'est-ce que je ne vois pas lorsque j'ouvre les yeux?

La bouche s'ouvrit et se ferma, sans savoir quoi répondre. Elle est nue.... Je... regarde pas.... Fixe les yeux.... Je ne pouvais pas m'en empêcher et je sentais que mes yeux glissaient encore et encore, mais je les empêchai de se rincer un peu trop la vue. Clignant bêtement des yeux alors qu'elle me fait... Elle me fait quoi au juste? Jouer la prude? Ça l'air d'une tentative de drague oui... Bordel James, tu es juste en manque... je finis par percuter ce qu'elle me dit et je retirai mon blouson et le t-shirt pour finir par le lui tendre. Galanterie oblige. « Je... tiens.... » C'était parfait, j'avais l'air d'un adolescent. D'un adolescent qui approchait de la trentaine. Je me mordis la lèvre pour me ramener sur terre et finit par grimacer un sourire plus qu'autre chose. « Attends.... tu es le truc muche qui m'a mordu? Mais.... Qu'est-ce que je t'ai fait hein? Viens pas me dire que mes caresses ne sont pas agréables hein! » L'air boudeur, je croisai les bras alors que le loup tentait lui de sortir et de cracher son venin... inexistant. Je soupirai plus contre moi-même et roulai les yeux avant de marmonner brièvement. « J'aurai pu te manger, t'aurais fait un bon steak.... » Avant de toussoter et de sourire franchement cette fois. Allons voir comment elle va réagir devant une sorte de déclaration psychopathe. « Toujours plaisant de rencontrer un semblable... » Oui bon.... y'avait toujours des ratés au niveau du regard heiiiiin.


_________________

Oh pretty little flower
⊹ Any girl like you deserves a gentleman.Tell me why are we wasting time (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 812
↳ Points : 336
↳ Date d'inscription : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée. Toujours au service de Kyran.
↳ Opinion Politique : Peu concernée mais suit les idées de Kyran
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist :
☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



Feuille de perso
↳ Copyright: schizophrenic, okinnel, oona writes
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Now say Awwwwww [Marie]   Sam 8 Oct - 18:49


Ma stratégie, cette fois, est bien différente. Si je ne désire pas retomber dans le grossier piège d’une attirance malsaine, pour un bout de Skinchanger trop imprudent, je me trouve bien trop adepte de ce genre de rencontre, pour l’occulter totalement. Alors de nouveau humaine, je quitte mon arbre et me glisse vers mon compagnon inconnu. Cette fois cependant, pas de provocations inutiles, pas d’attaques à peine déguisée. Je joue un tout nouveau rôle, celui de la femme presque faible, en l’attente d’une aide masculine, dont je n’ai pas besoin habituellement. D’un œil attentif, j’observe la moindre de ses réactions et retiens difficilement un petit rire, face à sa gêne qui semble presque palpable. Mon regard, pourtant, quitte rapidement les siens, pour regarder sans retenue la plastique qu’il exhibe finalement en se débarrassant de son t shirt pour me le tendre. Un bel homme, à ne pas en douter, qui pourrait probablement me plaire, si je ne taisais pas toutes ces pulsions inutiles et douloureuses. Les yeux bleus de l’homme retiennent de nouveau mon attention, je m’y perds une seconde de plus, tout en songeant inconsciemment que presque tous les hommes de ma vie, ont les yeux bleus. Sauf lui bien sûr… Mon sourire se crispe en pensant de nouveau à Calyxte, mais la douleur qui envahi mon cœur est bien moins vive dernièrement. Probablement parce que j’ai d’autres chats à fouetter depuis le retour de Windsor dans ma vie. Rapidement perdue dans mon cheminement de pensées, je secoue la tête finalement, alors que la main de mon vis-à-vis jaillit vers moi, tissu à la main. Mon vagabondage n’a probablement duré qu’une seconde, mais je m’en veux déjà, de m’être laissé aller à la mélancolie. Le regard plus dur, j’attrape l’étoffe entre mes doigts fins et l’enfile rapidement. Je ne suis pas devenue pudique au fil des semaines, mais en me couvrant ainsi, je me sens subitement moins vulnérable. L’inconnu devient presque une peur, alors que les évènements de ma dernière rencontre du genre ne sont pas totalement effacés.

Pourtant, la spontanéité du jeune homme me fait subitement rire, de mon rire clair et franc. Celui qui jaillit lorsque ce ne sont pas mes propres jeux qui m’amusent, mais que je me sens juste… bien. Loin de me rassurer, cette situation a néanmoins le mérite d’apporter un peu de légèreté dans mon âme plombée. « Le truc muche ? T’es pas très doué en zoologie n’est ce pas ? » Mes dents attrapent ma lèvre inférieure, mon sourire illumine la scène une seconde, avant qu’il ne fonde légèrement, alors que je prends une moue boudeuse. « Tu m’as effrayée avec tes grandes mains. Et puis… Ce que tu as pris pour une caresse, résonne encore un peu sur le haut de ma tête. J’espère que tu caresses pas ta copine comme ça. » La légèreté de mon ton dénote largement avec le malaise que je tente d’étouffer par ces quelques bravades bien placées. Si je me suis dérobée, c’est bien par peur de ce geste trop tendre et non pas à cause de la brusquerie de son propriétaire. Cela pourtant, l’homme n’a pas besoin de le savoir.

« Pour ça, il aurait fallu que tu m’attrapes. T’as pas l’air très doué dans ton genre. » Je le provoque gentiment, sans me départir de mon sourire qui se veut le plus lumineux possible. Le naturel chassé revient au galop, alors que chaque seconde m’emmène un peu plus vers ce terrain de jeu qui m’est si familier. Je n’apprends pas et me jette de nouveau entièrement dans cette rencontre. Probablement mon cœur perdra t’il quelques morceaux de plus au passage, mais pour l’instant cette peur est reléguée bien loin dans mon esprit, alors que je m’approche lentement du skinchanger. « Semblable hein ? J’étais en train d’y réfléchir justement et je me suis demandé quel animal tu pourrais être. Je n’ai pas encore tranché, mais il semblerait que tu sois un carnivore… » Je me base sur ses dires pour cela, mais aussi et surtout sur mon instinct qui fonctionne très bien, même si je ne l’écoute que trop rarement. « Alors mon chou ? A quelle sauce tu vas me manger ? Et avec quelle dents ? » Entre jeu et provocations, je me perds une seconde, non sans m’empêcher ce léger sous entendu. Après tout, la rencontre n’est encore là qu’au tout début et il serait dommage de ne pas s’amuser avec ce nouveau jouet si mignon…

_________________

SOMEBODY TO DIE FOR, SOMEBODY TO CRY FOR, WHEN I'M LONELY
© okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Now say Awwwwww [Marie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Automobiles Didier Marie
» Marie salope !
» www.marie-cendrine.com
» Marie Avgeropoulos
» Eulgrand, taiseux du Pays d'Caux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Bayou St. John-