AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bloody night /!\ ❧ Noah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 145
↳ Points : 9
↳ Date d'inscription : 25/06/2016
↳ Age : 28
↳ Avatar : Mads Mikkelsen
↳ Age du Personnage : 48 ans
↳ Métier : Porte-parole du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Level 1
↳ Playlist : ❧ Radiohead - The Butcher ❧ Half The Man by Methodic doubt music ❧ Jacaszek - Lament ❧ Demon - You Are My High ❧ Smash feat Stephen Ridley - Lovers 2 Lovers ❧ Saltillo - The Opening
↳ Citation : Alea jacta est
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #a97774



Feuille de perso
↳ Copyright: Me & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Bloody night /! ❧ Noah    Mar 26 Juil - 20:26



   
   Noah & Niklas
   Bloody night

L
Le ciel était sans étoiles. Elles étaient pourtant là, masquées par un amoncellement de nuages lourds et épais. Les astres semblaient vouloir se préserver de la scène macabre qui se déroulerait d'ici peu, sous leurs yeux scintillants.

Camouflés derrière quelques ramifications interminables d'un saule pleureur ancestral, les deux hommes attendaient leur heure, patiemment. Drapés sombrement, ils se confondaient dans l'obscurité.

C'était une nuit riche, menaçante et dangereuse qui les attendait. Le crime serait cependant parfait - Niklas le pressentait.


~


Francisco Munoz était un individu exécrable. Excessivement curieux, il avait pour manie de mettre son nez dans les affaires des autres, parvenait souvent à y déterrer des informations croustillantes, censées rester secrètes. Dénonciateur hors pair, il prenait ensuite un malin plaisir à provoquer le déclin de ses semblables, notamment lorsque ceux-ci refusaient son chantage ; Le silence contre de l'argent.

Sans doute oublia t-il qu'à trop jouer avec le feu, l'on finit toujours par se brûler. Il l'apprendrait à ses dépends.


Il n'y avait guère longtemps que Noah et Niklas avaient scellé cet accord de protection mutuelle, chacun ayant pour objectif de subvenir aux « besoins » de l'autre, dès lors que leur statut respectif était mis en danger. C'est en ce Fransisco, que le sorcier et le possédé se découvrirent un ennemi commun. De part ses actions dérangeantes, il devînt très rapidement l'homme à abattre. L'indésirable.

~



Munoz, avec son physique ingrat, rebutait plus qu'il n'attirait. Ventre bedonnant, double menton, crane dégarni et yeux de fouine...  Il n'avait strictement rien d'un playboy et pourtant, il se voyait souvent accompagné de femmes aux atours magnifiques. Des croqueuses de diamants qui n'en voulait qu'à sa fortune colossale.

C'est en compagnie de l'une d'entre elles que le quinquagénaire entra dans sa demeure. Après quelques secondes d'inactivité, le sbire posté sur le perron ferma la lourde à clef et composa un code sur un boîtier. Vînt ensuite l'extinction des feux, et les ténèbres englobèrent la battisse.


Niklas qui épiait à distance à l'aide de jumelles fit une moue appréciative. « Mis à part le veilleur de nuit en faction devant l'entrée.. Le champ est libre. » Dit-il dans un demi-murmure à son associé qu'il savait non loin de lui. « Allons-y. » L'Autrichien dégageait de l'assurance. Il savait ce qu'il lui restait à faire, il ne devait pas hésiter en présence de l'autre - Question d’ego. Il se voulait plus puissant que celui qui avait tendance à ne pas le laisser indifférent.

Sans plus attendre, il rangea son matériel "d'espionnage" dans une besace qu'il glissa sur son épaule. Noah sur les pieds, il se faufila à travers les fourrés, s'approchant de l'entrée et du malabar en vacation. Parvenus à une distance raisonnable du sous-fifre, ils stoppèrent leur progression et le maudit mit en pratique son pouvoir [...]



L'employé savourait sa solitude ; Son instant de répit – Si agréable fut-il - vira cependant au cauchemar très rapidement. Progressivement envahit de sueurs froides, il commença à pâlir. La force dans ses membres l'abandonna : Il décida de s'asseoir, avant que ses jambes ne fléchissent sous son propre poids.

Il tentait vainement de reprendre contenance, lorsque le froid glacial d'une lame en acier vînt flirter dangereusement avec sa jugulaire. Mauvaise idée que de penser à bouger, il se statufia. « La clef, le code, la procédure. Et pas d'entourloupe. » Le couteau lentement incisa légèrement l'épiderme, faisant couler le fluide vital. Menace silencieuse. Le captif s’exécuta, tremblotant. D'agent de sécurité, il n'avait que le statut, sûrement pas la vocation. Il tenait à la vie et ne souhaitait en aucun cas la perdre, surtout pour un homme comme Munoz.

Le sbire détacha le trousseau riveté à sa ceinture, mit en évidence La clef. De sa main libre, Niklas arracha l'objet des mains de son otage, le confia à Noah. « 5204, il... Il faut entrer le code et.. Et déverrouiller la porte dans les 10 secondes qui suivent » Bredouilla l'homme de sa voix faiblarde et pâteuse. A peine donna t-il son explication qu'Ivanov appliqua la sentence. Il planta son poignard dans les entrailles de la victime, étouffa les cris de celle-ci en plaquant sa paluche sur sa bouche.

L'Autrichien se mordit la lèvre inférieure tandis qu'il réitéra son geste. Crépitements d'une vague folie, dans ces instants morbides toujours ressortait celui qui avait grandit dans les quartiers malfamés. Car avant d'être un porte-parole distingué, Niklas n'était rien d'autre qu'un sombre criminel, un homme dénudé de scrupules. Le passé flouté de celui qui autrefois s'appelait Dimitri Volskov n'avait strictement rien de reluisant, bien au contraire. C'est durant cette époque révolue que fut façonné l'être qu'il était désormais.  

Niklas mit un terme à l'étreinte exercée sur l'agonisant. La carcasse dévala les marches, termina sa chute dans un bruit sourd. Il reporta enfin son attention sur le sorcier qu'il distinguait vaguement ; .. Serait-il capable d'en faire autant ?
WILDBIRD

_________________
You Want It Darker
I used to love the rainbow, And I used to love the view, I loved the early morning, And I'd pretend that it was new, But I caught the darkness, And I got it worse than you ∞ L.Cohen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 635
↳ Points : 58
↳ Date d'inscription : 25/11/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



Feuille de perso
↳ Copyright: katzenjammer
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Bloody night /!\ ❧ Noah    Dim 31 Juil - 20:09



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le champ est libre. Jouant distraitement avec le manche d'un couteau, accroupi au niveau du sol en attendant que Niklas établisse l'étendue des troupes, Noah avait attendu patiemment d'entendre de nouveau la voix feutrée de son partenaire. Une voix qui tenait du feulement, intangible, une voix qu'il avait souvent écoutée au calme de son bureau, à la radio. Une voix qui avait un corps, celui de Niklas Ivanov, l'homme avec lequel il avait réussi par Dieu savait quel prodige à s'acoquiner pour le meilleur mais surtout pour le pire. Ivanov. N'importe quel péon pouvait prétendre savoir à quoi correspondait ce nom, celui du Porte-Parole du Gouvernement. Un homme doté d'un charisme sans précédent, qui avait réussi à effacer instantanément Ange Dalton des mémoires collectives. Pourtant malgré son image sans le moindre accroc, Ivanov dégageait un soupçon de danger qui ne collait pas avec l'impression générale qu'il était supposé donner.
Une impression terreuse. Animale. Dangereuse. Relevant le nez vers son acolyte, le sorcier remisa la lame dans la poche de sa veste, un sourire amusé au creux des lèvres. Depuis le début de leur association, ils n'avaient pas encore eu le temps d'évaluer ce que l'autre avait dans le ventre.
Grâce à la Providence, et à ce chez Fransisco Munoz, les choses allaient enfin changer.

Munoz en lui-même n'avait rien d'attractif ni même de passionnant. Ayant fait de la délation et son passe temps préféré, et sa profession, l'homme jouait de la pression qu'il pouvait provoquer sur ses pairs pour s'engraisser. Manifestement son commerce fonctionnait bien, même en ces temps de crise. Restait que d'un point de vue personnel, et du point de vue de Noah, son ancien psychiatre, il n'avait rien pour lui. Vivre aux dépens des autres est un art qui se cultive et ne s'affiche pas. Noah en savait quelque chose. Et s'il partageait la même passion avec le sujet, il était loin d'en approuver les actions.
Encore moins quand lesdites actions touchaient à sa propre vie personnelle, ainsi qu'à celle de Niklas Ivanov.

Ils avaient mis du temps avant de se trouver un intérêt commun, une cible idéale, celle qui les mettrait tous les deux d'accord sur la marche à suivre. Force était de constater que ce cher Fransisco Munoz serait la potentielle pierre angulaire de leur entreprise, tout du moins s'ils arrivaient à leurs fins. La tâche ne serait pas aisée, ils le savaient. Mais ce petit soupçon d'adrénaline alors qu'ils trottinaient en silence vers l'entrée principale valait bien de se salir un peu les mains, au nom de la découverte mutuelle. Car cette nuit, Noah pourrait faire ses preuves. Montrer à Ivanov qu'il n'était pas seulement un petit psychiatre aux dents longues, mais aussi un allié de choix dans cette guerre pour le pouvoir qui les animait l'un et l'autre. Certes, il aurait très bien pu se servir d'Axl Hartley pour aller assassiner Munoz, et éviter d'éveiller les soupçons. Pour ne pas avoir à se salir les mains lui-même, ce qu'il n'avait plus fait depuis qu'il s'était échappé de prison. Mais la nuit était belle. Encore plus belle en compagnie du Russe.


Avec souplesse, la clé dans ses mains gantées, il rejoint la porte avant de glisser son butin dans la serrure. Jetant un coup d'oeil par dessus son épaule, il remarqua le corps du malheureux vigile glisser au sol comme une poupée de chiffon, laissant une trainée sanglante derrière lui, avant de croiser ce regard animal, perçant, que pouvait avoir Ivanov. Un regard rare, à provoquer des frissons, qui lui arracha un nouveau sourire amusé. Si le Russe était déterminé à tuer, lui n'avait pas la moindre envie de se souiller de sang plus que nécessaire. Rapidement, il composa le code, déverrouilla la porte et la poussa avec précaution.
Devant eux, un hall imposant à la décoration douteuse, partiellement plongé dans la pénombre. De ce que Munoz lui avait dit en consultation, il ne s'entourait que du strict minimum de protecteurs une fois la nuit tombée, ce qui pourrait leur faciliter la tâche. Restait à déterminer combien de gorilles étaient postés dans la bâtisse. Et où, précisément.

Plus petit et vêtu de noir, le sorcier fit signe à son acolyte qu'il passait en premier. Ni l'un ni l'autre n'avait une exacte connaissance du lieu, aussi devaient-ils agir avec parcimonie. Après un coup d'oeil désapprobateur à l'imposante statue en bronze qui trônait au centre de la pièce, Noah se faufila vers une porte à double battant, au fond, qui semblait prometteuse. Les abrutis ont toujours leurs bureaux au fond. Munoz ne ferait probablement pas exception.
Derrière les portes, un long couloir sombre qui desservait plusieurs pièces de chaque côtés. Le bâtiment étant en deux niveaux, l'une des portes latérales devait cacher un escalier menant à l'étage. Restait à savoir laquelle. Tout en considérant que deux d'entre elles, au bout du couloir, étaient illuminées. Noah prit une inspiration et progressa lentement, courbé en avant, jusqu'à la lumière. Il pouvait sentir le regard scrutateur d'Ivanov sur sa nuque, l'incitant à sortir de sa zone de confort. Paradoxalement, lui qui ne faisait jamais rien de hasardeux, cet état de faits lui plaisait. Beaucoup trop.

Un bruit de pas sur sa droite, le poussant à s'arrêter. L'une des pièces illuminées était manifestement occupée, et le gorille approchait d'eux. Se plaquant contre le mur opposé, Noah attendit patiemment qu'il franchisse le seuil pour se rendre en face, enlevant soigneusement un de ses gants. Il leva sa main libre et l'abaissa dans une volute, canalisant sa concentration pour peindre l'illusion d'une flaque de sang sur le sol. "Mais qu'est-ce que... ?" Sans surprise, le garde se dirigea vers cette dernière, attiré par elle comme un papillon par la lumière. Profitant que le sbire soit dans son champ de vision, le sorcier ferma brusquement le poing, attaquant directement ses sens, provoquant l'illusion d'une soudaine cécité. Le garde se redressa brusquement, questionnant, sans but, ses bras s'agitant pour tenter de tâtonner l'espace environnant à la recherche de repères. Ouvrant et desserrant son poing pour mieux se concentrer, le sorcier étouffa son ouïe puis son odorat tout en se glissant tranquillement derrière lui. L'homme tomba à genoux, et une fluctuation de la main suffit pour que la tâche de sang s'élève du sol et se rue dans sa bouche ouverte, lui donnant la sensation de suffoquer. Jusqu'à ce que Noah relâche la tension en attrapant son visage de ses deux mains, et lui torde le cou sans autre forme de procès.

Pas de traces. Pas de sang. Juste l'homme qui s'alourdissait entre ses bras et s'effondra au sol, tandis que le sorcier le considérait avec froideur. Combien de fois avait-il dû faire ce geste, à Darkness Falls ? Le bruit des hurlements d'agonie portés par le vent omniprésent lui revint en mémoire, écho battant ses oreilles alors qu'il se retournait pour observer Ivanov. Son visage n'était pas l'un de ceux qu'il avait dû tuer à Darkness Falls. Il était un point d'ancrage au réel, au concret, à qui il finit par adresser un haussement de sourcil provocateur.
C'était juste un échauffement, la prochaine fois sera beaucoup plus spectaculaire.


-J'ignore où Munoz a trouvé ses hommes. Mais force est de constater qu'ils ne sont pas plus résistants que des fétus de paille. Sans parler de leur efficacité douteuse.

Il se pencha vers sa victime, fouillant ses poches pour y trouver un trousseau de clés qu'il empocha, et un talkie walkie. Il se mordit la lèvre inférieure en désignant silencieusement l'objet à son partenaire. Le temps leur était compté.

_________________

History repeats itself ▬ "In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3127-noah-lasciate-og En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 145
↳ Points : 9
↳ Date d'inscription : 25/06/2016
↳ Age : 28
↳ Avatar : Mads Mikkelsen
↳ Age du Personnage : 48 ans
↳ Métier : Porte-parole du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Level 1
↳ Playlist : ❧ Radiohead - The Butcher ❧ Half The Man by Methodic doubt music ❧ Jacaszek - Lament ❧ Demon - You Are My High ❧ Smash feat Stephen Ridley - Lovers 2 Lovers ❧ Saltillo - The Opening
↳ Citation : Alea jacta est
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #a97774



Feuille de perso
↳ Copyright: Me & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Bloody night /!\ ❧ Noah    Jeu 18 Aoû - 22:11



   
   Noah & Niklas
   Bloody night

I
l rangea son poignard avant de s'engager à la suite du sorcier. Et ils purent constater dès leur entrée, que le design de la demeure était très mal pensé ;  Munoz n'avait strictement rien d'un esthète adepte du beau, du magistral.

Durant la première phase de leur progression, Niklas se contenta de tracer le sorcier, captant avec une certaine satisfaction son sillage odorant. Il s'en gava, silencieusement.

Comme des papillons de nuit attirés par la lumière , ils se dirigèrent vers la source lumineuse à l’extrémité du corridor. Il y avait une présence silencieuse, là, non loin d'eux. Un indésirable qu'il leur faudrait neutraliser. Noah interrompit sa marche, le quadragénaire en fit de même.

L'un passa à l'acte, l'autre se contenta d'observer. Et c'est avec une attention toute particulière qu'Ivanov regarda Noah entrer en scène, user de ses pouvoirs de mage.

Il le trouva tout simplement captivant. Dans sa façon d'opérer, d'achever l'employé sans aucune once d'hésitation. Proprement. Exit le statut de psy' confiné dans son bureau étriqué ; Noah semblait être de la même trempe que Niklas, à un détail prêt ; Le premier agissait avec élégance, le second avec barbarie.

Ainsi lorsque Meadow lança un regard significatif au damné, ce dernier ne put qu'approuver la qualité de l'action menée par un hochement de tête.


Le porte-parole sortit de l'ombre à l'instant même où son comparse fit part de son avis sur la médiocrité du service sécurité. Il s'abaissa à son tour auprès du cadavre, prit le talkie-walkie qu'il éteignit, avant de le reposer à sa place initiale. Niklas releva la tête et ses orbes havanes s'ancrèrent aux prunelles cobalts de son coéquipier.

Quelque chose couvait silencieusement derrière le regard du slave. Un regard qui se voulait subtil, mais d’une extrême profondeur, troublante, désarmante. Nik' brisa cet instant étrange et fugace par quelques mots prononcés à mi-voix ; « Il ne faut jamais sous-estimer ses ennemis, Noah. » Le prénom de l'autre resta en suspens, volontairement. Et puis l'échange visuel fut rompu.

Le possédé baissa à nouveau les yeux sur le vigile sans vie. Celui-ci se vit délester de sa ceinture ; Le slave enroula cette dernière autour de son poignet et de sa main gauche. «  Dépêchons-nous. » Bref, concis. Ivanov se redressa et le passage étant désormais libre, il se faufila dans la pièce éclairée. Une unique console occupait l'espace, sur laquelle fumait une tasse à café. Au fond de la salle se dessinait la cage d'un escalier. Ils s'y dirigèrent et entamèrent leur ascension [...]


~



Ils débouchèrent dans un autre couloir, bien plus large que celui du rez-de-chaussée. Quelques luminaires muraux éclairaient faiblement l'endroit.

Un rire cristallin leur parvenait en écho, celui d'une femme à priori enjouée. L'étage était aussi mal insonorisé qu'un motel bas de gamme, sans parler du parquet qui, par moments, couinait sous leurs pas. Passer inaperçu serait ici plus difficile.

Niklas prit les devants. Et ils recommencèrent à longer les murs.


Sauf que cette fois, le bois grinçant sous leur poids vendit leur présence; Et tout alla très vite, trop vite. D'un rideau de billes qui cachait un encadrement de porte, surgit un homme. Jeune, plus jeune que les deux autres. Plus nerveux et également plus vif. Avec une dextérité remarquable il « dégaina » son arme, l'utilisa sur l'intrus le plus proche. Noah essuya l'attaque ; La décharge électrique du Taser le cloua sur place, paralysa momentanément ses membres, agita son corps de quelques convulsions incontrôlables.

Niklas intervînt prestement – Il se jeta sur le gêneur, passa la ceinture qu'il détenait toujours autour du cou de ce dernier et serra, serra fort. Jusqu'à ne plus entendre que des gargouillis gutturaux. Le malmené lâcha son arme, tenta d'atteindre Niklas, en vain ; Le bourreau redoubla d'ardeur. Ce n'est que lorsque le veilleur commença à se sentir partir, qu'animé par un dernier soubresaut, il s'empara d'un petit couteau et le planta au hasard dans la chair du slave.

Niklas étouffa un grognement avant d'achever celui qui avait osé. Il se détourna en même temps qu'il laissa choir le corps au sol. Ôta la lame de son flanc et souleva son haut pour constater l'étendue des dégâts. Autour de la plaie sanguinolente, commençait déjà à s'étendre l'habituelle nécrose. Caractéristique peu ragoutante de ceux de son espèce.

Il rabaissa vivement le tissu, se tourna vers le sorcier auprès duquel il retourna. Se positionnant à son niveau, il l'agrippa par le bras ; « Ça va? Oh ! Tu te sens comment ? » S'enquit-il, presque rustre dans sa démarche. De l'Ivanov tout craché.

Il tût son propre mal. Il voulait conserver son avantage sur le sorcier ; D'une certaine façon il pouvait encore se targuer d'une avancée sans anicroche. Du moins, officiellement. Inutile de faire part de sa « petite erreur » de parcours.
WILDBIRD
 

_________________
You Want It Darker
I used to love the rainbow, And I used to love the view, I loved the early morning, And I'd pretend that it was new, But I caught the darkness, And I got it worse than you ∞ L.Cohen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 635
↳ Points : 58
↳ Date d'inscription : 25/11/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



Feuille de perso
↳ Copyright: katzenjammer
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Bloody night /!\ ❧ Noah    Mar 13 Sep - 13:54



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le regard toujours rivé sur le talkie-walkie, le sorcier plissa les yeux. Niklas avait raison, ils ne devaient pas sous-estimer leur ennemi commun, et il venait de faire preuve d'un peu trop d'orgueil mal placé. Pourtant quelque chose dans l'homme qui l'accompagnait lui donnait envie de se surpasser. Une sensation animale, une pulsion qu'il n'avait plus ressentie depuis Darkness Falls. Le contrôle, pur, et simple. Sans une once de retenue, sans le moindre fard. Celui d'avoir le dessus non seulement sur la vie, mais sur tout ce qui le retenait ici bas. Le regard que posait Niklas sur ses gestes justifiait ce qu'il faisait ce soir. Pire, il le galvanisait, ajoutant à l'excitation du meurtre cette sensation non négligeable d'être remarqué. Un témoin. Un confrère. Un égal.
Quelqu'un qui ressentait les choses exactement de la même manière que lui, là, en ce moment précis.

Leur progression à l'étage fut marquée par le craquement du plancher suranné, et accueilli par le gloussement désagréable d'une prostituée. Pour avoir eu Munoz en consultation, et entendu plus d'une fois ses bravades quant au nombre de femmes qui rampaient à ses pieds, Noah ne fut pas particulièrement étonné par cette découverte. Pas plus qu'il ne le fut par la configuration des lieux, toute aussi grandiloquente et prétentieuse que la personnalité de leur propriétaire. Les deux hommes progressèrent aussi silencieusement que possible jusqu'à ce qu'un claquement retentisse.
Jusqu'à ce qu'un dard se plante dans son torse, à travers ses vêtements, et qu'une vague de douleur s'en propage aussitôt dans tout son corps. Pris de spasmes, le cœur et le souffle erratiques, il s'effondra au sol, la douleur brouillant sa vue pendant quelques longues minutes. La décharge, pourtant courte, ne semblait jamais s'arrêter, secouant son corps recroquevillé sur le plancher sans qu'il ne puisse rien y faire, sinon se forcer à rester aussi silencieux que possible. Sinon se mordre l'intérieur de la joue aussi durement que possible, luttant contre ses nerfs à vif, contre ses mouvements incontrôlables. Les yeux fermés sous la souffrance, les battements de son propre sang résonnant contre sa tempe, il ne put rien suivre de l'échange entre Niklas et le garde.

Longues minutes. Le souffle encore court, il recouvrait tout juste ses sens qu'il entendit le bruit sourd d'un corps chuter au sol. Clairement, Niklas avait fait ce qu'il avait à faire. Le soulagement apaisant quelque peu la douleur, il sentit l'étreinte de doigts sur son bras, alors qu'il tentait de se redresser. Sa vision encore floue, il mit un instant pour réussir à se focaliser sur les traits anguleux de son partenaire.

-Ca va aller... Donne-moi juste une minute...

C'était un pieux mensonge. Son cœur n'arrivait toujours pas à se calmer, cognant contre sa poitrine, comprimant sa cage thoracique ainsi que ses poumons. Au terme de la fameuse minute, il prit toutefois pour lui de se relever. Ses jambes étaient en coton. Quelle qu'ait été l'invention démoniaque qui l'avait soufflé à ce point, il espérait que leur créateur en subissait les effets pour le restant de l'Eternité, en Enfer.
Le sorcier s'appuya sur le mur et sur le bras de son partenaire pour se redresser, remarquant malgré lui une odeur qu'il ne lui connaissait pas au niveau du torse. Une odeur pugnace, métallique. Du sang. Pourtant sa dernière victime, à ses pieds, n'avait pas été achevée à l'arme blanche. Pourtant il n'avait pas entendu le bruit d'un coup de feu dans sa propre agonie. A voix basse, le sorcier se pencha vers son partenaire.

-Niklas, est-ce que tu es...

Il fut forcé de se taire, le grincement d'une porte venant de rompre le silence relatif du lieu. Clairement éméchée, une prostituée traversait le couloir à pas vif dans leur direction, le regard baissé vers la liasse de billets qu'elle tenait dans ses mains. Elle rangea son butin dans la ceinture de sa mini-jupe et, reportant son regard en face d'elle, aperçut le cadavre et les deux intrus.

Son hurlement strident sembla se répercuter contre les murs, jusqu'à ce que l'air soit complètement évacué de ses poumons. Fébrile, elle fourragea dans la pochette criarde qui pendait à son épaule alors qu'un homme vêtu de noir se précipitait sur les lieux, un pistolet à la main.
Le sang du sorcier ne fit qu'un tour alors qu'il tenait toujours le bras de son partenaire, les yeux rivés sur la scène. La main sur son mur se détacha et il donna un coup brutal sur la surface plane, détournant leur attention.

La pièce fut immédiatement plongée dans un noir d'encre pour tous les protagonistes, l'illusion annulant jusqu'aux maigres lueurs de la Lune. La femme poussa un gémissement paniqué avant de clamer être armée. Dans un murmure que seul Niklas pouvait entendre, Noah fit retentir sa voix dans la zone où se trouvaient les deux nouveaux venus. Ses doigts se resserrèrent autour de son bras, cherchant un nouveau point d'ancrage pour mieux focaliser sa concentration. Leurs réflexions apparurent, claires et lumineuses, à l'endroit même où se trouvaient l'homme et la prostituée. Cette dernière hurla une nouvelle fois.
Puis vinrent les coups de feu. Aucune des explosions ne suffit à illuminer suffisamment l'obscurité pour permettre une vision réelle de ce qu'il se passait au fond du couloir. L'odeur âcre de la poudre à canon envahit l'air au troisième coup de feu, puis le silence vint enfin après le sixième.

La lumière revint progressivement dans le couloir enfumé, alors que le sorcier relâchait le bras de son compagnon, étrangement calme. Canaliser toute son énergie lui avait permis de retrouver l'intégralité de ses esprits comme ses mouvements, et si sa tête couvait les prémisses d'une très mauvaise migraine, l'adrénaline coulait suffisamment fort dans ses veines pour qu'il n'en ressente rien. Il embrassa le champ de bataille du regard, considérant froidement les deux victimes agonisantes. La prostituée semblait encore secouée de spasmes, tandis que le gorille, lui, gisait misérablement contre le mur. Peut-être qu'elle serait sauvable. Et encore.
Noah reporta son attention sur son comparse, croisant ses prunelles sombres. Un frisson dévala son échine, inexplicable, teinté d'une multitude de sensations qu'il n'était pas sûr de vouloir analyser, pour une fois.

La voix d'un homme retentit au fond du couloir, lourde et puissante, interrompant sa contemplation.

-José ? Lorena ? Bordel mais combien est-ce que je dois payer pour avoir des mecs qui sont capables d'aller pisser sans se tirer dans le pied, dans ce foutu pays ?!

Un rictus s'étira sur les traits tirés du sorcier. Il était temps de poursuivre leur expédition nocturne, si Niklas se sentait d'attaque.

_________________

History repeats itself ▬ "In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3127-noah-lasciate-og En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 145
↳ Points : 9
↳ Date d'inscription : 25/06/2016
↳ Age : 28
↳ Avatar : Mads Mikkelsen
↳ Age du Personnage : 48 ans
↳ Métier : Porte-parole du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Level 1
↳ Playlist : ❧ Radiohead - The Butcher ❧ Half The Man by Methodic doubt music ❧ Jacaszek - Lament ❧ Demon - You Are My High ❧ Smash feat Stephen Ridley - Lovers 2 Lovers ❧ Saltillo - The Opening
↳ Citation : Alea jacta est
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #a97774



Feuille de perso
↳ Copyright: Me & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Bloody night /!\ ❧ Noah    Dim 23 Oct - 18:06



   
   Noah & Niklas
   Bloody night

É
branlé par la déferlante électrique, Noah resta momentanément cloué sur place. L'entendre réclamer une minute de répit contenta cependant Niklas - Il attendit sagement que son acolyte recouvre ses esprits et l'aida ensuite à se remettre sur pieds, le soutenant jusqu'à ce qu'il retrouve une certaine stabilité.

La question incomplète du mage resta en suspend. Une blonde peroxydée, putain rétamée, fit son apparition. Elle remarqua leur présence, les dénonça à sa manière en poussant un cri d'épouvante. Alerté, un veilleur se ramena l'arme au poing.

Bien que secoué par la précédente attaque, le sorcier, réactif, agit promptement.

Et l'obscurité fut.


Lorsque le Nightkeeper resserra son emprise sur le bras de Niklas, celui-ci en fit de même; Il raffermit sa poigne. Roc solide répondant au besoin de soutènement de Meadow, Ivanov ne put qu'entendre les deux imbéciles se mettre eux-même hors d'état de nuire. A aucun moment il n'éprouva de la crainte, il semblait vouloir placer sa confiance en cet autre qui excellait.


Subitement tout se défit, tout cessa, ne laissant qu'un silence de mort. Lorsque le voile ténébreux se volatilisa, le quadragénaire découvrit la scène, l'apprécia silencieusement. Il sentit le point d'attache avec Noah se rompre. L'éloignement physique se vit remplacé par un regard équivoque.. A chaque fois le charme opérait, pure exacerbation de la tentation.


Plus loin, une voix familière se fit entendre. Celle de Munoz, leur cible. Le damné fit signe à son coéquipier de le suivre ; ils avancèrent dans le corridor, enjambèrent les deux corps, avant de s'engouffrer dans une pièce plongée dans la pénombre. Rapidement Francisco montra le bout de son nez. Il n'était vêtu que d'une robe de chambre ringarde à motifs géométriques. « Nom de Dieu ! » L’effroi anima sa face lorsqu'il découvrit le carnage. Il allait faire demi-tour quand un mal inconnu le prit de court. Souffreteux, il s'appuya contre le mur. Un bruit de pas l'incita à relever la tête - Juste eut-il le temps de reconnaître le visage du porte-parole, qu'un uppercut le plongea dans l'inconscience [...]

▸◃▹◂▸◃▹◂▸◃▹◂



Le tableau était sinistre. Horrifique, pour qui n'était pas habitué à ce genre de vision.

Dans le plumard King-size se trouvait Munoz, les mains rivetées aux barreaux de la tête de lit par des menottes à froufrous. Ses propres jouets sexuels, ceux qui lui servaient lors de ses parties de jambes en l'air. Son peignoir ne cachait plus son corps disgracieux. Sa nudité était offerte.

L'homme ne protestait plus, il pleurait. Dans sa bouche, un morceau de chair humaine étouffait ses lamentations. Il s'agissait de son propre chibre, que Niklas avait tranché à l'arme blanche. Punition à la hauteur des insultes proférées à l'intention des deux intrus.

Du rouge inondait les draps de satin onéreux, tout ce qu'il y avait de plus cher. Niklas y essuya le surplus de sang qui souillait ses mains, poisseuses du méfait commis. Il lança un regard emprunt de sadisme à Francisco, avant de lui confier quelques mots dans un dialecte qu'il ne comprendrait pas ; « Cette chair sera bientôt la pâture des vers.* » Souffla t-il, un sourire insolent et cruel aux lèvres.

Il se redressa et quitta le matelas, les traits du visage momentanément rognés par la douleur. Sa blessure n'avait de cesse de le rappeler à l'ordre. L'auréole sanguine s'étendait sur les tissus qui le revêtaient. Il la sentait, humidité collante contre sa peau.


De loin, le slave lorgna l'autre catin recroquevillée dans le coin de la pièce, avant de retourner auprès du plus jeune. Délicieux Adonis désirable aux yeux bleus d'eau. Désir prohibé. Niklas détourna le regard, tentant de refouler son vice naissant, son sombre penchant. En face d'eux, l'ennemi attendait la sentence.

« Lente agonie ou décès brutal ? » Il inclina légèrement la tête sur le côté, étudiant attentivement Munoz.  « Torture... Ou coup fatal ? Quoiqu'il en soit, sa fin est déjà programmée. La matière dans son sablier de vie s'égraine avec les minutes. »

L'écoulement sanguin n'avait de cesse, l'hémorragie guettait le captif. Niklas aurait pu éventrer Francisco ou l'égorger. Abréger, bâcler, le réduire immédiatement à néant. Mais ce soir était un soir spécial car Noah l'accompagnait et Ivanov voulait honorer sa présence. Pour se faire, il s'en remettrait à son choix. Il souhaitait lui « offrir » Munoz, ou plutôt sa vie, ainsi que la sensation grisante qui découlerait du meurtre de cet être abjecte et ô combien haït. Il reprit, lançant un bref coup d'oeil au sorcier ;

« Cette nuit sera la tienne, le choix te revient de droit. Que décides-tu ? »




* En slovène dans le texte.
WILDBIRD

_________________
You Want It Darker
I used to love the rainbow, And I used to love the view, I loved the early morning, And I'd pretend that it was new, But I caught the darkness, And I got it worse than you ∞ L.Cohen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 635
↳ Points : 58
↳ Date d'inscription : 25/11/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



Feuille de perso
↳ Copyright: katzenjammer
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Bloody night /!\ ❧ Noah    Lun 31 Oct - 15:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Les évènements s'étaient enchaîné si vite. Si vite qu'il n'avait eu l'impression que d'avoir fermé les yeux le temps d'une demi-seconde pour les ouvrir sur un tout nouveau tableau, une toute nouvelle scène. L'état de transe que provoquait le bain de sang y était pour grand chose, il le savait pertinemment. Tout comme il savait que les tressautements nerveux qui picotaient le bout de ses doigts étaient dus au coup de taser qu'il s'était pris quelques minutes plus tôt.
Et à l'excitation latente que tout ce carnage provoquait. Une sensation délicieuse, grisante, qui vibrait dans ses veines, alors que l'odeur du sang envahissait de nouveau ses sens. Alors que les hurlements vains, étouffés de Munoz alors qu'il lui tenait la tête sous un oreiller le temps qu'Ivanov s'occupe de son cas, résonnaient comme une douce mélopée à ses oreilles.

Le sang appelle le sang. Un adage qui ne lui rappelait que trop Darkness Falls alors qu'il observait les mains solides d'Ivanov taillader dans les chairs, loin de s'en offusquer. Il venait d'un temps où la torture, la mise à mort, étaient monnaie courante. Il venait d'un temps où l'écartèlement provoquait rires et stupéfaction, où un homme pouvait se faire couper une main pour avoir volé une miche de pain, et ce sous l'indifférence générale. Mais ce soir était différent. Parce que pour une fois depuis de trop longs mois, il se sentait vivre.
Pleinement, profondément vivre. Depuis combien de temps n'avait-il pas ressenti ce frisson d'excitation pure, cette appréhension violente lorsque venait le moment de faire couler le sang, puis cette satisfaction extatique lorsqu'il se dévoilait enfin ? Trop longtemps. Bien trop longtemps.

Détachant son regard des mains habiles de son sanguinaire compagnon, le sorcier avait porté son attention sur la prostituée recroquevillée dans un coin de la pièce. Le regard laiteux entouré d'un maquillage rongé par la peur et la sueur, elle n'avait pas assisté à la scène dans son intégralité. Elle était innocente, elle. Tout juste coupable d'avoir offert ses charmes à un déchet, un crime qui ne méritait pas que son esprit soit entaché jusqu'à la fin de ses jours par des images aussi atroces. Elle en verrait d'autres, de toutes façons. Alors dans un élan de pitié, et sans en toucher mot à son partenaire, Noah avait jeté un voile noire, illusoire, sur ses yeux. Coupant ses sens progressivement, il l'avait poussée à la surdité tout en la rendant aveugle. Seule une voix retentissait à présent dans ses oreilles, une voix d'un autre temps, désincarnée, qui lui intimait à intervalles réguliers "Respire. Attends. Bientôt tu pourras partir. Attends." La jeune femme se trouvant dans sa vision périphérique, il pouvait guetter ses hochements de tête, légers, à chaque fois qu'il faisait retentir la voix. Elle comprenait. Elle lui obéissait. Et il espérait que Niklas ne se désintéresse de Munoz pour s'attaquer à cette pauvresse.
Elle n'avait rien fait. Elle ne pouvait témoigner de rien, puisqu'elle n'assistait qu'au néant. Autant qu'elle survive, non ?

L'office du Slave terminé, l'Italien leva le coussin. Les hurlements d'agonie de Munoz emplirent la pièce, vite interrompus par son propre vît. Une vision plutôt cocasse, s'il en était, bien qu'elle ait manqué cruellement d'élégance. Mais après tout cela ne correspondait que trop bien à l'animal. Levant les yeux vers Niklas, non sans éprouver une certaine admiration pour cet homme capable de plonger dans la fange avec autant de facilité alors que lui-même en était incapble, il ne put s'empêcher de remarquer cet éclair soudain de douleur qui déformait ses traits. Les sourcils du sorcier se froncèrent alors qu'il laissait glisser son regard sur son corps. L'origine de son trouble était claire comme en plein jour. Une auréole de sang sur sa cuisse qui ne cessait de croître, s'étalant ostentatoirement sur le tissu de son pantalon. Merde. Il avait donc été blessé.

Noah considéra tour à tour la blessure, puis la prostituée. Il pourrait soigner Niklas, mais pour cela il serait obligé de relâcher l'illusion qu'il opérait sur elle. Ce qui annulerait toute préservation de son esprit et graverait leurs visages dans son esprit. C'était inenvisageable, ça. Alors quand son partenaire ouvrit la bouche, il se glissa à son flanc, murmurant tout bas à son adresse :

-Laissons-le profiter du goût de sa propre semence, nous avons des affaires plus pressantes qui nous attendent pour l'instant. D'autant que j'avoue éprouver un certain plaisir à le voir mariner de la sorte dans son propre jus.

Il prit une inspiration, le visage du Slave terriblement proche de lui, avant de lui adresser un sourire mutin et se diriger vers la prostituée. Oui, il y avait plus urgent. S'accroupissant à son côté, il prit sa main dans la sienne. Elle poussa un hoquet de frayeur, cherchant du regard, dans le noir, l'origine de ce contact. L'aidant à se relever, il maquilla sa propre voix dans le ton de celle qu'elle avait entendue quelques instants plus tôt.

-Prends ma main et lève toi. Respire. Avance. C'est bientôt fini.

Aveuglée, la pauvresse se releva à tâtons, serrant sa main dans la sienne. Sa main libre levée, elle finit par la poser le long du mur pour s'y appuyer, tandis que Noah la guidait jusqu'à la porte. Patiemment. Prenant tout le temps qu'il savait pertinemment qu'il ne devait pas prendre, vu la gravité de la blessure de son partenaire. Mais il n'y avait pas d'urgence quand on avait les capacités de reformer les chairs. D'autant qu'il prenait un certain plaisir à savoir que le Slave était tout aussi dépendant de lui que l'était la prostituée pendue à son bras.
Arrivé à la sortie, il la fit passer la porte, créant l'illusion d'un troisième homme sans visage qui la guidait à travers le couloir. Les cadavres encore chauds de la seconde prostituée et du gorille, il ne voulait pas qu'elle les voit. Alors il s'assura qu'elle soit toujours plongée dans le noir, et que la silhouette l'ait guidée jusqu'au bout du couloir, là où il n'y avait plus de dangers. Et la voix désincarnée retentit une dernière fois, soufflée à travers les lèvres ourlées, bien vibrante à ses oreilles.

-Ne te retourne surtout pas. Respire et fuis, tu es sauve désormais.

Les talons de la jeune femme claquèrent, au loin, dans l'escalier qui menait à la sortie. Si lointains que Noah relâcha le joug de l'illusion, une fois qu'il était bien sûr qu'elle était descendue. Loin, loin du cauchemar.
Rassuré, il se retourna vers Ivanov et soutint son regard. Il avait failli à l'instinct de destruction qui les avait animés tous les deux, il le savait pertinemment. Mais la fierté qu'il en éprouvait était d'autant plus grande. La clémence n'avait pas sa place auprès des connards. En revanche elle l'avait, de droit, pour les personnes qui n'avaient pas le droit de faire entendre leur voix. Une noblesse d'âme désuète, il le savait bien. Mais qui lui donnait suffisamment de corps pour poursuivre leur petit jeu.
Sans lâcher Niklas du regard, il rompit de nouveau la distance les séparant. Suffisamment pour que leurs corps ne soient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Suffisamment pour sentir la chaleur émaner de sa plaie, et son souffle contre son propre visage. Dans une profonde inspiration, sondant ses iris marrons, il se mordit la lèvre inférieure tout en laissant glisser une main impérieuse le long de son torse, puis sa hanche, pour poser ses doigts sur sa plaie. Pour plaquer sa paume dans le sang, canalisant son énergie reformer les chairs sous sa main. Juste un peu. Juste assez pour qu'il puisse poursuivre leur petit jeu.

-Je pense que tu as compris mes intentions, et que tu as également compris que le sort de ce sombre Cazzo ne m'intéresse guère... Comme tu le dis si bien, sa fin est programmée. J'estime donc que le saigner comme le porc qu'il est serait la mort la plus honorable que nous puissions lui offrir.

Un gémissement plaintif interrompit sa diatribe, brisant cette bulle étrange qui s'était formée entre les deux hommes. Serrant la cuisse de son partenaire entre ses doigts, il finit par le relâcher lorsque son regard se posa sur le misérable. La plaie n'était pas entièrement guérie, il le savait pertinemment. Il l'avait senti. Mais il n'achèverait son travail qu'une fois que les hurlements de Munoz, d'abord distrayants et maintenant particulièrement irritants, auraient cessé. Alors il rompit laissa glissa sa main souillée le long des doigts d'Ivanov, les délestant du couteau qu'ils tenaient. Alors il plongea une dernière fois un regard ombrageux dans le sien, avant de revenir vers Munoz. Alors il essuya distraitement la lame du couteau sur les draps de satin, tandis qu'il se penchait vers leur victime. Alors il lui adressa un sourire angélique alors qu'il repoussait les rares mèches trempées de sueur qui collaient au front du porc.

-Vous savez, Munoz, le seul fait que vous respiriez est un affront en ce qui nous concerne tous les deux. Un affront que nous aurions pu tolérer pour peu que vous eussiez su comment, justement respirer. Mais non, il fallait que vous vous serviez de votre souffle à mauvais escient. Votre pire décision si vous voulez mon humble opinion.

Ne souhaitant pas toucher directement l'ignominie, Noah guida la lame du couteau le long de son torse, comme s'il cherchait un point stratégique où l'enfoncer. De son côté, Munoz s'étouffait sur son propre membre, se tortillant douloureusement pour tenter de lui échapper. Noah grogna, agacé.
D'un mouvement bref, rapide, il enfonça le couteau dans la gorge du rustre. Pas la carotide, cela aurait été trop rapide. Sans en ôter l'arme, c'était bien mieux. Se penchant avec délectation au-dessus de l'homme, le sorcier pressa la poignée du couteau, qui tailla les chairs comme si elles eussent été du beurre. Ce frisson. Les yeux écarquillés de Munoz, injectés de sang, de larmes, empreints de douleur et de peur, qui le suppliaient d'arrêter. De laisser la lame. De le soigner, même potentiellement, comme il l'avait fait avec Ivanov. Ce frisson. Et le ricanement qui sortit, feulement suave, des lèvres de l'Italien, qui lui stipulait qu'il ne ferait rien de tout cela.
Ce frisson.

Il tira le couteau hors la plaie, lentement, savourant la traction qu'il sentait au bout de son bras. Savourant chacun des hoquets, chacun des gargouillis, chacun des tressautements de Munoz. Savourant de sentir le regard d'Ivanov sur sa nuque, scrutant chacun de ses mouvements. Ce frisson. Grisé, il se retint toutefois, laissant l'arme à mi-chemin. Et, d'un geste obséquieux désignant le couteau, il invita Niklas à cueillir son dernier souffle.



_________________

History repeats itself ▬ "In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3127-noah-lasciate-og En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 145
↳ Points : 9
↳ Date d'inscription : 25/06/2016
↳ Age : 28
↳ Avatar : Mads Mikkelsen
↳ Age du Personnage : 48 ans
↳ Métier : Porte-parole du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Level 1
↳ Playlist : ❧ Radiohead - The Butcher ❧ Half The Man by Methodic doubt music ❧ Jacaszek - Lament ❧ Demon - You Are My High ❧ Smash feat Stephen Ridley - Lovers 2 Lovers ❧ Saltillo - The Opening
↳ Citation : Alea jacta est
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #a97774



Feuille de perso
↳ Copyright: Me & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Bloody night /!\ ❧ Noah    Mar 22 Nov - 19:58



   
   Noah & Niklas
   Bloody night

C
onfidence intimée tout bas, Munoz obtînt un sursis. A la requête prononcée, Niklas lança un regard torve au condamné. Patience. D'ici peu, son cas serait réglé.

Une expression espiègle accrochée au visage, le sorcier reprit ses distances, alla aux côtés de la prostituée. Ivanov suivit ses agissements, l'observa rendre sa liberté à la créature fragile. Il s'étonna légèrement de l'action menée, mais s'abstînt de tout commentaire, de tout questionnement. La miséricorde était quelque chose d'honorable bien que Niklas ne la pratiquait ni ne la côtoyait. La voir transparaître à travers Noah était inattendu.

Et ce fut comme une intermède dans leurs sauvageries ininterrompues, une accalmie durant laquelle Meadow dévoila un peu la couleur de son être, légèrement plus irisée que celle du slave. De cette dissemblance, Niklas n'en tînt pas rigueur ; Aucun jugement dépréciatif ne fut porté sur l'initiative du mage qui ne fit qu'appliquer ce que son instinct lui dicta. Et puis.. N'était ce pas dans la différence que l'on se complétait ?

Ainsi ni remontrances, ni paroles acrimonieuses ne vinrent entacher l'instant qui succéda au départ de la traînée. L'espace entre les deux hommes se retrouva de nouveau réduit à néant. Parenthèse incandescente, sensuel aveux. Caresse provocatrice portée sur un corps agonisant d'autant de retenue. Les muscles se contractèrent sous le geste lascif, tandis que la carcasse massive sembla se pencher imperceptiblement en avant, comme désireuse de plus.  

La pression exercée sur sa blessure le remit néanmoins à sa place, puisqu'elle engendra une douleur brève. Celle-ci bien vite se vit remplacée par une sensation apaisante ; Le mal s'amenuisa pour devenir bien plus supportable.


Le temps reprit sa ronde lorsque l'homme à abattre leur rappela sa présence, devenue plus qu'indésirable. Noah, soudainement déterminé, s'appropria l'arme blanche. Il se détacha de Niklas, cessa d'alimenter le brasier déclenché par son attitude et ses regards équivoques, pour retourner auprès de Munoz. L'hellraiser le suivit.


Le maudit ne porta qu'un intérêt secondaire au supplice infligé à Francisco. Il n'était plus qu'un élément du décor, un détail insignifiant. Les agates sombres ne quittaient plus le sorcier - Désormais, il n'y avait que lui. Lui et ce besoin viscéral, ce besoin obsédant de l'autre qui lui vrillait le ventre.

Quand Meadow invita Niklas à porter le coup fatal, il ne s’exécuta pas. Il lui adressa un regard de connivence avant d'instaurer entre eux une nouvelle intimité. Doigts ensanglantés portés sous le menton du mage, Niklas lui releva la tête avant de fondre sur ses lèvres, de lui prodiguer baisers voraces et passionnés. Comme si l'attente avait été trop longue.

Lorsque le slave se retira - le souffle court - il posa sur Noah un regard ardent aux pupilles dilatées d'un désir malsain. Il en voulait plus, encore plus.

L'une de ses mains, aérienne, glissa jusqu'à la tignasse brune. Il enserra quelques mèches entre ses doigts, établit le contrôle. Il tira légèrement sa tête en arrière, facilitant l'accès à sa gorge, désormais offerte à la délectation carnassière. Les lippes enfiévrées du slave glissèrent le long de sa joue, pour ensuite gagner la peau fragile de son cou ; Coups de langue et coups de dents, mordillements. Il se noya dans la saveur de sa chair, immodérément.

Son bras libre entoura le buste masculin, il l'attira sèchement contre lui, les formes rudes de son corps épousant celles du sorcier. Enlacés. Ivanov laissa échapper un soupir d'aise, une expiration chaude qui s'en alla mourir sur la ceinture scapulaire de Noah.

Le quadragénaire garda son compagnon contre lui, tandis qu'il prononça ces quelques mots ; « Lui qui se targuait de tout connaître, de tout savoir.. Le voici face à l'envers du décor. Il abhorre ce qu'il voit. » Rapide coup d'oeil lancé à celui qui s'offusquait encore, tant qu'il le pouvait, de ce qui se déroulait sous ses yeux de mourant. Hétérosexuel avéré, Munoz était de ceux qui condamnaient les relations entre individus du même sexe.   « Mieux que de l'achever... Nous pourrions bafouer ses principes de pseudo-traditionaliste. A moins que tu n'oses t'exposer à son regard.. » Provocation. Invitation à la dépravation.

Caresses chiennes de ses mains qui commencèrent à découvrir un corps jusqu'alors inexploré. Niklas n'attendait plus qu'un signe ou le consentement de Noah pour pouvoir lui dévoiler la virilité brute des hommes de l'Est.
WILDBIRD

_________________
You Want It Darker
I used to love the rainbow, And I used to love the view, I loved the early morning, And I'd pretend that it was new, But I caught the darkness, And I got it worse than you ∞ L.Cohen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Bloody night /!\ ❧ Noah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bloody Night Rabbit rpg
» SMOOTH.NIGHT
» bloody bird
» Pastiche #50 Bloody Anarchy
» Trailer: Fate stay night

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Garden District-