AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Just like a blast from the past • Myles&Moïra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 885
↳ Points : 320
↳ Date d'inscription : 20/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Jessica Chastain
↳ Age du Personnage : 35 en apparence & 90 réellement
↳ Métier : Officiellement libraire, officieusement propriétaire du Club Bones
↳ Opinion Politique : Totalement contre le système actuel, mais peu le savent
↳ Playlist : Au revoir - One Republic. This is Gospel - Panic! At the Disco. Dark on Fire - Turin Brakes. Strong - London Grammar. In the Shadows - The Rasmus.
↳ Citation : ‹‹ She's the spiciest red Candy you'll ever Taste. ››
↳ Multicomptes : Diane P. Wilson
↳ Couleur RP : #cc3300



Feuille de perso
↳ Copyright: ©bazzart, ©tumblr, ©Miki.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Just like a blast from the past • Myles&Moïra    Lun 15 Aoû - 19:02



"Have you ever wonder how quick can life change someone ? "

Myles & Moïra




Comment un endroit aussi violent pouvait-il être si apaisant ? C'était simple : le Bones était un exutoire. Dès le départ, Moïra savait que ça allait fonctionner. Elle n'avait aucune assurance concrète, elle savait, c'était tout. La Hellraiser avait vu les gens pendant les Hunter's Seasons, elle savait comment ils réagissaient et ce dont ils avaient besoin. Elle avait ressenti l'excitation, cette attention sans faille qu'ils dédiaient aux jeux et à la vision de la mort. A ces moments là, toute la haine semblait être concentrée à l'intérieur des arènes et partout ailleurs, c'était comme si la population retenait son souffle. Des instants hors du temps où tout s'arrêtait... Où tout semblait s'arrêter, car cachée dans l'ombre la résistance oeuvrait toujours, continuellement, comme une fourmilière qui ne cesse jamais. Et grâce à tout ce travaille, ils avaient avancé. Trop avancé même. A un instant, Moïra avait même craint qu'ils ne prennent le contrôle et maintenant... Maintenant ils ne l'avaient pas fait, mais c'était tout comme. Abolition définitive des Hunter's Seasons, prohibition, une foule d'idioties qui avaient collé à la jolie rousse une migraine carabinée pendant plusieurs jours chaotiques. Ca avait été pour la Nightkeeper de l'époque une ascension de sentiments de trahison et d'amertume dont le point culminant avait été le rejet de son frère par le Gouvernement.  C'est à ce moment là qu'à la déception de Moïra s'était ajouté la rancoeur, puis la haine. Ils n'avaient rien compris, ils avaient tout fait de travers et ils avaient, à ce moment là, définitivement perdu une de leurs plus fidèles et dévoués employés.
Moïra jeta un coup d'oeil circulaire sur le Bones. Comme il était agréable de diriger une entreprise qui tournait bien. Il y avait eu une légère altercation avec Aleksi en début de soirée, mais rien n'avait dégénéré cette fois. La jolie rousse avait donc pu sereinement retourner à ses occupations. Servir les clients, sourire, déverser l'alcool coûteux et interdit dans des dizaines de verres de personnes qui se foutaient du Gouvernement et de ses règles. Il y avait un énorme sentiment de satisfaction chez Moïra quand elle voyait tous ces gens dont elle avait deviné les besoins et qu'elle satisfaisait indirectement soir après soir. Honnêtement, elle aurait du être payée par le Gouvernement pour ce qu'elle avait créer ! Il s'agissait là quasiment d'un service publique, un peu comme si elle avait ouvert une piscine pour occuper des enfants pour qu'ils s'amusent au lieu de faire des bêtises. Doucement, ses pas l'avaient menée vers la fosse. Un combat avait commencé quelques minutes plus tôt. La propriétaire du Bones prit appuie sur une des rambardes de la rangée la plus élevée qui surplombait la fosse. L'homme qui se battait en bas avec un des zombies était un habitué du Club, un camé à l'adrénaline du combat. Pour ce genre d'affrontements, les plus gros paris se faisaient plus sur le temps que tiendrait le zombie plutôt que sur la survie du combattant. Quasi inconsciemment, Moïra jeta un coup d'oeil au zombie, juste pour voir son visage, juste pour s'en assurer... Puis le poids sur son cœur reparti comme il était venu et elle se concentra à nouveau sur la lutte. Le bras du monstre gisait déjà sur le sol, arraché avec facilité par l'homme. La peau devait certainement déjà être putréfiée depuis longtemps, ça arrivait souvent et ce n'était pas toujours une bonne chose... Il y eu un mouvement de stupeur dans le public quand, dans le feu de l'action, le combattant butta sur le bras qui gisait au sol et se retrouva étalé sur le dos.
Plus curieuse d'observer les visages de l'audience, le regard de Moïra dériva un instant sur la foule de spectateurs.
Quand elle aperçu la tignasse rousse, le cœur de la Hellraiser manqua un battement. Les yeux ne voyaient pas qu'une seule chose à la fois, c'était un détail qui accrochait l'attention, mais ce que le regard percevait c'était un ensemble de choses. Un seul coup d'oeil suffisait à reconnaître une silhouette familière. Que ce soit la forme du visage, la posture du corps, la façon de bouger, c'étaient là tant d'indices qui faisaient réagir le cerveau avec une grande rapidité. Et celui de la propriétaire du Bones avait fonctionné à merveille, mettant rapidement un nom sur un visage si connu et faisant par la même occasion remonter une foule de souvenirs. Tellement de souvenirs même, que la jolie rousse faillit en suffoquer. Elle ne s'était pas attendue à le voir ici, jamais même. Pourtant, surmontant quelque peu difficilement son moment de surprise et son hésitation, Moïra fini par s'avancer vers l'homme. Bientôt, sa fine main se posa sur son épaule.

- Myles ?

Un soupçon de surprise dans la voix, or l'étonnement était bien réel mais lorsque la propriétaire du Bones croisa le regard bleu de l'homme, le plaisir fit un instant place à tout autre émotion.
Ils avaient été amis. Une drôle d'amitié certes, surtout basée sur une étrange compétition morbide dont ils s'étaient tout deux beaucoup amusés. Mais Moïra avait toujours considéré Myles comme une personne de confiance et ce genre de créatures ne courraient pas les rues au sein du Gouvernement, ni ailleurs d'ailleurs, à l'époque déjà.
Un sourire rayonnant empreint tout de même une touche de nostalgie illuminait le visage de la jolie rousse.

- Ca fait un bout de temps...

Des mots à peine prononcés, lourds de sens, sous entendant des mois d'histoire qu'ils n'avaient pas partagés depuis que Moïra était partie. Et maintenant, s'il était là en tant qu'ami ou ennemi, elle ne le savait pas encore et sa méfiance omniprésente était la seule chose qui l'avait empêchée de s'adonner plus encore à ces retrouvailles. Le corps et l'esprit de la jolie rousse étaient tout entiers concentrés sur la réaction de l'homme, qu'elle laisse sa garde à demi baissée ou qu'elle dresse autour d'elle toute une forteresse, tout dépendait de lui.


Code by Sleepy

_________________

You're gonna lose your soul, tonight.
I get up in the morning To the beat of the drum. I get up to this feeling Keeps me on the run. I get up in the morning Put my dreams away. ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3769-moira-o-fighting

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Just like a blast from the past • Myles&Moïra    Dim 25 Sep - 18:43

Nul besoin d'un psy pour se rendre compte que le rapport de Myles à la violence était difficile, voir problématique. Lui-même en avait conscience. En partie en tout cas. Ce n'était pas faute d'en être entouré. Les séances du Colosseum étaient loin de consister en un défilé de poneys à paillettes tout de même. Malgré tout, il avait appris à prendre du recul. A détourner le regard lorsque le besoin s'en faisait sentir. A s'en détacher. Il savait le faire dans l'arène. En dehors, c'était un autre combat. La seule vue du sang lui était insupportable, quand bien même il ne s'agissait que d'une plaie à peine plus ouverte qu'une banale égratignure. Et sa nouvelle nature n'arrangeait rien à l'affaire. Au contraire. A présent, les plaies lui donnaient la nausée. Il pouvait à peine regarder les siennes lorsqu'elles se mettaient à se nécroser. Néanmoins, le changement avait amené avec lui une pulsion presque animale de voir l'horreur. Sans vraiment la supporter. Peu après sa transformation, il s'était rendu, presque par hasard, dans ce club dont on lui avait parlé. Il ne savait pas trop pourquoi. Il en avait ressenti le besoin, l'envie.

Et depuis, l'anomalie s'était presque changée en habitude. Il s'y glissait toujours un peu comme un criminel, furtivement, capuche remontée sur le visage, jetant des coups d’œil à droite à gauche. Loin de lui l'idée d'assumer de venir assister à des combats, acclamer les massacres, parier sur l'horreur. Mais il en ressentait le besoin. Peut-être que ça lui permettait de pouvoir faire face au reste. Ou peut-être que c'était juste cette chose en lui qui se développait et le poussait à de drôles et horribles choses.

Une fois n'est pas coutume, Myles s'était arrangé pour qu'aucun visage familier ne soit visible à la ronde lorsqu'il s'était engouffré dans le Bones. A l'intérieur, il connaissait quelques têtes. Certains habitués. Mais à l'intérieur, ça n'était pas pareil. Il était quelqu'un d'autre. Ou espérait le devenir, pour quelques heures, pour oublier.

Son pari pris, il se laissa entraîner par la foule jusqu'à s'attrouper autour du combat qui allait commencer. Pris par l'entrain, il mit toute son énergie à acclamer le champion, à hurler lorsque le zombie reprenait le dessus, à pester lorsque son temps se voyait dépassé. Fasciné par le combat, ses yeux rivés, comme hypnotisés sur les bouts de chair arrachés, ses propres poils hérissés alors qu'il tremblait, alors qu'il sentait son corps se crisper à la vue de plaies qu'il ne parvenait toujours pas à supporter, il manqua de hurler et de cogner lorsqu'une main se posa sur son épaule. Son poing, il le retint de justesse, lui qui n'était pourtant pas violent. Et il sentit son coeur faire un bond dans sa poitrine. Mais ça n'était que le début. Son visage se tourna pour faire face à... oh... il se crispa. Et resta immobile un instant, comme s'il avait vu un fantôme. Mais quelque part, on n'était pas loin du compte.

"M... Moïra ?"


Il se tourna vers elle, s'arrachant à la fascination du combat. Si elle semblait radieuse et heureuse de le voir, de son côté, il était surtout surpris. Et... perplexe. Et clairement perdu face à ce qu'il était supposé penser...

"Qu'est-ce que ... euh... comment..."


Fut à peu près tout ce qu'il parvint à bredouiller avant de s'avancer de quelques pas hésitants dans sa direction pour se soustraire au bruit de la foule. Son coeur battait à tout rompre. Sa gorge était nouée, avec la sale impression qu'il venait d'être surpris en pleine... faute ? Trahison ? Il inspira, non sans saccade.

"Ça fait longtemps oui, je ... savais pas que tu venais ici et..."

Il passa sa main dans ses cheveux. Il aurait surtout voulu qu' elle ne sache pas qu'il venait ici. Et ça, c'était un peu plus compromis...

"C'est drôle de te voir là... comment tu vas ? Qu'est-ce qui t'amène ? C'est la première fois que tu viens là ?"


Il arrêta là son avalanche de questions. En réalité, s'il s'était écouté, il aurait pu continuer, juste pour éviter d'avoir à répondre à d'autres par la suite. En réalité surtout, c'était tout sauf drôle. Et s'il aurait pu être heureux de taper la discut' à l'extérieur pour prendre des nouvelles de Moïra, de son frère, savoir comment allait la vie, là il avait juste envie de disparaître et qu'elle ne l'ait jamais vu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 885
↳ Points : 320
↳ Date d'inscription : 20/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Jessica Chastain
↳ Age du Personnage : 35 en apparence & 90 réellement
↳ Métier : Officiellement libraire, officieusement propriétaire du Club Bones
↳ Opinion Politique : Totalement contre le système actuel, mais peu le savent
↳ Playlist : Au revoir - One Republic. This is Gospel - Panic! At the Disco. Dark on Fire - Turin Brakes. Strong - London Grammar. In the Shadows - The Rasmus.
↳ Citation : ‹‹ She's the spiciest red Candy you'll ever Taste. ››
↳ Multicomptes : Diane P. Wilson
↳ Couleur RP : #cc3300



Feuille de perso
↳ Copyright: ©bazzart, ©tumblr, ©Miki.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Just like a blast from the past • Myles&Moïra    Mer 28 Sep - 13:07



"Have you ever wonder how quick can life change someone ? "

Myles & Moïra




Lors de ses années passées au Gouvernement, Moïra avait travaillé aussi bien au sein de l'administration qu'à la communication, mais une des choses dans laquelle elle s'était certainement le plus épanouie avait été les arènes.
Une fosse a horreurs dans laquelle elle s'était jetée corps et âme, donnant libre cours à la noirceur qui régnait sur ses pensées et exorcisant ses démons en les jetant sur d'autres. Si en une cinquantaine d'années Moïra n'avait pas été en mesure d'utiliser ses pouvoirs de sorcière, pendant cette période là, elle avait pour sûr rattrapé le temps perdu. Et sa rencontre avec Myles n'avait clairement rien arrangé. A l'époque le jeune homme était tellement fier de la peur qu'il insufflait grâce à ses pouvoirs de Nightkeeper que sa fierté démesurée avait rapidement fini par heurter celle de Moïra. C'était de là qu'était parti leur petit jeu sordide de qui ferait régner la plus grande terreur au sein des arènes ou chez les torturés. Et puis comme ils étaient tous les deux excellents à ce jeu là, leur concours avait lui aussi prit des mesures disproportionnées et était donc rapidement remonté aux oreilles de la hiérarchie. On avait donc pris les mesures nécessaires : faire coopérer Myles et Moïra le plus souvent possible pour entretenir ce spectacle horrifiant. Voilà donc ce qu'on pouvait appeler le bon vieux temps : l'époque où deux êtres à l'âme brulée avaient trouvé amusant de faire déteindre leur mal sur d'autres personnes, tout en étant payés pour ! Que de chemin fait depuis...

‹‹ M... Moïra ? Qu'est-ce que ... euh... comment... ››

On aurait dit un enfant prit la main dans le sac. Moïra avait l'habitude de voir ce genre d'expression sur les visages qui peuplaient le Bones, mais jamais elle ne l'avait vu sur celui de son ancien collègue. Etait-il lui aussi un de ceux qui avait honte de prendre part à ce péché que représentait le Club illégal ? Ou bien craignait-il que Moïra aille le dénoncer auprès du Gouvernement ? De ce côté là il n'y avait aucun risque, mais la jolie rousse pour sa part ne connaissait plus rien de lui et son inquiétude pouvait très bien prendre un tout autre sens bien plus alarmant. Ainsi, peut-être travaillait-il encore pour eux, peut-être avaient-ils tout découvert et peut-être l'avaient-ils envoyé pour qu'il ramène Moïra à eux dans l'espoir qu'en voyant un visage connu elle ne fasse pas dans les complications...

‹‹ Ça fait longtemps oui, je ... savais pas que tu venais ici et... ››

La Hellraiser ne perçu aucun mensonge dans sa voix. Si Myles était venu démanteler le Bones, il ne savait pas que la jolie rousse risquerait de tomber avec. Un léger soulagement rempli la Hellraiser. De plus, même si la prudence presque paranoïaque qu'entretenait Moïra pour son Club prenait une grande place dans son esprit, elle n'en était pas moins lucide et l'homme face à elle ressemblait plus à quelqu'un d'honteusement prit sur le fait et non a un assassin arrêté en pleine mission. Cependant, la propriétaire du Bones ne voulait pas risquer que ses jugements soient altérés par le fait qu'elle et Myles aient un jour pu être amis.

‹‹ C'est drôle de te voir là... comment tu vas ? Qu'est-ce qui t'amène ? C'est la première fois que tu viens là ? ››

Il avait de plus en plus l'air d'une souris acculée par un chat. La jolie rousse fronçait les sourcils, quelque peu subjuguée par ce flot de questions.

- Je vais bien et toi ?

Certes ce n'était qu'une partie de la réponse mais ça semblait à la jeune femme être la partie la plus importante de la longue tirade de son ami. Bien que pour sa part elle était également surprise de le voir au Bones. Pas que ce soit incohérent avec les souvenirs que la jolie rousse avait de son ancien collègue, c'était juste qu'avec le temps et les évènements, il était sorti des pensées de la jeune femme et elle n'avait jamais eu l'idée rien que d'imaginer que leurs chemins puissent se recroiser un jour...
Sauf qu'à présent Myles était là, face à elle et son malaise était tellement palpable que Moïra était à deux doigts de le partager.

- Myles... Tout va bien. Je suis ici autant que toi, je ne vais pas appeler la milice si c'est ça qui t'inquiète... Ni mettre ta photo à côté d'un zombi à tous les coin de rue.

Tourner autour du pot, il fallait croire que Moïra ne faisait pas ça généralement. La jeune femme lança un regard rapide vers la porte d'entrée du Club à cette pensée. Non, généralement elle ne faisait pas dans la dentelle mais il fallait croire qu'il y avait toujours des exceptions... Puis son regard et son esprit se tournèrent à nouveau vers son ancien collègue.

- A moins que ce soit autre chose qui ne t'inquiète ?

Parce qu'il n'y avait pas de temps à perdre, parce que s'il représentait quelconque menace, Moïra et son détecteur de mensonges le sauraient bien assez rapidement. Et en fonction de ça alors, elle saurait quoi faire de lui. Mais pour le moment la jeune femme attendait d'en savoir plus avant d'agir. Elle avait hésité à l'emmener dans son bureau, loin des regards ou à le faire sortir du Bones... Pourtant elle avait le sentiment qu'elle ne se sentirait pas plus en sécurité ailleurs que dans cette foule si familière.
Derrière la jolie rousse, des cris s'élevèrent soudain. Elle se retourna un instant pour voir l'homme triomphant au milieu de la fosse et le chronomètre indiquer sept minutes quarante deux. Ce combat là était terminé et le suivant ne commencerait pas avant un bon moment le temps de régler les anciens paris et de comptabiliser les nouveaux.

- Allons boire un verre, je crois que nous avons des choses à rattraper.

Moïra aurait pu lui laisser le choix de venir ou non, mais elle n'était pas du genre à prendre des risques, ni à se laisser refuser une invitation. La jeune femme accrocha donc sa main autour du bras de son ancien ami et les conduisit vers la partie un tant soit peu plus calme du Bones où l'on pouvait savourer toutes sortes de boissons dans une lumière bien plus tamisée que celle qui illuminait la fosse à combats. La Hellraiser choisi une table un peu à l'écart, casée dans un coin reculé de la salle. Si Myles donnait l'impression de ne pas avoir envie d'être reconnu, Moïra n'allait clairement pas aller contre son sens. Le tout était qu'il soit rassuré car clairement, il devenait urgent qu'elle le soit elle aussi.


Spoiler:
 


Code by Sleepy

_________________

You're gonna lose your soul, tonight.
I get up in the morning To the beat of the drum. I get up to this feeling Keeps me on the run. I get up in the morning Put my dreams away. ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3769-moira-o-fighting
 

Just like a blast from the past • Myles&Moïra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (f) - RACHEL BILSON ► the past belongs to it, the future belongs to us
» Past-Ice
» Shadows From The Past {PV}
» Antique Sparkle, the sparkle of the past | UC
» ☞ INTRIGUE NUMÉRO TROIS - « Blast Off. » (Rez-de-chaussée - Golf du Mexique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-