AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Such a weirdo | Helios

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 493
↳ Points : 139
↳ Date d'inscription : 31/03/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Astrophysicienne récemment recrutée par le Gouvernement
↳ Opinion Politique : Elle en aurait rien à faire s'il ne la faisait pas chanter
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : It's like screaming no one can hear
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : Lightblue



Feuille de perso
↳ Copyright: Ellaenys
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Such a weirdo | Helios   Jeu 18 Aoû - 11:12

Such a weirdo

Helios&Seraphina


La nuit moite et humide avait amené avec elle de gros cumulus gris au dessus de la Nouvelle-Orléans. Les buildings les plus hauts du Central Business Disctrict se perdaient dans l’obscurité. Seraphina espérait qu’elle pourrait échapper à la pluie qui s’annonçait déjà. Avant de pouvoir aller s’engouffrer dans un bar à la recherche d’une proie, la jeune femme avait dû passer à son cabinet. Le bourreau de travail qu’elle était avait besoin de récupérer un dossier important histoire de travailler dessus durant le week-end. Car bien qu’étant un être démoniaque et une garce sans scrupule, Seraphina était une architecte passionnée. Quoiqu’il en soit, la jeune femme n’avait pas tardé à arriver à l’étage désiré. Elle n’avait rien vu venir lorsqu’elle avait passé son badge d’accès. Le desk de Fiona, son assistante, était intact. Pourtant lorsque Seraphina arriva près de son bureau et qu’elle en ouvrit la porte, ce fut une vision d’horreur qui lui parvint. Ses yeux bleus s’écarquillèrent tandis que sa main droite venait se plaquer contre ses lèvres. Un souque, un bazar monstrueux. C’était comme si une tornade s’était introduite dans la pièce. Son bureau était retourné il y avait des feuilles éparpillées absolument partout. Par reflex, Seraphina se dirigea vers le meuble qui contenait ses dossiers. Elle fut horrifiée de constater que ceux de ses plus gros clients avaient disparu. Tout son travail fichu en l’air par un malfrat. Ce fut d’abord la rage qui s’empara d’elle. Ses pupilles devinrent presque noires, Seraphina se mit à hurler. La première personne qui lui vint à l’esprit fut Andreï. Comme dans toutes les situations du genre d’ailleurs. La dernière fois qu’ils s’étaient vus, l’homme avait bien insisté sur le fait que la décoration du bureau était parfaite et de bon goût. Peut-être qu’il avait laissé parler sa nature de daybreaker et qu’il était venu déverser sa rage ici ? La blonde doutait mais il fallait qu’elle en ait le cœur net.

Après avoir quitté son bureau en furie, Seraphina se retrouva près de Bourbon Street. C’était souvent là que traînait Andreï puisqu’il vivait dans les environs. La jeune femme ressemblait à une fusée qui traversait la foule. Au dessus d’elle et des badauds le ciel grondait. C’était une mise en garde, la pluie était imminente. Seraphina n’en avait rien à faire. Marchant d’un pas décidé elle semblait agacée par la musique jazzy qui s’échappait des plusieurs bars qui longeaient la rue. Elle en bouscula même un saxophoniste de rue qui, comme le petit public qui l’entourait, parut outré. La jeune femme n’y prêta aucune attention et s’engouffra dans un bar qui faisait l’angle de la rue. Là encore l’ambiance était dédiée au jazz. Un orchestre d’afro-américains jouait sur l’estrade. Seraphina quant à elle scruta les hommes installés au bar. Elle alla elle-même prendre place sur un tabouret et se pencha en avant pour s’adresser au barman.

« Peter, t’aurais pas vu Andreï ce soir par hasard ? » demanda-t-elle l’air pressant.
«  Non M’dame. » Répondit le jeune métis qui servait un verre à un homme déjà ivre.

Seraphina parut agacée mais elle n’en tint pas rigueur au barman. Inutile de passer pour un monstre en public. Pourtant elle était hors d’elle. L’ivrogne d’à côté d’elle eut le malheur de lui demander ce qui la tracassait. En disant que la colère n’allait pas à un si beau minois. Il n’en fallut pas plus à Seraphina pour appâter le poisson en dehors de l’établissement. Coincé dans une ruelle, l’homme semblait croire que son jour de chance était arrivé. Pourtant Seraphina avait une autre idée en tête. Posant sa main sur l’épaule du malheureux, elle le vida de son énergie sans vraiment se soucier de savoir s’il survivrait ou pas. Dans un bruit sourd l’homme s’écrasa au sol. Seraphina se frotta les mains et tourna les talons pour atterrir dans une rue parallèle moins peuplée. On entendait encore quelques notes de jazz au loin. La jeune femme soupira, la pluie commença à tomber. C’était la totale. Ce fut le côté humain qui reprit le dessus. Seraphina sembla tout d’un coup dévastée. Elle en avait les larmes aux yeux. Son travail était son mari, ses enfants, sa famille… C’était tout ce qu’elle avait. Alors que quelqu’un soit venu tout saccager la mettait en rogne. En plus de ça un homme venait de s’approcher. Seraphina fit tous les efforts du monde en espérant qu’il ne l’avait pas vu vider sa cible de son énergie. Qu’est-ce qu’il lui voulait encore celui-là ?

_________________


« Double Je »
Throw on your break lights, we're in the city of wonder. Ain't gonna play nice, watch out, you might just go under. Better think twice,
your train of thought will be altered, so if you must faulter be wise. Your mind's in disturbia. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Such a weirdo | Helios   Mer 24 Aoû - 23:04

Such a weirdo
Seraphina & Helios
Take a breath, take it deep "Calm yourself," he says to me... If you play, you play for keeps. Take the gun, and count to three. I'm sweating now, moving slow... No time to think, my turn to go. And you can see my heart beating, you can see it through my chest and I'm terrified, but I'm not leaving... I know that I must pass this test so just pull the trigger...

Encore une journée. Une de plus. Le temps n'avait plus la moindre prise sur l'insignifiant pantin à l'âme souillée ayant pour seule ombre la mort elle-même. Son regard vide observait l'amas des obscurs cumulus se formant au-dessus de sa tignasse désinvolte. Quelle importance... La météo ne changerait en rien l'humeur massacrante qu'il trimbalait tel un fardeau. Ses doigts massaient furieusement ses tempes douloureuses à l'entente de cette voix, lugubre et lointaine, qui habitait son esprit confus. Comme une tâche de naissance qu'on voudrait gratter, oblitérer depuis l'horizon de sa peau, crevasser et n'en laisser qu'une unique boursouflure. Une bête inhumaine, sanguinaire, patientait sous sa peau... Les manifestations de sa présence étaient multiples. Ordres murmurés. Négativité de tout sentiment exacerbée. Et cette... Violence, latente, qui menaçait en son sein. Les mâchoires anguleuses du jeune homme se verrouillaient abruptement sous les conséquences de la fatalité qui accompagnait cette constatation. Déambulant sans but précis, Helios veillait à fixer le sol de ses globes azuréens afin d'éviter toutes sources conflictuelles qui pourraient mettre en branle la bête qui sommeillait. Cela s'avérait être une tâche particulièrement délicate étant donné la situation de la société actuelle. La flicaille se multipliait au gré des patrouilles tandis que les actions rebelles, bien qu'ayant diminuées, couvaient toujours à chaque coin de rue. Les rixes devenaient chose commune. La prohibition mise en place ne faisait qu'attiser la colère grandissante. Instable émotionnellement, toute trace d'anxiété, d'animosité, était tout bonnement proscrite pour l'informaticien. Lorsqu'il perdait le contrôle, ce qui se produisait relativement fréquemment ces derniers temps, des pertes de mémoires surgissaient alors. Sans doute un mécanisme de défense que son cerveau avait érigé pour ne pas affliger la culpabilité déjà lourde qu'éprouvait Helios après chacun de ses... Méfaits. Le sang qui maculait ses vêtements comme seul indice. La rage dévorante s'en trouvant renforcer en guise de conclusion. Pas plus. Pas moins.

Nulle surprise n'égayait les traits de l'homme taciturne lorsqu'il releva le menton pour voir s'afficher le nom d'un bar. L'alcool comme remède. Un pansement sur une jambe de bois. Certes. Mais un pansement quand même. Sa main s'avançait déjà vers la porte quand un bruit sourd l'en dissuada. Sourcils froncés, Helios se détourna de l'objet de ses convoitise. La curiosité l'emporta sur la raison et ses pas l'amenèrent dans la noirceur de la ruelle qui bordait le lieu de débauche. L'or d'une chevelure. Quelques effluves d'un parfum féminin. Puis, plus rien. Prudent, son instinct lui hurlait de mettre la main sur... Son pied trébucha sur quelque chose. Ou plutôt, quelqu'un. Un corps sans vie gisait au sol. Il semblait sur la trace d'une meurtrière. A hauteur du cadavre, Helios inspectait avec minutie les indices que l'inconnue aurait pu laisser. Pas d'hémoglobine. Pas d'arme. Le visage semblait anormalement creusé mais ce qui attira l'attention du jeune homme ce fut la grimace horrifique qui accompagnait ses globes oculaires exorbités... Comme figés par la terreur. Sans attendre plus longtemps, il se redressa afin de poursuivre sa morbide investigation. Les perles d'eau qui s'échappaient du ciel grondant vinrent terminer leur chute contre le corps en mouvement du jeune homme intrigué. Non loin de là, une autre ruelle, apparemment déserte, s'offrait à sa vue. Un coup d’œil rapide lui permis d'évincer les autres possibilités de fuite qu'aurait pu emprunter l'assassin. Un sanglot puis... Le silence. Assourdissant. L'obscurité entravait sa vue. La blondeur du blé s'étalait sur des épaules tressautantes... La même fragrance ambrée... Plus il se rapprochait, plus les émotions aussi contradictoires les unes que les autres s'emparaient de son être épris d'un souffle nouveau... Celui de l'espoir. Lorsqu'elle tourna enfin le visage vers lui, Helios crut devenir fou. Avait-il définitivement perdu la raison ? Un fantôme du passé lui faisait face. Le céruléen se mêlait avec perfection à l'acier au fond de ses iris. Une paire de lèvre aussi pleines qu'elles semblaient gourmandes naturellement écarlates. Cet air... Sauvage. Et ce parfum... Non. C'était impossible. Incrédule, aucun son ne parvint à outrepasser la barrière de ses lèvres. L'air semblait cruellement lui manquer. Incapable de bouger.

« Megara... » Murmura-t-il sans en prendre conscience, en proie à l'incompréhension la plus totale. Si longtemps, Helios l'avait cherché. Écumant terres et mers. La responsable des pires maux auxquels il avait dû faire face... Sa bienfaitrice. Son bourreau. Son unique amour. Sa malédiction. Sa sorcière. Ça ne pouvait être qu'une hallucination. Une divagation de plus à ajouter. Et si... Et si c'était bien elle. Ses larmes se perdirent dans les sillons que la pluie avait tracés. « Megara... » Ultime répétition, une façon pour lui de s'assurer de la réalité de cette salvatrice apparition nocturne.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 493
↳ Points : 139
↳ Date d'inscription : 31/03/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Astrophysicienne récemment recrutée par le Gouvernement
↳ Opinion Politique : Elle en aurait rien à faire s'il ne la faisait pas chanter
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : It's like screaming no one can hear
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : Lightblue



Feuille de perso
↳ Copyright: Ellaenys
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Such a weirdo | Helios   Jeu 1 Sep - 12:51

Such a weirdo

Helios&Seraphina


Plantée là, les bras le long du corps, le regard de Seraphina semblait déborder de tristesse. Heureusement pour elle, la pluie bienfaitrice masquait ses sanglots à la perfection. Son mascara venait souiller ses joues mais la jeune femme n’en avait que faire. Au début elle avait pensé que l’inconnu l’avait suivie pour l’accuser du crime qu’elle venait de commettre. Encore un de ces fouineurs qui vous tombait dessus lorsque vous en aviez le moins besoin. Mais lorsque leurs regards se croisèrent, une curieuse sensation traversa la daybreaker. L’homme semblait tout aussi perturbé qu’elle. Est-ce que lui aussi venait de se faire piller ? Seraphina inclina légèrement la tête, curieuse. A travers le bruit de la pluie contre le bitume, elle cru entendre l’étranger murmurer quelque chose. Pas très sûre, ce n’est qu’à partir de la deuxième tentative qu’elle comprit un mot. Un nom pour être exact. « Megara » la blonde se retourna des fois qu’une autre femme ait fait son apparition derrière elle mais ils étaient seuls. Deux inconnus sous la pluie. Seraphina plutôt calme s’approcha légèrement. « Excusez moi mais vous devez faire erreur. Je m’appelle Seraphina, Seraphina Wilson et je ne connais aucune Megara… Enfin ma grand-mère peut-être mais elle est morte depuis des lustres. » Seraphina ne l’avait jamais connue et elle doutait sincèrement que l'homme soit à la recherche d'une vieille dame. Pour une fois la jeune femme fit preuve de tact. Imaginant qu’elle avait peut-être à faire à un fou. S’il devenait violent, elle n’aurait sûrement pas la force de se battre alors elle lui accorda un sourire digne d’un clown triste. « Si vous voulez je peux vous aider, vous cherchez quelqu’un visiblement. » se risqua-t-elle. Bien sûr qu’elle n’était pas du genre à venir en aide à autrui, mais si cet homme jouait la comédie et qu’il l’avait vue, elle était faite. C’était un risque qu’elle ne voulait pas prendre.

Bien qu’elle scruta chacun des traits du visage de l’inconnu, Seraphina ne parvint pas à le reconnaitre. Peut-être qu’elle l’avait déjà croisé quelque part mais qu’elle ne s’en souvenait pas. C’était une situation bien étrange et légèrement gênante pour la jeune femme qui aurait voulu tout sauf tomber sur quelqu’un de ce genre. Elle avait le chic pour attirer les cinglés. Faisant tous les efforts du monde pour ne pas éclater en sanglots en repensant à son bureau saccagé, la blonde reprit une grande inspiration. Il fallait qu’elle garde le contrôle devant cet inconnu. La pluie devint de plus en plus battante, les deux jeunes gens étaient désormais complètement trempés. Alors que Seraphina entrouvrit la bouche pour poser une nouvelle question, des murmures lui parvinrent aux oreilles. De par leur condition, les daybreakers avaient les sens surdéveloppés. Seraphina arriva donc à percevoir un dialogue à travers les gouttes de pluie « Mh il est mort. S’tu veux mon avis y’a un daybreaker dans l’coin. Faut l’chopper avant qu’il fasse claquer quelqu’un d’autre. » la jeune femme fut soudainement tétanisée. S’il y avait quelque chose qui parvenait à l’effrayer c’était bien la milice du Gouvernement. La dernière chose qu’elle voulait était de se retrouver derrière les barreaux. Légèrement paniquée Seraphina reporta son attention sur l’homme en face d’elle. Il n’y avait qu’eux ici. Les fêtards étaient tous cloîtrés dans les bars alentours, il n’y avait qu’eux pour rester à discuter sous une averse pareille. Eux et des Shadowhunters.

« Je… Euh… Venez il ne faut pas rester sous la pluie. » dit-elle comme si elle parlait à un enfant.

Oui Seraphina le prenait vraiment pour un fou. Mais ce n’était pas pour autant qu’elle allait rester plantée là, elle tenait à sa vie tout de même. Et si on parvenait à faire le lien entre elle et le cadavre, elle était faite. Sans vraiment attendre une quelconque réaction de son vis-à-vis, Seraphina se mit en route et continua de longer la ruelle dans une direction inconnue. Les shadowhunters s’approchaient, elle pouvait entendre le bruit de leurs bottes contre le béton. Il était inutile de courir, il fallait simplement les semer sous cette pluie devenue diluvienne.

_________________


« Double Je »
Throw on your break lights, we're in the city of wonder. Ain't gonna play nice, watch out, you might just go under. Better think twice,
your train of thought will be altered, so if you must faulter be wise. Your mind's in disturbia. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Such a weirdo | Helios   Dim 4 Sep - 17:33

Such a weirdo
Seraphina & Helios
Take a breath, take it deep "Calm yourself," he says to me... If you play, you play for keeps. Take the gun, and count to three. I'm sweating now, moving slow... No time to think, my turn to go. And you can see my heart beating, you can see it through my chest and I'm terrified, but I'm not leaving... I know that I must pass this test so just pull the trigger...

Un goût métallique. Âpre. La confusion se mêlant aux tambourinements inconstant de son palpitant, sa mâchoire involontairement contractée avait entaillé l’intérieur de ses joues. Le liquide sirupeux envahissait d’informations inutiles ses papilles gustatives tel un appel à l’aide de la partie encore consciente de son cerveau. Son bras tendu, du bout des doigts, Helios tentait de rendre palpable la chimère… Ce ne fut que lorsque les lèvres de la jeune femme s’animèrent qu’un sursaut arrêta son mouvement. Pupilles dilatées. Respiration disparate. Muscles engourdis. Le fonctionnement même de l’ensemble de son corps émis un raté à l’entente de cette voix… Cristalline. Alourdis par une peine dont il ignorait l’origine. Malheureusement… Elle n’avait rien de commun avec… Elle. Son index redessina à distance le contour des traits étrangement familiers de ce visage si particulier. Sa cage thoracique se fit plus étroite. Morte… Le terme résonnait encore et encore. Ultime sentence. Funeste litanie. Impossible. Pas elle. La mort ne pouvait avoir de prise sur Megara. Non. « Non… Non. Non ! NON ! » Vaine protestation animale provenant du fin fond de sa gorge nouée. Tout en secouant négativement la tête, Helios recula d’un pas tandis que l’insidieux venin de la fureur circulait déjà en son réseau nerveux. Pour quelle raison sa carcasse errait sur cette foutue terre brûlée si la faucheuse avait recueillis celle à l’origine de sa renaissance ? Ça n’avait pas de sens. Plus rien n’en avait. Un éclat de rire vint mettre un terme au silence qui avait suivis la proposition dégoulinante de pitié. « De l’aide ? Regarde-moi. Regarde-moi, vraiment. » Le rauque de sa voix s’accordait avec la portée de ses mots. Réduisant la distance à quelques infimes centimètres, loin d’être capable d’accorder la moindre protection à l’inconnue, Helios ancra son regard au sien. Avec désespoir, il fouillait en ses prunelles à la recherche d’une quelconque réponse acceptable pour ne pas sombrer une fois de plus. Ne pas se laisser envahir. Ne pas perdre le contrôle. L’une de ses mains s’éleva à hauteur de la joue ornée de trainées sombre afin de apposé cette dernière. La pulpe de son pouce effleura la bouche entrouverte. « Tu lui ressembles tellement… Cependant, tu dissimules moins bien tes émotions qu’elle. Si tu es bel et bien la descendante de Megara alors… Peut-être… Oui. Peut-être que tu peux me venir en aide. » La démence fit place à une tendresse infinie. L’espace d’un instant, un court instant, une vague de fraîcheur vint apaiser le démon qui grondait.

L’apaisement passager fut submergé par l’alerte qu’il put lire sur les traits de Sera. Visiblement, il ne s’était pas trompé. Lire en elle s’avérait chose aisée. Un mauvais point. Peu importait, tout ce dont il avait à présent besoin c’était de trouver la source des maux de la jeune femme. Sourcils froncés, Helios pencha légèrement la tête sur le côté comme pour formuler silencieusement la question qui lui brûlait les lèvres. La peur qu’elle ressentait fit frémir de plaisir le démon qui l’habitait… Ainsi aguiché, il ne tarderait plus à faire surface si son hôte ne calmait pas la peur qui agitait les entrailles de sa compagne. « Calmez-vous… Je vous en prie. Ce n’est pas… Pas bon pour moi. » Les mots s’entrechoquaient à mesure que toute bonté s’échappait de son être meurtris. Se concentrer. Inspirer. Expirer. Face à la fuite de Sera, il lui fallut prendre une décision. Et vite. La laisser partir sous-entendait perdre l’unique espoir de mettre un jour la main sur un début de réponse. Sur Megara. Cette possibilité n’était pas envisageable. Quelques enjambées plus tard, il retrouva sa trace et se mit à sa hauteur. Des bottes martelant avec vigueur le sol dont la présence des flaques dues à la pluie amoindrissait la discrétion des pas vinrent chatouiller l’ouïe à l’affût du Hellraiser. « Ces hommes sont après toi c’est ça ? Le cadavre dans la ruelle doit être ton œuvre. J’ignore comment tu as fait, ce que tu lui as fait, ni même la raison qui t’a poussé à le faire. Mais tu sais quoi ? Je n’en ai rien à foutre. Clairement. Mais la fuite n’est pas une option. Ils vont te traquer jusqu’au bout de la nuit. » Sans raison apparente, Helios arrêta de marcher. « Je suis désolé de te l’apprendre et je n’ai pas le temps de t’expliquer mais… Tu vas devoir me faire confiance. » Pour ne pas lui laisser le temps d’assimiler ses paroles, il emprisonna sa nuque avec force tout en ramenant derrière elle ses bras afin d’entraver le moindre de ses mouvements. Mauvaise actrice, autant laisser le doute la faire paniquer plutôt que de prendre le risque de perdre du temps à palabrer sur un plan.

Comme l’ingénieur s’y attendait, le groupe de trois hommes n’avait pas tarder à retrouver leurs traces. Il fallait agir vite. Vite, et bien. Au beau milieu de la rue déserte, les deux camps se jaugeaient à un bon mètre de distance. L’un d’eux se détacha du groupe. « Deux choix possibles s’offrent à toi bonhomme. Le premier, et le plus intelligent, c’est de relâcher cette femme pour qu’on puisse discuter calmement. Le second, c’est que l’un de mes compères derrière moi te loge une balle entre les deux yeux pour le cadavre que t’as déjà laissé derrière toi. N’aggrave pas ton cas mon grand, fais pas l’con. » L’eau se déversait sans discontinuer sur eux. La tension montait d’un cran. Ils avaient déjà positionné leurs mains sur le fourreau de leurs armes. Volontairement, Helios s’était mis en avant pour que ces demeurés ne puissent envisager que le meurtrier se trouvait être en réalité… Une meurtrière. « Tu te souviens de ce que je t’ai dit… Fais-moi confiance. Tu dois attiser la peur en leur cœur… J’en ai… Besoin. » Nourrir le démon. Le gaver à en perdre l’esprit… Et signer l’arrêt de mort des trois gugusses tout vêtu de noir.
Made by Neon Demon
[/color][/color][/color][/color]
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 493
↳ Points : 139
↳ Date d'inscription : 31/03/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Astrophysicienne récemment recrutée par le Gouvernement
↳ Opinion Politique : Elle en aurait rien à faire s'il ne la faisait pas chanter
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : It's like screaming no one can hear
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : Lightblue



Feuille de perso
↳ Copyright: Ellaenys
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Such a weirdo | Helios   Jeu 8 Sep - 11:42

Such a weirdo

Helios&Seraphina


Prise au dépourvu. Voilà ce qu’était Seraphina. Elle avait passé une salle journée et n’avait qu’une envie : rentrer chez elle retrouver son chat. Car lui au moins ne posait pas de questions, ne lui hurlait pas dessus lorsqu’elle disait des vérités, contrairement à cet inconnu qui sembla s’agiter à l’annonce de la mort de Megara. Seraphina le regarda, incrédule. Est-ce que ce fou pensait réellement tomber sur sa grand-mère ? Ou était-il en pleine crise de démence ? La jeune femme aurait presque éclaté de rire, elle était prête à venir lui taper sur l’épaule et à le féliciter pour sa comédie mais elle ne fit rien. Toute fois son envie disparut lorsque l’étranger se mit à rire. Deux secondes plus tôt il semblait au bord des larmes comme ci le monde venait de s’effondrer. Et maintenant il riait.  Visiblement la proposition de Seraphina l’avait offensé. Les yeux clairs de la jeune femme l’observaient avec curiosité. Elle entrouvrit ses lèvres, prête à rétorquer une réplique sanglante dont elle seule avait le secret. Après tout pour qui se prenait-il ce vagabond ? Il lui faisait perdre son temps. Et ses problèmes elle n’en avait strictement rien à faire. La vérité était qu’elle était vexée comme un poux. Pour une fois dans sa vie, Seraphina proposait de l’aide et cet insolent lui riait au nez. Il n’avait qu’à aller se faire pendre. La blonde ferma néanmoins la bouche et garda le silence. Le dément venait de se rapprocher d’elle. Stoïque, la daybreaker attendit. Elle était triste certes, chamboulée par sa journée mais elle n’en restait pas moins un être cruel et meurtrier. C’était incroyable. L’homme venait de poser son pouce contre ses lèvres. L’étonnement empêcha Seraphina de faire quoique ce soit. A qui ressemblait-elle ? A sa grand-mère ? Cet homme croyait réellement avoir connu Megara ? Mais quel âge avait-il ? Visiblement la maladie avait déjà bien infecté son être. D’un geste vif mais doux, la blonde éloigna la main de l’homme et claqua sa langue contre son palais en signe d’agacement.

« Déjà on ne touche pas les inconnus, ta mère ne te l’a jamais dit ? Ensuite je ne sais pas ce qui te pousse à être obsédé par ma grand-mère mais elle est morte… Et puis je pensais que tu n’avais pas besoin d’aide il faudrait savoir. » dit-elle en essayant de ne pas s’emporter.

Si cet homme était vraiment fou (et il semblait l’être) il était inutile de s’énerver contre lui. Seraphina se doutait bien qu’il devait être en plein délire pour penser que la Megara qu’il cherchait avait quelconque lien avec sa grand-mère à elle… C’était impossible. Le débat fut interrompu par les voix lointaines des shadowhunters. Seraphina écouta à peine l’homme qui lui disait de se calmer. Que ce n’était pas bon pour lui. Etait-elle censée en avoir quelque chose à faire ? Sincèrement ? Elle ne l’avait pas attendu pour fuir en tout cas. Elle espérait secrètement être débarrassée de ce fou, ainsi la fuite serait sûrement plus simple. Quelle réaction pouvait avoir ce genre d’individu dans des situations de crise ? Malheureusement quelques bruits de pas plus tard, l’inconnu revint à la charge. Il marchait désormais à côté d’elle. Il reparla du cadavre, la jeune femme était prête à nier en bloc mais il lui annonça qu’il n’en avait rien à faire, qu’elle allait devoir lui faire confiance. Et soudain l’homme cessa de marcher. Seraphina avait vraiment l’air agacée par un tel comportement. Subitement elle se retrouva prisonnière. L’homme fit mine de l’agresser. La jeune femme s’agita un peu, ne comprenant pas tout de suite le but de la manœuvre. Jusqu’à ce que les autres arrivent. Tout d’un coup les yeux clairs de Seraphina s’illuminèrent un peu plus. Peut-être que ce type était fou mais il était loin d’être bête.

Le plus grand des shadowshunters prit la parole. Soit l’inconnu la relâchait, soit il serait tué. Seraphina aurait voulu évité de risquer sa peau. Alors elle n’eut d’autres choix que de faire ce que l’étranger lui disait. « Je vous en prie aidez-moi il va m’tuer. Cet homme est fou… J’ai vu ce qu’il a fait. Aidez-moi je vous en supplie. » pleurnicha-t-elle en faisant couler sans mal de nouvelles larmes contre ses joues. Bien que la pluie les masquât partiellement, on voyait bien que Seraphina était en détresse. A vrai dire il lui avait simplement suffit de repenser à son bureau complètement dévasté et le tour était joué. Visiblement convaincus, les shadowhunters sortirent leur arme et s’approchèrent un peu plus. « Dernier avertissement, fais pas l’malin. » dit celui qui était visiblement le chef des opérations.

_________________


« Double Je »
Throw on your break lights, we're in the city of wonder. Ain't gonna play nice, watch out, you might just go under. Better think twice,
your train of thought will be altered, so if you must faulter be wise. Your mind's in disturbia. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Such a weirdo | Helios

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-