AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 this is gonna hurt (Ambre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 976
↳ Points : 664
↳ Date d'inscription : 01/07/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau max en tâches et théorie du complot
↳ Playlist : Woodkid - Run Boy Run ; C!NCC - Bipolar Mind ; The Used - The Bird and The Worm ; Enter Shikari - Destabilise ; ADTR - Paranoia ; Eddie Vedder - Society
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna + (she)wolf
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: this is gonna hurt (Ambre)   Ven 19 Aoû - 14:26


Everybod'ys getting numb
Everybody's on the run
This is gonna hurt.


La méfiance était de plus en plus accrue. Vaas s'en rendait compte à chaque rencontre, même si elle était anodine comme celle-ci. Bien que non sans risque. Les dernières nouvelles ne présageaient rien de bon. Lorsque Vaas eut connaissance de l'existence de ces nouvelles drogues qui sont apparus sur le marché, il fut dubitatif. Il ne se sentait pas concerné, ne voulant posséder aucun « don » particulier, ni se débarrasser de quoique ce soit, n'ayant lui-même aucun pouvoir. Ces vaccins ne lui inspiraient aucune confiance. Et pourtant, certains personnes s'y précipitaient. Malgré le fait que des rumeurs commençaient à circuler sur leurs effets douteux sur le long terme. Cela n'arrêtait pas les plus décidés. L'ouvrier mentirait s'il disait que l'idée ne lui avait pas effleuré l'esprit. Mais une image lui revenait insatiablement en tête dès lors. Sa génitrice, souffrant, tremblant de tous ses membres, devenu juste bon pour survire, ne ressemblant presque plus à un être vivant, à cause de toutes les sortes de médicaments qu'elle a pu ingérer pour soi-disant guérir de ce qui la rongeait. Du même mal qui le rongeait. Il ne voulait pas devenir cette même image de sa mère recroquevillé sur elle-même à parler sans que ses paroles n'aient de sens pour quiconque. Vaas avait ses propres moyens pour oublier ce qu'il était. La plupart du temps, il préférait encaisser, quitte à y passer. Avec le Gouvernement, c'était le domaine médical, et surtout leurs produits, sous forme de cachets et injectés par intraveineuse, qui lui inspirait le moins de confiance. Ce soir-là, il avait croisé plus d'une personne à la recherche de ses fameux vaccins. Il reconnaissait quelques passeurs qui étaient habituellement vendeur de drogue à l'ancienne. Ils se reconvertissaient, oubliant les anciens plaisirs pour se consacrer à ce nouveau phénomène surgit de nulle part, dont tout le monde évitait consciencieusement d'en parler en public.  

Le moyen de Milligan pour oublier, c'était l'inhalation. La cigarette n'était pas encore totalement prohibé, ce qui était une chance si l'on considérait l'état actuel du Gouvernement. Certains politiciens devaient être beaucoup trop dépendant de cette saleté, encore plus que l'ouvrier. Ce n'était qu'un simple échange, Vaas en avait l'habitude. Il se débrouillait pour économiser assez pour se payer sa dose de clope un peu plus parfumé que d'habitude, aux alentours d'une fois par mois, tous les deux mois s'il était vraiment fauché. Juste quelques grammes d'herbes douces qui le plongeait irrémédiablement dans un bien-être éphémère certes mais source de détente, chose qui lui était pratiquement impossible dans la vie quotidienne. Il était de plus en plus difficile de se procurer des feuilles de bonnes qualités, Vaas en avait pleinement conscience. Mais l'envie de faire taire le Mal qui le bouffait de l'intérieur était plus fort que tout. Bien sûr, il lui était arrivé de tomber sur du produit parfaitement dégueulasse au goût ignoble, c'était le risque de la contrebande durant l'apocalypse. Cependant, avec le temps et la fidélité, il réussissait dorénavant à se procurer des produits acceptables. Avec de la chance. La dépendance à cette drogue en devenait vitale. L'idée d'arrêter ne lui était jamais venu à l'esprit. Si les circonstances venaient à changer, il aviserait. Il préférait ne pas y penser pour l'instant. Il se rendit donc à son point de rendez-vous, qui changeait toutes les semaines. Son fournisseur changeait également à chaque rencontre. Vaas avait l'habitude de revoir une tête qu'il avait déjà aperçu lors d'une échange à l'occasion, comme cette nuit, cet homme filiforme à la barbe fournie. Aucune parole n'était nécessaire, ils se contentaient de se croiser, lui sortant le produit d'une poche intérieure de sa veste, Vaas sortant quant à lui une petite liasse de billet de la poche de son jean. En un instant, Vaas se retrouvait avec son fidèle tabac qu'il rangea immédiatement dans la poche intérieure de sa veste, et continua sa route dans les rues sombres du quartier nord sans aucun mot. Vivre dans les alentours avaient ses avantages, si l'on était insensible comme lui à la crasse et à l'odeur de moisissure constante. Il n'était pas encore minuit, quelques rares personnes marchaient encore dans les rues sans s'arrêter voir même montrer leur visage.

A dire vrai, Vaas avait sans arrêt l'impression qu'une paire d'yeux l'observait. Un regard venant du ciel peut-être, qui le jugeait pour ses actes. Ou était-ce un regard venant d'une de ces fenêtres brisées appartenant aux immeubles délabrés qui paraissaient abandonnés mais qui regorgeaient de squatteurs aussi bien humains qu'animal. Ce soir n'échappait pas à la règle. Comme à son habitude, il essaya de passer outre ses pensées qui le dérangeait et ne faisait qu’accroître sa paranoïa. Cependant, c'est en refoulant ses envies de simplement jeter un œil par-dessus son épaule que cette envie ne faisait que devenir de plus en plus obsédante. Il n'avait jamais eu de problème jusque là en empruntant ce chemin qui le menait jusqu'à chez lui, après plusieurs virages et quelques passages par des escaliers d'un pâté de maison à un autre. Vaas s'arrêta quelques secondes. S'adossant contre le mur, sa tête redressé, il passa son regard de droite à gauche. Quelques pèlerins étaient visible au loin, sans qu'il ne présente aucun danger apparent. Il sortit quelques feuilles de tabac, le paquet toujours engouffré dans sa poche. De son autre poche à l'extérieure, il sortit une feuille de papier à rouler dans laquelle il posa l'herbe qu'il enroula précautionneusement. Une fois à la bouche, il chercha son paquet d'allumette qu'il trouva aussitôt afin d'allumer son péché sur ses lèvres.  « Eh merde. » Le goût n'allait en rien l'aider. Il ne s'agissait que du tabac ordinaire, un peu fort il était vrai, mais en rien spécial.  « Le connard... » Il expira à pleine bouche, regarda une dernière fois autour de lui avant de reprendre sa route. Vaas saurait bien où le trouver afin d'avoir une petite discussion avec lui à l'avenir. En attendant, il garderait le paquet en sûreté.

Il tourna rapidement sur une ruelle qui donna directement à son appartement. C'est alors qu'un bruit sec le fit retourner si vite qu'il faillit en perdre la cigarette encore à ses lèvres. Il la prit entre son pouce et son index, comme si ce geste l'aidait à mieux voir dans l'obscurité si quelqu'un le suivait ou si ce bruit n'était que le fruit de son imagination malade. Ce silence inhabituel le pesait. Prit par un désagréable frisson, il fit demi-tour et pressa le pas. Tous les chemins menaient à Rome, il savait quelles étaient les autres ruelles prendre pour rentrer chez lui. Même s'il n'était pas certain que rentrer maintenant était le meilleur des choix. Sa tête lui disait de trouver un refuge pendant quelques minutes, afin d'échapper à cette sensation de regard sur lui permanent. Son cœur lui disait de courir droit devant lui et de s'enfermer à double tour. Il se contenta d'encore une fois presser le pas, ne sachant plus vraiment où ses pas le menaient. Il ne voyait pas l'ombre surgir sur lui.

_________________
COMMEDIA DELL'ARTE DELL'INFERNO
Dans un monde sans lumière s'avance l'armée des ombres. Secte au culte lunaire, marionnette, quelle est ton ombre ? Le bon sens est mis en quarantaine, où est passée la vérité ? Moyen-âge des temps modernes, bienvenue dans un monde dépassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2888-fell-down-a-hole

Féminin
↳ Nombre de messages : 413
↳ Points : 552
↳ Date d'inscription : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



Feuille de perso
↳ Copyright: Morphine
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: this is gonna hurt (Ambre)   Dim 21 Aoû - 14:46


Everybod'ys getting numb
Everybody's on the run
This is gonna hurt.


Sa dernière mission s’était finalement passée sans trop d’encombres. Si on prenait en compte qu’elle était accompagnée de quelqu’un qu’elle considérait comme un novice, aussi entraînée et vieux soit-il. C’était le problème avec elle. La jeune fille avait toujours du mal à prendre au sérieux ses collègues. Sans forcément de méchanceté. Elle les considérait plus comme un poids qu’autre chose puisqu’elle était capable de faire toute sorte de plans rapidement. S’il n’y avait pas d’inconnus dans la réflexion. Et chaque personne intervenant durant une mission était une inconnue de plus. Sauf qu’au bout d’un moment, son cerveau ne pouvait plus supplanter. Elle restait humaine après tout. Au bout de trois, quatre, ou cinq inconnues, il mettait en place des millions de probabilités. Et il était impossible de toutes les prendre en compte. A moins qu’avoir un super-pouvoir. Qu’Ambre ne possédait pas. Encore heureux, elle voyait suffisamment de désastres et d’horreurs à cause de cela pour en vouloir un elle-même. Elle se contentait de ce qu’elle avait déjà. Et c’était suffisant pour ce qu’elle faisait. Shadowhunter était un métier dangereux mais où le risque d’être poignardée dans le dos restait assez faible. Puisque le Gouvernement faisait bien attention à qui rentrait.

Enfin, elle avait expédié son rapport quelques heures après être rentrée. Synthétique, bref, compréhensible par tous. Car cette fois-ci une copie devrait être transmise au département informatique aussi, même si la jeune fille ne doutait pas que Jackson devrait se coller à la tâche aussi. En parlant de lui, elle ne savait toujours pas comment le voir. Si elle devait l’apprécier ou non. Bon, il y avait peut-être peu de chances qu’elle le recroise. Mais, étrangement, elle ne parvenait pas à s’enlever cette question de son esprit. Enfin, Ambre savait que si un tel jour arrivait, elle se comporterait de la même façon que d’habitude. C’est-à-dire en gardant le même air froid, en copiant par moment les réactions pour être un peu plus « normale » et puis c’est tout. Se poser des questions ne servait malheureusement pas à grand-chose dans son cas. Tant qu’elle n’aurait pas appris ce qu’étaient les sentiments et la façon dont elle pouvait les gérer, qu’ils n’étaient pas entièrement mauvais, enfin, pas autant qu’on lui avait appris en tout cas. Bref, elle allait avoir du boulot si elle voulait y parvenir. Un jour.

Quoi qu’il en soit, elle avait autre chose à faire en cette magnifique soirée. Une petite balade dans les quartiers pas forcément très sympas de la ville. A cause d’un homme qu’elle voyait très souvent déambulé dans les ruelles à une heure où normalement, la population dormait. Au fur et à mesure, Ambre était venue à en penser que quelque chose clochait. Qu’il était tout sauf un simple membre de la populace. Bon, la jeune fille voyait toujours le pire et le mauvais quelle que soit la situation. Ainsi, elle était rarement surprise quand quelqu’un pétait un câble, l’attaquait ou se jouait d’elle. Alors, elle s’était dit qu’il avait des activités illégales. Dans un quartier aussi mal famé que celui-ci, c’était une possibilité qu’elle examinait de très près. Ce soir, elle était donc bien décidée à lui tomber dessus. Même sans ordre. Ce qui pourrait être dangereux vis-à-vis de sa hiérarchie mais si elle avait raison… Bon, les supérieurs ne diront trop rien, comme à leur habitude. La plupart étaient bien au chaud dans leurs bureaux, ils ne comprendraient pas ce qu’elle ferait.

Elle s’était glissée dans les rues sombres sans prendre la peine de se changer. Elle avait seulement attrapé son épée. Autant être la plus effrayante possible. Avec son visage de poupée et sa petite taille. Eh oui, c’était compliqué dans son travail avec ça… Bref, la jeune fille préférait ne pas y repenser. Pour l’instant, son objectif était de trouver sa cible du jour. L’immobiliser. Et prendre les mesures qui s’imposaient. En essayant de le laisser en vie, dans la limite du possible. Même si le tuer reviendrait à faire beaucoup de grabuge pour pas grand-chose. Et risquer sa place. Oui, elle se contenterait de l’assommer et de le faire parler finalement. Ce serait moins dangereux et nettement plus facile avec les armes qu’elle possédait.

Il lui fallut… Beaucoup plus de temps qu’initialement prévu pour retrouver sa trace. Bordel, ne pouvait-il pas être fiché comme tout le monde ?! Finalement, un peu en désespoir de cause, elle prit le chemin du domicile de la pauvre victime. Et le croisa en chemin. Le hasard le plus total. Ou plutôt un peu de réussite pour la jeune fille. Elle posa son regard sur la silhouette qui s’éloignait à présent et se glissa à sa suite. En faisant attention au moindre mouvement suspect, même si sa tenue noire lui permettait dans l’ensemble de passer plus ou moins inaperçue. Elle put ainsi esquiver un arrêt un peu brutal. Puisqu’Ambre n’était pas la discrétion absolue et le fixait de façon presque malsaine. Enfin, il finit par allumer une cigarette et reprendre son chemin. Et la tueuse le suivit comme une ombre. Tout en imprimant le chemin dans son esprit, au cas où un repli stratégique était à imaginer. Jusque-là, tout se passait bien. C’était bien trop beau. Et elle s’en rendit compte quand sa cible tourna au coin d’une rue. Et qu’on l’accosta par derrière. Un homme, plutôt jeune, visiblement en manque de sexe. Grand mal lui prit puisqu’Ambre lui enfonça le crâne sur le rebord d’une fenêtre du bâtiment à côté d’elle. Un bruit sourd retentit. LA DISCRETION BORDEL ! Ce n’était pas si compliqué que cela ! Elle serra les dents et écouta le silence qui s’était installé.

Puis des bruits de pas légèrement plus rapides. Quelqu’un qui pressait le pas. Merde. Ambre ne prit même plus la peine de réfléchir ou d’être discrète. De toute façon, elle voulait appréhender celui qu’elle considérait comme un meurtrier. Heureusement pour elle, elle était bien entraînée et n’avait aucune substance toxique dans les veines ou les poumons, qui pouvaient diminuer ses capacités physiques. La distance fut rapidement engloutie sous ses pas. Et elle sauta, pour atterrir sur sa cible sans lui laisser le temps de réagir. Elle se retrouva au-dessus de lui, tandis qu’il était allongé sur le sol. Elle sortit un de ses poignards et le glissa dans le champ de vision de l’homme. Histoire de faire comprendre qu’elle était capable de rapidement le tuer. Même si ce n’était pas son but premier. Et maintenant, le confondre en accusations et obtenir ce qu’elle souhaitait.

« Ceux qui fuient ont souvent des choses à se reprocher. »

La froideur habituelle dans son ton. Ambre devait être le genre de personnes qui pouvait vous faire haïr le Gouvernement ou au moins les shadowhunters. Qui n’étaient déjà pas bien vus par la population, certes ! Autant en rajouter une couche, même si la jeune fille n’allait pas forcément dévoiler son identité. Elle pouvait être tout et n’importe quoi avec une telle phrase d’introduction. Une tueuse, une associée d’un adversaire. Une simple policière. Pas forcément faire partie des services les plus sanguinaires de la Nation voyons.

« J’aurai besoin de ton identité. »


Elle l’avait tourné comme un genre de questions. Alors qu’il n’avait pas trop le choix. Elle aurait sa réponse quoi qu’il en soit. Mieux valait qu’il s’en rende compte.




HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 976
↳ Points : 664
↳ Date d'inscription : 01/07/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau max en tâches et théorie du complot
↳ Playlist : Woodkid - Run Boy Run ; C!NCC - Bipolar Mind ; The Used - The Bird and The Worm ; Enter Shikari - Destabilise ; ADTR - Paranoia ; Eddie Vedder - Society
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna + (she)wolf
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: this is gonna hurt (Ambre)   Ven 26 Aoû - 11:43



Vaas n'avait rien vu venir. De ce fait, rien ne le préparait à la masse corporelle qui venait d'atterrir de tout son poids sur lui. Allongé sur le sol, démuni, il n'eut pas le temps de réagir à ce qu'il se passait. Instinctivement, il essaya de se dégager de l'étreinte forcée dont il était la victime. Avant même de poser les yeux sur son attaquant, il brandit un de ses poings en direction de ce qu'il pensait être la tête de la personne. C'est alors que son regard se posa sur son bourreau avant de commettre l'irréparable. Une jeune femme au visage rond mais qui possédait un air assuré et meurtrier qui fut froncer les sourcils de l'ouvrier d'ahurissement. Il reconnut immédiatement l'uniforme des shadowhunters qu'elle portait. Son poing s'arrêta à quelque centimètre de son visage, l'effleurant un peu trop brutalement. C'est alors que ses yeux furent attirés le poignard qu'elle sortait en guise de menace « Wowowow ! » Il leva les mains en signe de capitulation. Autrement, la jeune femme la tenait bien trop fermement pour qu'il puisse bouger autre chose que sa tête. Elle déblatéra ensuite quelque chose mais Vaas était bien trop subjugué par la menace évidente de l'arme blanche. « Hein ? » La situation était complètement invraisemblable du point de vue de Milligan. Il savait que l'environnement et la situation actuelle mondiale était celle d'une apocalypse irréversible et que le gouvernement était celui qu'il considérait comme étant un régime totalitaire, mais le fait d'être encore étonné par ce qui pouvait lui arriver le déstabilisa. « J'fuis pas putain ! J'allais...» Le visage de son assaillante lui donnait un air si jeune et à la limite de la pureté. Si bien qu'en ayant choisi de travailler pour le gouvernement, ce même visage se transformait immédiatement en celui d'une femme sans merci et cruelle.  Surtout que le ton qu'elle employait était tout sauf amical. Il était froid et rigide. Imperturbable comme ses penchants pour littéralement sauter sur des inconnus manifestement. « J'allais juste rentrer chez moi ! C'est quoi ces menaces putain ? » Il montra du doigt la lame qui brillait entre les mains de la jeune femme, désignant ladite menace sous la forme de cette arme blanche aiguisée et prête à frapper.
Très vite, Vaas essaya de déterminer pourquoi un agent du gouvernement lui tomberait dessus au sens propre du terme. Était-elle seulement autoriser à faire ça ? Il n'en avait pas la moindre idée mais cela ne l'étonnerait à peine si c'était le cas. La population vivait dans la crainte et la haine de ces agents de l'ombre, embauchés pour la « sécurité » qu'ils disaient. Une sécurité payé au-delà du convenable, alors qu'ils étaient tous logés à la même enseigne. Car ils étaient tous condamnés à cette vie entre des murs, sous l'angoisse permanente des zombies à l'extérieur. Tout était surfait dorénavant, même le semblant de sécurité que le gouvernement imposait.

Elle lui demanda son identité en le tutoyant ce qui le déstabilisa un peu. Essayait-elle de le mettre en position de confiance pour mieux le poignarder dans le dos une fois qu'il sera retourné ? Le regard de Vaas passait alternativement entre les yeux de la jeune femme et le poignard qu'elle brandissait comme étant son fidèle compagnon. « Pourquoi ? C'est toi qui a sauté sur moi, merde... T'es qui ? » Vaas n'avait aucune confiance dans les membres du gouvernement. Il n'avait -pour ce soir là- rien à se reprocher. Et le fait qu'une jeune femme lui saute dessus à l'improviste était loin d'être un projet qu'il espérait se réaliser. Soudainement, Vaas se sentit un tantinet soulagé en pensant que son échange avec son fournisseur habituel n'ait pas été une totale réussite. Elle ne trouverait rien sur lui de compromettant, à part un gros sachet de tabac étonnement rempli il était vrai. Milligan fumait beaucoup, cela devait être génétique. Ou psychique. « Tu fais partie d'la garde, hein ? » Il désigna son uniforme d'un signe du la tête en sa direction. Peut-être paraissait-elle plus jeune que son âge. Ou qu'elle était une de ses filles à papa dont toute la famille faisait partie des membres du gouvernement et la servait fidèlement. Le piston fonctionnait encore plus maintenant que la fin du monde avait frappé. Peu importait à dire vrai. Vaas pressentait néanmoins que s'il forçait un peu sur ses muscles, il aurait la possibilité de renverser la jeune femme et de se libérer de cette position désagréable et humiliante. Cependant, la menace de son poignard brandissant et prêt à rougir de son sang le retenait de toute agression physique. Il avait la sensation qu'elle n'hésiterait à aucun moment à l'utiliser.

« Eh puis merde, j'te répondrai pas tant qu'tu m'a dis pourquoi tu m'sautes dessus comme si j'étais.... j'en sais rien putain... » Aucun exemple pertinent ne lui venait à l'esprit dans l'état actuel des choses. Il se contenta de laisser tomber sa tête mollement sur le sol de manière désabusée. Vaas ne s'attendait pas à tomber sur une shadowhunter complètement maniaque, même si à y réfléchir, il aurait dû s'en douter justement. Les rues n'étaient plus sûr, il était pourtant bien placé pour le savoir.
Cependant, après avoir prononcé ces volontés -qu'il espérait ne pas être ces dernières paroles-, il n'était plus certain que parler avec un ton d'importun rebelle allait l'aider à se libérer de cette situation. Son regard retomba sur le poignard qu'elle brandissait. Encore une fois, il hésita à lui empoigner la main afin de la déstabiliser. Néanmoins, le regard que lui offrait la grande blonde ne le rassurait pas et le convint étrangement de s'abstenir de toute acte de force. Il essaya de se rattraper tant bien que mal en tentant de renverser la situation. « Est-c'que c'est légal au moins ? Même posée avec les yeux exorbités d'incompréhension, sa question était dîtes de la manière la plus sincère qu'il pouvait. Vaas se doutait que les shadowhunters pouvaient se permettre à peu près n'importe quoi dans la mesure du possible. Mais attaquer les honnêtes citoyens alors que ceux-ci ne souhaitaient qu'une vie d'amour et d'eau fraiche n'était pas dans le domaine du respect. Même pour les membres du gouvernement censés dirigé ces mêmes honnêtes citoyens.

Spoiler:
 

_________________
COMMEDIA DELL'ARTE DELL'INFERNO
Dans un monde sans lumière s'avance l'armée des ombres. Secte au culte lunaire, marionnette, quelle est ton ombre ? Le bon sens est mis en quarantaine, où est passée la vérité ? Moyen-âge des temps modernes, bienvenue dans un monde dépassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2888-fell-down-a-hole

Féminin
↳ Nombre de messages : 413
↳ Points : 552
↳ Date d'inscription : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



Feuille de perso
↳ Copyright: Morphine
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: this is gonna hurt (Ambre)   Mar 30 Aoû - 1:08


Everybod'ys getting numb
Everybody's on the run
This is gonna hurt.


Ambre n'avait pas prêté attention au poing qui lui avait dangereusement effleuré la mâchoire. Oh, non pas qu'elle n'avait pas senti la douleur et l'os se disloquer sous l'impact – elle n'était pas encore dépourvu de sensations physiques –, mais surtout qu'elle s'en moquait pas mal. Finalement, la souffrance était un moyen de se rendre compte qu'il lui restait encore quelque chose, au-delà de n'être qu'une simple enveloppe charnelle manipulée par une entité mystérieuse. Et aussi, chose non négligeable, cela lui aurait offert une raison de répliquer. Et, par expérience, elle savait qu'un coup de poignard bien placé avait souvent un effet franchement calmant sur la plupart des suspects. Et obtenir des aveux était nettement plus simple par la suite. Malheureusement, dans le cas présent, il s'était arrêté à temps et avait fini par se laisser retomber sur le dos. Comme quoi, pour certains, rien que voir une arme blanche suffisait à les calmer. Et, étrangement, il ne tenta même pas de faire le moindre geste pour se dégager. Certes, elle le tenait fermement mais il possédait une force physique supérieure à la sienne. Enfin, les citoyens de la ville l'étonneront toujours.

Et il lui répondit sur un ton... Qu'elle aurait bien envie de qualifier de furieux ou d'agacé mais elle n'en était pas sûre. Alors, la jeune fille enfonça ses yeux vairons dans les siens. Sans ajouter un seul mot pour le moment. Il avait besoin de vider son cœur le pauvre petit chou. Bon, Ambre se doutait que si un autre shadowhunter passait par là, elle allait rapidement déchanter et devoir rentrer. Et se prendre le savon du siècle pour avoir agi sans en informer ses supérieurs. Mais ça... Elle n'y avait pas prêté attention à vrai dire. Elle en avait conscience, elle l'avait pris en compte dans son cerveau mais en réalité, cela ne lui faisait pas peur. Même si rien ne lui faisait peur. Et c'était là le danger. Elle pouvait très facilement... Déroger. Avoir un comportement suicidaire. Ou juste stupide. Elle serait capable de pénétrer dans un quartier d'une mafia malgré tous les dangers que cela impliquait. Malgré l'arrêt de mort qu'elle se signait à ce moment-là. Et c'était ce qu'on lui reprochait le plus. Ne pas considérer sa vie. Ou celle de ceux l'entourant. Raison pour laquelle elle n'aurait jamais un poste à responsabilités, du style de coordination d'hommes. Elle les enverrait à la mort sans ressentir le moindre remords. Ou la trouille de subir le même sort.

La garde. Elle pencha légèrement la tête sur le côté, affichant un air intrigué. Alors c'était ainsi qu'il fallait qu'elle se désigne aussi... Un énième nom pour son métier. Finalement, tout le monde les haïssait. Ambre s'en était rendue compte depuis bien longtemps. A la peur que la simple vue de l'uniforme impliquait. Au sang qu'elle avait sur les mains. Et pourtant, elle ne s'en plaignait pas. .La jeune fille préférait très nettement inspirée une frayeur, une haine, un rejet plutôt que de n'être qu'une faible dont on peut s'amuser. Aux dépends de laquelle on pouvait s'amuser. Elle n'était pas foncièrement mauvaise, elle ne faisait pas le mal pour le mal. Elle le faisait parce qu'au fond, elle s'en fichait pas mal, et que personne ne lui avait donné une raison de faire autrement. Conditionner pour être un monstre. Point. Bon, sinon, sa cible faisait un peu des siennes. Il ne voulait pas répondre tant qu'il ne saurait pas le pourquoi du comment. Eh ben tiens, depuis quand devait-elle se justifier ? Le regard de la tueuse se durcit un peu plus, tandis qu'un sourire pur se dessiner sur ses lèvres. Un magnifique contraste qui montrait que se méfier des apparences était la base de la survie en ce moment apocalyptique. Quant à la légalité... Oh, elle espérait que c'était une question dont il conaissait déjà la réponse. A moins qu'il fasse partie de ses ingénus de la population. Auquel cas, elle s'était trompée de cible. Et bordel que ce serait mauvais.

Soudainement, elle se remit à bouger et son poignard se plaça juste à côté de l'oreille de sa victime. Malheureusement, elle ne pouvait pas l'enfoncer dans le béton. Enfin, c'était juste histoire de montrer qu'elle était toujours en vie. Son visage était redevenu de marbre, de même que son regard. A croire que la jeune fille était experte pour brouiller les pistes. Et ne pas montrer ce qu'elle ressentait. Si elle ressentait quelque chose.

« Il n'y a aucune loi qui dise le contraire. Donc, cela doit être autorisé, non ? »

Elle le détaillait avec attention. Evidemment, elle cherchait une preuve de sa culpabilité, aussi minuscule soit-elle. Juste pour se prouver qu'elle n'avait pas tort. Et rentrer chez elle piquer un somme. Ou aller boire un verre. Car, comme beaucoup d'autres, elle continuait de fricoter avec les affaires plus illégales que légales. Après tout, même certains membres du Gouvernement jouaient du « mauvais côté », si tant soit peu qu'il existe encore. Enfin, ça, peu était réellement au courant. Ils savaient se cacher, effacer leurs traces. Et c'était bien plus simple lorsque vous contrôliez ceux qui étaient supposés vous traquer. Ah, la magie du pouvoir... Et de l'argent. On peut acheter et manipuler beaucoup de choses et de personnes ainsi.

« Madly. Et oui, je dois faire partie de la Garde comme tu le dis si bien. Même s'il me semble déceler un certain... Agacement ou ressenti dans cette expression. »

Son ton était resté glacial. Oh, en soit, se faire désigner ainsi n'avait rien de dérangeant pour elle. C'était plus par « principe » et « pour faire comme si ». Normalement, les gens n'aimaient pas se prendre des remarques qui pouvaient être considérées comme désobligeantes. Pas Ambre. Néanmoins, comme elle ne voulait pas être cerner à la perfection en quelques minutes, elle préférait enfiler des rôles, jouer au fur et à mesure, en changer en plein milieu de représentation. Pour perdre le spectateur. Pour, finalement, lui offrir une raison de plus de la détester, de la haïr, de vouloir la noyer dans la boue. La détruire. Mettre fin à sa vie de façon soudaine et brutale.

« Quant à ce j'ai fait... Je t'observe depuis de nombreux jours. Ou plutôt nuits. Les allers-retours. Dans des quartiers pas franchement connus pour leur honnêteté. Et surtout sur des chemins empruntés par les résistants et mafias. Cela fait beaucoup de choix suspects. »

Le sourire adopté en fin de phrase aurait pu être purement amical. Si la jeune fille n'était pas une tueuse et une membre du Gouvernement « en mission ». Après, c'était tout ce qu'elle voulait. Ce lien avec une résistance quelconque. Le reste, elle s'en battait les couilles. Clairement, elle pourrait trouver de la drogue sur lui dans les minutes qui suivraient qu'elle s'en battrait complètement les couilles. Cela ne l'intéressait pas. Ce n'était pas son domaine. Et puis, dans ces cas-là, elle se contenterait d'embarquer la marchandise et de partir comme si rien ne s'était passé. Enfin, pour le moment, Ambre l'observait avec une attention toute particulière, prête à interpréter la moindre de ses hésitations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 976
↳ Points : 664
↳ Date d'inscription : 01/07/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau max en tâches et théorie du complot
↳ Playlist : Woodkid - Run Boy Run ; C!NCC - Bipolar Mind ; The Used - The Bird and The Worm ; Enter Shikari - Destabilise ; ADTR - Paranoia ; Eddie Vedder - Society
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna + (she)wolf
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: this is gonna hurt (Ambre)   Lun 12 Sep - 0:15



Se retrouver dans une situation qui le dépassait comme celle-ci agaçait Vaas au point qu'une once de colère commençait doucement à naître. Il n'aurait peut-être pas dû retenir le coup qu'il avait porté. Car la jeune femme ne semblait pas vouloir mettre un terme au charmant tête à tête qu'elle avait débuté. Subitement, un étrange sourire que Vaas qualifia de malsain en son fort intérieur apparut sur son visage angélique. Bien que ses lèvres furent étirées d'une oreille à l'autre, Vaas se sentit tout sauf à l'aise face à ce visage. Très loin d'être en confiance, il s'attendait à ce qu'elle envoie un signal ou un top départ qui ferait apparaître soudainement des renforts qui aggraverait sa situation. Il n'en était rien pour le moment. Or, ce sourire fut presque aussitôt remplacé par un visage glacial qui eut l'effet escompté, en l’occurrence refroidir comme il le fallait le jeune Milligan.

Il n'y avait certes aucune loi qui interdisait la menace d'autrui avec une arme blanche, sauf peut-être celle de la morale. Mais en ces temps d'apocalypse, la morale se limitait aux règles basiques de la survie et du chacun pour soi. C'était en tout cas ce que la jeune femme semblait vouloir lui faire comprendre. Comme elle lui faisait comprendre qu'elle faisait bien partie de la garde. Ou peut-être se faisait-elle passer pour quelqu'un de plus important qu'elle ne l'était ? La corruption d'identité, surtout lorsqu'il s'agissait de faire partie du la garde spéciale du gouvernement, n'était pas sans conséquence. Pour Vaas, elle semblait beaucoup trop sûre d'elle pour être parfaitement en règle. Se trouver un uniforme des shadowhunters n'était pas si compliqué si on savait où aller. Peut-être voulait-elle simplement le dépouiller mais avec style ? L'ouvrier n'en était plus à ça près, il ne serait plus étonné d'apprendre que ce genre de vol à l'arraché se faisait dorénavant. De ce fait, il n'était pas sur de la réponse la plus approprié face à l'agacement qu'elle disait ressentir dans le ton que Vaas avait employé à l'idée qu'elle faisait partie des membres du gouvernement. « Bah ouais qu'jsuis agacé putain, une meuf me saute dessus sortie d'nulle part ! » Il détourna du mieux qu'il le pouvait la situation, même s'il se doutait que sa tentative pour se faire passer pour la victime ne risquait pas de faire long feu avec une femme au comportement agressif.

Cependant, son intérêt semblait être ailleurs. Elle avoua alors l'avoir observé pendant plusieurs nuits faire des aller-retours dans ce qu'elle appelait des « chemins empruntés par des résistants et mafias. » Face à cette réaction, Vaas l'observa comme l'inconnue aux dires absurdes qu'elle était. Il fit retomber sa tête en levant les yeux au ciel et l'arrière de son crâne cogna le béton du trottoir ce qui lui valu un léger « Aie ! Puuutain... » d'agacement dû à la douleur. Elle n'avait pas tord à dire vrai. Il était vrai que Vaas avait l'habitude de côtoyer les quartiers où quelques résistants avaient l'habitude de se croiser. Mais il déambulait tout aussi bien dans des rues où la notoriété était beaucoup plus respectable et totalement neutre. Vaas avait ce pouvoir de se fondre dans la masse très facilement. Son métier l'aidait beaucoup par ailleurs, le domaine du bâtiment et des travaux publics avait sans arrêt besoin de main d’œuvre. Il fallait bien des mains pour construire les bâtiments luxueux et marbrés de ces riches ressortissants et représentant du gouvernement tandis que leurs auteurs restaient à moisir dans les bas-fonds des quartiers humides et moisis. Il était vrai que ce genre d'injustice permanente lui donnait envie de vomir ses tripes. D'où ses convictions. D'où son envie de changer ce qu'il reste de ce monde en perdition. Si des gens comme elle n'était pas systématiquement sur leur chemin. A leur sauter dessus. Littéralement.

« C'est complètement con... » Vaas manquait d'argument et surtout de patiente. Une étrange sensation lui prenait l'estomac. C'était la sensation qu'il ressentait lorsque sa patiente atteignait ses limites. Les limites étaient venues assez tôt cette fois-ci, en raison d'une logique de le part de la jeune femme qui le dépassait totalement. Il n'était de ce fait pas étonnant qu'il soit contre le gouvernement se disait-il dans son fort intérieur. Si marcher sur le même trottoir qu'un membre de la mafia pouvait faire soupçonner une personne d'appartenir à cette dîtes mafia, il faudrait peut-être investir dans la construction d'une dizaine de trottoir différent. « En c'moment, j'bosse en face d'la cathédrale Saint Louis, ça fait d'moi un prêtre du coup ? Juste parce que j'passe par certains quartiers pour rentrer chez moi, ça fait d'moi un mafieux ou un résistant, hein ? D'ailleurs, si t'es à m'suivre depuis plusieurs nuits comme tu dis, c'est qu'tu traines dans les mêmes rues qu'moi. Si les rues que j'prends sont aussi malfamées qu'tu dis, pourquoi j'devrais t'croire, hum ? » Vaas n'avait pas quitté le visage de marbre de son attaquante et n'avait pas cligné des yeux une seule fois. Son ton était devenu aussi agressif qu'elle. Il essaya de contenir le bouillonnement de colère qui frémissait en lui. Il en oublia presque l'arme qu'elle avait collé à son oreille jusqu'à ce qu'il sentit la lame glaciale contre sa peau qu'elle appuyait dangereusement. Il s'éloigna du mieux qu'il le pouvait mais ses gestes restaient gravement limités par la prise qu'elle avait sur lui. Ce qui accentua le bouillonnement en lui.

« Et puis merde... » Profitant d'une maladresse ou d'une chance inespérée, il réussit à se libérer un de ses bras suffisamment pour empoigner la main de la grande blonde, celle qui possédait son arme. D'un jeu de jambe alambiqué, Vaas retourna la jeune femme et la positionna sur le dos, se retrouvant ainsi sur elle en dirigeant le poignée de la jeune femme qu'il venait de prendre sous sa gorge. « Tu sais c'que j'trouve suspect ?  Qu'tu prennes un pauv' mec comme moi pour cible alors que les ennemis, ils sont bien loin d'ici. » Les yeux presque exorbités, son visage proche du sien si bien que leur nez se frôlait, il parla d'une voix basse mais saccadé par la colère. Certains diraient qu'une shadowhunter lui tombant dessus par hasard, c'était la faute à « pas de chance. » Or, quand on était dans la peau de Vaas Milligan, le « pas de chance » était quotidien. Et il en avait assez. Et même s'il n'avait rien contre le fait d'être celui qui recevait, il ne trouvait pas désagréable le fait d'être au-dessus afin de dominer.

_________________
COMMEDIA DELL'ARTE DELL'INFERNO
Dans un monde sans lumière s'avance l'armée des ombres. Secte au culte lunaire, marionnette, quelle est ton ombre ? Le bon sens est mis en quarantaine, où est passée la vérité ? Moyen-âge des temps modernes, bienvenue dans un monde dépassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2888-fell-down-a-hole

Féminin
↳ Nombre de messages : 413
↳ Points : 552
↳ Date d'inscription : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



Feuille de perso
↳ Copyright: Morphine
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: this is gonna hurt (Ambre)   Mer 14 Sep - 14:47


Everybod'ys getting numb
Everybody's on the run
This is gonna hurt.


Ambre n'avait pas bougé d'un millimètre en parlant, à part pour bouger la lame étincelante, brillante comme seule menace de sa part. Etrangement, elle s'était attendue à une réaction violente de la part de son interlocuteur. Après tout, il n'était pas normal de se faire sauter dessus au détour d'une ruelle. Et même si la jeune fille faisait cela, elle n'aurait pas apprécié que cela lui arrive dans le sens inverse. Pourtant, l'homme était tendu. Elle pouvait le sentir aux muscles sous elle. Au moins, la position avait ça de bon. Elle était supposée être capable d'anticiper la moindre attaque – ou légitime défense – de la part de sa cible. Et finalement... Ses mots et son ton entrèrent en corrélation avec ce qu'elle voyait et sentait. La shadowhunter aurait dû être sur ses gardes, et plutôt que de parler, elle aurait dû agir. Elle avait la supériorité pour le moment. Si l'homme se décidait d'agir... Bon, elle restait fragile physiquement parlant et se prendre un mur dans la tête ou se faire exploser celle-ci contre le sol serait quelque peu douloureux. Et franchement sanglant. Bordel, un nouveau tour à l'hôpital en prévision.

Rapidement, elle se recentra. Et ne lui fallait pas penser trop longtemps à autre chose. C'était aussi son problème. La jeune fille réagissait rapidement et confectionnait des centaines de plans à la minute. Sauf que parfois... Le second supplantait le premier, entraînant ainsi de nombreux problèmes, dont des blessures qui auraient pu être évitables dans son cas – et dans le sien seulement –. Bref, elle était arrivée à un tel stade chez les miliciens parce qu'elle avait les capacités intellectuelles en plus d'un entraînement contraignant. Après oui, son raisonnement pouvait apparaître comme stupide. Elle était la seule à le trouver logique. Néanmoins, Ambre n'était pas là pour discuter de ses particularités. Ce qu'elle voulait, c'était parvenir à trouver des preuves sur ses hypothèses. Même si le pourcentage de chances qu'elle se soit trompée était élevé. Et augmentait de  minutes en minutes. Sans qu'elle puisse faire quoi que ce soit pour inverser la tendance. Dans tous les cas, cela ne la dérangeait pas. L'échec, se tromper, tout cela faisait partie de la vie. Même si cela impliquait la mort d'une tierce personne. La tueuse n'était plus à cela près, avec tout le sang qui recouvrait ses mains.

La tirade de son interlocuteur lui fit hausser un sourcil. A vrai dire, il n'avait tort. Cependant, Ambre  cherchait des réponses. Des preuves. Et là... Elle avait tout l'inverse. Ses réactions parlaient aussi pour lui. Il ne ressemblait pas à un résistant. Il n'en avait pas les mécanismes. Après, il pouvait très bien être contre le Gouvernement, sans faire le moindre acte. La jeune fille commença à relâcher sa prise. Dans l'optique de libérer sa cible et de partir. Sauf que... L'homme n'avait pas l'air de l'entendre de cette oreille. Et il prit le dessus. Sans avoir le temps d'entamer le moindre geste, la tueuse se retrouva sur le dos, son propre poignard étrangement près de sa gorge. Un vague sourire se glissa sur ses lèvres tandis qu'elle détaillait avec attention les yeux de son ancienne cible. Leur visage se touchait presque et pourtant, Ambre ne montra aucun signe de peur. Pas tant parce qu'elle avait confiance en ses capacités mais plus parce qu'elle ne la ressentait tout simplement pas. Elle se contenta de réfléchir sur la situation. Dans le plus grand des calmes. Sans prendre pour elle la remarque empoisonnée que lui avait balancée son interlocuteur.

Sa réaction s'enclencha cinq secondes plus tard. Elle releva son genou et l'enfonça dans l'entrejambe de son interlocuteur. Violemment. Sans que son visage n'exprime le moindre sentiment. Ses doigts s'enroulèrent autour de la lame du poignard, histoire qu'il ne s'enfonce pas dans sa gorge par inadvertance. Elle repoussa l'homme et se releva dans la foulée. Sa main était à présent ensanglantée. Bon, les blessures étaient très loin d'être profondes mais elles pouvaient quand même s'infecter facilement. Il lui faudrait reprendre des antibiotiques pour gérer tout ça. Elle épousseta ses vêtements avant de tendre sa main intacte vers l'homme à terre.

« La plupart des ennemis sont sur liste d'attente pour mourir déjà. Et tu n'es pas un ennemi. Tu étais seulement sur le point de le devenir. »

Et finalement, il y avait plus de chances pour qu'il ne le soit pas. Ambre avait échoué. Elle n'était pas parvenue à avoir les preuves nécessaires pour l'instant. Parce qu'il n'y en avait pas. Et ce n'était pas en agissant ainsi qu'elle les obtiendrait. Après tout, s'il avait été un résistant, il n'aurait pas succombé à la colère aussi facilement. Il aurait tenté de se défendre, de jouer la victime. Et contrairement à cela, il avait... Pété un câble. Il s'était retourné contre elle. Certains shadowhunters auraient considéré cela comme une provocation. Comme un argument valable. Et la tueuse, quant à elle, voyait en cela tout l'inverse. Il avait laissé la colère l'envahir donc il y avait de grandes chances qu'il n'ait rien à se reprocher. Il n'aurait pas aggraver son cas, n'est-ce pas ? Après, elle se basait sur des études comportementales. Pas forcément la meilleure des choses.

« J'ai fait une erreur. Je me suis.... Fourvoyée sur ton compte. Tes réactions ont parlé pour toi. J'espère que tu ne m'en voudras pas pour tout ça. »

Bon, elle se doutait qu'il allait être de mauvais poil envers elle. Elle l'avait quand même accusé d'être un résistant et l'avait agressé en plein milieu de la nuit au détour d'une ruelle. Donc, pour un humain normal, oui, c'était étrange, agaçant et elle s'attendait presque à s'en prendre une. Enfin, peut-être qu'elle pourrait lui offrir quelque chose pour se faire pardonner...

« Sinon, comme je suis entièrement en tort, je peux payer quelque chose en retour, ou rendre un service. Quel qu'il soit. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 976
↳ Points : 664
↳ Date d'inscription : 01/07/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau max en tâches et théorie du complot
↳ Playlist : Woodkid - Run Boy Run ; C!NCC - Bipolar Mind ; The Used - The Bird and The Worm ; Enter Shikari - Destabilise ; ADTR - Paranoia ; Eddie Vedder - Society
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna + (she)wolf
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: this is gonna hurt (Ambre)   Lun 26 Sep - 16:05



Le visage qu’adoptait la jeune femme interpellait Vaas de la façon la plus désagréable qui soit. Elle l’agaçait foncièrement, avec ses grands airs hautains. Elle semblait beaucoup trop sûre d’elle et cela avait le don de mettre Vaas particulièrement agacé. Douée, elle l'était sans aucun doute. Douée en traçabilité et en art martial. Mais ce n’était pas une raison pour attaquer son prochain. Chose qu’elle avait l’habitude de faire, l'ouvrier en mettrait sa main à couper. Puis soudainement, aussi vite et inattendu qu’un éclair, il sentit une douleur brutale le foudroyer. Une veine apparut d’un coup sur son front pour exprimer la soudaineté de ce geste inopiné que fut un coup de genou puissant sur sa virilité. Succombant à un cri à l’opposé de la virilité ravageuse, Vaas se retrouva à terre, les mains coincés entre les jambes comme pour atténuer la douleur piquante qui le tenait paralysé. Il écouta à peine le début de sa phrase, trop occupé à geindre sa douleur. « Hein ? » Sans la quitter des yeux encore embrumés de larme de colère et de douleur, il s’assit sur ses genoux, cuisses serrées et main sur les hanches, les dents collées dans sa mâchoire. « Tu m'dis ça APRES m'avoir donné un coup dans les couilles, putain de merde... » La folie avait plusieurs visage, la jeune fille en adoptait un bien particulier, celui de la folie brutale et bourrine, la folie des vikings qui frappaient avant de parler. Tout en gardant un visage imperturbable et lisse comme de la soie. Vaas trouvait ce type de facial effrayant.

Ce fut alors que tout changea presque aussi vite que cette scène commença. Elle barbouilla des mots que Vaas prit comme étant ce qui ressemblait à des excuses. Au moment où elle se confessa sur le fait qu'elle pensait s'être trompée sur son identité, Vaas tenta de se lever sans geindre son agonie comme un vieillard souffrant de rhumatisme. Il échoua lamentablement. « Faut voir, si le gouvernement me rembourse les frais de psy que j'vais dépenser pour cause de traumatisme, p't'être que j't'en voudrais moins. » Même si son visage exprimait encore la douleur et la colère par un froncement de sourcil prononcé, il était intérieurement soulagé qu'elle se soit libérée de tout soupçon. A moins qu'il ne s'agissait une fois de plus d'une ruse. Il n'avait aucune raison de la faire confiance. Il venait bien de se prendre un coup de genoux dans les boules uniquement pour qu’elle se libère de son étreinte alors qu’un simple mot aurait suffi à lui faire délier ses membres.

Face à l'offre de la jeune blonde, Vaas fut un tantinet troublé « Euh... » Il n’avait pour le moment aucune envie de boire un verre ou s’offrir le luxe d’une ballade nocturne. Quoiqu’il ne dirait pas non à un shot. Et surtout une clope. Il plissa les yeux comme s'il essayait de lire à travers son ancienne attaquante pour tenter de percevoir si un piège se cachait derrière cette proposition. « C’est un coup tordu pour m’attacher à une chaise et m’fait avouer d’autres merdes que j’ai pas commis ? » A mi-chemin entre la défensive et l’attaque, Vaas ne savait toujours pas si pour l’instant cette demoiselle l’impressionnait par sa petite carrure frêle qui cachait un champion d’arts martiaux ou si c’était sa folie qui le dérangeait. Le mélange des deux était le plus probable. Cependant, il prit au mot les paroles de la jeune femme. Un membre du gouvernement qui devait un service à un membre de la classe ouvrière, ce n’était pas commun. Il fallait profiter de ce moment inattendu qui n’arriverait probablement jamais plus. Ou alors pas avant un certain nombre d’année. Sauf si Vaas décidait de se mettre volontairement dans le collimateur d’un membre du gouvernement pour ensuite retourner la situation en sa faveur. Il n’était pas certain que ça soit la meilleure idée de l’année, mais était étrangement convaincu que bien ficelé, ce plan pourrait éventuellement fonctionner.

« Un service… » chuchota-t-il comme s’il s’agissait du mot le plus étrange qu’il n’avait jamais entendu tout en étant dans une réflexion des plus intense. Il renifla bruyamment puis poussa un gémissement de fatigue pour se remettre de son entre-jambe encore douloureux.  « C’est quoi ton nom déjà ? » Il n’était pas certain de l’avoir déjà entendu. Il était sûr en revanche de ne pas lui avoir donné le sien. Il avait décidé de ne pas se dévoiler entièrement. Pas avant d’en savoir plus. « Faut pratiquer les arts martiaux main’t’nant pour faire partie d’la garde ? T’étais quoi avant, un putain d’ninja ? » S’il y avait un moment dans l’espace-temps qui pouvait être très mal choisi pour faire de l’humour, c’était sans aucun doute celui-là.  D’un ton désinvolte en retroussant légèrement le nez, il en profita pour observer plus attentivement la shadowhunter. Non, décidément, il n’y avait rien en elle qui indiquait qu’elle était la dangereuse femme qu’elle avait montré jusque-là. C’était ça qui rendait la situation aussi perturbante qu’effrayante. C’était avec ce genre de joli visage que le gouvernement allait s’en mettre plein les poches. Elle n’avait même pas besoin de jouer des muscles pour arriver à ses fins si elle savait bien s’y prendre. Mais visiblement, elle n’a pas voulu profiter de ses atouts naturels et y préférer la manière forte pour arriver à ses fins.

« T’en chope souvent des comme ça ? Ou j’ai l’exclusivité d’tes cuisses ? » La vulgarité soudaine de ses propos n’était pas sans cacher une certaine curiosité des techniques pour la garde d’emprisonner certains de ses compatriotes résistants. Pas sûr qu’elle apprécierait la manière dont la question est tournée, mais il voulait profiter au maximum de son avantage. Elle restait un membre du gouvernement qui pouvait l’arrêter comme bon lui semblait. Tant mieux, cela faisait un moment que Vaas ne s’était pas entraîné pour un sprint. Ce ne fut qu’à cet instant qu’il remarqua qu’une des mains de la grande blonde était ensanglantée. « Eh, ça ira ? » L’ouvrier n’aimait pas particulièrement la vue du sang. Il la redoutait même, le mêlant aux visions d’horreurs et de nécrose qui s’enclenchait à chaque fois qu’il était blessé. Mais son esprit malade lui laissait de temps à autre quelques moments de répits. Comme ici en l’occurrence, où son sang n’était que du liquide rougeâtre qui s’écoulait le long de ses doigts. Il n’avait rien sur lui qui pourrait faire office de bandage temporaire. Il était proche de chez lui certes, et trouverait le nécessaire là-bas, mais il n’avait toujours pas confiance en elle et ne voulait surtout pas qu’un membre du gouvernement s’engouffre dans son bâtiment.

_________________
COMMEDIA DELL'ARTE DELL'INFERNO
Dans un monde sans lumière s'avance l'armée des ombres. Secte au culte lunaire, marionnette, quelle est ton ombre ? Le bon sens est mis en quarantaine, où est passée la vérité ? Moyen-âge des temps modernes, bienvenue dans un monde dépassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2888-fell-down-a-hole

Féminin
↳ Nombre de messages : 413
↳ Points : 552
↳ Date d'inscription : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



Feuille de perso
↳ Copyright: Morphine
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: this is gonna hurt (Ambre)   Dim 2 Oct - 23:25


Everybod'ys getting numb
Everybody's on the run
This is gonna hurt.


Finalement, sa main tendue n'avait servi à rien. C'était bien sa veine ça, maintenant qu'elle essayait d'être serviable et gentille. Heureusement qu'en temps normal elle était une connasse finie. Elle laissa ses bras retomber le long de son corps et son visage se figea de nouveau dans  le marbre le plus parfait. Ce n'était peut-être une bonne idée d'avoir offert un service. Néanmoins, Ambre ne revenait jamais sur ses promesses. Notamment lorsqu'elle savait qu'elle était en tort. La situation l'agaçait un peu finalement. Parce que, encore une fois, elle se retrouvait comme une conne. Elle réagissait en décalé. Tout ce qu'elle voulait, c'était parvenir à trouver un certain équilibre. Sauf que... Elle n'était pas faite pour ça. A cause de cette incapacité à ressentir quoi que ce soit. C'était un avantage la majeure partie de temps. Les trahisons, elle s'en foutait. Pour les enquêtes en interne, elle était la plus objective, rien ne pouvait la détourner de sa mission. La parfaite petite soldate. Et tant qu'elle ne sortait pas de ce cadre, elle ne voyait pas ce qui pouvait bloquer. Parce que c'était la raison pour laquelle son recrutement avait été si rapide. La jeune fille aurait tout simplement dû partir. Elle s'était excusée, elle n'aurait rien dû ajouter. Et, encore une fois, elle s'était sentie obligée d'ajouter un petit quelque chose. Pour plus de fun certainement.

En tout cas, son geste avait l'air d'avoir déclenché un pic de douleur chez son interlocuteur. Encore une fois qu'elle ne comprenait pas. Enfin, les hommes restaient toujours une énigme pour elle. De simples morceaux qu'elle avait dus séduire pour les besoins des uns et des autres. Sans que cela ne la touche réellement. Bien qu'aujourd'hui, elle préfère la force brute à l'utilisation de ses supposés atouts. C'était nettement moins douloureux et nettement moins long. Pour tout le monde. Décapiter les gens était devenu sa spécialité. Bien qu'elle le fasse seulement pour les grandes occasions. Sinon, les questions commenceraient à pleuvoir. Et même si elle mentait comme elle respirait, ce n'était pas dans ses projets futurs. Lorsqu'il parla de rembourser les frais de psychologie, Ambre posa son regard vairon sur lui. Etait-il sérieux ? En tout cas, il n'avait pas l'air aussi traumatisé qu'il cherchait à laisser penser. Il parlait correctement, sa respiration n'était pas hachée, pas assez pour être lié à un quelconque état de traumatisme. Enfin, elle le laissa parler. S'il pensait pouvoir lui emmêler les pinceaux ainsi...

Un coup tordu ? Si elle l'avait voulu, elle l'aurait torturé maintenant, sans prendre la peine de se cacher. Néanmoins, il avait l'air de ne pas la prendre au sérieux. Comme les autres. La jeune fille ne prit même pas la peine de répondre, se contentant d'enfoncer son regard un peu plus dans celui de l'homme. Et puis, il y avait des dizaines de planques à travers la ville. Si elle avait voulu faire un coup tordu, elle l'aurait séduit. Là, elle avait besoin de confirmer une intuition. Ou, dans le cas contraire, de l'infirmer. Au moins, il n'aurait aucune blessure. Aucune cicatrice sur son corps. Bon, elle lui avait broyé les parties intimes mais il était toujours capable de s'en servir, elle n'avait aucun doute là-dessus. Il resta bloqué quelque temps sur le service qu'elle avait proposé de lui rendre suite à ce malheureux malentendu. Avant de lui demander son nom en se relevant lentement. Oh, et de se permettre une petite blague sur le fait qu'elle était possiblement un ninja. Avec des putains de cheveux blancs, la discrétion absolue dans le noir ! Il lui posait néanmoins un peu trop de questions sur la « Garde » comme il aimait l'appeler. Chose qui tendait Ambre au possible. Elle n'aimait pas livrer des secrets sur les miliciens ou le Gouvernement en général.

Elle ne releva même pas la vulgarité des mots ou du ton. Encore une chose qui lui passait au-dessus de la tête. Voilà pourquoi elle n'aurait jamais personne dans sa vie, outre le fait que... Putain, les sentiments, ce n'était clairement pas son truc. Même si là, elle avait bien envie d'assommer l'homme contre un mur. Enfin, il termina par une remarque sur sa main. Etonnée, Ambre détourna le regard pour observer la blessure. Ah, ça... Elle plia les doigts, pour vérifier que les articulations n'avaient pas été touchées et haussa les épaules. Bien, ce n'était qu'une petite égratignure.

« Evidemment. Je fais partie de la Garde voyons, ce n'est pas un peu de sang et de douleur qui me clouera au sol moi. »

Elle ne ressentait pas l'ironie, en revanche, elle aimait bien l'utiliser. Et elle avait appris à le faire. C'était l'une des rares choses impliquant de légers sentiments qu'elle était capable de reproduire à la perfection quand elle le voulait ! Cela méritait quelques applaudissements, non ? Et puis, finalement, elle n'avait pas à essayer d'être gentille avec lui, elle avait compris que cela ne la mènerait à rien. Et cela manquait de naturel. N'importe quel con aurait remarqué ça.

« Si c'est ton délire, on peut toujours le faire. Si tu supportes un peu mieux la douleur. »

Un sourire froid et complètement faux s'était dessiné sur son visage de poupée. De quoi rendre le tout encore plus effrayant. Si elle se voyait à cet instant précis, peut-être qu'elle comprendrait pourquoi elle avait autant de mal avec les relations ou à imiter ces couples heureux qu'elle croisait dans la rue tous les jours. Et dont elle avait étrangement envie de pourrir l'existence. Parce que cela lui avait souvent tordu les entrailles. Ce n'était pas forcément une émotion mais plutôt une sensation. Son cerveau s'interrogeait sur pourquoi tout cela ne lui était pas familier. Et ensuite, durant des jours, elle ne mangeait presque plus, dormait de façon archaïque. Tout ça parce que son putain d'esprit avait décidé qu'il y avait un bug dans la matrice. Et c'était épuisant. C'en était juste tellement épuisant.

« Madly. Et le tien ? »


Elle avait déjà donné son prénom quelques minutes auparavant mais il fallait croire que la mémoire de poisson rouge, c'était drôlement commun chez les humains. Elle croisa les bras sur sa poitrine et soupira légèrement. C'était une idée bien conne finalement. Mais bon, elle avait commencé alors, autant continuer quoi qu'il en soit.

« J'ai reçu une éducation militaire, ça a tendance à se ressentir par moment. Et j'ai fait avec les moyens du bord. Dommage qu'il n'y ait aucune machine capable de faire dire la vérité à n'importe qui en moins d'une seconde. »


Ca c'était un rêve. Et puis, ce serait nettement moins drôle si on ne pouvait plus utiliser la torture pour obtenir des aveux. C'était aussi une des choses qui la détendait le plus. Entendre d'autres souffrir physiquement. Pour oublier les siennes.

« Tu en as l'exclusivité. Parce que tu as envie de retester ? »


Même si elle se doutait qu'elle aurait un peu de mal à lui sauter de nouveau dessus comme elle l'avait fait auparavant. L'adrénaline était à présent retombée. Et cela lui avait fait remarquer qu'une bonne partie de son corps était enveloppée dans des bandages. Les blessures avaient certes cicatrisé mais ce n'était pas trop le moment pour les faire se rouvrir et retourner encore une fois à l'hôpital. C'était assez pour ces dernières semaines.

« Bon, et pour ce service alors ? Que veux-tu ? »

_________________

Live as if it was your last day

There was once a girl, she wasn't well known, she fell down a rabbit hole. She tried to get up but she couldn't break free, as she was locked in the chains of Insanity. | © Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 976
↳ Points : 664
↳ Date d'inscription : 01/07/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau max en tâches et théorie du complot
↳ Playlist : Woodkid - Run Boy Run ; C!NCC - Bipolar Mind ; The Used - The Bird and The Worm ; Enter Shikari - Destabilise ; ADTR - Paranoia ; Eddie Vedder - Society
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna + (she)wolf
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: this is gonna hurt (Ambre)   Mar 15 Nov - 0:32



Vaas avait l’impression qu’une douche froide le paralysait. Chaque parole prononcée par la jeune femme était si glaciale qu’il avait une furieuse envie de la mettre au soleil uniquement pour voir si elle est capable de fondre, tel l’iceberg qu’elle semblait être. La grande blonde affirmait le fait qu’elle appartenait à la caste des insensibles au sang et à la douleur, elle. N’étant pas certain de comment prendre ce qui semblait être une attaque défensive, Vaas se contenta de plisser les yeux accompagnés d’un léger « Ok… », ne voulant pas rajouter un autre élément qui pourrait accentuer son amertume. A la répartie qu’elle donna quant à son souhait de tester sa résistance à la douleur, l’ouvrier recula machinalement d’un pas. Il n’y tenait pas tant que ça. Ne se considérant pas non plus comme quelqu’un de douillet, ce n’était pas une raison pour répondre présent au test de résistance du sang et des larmes. Le sourire qu’elle abordait transpirait le sourire faux et sanguinaire. Elle avait clairement décidé d’abandonner les bonnes manières, bien qu’elle n’eût pas vraiment commencé par cette voie là pour leur présentation. Ce ne fut que lorsqu’elle donna son nom que Vaas se souvint qu’elle l’avait déjà donné. Il devait être trop occupé à se ronchonner pour y avoir prêté la moindre attention. « Ah oui… Vaas. » Putain, elle porte bien son nom, songea-t-il en continuant à la dévisager.

Son explication d’éducation militaire répondait aux quelques questions qui avaient émergé dans son esprit. Mais selon lui, cela n’expliquait pas forcément une attitude de bourrin sans peur et sans reproche. Bah, il ne connaissait pas tant de militaire que ça. C'était peut-être une préfiguration qu'ils partageaient tous. Non. Il en mettrait sa main à couper. C'est elle qui avait un grain. Vaas haussa les sourcils si haut jusqu’au milieu de son front lorsque Madly mentionna une certaine machine qui pourrait faire dire la vérité à n’importe qui. « Pas b’soin d’machine, y’en a qui connaissent déjà des moyens plus efficaces. » Il se tut instantanément. Ce n’était pas du tout la bonne personne avec qui en parler. Il se mordit la langue avant que la rage ne la fasse se délier encore davantage. Cela ne lui rapporterait rien de bon dans l’immédiat. Ce n’était ni le lieu, ni le moment de s’attirer des ennuis envers un membre de la Garde experte en arts martiaux et insensible à la douleur.

« Tu en as l'exclusivité. Parce que tu as envie de retester ? » « Aussi tentante que soit la proposition, j’m’en passerai. » Il renifla bruyamment en détournant son regard vers une des ruelles sombres qui les entourait. Il reposa ses yeux vers la jeune femme lorsqu’elle lui rappela qu’elle lui devait toujours un service. A cette idée, Vaas eut du mal de retenir un petit rire amusé. Il se passa la main sur sa nuque en la massant tout en fermant les yeux, comme prit par une intense réflexion. « Scuse moi hein, j’profite un peu de c’moment. » Ce n’était pas tous les jours qu’il aura l’occasion de jouir d’une telle opportunité. Un doute persistait cependant. Il n’avait aucunement confiance dans les membres du Gouvernement, et ceci était peut-être une nouvelle technique pour attirer les citoyens et leur soutirer des informations. Mais d’un autre côté, avoir un membre de la Garde sous le coude pourrait s’avérer être une occasion pour se fournir en accessoires impossible à récupérer pour un membre de la population lambda. Elle pourrait également lui être utile pour se sortir des mailles d’un filet beaucoup trop exiguë pour lui à un moment critique.

« Ok, j’aurai b’soin toi ouais. » Et de ton statut, pensée qu’il garda une nouvelle fois pour lui, même s’il se doutait qu’elle allait le deviner par elle-même. « Ça s’rait pas mal qu'une certaine porte soit ouverte, des portes qu’les gens comme moi peuvent pas ouvrir. Les portes du département informatique par exemple. » Il osa faire quelques pas en avant. L’ouvrier n’oubliait pas qu’il était en position de force, mais elle restait un membre officiel de la Garde qui pouvait l'arrêter à tout moment. C'était risqué. Mais elle lui devait un service, et Vaas n'hésitera pas à ruiner sa réputation si un malheur devrait arriver. Les rumeurs vont vite dans les rues de Storyville, surtout entre résistants. Le peuple n’aimait pas les membres de l’ordre un peu trop brutaux. « T’aurai pu oublier d’la fermer en partant. Ça arrive. » Il se rapprocha jusqu’à être à sa hauteur. Il ne l’impressionnerait pas, il l’avait compris. Mais son instinct lui disait qu’étrangement, elle serait du genre à respecter ses promesses. Elle avait reçu une éducation militaire. Les militaires et autres dignitaires des forces de l’ordre n’avaient qu’une parole, et le plus souvent, ils la respectaient religieusement. Il n’était pas question de lui faire confiance pour le moment, donc même si la promesse serait tenue, il n’était pas dit qu’elle avertisse des collègues à elle afin de lui tendre un piège. Mais d’un autre côté, c’était une occasion inespérée pour Vaas de se procurer des pièces manquantes afin d’avoir son propre matériel informatique. Il n’aimait pas mettre en danger les gens qu’il connaissait en lui demandant service. Il s’était toujours débrouillé seul, et même en période d’apocalypse, il continuait inlassablement sa quête en solitaire, au détriment de ses désirs.

« Alors ? » Il essaya de lire dans le regard de Madly mais il était impossible pour le moment de détecter quoique ce soit. Elle était beaucoup trop douée. Anormalement douée. Et ça la rendait fascinante et effrayante à la fois. Typiquement le genre d'individu auquel Vaas évite de côtoyer habituellement s'il n'avait pas une totale confiance en ladite personne. Chose qu'il ne partageait pas pour le moment avec la jeune femme. Cependant, être de son côté devait être un atout considérable pour le combat rapproché. Un peu moins pour la sociabilité.

_________________
COMMEDIA DELL'ARTE DELL'INFERNO
Dans un monde sans lumière s'avance l'armée des ombres. Secte au culte lunaire, marionnette, quelle est ton ombre ? Le bon sens est mis en quarantaine, où est passée la vérité ? Moyen-âge des temps modernes, bienvenue dans un monde dépassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2888-fell-down-a-hole

Féminin
↳ Nombre de messages : 413
↳ Points : 552
↳ Date d'inscription : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



Feuille de perso
↳ Copyright: Morphine
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: this is gonna hurt (Ambre)   Mar 15 Nov - 20:42


Everybod'ys getting numb
Everybody's on the run
This is gonna hurt.


Les mots avaient été choisis pour orienter la pensée de son interlocuteur. Pas le manipuler mais le tromper sur ce qu'elle était vraiment. Parce que la jeune fille ressentait la douleur, contrairement à ce qu'elle avait laissé sous-entendre. Elle avait juste un seuil de résistance légèrement plus élevé que celui de l'homme. Sans pour autant avoir supprimé la notion de douleur, à son grand désespoir il fallait l'avouer. C'était une capacité de plus qu'elle aurait aimé ajouter aux siennes. Après, il y avait de nombreux dangers à ne plus ressentir de souffrance physique. Notamment celui qu'une blessure vous tue. Comme vous ne ressentez pas de problème avec votre corps, vous pouvez vous tuer plus facilement. C'était quand même stupide non ? Donc cela nécessitait un entraînement particulier, intense pour quand même prendre en compte des données que les nerfs ne percevaient plus. Même elle n'était pas certaine d'y parvenir en un temps raisonnable, elle préférait donc continuer à avoir ces stimili pour la guider. Vaas... Ce n'était pas un nom commun. Etait-ce typiquement américain ? Malgré des années, voire une ou deux décennies à habiter ici, elle avait toujours du mal à comprendre certains prénoms, leur étymologie. Ou peut-être qu'elle se posait trop de questions pour rien...

Elle passa outre sa remarque sur les moyens plus efficaces de faire parler. La jeune fille faisant partie du Gouvernement, elle se doutait qu'il avait de quoi faire parler les résistants les plus importants, cependant, elle restait une shadowhunter de base, bien qu'intégrée dans une unité d'élite traquant ces rebelles, et elle n'avait pas les connaissances des dirigeants. Au pire, Ambre en parlera à Niklas. Il y avait des chances qu'il lui réponde lui. Si ce n'était pas secret défense. Puis Vaas rejeta sa proposition. Quel dommage ! Bon, en réalité, tout cela l'arrangeait bien. Encore une fois, utiliser son corps n'était pas ce qu'elle préférait faire, alors même qu'on l'avait éduquée dans cette optique. Une espionne se devait de jouer de ses charmes. Une tueuse aussi. Alors que les tueurs et espions n'avaient pas à le faire. Tristesse. Quant au service qu'elle lui devait... La shadowhunter attendait toujours. Il était quand même long à la détente non ? La jeune fille pourrait l'utiliser par la suite au moins. Il serait facile à duper, déjà qu'il offrait des informations en s'énervant... Si elle pouvait le pousser un peu plus dans ses retranchements, peut-être qu'elle pourrait obtenir bien plus de sa part, sans qu'il s'en rende compte...

Qu'il profite, qu'il profite. De toute façon, il perdrait beaucoup plus qu'il ne le pensait. Il fallait juste le temps à Ambre de mettre en place les pions pour qu'elle retourne la situation à son avantage. Vaas ne devrait pas parvenir à voir dans son jeu, il lui avait l'air trop bourrin pour ça. Il ne l'effrayait absolument pas. Et tant qu'elle n'aurait que lui comme interlocuteur... Tout se passerait pour le mieux. Il aurait besoin d'elle. Bien. La jeune fille se doutait que ce serait en lien avec son métier. Elle était loin d'être stupide et ce n'était pas tous les jours qu'un citoyen avait la possibilité de demander un service à un shadowhunter. En revanche, elle ne s'attendait pas forcément à la demande de l'homme. Elle aurait plus cru qu'il y aurait eu de l'alcool, de la drogue, du tabac ou des armes. Mais non, il voulait accéder au département informatique. Ambre arqua un sourcil. C'était dangereux. Et il n'avait pas l'air de s'en rendre compte. Jusqu'à récemment, elle ne pouvait pas y accéder elle-même. Il avait fallu une mission avec Jackson et un lien avec Helios pour qu'elle obtienne le précieux sésame. Bon, évidemment, si elle devait laisser les portes ouvertes, elle n'utiliserait pas la sienne. Mais celle d'un collègue, qui ne se douterait de rien...

Vaas fit quelques pas dans sa direction. Finalement, il n'était pas si grand que cela. Ou alors c'était ses talons qui lui faisaient croire qu'elle n'était pas si petite. Qu'importait. Oublier de fermer la porte. Elle aurait pu éclater de rire vu l'imbécilité de la remarque. Néanmoins, l'homme ne connaissait aucune de ses capacités. Et elle préférait que son hypermnésie reste pour elle. Et aussi dans son rapport médical qui était classé secret grâce à Niklas. Et quelques habiles manipulations de sa part. Il se retrouva face à elle, à quelques centimètres seulement. Leur regard s'était accroché, tandis que Vaas attendait sa confirmation. Ambre le fixait juste, ses yeux vairons complètement vides. Elle faisait genre d'y réfléchir. Même si elle avait déjà fait son choix. Même si elle avait déjà la victime qui porterait son crime en tête. Même si elle avait déjà les horaires d'ouverture pour l'homme. Même si elle avait déjà l'après en tête. Ce moment où il se ferait prendre à son propre jeu. Certes, c'était elle qui avait proposé ce service. Cependant, elle ne laissait que très rarement en vie ceux qui l'avaient vu défier la loi. Comme Vaas

" Tu fais bien d'en profiter. Ca n'arrivera qu'une seule fois et après on reprendra chacun nos existences de nos côtés. "

Oui, elle appuyait clairement sur ce point. Il y avait une possibilité qu'il cherche à lui extorquer plus que ça. En fait non. Il n'était pas assez subtil pour cela. Cependant, Ambre devait rester sur ses gardes. Il était possible que d'autres éléments indésirables viennent profiter de cette petite faille. Donc, cette faille devrait être colmatée rapidement. Avant que tout ne dégénère et que Niklas ne doive intervenir; Quoique, il ne risquerait peut-être pas sa place pour elle... Qu'importait, la jeune fille était douée. Elle avait survécu pendant toutes ces années, elle ne se ferait pas avoir par un simple citoyen.

" Bien. Les portes de ce département seront ouvertes dans deux jours, de 23h01 à 23h22. Il s'agit du temps de ronde des gardes et des miliciens, du temps avant qu'ils ne reviennent devant les portes. Néanmoins, il faut que je te prévienne : tu t'attaques au département le mieux protégé du Gouvernement. "

Son regard s'était refroidi un peu plus. Elle était sérieuse sur ce point. L'informatique était protégé puisque seul le Gouvernement était supposé l'avoir. Donc, protection supérieure. Ce qui l'inquiétait, puisqu'elle n'irait pas jusqu'à tuer d'autres miliciens pour Vaas. Il y avait une limite au service qu'elle pouvait offrir.

" Donc, en prévention, je rouvrirai la porte à 00h01. Si tu es enfermé à l'intérieur, ce sera le dernier moment pour en sortir. C'est clair ? "

Elle ne quittait pas Vaas du regard. Il avait quand même un cerveau et il pouvait facilement comprendre ce que cela impliquait. Du moins, elle l'espérait pour lui. Si le Gouvernement l'attrapait, il ne pourrait s'en prendre qu'à lui-même. Et Ambre veillerait à ce que son nom soit effacé. De toute façon, personne ne connaissait ce second prénom qui lui servait envers les... Cas. Les rebelles. Ceux qui devaient ignorer qui elle était réellement. Soit beaucoup de personnes. Ses yeux glissèrent sur les ombres aux alentours. Il n'y avait toujours personne, comme s'ils étaient dans une autre dimension. Tant mieux après.

" Ainsi, nous sommes quittes... Cependant, j'ai encore une remarque à faire. "


Elle laissa planer le silence durant quelques secondes, s'assurant de capter toute l'attention de son interlocuteur.

" Il est bien évident que personne ne doit être au courant de cette petite affaire... "

Et c'était une menace, très clairement. C'était pour cela que son ton avait fini en murmure. Et étrangement, Ambre menaçait assez peu. Elle préférait tuer directement. Cependant, là, elle n'avait plus trop le choix. S'il la trahissait, elle n'aurait plus aucune raison de ne pas le lui faire payer. Puisqu'il n'était pas en capacité de la battre de toute façon...

HJ:
 

_________________

Live as if it was your last day

There was once a girl, she wasn't well known, she fell down a rabbit hole. She tried to get up but she couldn't break free, as she was locked in the chains of Insanity. | © Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

this is gonna hurt (Ambre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ambre Donnell
» (TV réalité) PART OF ME ▬ what are you gonna choose?
» It's gonna be alright||Conrad & Riley
» [EVENT 1] Smoke & Ambre.
» De feu et d'ambre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Northern New Orleans-