AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deal or Choice [Tiken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Deal or Choice [Tiken]   Jeu 1 Sep - 20:30


« Ne fais pas confiance aux mots. Fais confiance aux actions. »



Kenneth Zaran & Timothée Morel
featuring


Spoiler:
 


Qui es-tu ? Je ne comprends pas. Ou plutôt je ne peux comprendre. Comment le pourrais-je de toute façon ? Quelqu’un semble s’être bien amusé pour empêcher qui que ce soit de se poser des questions sur les circonstances de cette mort. Après tout, rien n’aurait prédit à ce que je bute sur cette affaire. Absolument rien. Le profil de la victime était déjà très éloigné de ce qui attire mon regard en général : un homme de 46 ans, anciennement libraire devenu vendeur dans une petite supérette, sans histoire, une femme de deux ans son ainée et un chat roux. Méconnu des services de police passés et présents, il était sans histoire presque sans intérêt si ce n’est qu’il soit mort en chutant dans des escaliers. Ce type ne serait probablement jamais passé dans mon bureau si ma collègue du service de l’étage inférieure n’était pas tombée malade. Comme si je n’avais que ça à faire de m’occuper de ses décès accidentés en plus des affaires toujours plus urgentes de mes chers collègues PK ou, encore mieux, SH. Comme si l’adolescente apprenti NK allait créer une révolution en deux jours…. Ou mieux, l’autre jour l’enquête prioritaire était pour un septuagénaire rabougri suspecté d’exhibitionnisme. C’est vrai qu’avoir Alzheimer est une très bonne justification pour nécessité les services des PK et l’envoi dans une arène. Apparemment cela agaçait un type du 7e étage. Oui, à partir du 6e, avoir un pépin avec un raton laveur peut amener à une déclaration de guerre envers toute l’espèce animale… privilèges à la con quand tu es là. T’as raison, ta tête devrait pouvoir traverser l’écran… Je secoue la tête, m’enfonce dans mon fauteuil avec force tout en soupirant. Celui-ci recule et je me rattrape du bout des doigts à mon bureau avant de me faire glisser pour retourner au plus près de ma souris. Les extrémités de mes doigts de droite tapotent la table, l’autre porte mon menton et tout le désespoir que j’accumule depuis près d’une heure.

Quarante-huit minutes que je contemple cette ombre sur l’écran. Quarante-huit minutes que je rembobine seconde par seconde la même bande vidéo. Quarante huit minutes que je m’arrête à cette ombre pour repartir en arrière, puis repartir plus loin sur la timeline. Quarante huit. Quarante huit minutes que je trouve rien de plus puisqu’il n’y a rien de plus à trouver, plus maintenant. Ah, quarante neuf minutes à présent. Je soupire, mon front sur le bureau rafraichissant mais pas du tout illuminisant (oui ce mot existe). Bref, pas d’illumination. Tout ce que je sais ce trouve sur cet écran et sur mon bureau, à gauche. Ce qui m’a poussé à bloquer autant de temps sur une affaire concernant un libraire de 46 ans passionné par Grominet ? Des gouttes de sang. C’est con non ? Pour un type qui en voit tous les jours, si je devais m’arrêter à chaque fois que j’en voyais… je serai pas rendu. Mais voila, comment expliquer qu’un type se cassant la gueule dans un escalier puisse laisser des traces de sang concentrique en haut de l’escalier ? J’imagine pas vraiment ce type se casser la gueule grimper les marches puis redescendre sagement attendre la mort…. Et puis, cela n’expliquerait pas son crâne. Certes, une chute d’un escalier pareil (vous connaissez la tour de pise ? ) peut amener des blessures assez moche mais pas de mini cratère. Enfin, après, je suis pas légiste alors on va plutôt dire que ça me paraissait assez étrange pour vouloir vérifier les caméras de la ville et celle qu’utilise notre copain Clocker pour son émission à la con. Et voila où j’en suis. La seule caméra susceptible de me donner des informations sur ce qui s’est passé à cet endroit avant, après et accessoirement pendant le meurtre est rotative. Ainsi on ne voit que certaines secondes et il s’avère qu’après un temps de rotation l’image est étrangement « figée ». Vous avez déjà un pigeon tenté de se gratter le trou de bal sous un rétro/disco ? C’est pas mal et juste en haut à gauche de la vidéo. La seule chose qu’on voit sur la rotation précédente est deux ombres accompagnés d’un petit bout de chaussure. Rien d’exceptionnel mais vu que le papi s’écroule 28 seconde et 42 centièmes plus tard… ça pose question, non ? Qui es-tu ? Ton frère jumeau ? Si c’était mon frère jumeau j’aurai osé espérer qu’il prenne le temps de supprimer trois secondes de plus de la vidéo… enfin, son créneau c’était le vol … n’est-ce pas ? Je te laisse seul juge Sherlock… … tu touches peut être quelque chose ceci dit… possible que ce soit un vol ayant mal tourné … Il était en manque d’aventure d’Hercule Poirot ? ou non, c’était un amoureux de la cause des chats…. Un chat lui-même ? Tu as un début de portrait robot ou je rêve ? L’ectoplasme rit en s’appuyant sur le bureau voisin alors que je lui jette un stylo dessus. Mon sourire s’étend lorsque je secoue la tête et passe mes mains sur mon visage. C’est complètement con. Aucun voleur ne s’amuserait à couper une bande vidéo, du moins pas les voleurs qui se retrouvent souvent par ici. Aucun d’eux ne pourrait avoir les possibilités pour falsifier ce genre de document. Je sais pas… il faudrait connaitre des personnalités ou des gens ayant accès à ce genre d’information, en faire soi même parti… et puis, cette porte qui a été repeinte recemment… ça ne m’inspire rien de bon. la peste ? Mes épaules s’élèvent. Ce serait bien la première fois, à ma connaissance qu’on masque une attaque de la peste avant la mort dite et avant que les autorités soient sur place. Ah moins que… non… et puis pourquoi…. Je me crispe, serre le poing et m’énerve de frustration en observant l’ombre sur l’écran. Mais bordel, t’es qui !?


[/i][/i]

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 210
↳ Points : 340
↳ Date d'inscription : 21/07/2016
↳ Age : 30
↳ Avatar : Colin O'Donoghue
↳ Age du Personnage : 39 ans en apparence / 70 ans en réalité.
↳ Métier : Shadowhunter.
↳ Opinion Politique : Je travaille pour le gouvernement tant que ça m'apporte un semblant d'intérêt.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 Général / Lvl 9999 pour me foutre dans la merde.
↳ Playlist : HUMEUR DU MOMENT :
Lee DeWyze - You're Still The One
Ben Jelen - Falling Down
Eric Arjes - Find My Way Back
Audiomachine - The Truth
↳ Citation : "A man unwilling to fight for what he wants deserves what he gets."
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #468dab



Feuille de perso
↳ Copyright: Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Deal or Choice [Tiken]   Ven 2 Sep - 12:46


« Ne fais pas confiance aux mots. Fais confiance aux actions. »



|| TIKEN ||
- Deal or Choice -

Je n'étais pas le seul à être infiltré au sein du gouvernement. Il n'y a pas si longtemps que ça, j'avais passé un deal avec Timothée, le geek de l'information et de la recherche au sein du gouvernement, ou quelque chose du genre. Je n'aurais pas pu taper mieux. J'avais attendu le bon moment, celui où je tenais assez d'arguments et de preuves pour l'envoyer au trou pour le restant de ses jours à subir les conséquences de sa trahison envers son employeur. A la place, j'en avais tiré profit, comme je le faisais toujours. Avoir une telle personne de mon côté était un atout incroyable. Ce type me donnerait accès à toutes les informations informatiques confidentielles auxquelles je n'avais pas accès. En réalité, j'appréciais ce type. Je le surnommais Timmy. Comme l'attardé dans South Park. Une blague qui ne faisait rire que moi. Je n'en avais rien à faire qu'il se retourne contre le gouvernement, qu'il soit un idiot de résistant ou bien même qu'il change d'avis demain en se disant que le gouvernement était ce qu'il y avait de mieux à la Nouvelle Orléans. Ses aspirations, ses opinions, le moteur de son énergie, tout ça ne me concernait pas. Tout ce que je voulais, c'était pouvoir utiliser ses capacités... et ses accès. En échange, je le protégerai toujours. Quitte à créer les plus gros mensonges du monde pour le couvrir, je lui serais loyal, même si un jour il ne me servirait probablement plus à rien. Je n'étais pas totalement un connard non plus...

Timmy m'offrait une incroyable opportunité de fouiller dans les rapports de missions de Stain. S'il y avait une faille, une erreur, un non-dit, je me croyais assez intelligent pour le voir, pouvoir en profiter pour utiliser ça à mon avantage et avoir une nouvelle possibilité de le malmener. J'allais pouvoir le frapper sous un tout nouvel angle et je devais l'avouer : j'étais très excité à cette idée. Presque hystérique à vrai dire. Peut-être que je ne trouverais rien, peut-être que je ne trouverais pas assez de matière pour l'attaquer, mais je pouvais tout aussi bien tomber sur une mine d'or d'informations non négligeables. Ce serait au petit bonheur la chance. Mais Stain n'était pas idiot, et s'il avait merdé à un moment donné dans sa vie de Shadowhunter, je le croyais assez mâlin pour s'être protégé au mieux, malheureusement pour moi. Mais, rien que de pouvoir fouiller dans ses dossiers confidentiels me donnaient un certain plaisir. Je me sentais vivant dans de telles situations. Une émotion dans le creux de mon estomac que je ne ressentais pas souvent malheureusement. Pourtant, dès que cela concernait Stain, un rien pouvait me faire papillonner. Merde, à croire que je commençais réellement à tomber amoureux de lui. Quelle horreur.

J'avais justifié une visite de routine dans les locaux du gouvernement pour passer les portes d'un secteur que je ne côtoyais presque jamais. L'un des laboratoires de recherche. A vrai dire, je ne leur avais pas vraiment laissé le choix, même si j'essayais de ne jamais me montrer trop brutal, bien que la délicatesse ne soit pas dans mes habitudes, mais bref, cela ne les bousculait pas énormément car je ne pouvais pas circuler dans les accès réglementés de toute façon. Me laisser me balader dans les zones libre d'accès n'était pas un problème pour eux. Là où j'allais, c'était simplement le secteur administratif, où régnaient les bureaux des geeks. J'avais gravi les marches deux par deux jusqu'au premier étage où je savais que je trouverai Timmy. Quelques pas plus tard, je poussais la porte de son bureau qui était déjà entrouverte uniquement pour le trouver en train de parler tout seul... Je me figeais, haussant un sourcil en constatant la scène. Seul... Ou bien parlait-il à un collègue imaginaire d'une affaire qu'il essayait de résoudre au vu de ses paroles ? Cela paraissait être la probabilité la plus cohérente. O...K... Je ne trouvais pas immédiatement le courage de l'interrompre mais je n'arrivais pas à comprendre ce qu'il pouvait bien baragouiner dans le vide à vrai dire.

Mais bordel, t'es qui ?!

Je croisais les bras, observant la scène... disons plutôt le sketch qui se déroulait devant mes yeux. Ca y est, je pensais avoir tenu mon deal du siècle et en fait j'étais tombé sur un geek ravagé du cerveau. Est-ce que ce malade allait réellement pouvoir m'aider de la manière la plus sûre qui soit ? Maintenant que j'étais ici, je n'allais pas reculer. J'hésitais à me présenter pour répondre à sa question et qu'il se sente moins seul, mais j'optais plutôt pour mon sérieux légendaire.

Timmy, l'interpellais-je calmement pour attirer son attention et signaler ma présence.

J'attendais qu'il se tourne vers moi pour le détailler de bas en haut avant de décroiser les bras.

A qui tu parles ? Demandais-je même si je n'étais pas très sûr de vouloir le savoir.

J'entrais dans le bureau, observant tout autour de moi pour analyser le décor et vérifier la sécurité du lieu, par pur réflexe. Peut-être même qu'en fait il n'était pas seul et qu'il parlait réellement à quelqu'un. Mais... Malheureusement, non.

Est-ce que tu peux dire à ton ami imaginaire de s'en aller s'il te plaît ? J'ai besoin de te parler seul à seul. J'ai besoin de tes services. J'espère que tu te souviens de notre deal.

J'étais peut-être un peu trop ferme voire méprisant inutilement. Le braquer n'était vraiment pas ce que je voulais. J'avais réellement besoin de lui sur ce coup là et la réussite de cette idée tenait uniquement sur les épaules de Timmy. Je ne nous rendais pas service à adopter ce comportement. Je fis alors un effort pour lui sourire et me rattraper d'une voix plus agréable :

Est-ce que tu aurais un peu de temps à m'accorder ce soir ?

Voilà, c'était un peu plus correct comme ça. Je n'étais pas très doué pour montrer de la considération aux gens autour de moi, même si je les appréciais ou que je les percevais parfois comme des... amis. C'était un peu plus facile avec les femmes néanmoins, et uniquement parce que j'étais dans le charme en permanence pour cacher mes propres difficultés à m'attacher – contradictoire mais bien vrai malheureusement – et ainsi cela paraissait bien moins froid. Pourtant je n'en pensais pas spécialement moins, ni plus d'ailleurs. Et Lucrezia, bien évidemment, elle, c'était une toute autre paire de manches. Je refermais la porte du bureau de Timmy derrière moi avant de lui faire face une nouvelle fois. Je n'étais pas sûr que je lui laissais grand choix en adoptant ce comportement, mais j'avais vraiment besoin de lui ce soir. Lorsque j'avais une idée dans la tête, je ne l'avais pas dans le cul, comme on disait. J'étais borné à obtenir ce que je voulais. L'agitation discrète en moi demandait son dû et j'espérais que Timmy pourrait la satisfaire de ses talents.



_________________

The gun still rattles



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3775-behind-blue-eyes

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Deal or Choice [Tiken]   Sam 3 Sep - 18:27

Ce serait tellement plus simple si cette ombre pouvait me parler comme Bastien. Ca me faciliterait grandement la tâche, mais est-ce que cela en vaudrait la peine ? Si tout était aussi simple à obtenir peut être que tout l’attrait de ce travail s’envolerait. Et, honnêtement, suis-je capable de faire autre chose ? Cela fait assez longtemps que je travaille la police/l’armée/toute forme d’autorité gouvernementale pour savoir que cet emploi, je l’apprécie. Il s’installe dans le creux de mes neurones et prolifère à grande vitesse, me contamine et anime mes journées autant que mes soirées. Ca doublé de mon besoin viscéral de m’assurer de la vérité me met le doute sur ma capacité à changer de travail. Aujourd’hui, serais-je en mesure de me complaire dans un laboratoire pharmaceutique ? Même à Montréal je n’étais pas seulement généticien mais hacker lors de mes jours d’ennuie… Les énigmes, peut être que je ne marche qu’à ça et que ne pas trouver la solution frappe davantage que ma culpabilité ? Bonne question. J’en ai pas la moindre idée, mais le léger sourire qui flotte sur mes lèvres m’indique une part de vérité. J’aime le tournant que je prends dans ce travail bien que cela soit à mes risques et périls. Des risques qui peuvent autant briser mon intégrité physique que morale… surtout cette dernière d’ailleurs. Timmy Je me crispe, grimace puis soupire en toute discrétion avant de me retourner. Ma main glisse sur le kit main libre posé en face de moi, loin du champ de vision de mon…ami - ?- Avec un peu de chance, il vient d’’entrer.   A qui tu parles ? Aie. Aie. Aie. Répète le encore une fois, peut-être que ton corps saignera…. Aie ? Maintenant tu n’as plus qu’à lui dire… Je crois pas non… Cet enfoiré pourrait vouloir passer un autre deal… L’enfoiré d’ami finit son inspection d’un coup d’œil pendant que j’esquisse un sourire bien malgré moi : pense-t-il vraiment que je resterai dans un environnement non sécurisé ? Et puis, honnêtement le simple fait de travailler pour le gouvernement m’obligeait à travailler sous surveillance d’où la petite caméra au dessus de la porte d’entrée. Bon, malheureusement le son avait un léger problème si ce n’était qu’on n’enregistrait rien de mes conversations. On pouvait donc me voir mais avec une qualité …brouillée ? Dommage hein ? Est-ce que tu peux dire à ton ami imaginaire de s'en aller s'il te plaît ? J'ai besoin de te parler seul à seul. J'ai besoin de tes services. J'espère que tu te souviens de notre deal. L’enfoiré.

Ma main glisse sur mon visage, mon oreille et se s’accoude à mon bureau. Je hausse les sourcils, secouant légèrement la tête. Il est sérieux ? Kenneth Zaran. Ce type avec qui il est dangereux de se lier puisqu’au final on a le droit à chaque fois à une belle leçon de vie : la confiance c’est surfait. C’est payant. Il peut rappeler à la none qu’un euro en vaut 20 autres plus tard. Difficile d’oublier sa douce présence dans cette tour lorsque l’activité principale était de prendre des innocents pour des cobayes. Difficile d’oublier que c’est ce même type, ami les jours pairs, qui vous a gentiment obligé à rester enfermé pour continuer de pratiquer ces saloperies. Est-ce que tu aurais un peu de temps à m'accorder ce soir ? Le ton change, la posture un peu, le regard… ça on ne peut pas dire qu’il se soit vraiment amélioré depuis. Peut être est-il en voit de guérison ou d’évolution vers l’humain mais cela avance doucement. Trop a mon gout mais il semble ici que ce n’est pas une question de temps mais de caractère. Là où il m’a fallut du temps pour comprendre et assumer le fait de participer à l’exécution d’un gouvernement despotique, lui c’est plus une question de… d’assumer qui il pourrait être. Enfin, j’espère. J’ai bon espoir. Après tout depuis le deal, n’a-t-il pas apporté des informations intéressantes en sous main sans que je lui demande quoique ce soit ? Sans ses foutus deals à la con. D’autant que des informations sur Stain, je lui en aurais fourgué bien volontiers. C’est pas que ce taret devrait être enfermé mais … oui. Qu’importe ce qu’il a fait ce jour là dans le labo, il n’en reste pas à moins un danger public. Plus que Kenny. Ce dernier ne semblait juste pas savoir qu’on pouvait s’entraider sans forcement collecté des moyens de pression. Enfin, tout dépendait de la personne en face de soi. Précise aussi que tu n’es pas tout blanc … tu as aussi joué le même jeu que lui par le passé…Que veux-tu ? On obtient jamais rien sans rien… Et c’est justement pour ça que quelque part, je ne le déteste pas. J’ai bon espoir. Voyons que pourrais-je bien faire de ma soirée sans toi ? Discuter avec Siri n’a vraiment pas le même intérêt... Je souris pour moi-même et récupère le kit main libre que j’avais placé sur mon oreille y a pas 2 minutes. Illusion. Illusion. Pour palier ce genre de situation, j’avais fini par adopté la technique du kit main libre pour faire croire en une conversion avec une tierce personne. Pour le Siri ce n’était qu’une allusion à cette multinationale technologique ayant chuté comme tout le monde. Évidement, je ne parlais pas à un ordinateur comme je ne parlais pas à une autre personne mais qu’importe, c’est l’illusion qui compte. Kenny n’est pas non plus du genre à se laisser berner facilement mais ma nonchalance est parfaitement maitrisée. Après tout nous venons de dépasser les 10 représentations de cette excuse. Ca aide, ça perfectionne, non ? La prochaine fois, mets le kit main libre en commençant à parler à voix haute… ou mieux greffe le toi…Voyons…on t’a jamais dis que les ondes étaient mauvaises pour la santé… Je souris. Bref, comment voudrais-tu que j’oublie ce merveilleux évènement ? Tu me le rappelles trop régulièrement alors que je te répète que j’ai pas plus d’information…. Mes épaules se  lèvent puis s’affaissent pour accompagner un souris pincé. Mets toi à l’aise, en quoi puis-je t’aider ?  Je me tourne vers l’écran, réduit les documents ouverts et laisse apparaitre l’image de la caméra de la pièce. On voit Kenny de dos au milieu de la pièce. Ceci dit pour parler de tes petites entourloupes tu aurais pu choisir un lieu moins surveillé… il parait que je serais un peu… louche… c’est dingue non ? Je fronce mes sourcils puis ferme la caméra et retourne à sa présence. Allez vas-y tu risques rien ici, on est entre amis…

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 210
↳ Points : 340
↳ Date d'inscription : 21/07/2016
↳ Age : 30
↳ Avatar : Colin O'Donoghue
↳ Age du Personnage : 39 ans en apparence / 70 ans en réalité.
↳ Métier : Shadowhunter.
↳ Opinion Politique : Je travaille pour le gouvernement tant que ça m'apporte un semblant d'intérêt.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 Général / Lvl 9999 pour me foutre dans la merde.
↳ Playlist : HUMEUR DU MOMENT :
Lee DeWyze - You're Still The One
Ben Jelen - Falling Down
Eric Arjes - Find My Way Back
Audiomachine - The Truth
↳ Citation : "A man unwilling to fight for what he wants deserves what he gets."
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #468dab



Feuille de perso
↳ Copyright: Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Deal or Choice [Tiken]   Jeu 8 Sep - 15:50


« Ne fais pas confiance aux mots. Fais confiance aux actions. »



|| TIKEN ||
- Deal or Choice -

A l'acception de Timmy à ma requête, un fin sourire se dessina sur mon visage. Il avait l'art d'exprimer une sociabilité agréable mais que je doutais toujours d'être sincère. J'enviais les gens qui avaient naturellement la façon de savoir parler aux autres. J'étais bien trop indélicat pour avoir un quelconque talent avec ça. De plus, j'avais toujours servi le gouvernement au détriment du bien-être de Timmy. On ne pouvait pas dire que j'étais l'ami qu'on espérait avoir dans son entourage. S'il était heureux de me voir, cela me questionnait davantage encore. Je l'observais retirer son kit main libre de son oreille et relevais à peine le menton. Siri hein ? Il parlait à son téléphone en plus de ça ? Bien, c'était toujours un peu mieux que de parler tout seul... Bien que l'idée était approximativement la même. Bref, peu importait, je n'étais pas là pour évaluer son état psychologique, bien que j'espérais qu'il était plus ou moins stable et que je pouvais lui faire confiance sur ce coup là. Je me rapprochais poliment après avoir refermé la porte de son bureau derrière moi. Timmy reprit la parole avant que je n'ai le temps de le faire. Merveilleux événement sonnait comme un reproche et je ne pouvais pas le blâmer. Ce n'était pas comme si je lui avais laissé le choix de passer ce deal avec moi. Je préférais quand les personnes avec qui je les scellais avaient les mains liées et étaient à plat ventre sur le sol. C'était toujours plus confortable pour moi. Effectivement, Timmy n'avait jamais plus d'informations à me donner car il n'allait pas les chercher de lui-même. Il attendait que ça tombe ou qu'une bonne occasion se présente, mais malheureusement, il y avait peu de chance que cela arrive. Alors j'allais être plus offensif et aller à la pêche aux informations moi-même. Et Timmy m'était indispensable pour ça. Lorsqu'il me permit de me mettre à l'aise, je me dirigeais vers un siège disponible, prêt à exposer mon plan pour ce soir. Il m'interrompit à temps et je me figeais. Mes petites entourloupes hein ? Spontanément, je levais les yeux avant de les laisser parcourir le tour de la pièce, pivotant sur mes pieds si nécessaire, avant de voir la caméra de surveillance au dessus de la porte, braquée sur nous.

Et bien, la confiance règne.

Je n'avais pas de bureau attitré. Je n'étais qu'un soldat, j'avais un vestiaire tout au plus, surveillé bien évidemment, mais je trouvais ça bien plus logique que de surveiller un travailleur dans son propre bureau. Je n'y avais jamais vraiment prêté attention jusqu'à maintenant. Le Gouvernement ne reculait devant rien pour asservir son personnel.

Et bien évidemment que tu es louche... ajoutais-je en me retournant vers lui.

Rien qu'à son sourire un peu trop large pour son mince visage, on voyait qu'il n'était pas parfaitement net et qu'il ne pouvait même pas totalement s'en cacher. Etre geek conservait peut-être, mais il avait l'apparence d'un enfant maladroit et timide malgré son approche de la trentaine. Pourtant, il avait quelque chose de particulier, d'assuré, notamment lorsqu'il parlait. En fait, malgré tout, je le trouvais quelque peu difficile à cerner. Et je détestais ça. J'aimais pouvoir cerner les gens qui m'entouraient pour pouvoir mieux les contrôler. Mon analyse concernant Timmy était un peu plus compliquée à réaliser. On est entre amis. Pensait-il vraiment ce qu'il disait ? Voilà le parfait exemple qui avait tendance à m'embrouiller. Il avait l'air sérieux, aucune ironie dans sa voix, peut-être une petite touche particulière pour me rassurer et m'encourager, mais comment pouvait-il penser ça après l'impitoyable personnage que j'avais été avec lui ? Mystère. A cette pensée, je clignais un peu plus vite des yeux avant de détourner le regard pour finalement m’asseoir dans un soupir. Il était inutile de me prendre la tête avec ça maintenant.

J'imagine que pour un pro de l'informatique comme toi, il est inutile que je m'inquiète du dispositif électronique qui fixe mon dos.

Je lui souris, à peine. Cet homme avait clairement des problèmes de cœur : entre sa morale et son job, il y avait une bataille. Son cœur ou son cerveau. Son cœur était en train de gagner le combat. Une chance pour moi.

Est-ce que tu as accès... Ou plutôt, est-ce que tu pourrais avoir, je ne sais comment, accès aux rapports de missions ?

Je ne pensais pas que ses codes d'identification lui donnaient le droit de fouiller dans ce genre de données, je n'étais pas sûr que cela fasse parti de son travail, bien que son travail était un peu flou à mes yeux. Il était bien plus du côté scientifique. Pas la même branche en quelque sorte.

Puisque Stain est assez intelligent pour ne rien laisser traîner en évidence et que personne n'ira chercher les informations pour moi, je vais prendre les devants.

Je lui souris, un sourire carnassier qui ne lui était pas réellement destiné, mais lorsque je pensais à Stain, je ne pouvais pas m'en empêcher. Rien que de prononcer son prénom provoquait une décharge d'hormones du plaisir dans mon organisme, comme on les appelait pour résumer. Je me penchais dans sa direction, laissant mes coudes prendre appui sur mes genoux.

J'aimerais fouiller dans les rapports de missions de Stain. Je pourrais peut-être trouver quelques incohérences ou quelques éléments douteux à exploiter... J'ai besoin de toi pour que tu me permettes d'y accéder et de me sécuriser dans les serveurs quelques heures le temps que j'analyse ses rapports. Est-ce que tu peux faire ça pour moi s'il te plaît ?

Une formule de politesse pour me montrer le plus délicat possible, mais à vrai dire, s'il était capable de le faire, ce dont j'étais presque parfaitement sûr, je ne lui laissais pas vraiment le choix. S'il avait fait quelque chose pour la caméra derrière moi, j'étais sûr qu'il était approximativement capable de faire tout ce qu'il voulait avec un ordinateur.

Tu pourrais peut-être en profiter toi aussi pour fouiller dans les serveurs... Je pourrais te protéger si besoin est et monter la garde... Je ne regarderai même pas ce que tu rechercheras.

Mais malgré que Timmy n'ait pas le choix, il était toujours important de tendre la carotte. Lui donner un intérêt de le faire ou lui proposer au moins de lui rendre la pareille. Il était toujours plus sûr de motiver les troupes que de leur faire simplement obéir à un ordre. Il serait bien plus disposé à m'aider. Et puis... Il fallait savoir être sympa, de temps en temps. Même s'il me semblait que je l'étais un peu trop avec ce type.



_________________

The gun still rattles



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3775-behind-blue-eyes

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Deal or Choice [Tiken]   Lun 19 Sep - 20:12

Et bien évidemment que tu es louche... Mes yeux roulent, je soupire et passe une main dans mes cheveux. C’est l’hôpital qui se fout de la charité. Je lui rends son regard, le détail et assume parfaitement le message que je tente de lui transférer dans une forme d’indifférence totale. De nous deux, c’est le plus louche. De nous deux, c’est également le plus fin. Une chose dont je suis dépourvu petit à petit. Mon pouls a tendance à faire des loopings lorsque la colère gronde. Le calme s’étiole pour disparaitre dans une cavité de mon esprit et mon regard, lui, expose son désaccord. Comme si le temps m’avait fait perdre ma patience. Comme si le temps m’avait fait oublier le minimum requis pour survivre ici. Instinct de préservation où es-tu passé ? Aucune idée, à croire que la dernière partie de cache cache ne s’est jamais terminé. Pourtant, je suis ici. Je suis toujours entrain de bosser pour eux. C’est bien qu’ils ne sont pas sûrs non ? C’est bien que mon rôle de petit génie à la merci du gouvernement fonctionne ? Au moins un peu. Juste un peu. Juste ce qu’il faut pour continuer de faire la seule chose pour laquelle je me sens douée : trouver une aiguille. Alors peut être que Zaran est bien plus doué que moi pour cacher ses duperies mais m’en sortant aussi bien que lui, je m’estime également plutôt bon. Il faut au moins ça, pour se rassurer. Pour avancer et continuer dans cette lancée. Qu’importe les deals qui pèsent au dessus de ma tête. J’ose espérer qu’il n’est pas aussi mauvais qu’il semble vouloir le faire croire. Est-ce que tu as accès... Ou plutôt, est-ce que tu pourrais avoir, je ne sais comment, accès aux rapports de missions ? Sourcils froncés, mon visage se durcie pour s’affaisser dans un soupire. Aussi simple que bonjour. Je le sens avant même qu’il n’explique son idée. Stain. Encore. A croire que sa fixette dépasse la simple amourette. Je n’ai aucune idée de ce qui a bien pu se passer entre eux mais à priori c’est un sacré carburant, totalement écolo. Ecolo mais pas des plus sains pour l’esprit j’imagine. Oui, un peu comme nous autre peuplade contre le gouvernement. Ca finit par nous tenir éveiller même quand on pense avoir effectué le choix libérateur. Ce n’est jamais fini. Ca ne le sera jamais. Je le crains. Puisque Stain est assez intelligent pour…. Bingo. Je devrais investir dans une boule de cristal, peut être pourrais-je m’acheter des légumes un jour. Les rapports ? Rien que ça. Aussi facile que d’entrer chez le Neandertalien, ou chez une mamie aveugle, unijambiste et sourde. …Est-ce que tu peux faire ça pour moi s'il te plaît ? L’amusement prend siège, je croise les bras et lâchant un léger rire. S’il te plait. Ai-je vraiment le choix ? Je pense m’être grillé le jour où j’ai accepté son marché à deux balles. Une grosse erreur mais d’un autre côté, je ne vois pas plus aujourd’hui ce que j’aurai pu faire hier. Gagner du temps. Oui, gagner du temps est probablement la meilleure stratégie à adopter avec lui. Un rictus apparait dans un soupire. C’est dommage d’employer ce terme, stratégie, pour parler d’une relation initialement amicale. Avoir des idéaux semble bien couteux par ici lorsque des relations mal avisées les découvrent. Tu pourrais peut-être en profiter toi aussi pour fouiller dans les serveurs... Je pourrais te protéger si besoin est et monter la garde... Je ne regarderai même pas ce que tu rechercheras. Et la carotte. Ma tête vacille de gauche à droite un bref instant, mes bras finissent par se relâcher, attrapent le bureau sur lequel je m’assoie.

Accéder aux serveurs. Rien de plus simple dans les faits, ils ne sont pas loin et sont faciles d’accès. Après, il reste… tout le reste. Y accéder, y entrer, y chercher quoique ce soit. J’y ai déjà songé mais seul, c’est digne de mission impossible…. Et qui finirait beaucoup moins bien que la série de navet du même nom. C’est bien gentil à toi, de me protéger pendant que j’irai risquer mes fesses la tête dans une fourmille de données… vraiment… je suis touché… Mais dans le vrai, toute ironie mise à part, une quelconque action de ce genre avait plus de chance d’aboutir avec sa présence. Déjà parce qu’il était totalement buté dans sa vendetta contre Stain, ensuite parce qu’il faisait parti du gouvernement et avait tout à fait les droits de circuler près des serveurs et enfin… parce que ma foi, j’avais plus confiance en lui qu’en n’importe quel autre PK. C’est dire à quel point la milice est sympathique. Bref. Avec toute la bonne volonté dont je peux faire preuve lorsque tu me proposes de risquer mes fesses dans une arène nouvelle génération… je ne pourrais pas t’offrir une fourchette de plusieurs heures sur les serveurs. L’utopie c’est pas notre monde tu sais ? Je lui souris, amusé tout de même, intéressé tout de même. Me redressant, je quitte mon bureau pour parcourir la pièce. Une demi-heure serait le bout du monde. Dis toi que chaque seconde passée sur le serveur est un pas de la milice vers nous. Certes, c’est pas le même bâtiment mais le problème peut vite arriver. Je peux faire en sorte de créer un leurre, faire croire à la bécane que c’est un accès autorisé qui y pénètre mais le subterfuge ne durera pas longtemps. Ma main s’égare dans ma tignasse. Et si on veut pouvoir réitérer, il nous faudra partir avant d’être détecté sinon on risquerait de perdre notre unique fenêtre d’entrée… Du coup ça se jouait en une vingtaine de minutes, pas plus. Télécharger des dossiers serait également trop risqué pour nous deux et rendrait à terme inviolable le serveur concerné. Pourtant, malgré mes réticences, j’y vois une opportunité non négligeable. Oui, non négligeable.

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 210
↳ Points : 340
↳ Date d'inscription : 21/07/2016
↳ Age : 30
↳ Avatar : Colin O'Donoghue
↳ Age du Personnage : 39 ans en apparence / 70 ans en réalité.
↳ Métier : Shadowhunter.
↳ Opinion Politique : Je travaille pour le gouvernement tant que ça m'apporte un semblant d'intérêt.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 Général / Lvl 9999 pour me foutre dans la merde.
↳ Playlist : HUMEUR DU MOMENT :
Lee DeWyze - You're Still The One
Ben Jelen - Falling Down
Eric Arjes - Find My Way Back
Audiomachine - The Truth
↳ Citation : "A man unwilling to fight for what he wants deserves what he gets."
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #468dab



Feuille de perso
↳ Copyright: Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Deal or Choice [Tiken]   Dim 16 Oct - 13:26


« Ne fais pas confiance aux mots. Fais confiance aux actions. »



|| TIKEN ||
- Deal or Choice -

Timmy ne savait pas cacher ses émotions ou bien alors il les laissait courir en toute liberté avec moi. S'il avait pu, je crois qu'il m'aurait sauté à la gorge. Néanmoins, il semblait connaître son intérêt à ne pas le faire ; déjà parce qu'il ne pourrait pas gagner, et ensuite parce que nous avions un deal. Mais je n'étais pas venu là pour le narguer ou le contrarier. J'étais venu là parce que j'avais besoin de lui et pas l'inverse. Je devais donc me comporter en tant que demandeur d'une faveur, bien qu'il me la devait de toute manière. Aussi salaud que j'étais devenu avec les années et cet instinct animal qui rongeait mes entrailles humaines petit à petit, j'essayais de faire des efforts ; même si parfois ils n'étaient vraiment pas flagrants. Je changeais de ton, adaptais mon discours, pour finalement lui exposer mon plan. Ma politesse inutile le fit rire alors que son croisement de bras me montrait qu'il était toujours contrarié. Drôle de façon d'exprimer deux sentiments contradictoires en même temps. Je relevais un sourcil en l'observant mais ne me laissais pas distraire. Je lui proposais une récompense en échange pour conclure ma demande, pour le stimuler, mais peut-être aussi pour me faire pardonner mon comportement de parfait connard. Pourtant, il faudrait qu'il s'y habitue. Parce que des connards, il allait en rencontrer beaucoup de nos jours, et je n'étais pas le pire, loin de là. Suffisait de prendre Stain en exemple. Mais ça, j'allais le garder pour moi. C'était désormais de cette façon que le monde tournait ; petit monde certes mais tout autant cruel où l'individualisme régnait en maître. Je ne faisais que suivre le pli. Chacun pour soi pour survivre. Il pouvait m'en vouloir d'avoir brisé une amitié naissante entre nous au détriment d'un deal ; mais malheureusement pour lui, il m'était bien plus utile sous mon contrôle et je n'avais pas besoin une main bienveillante sur mon épaule. Non, ses mains ne m'étaient d'aucune utilité, sauf si elles me permettaient d'accéder aux serveurs que je convoitais. Sa réponse pleine d'ironie me fit plisser à peine les yeux alors que je le dévisageais. Malheureusement, c'était la seule chose que je pouvais lui garantir en échange. Il pouvait s'estimer heureux que je sois d'aussi bonne humeur, j'aurais pu tout aussi bien l'y obliger par les menaces. Je restais silencieux. Ce n'était pas la réponse que je voulais entendre et il le savait très bien. Lorsque Timmy reprit la parole, ce fut un peu mieux mais pas encore ça. L'utopie, non, pour sûr ce n'était plus de notre monde. Mais nous n'allions pas parler société, espoir et avenir aujourd'hui. Je soupirais un peu plus bruyamment, le dévisageant toujours avec la même intensité pour signifier que je commençais à perdre patience à mesure qu'il me faisait attendre et tourner en bourrique. Je le suivis du regard lorsqu'il se releva et qu'il commença à arpenter son bureau ; nerveusement ? J'écoutais attentivement chacun de ses mots. Enfin ! C'était ce que j'avais voulu entendre depuis le moment même où j'avais exposé mon plan. Pourquoi m'avait-il fait attendre ? Je claquais soudainement des doigts avant de me relever de mon siège dans un élan brusque. Je m'approchais de Timmy, un vif sourire sur mon visage. J'étais excité à mesure que je voyais mon plan se concrétiser. Son acceptation était la première étape.

Tout repose sur ton expertise. Je ne demanderai pas plus que ce qui est réalisable.

J'avais peut-être un côté inconscient, je n'étais pas fou non plus. Je n'étais pas arrivé jusque là pour risquer de voir tout s'envoler parce que j'aurais été déraisonnable. Et entraîner Timmy dans ma chute ? Non. Il avait mentionné qu'une demi-heure serait le bout du monde mais il ne m'avait pas dit combien de temps nous pouvions nous permettre. Ce serait court, alors je me devais d'être efficace. Mon mental se préparait déjà à l'action.

Alors combien de minutes ? Divise ce temps par deux. C'est cinquante-cinquante.

Je lui tapais amicalement l'épaule avant d'ajouter :

Tu vois que je suis un super pote.

Ironie, bonjour. Néanmoins, je tentais de rester juste. S'il m'aidait du mieux qu'il le pouvait, je pouvais lui rendre la monnaie de sa pièce. Surtout que Timmy avait utilisé le mot réitérer, ce qui était tout autant intéressant pour moi. Si je ne trouvais rien de compromettant sur Stain cette fois-ci, ça ne voulait pas dire que je ne trouverais rien les prochaines fois. Et si nous pouvions nous permettre de réitérer la fouille des serveurs, c'était tout bénef'. Mais si je voulais espérer que Timmy reprenne des risques pour moi à l'avenir, je me devais de me comporter de la manière la plus adaptée possible. Si mon euphorie avait été de brève durée, mon calme olympien avait repris ses droits sur moi ; j'étais prêt à mener à bien notre plan.

Je te suis de près. Ouvre le chemin Timmy, ajoutais-je en lui montrant la porte de son bureau.

Oui, je savais être raisonnable mais j'étais bien trop impatient. Il fallait qu'on le fasse là, maintenant. En espérant qu'il ne m'annonce pas qu'aujourd'hui serait impossible pour une quelconque raison informatique que je ne pourrais pas comprendre. Je vérifiais ma montre. Haute technologie fournie avec ce costume infecte de Shadowhunter. Elle ne me laisserait pas tomber, une véritable alliée, je savais qu'elle m'indiquerait une horaire fiable à la seconde près, et chaque seconde compterait pour l’exécution de notre plan aujourd'hui. A vrai dire, c'était peut-être la seule chose vraiment utile dans cet uniforme noir. Ca, et le flingue bien sûr.



_________________

The gun still rattles



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3775-behind-blue-eyes

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Deal or Choice [Tiken]   Lun 24 Oct - 21:51

[i] tu les cherches ou les cultives les emmerdes ? Je reflechis à de l’agriculture raisonnée… c’est bio… c’est écolo… ça se vendra mieux…[i] Je n’ai pas besoin de voir son visage pour deviner l’exaspération que ses traits doivent afficher. Que puis-je bien lui dire pour le rassurer ? Et puis pourquoi vu qu’il n’est autre qu’une partie de moi ? Ce serait tenter de raisonner la peur elle-même. Impossible puisqu’elle est présente en chacun, d’une manière ou d’une autre. Et en cette soirée, elle avait ses raisons d’exprimer des réticences face à la proposition –bien qu’obligation- de Zaran. Difficile de lui en vouloir. La perspective de me faire arrêter et saluer une foule de débiles profonds attisés par le sang et la mort ne m’enchante pas plus. Ceci dit, j’ai encore le cas d’Hélène à élucider et bien d’autres. Le visage d’Enya traverse mon esprit tout comme la sensation de ses doigts autour de mon cou, contre ma peau, ses lèvres contre les miennes. Helene est une amie à elle et loin de vouloir jouer mon héros, je me sentais relativement minable de ne pas lui permettre d’obtenir plus de réponses que ça sur sa mort. Le fait de ne pas l’aider attise ma colère face à ce gouvernement autant que mon inutilité. Peut être qu’en suivant Zaran ou, en lui permettant de me suivre, je pourrais obtenir un petit bout d’information. Juste assez pour débloquer un torrent d’incohérences. Ceci dit quitte à trouver une information, je ne suis pas bien sûr de vouloir de nouveau croiser Enya. Ses actes étaient d’une belle incohérence également et d’une frustration dès plus dérangeantes, à la limite de la bipolarité. L’inconstance à l’état pur. Et bordel, Vaas… Depuis cette fameuse discussion chez lui, on ne peut pas dire qu’on ne soit pas rapproché. Il n’est plus que le voisin suspect, le journaliste pourri mais ce qui peut se rapprocher d’un ami. Et lui… lui c’était le mec d’Enya. Ma main s’échoue dans mon amas de cheveux avant d’étirer la peau de la joue. Bordel, pourquoi je pense à ça maintenant ? Je tapote mes joues et soupire. Bon, combien de temps ? Bonne question. Zaran tape mon épaule dans un geste amical que nous avons souvent partager mais qui m’oblige à cet instant à me décaler. Comme s’il pouvait me brûler, comme un peu durtiquaire. Sa façon d’être…. Sa façon de percevoir la vie et les relations ne m’offraient que le luxe de l’agacement. Un agacement d’autant plus grand que, quelque part, je l’apprécie encore. A crorie que les cas désespérés j’en fais mon affaire. Ta bonté te perdra… tu devrais monter une fondation de bonnes œuvres… et arrêtes de sauter de partout comme ça… c’est inquiétant… Mon regard le dévisage sans pour autant m’empecher de sourire interieurement, chez moi aussi une part d’excitation balayait l’inquiétude d’une entreprise pareille.

Je te suis de près. Ouvre le chemin Timmy. Je l’observe, presque cidéré par son désir profond de foncer droit vers les emmerdes tête de baissée. Je devrais l’y envoyer solo et collecter des preuves pour façonner ma petite vengeance. Malheureusement, je ne suis pas comme lui. Peut êre est-ce de la connerie mais qu’importe. Minute le criquet ! Détends toi 5 minutes, ça se prépare… c’est pas tout à fait un hall de gare. Et même ça c’était moins simple de le traverser de nos jours. Je me tourne vers mon ordinateur et commence mes premières manipulations. Déjà, accéder aux caméras des couloirs concernés. Ensuite les pirater sans laisser de trace, enregistrer un passage inintéressant puis le mettre en boucle. Dans le même tout transférer le programme sur la tablette et chopper ma bonne vieille clé usb de hacking. 17 minutes. Maintenant tu peux galoper tel Panpan dans un champ de coquelicot.. Je lui propose de marcher en première ligne vu qu’il avait certainement plus de légitimité de se balader dans ce secteur que moi, bien que voisin de la salle des serveurs. ON sait jamais si un pk se prendrait l’envie de roupiller la bas…. Il parait qu’il y fait chaud.

Spoiler:
 

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 210
↳ Points : 340
↳ Date d'inscription : 21/07/2016
↳ Age : 30
↳ Avatar : Colin O'Donoghue
↳ Age du Personnage : 39 ans en apparence / 70 ans en réalité.
↳ Métier : Shadowhunter.
↳ Opinion Politique : Je travaille pour le gouvernement tant que ça m'apporte un semblant d'intérêt.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 Général / Lvl 9999 pour me foutre dans la merde.
↳ Playlist : HUMEUR DU MOMENT :
Lee DeWyze - You're Still The One
Ben Jelen - Falling Down
Eric Arjes - Find My Way Back
Audiomachine - The Truth
↳ Citation : "A man unwilling to fight for what he wants deserves what he gets."
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #468dab



Feuille de perso
↳ Copyright: Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Deal or Choice [Tiken]   Mar 1 Nov - 23:29


« Ne fais pas confiance aux mots. Fais confiance aux actions. »



|| TIKEN ||
- Deal or Choice -

Il me semblait que j'avais perdu Timmy quelques secondes avant qu'il ne revienne à la réalité en jouant avec son visage. Finalement, je récupérais son attention, notamment lorsqu'il se décala pour éviter ma tape amicale sur son épaule. Mes doigts se refermèrent d'eux-mêmes en un poing avant que je ne baisse le bras pour montrer l'acceptation de son rejet. Tout à fait légitime. Peut-être finirait-il par me pardonner la manipulation dont j'avais fait preuve envers lui. Mais pour être totalement honnête, cela n'avait pas d'importance. Il pouvait me haïr, ce n'était pas un problème. Seule ma survie comptait et cet homme m'était plus utile sous mon emprise qu'en tant qu'ami, qu'il le veuille ou non c'était ça la réalité, et c'était ainsi. Un fin sourire se dessina sur mon visage alors que je baissais à peine les yeux et que bientôt je récupérais des traits parfaitement neutres, le fixant à nouveau sans détour lorsque ce fut fait. Le fait que j'assume ce que j'étais ne me rendait pas forcément fier. Ca, c'était ma partie humaine. Mais qu'est-ce qu'on s'en branle... avec un rolling eyes associé, ça c'était le renard. J'échappais un léger rire, réellement amusé, alors que j'écoutais attentivement mon interlocuteur. Il n'avait rien perdu de son humour. Je pense que cet homme était le genre de personne à vous cracher au visage avec un sourire avant que vous ne le plantiez dans le bide avec une lame et de mourir avec ce bien même précis sourire. Je laissais ma tête pencher sur mon épaule alors que je le dévisageais à mon tour. Est-ce qu'il était en train de me jauger ? Et que voyait-il ? Un monstre égoïste ? Parfait. Peut-être que cela lui éviterait de me défier. Je l'invitais alors à avancer. Nous n'avions pas toute la soirée. Néanmoins, je fus stoppé net dans mon élan. J'écoutais chaque mot de Timmy avant de froncer à peine les sourcils. Bien évidemment... Je me figeais alors que le geek tapotait sur son clavier. Je ne cherchais pas à savoir ce qu'il faisait exactement. A vrai dire, je pouvais le deviner. Il nous sécurisait et je hochais la tête en signe d'approbation. J'avais frappé à la bonne porte car pour tout avouer, je ne savais absolument pas comment nous allions nous y prendre. C'était lui, mon référent. Néanmoins, je savais au moins où étaient les serveurs et je pouvais nous y conduire en ouvrant la marche. Personne n'oserait me ralentir et c'était déjà ça. Dix-sept minutes... Bien, ce n'était pas très long, mais ce serait un bon début. Est-ce qu'il m’avait bien comparé à Panpan ? Savait-il au moins que sous ma forme animale je pouvais aisément me nourrir d'un bon lapin ? Bon d'accord, il n'avait pas besoin de savoir. Timmy avait récupéré son matériel et je quittais son bureau immédiatement pour nous guider à travers les trois couloirs qui nous séparaient de la salle des serveurs. Le peu de patrouilles dans cette aile ne semblait même pas remarquer notre présence, nous n'étions qu'un élément du décor, parfaitement à notre place et je me retournais à peine vers Timmy, un très fin sourire sur mon visage. Ils étaient tous bien trop occupés à discuter de leurs vies pour nous porter la moindre attention, se méfier de nous ou nous imaginer en train de préparer un quelconque coup de rébellion. Proche de la salle des serveurs, je fis un signe de main à Timmy pour qu'il s'arrête.

Attends là.

Si le gouvernement avait un minimum de jugeote, je trouverai un soldat dans cette salle, et celui-ci serait un peu plus difficile à convaincre que ces pecnots dans les couloirs. Les serveurs informatiques étaient d'une grosse importance ; je ne pouvais qu'imaginer la quantité d'informations qui étaient stockées et utilisées à mauvais escient là-dedans. J'entrais avec confiance sans annoncer mon arrivée. Autant surprendre le soldat à l'intérieur, en espérant que ce dernier ne soit pas trop nerveux. Néanmoins, cela me laisserait quelques secondes d'avance ; peut-être suffisamment pour me permettre de prendre le dessus. Mais jamais je n'aurais été préparé à voir ce qui se trouvait derrière cette porte. Un Peacekeeper prêt à s'envoyer en l'air avec une civile et je les avais visiblement interrompus. Ils sursautèrent et je masquais ma surprise pour assurer ma chance.

Merveilleux.

La jeune fille se cacha immédiatement de mon regard pour se rhabiller – quel dommage – alors que le Peacekeeper cherchait déjà des excuses, me spécifiant que c'était sa femme, qu'il faisait beaucoup de garde et que parfois il se permettait ce genre de petits écarts. J'haussais un sourcil. Et en plus il me confessait la totale ?

J'ai l'air de m'intéresser à ta vie de couple ? Dégagez...

Face à la résistance du Peacekeeper à son... poste, j'attrapais, confiant et sûr de mes gestes, ma radio, prêt à signaler un événement indésirable. Il m'arrêta immédiatement, me suppliant de ne pas le balancer. Parfait. Je n'aurais jamais cru que ce serait aussi facile. La chance était de mon côté, comme d'habitude. Je me demandais si je n'avais pas une patte de lapin coincé entre les dents – ouais on en revenait là – pour en avoir autant d'ailleurs.

Voilà ce qu'on va faire. On ne s'est jamais croisés. Tu vas prendre ta pause une petite heure en toute discrétion. Et s'il te vient à l'esprit de me doubler ou d'avoir soudainement une conscience professionnelle... Je désignais sa femme de l'index. C'est elle qui répondra de ta langue bien pendue.

J'affichais un sourire carnassier parfaitement simulé, suffisamment convaincant pour lui faire promettre de se taire. Après tout, les Shadowhunters n'étaient pas connus pour déconner et cette image négative allait me soutenir dans mon jeu d'acteur ; bien que j'aurais aisément pu buter sa femme si ce mec ruinait ma couverture au sein du gouvernement. Et ce ne serait qu'un mince prix qu'il paierait pour m'avoir balancé. Je pourrais toujours l'obliger à regarder. Je divaguais. Assez. J'avais totalement pris le contrôle de la situation et j'étais presque prêt à en profiter davantage en lui précisant qu'il m'en devait une mais me retins à temps. C'était suffisant, il était inutile d'enfoncer le clou ou de faire déborder le vase, son silence était tout ce dont j'avais besoin, et qui sait, si je changeais d'avis, je pourrais toujours le faire chanter plus tard. Je leur fis un signe de main méprisant vers la sortie, les invitant à dégager, ce qu'ils firent avec hâte. La salle des serveurs était désormais toute libre et j'en fus satisfait un bref instant. Je montrais ma face à Timmy avant de lui faire un clin d'oeil, signe qu'il pouvait venir me rejoindre dans cette chaudière à fils et à voyants lumineux.

Ton tour, lui lançais-je en fermant la porte derrière lui.

Je le laissais errer dans son antre et faire ce qu'il avait à faire.

Et tu commences. Je veille.

Je m'éloignais pour lui laisser de l'espace et de l'intimité. Aucune bonté là-dedans. J'avais juste peur de ne pas me contenir et de ne plus être capable de respecter ma part du marché. Si je m'emportais et ne souhaitais plus lui autoriser un temps égal au mien par pur égoïsme et parce que j'étais sur une piste incroyable, il ne pourrait jamais me décoller de cette chaise. Je n'avais pas envie de perdre mes chances et une bonne porte d'entrée grâce à Timmy, et plus que tout, je ne voulais surtout pas prendre le risque de briser un deal. Je valais encore mieux que ça, quoi que le renard au fond de mes entrailles en dise. Ouais... En fait, c'était peut-être un restant de bonté... J'confirme... Et ton geek a raison, ta bonté te perdra. Ta gueule le fauve... J'observais ma montre, prêt à déclencher le compte à rebours au signal de Timmy.



_________________

The gun still rattles



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3775-behind-blue-eyes

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Deal or Choice [Tiken]   Mer 23 Nov - 11:25

T’es sûr de toi ? Autant qu’on peut l’être en s’apprêtant à pirater le serveur d’un gouvernement relativement tyrannique… Je vois… c’est rassurant..[/i] J’agrandis mon sourire alors que Zaran passe la porte devant moi. Mon corps à sa suite, mon esprit à des anticipations. Quand bien même nous parvenons à entrer dans la salle des serveurs sans problème, fallait-il encore savoir si le contenu de ma clé pourrait briser les par feux du système puis trouver le bon dossier, avec les bonnes informations… si bien sur ces informations existent belles et biens. L’incertitude laisse dans ma bouche un gout amer sans effacer la senteur électrique et jouissive qu’on peut aisément offrir à l’adrénaline. La simple idée de se jouer du gouvernement à son instar vis-à-vis de nous autre, son peuple, me fait jubiler. Et c’est un léger rire qui s’échappe d’entre mes lèvres. Si tu penses que ta sentence sera une simple attaque à la plume sous tes orteils, dis toi que t’es complétement cinglé ! Nop… je me disais juste qu’en me levant ce matin je pensais que l’évènement le plus palpitant de ma journée serait de m’acheter un muffin… si j’avais su… Mon pouce fait craquer mon index alors que je tapote sur ma tablette. Personne ne semble être perturbé de notre présence dans les couloirs ce qui ne m’étonne guère au final ne serait-ce que par la présence de Zaran. Quant à la mienne, elle pouvait se justifier par un besoin impératif de mes compétences dans l’un des bureaux ou le simple besoin de transmettre rapidement un dossier urgent –d’où le dossier glissé sous la tablette-. Non le plus délicat allait être d’entrer dans la salle de serveur ce que Zaran semble anticiper en me demandant de l’attendre. Je m’exécute après avoir abandonné l’idée de lui montrer ce qu’il y avait dans la salle tant il s’est barré vite. Alors, curieux, j’actionne l’une des caméras de la salle et branche les écouteurs avec rapidité. Un porno…t’as refait ta journée en effet… Le sarcasme se sent à 84000 lieues sous les mers ce qui me pousse à ne pas répondre. De toute façon mes yeux sont rivés sur l’échange.

Comment ai-je été assez stupide pour ne pas voir l’incompétence de Zaran à agir comme un être humain lambda ? Tout en lui indique la manipulation dont il sait faire preuve. Sa gestuelle ne trahisse en aucun cas les menaces qu’il fait planer et ne retire en rien l’imperméabilité de son visage. Il semble prendre un sacré plaisir de cette situation. Un sentiment de parfaite puissance détenu dans le contrôle j’imagine. Un instant, j’en suis jaloux. Jaloux de ce sentiment qui enivre et donne peut être un sens à sa propre existence. L’impression de savoir quoi faire et comment, être sûr de soi, choisir et agir. Sans remords. Sans culpabilité. Je peux comprendre, oui. Je peux comprendre ce qui le rend si con torve et con. Surement pour toutes les raisons qui fait je le suis aussi mais par bien d’autres aspects. A me trémousser sans agir avec précision dans un sens comme dans l’autre, à critiquer sans agir, à juger sans faire guère mieux… Perdu dans mes songes, je manque presque de sursauter lorsque le couple sort avec une discrétion affublée à troupeau d’hippopotame. Fermant le programme juste à temps pour que Zaran ne puisse voir ma séance d’espionnage, je finis par le suivre dans la salle. Trop aimable… dis surtout que tu ne saurais pas plus choper les infos sans mon programme… Je soupire, lève les yeux au ciel et parle tout en m’activant autour des machines. Maintenant que je sais qui tu es, autant t'éviter de tenter de me faire bouffer une couleuvre en prétextant que c'est un délicieux nounours Haribo... L'honnêteté t'arrachera pas plus du paradis... S'il existe, nous en sommes tous éjectés alors bon, autant pas se mentir ou se voiler la face. Je cherche la centrale, ouvre-le cash et enfonce ma clé dans l’espace correspondant. Ma tablette s’active alors et c’est avec plaisir que je découvre toute une série de code. Dieu, depuis quand n’ai-je pas vu ça ? 9 minutes. Le piratage commence. Rapidement, à ma grande surprise, je parviens à percer les dernières défenses et découvre autant de fichiers qu’espérer. Je te fais une recherche sur ce qui t’intéresse en même temps que la mienne… J’espère que tu as bonne mémoire car ce que tu vas trouver, tu ne pourras pas le prendre… Les deux recherches s’effectuent à l’aide de plusieurs mots clés que je masque par d’autre mots dès fois que le protecteur de ces réseaux découvre la brèche.
Bordel… Le juron s’échappe alors que mes yeux parcourent un dossier inattendu. Ava. Lisant en diagonale, je ne saisis pas l’ampleur de la découverte et passe déjà à un dossier, puis à un autre. J’en parcours très rapidement 4 et tente de mémoriser les grandes lignes. Le premier semble hors contexte mais a été sélectionné par ma recherche par le croisement de concordance. Les trois autres sont liés entre eux, chaque mort a été soigneusement caché pour éviter une accusation politique. Qui aurait-cru que ces gens étaient mêlés aux expériences ? Ma montre émet grésillement que je fais une fraction de trop à entendre. Sentant déjà Zaran sur le qui-vive, je m’écarte en supprimant mes recherches et faisant apparaitre celles que j’ai faites pour lui. Histoire qu’il ait qu’à consulter. 4 minutes. Ma voix s’exprime dans un ton presque robotique. A cet instant, je sais qu’il me faudra retourner ici. A cet instant, je sais qu’il me faudra trouver un meilleur moyen pour contourner les pare-feu et collecter les informations sans laisser de trace. Laisser la brèche. Ne pas se faire chopper. Mais il en est nécessaire. Tu comptes faire quoi de ce que tu vas trouver ? Ce ne peut être que des indications et non des preuves tant qu’on ne peut récupérer les fichiers… Mes sourcils s’abaissent. Et puis les preuves, en soi c’est pas forcément plus utile… il est mignon le gouvernement que tu défends tu trouves pas ?

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 210
↳ Points : 340
↳ Date d'inscription : 21/07/2016
↳ Age : 30
↳ Avatar : Colin O'Donoghue
↳ Age du Personnage : 39 ans en apparence / 70 ans en réalité.
↳ Métier : Shadowhunter.
↳ Opinion Politique : Je travaille pour le gouvernement tant que ça m'apporte un semblant d'intérêt.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 Général / Lvl 9999 pour me foutre dans la merde.
↳ Playlist : HUMEUR DU MOMENT :
Lee DeWyze - You're Still The One
Ben Jelen - Falling Down
Eric Arjes - Find My Way Back
Audiomachine - The Truth
↳ Citation : "A man unwilling to fight for what he wants deserves what he gets."
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #468dab



Feuille de perso
↳ Copyright: Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Deal or Choice [Tiken]   Sam 26 Nov - 18:59


« Ne fais pas confiance aux mots. Fais confiance aux actions. »



|| TIKEN ||
- Deal or Choice -

Je ne savais pas si j'avais fait ou dit quelque chose qui l'avait énervé, mais lorsque je l'invitais à commencer en premier, c'était dans mes vingt-deux que Timmy me renvoya. Je me figeais à peine, redressant spontanément le menton. Un simple « ok » aurait suffi. Je ne comptais pas répondre à ses assauts verbaux, ni nier la véracité de ses mots. Il ne m'épargnait pas et je me demandais si je l'avais sincèrement blessé ou s'il passait juste ses nerfs sur moi. J'écartais les bras dans sa direction, comme si je l'accueillais, visiblement résigné, signe que j'acceptais sa véhémence à mon égard sans même la discuter. Bien. Heureusement que je n'étais pas sensible pour un sou sinon j'aurais pu m'en sentir vexé ou blessé. Maintenant que c'était dit, nous pouvions fermer cette parenthèse et commencer les choses sérieuses. Je laissais Timmy faire ce qu'il faisait le mieux après remettre mon intégrité douteuse en pleine face : hacker les serveurs. Je restais patient et croisais une nouvelle fois les bras. Je me contentais de vérifier ma montre à l'instant même où il me signalait que nous avions neuf minutes. D'accord, c'était noté. Je hochais la tête même s'il ne me regardait pas lorsqu'il me conseilla, pour enregistrer les informations que j'allais trouver, de préparer ma mémoire. Cette dernière ne m'avait pas lâché malgré les années et j'en fus reconnaissant : mes neurones étaient encore fonctionnels. Malgré une certaine tension dans la salle des serveurs, je me retenais de faire les cent pas. Il était inutile de transmettre un quelconque stress au baron de l'informatique. Un simple bordel résonna dans la salle et je me demandais sur quoi pouvait bien porter les recherches de Timmy. Si j'avais été aussi salaud qu'il le pensait, je me serais simplement rapproché et j'aurais lu avec lui. J'étais bien trop curieux. Mais j'étais aussi un homme de parole et je ne comptais pas revenir sur le deal que nous avions passé avant de venir ici. J'aurais peut-être dû. Je savais que Timmy ne me ferait plus jamais confiance, il composait au mieux avec moi dans les parages, alors je n'avais plus grand chose à perdre. La haine avait visiblement pris le dessus sur l'amitié que nous avions pu partager, qu'est-ce que cela aurait bien pu changer en partant de ce principe ? Pourtant, je restais à ma place, sage comme une image. Je ne pouvais pas le blâmer et je ne devais pas lui donner davantage de raison de me blâmer moi. Un nouveau regard sur ma montre. Si les secondes passaient rapidement pour Timmy, mon impatience rendait le temps bien plus lent de mon côté. Je soupirais à peine, discrètement, même si j'étais persuadé que rien de ce que je ne pourrais faire ne pourrait le déconcentrer. Il avait l'air totalement immergé dans ses recherches et je ne le quittais pas des yeux. Un nouveau coup d'oeil à ma montre. Quatre minute trente, c'était mon tour. Je m'approchais déjà, qu'il ait terminé ses recherches ou non. Indélicat ? Juste un peu. J'étais sympa, mais personne n'empiétait sur mon tour lorsque c'était à moi de jouer, pas même Timmy. Sentant ma présence à proximité de lui, il fit les dernières manipulations nécessaires pour faire disparaître ses recherches et faire apparaître les miennes à la place. Je ne pris même pas la peine de m'asseoir, laissant le hackeur à sa place. Il connaissait le sujet de ma curiosité ; lui demander de se tourner maintenant était parfaitement inutile. Mieux encore, s'il avait envie de lire, qu'il fasse comme chez lui, sa mémoire s'associerait peut-être à la mienne pour retenir double d'informations. De nombreux dossiers s'étaient affichés ; Stain était un bon soldat, il n'y avait pas à dire, pourtant je cherchais la faille. Une perte de temps quand j'aurais simplement pu le tuer au détour d'une rue sombre et humide et régler définitivement le problème. Je n'arrivais pourtant pas à m'y résoudre et je nageais dans mon déni comme tout bon abruti qui refusait de voir la vérité en face. Je laissais mes yeux chercher, mémoriser, fouiller, faisant défiler les dossiers les uns après les autres, peut-être un peu trop vite. Peut-être que l'un d'entre eux capterait davantage mon attention que les autres. Et je réalisais que je ne trouverais rien de cette façon. J'aurais été bien naïf de croire que j'aurais pu trouver quoi que ce soit contre Stain au premier coup d'oeil, ce n'était pas un idiot. Pourtant, je savais que je fouillais dans une mine d'or, mais sans une analyse plus poussée des dossiers, je ne pourrais jamais en faire ressortir les incohérences, que mon esprit soit vif ou non. Je n'étais pas un surhomme mais Stain non plus. S'il avait fait une erreur quelque part suffisamment grave pour obtenir une punition, bien évidemment que j'allais sauter dessus. J'écoutais d'une oreille Timmy. Je fronçais à peine les sourcils. Pourquoi me déconcentrait-il ?  Les minutes défilèrent à la vitesse de l'éclair et je donnais un bref coup d'oeil à ma montre. Trente secondes restantes, quoi déjà ? Timmy reprit une seconde fois la parole et je m'éloignais de l'écran. Si je voulais récupérer des dossiers, il fallait que je lui laisse le temps de masquer notre passage à la perfection. Encore une petite accusation au passage... Devais-je lui rappeler que lui aussi bossait pour ce mignon gouvernement ? Et si de lire des dossiers sur Stain avait pu m'énerver, je perdis mon sang froid un bref instant, attrapant son col dans le processus :

Contente-toi de remplir ta part du marché à la place de vider ta frustration sur moi, Timmy.

Colérique un jour, colérique toujours. Je devenais nerveux. J'avais murmuré entre mes dents, m'empêchant ainsi de crier. Inutile de voir débarquer des soldats ici pour comprendre ce qui était en train de se passer. Mieux valait être discret jusqu'au bout. Malgré tout, il avait raison, j'en avais bien conscience. Les preuves ne suffiraient peut-être pas et il faudrait que je sois prudent. Je le relâchais rapidement, le repoussant en arrière dans mon geste, puis m'éloignais pour lui laisser de l'espace afin qu'il fasse son boulot en paix. Maintenant que j'avais vu tous ces dossiers, cela allait me hanter. Il fallait que je les récupère, d'une manière ou d'une autre. Je m’apprêtais à quitter la salle des serveurs lorsque Timmy fut prêt. Nous allions devoir discuter, lui et moi. Mais pas ici et pas dans l'immédiat. Peu de chance qu'il m'invite à boire un café néanmoins. Finalement, son bureau au cœur du gouvernement était peut-être le lieu le plus sûr pour discuter, aussi ironique et étrange que cela pouvait être.



_________________

The gun still rattles



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3775-behind-blue-eyes
 

Deal or Choice [Tiken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ouvrir une section Illustrator ?
» [VIDEO] RED EPIC DRAGON - IT'S THE REAL DEAL !
» Comment faire une sélection multiple
» Des escrocs escroquent des narcotrafiquants colombiens
» « If you stop seeing the world in terms of what you like and you dislike and saw things for what they truly are in themselves, you would find a great deal of peace in your life. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Government Building-