AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 107
↳ Points : 142
↳ Date d'inscription : 26/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Joseph Gordon Levitt (c. Purple Haze)
↳ Age du Personnage : 671 & 35
↳ Métier : Garde du corps de Rafael Morienval
↳ Opinion Politique : Pour une prise de pouvoir des SK et une disparition inexpliquée et définitive des mages
↳ Niveau de Compétences : niveau 2 général + 3 en sens surdéveloppés + 0 en crédibilité
↳ Playlist : AaRON - 2:22
R.E.M - Losing My Religion
Chantal Goya - Pandi Panda
↳ Citation : All those moments will be lost in time like tears in rain
↳ Multicomptes : Enya cutie Rivers & Shae Thackery
↳ Couleur RP : #9999ff



Feuille de perso
↳ Copyright: Datura
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]   Mar 13 Sep - 23:29

La pleine lune. Une fois par mois, je détestais réellement mon corps. Une fois par mois, il me faisait mal à en crever et je me transformais en une boule de poil orange et blanche. Vraiment, la pire situation qui puisse être. Et la pleine lune, c’était ce soir. J’y avais pensé toute la journée, ça m’avait poursuivi, j’étais sorti à l’avance de mon poste, j’étais rentré chez moi et j’avais bu un whisky. Mais même le whisky avait un goût amer. Je savais que je ne pouvais pas lutter contre la pleine lune. C’était en moi, c’était ma nature de SkinChanger. J’étais obligé, une fois par mois au minimum, d’être un panda. Je détestais ça, je détestais ce foutu panda, je détestais tout chez lui. Il n’était pas moi, nous n’avions rien en commun.

Et puis le moment fatidique arriva. Mon corps s’ouvrit dans la douleur et Moshi prit ma place. Oh, il se marra bien pendant la nuit. Il erra un peu dans Western New Orleans, mangea deux trois trucs, dormit trois heures, joua avec un ballon laissé dans la rue. Dormit encore une petite heure. Mangea encore un peu de feuilles aux fenêtres. Moshi trouvait toujours du fun dans ses nuits. C’était un panda après tout. Quand j’étais un panda, j’avais l’impression d’être débile. Dieu merci, cela ne durait qu’une nuit. Et quand l’aube pointa le bout de son nez, je fus soulagé. Un peu avant, je pris mes affaires que je laissais toujours dans une boite aux lettres morte, en prévision des pleines lunes. Oui, parce que l’autre désavantage de se transformer en panda, c’est qu’on revenait sous forme humaine complètement à poil. C’était vraiment embarrassant. Nu comme un ver donc, lorsque le soleil se pointa le bout de son nez, je soupirai un coup et attrapai un caleçon dans la boite aux lettres. Si les expériences peu éthiques du Gouvernement servaient à quelque chose, j’espérais vraiment, de tout mon cœur, qu’elles trouveraient le moyen de ne pas se transformer à chaque pleine lune. Il parait que certains de mon espèce y arrivent mais au moyen d’une concentration extrême et d’une terrible douleur. Ca ne me semble pas une super option, en fin de compte. J’enfilai mon caleçon et attrapai mon t-shirt. Me retournant, perdu dans mes pensées, je poussai soudain un cri teinté à la fois de surprise et de peur.

Car devant moi se tenait une jeune femme complètement nue. Et contrairement à moi, sa nudité ne semblait pas la déranger le moins du monde. Je détournai le regard bien vite, j’avais des principes de gentleman, un minimum tout de même. En réalité, je connaissais bien cette jeune fille, et j’espérais l’avoir semée pendant la nuit. Elle me pourchassait à chaque pleine lune depuis un moment. Non pas qu’elle me trouvait spécialement attirant en tant qu’homme, ou qu’elle ait un service à me demander. Non non. Ce qui l’intéressait, cette jeune femme, c’était Moshi, le panda. Parce que voyez-vous, avec la chance que j’avais, je n’étais pas le seul panda rescapé de la fin du monde. Il y avait aussi Solveig Eriksson. J’avais mené ma petite enquête sur la damoiselle. Pas d’adresse connue, pas de profession connue. Tout juste savait-on qu’elle était en vie. Elle semblait ingénue, presque comme une gamine. Ses boucles brunes encadraient un visage d’ange. Et j’essayais par tous les moyens de m’en débarrasser. Parce que je n’avais franchement aucune envie de me faire une copine panda roux.
« Bonjour Solveig. Tu, euh…tu n’as pas d’habits ? »
Cette histoire de nudité me perturbait vraiment, oui. A mon époque, on respectait la nudité. C’était une question d’intime, de sensuel. Dans mon adaptation à la vie moderne, j’étais tombé sur des magazines pour ados du début du siècle. J’avais vite compris que les gens désormais n’avaient aucun mal à exhiber leur corps. Les temps avaient changé, mais moi pas tant que ça, et je n’osais pas poser les yeux sur Solveig dans cette tenue d’Eve.
« Tu veux mon t-shirt ? Je te le donne, si tu veux »
Je crois que la prochaine fois, je prévoirai carrément un change complet pour elle. Ou alors je trouverai une nouvelle planque très loin de Western New Orleans, où elle ne pourra pas me trouver au matin.

_________________
© OMEGA
There's a Light that never goes out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 115
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]   Ven 16 Sep - 0:51


Panda et pot de colle 
Panda, panda, let us be pandas together ! ••• La jeune femme jeta un énième regard au calendrier. Non pas pour traquer ses périodes vu qu’elles ne venaient plus mais plutôt pour savoir où en était la pleine lune. Parce que la dernière fois, Solveig s’était un peu fait avoir et s'était retrouvée dans une situation quelque peu gênante. En fait, se transformer au milieu d'une rue, même en pleine nuit, ce n'était guère reluisant. Surtout vu ses activités. Elle avait dû stopper ses ventes dans ce quartier pendant quelques semaines, le temps que les clients les moins loyaux oublient cette événement, ou ne décèdent tout simplement. Car Isak avait toujours fait attention à la qualité de la marchandise que leur business proposait. Que ce soit ce que dégotait sa sœur ou ce qu'elle faisait créer dans leurs laboratoires. Les autres... La plupart souhaitaient seulement s'enrichir sur le dos de leurs consommateurs, profitant de la prohibition pour son propre compte. Son frère, quant à lui, était aussi dépendant de ce qu'il vendait. Alors, il avait tout intérêt à ce qu'il avait entre les mains soit de bonne qualité. De plus, Solveig avait appris depuis son retour en tant qu'humaine que fidéliser les clients revenait moins chers que de devoir en trouver de nouveaux chaque soir. Notamment pour elle et ses pauvres pieds.

Bien, quoi qu'il en soit, revenons à l'instant présent. Solveig n'avait pas prévu de rester tranquillement dans son appartement. Déjà parce que ses sens sensibles avaient du mal avec le bruit ambiant. Et surtout parce que cela lui permettait d'explorer la ville sous un autre angle. Sans avoir cette peur permanente dans le creux de l'estomac de croiser un peacekeeper et de se faire arrêter. Comme cela aurait pu être le cas avec Laura quelques jours auparavant. Ce simple souvenir lui donna la nausée. Si son frère apprenait ce qu'il s'était passé... Il y aurait des représailles de sa part. Pour montrer qu'il avait des relations parmi les miliciens ou autre. Pour montrer que l'on ne s'en prenait pas à sa sœur impunément. Quoi qu'il en soit, cette pensée hantait la jeune femme depuis un bon moment. Au point qu'elle sursautait dès qu'Isak ouvrait la bouche pour lui parler. Entre ça et Niklas... Bordel, elle jouait avec ses nerfs là. Un jour, elle craquera. Sauf qu'elle ne voulait plus voir de bains de sang. Elle ne voulait plus voir des gens qui lui sont proches mourir. Sinon, ce serait le passé qui se répète. En boucle. Comme si le cauchemar ne pouvait avoir de fin. Elle grimaça avant de jeter un regard à l'heure. Bientôt.

La transformation eut lieu sans trop d'accrocs, comme d'habitude. Tant qu'elle n'essayait pas d'y résister de toute façon... Enfin, en quelques minutes, elle était partie à la redécouverte de la ville. Et à la recherche de l'autre panda roux. Elle l'avait déjà croisé à plusieurs reprises, avait cherché à en apprendre plus sur lui. Finalement, il ne l'intéressait que parce qu'il était le seul comme elle, cela va sans dire. Elle avait déjà suffisamment de problèmes avec les mecs dans sa vie comme ça.

La nuit passa à une vitesse folle. Et Solveig fut presque certaine de ne pas parvenir à le trouver ce soir-là. Jusqu'aux dernières minutes où elle l'aperçut, se glissa à sa suite sans le moindre bruit. Certes, l'aube n'allait pas tarder à pointer le bout de son nez et elle allait se retrouver à moitié nue dans les rues, mais ce n'était pas important si elle pouvait lui adresser quelques mots. Même s'il cherchait à la repousser à chaque fois. Après, ce devait être chiant quand même, d'avoir quelqu'un sur le dos en permanence pour vous rappeler votre nature. Sauf que Solveig ne l'avait jamais vraiment vue comme une malédiction. C'était pour cela qu'elle avait un peu de mal à se mettre dans la peau de son interlocuteur.

L'aube l'obligea à se retransformer en humaine et donc, de se retrouver complètement nue devant son acolyte. Sauf qu'elle s'en foutait un peu elle. Il lui fallut de longues secondes pour la repérer. Et le cri qu'il poussa la fit reculer d'un pas, abasourdie. Etait-elle si effrayante que cela ? Et il détourna promptement le regard. Il n'avait pas l'air à l'aise. Encore plus que lorsqu'elle l'interrogeait sur son panda. Alors... Il la salua par son prénom, et l'ombre d'un sourire se dessina sur le visage de la jeune femme. Puis une proposition de lui prêter son tee-shirt. Enfin, là, ce devait être plutôt pour lui comme il n'avait pas l'air de vouloir la voir comme cela. Un comportement bien différent des hommes qu'elle côtoyait tous les soirs au Little Darlings. Et le seul respect qu'on lui montrait était dû à son frère. Le propriétaire. Donc, elle l'observait avec un regard quelque peu étonné. Même si lui ne pouvait pas le voir.

« Bonjour... Je n'ai pas d'habits non, je voulais rentrer avant l'aube. Je pense que ce serait plus sympa, ce sera moins dérangeant pour toi. »

Clairement, encore une fois, elle s'en moquait un peu elle. Solveig n'était plus à ça près, et les seules choses qu'elle aurait vraiment voulu cacher était les cicatrices qui barraient ses bras. Plus pour éviter les regards dégoûtés et la pitié simulée des gens qui les voyaient que par honte de ce qu'elle pouvait faire. Enfin, elle ne connaissait pas grand-chose de son interlocuteur si ce n'était son prénom et sa nature. Malheureusement, faire des recherches sur lui s'était révélé plus compliqué qu'elle ne le pensait. Puisqu'il fallait éviter que son frère ne soit au courant de cela. Sous peine de lui offrir un nouvel ennemi sur un plateau d'argent. Et du sang en plus.

« Dis, on pourrait discuter un peu aujourd'hui ? J'aurai tellement de questions à te poser ! »

Chieuse en action : le retour. Pourtant, Solveig n'avait pas l'impression d'en faire trop. Après tout, elle voulait simplement des réponses, mieux comprendre le tout...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 107
↳ Points : 142
↳ Date d'inscription : 26/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Joseph Gordon Levitt (c. Purple Haze)
↳ Age du Personnage : 671 & 35
↳ Métier : Garde du corps de Rafael Morienval
↳ Opinion Politique : Pour une prise de pouvoir des SK et une disparition inexpliquée et définitive des mages
↳ Niveau de Compétences : niveau 2 général + 3 en sens surdéveloppés + 0 en crédibilité
↳ Playlist : AaRON - 2:22
R.E.M - Losing My Religion
Chantal Goya - Pandi Panda
↳ Citation : All those moments will be lost in time like tears in rain
↳ Multicomptes : Enya cutie Rivers & Shae Thackery
↳ Couleur RP : #9999ff



Feuille de perso
↳ Copyright: Datura
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]   Lun 26 Sep - 22:57

« Bonjour... Je n'ai pas d'habits non, je voulais rentrer avant l'aube. Je pense que ce serait plus sympa, ce sera moins dérangeant pour toi. »
Oui oui, je confirme, ce serait moins dérangeant. Je tendis le t-shirt à Solveig avec un sourire et me détournai un peu le temps qu’elle l’enfile. C’était nettement mieux. Non pas que la demoiselle soit désagréable à regarder, mais mes principes n’incluaient pas les jeunes filles entièrement nues. Elle ne semblait pas dérangée d’un poil. Mais d’après ce que mes recherches avaient donné, Solveig Eriksson n’était pas de ces demoiselles de bonne famille.

Déjà, la jeune femme semblait ne quasiment pas exister. Son frère était plus connu, propriétaire d’un bar miteux où je n’irais probablement jamais. Le genre de bar qui faisait des demoiselles peu vêtues une partie de son business, et de la drogue l’autre partie. J’espérais que Solveig ne fasse partie ni de l’une ni de l’autre, mais ne soyons pas naïfs, elle participait probablement aux deux. Dommage que des filles qui semblaient bien tombent dans ce genre de vie. Mais je n’étais pas Mère Teresa – dont j’avais connu l’histoire à travers les livres récupérés à la cathédrale, et qui avait l’air d’avoir été une femme remarquable, pendant que je mangeais mon bambou dans un zoo. Ce n’était pas mon rôle de sortir Solveig de sa vie.
« Dis, on pourrait discuter un peu aujourd'hui ? J'aurai tellement de questions à te poser ! »
Discuter ? Des questions ? A vrai dire, si je t’évite depuis la tombée de la nuit jeune fille, c’est justement pour ne pas discuter et répondre à tes questions. J’aurais pu envoyer bouler Solveig, partir vers chez moi et espérer ne jamais retomber sur elle. Je n’avais aucun compte à lui rendre, rien à prouver, je n’avais pas à être gentil avec elle, après tout elle n’était personne pour moi. Mais j’étais là, elle m’avait trouvé. Et elle méritait peut-être un peu de mon attention. Le Tout-puissant l’avait peut-être placée sur mon chemin pour une raison. Je soupirai et passai ma main sur ma nuque.
« OK, si tu veux. Mais euh, peut-être pas au milieu de la rue, surtout dans ta tenue. »
Oui, parce qu’entre moi torse nu et la demoiselle avec juste un t-shirt trop grand pour elle, les gens allaient se poser des questions s’ils nous voyaient. Et je n’avais aucun doute sur ce qu’ils allaient s’imaginer. Or je n’avais pas franchement envie d’avoir la réputation du gars qui couchait avec des jeunes femmes au milieu de la ville. J’étais un homme respectable, tout de même.

« Ecoute, ce que je te proposes, c’est qu’on marche jusqu’à chez moi, c’est pas très loin. Je réponds à tes questions sur la route, une fois arrivés, on boit un café et je continue à répondre à tes questions. Et ensuite tu rentres chez toi, habillée de préférence. »
Et tu me rends mon t-shirt, parce que je l’aime bien, celui-là. Ca me semblait un bon deal. Donc, sans attendre de réponse de la damoiselle, je me mis en route vers chez moi. Un petit dix minutes de route suffiraient à atteindre l’appartement, et on serait bien mieux autour d’un café.
« Mais je te préviens tout de suite, par contre. Ce truc, là, en lequel je me transforme. Je sais pas pourquoi c’est un panda. Et tu ne dois dire à personne que c’est un panda. C’est important que ça ne se sache pas, pour mon boulot, tout ça. Fin c’est compliqué, mais voilà. Pigé ? »
Rien à voir en réalité. Tout le monde au boulot se fichait de mon animal. Sauf que j’avais dit à la moitié du building que mon apparence animale était un prédateur. Alors que bon, un panda, à part prédater du bambou….si quelqu’un au gouvernement apprenait que j’étais un panda roux, ils se ficheraient bien de moi. Mais à la limite, je pouvais survivre à ça. Simplement, je n’aimais pas Moshi, même si lui s’entêtait à m’aimer assez pour repointer le bout de son nez une fois le mois. Je n’aimais pas parler de cet animal et je n’aimais pas que les gens en parlent. Et je n’apprécierais pas trop qu’une inconnue aille raconter à toute la ville qu’elle avait un copain panda. En plus, on était pas copains.

_________________
© OMEGA
There's a Light that never goes out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 115
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]   Mar 4 Oct - 14:41


Panda et pot de colle 
Panda, panda, let us be pandas together ! ••• Elle se serait presque attendue à ce que le jeune homme face à elle ne la laisse planter sur place, complètement nue. Et pourtant, au contraire, il lui offrit son tee-shirt, qu'elle enfila pour ne pas le mettre mal à l'aise plus longtemps. Sans le quitter du regard plus d'une seconde. Comme si elle avait peur qu'il ne disparaisse, même si ce n'avait pas l'air d'être son genre. Solveig était plus fragile que lui, physiquement comme mentalement. Alors, se faire duper, c'était toujours possible. Pourtant, la jeune femme n'avait pas l'impression qu'il était de ce bord-là. Après tout, elle avait hérité de son tee-shirt pour quelques minutes. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Heureusement, le vêtement tombait au milieu des cuisses : l'avantage de ne pas être grande. Ou que son interlocuteur le soit bien plus qu'elle. Et, finalement, une fois qu'il reposa les yeux sur elle dans cette tenue un peu plus sortable et confortable, il accepta sa proposition de discuter. Son sourire s'agrandit sans pour autant que ses yeux ne suivent le mouvement. Ils restaient assez fatigués, pas assez pétillants pour attirer tant l'attention que ça. Et tant mieux d'un côté, cela lui évitait pas mal de problème. Dont la mort de son frère.

Elle était néanmoins heureuse qu'il ait accepté. Parce qu'elle avait quelques questions par rapport à sa nature. Par rapport au panda. Ce n'était pas pour le hurler sur tous les toits. C'était simplement pour elle. Parce qu'à force de vivre dans un corps animal ou avec son frère, elle n'était jamais réellement parvenue à obtenir des réponses. Alors même que sa nature ne la gênait pas. Elle ne cherchait pas forcément à se lier avec d'autres. Jusqu'à ce qu'un panda ne fasse éruption dans sa vie. Solveig ne ressentait rien pour lui, seulement, elle était intriguée. Et s'il était plus vieux qu'elle ? Et s'il pouvait lui offrir deux ou trois choses d'un point de vue d'informations... Elle ne dirait jamais non. Après, si elle pouvait avoir un ami en même temps... Bon, Isak risquait de voir rouge. Elle devait penser à ça. Un léger soupir quitta ses lèvres tandis qu'elle croisa ses bras sur sa poitrine et reposa ses yeux sur le visage de son interlocuteur. Il fallait l'avouer, il était quand même agréable à regarder. En termes de visage. Ce n'était pas son genre de descendre plus bas avec des inconnus. Il suffisait de voir le temps qu'il lui avait fallu à Niklas pour qu'elle le laisse s'approcher. Et, aujourd'hui, avec son frère, elle avait encore moins envie de se lier à d'autres.

La proposition de l'homme était correcte. Même plus que correcte. Elle pourrait lui poser les questions qu'il y avait dans son esprit. Et celles qui viendraient au fur et à mesure. Il se détourna et se dirigea... Vers chez lui certainement. Solveig lui emboîta le pas, malgré son manque de sous-vêtements. Après, le tee-shirt cachait suffisamment de choses, même lorsqu'elle marchait, et il était encore tôt, les rues n'étaient pas si passantes que cela. Et, dans tous les cas, tant que son frère ne se retrouvait pas au courant, elle était tranquille. Parce qu'elle ne voulait pas l'inquiéter. Alors qu'elle allait chez un inconnu simplement parce qu'il se transformait en panda lui aussi. On avait vu bien mieux comme critère pour faire confiance... La dernière remarque de Duncan l'étonna. Pourquoi donc ? Quel travail nécessitait de cacher à ce point son animal de prédilection ? La pression de la société avait-elle toujours été aussi forte ? Ou était-ce seulement l'homme qui aurait voulu un prédateur plutôt qu'un petit panda ? Pour aller avec son attitude de mâle viril ?

« Je suis d'accord pour ta proposition. A vrai dire, je ne m'y attendais pas. Vu ce qui s'était passé la dernière fois... Je pensais que tu partirais juste. »

Solveig devait faire de grands pas pour suivre Duncan. Même si celui-ci n'allait pas si vite que ça. Il était juste plus grand. Et son métier jouait peut-être sur sa manière de se déplacer. Et puis, elle galérait un peu à marcher, elle avait encore la tête dans le gaz. En plus, il s'agissait d'un quartier qu'elle ne connaissait pas tant que ça. Elle se cantonnait aux quartiers nord avec le Little Darlings. Et elle s'y sentait bien, alors, pourquoi changer ? Il n'y avait que lors de ses transformations qu'elle s'aventurait un peu plus loin. Parce que c'était plus discret. Enfin, il était temps de commencer les questions...

« Je n'aurai personne à qui le dire. C'est surtout pour moi. Mais... Pourquoi ça te dérange à ce point ? C'est le fait que ce soit un animal mignon et pas un prédateur ? Pourquoi ce ne serait pas bien par rapport à ton travail ? »

Pour elle, évidemment, c'était étrange. Après, elle avait toujours eu du mal à mal voir son animal. Parce que c'était son frère qui l'avait transformé. Et qu'aujourd'hui, elle n'arrivait pas à se sentir mal vis-à-vis de lui. Donc, elle s'acceptait. Quelque chose de très stupide, oui...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 107
↳ Points : 142
↳ Date d'inscription : 26/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Joseph Gordon Levitt (c. Purple Haze)
↳ Age du Personnage : 671 & 35
↳ Métier : Garde du corps de Rafael Morienval
↳ Opinion Politique : Pour une prise de pouvoir des SK et une disparition inexpliquée et définitive des mages
↳ Niveau de Compétences : niveau 2 général + 3 en sens surdéveloppés + 0 en crédibilité
↳ Playlist : AaRON - 2:22
R.E.M - Losing My Religion
Chantal Goya - Pandi Panda
↳ Citation : All those moments will be lost in time like tears in rain
↳ Multicomptes : Enya cutie Rivers & Shae Thackery
↳ Couleur RP : #9999ff



Feuille de perso
↳ Copyright: Datura
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]   Sam 8 Oct - 23:53

« Vu ce qui s'était passé la dernière fois... Je pensais que tu partirais juste. »
Je haussai les épaules. C’était la dernière fois. J’avais peut-être un peu réagi comme un enfoiré, avouons-le. Mais elle m’avait pris de court, la demoiselle panda. Je me rattrapais aujourd’hui. Disons qu’on était quittes. Je lui offrais un t-shirt et un café, quand même. J’étais un type bien, non ? Tant que cela ne se reproduisait pas à chaque pleine lune. Quoique. Solveig était peut-être très sympathique. On pourrait se faire des cafés Pandas mensuels. On se raconterait les dernières blagues sur les pandas normaux et on mangerait du bambou.
« Je n'aurai personne à qui le dire. C'est surtout pour moi. Mais... Pourquoi ça te dérange à ce point ? C'est le fait que ce soit un animal mignon et pas un prédateur ? Pourquoi ce ne serait pas bien par rapport à ton travail ? »
Elle posait déjà les bonnes questions, la petite. Les questions qui dérangeaient. Je ne pus m’empêcher de sourire. J’avais promis de répondre à ses questions, et voilà que je me retrouvais coincé au bout de quelques secondes. Je soupirai et passai une main sur ma nuque. Eh bien, il était temps de passer aux aveux, Gabriè.
« Eh ben…ouais, je suppose qu’il y a un peu de ça. »
J’aurais préféré un prédateur, c’est sûr. Il y a plus classe que de se trimballer en panda roux. Un ours c’aurait été bien. Un loup. Un puma. Un truc viril et élégant quoi. Le panda n’était ni viril, ni élégant. Il était désespérément maladroit et mignon. Il était agaçant. Il était la peluche préférée des tout petits. Même quand il montrait les dents, il était mignon. Même un labrador à ce niveau-là aurait mieux fait l’affaire.
« C’est surtout que je trouve que le panda roux ne me correspond pas. Je pensais que notre forme animale nous représenterait un peu, que ce serait un reflet de notre âme. Et je ne me sens pas l’âme d’un panda roux. En plus j’ai vraiment, mais alors vraiment horreur du bambou. »
Ce n’était pas des conneries. Je détestais cette plante. Et Moshi ne pouvait pas s’empêcher d’en bouffer des kilos. Ca me restait sur l’estomac pendant des jours après. C’était dire à quel point ce panda et moi étions différents. Il y avait eu un souci quelque part dans la transformation. Autant Solveig pouvait être un panda roux dans son âme. Elle dégageait une innocence certaine, une candeur, et le qualificatif de mignonne pouvait facilement lui être attribué. Je n’avais pas vraiment envie d’être qualifié de mignon.

« Et j’ai un boulot un peu…important. Ca sonne peu modeste, dit comme ça. Je bosse pour le Gouvernement. Je suis un peu garde du corps. Je protège les gens. Enfin, certaines personnes seulement. Donc…j’ai une réputation à tenir, tu comprends ? Et les gens savent que je suis un Skinchanger. Mais ils ne savent pas quel animal je suis. Parce que s’ils savaient que je suis un panda roux, ça foutrait un sacré coup à ma crédibilité. Et je dois être crédible. J’aime bien mon boulot, je ne voudrais pas le perdre à cause de mon animal. Au fait, tu sais ce que c’est un Skinchanger ? »
Solveig était peut-être dans l’ignorance la plus totale. L’idée venait d’émerger dans mon esprit. J’avais très bien conscience de mon état, je savais ce qui m’était arrivé, j’avais même choisi de passer des siècles sous ma forme animale. Je connaissais la situation des Skinchangers. Mais elle ? Elle semblait débarquée d’un autre monde. Il faudrait peut-être tout lui expliquer depuis le début. Je m’improvisai donc professeur.
« C’est nous. Les Skinchangers. C’est les gens comme toi et moi. Tu sais qui t’a transformé, Solveig ? Tu sais comment tu es devenue Skinchanger ? C’est important que tu le saches. Ca fait partie de toi. »
Je souris. Malgré tout ce que je détestais mon panda roux, il était partie de moi. Au fond, je ne sais pas si je saurais vivre sans lui. Sans cette transformation tous les mois. C’était qui j’étais, depuis des années, depuis des siècles. Mais c'était important de savoir d'où on venait. D'où venait notre condition. Je trouvais ça dangereux d'ignorer qui était son créateur, sachant l'emprise que celui-ci avait sur sa créature. J'espérais que Solveig était en bons termes avec le sien, si c'était un tant soit peu possible. Ou qu'il ne pourrait pas lui faire de mal. Pas comme ma créatrice.

_________________
© OMEGA
There's a Light that never goes out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 115
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]   Sam 15 Oct - 23:50


Panda et pot de colle 
Panda, panda, let us be pandas together ! ••• Solveig avait directement attaqué en posant les questions qui lui semblaient les plus pertinentes. Car si Duncan lui accordait un peu de son temps pour le moment, rien ne lui disait qu'il accepterait bien longtemps. Donc, autant essayer de ne pas apparaître comme une fille trop chiante dès le début. Bon, après, s'il lui avait demandé de ne pas parler de sa nature à tout le monde, poser des questions à ce sujet en premier lieu était peut-être un peu trop... Direct. Mais il avait souri, c'était donc que cela ne le dérangeait pas tant que ça, non ?! Du moins, elle l'espérait réellement. Il lui répondit d'ailleurs assez vite, mettant en avant le fait que oui, il aurait certainement préféré avoir un animal un peu plus... Carnivore. La jeune femme l'avait en tout cas perçu ainsi. Et, d'un côté, elle pouvait comprendre. Pour un homme, se transformer en panda les soirs de pleine lune, ça devait faire mal à son ego. Cependant, d'après les recherches qu'elle avait effectuées lorsqu'elle avait demandé à son frère de la transformer, l'animal d'un skinchanger était lié à sa nature profonde. Ou un truc du genre. Ce n'était pas le sorcier qui choisissait. Et ce devait être l'une des raisons pour laquelle elle-même s'était toujours acceptée ainsi. Parce qu'après tout, ce panda était elle. Et quand on s'aimait, c'était tout entier. Et puis bon, avouons-le, elle s'en foutait pas mal de ce que pensaient les autres. Ce panda, c'était le sien, et si quelqu'un avait quelque chose à redire... Elle lui enfoncerait son poing dans la gueule. Oui. Carrément.

Il lui expliqua un peu plus en détail qu'il ne se sentait pas panda. Alors, vivre dans la peau d'un panda au moins une fois par mois ne lui convenait pas. Puis la partie sur le bambou... Solveig laissa un petit rire amusé s'échapper de ses lèvres. Elle n'avait jamais eu de problèmes avec ça pour sa part mais elle pouvait comprendre : ce n'était pas le type de nourriture qu'un humain standard mangerait. Un sourire resta collé sur ses lèvres par la suite.

Il passa ensuite à son boulot. Lorsqu'il mentionna le Gouvernement, elle perdit un peu de couleur mais tenta de garder une certaine contenance, pour ne pas montrer que cela la dérangeait. Même si c'était surtout qu'elle était effrayée qu'il tombe sur elle un jour alors qu'elle traînait pas loin du Little Darlings. Elle déglutit, joua avec ses cheveux tandis que ses pieds nus continuaient d'avancer sur le béton. Un garde du corps ? Il devait protéger des personnes importantes alors... peut-être que, dans le fond, il s'en foutrait pas mal s'il apprenait ce qu'elle était vraiment. Quoi qu'il en soit, mieux valait qu'elle ne dise rien et se cache. Avoir une réputation à tenir... Non, elle ne comprenait pas. Parce que c'était une chose qui ne lui viendrait même pas à l'esprit. Parce qu'elle-même s'en foutait pas mal de ce que ces mêmes autres pensaient. Et là, elle avait envie de le secouer un bon coup, de lui expliquer pourquoi c'était stupide de penser ainsi. Et, en même temps, elle ne voulait pas couper court aux explications et à la discussion qu'ils avaient. Donc... S'il sentait le besoin d'avoir cette crédibilité, elle était prête à la lui laisser. Même si elle trouvait qu'il n'avait pas besoin d'avoir une forme animale pour être crédible. Son corps l'était suffisamment pour ça.

Puis il continua sur les skinchangers. Solveig s'apprêtait à le couper, lui énonçant qu'elle en savait déjà beaucoup à ce sujet avant de refermer sa bouche et de le laisser continuer. Elle n'avait pas passé tant de temps que ça à faire des recherches. Puisque son frère s'était suicidé peu de temps après l'avoir transformée en métamorphe. Donc, peut-être que Duncan serait à même de lui apporter des précisions supplémentaires. Il lui posa quelques questions, lui demandant si elle savait qui l'avait transformée, comment elle était devenue ainsi. Choses auxquelles elle pouvait répondre mais elle préférait laisser ça en suspens un peu.

« Si, ça reflète ce qu'il y a au plus profond de nous. C'est juste que tu n'y as jamais eu accès, que tu n'es jamais parvenu à voir cette part-là. Mais en effet, ils pourraient éviter d'abuser sur le bambou, ce n'est pas très bon pour notre système digestif... »


Un petit sourire pointa le bout de son nez, tandis qu'elle jetait un regard autour d'elle. Le quartier ne lui était pas tant connu que ça, et s'y promener avec autant de nonchalance la tendait un peu. Elle espérait que personne ne viendrait les aborder. Qu'on ne l'agresserait pas. Parce qu'elle n'était pas sûre que Duncan l'aiderait dans de telles conditions. Après tout, comme il venait de l'avouer, il aimait son boulot au Gouvernement. Et il ne ferait rien qui pourrait entraîner sa perte.

« Je... Je ne pense pas pouvoir comprendre. Je n'ai aucune réputation moi, et j'aime bien cette idée d'être un panda. Et puis, je ne prête pas beaucoup d'attention à l'avis des autres. Tant que je peux vivre ma vie dans mon coin... »

Et loin de ceux voulant du mal à son frère. Parce que c'était une chose qu'elle ne supporterait pas. Que le Gouvernement s'en prenne à son frère. Jusque-là, elle cautionnait leurs actions parce qu'il restait loin d'eux. Le jour où il se rapprocherait et les enfermerait... Un frisson parcourut son échine. La peur se glissa dans son regard quelques secondes et elle serra ses bras contre sa poitrine avant de briser le silence, pour ne pas paraître suspecte.

« Je sais que j'en suis une... Oui, je connais la personne qui m'a transformée, c'est.. C'est mon frère. Et c'est moi qui le lui as demandé donc... C'était peut-être un peu stupide sur le coup mais c'était le seul moyen de survivre... »

Sa voix était devenue un murmure, un voile s'était déposé devant ses yeux tandis qu'elle se remémorait quelques éléments de son passé. Elle continuait de suivre Duncan, sans trop chercher à savoir dans quelle direction ils allaient. Avant de se secouer la tête et de reprendre :

« Et toi, tu sais qui t'a rendu ainsi ? Est-ce que tu apprécies cette personne ? »


C'était une question comme une autre, et qui l'intriguait au plus haut point puisqu'elle n'avait jamais discuté ainsi avec un autre skinchanger auparavant.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 107
↳ Points : 142
↳ Date d'inscription : 26/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Joseph Gordon Levitt (c. Purple Haze)
↳ Age du Personnage : 671 & 35
↳ Métier : Garde du corps de Rafael Morienval
↳ Opinion Politique : Pour une prise de pouvoir des SK et une disparition inexpliquée et définitive des mages
↳ Niveau de Compétences : niveau 2 général + 3 en sens surdéveloppés + 0 en crédibilité
↳ Playlist : AaRON - 2:22
R.E.M - Losing My Religion
Chantal Goya - Pandi Panda
↳ Citation : All those moments will be lost in time like tears in rain
↳ Multicomptes : Enya cutie Rivers & Shae Thackery
↳ Couleur RP : #9999ff



Feuille de perso
↳ Copyright: Datura
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]   Ven 28 Oct - 19:31

« Si, ça reflète ce qu'il y a au plus profond de nous. C'est juste que tu n'y as jamais eu accès, que tu n'es jamais parvenu à voir cette part-là. »
Je haussai les épaules. Je n’avais jamais vu aucune similitude entre le caractère de Moshi et le mien. Il était mignon. Tout le monde l’aimait. Peut-être avions-nous cette façon d’aimer profiter de la vie, de se balader quand tout le monde courait et s’affolait autour de nous. D’apprécier d’être vivant, tout simplement. Mais cela s’arrêtait là. Et si c’était là la seule part de moi qui était en Moshi, ça n’allait pas bien loin.

Solveig enchaina en disant qu’elle ne comprenait pas mon envie de préserver ma réputation. Qu’elle aimait être un panda. Je voulais bien la croire. Au fond, lambiner toute la nuit, manger des pousses et faire des roulades, ça avait son charme. Mais elle n’avait peut-être pas passé 700 ans à faire ça. Elle ne l’avait pas fait derrière des vitres, avec des dizaines de paires d’yeux curieux braqués sur elle. J’ai des souvenirs assez vagues du zoo, mais ce ne sont pas mes plus beaux. Je préférais de loin mes forêts de Provence, même si ça manquait de bambou. Mais c’était sûrement Solveig qui avait raison, de ne pas prêter attention à ce que les autres pensaient, de simplement vouloir vivre dans son coin. Dans mon ancienne vie, je m’en fichais éperdument aussi. Quoique, si je pouvais en mettre plein la vue à tout le monde, je le faisais. J’affichais mon succès, mes conquêtes. Mon arrogance m’avait valu d’être condamné à mort. Mais depuis que j’étais redevenu humain, j’accordais plus d’importance au regard des autres. Peut-être trop parfois. C’était matière à réflexion et introspection, pas très approprié au moment présent. Alors je me contentai de hocher la tête avec un sourire et d’écouter Solveig continuer.

Je m’estomaquai un peu en revanche lorsqu’elle m’annonça avec le plus grand naturel du monde que son sorcier était son frère. Alors là, je ne m’y attendais pas. Donc, ça ne la dérangeait pas qu’un membre de sa propre famille l’ait asservie à cette condition. Qu’il ait un pouvoir sur elle qu’elle ne pouvait briser. Que s’il mourait, elle était condamnée. Et en plus, c’était elle qui lui avait demandé. Dans quelles conditions pouvait-on décemment demander cela ? Le vouloir ? A moins qu’elle n’ait eu le choix qu’entre cela et la mort, auquel cas je peux comprendre sa décision et celle de son frère. Enfin, de ce que j’avais lu de son frère, Isak, il était dans un piteux état, patron d’un bar qui ressemblait plus à une maison close qu’autre chose et soupçonné de trafics en tous genres. Pas le gentleman, en somme. Mais s’il lui avait sauvé la vie en la transformant, alors je pouvais tout à fait imaginer le lien qui liait Solveig à lui, au-delà du lien entre un sorcier et sa créature. J’imaginais pourquoi elle restait avec lui, malgré sa condition miteuse.
« Et toi, tu sais qui t'a rendu ainsi ? Est-ce que tu apprécies cette personne ?»
J’eus un rire un peu jaune. Evidemment, elle ne pouvait pas le savoir, mais elle posait encore la question qui fâchait. Me passant une nouvelle fois la main sur la nuque, je soupirai et lui lançai un sourire amical.

« Je la connais oui. Et je parle assez peu d’elle… »
Je jaugeai Solveig. Je ne parlais quasiment jamais d’elle. Seul Rafael savait, en réalité, je crois. Et voilà que cette demoiselle inconnue débarquait et me posait la question. Je n’étais pas obligé d’en parler. Et pourtant…elle m’en avait parlé, elle, de son frère, et de sa transformation. Peut-être qu’elle méritait un peu d’honnêteté de ma part.
« Je suis né il y a…longtemps », commençai-je avec un sourire. « En France. Joli pays. Dommage qu’il n’existe plus. Bref. Il y avait cette fille, son père était le seigneur de la région. Elle s’appelait Ayalone. J’en suis tombé fou amoureux, on a commencé à se voir. Et puis, elle est tombée enceinte, j’ai été condamné à mort, la routine quoi. Elle m’a fait évader, et je croyais qu’elle m’avait sauvé la vie par amour. Mais en réalité, elle m’a transformé sans mon autorisation et m’a enfermé dans un lopin de terre avec notre fils. Quand elle est revenue huit ans après le chercher pour en faire Dieu sait quoi, je l’ai tuée. »
C’était un résumé très grossier de cette période. Très très grossier. Mais les détails importaient peu à Solveig et je n’avais pas spécialement envie d’en parler. Les faits étaient là. Ayalone m’avait complètement arnaqué, moi l’idiot fou amoureux, elle m’avait refilé un bébé, et elle était revenu le chercher des années plus tard comme si elle m’avait laissé un fauteuil en dépôt. J’avais pris la décision qui avait changé ma vie. Je n’avais plus jamais revu Ayalone, plus jamais revu mon fils, je n’avais aucune idée de ce qu’ils étaient devenus et je n’avais pas cherché à les retrouver. J’avais laissé cette vie derrière moi. Des fois, il m’arrivait de penser à lui, parfois, d’espérer qu’il ait eu une vie heureuse malgré un début un peu pourri.
« Donc non, je ne l’apprécie pas trop. », conclus-je avec un petit sourire. Solveig devait l’avoir compris d’elle-même.
Nous étions arrivés devant chez moi. Ma modeste demeure. J’ouvris la porte et fis entrer Solveig dans le salon avant d’aller mettre la cafetière en route, puis revenir m’asseoir près d’elle au salon.
« Bien. Tu as d’autres questions ? Sur les Skinchangers, sur moi, sens-toi libre de me demander ce que tu veux. »

_________________
© OMEGA
There's a Light that never goes out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 115
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]   Ven 4 Nov - 0:21


Panda et pot de colle 
Panda, panda, let us be pandas together ! ••• La jeune femme avait retourné sa question à Duncan de la façon la plus naturelle qu'il soit. Parce que c'était ainsi qu'elle était, à ne pas trop penser aux conséquences de ce qu'elle faisait ou penser en règle générale. Tant que cela ne heurtait pas leur relation à son frère et elle, c'était tout ce qui comptait. Ce qui la rendait parfois dans ce genre de situations, où elle n'arrivait pas à comprendre le point de vue de l'autre, parce qu'elle-même était bloquée dans un cercle vicieux dont elle ne sortirait pas. Alors, elle avait laissé la question sortir de ses lèvres et écouté le rire sortir de la bouche de l'homme torse-nu. Un rire plutôt froid qui lui fit arquer un sourcil. Un point sensible avait indéniablement été touché. Cependant, il prit quand même la peine de lui répondre. Chose qui étonna presque Solveig. Elle ne s'attendait pas vraiment à en apprendre sur lui. Après tout, elle restait une « stalkeuse », le suivant simplement parce qu'il était un panda roux comme elle. Au début, elle n'avait même pas envie d'apprendre à le connaître personnellement. Tout ce qui l'intéressait c'était sa partie animale, et ce qui y était lié. Et maintenant, elle se prenait à lui poser des questions des plus intimes. Comme ça.

Bref, quoi qu'il en soit, elle écouta religieusement, sans oser l'interrompre. C'était... Plus violent que ce qu'elle attendait. Peut-être qu'elle n'aurait pas dû demander finalement. Sa propre transformation lui semblait bien différente. Elle, elle l'avait demandé pour mieux résister à tout ce qui pouvait lui tomber dessus à l'époque. Puis son frère l'avait trahie, s'était suicidé. Et même si elle était restée plus deux siècles sous forme pandique, elle n'était parvenue à lui en vouloir tant que ça. Parce qu'il était de son sang certainement. Parce qu'il était tout ce qui lui restait. La jeune femme leva les yeux au ciel, observant les douces lumières de l'aurore envahirent le ciel. C'était reposant. Elle avait essayé quelques secondes de se mettre à la place de Duncan, sans succès. Encore une fois, il y avait cette incapacité à le faire. Enfin, elle s'en foutait un peu. Néanmoins, dans son esprit, on ne manipulait pas les gens. En tout cas, on utilisait pas ce qu'ils ressentaient pour nous dans cette optique-là. Certes, elle était une dealeuse donc elle s'attardait sur leur faiblesse et leur besoin de fuir les problèmes pour leur vendre ses drogues. Cependant, elle n'avait jamais poussé quelqu'un à l'aimer juste pour mieux s'en servir. C'était bien une chose qu'elle était incapable de faire.

Oui, il ne l'appréciait pas, c'était un fait. S'il l'avait tuée... La jeune femme porta ses doigts à sa bouche et se rongea doucement quelques-uns de ses ongles. Comme pour gérer un stress qu'elle ne ressentait pas. Elle ne prit pas le temps de répondre puisqu'ils étaient arrivés chez Duncan. Une demeure modeste mais toujours mieux entretenue que la sienne, chose qui se voyait au premier coup d'oeil. Il lui indiqua le salon et Solveig s'installa timidement dans le canapé. Le tee-shirt lui tombait au milieu des cuisses. Tant qu'elle n'ouvrait pas les jambes, l'homme n'aurait pas à être gêné par la façon dont elle était habillée, c'était déjà ça. D'autres questions... La suédoise se mordilla la lèvre inférieure, hésitante sur quoi poser. Par quoi commencer. Déjà parce qu'elle n'avait pas eu l'occasion de croiser d'autres skinchangers, donc elle ne savait pas trop quel sujet ils abordaient en temps normal entre eux. Et puis, elle était experte pour faire des gaffes sans le vouloir. C'était peut-être ça qui la liait aussi à son panda. Être maladroite et mignonne. Comme si elle avait besoin de ça dans sa vie de tous les jours.

« Désolée pour ce qui t'est arrivé... Ca a dû te remémorer des souvenirs pas forcément bons... »


Et elle continuait en plus. Un peu plus dans le souvenir et le rappel de sa torture, de sa mort. Elle était tellement douée pour les interactions sociales... Elle tira sur le bas du tee-shirt en se plongeant dans ses réflexions. En vrai, elle pouvait s'intéresser à pas mal de choses le concernant. Pourtant, en même temps, la jeune femme ne savait plus trop quel genre de questions elle pouvait poser. Parce que si en général elle s'en foutait de savoir comment les gens se sentaient après ses demandes, c'était toujours différent quand elle commençait à apprendre à connaître une personne. Parce qu'elle devait laisser tomber tous ces masques qu'elle posait sur son visage et que cela devenait de plus en plus compliqué d'ignorer ses sentiments, quels qu'ils soient. Bref, il fallait bien qu'elle brise le silence.

« Tu as quel âge alors ? Et la France, c'était un beau pays ? Est-ce qu'il y neigeait ? »

Elle ne s'était jamais posée de questions sur les autres pays à vrai dire. Déjà parce qu'elle n'avait pas les moyens de voyager en étant humaine, se contentant de vivre dans son village en Suède. Et aussi parce qu'après, elle avait migré à la Nouvelle-Orléans et les événements l'avaient empêchée de découvrir le monde, vu qu'il était entièrement détruit... C'était triste d'un côté. Mais elle s'en foutait un peu. Ne jamais avoir été éduquée lui avait permis de garder une certaine candeur, un certain détachement, et surtout, ne pas ressentir l'envie d'aller voir, de découvrir tous ces pays et toutes ces cultures. Evidemment, à force de côtoyer les gens ici, elle avait fini par s'interroger. Sur comment était le monde. Comment ça avait été ailleurs. Et aussi que peut-être qu'à un autre endroit, elle n'aurait pas eu besoin de pousser son frère à les transformer, et donc à se suicider... Elle se secoua la tête, comme pour enlever les mauvaises pensées et reprit la parole.

« Je n'ai jamais pu voyager, aller en dehors des frontières de mon pays alors... Je suis un peu intriguée sur ce à quoi ça ressemblait. Si c'était différent de ce que je connaissais. Tu as gardé certains... Objets ? Certaines choses ou habitudes venant de là-bas ? »

Des questions à la fois générales et personnelles. Comme elle voulait en savoir plus sans pour autant le blesser à nouveau, elle avait préféré rester sur des sujets plutôt neutres. Peut-être qu'après, elle osera en dire certaines...

« Oh, et si tu as des questions, tu peux les poser aussi. Par rapport à moi plus qu'aux skinchangers puisque tu as l'air plus au courant que moi à ce sujet... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 107
↳ Points : 142
↳ Date d'inscription : 26/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Joseph Gordon Levitt (c. Purple Haze)
↳ Age du Personnage : 671 & 35
↳ Métier : Garde du corps de Rafael Morienval
↳ Opinion Politique : Pour une prise de pouvoir des SK et une disparition inexpliquée et définitive des mages
↳ Niveau de Compétences : niveau 2 général + 3 en sens surdéveloppés + 0 en crédibilité
↳ Playlist : AaRON - 2:22
R.E.M - Losing My Religion
Chantal Goya - Pandi Panda
↳ Citation : All those moments will be lost in time like tears in rain
↳ Multicomptes : Enya cutie Rivers & Shae Thackery
↳ Couleur RP : #9999ff



Feuille de perso
↳ Copyright: Datura
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]   Mar 15 Nov - 22:04

« Désolée pour ce qui t'est arrivé.. »
Je haussai les épaules. Elle n’y pouvait rien. Personne n’y pouvait rien. C’était il y a bien longtemps, une autre vie, un autre homme. Gabriè était mort et avait laissé la place à Duncan. Le monde y avait peut-être gagné au change. Ce que j’avais vécu avait eu le mérite de faire de moi un homme meilleur.
« Tu as quel âge alors ? Et la France, c'était un beau pays ? Est-ce qu'il y neigeait ? »
Un rire m’échappa. Solveig posait des questions qui lui ressemblaient. Simples, innocentes. Elle m’expliqua qu’elle n’était jamais sortie de son pays natal. Qui n’était de toute évidence pas les Etats-Unis. Solveig Eriksson n’était pas un patronyme typiquement américain. Et elle avait le visage de ceux qui venaient du Nord, de bien plus au Nord. Elle s’intéressait à moi. C’était gentil. Elle était simplement curieuse, sans aucune arrière-pensée, simplement curieuse. Ca faisait du bien, ça me changeait de tous ces gens qui posaient des questions en attendant quelque chose en retour. Je remarquai la façon qu’elle avait de tirer sur le t-shirt que je lui avais donné. Ah oui, c’est vrai que j’avais fait un café, et que je l’avais laissée presque nue. Pour l’attitude de gentleman, on repassera. Je me levai avec un sourire.
« On va déjà aller te dégoter un truc à te mettre pour que tu sois plus à l’aise, et je vais ramener le café. Ensuite, je te raconterai. »
J’allai rapidement dans ma chambre chercher quelque chose qui irait plus ou moins à la jeune femme. Elle était petite et fine, alors ce ne fut pas évident. Mais j’optai pour un pantalon de jogging propre, qui était ajusté pour mon gabarit. Ca serait un peu grand pour Solveig, mais c’était mieux que rien. Je revins dans le salon et lui tendis, avant d’amener la cafetière et deux tasses, et de servir le liquide fumant. J’aimais l’odeur du café. Je m’installai de nouveau face à elle, me passai une main sur la nuque et me lançai.
« Alors, mon âge. Je suis né aux alentours des années 1345. Je ne sais pas exactement, on n’avait pas de calendriers, réellement, à l’époque. Donc on va dire que j’ai 670 ans, techniquement. Mais j’ai subi ma transformation vers 32 ans, donc j’en ai 36 maintenant. Je suis vachement bien conservé, en somme. », ajoutai-je avec un sourire. C’est vrai que pour un vieux, j’étais plutôt pas mal. Je n’avais jamais très bien compris cette histoire comme quoi les SkinChangers ne vieillissaient pas quand ils étaient enfermés dans leur forme animale. Pareil que leurs sorciers à Darkness Falls en fait. Comme quoi, le lien restait même à travers les dimensions.

« Quant à la France, oui, c’est un beau pays, en tout cas ça l’était. Il neigeait, parfois. On n’aimait pas ça, en général, parce que ça foutait en l’air les récoltes. Et j’ai gardé la sale habitude de jurer en français, principalement. Ah, et je plante de la lavande aussi. C’est la fleur violette que tu vois là, sur l’appui de fenêtre », dis-je en désignant la fenêtre derrière elle. « L’odeur me rappelle la maison. J’arrive pas à m’en passer. C’est con. »
J’aimais l’odeur de lavande en entrant chez moi. C’était une odeur typée, forte. Ca me ramenait à ma région. Une façon de combattre le mal du pays qui se frayait parfois un chemin jusqu’à mon cœur. Je restais profondément attaché à mon pays et à mon époque, malgré tout. On l’était tous, je suppose, à des degrés différents.
« Et toi, donc, tu viens de où et de quand ? Solveig Eriksson, ça sonne plutôt Europe du Nord. A mon époque, on disait qu’au Nord, c’étaient de véritables sauvages, avec des bateaux en forme de dragons et des casques à pointes, qui mangeaient leurs enfants et vénéraient des sorcières, enfin, tu vois le tableau. »
Je souris, amusé. On avait toutes sortes de croyances à mon époque. Le christianisme s’était bien ancré dans mon village, donc dès qu’une civilisation avait d’autres dieux que celui des catholiques, c’étaient des satanistes ou des mages noirs qui mangeaient un membre de leur famille tous les samedis soirs. Qu’est-ce que le prêtre de la région avait pu mettre dans le crâne de tous ces gens. Certains l’avaient cru sur parole, et avaient redoublé d’attention à l’église, pour ne pas finir comme les sauvages. Je pris ma tasse et but une gorgée de café. Je me brûlai un peu la langue au passage, dans ma grande adresse. Dire que plus tôt ce matin, j’avais voulu semer Solveig, et que maintenant je l’invitai à boire du café et lui demandai ses origines. Il ne fallait pas grand-chose pour me faire changer d’avis. Une jeune femme qui demande gentiment et je m’attendrissais. Merde. Je me ratatinais.

_________________
© OMEGA
There's a Light that never goes out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 115
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]   Ven 18 Nov - 3:40


Panda et pot de colle 
Panda, panda, let us be pandas together ! ••• Les questions qui étaient sorties de ses lèvres, presque naturellement. Et le rire de Duncan la figea sur place. Avait-elle encore fait une erreur, s'était-elle encore interrogée sur un sujet sensible ? Elle devrait peut-être apprendre à se taire avec l'homme. Pourtant, la jeune femme avait envie d'avoir toutes ces réponses. C'était la première fois qu'elle parlait ouvertement de sa nature avec quelqu'un. Certes, Duncan n'était pas le seul à savoir qu'elle était une skinchanger. Déjà, il y avait son frère, peut-être même qu'elle en avait touché deux mots avec Niklas. Pourtant, elle ne s'était jamais attardée. Non pas qu'elle n'appréciait pas en être une mais plutôt que se dévoiler ne faisait pas partie de ses habitudes. Elle préférait garder son silence une bonne partie de ce qu'elle était. Puisqu'elle ne pouvait plus se permettre qu'on la retrouve, que quelqu'un veuille la tuer. Son frère n'y survivrait pas. Alors, la jeune femme avait décidé de ne plus parler de sa nature, pour éviter la haine de certains extrêmes. Sauf qu'elle était là, dans l'appartement d'un... Inconnu, puisque Duncan en restait quand même un, à poser des questions à moitié nue sur les skinchangers, sur son passé à lui. Comme si de rien n'était.

Elle hocha la tête à sa proposition, préférant le silence à dire une nouvelle connerie. Solveig resta assise sur le bord du canapé, laissa son regard vide se promener sur la pièce l'entourant. Cherchant peut-être aussi un peu les issues de secours. Car, même si elle faisait plus ou moins confiance à Duncan, elle n'en restait pas moins une criminelle. Une criminelle que personne ne connaissait, puisqu'elle avait toujours oeuvré dans l'ombre, mais une criminelle quand même. Et lui était un garde du corps, plutôt pour le Gouvernement en place, ce qui ferait qu'il n'hésiterait pas à la détruire s'il savait ce qu'elle faisait. Bon, après, elle n'était pas forcément la discrétion. Son frère était recherchée déjà, la jeune femme avait simplement de la chance de ne pas être suspecte. Peut-être par rapport à son comportement, à cette candeur dont elle faisait preuve sans même s'en rendre compte. Elle ne savait pas, elle ne savait plus et surtout, elle n'y prêtait plus attention. Il fallait juste qu'elle ne se trahisse pas auprès de son interlocuteur aujourd'hui. C'était primordial pour sa survie. Jusqu'à ce qu'elle en sache plus. Là, elle réfléchirait et verrait si c'est toujours nécessaire.

Duncan lui tendit un pantalon et disparut le temps d'aller chercher le café. Solveig enfila rapidement le vêtement, un peu large pour elle mais elle s'en moquait. Au moins, plus habillée, il serait plus à l'aise. Il lui offrit une tasse, qu'elle attrapa entre ses deux mains et s'installa en face d'elle. Ainsi commencèrent les révélations. Son âge. Son année de naissance. Certes, la suédoise elle-même était quand même âgée mais là... Il avait le triple de son âge, ou presque. Alors, elle resta sur le cul, incapable de réagir. Ainsi, les sorciers existaient depuis encore plus longtemps qu'elle ne le croyait... Ne soyez pas médisants avec elle, elle était un peu perdue avec tout ça. Ce qu'elle savait, c'était ce que son grand-père leur avait appris et ce qu'Isak avait lu. De son côté, par elle-même, la jeune femme n'avait fait de recherches que sur les métamorphes, lorsque la maladie avait emporté son frère. Donc...Transformation vers trente-deux ans, maintenant trente-six... Mais en réalité plus de six cent cinquante. Un très léger sourire se dessina sur son visage. Bien conversé, c'était bien plus que ça à ce point...

Ils n'aimaient pas la neige en France ?! Après, c'était peut-être normal. En Suède, la population s'était adaptée pour les ressources et les cultures. Ils importaient énormément les céréales qui ne poussaient pas, à son époque en tout cas, préférant plutôt de la viande, trouvable en plus grande abondance. Il jure en français ? Un léger rire quitta sa gorge et ses lèvres. Elle ramena ses jambes sous elle à cet instant. Comme pour cacher cet éclat. Elle n'avait plus l'habitude. De la lavande ? La jeune femme tourna la tête dans la direction qu'il lui indiquait et observa les petites fleurs violettes qui poussaient sur son balcon. C'était beau. Elle resta de longues secondes hypnotisée par leur couleur, avant que Duncan ne la sorte de sa contemplation en lui retournant ses questions. Et en ajoutant quelques commentaires sur la vision des nordiques à son époque. Dans ses souvenirs, son grand-père et son frère lui en avaient parlé. De comment leurs ancêtres auraient été vus par les Européens. Cependant, c'était il y a longtemps et la petite famille habitait bien au nord du pays, les connaissances se faisaient plus rares...

"Tu es... Plus âgé que je ne l'aurais pensé. Il faut croire qu'en effet, notre condition nous conserve plutôt bien. C'est une très jolie plante. J'aurais bien aimé en avoir chez moi mais je ne pense pas qu'elle aurait poussé sous la neige..."


Et c'était stupide. Finalement, visiter d'autres pays aurait pu lui être sympathique. Elle aurait peut-être pu voir cette fleur si... Inconnue. Et tant d'autres... Un instant, son esprit divagua, avant que l'image de son frère ne s'impose à ses yeux. Evidemment que c'était impossible. Il était là, elle ne pouvait pas se permettre de partir sans prévenir. Puis, de toute façon, ils n'avaient pas les moyens. Aujourd'hui, si la terre n'avait pas été anéantie, peut-être que ça aurait été différent. Cependant, Solveig était coincée à la Nouvelle-Orléans aujourd'hui, sans possibilité de voyager à part en discuter comme elle était en train de le faire avec Duncan.

"Je viens de Suède, d'un petit village dans le nord, enseveli sous la neige les trois quarts de l'année.... Je crois que j'ai 250 ans, quelque chose comme ça. Mes parents n'ont pas eu le temps de faire un acte de naissance et rejoindre la ville la plus proche était trop épuisant pour mon grand-père. Alors je me suis basée sur l'âge de mon frère."

Elle lâchait les informations sans regarder Duncan. Ce n'était pas contre lui mais elle n'était jamais beaucoup à l'aise en parlant d'elle. Et notamment de son enfance. Puisqu'elle n'avait pas de parents, que ses frères lui avaient permis de survivre en volant ou commettant des méfaits grâce aux pouvoirs d'Isak, qu'ils étaient tous morts, que l'aîné s'était suicidé, l'abandonnant sous forme d'un panda... Oui, c'était particulier dans son esprit, ce rapport qu'elle avait par rapport à cette période de sa vie. Même si, contrairement à Duncan, ce n'était qu'un simple concours de circonstances. Personne n'avait manipulé personne. A part elle.

"Mon frère m'a dit... Que ce n'était pas complètement vrai. Que même si la culture de nos ancêtres pouvait apparaître comme... Violente, ils n'en restaient pas moins éduqués et ils effectuaient de nombreux échanges avec les pays aux alentours. Mais moi je ne sais pas trop, ça ne m'a jamais beaucoup intéressée..."

Un sujet un peu moins lourd pour son esprit. La jeune femme souffla doucement sur le café avant d'en boire une gorgée. Ce n'était pas sa boisson favorite mais elle ne s'était pas sentie de refuser. Surtout que cela lui permettait de discuter avec Duncan, donc c'était un moindre mal.

"Est-ce que ça te... Est-ce que ça te manque parfois ?"


La question avait passé ses lèvres, dans un murmure. Etait-ce normal de ressentir le besoin de rentrer chez soi ? De partir d'ici ? De retourner à l'époque à laquelle on appartenait ? Ou c'était juste elle et ses tendances suicidaires qui se manifestaient ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 107
↳ Points : 142
↳ Date d'inscription : 26/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Joseph Gordon Levitt (c. Purple Haze)
↳ Age du Personnage : 671 & 35
↳ Métier : Garde du corps de Rafael Morienval
↳ Opinion Politique : Pour une prise de pouvoir des SK et une disparition inexpliquée et définitive des mages
↳ Niveau de Compétences : niveau 2 général + 3 en sens surdéveloppés + 0 en crédibilité
↳ Playlist : AaRON - 2:22
R.E.M - Losing My Religion
Chantal Goya - Pandi Panda
↳ Citation : All those moments will be lost in time like tears in rain
↳ Multicomptes : Enya cutie Rivers & Shae Thackery
↳ Couleur RP : #9999ff



Feuille de perso
↳ Copyright: Datura
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]   Sam 26 Nov - 21:55

"Tu es... Plus âgé que je ne l'aurais pensé »
J’émis un petit rire. Oui, j’étais largement plus âgé que ce que tout le monde croyait. En réalité, ici, quand on croisait quelqu’un, il y avait 75% de chances que son âge physique et son âge réel ne soient absolument pas les mêmes. Entre les métamorphes et les mages qui avaient fait un petit séjour touristique à Darkness Falls, les gens qui avaient réellement l’âge qu’ils annonçaient étaient rares.

Solveig me raconta donc d’où elle venait. Elle avait 250 ans de plus que ce qu’elle paraissait. Pas une antiquité comme moi, donc, mais elle commençait à sérieusement se faire vieille aussi. Comme son patronyme le laissait penser, elle venait de Suède. Niveau météo, c’était plus ou moins l’inverse de la Provence.  Elle me dit aussi que ses ancêtres n’étaient pas les barbares des histoires que l’on me racontait pour que je sois sage, quand j’étais gamin. Mais Solveig semblait en savoir très peu sur sa propre culture. Ce que je trouvais étrange, pour être franc. Quand j’étais revenu à moi, à mon moi humain, j’avais entassé tous les livres que j’avais pu sur la France de mon époque. J’avais parcouru toute l’Histoire, toute la culture. J’avais souri parfois, en lisant les énormités que certains historiens affirmaient sur l’époque où je vivais. On passait tellement pour des miséreux. La vie n’était pas si mauvaise. Il y avait simplement moins de confort. Mais quand on n’a jamais connu le confort, peut-il vraiment nous manquer ?
"Est-ce que ça te... Est-ce que ça te manque parfois ?"
Elle avait posé la question à voix basse, comme si elle avait honte. La question était pertinente pourtant. Je me l’étais posée des dizaines de milliers de fois. Je soupirai et passai une main sur ma nuque, essayant de trouver les mots justes.
« Eh ben….ça dépend des jours, je dirais. La plupart du temps, je me dis que ce monde là n’est pas mal du tout. On a la santé, on ne vit pas les horreurs que j’ai pu vivre de mon temps. J’ai une situation sympathique, plus sympathique que de trimer dans les champs jour et nuit jusqu’à ce que je rende l’âme, tu vois. »
Je souris. Mon époque n’était pas une époque facile. Pas aussi difficile que ce que disaient les bouquins, mais pas facile non plus. J’avais un destin tout tracé. J’allais gérer les terres, trouver une femme, l’aimer peut-être un peu, élever des enfants qui m’auraient aidé aux champs dès qu’ils le pourraient physiquement. Le plus vieux des garçons aurait pris ma place, le jour où mon cœur dirait stop. Entre les deux, j’aurais travaillé, et travaillé, et travaillé, et trimé pour nourrir ma famille. C’était comme ça que ça fonctionnait. Ici, j’avais pu choisir ma voie. J’avais décidé de protéger les gens. Je m’étais fait des amis.
« Mais des fois, ça me manque, ouais. J’aimais bien mon pays. J’aimais bien ce que je faisais, dans le fond. Et puis, y’avait pas tous ces trucs de mages, de fin du monde, de transformation à la pleine lune, enfin ici, c’est un vrai bordel. »
Je me serais bien passé du panda, clairement. Je me serais passé d’arriver dans un monde complètement inconnu. Je me serais passé de l’impression de ne pas appartenir à ce monde, qui me prend parfois aux tripes. Ces gens, tous ces gens autour de moi, ils ne sont pas comme moi. Ils ne comprennent pas. Et j’ai dû m’adapter, et me battre pour me faire une place. Alors que ma place, je l’avais, en France. Avant. Avant de rencontrer Ayalone et qu’elle me pourrisse mon existence, qu’elle me prenne mon âme, puis ma liberté, puis ma vie.
« Mais je crois que je suis mieux ici. Et puis, faut dire, j’étais un odieux connard égoïste, avant de passer 700 ans dans les poils d’un panda. Donc ça joue aussi. », ajoutai-je en riant. Le Duncan d’avant ne me manquait pas. Celui d’aujourd’hui, il me plaisait bien mieux.
« Et toi, ça te manque ? Tu es bien, ici ? Tu t’y fais ? »
Je me doutais bien que la question de Solveig n’était pas innocente, et si je m’étais exprimé sur le sujet, il était temps qu’elle puisse lâcher ce qu’elle avait sur le cœur.

_________________
© OMEGA
There's a Light that never goes out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 115
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]   Sam 3 Déc - 0:23


Panda et pot de colle 
Panda, panda, let us be pandas together ! ••• La question était sortie sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi. Bon, en fait si, elle avait quelques petites idées. Son frère l'avait toujours empêchée d'avoir de quelconques liens extérieurs, elle n'avait donc jamais eu l'occasion de réellement rencontrer un autre métamorphe, notamment aussi vieux. De plus, la jeune femme s'était rendue compte que cette époque maintenant révolue lui manquait parfois. Notamment lorsqu'elle retrouvait son frère à moitié mort et qu'elle priait juste pour qu'il survive un jour de plus. Dans ses souvenirs, même si leur vie n'avait jamais été des plus luxueuses, tout était plus simple. Ou plutôt, Isak n'était pas à ce point plongé dans la drogue. Il n'était pas aussi dépendant. Finalement, c'était de sa faute s'ils en étaient arrivés là. Si elle avait été plus forte, si elle avait pu endurer la mort de leur frère, tout cela ne serait jamais arrivé. Isak n'aurait jamais transformé le dernier de la fratrie en abomination, il ne se serait jamais suicidé et il n'aurait jamais été brisé par Darkness Falls. La suédoise savait que sa demande, son besoin de se savoir plus forte physiquement avait entraîné cette chute de dominos. Et à tout vouloir, elle avait tout perdu. Maintenant, seul régnait le désespoir.

Elle entreprit d'inspirer profondément, de se sortir de ses pensées noires menaçant de la faire chuter et surtout pleurer. Se montrer faible de nos jours entraînait souvent la mort. Et puis, déjà que Duncan devait la considérer comme collante, si elle se mettait à se vider de ses larmes devant lui... Bref, autant ne pas y penser et se concentrer sur les mots qui commençaient à se former sur les lèvres de son interlocuteur. Et la métamorphe but ses paroles, remontant ses jambes contre sa poitrine et posant son menton sur ses genoux. Une position pas forcément hyper confortable mais cela lui permettait presque de se cacher, de cacher ses possibles sursauts et réactions. Finalement, il n'était pas mal ici, d'après ce qu'elle entendait. Et d'un côté, elle ne pouvait que le plussoyer. Il avait l'air de travailler pour le Gouvernement, d'être assez bien placé pour avoir besoin d'une crédibilité et donc cela se couplait avec des revenues et une situation plutôt plaisantes. Chose que Solveig serait incapable d'avoir. Bien qu'elle n'ait rien contre le Gouvernement actuel, elle ne pourrait jamais travailler pour lui vu le travail de son frère. Et le fait qu'accessoirement, c'était elle qui gérait une bonne partie des affaires, bien que personne ne soit réellement au courant. Un secret bien gardé, même au sein de leur mafia.

Elle avala une gorgée supplémentaire de café, histoire de ne pas lancer des mots qu'elle aurait pu regretter par la suite. La jeune femme ne se doutait pas qu'un seul faux pas de sa part la traînerait droit en enfer. Et Duncan nuança ses propos à cet instant, impliquant que le passé n'était pas si mal non plus par moment. Un vague sourire vide se dessina sur les lèvres de Solveig. Oui, avant, il n'y avait pas tous ces problèmes liés à leur condition. Ce lien avec leur sorcier, qui pouvait la suédoise à s'enfoncer aux tréfonds de l'horreur un peu plus chaque jour. Sans pouvoir faire marche arrière. Parce qu'elle restait réaliste sur certains points. Et si elle aimait énormément son frère et le considérait comme la personne la plus importante dans sa vie, elle avait toujours peur que ce lien qu'ils partageaient au travers de la transformation se retourne un jour contre elle. Ce jour où, sous un coup de colère, il utiliserait une piqûre de douleur à son encontre. Elle en avait vaguement entendu parler de cette possibilité. Et si elle ne la croyait pas faisable, il y avait toujours cette petite voix au fond de son esprit qui lui murmurait de faire attention. Que tout pouvait arriver.

Les mots et le rire de Duncan la ramenèrent dans l'instant présent et elle secoua doucement la tête pour se débarrasser de cette supposition bien trop pesante. Il n'avait pas tort, passer tant de temps sous forme animale avait dû le changer profondément. Et puis, s'il était un panda quand même, c'était qu'il y avait une raison, comme elle l'avait déjà dit plus tôt. Qu'il ait agi pendant des années comme un connard était une chose mais force était de contaster qu'aujourd'hui c'était loin d'être le cas. La partie panda avait laissé des traces en termes de douceur. Elle, elle ne savait pas trop, elle était toujours perdue par rapport à ce qu'elle ressentait. Lorsque Duncan lui retourna les questions, la jeune femme ne sut pas trop comment réagir. Jusqu'à quel point elle pouvait parler. Finalement, chaque personne qu'elle croisait avait le droit à une facette différente d'elle-même. Et mises bout à bout, elles dresseraient un portrait plutôt fidèle. Mais cela n'arrivera jamais bien entendu.

"Je ne sais pas bien... Si ça me manque ou non. Ou plutôt si ce ne sont pas certains éléments que j'aimerais retrouver."


Duncan avait bien souligné les problèmes liés à chaque époque. Aujourd'hui, il y avait un confort dont elle n'aurait jamais rêvé auparavant. Mais en même temps, qu'avait-elle sacrifié pour en arriver là ? La vie de deux de ses frères, puis la destruction d'Isak, son propre emprisonnement, ces chaînes qui l'entravaient mais qu'elle ne combattait même plus. Elle avait le confort mais vivait-elle encore ? En profitait-elle ? Contrairement à la Suède où même en ayant peu de choses, cela lui suffisait pour être en vie. Le bien, le mal, tout avait peu d'importance tant qu'elle avait le sourire de ceux qui l'entouraient. Aujourd'hui, il n'y avait rien d'autre qu'un mirage qui manquait de disparaître à chaque fois qu'elle fermait les yeux. Ce frère auquel elle s'accrochait tant bien que mal.

"Je ne peux pas dire que je suis mal ici. J'ai bien plus de choses, de confort comme tu l'as dit, que je n'en ai jamais eu, et il y a moins de possibilités que je meurs d'une simple grippe, ou d'une autre maladie toute bête. Donc ce serait stupide de dire que je suis mal..."


Mais c'était plus complexe que ça. Elle finit par poser sa tasse encore à moitié pleine sur la table basse avant d'enserrer ses jambes de ses bras. Elle se perdit quelques secondes dans ses pensées, cherchant à y mettre de l'ordre. Avant de soupirer doucement.

"Mais les choses étaient tellement plus faciles à l'époque. Ca me manque de ne pas pouvoir vivre sans avoir à faire attention à tout ce qui se passe autour de moi. Et puis, passer d'un village à quelques dizaines ou centaines d'habitants à un simulâcre de fin du monde et des centaines de milliers de personnes... C'est toujours étrange."

Surtout pour elle qui n'avait jamais eu d'autres contacts que ses frères ou son grand-père. Elle avait atterri à New-York, seule, perdue, jusqu'à ce qu'elle croise Niklas et qu'il lui permette de retrouver un équilibre. Puis Isak était revenu, les portes s'étaient rouvertes et tout avait rebasculé de nouveau. Et si chaque jour Solveig s'enfonçait du côté obscur avec entrain et envie, elle devait se l'avouer...

"J'ai peur de l'ultraviolence qui s'est installée dans les rues. J'ai peur des règlements de compte entre mafias et gouvernement. J'ai peur de finir par faire des conneries lorsque toutes les autres portes seront fermées. J'ai juste peur de ce monde."

Parce qu'elle n'était rien d'autre qu'un pantin, évoluant dans une réalité sans pour autant la cautionner. Mais un pantin sans son marionettiste ne faisait pas long feu. Et elle ne voulait pas perdre le sien.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


HJ:
 

_________________

Hey Don't you remember me ?

What follows those living in the light is nothing but the profound, empty darkness born from the shadow that grows longer as they approach the brilliant radiance. To truly see, your eyes must be open to both light and dark. Don't you agree, my dear child? | © Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Panda et pot de colle [Solveig & Duncan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tuto Panda ActiveScan avec Firefox
» la bande caoutchouc latérale se décolle
» [Terminé] Panda Internet Security Pro 2012 gratuit pendant 6 mois
» Télécharger Panda Cloud Antivirus Pro gratuit pendant 6 mois
» bouton qui se colle à l'image

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans-