AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Forgiven Days } l'Arène sinistrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 428
↳ Points : 455
↳ Date d'inscription : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



Feuille de perso
↳ Copyright: Morphine
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Sam 24 Sep - 0:40


Stone Heart
Stone-hard, machine guns, firing at the ones who run. Stone-hard, those bulletproof guns ••• Les discussions dans le groupe étaient froides. Comme si personne n'avait envie d'aller vers personne. Ce qu'Ambre comprenait parfaitement, vu qu'elle-même avait décidé de ne pas... Rester avec quelqu'un durant cette aventure. Ce serait bien mieux que de se trimbaler avec un novice et de se retrouver à devoir le protéger au nom d'une quelconque morale ou éthique. Cependant, la jeune fille n'eut même pas de questions à se poser. Leur dernière camarade venait d'arriver, avec de bien mauvaises nouvelles. Si on pouvait dire ça. Puisque cela ne fit ni chaud ni froid à la tueuse. En fait, alors que tout le monde se séparait, Ambre resta plantée là, à observer à quelle distance se trouvaient les bêtes. Et prenant conscience qu'aujourd'hui, elle n'aurait pas à tuer autre chose que ce qu'on lui enverrait dans la gueule. La meute se rapprochait à grandes enjambées et elle prit enfin la décision de se bouger le cul. En dernière. Elle fit demi-tour et retourna jusqu'à l'entrée en ruines par laquelle elle avait observé le paysage dévasté. Il était temps d'aller faire un tour dans ce qui ressemblait à la Nouvelle Orléans. Et de trouver une arme. Ou quelque chose pouvant en faire office.

Elle avait accéléré sa course, elle était passée devant plusieurs bâtiments effondrés mais aucun ne trouvait grâce à ses yeux. Non. Son esprit avait eu une petite idée. Il lui faudrait une vitre à briser tout d'abord. Pour avoir un objet tranchant sous la main. Au cas où. En se glissant dans une ruelle, Ambre trouva son bonheur. Une belle vitre encore en place. Et l'explosa d'un coup de coude. Quelques gouttes de sang s'éparpillèrent tandis que la jeune fille cherchait le morceau le plus adéquate. En pointe. Sinon, tout cela ne lui aurait servi à rien. Oh, et elle n'avait même pas pensé qu'elle aurait pu y laisser ses tendons ou ses articulations. Faut pas trop en demander à son cerveau quand même...

Puis, après une courte page de réflexions, elle s'entailla la paume. Des animaux – à peu de choses près – la poursuivaient. Donc, ils devaient avoir un certain odorat en plus de leur vue. Enfin, ce serait tout aussi bien qu'elle se trompe. Parce qu'elle allait se les mettre à dos sinon. Enfin, trêve de réflexions. Elle posa sa main ensanglantée sur un mur à moitié détruit et reprit sa course dans le dédale de ruines. Car si une course-poursuite se lançait, elle allait en être la proie. A cette pensée, sa bouche frémit en un léger sourire. Ses doigts se serrèrent autour du bout de verre qu'elle avait en seule arme. Sans s'arrêter de bouger. Enfin un peu d'adrénaline...

© 2981 12289 0

_________________

Live as if it was your last day

There was once a girl, she wasn't well known, she fell down a rabbit hole. She tried to get up but she couldn't break free, as she was locked in the chains of Insanity. | © Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Masculin
↳ Nombre de messages : 1573
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Dim 25 Sep - 23:33


« The chain will be broken. And all men will have their reward »



the forgiven days




Lancé de dés, vos options:
1 - Des zombies surgissent d'un bâtiment délabré, affamés et en surnombre. Parmi eux, des visages familiers décharnés, les bras tendus et les dents qui claquent.
2 - L'air vient à manquer, se fait corrosif et ronge de l'intérieur, plonge les organismes encore vivant dans l'inconfort d'une asphyxie grandissante. Le manque d'oxygène peut provoquer des hallucinations.
3 - Le sol s'éventre sous vos pieds, tout le décor tremble, soumis au caprice d'un violent tremblement de terre. Des failles, du souffre s'échappe, et des mains qui se tendent pour se saisir de ce qui passe à portée.
4 - Les murs des bâtiments alentours volent en poussière. Des lambeaux de chair sanglantes qui s’agglutinent ensemble jusqu'à former une créature répugnante et sans visage. Le sol devient visqueux.
5 - Une sirène se met à sonner et la lumière s’amoindrit. Plongé dans le noir quasi-complet, vous êtes alors assailli par un mal venu de l'ombre. Créature invisible aux attaques vives et violentes.
6 - Rien ne se passe, votre route est libre de tout obstacle.



informations pratiques


Le nombre de mots maximum est de 600. Vous pouvez bien entendu écrire moins, c'est même encouragé afin que les choses bougent et que personne ne se retrouve débordé.
↠ Les créatures surnaturelles sont toujours privées de leur pouvoirs.
↠ Un participant perdra la vie au prochain tour. Sauf volontaire, il sera probablement désigné parmi ceux ayant le moins posté, sinon au hasard.
↠ Jusqu'au prochain tour, chacun a le droit de lancer le dé une seule fois. Vous n'êtes cependant pas obligés de tenter votre chance. Le lancer de dés doit se faire impérativement dans le sujet situé ICI.
↠ De préférence, ne lancez pas tous les dés en même temps, attendez un ou deux jours après le dernier ayant lancé, sauf si votre personnage est isolé du reste du groupe.
↠ Ces obstacles se cumuleront à ceux lancés par Dariya Clarke, la coordinatrice du Colosseum, peu décidée à laisser les pauvres participants reprendre leur souffle.
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici un peu moins d'une semaine (le dimanche 2 octobre) au moins une fois (plus dans l'idéal, si vous le pouvez ). Ceux n'ayant pas posté seront automatiquement éliminés.



groupe I - liste de participants

↠ Ambre M. Del Nero
↠ Cameron E. Falls
↠ Esperanza O'Connell
↠ Rachael Miller
↠ Regan Faulkner
↠ Vaas Milligan


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Lun 26 Sep - 21:12

Dans l’incertitude précédant la révélation quant à ce qui est à l’origine du bruit, la milicienne commence déjà à élaborer plans d’attaques sur plans d’attaques, réfléchissant à la meilleure manière de gérer un ennemi dont elle ignore tous des réactions et ce tout en s’exposant le moins possible au danger. S’agirait tout de même pas de se faire saigner au tout premier affrontement…
Mais la silhouette qui se dessine alors est indiscutablement humaine, ainsi que le son de la voix qui s’élève dans l’instant suivant. Regan, elle se souvient tout en abaissant le bras qui se préparait déjà à frapper. Un rictus sardonique affleure sur ses lèvres à l'écoute de ses paroles. « Toi peut-être, mais visiblement il y a d’autres créatures ici qui partagent pas ton avis. » En attendant, elle gagne un répit de quelques secondes sur l’inévitable, même si elle n’autorise pas à son corps de relâcher cette tension qui le maintient alerte et prêt à bondir.
A l’étage inférieur, on s’acharne contre la porte qui permet d’accéder aux escaliers et le crissement des griffes qui lacèrent le bois est terrible, un présage de bien mauvais augure qui s’entent à travers les plaintes de l’obstacle qui ne tardera plus à céder. « T’en as rameuté un ici ? » Face à l’évidence, la question n’attend pas de réponse. De toute manière, son odeur à elle aurait bien fini par la trahir alors à quoi bon lancer des reproches en l’air ?
Sortant de sa pseudo planque, Rachael fouille l’appartement en ruine avec le désespoir de l’urgence. « Faut le piéger tant qu’il est encore tout seul, ça sert à rien de se tirer vers les étages supérieurs tant qu’on l’a collé aux basques. » Si tant est que les escaliers menant aux niveaux suivants soient, de toute manière, fonctionnels.
Ses yeux avisent la cheminée à moitié effondrée et quelques pas vifs l’amènent jusqu’à elle, jusqu’aux outils d’entretient laissés en vrac à côté. Elle récupère un tisonnier en fonte avec un léger rictus satisfait aux lèvres tandis qu’elle soupèse l’objet. Voilà qui sera probablement bien plus efficace que la malheureuse lampe de lecture qu’elle était tout disposée à balancer à la tête de Regan une minute plus tôt. « Une idée peut-être ? T’avais l’air de connaître l’endroit tout à l’heure. » Ça ne lui a pas échappé, oui : lorsqu’ils ont tous repris conscience dans cette arène aux couleurs de l’Apocalypse, certains semblaient bien moins dépaysés que d’autres. Si Rachael ignore tout de cette place, il semble bien que ce ne soit pas le cas de tout le monde et que son compagnon d’infortune ne fasse pas partie de la même catégorie d’ignorants qu’elle.

Un vacarme épouvantable met promptement fin à toute possibilité de dialogue. La porte vient de céder, cela ne fait plus guère de doute, et le molosse semble s’acharner dessus comme si elle s’en était personnellement prise à lui. Toutefois, cet adversaire inerte n’occupe pas le chien bien longtemps et un silence précaire prend alors place, rompu seulement par les raclements que l’animal produit en montant les marches branlantes. La trace est bien fraîche, les odeurs combinées des deux humains sont comme une piste balisée pour lui et bientôt ils peuvent l’entendre s’arrêter sur le seuil, renifler le pas de la porte, grogner. Il va falloir agir, et vite.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 428
↳ Points : 455
↳ Date d'inscription : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



Feuille de perso
↳ Copyright: Morphine
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Lun 26 Sep - 23:11


Stone Heart
Stone-hard, machine guns, firing at the ones who run. Stone-hard, those bulletproof guns ••• C’était une putain de connerie. Elle avait clairement fait une putain de connerie. Et pourtant, malgré ce fait, elle ne parvenait pas à effacer le sourire qui s’agrandissait sur son visage. Oui, elle était clairement flippante à avoir ce genre de réactions. Quelqu’un de normal aurait eu peur. Aurait cherché à se cacher. Aurait cherché à survivre plutôt que d’avoir dans son esprit d’attirer tous les chiens des enfers du monde sur sa gueule. Sauf qu’Ambre s’en foutait clairement. Son esprit ressentait quelque chose. De l’adrénaline. De l’excitation. Et c’était tout ce dont elle avait envie et besoin. Même si son corps semblait lui faire comprendre que : cocotte, c’est sympa de jouer avec moi mais je ne suis ni invincible, ni immortel. Et elle, elle avait du mal avec ce côté-là. Comme quoi, la concertation entre les deux parties était un peu plus complexe que prévu…

Les jappements dans son dos lui firent comprendre qu’elle avait intérêt à accélérer. Juste accélérer. Sauf qu’elle commençait à sentir sa tête tourner. C’était franchement désagréable. Et surtout… Si elle s’évanouissait, c’en était fini pour elle. Maintenant, c’était un miracle qu’il lui faudrait. Ce qui tombait bien parce que… Elle n’y croyait pas. Mais absolument pas. Et malgré tout… Quand le sol trembla sous ses pieds, elle fut obligée de penser que quelqu’un, quelque part, avait entendu sa prière. Enfin, juste un peu. Parce que ce connard de tremblement de terre, il s’en foutait de ce qu’il faisait tomber ou où s’ouvrait les failles. Les bâtiments s’effondraient sous les secousses particulièrement violentes. Putain, il était en colère le dieu là ?!

La jeune fille finit par s’écrouler, se prenant les pieds dans un bloc de pierre tomber là par hasard. Et quel magnifique hasard ! Ainsi, elle allait pouvoir se faire bouffer par les chiens. Sauf qu’elle se retrouvera nez-à-nez avec… Une faille. Genre, un trou béant juste devant son nez. Et les émanations qui en sortaient… Elle se couvrit bien vite les narines pour étouffer les odeurs mais aussi le son de sa toux. Parce que la discrétion, c’était utile. Même avec une main en sang et le monde entier qui s’auto-détruisait. Elle resta ainsi une ou deux secondes. Avant de sentir un truc visqueux se poser sur la cheville. Et elle s’enfuit en hurlant presque. Son corps avait pris le contrôle pour l’instant. Son esprit avait laissé le contrôle à l’instant. En priant pour que ces putains de trucs visqueux attrapent tout ce qui bouge. Même si elle avait des doutes. C’était le Gouvernement après tout, ne les auraient-ils pas immunisés à une telle possibilité ?


© 2981 12289 0


HJ:
 

_________________

Live as if it was your last day

There was once a girl, she wasn't well known, she fell down a rabbit hole. She tried to get up but she couldn't break free, as she was locked in the chains of Insanity. | © Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Mar 27 Sep - 10:09

The Forgiven Days

L'arène sinistrée

Ses mains étaient plongées dans un amas de poussière crasseux. Esperanza avait du mal à y voir clair dans la pénombre que lui offrait son refuge d’infortune. Elle ne paniquait pas, elle était plutôt dépitée. Cet endroit n’avait rien de nouveau. C’était juste son pire cauchemar qui recommençait. Son cœur palpitait, elle craignait que les molosses ne la trouvent. Dans la précipitation la métisse mit la main sur une bouteille vide. Le verre était poisseux et lui collait aux doigts. Elle se releva en tenant l’objet par le goulot. Son regard clair avisa la salle à moitié éclairée pour s’assurer qu’elle était toujours seule. Une fois sa solitude constatée, la jeune femme brisa le cul de la bouteille contre le bar dont le bois pourri suintait. C’était une arme comme une autre, la seule qu’elle ait trouvé en tout cas. La cendre continuait de tomber. Elle passait par l’endroit où le plafond s’était effondré. L’air était difficilement respirable. D’ailleurs à mesure que le temps s’écoulait, Esperanza eut de plus en plus l’impression d’avoir du mal à inspirer correctement. Est-ce qu’elle était entrain de perdre l’esprit ou est-ce que l’air devenait réellement toxique ? Lorsque sa gorge commença à la brûler, la jeune femme n’eut plus aucun  doute : l’oxygène n’en était plus. Respirer était devenu synonyme de mourir. Il fallait qu’elle sorte d’ici au plus vite.

Ses entrailles la brûlaient, elle inhalait de l’acide et si ça continuait comme ça, elle se ferait consumer de l’intérieur. La métisse replia son bras libre devant sa bouche et son nez. Elle fit le tour du bar et chercha une issue. Mais dans sa course elle heurta une table et manqua de tomber. « Mille sabords ! » jura-t-elle en continuant d’avancer. Esperanza titubait, ses poumons la faisaient atrocement souffrir. Mais la douleur elle connaissait, elle était loin d’être novice dans ce domaine. L’enfer elle y avait vécu. Et elle y avait vécu assez longtemps pour supporter ce genre de supplice. Mais est-ce que son corps suivrait cette fois ? Esperanza craignait de succomber à ces vices. Voilà pourquoi elle fit un dernier effort pour s’extirper de ce bar en ruine. Elle se retrouva dans une rue dont le béton commençait à se craqueler. Mais à peine eut-elle le temps de prendre une nouvelle bouffée d’air qu’un des clébards surgit de derrière un nuage de cendre. Serrant sa bouteille dans sa main droite, la métisse préféra largement détaler plutôt que d’affronter la bête.

Le manque d’air lui compressait le cerveau, elle avait du mal à se déplacer. Sa tête tournait, elle avait l’impression que son crâne passait sous un rouleau compresseur. Lorsqu’elle trouva la force de jeter un regard par-dessus son épaule, elle constata avec horreur que le chien avait grandit. Il courrait maintenant sur deux pattes et possédait trois têtes. Un cauchemar. Elle se demanda un instant si ce n’était pas une hallucination. Si pour le chien le doute était permis, pour ce qui était du tremblement de terre, la brune n’eut aucune hésitation. Le sol sursautait et les bâtiments alentours s’effondraient comme des châteaux de cartes. Elle ne remarqua pas Ambre tout de suite, la vue troublée par le poison qu’elle inhalait. Et puis finalement, la course du monstre fut stoppée lorsqu’une bâtisse s’écroula sur lui. Esperanza ne put se réjouir car elle perdit l’équilibre au même moment. Sa tête heurta le sol de plein fouet. Sa joue s’écorcha contre le béton et son arme d’infortune valsa un peu plus loin. Sa respiration était bruyante et s’apparentait au bruit d’un moteur mal huilé. Elle était en piteuse état...

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 2541
↳ Points : 122
↳ Date d'inscription : 25/01/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Eddie Redmayne
↳ Age du Personnage : 33 ans (254 ans)
↳ Métier : Ancien journaliste ; Prostitué
↳ Opinion Politique : Anarchiste anti-Gouvernement
↳ Playlist : Les anarchitectures – Autour de mois les fous - Les Infidèles - Que tout est noir, Saez ϟ Trouble, Halsey ϟ Mr . Brightside, The Killers ϟ One Last Song, Demon Hunter ϟ Ghostcity, Thomas Azier ϟ Shine, Years & Years ϟ Bad Blood, Bastille ϟ Children Of The Revolution, T. Rex ϟ Territorial Pissings, Nirvana

↳ Citation : « People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people »
↳ Multicomptes : Stain E. Greyjoy & Aleksi S. Lenaïk
↳ Couleur RP : #f34c4c



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Mar 27 Sep - 11:17


La menace de la lampe écartée, le français se fraie un chemin à l’intérieur. Inspectant les lieux du mieux qu’il peut dans l’obscurité. La cendre qui se mêle à la poussière, du néant dans un désordre jonchant le sol. Il se demande pendant un instant à quoi ressemble le décor pour la blonde, quelles en sont les couleurs. La question reste murée dans son crâne, s’accompagne d’un froncement de sourcils lorsque la question heurte le silence. Regan se contente d’un hochement de tête rêche. Il a conscience de son erreur, mais il est trop tard pour revenir en arrière. Aveugles, les créatures ont d’autres moyens de les repérer et aucune cachette n’est suffisamment efficace pour les tenir à distance. Se déplacer, le plus silencieusement possible en retenant son souffle. Ce que Rachael ne semble pas prête à faire. Inconsciemment, le fait de se retrouver à nouveau enfermé dans les entrailles d’un monde ressemblant affreusement à Darkness Falls plonge le résistant dans une étrange apathie. L’instinct de survie mutilé, broyé sous le flot d’une angoisse qui le ronge comme un ver. Appuyé contre le mur fissuré, le rouquin la regarde faire. S’acharner à trouver une arme pour lutter contre la créature qui s’échine l’étage en-dessous. Ameuté par le bruit, même léger qu’ils peuvent émettre.

Un sursaut le tire de sa léthargie. La question qui fait ciller, il ne s’attendait pas vraiment à ce qu’elle lui demande son avis. Des conseils, et ça le dérange plus qu’il ne voudrait bien le croire. « - Il ne faut pas lui laisser beaucoup de marge de manœuvre. S’il entre ici, ce sera impossible de l’éliminer. » Lâche-t-il dans un souffle rauque. A peine audible et brisé par la tension qui lui déchire les nerfs. Le vacarme en-dessous fait pulser son cœur contre sa poitrine, montée d’adrénaline violente qui le pousse en avant. La porte se pousse pour ne laisser à l’animal que la place d’y engouffrer sa tête. Le français n’aura pas la force nécessaire pour maintenir la créature dans un espace aussi restreint très longtemps, malgré toute sa bonne volonté, l’épaule ayant déjà souffert de sa précédente rencontre avec un panneau de bois du même genre. « - Vu que tu as l'air déterminée à les éradiquer, je te laisse l’honneur de l’achever quand il passera la tête. » La galanterie déplacée qui s’accroche aux lippes dans un sourire amer, presque aussi cynique que ses paroles. Le résistant n’a pas le temps de s’assurer que la blonde s’exécutera que déjà un heurt vient ébranler le chambranle. Ca dégringole le long de son bras, le fait grimacer de douleur. L’animal grogne, racle le plancher de ses griffes acérées, joue de l’échine pour se frayer un chemin dans le piège. Les crocs claquent, mordent le vide devant eux et sans prévenir le museau se tourne en direction de Regan. La folie dans les orbites aveugles de l’animal, excité par l’odeur du sang. Le sien. Suivant des yeux l’insistance avec laquelle l’animal lutte pour l’atteindre, le français réalise alors qu’il a été blessé. La déchirure s’étend sur tout son mollet, les traces profondes des griffes de l’animal sur sa peau blanche. Et le sang qui s’en échappe. Son insensibilité l’a protégé de la douleur mais déjà il sent ses membres faiblir. Affolés par la vision d’horreur qui barbouille sa jambe, le piège à monstres qu’il est devenu en se laissant si bêtement avoir. « - Rachael, je ne pourrais pas le retenir bien longtemps… » Solitaire qui supplie, alors que son cerveau tente déjà de trouver une solution pour endiguer au mieux l’hémorragie et éviter de se faire bêtement repéré. Se séparer, dès que l’animal sera étendu à terre, pour la sécurité de la blonde, c’est là la seule chose qu’ils devront faire.

_________________
❝ Naufragé dans la nuit

On s'achète on se vend. Au vent des hémisphères. On se jette, on se prend contre un peu d’éphémère. Sur l'étoile d'argent, le cerveau, la chair. Faudra choisir un camp. L'obscur ou la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3400-les-anarchitectu

Féminin
↳ Nombre de messages : 977
↳ Points : 665
↳ Date d'inscription : 01/07/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau max en tâches et théorie du complot
↳ Playlist : Woodkid - Run Boy Run ; C!NCC - Bipolar Mind ; The Used - The Bird and The Worm ; Enter Shikari - Destabilise ; ADTR - Paranoia ; Eddie Vedder - Society
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna + (she)wolf
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Sam 1 Oct - 12:42



Vaas n'était plus certain si sa difficulté à respirer venait de la situation qui le dépassait totalement -et qui dépassait sans doute tout le monde- ou si c'était à cause de cet air putride qui flottait autour d'eux dont l'ouvrier était persuadé qu'il était tout sauf pur. Le fait que des chiens sanguinaires étaient à leur trousse n'aidait pas à la relaxation. Toujours agglutiné de sa planche en bois, il resta accroupi contre un mur et aperçu que Cameron avait réussi également à se procurer une arme de fortune. Piètre défense qu'ils avaient là, mais c'était pour le moment leur unique moyen de contrer une éventuelle attaque. Vaas resta le plus silencieux du monde, craignant même que sa respiration pouvait trahir sa présence. Ce fut alors qu'il entendit des aboiements s'approcher de plus en plus. Ils semblaient courir sans vouloir s'arrêter. L'ouvrier fut tiraillé entre l'envie de jeter un coup d’œil à l'extérieur afin d'en savoir plus sur les circonstances de cette agitation ou de rester planquer tel un lépreux qui se cache de la vue des autres. Mais il n'eut pas le temps de réfléchir à quoique ce soit qu'il sentit que la terre tremblait. Un tremblement de terre, ici, dans les tréfonds de l'enfer ? Des gravas tombèrent autour de lui, résultat de l'état délabré de l'immeuble.

Les aboiements se turent petit à petit, mais un cri aigu venant de l'extérieur lui firent ressortir la tête d'entre ses genoux. L'un d'entre eux était visiblement en danger. Vaas se risqua de bouger de sa position fœtale de sécurité afin de se risquer un rapide regard à l'extérieur à travers l'une des vitres poisseuses. Après quelques secondes d'intense concentration et de plissements d'yeux, il aperçut furtivement une silhouette blonde trébuchant en face d'une faille qui semblait être apparue de nulle part. Vaas n'avait pas le souvenir d'avoir vu une faille aussi énorme en courant avec Cameron lorsqu'ils cherchaient un refuge. Ou bien étaient-ils trop occupés à courir pour leur survie ? Quelque chose lui fit prendre ses jambes à son cou, et bien qu'il fut curieux de connaître la cause de la terreur d'une femme comme Ambre, il ne fut cependant pas pressé d'y faire face. Ce ne fut qu'une fois la blonde partie qu'il remarqua Esperanza, à terre et visiblement mal en point. « Putain de merde, relève-toi, relève-toi... » Il ne savait pas pourquoi elle s'était retrouvée dehors alors que des chiens assoiffés de sang tenait à faire d'eux leur casse-croûte. Sans doute venait-elle de traverser une impasse pour se retrouver à découvert. « Et merde. » Sans vraiment réfléchir à un plan, Vaas se dirigea vers la porte d'entrée. Il posa un regard qui se voulait sûr de lui à Cameron. Il avait l'air surtout perdu. « J'vais la chercher, on l'a met à l'abri ici. Tu m'couvres si y'a un souci. » Voir deux, peut-être même trois.

Avant de se plonger dans la gueule du loup, Vaas ouvrit la porte furtivement et observa les alentours. Aucun jappements de chien à l'horizon, même s'il craignait que ce silence ne soit de courte durée. Toujours affublé de sa planche de bois de fortune, il trottina vers la jeune femme encore à terre mais qui respirait très fortement. Il fut soulagé de voir qu'elle était toujours consciente. Sans doute était-elle particulièrement sonnée, ne trouvant plus aucune force pour se lever. « Eh ! Reste pas par terre, debout. » Il s’accroupit près d'elle et lui prit le bras qu'il mit autour de son cou afin de l'aider à se relever. Sans plus attendre, il l'aida à se traîner jusqu'à leur refuge de fortune où Cameron guettait encore le danger qui pouvait arriver à tout moment.

_________________
COMMEDIA DELL'ARTE DELL'INFERNO
Dans un monde sans lumière s'avance l'armée des ombres. Secte au culte lunaire, marionnette, quelle est ton ombre ? Le bon sens est mis en quarantaine, où est passée la vérité ? Moyen-âge des temps modernes, bienvenue dans un monde dépassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2888-fell-down-a-hole

Féminin
↳ Nombre de messages : 690
↳ Points : 793
↳ Date d'inscription : 12/02/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Astrid Berges-Frisbey
↳ Age du Personnage : 27 ans.
↳ Métier : Multi-tâches.
↳ Opinion Politique : Totalement blasée.
↳ Playlist : Las Ketchup - Asereje
↳ Citation : "Les Lamentations des Vivants sont un Chant pour les Morts."
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #cccc99



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Sam 1 Oct - 21:57


Sympa la climatisation. M'enfin, faudrait penser à changer les filtres. Là, elle avait surtout l'impression que de la cendre s'acharnait à tapisser le fond de sa gorge. Toussotant le plus discrètement possible, ce qui n'était pas une mince affaire, Cameron gardait son attention portée sur la rue. Les deux molosses s'en étaient allés vers de plus beaux paturages, leur laissant à Vaas et elle, quelques secondes de répit. Et puis... tout s'enchaina. La blonde un peu maso sur les bords apparut, cria et s'enfuit sans demander son reste. Cette scène irréelle sembla basculer l'ex-soldat dans une incompréhension pensive avant que son binôme du moment ne la fasse revenir sur Terre. Façon de parler. Elle chercha du regard ce qui l'accaparait autant et fronça les sourcils en remarquant une silhouette féminine au sol. Vaas bougea alors et Cam se redressa aussitôt.

« Tu m'couvres, il en a de bonnes lui... » Alors que le jeune homme filait dehors le plus silencieusement possible. Cameron suivit sa progression jusqu'au corps inanimé, tout en sondant les horizons encore et encore. Quand un aboiement se fit entendre dans la zone, tout sembla se figer. Cameron sortit en trombe, et alla aider Vaas à porter la demoiselle. Hors de question qu'ils se fassent bouffer parce qu'il y aura eu tentative de bonne action. Tous trois rentrèrent dans leur abri de fortune – ouais quand y a pas de fenêtre, c'est la loose – et Cameron reprit son poste d'observation en laissant le soin au boy-scout de jouer les princes charmants.

La sueur perlait sur son front, et ses poumons souffraient encore de l'air ambiant. Cette situation était merdique à souhait. Encore plus lorsqu'on n'est pas correctement armé, songea-t-elle en jetant un coup d'oeil à ses débris de verre pointus. Avisant le calme relatif de la rue, la jeune femme se tourna brièvement vers l'intérieur du bâtiment pour évaluer le matos à disposition. Visiblement, il s'agissait d'une vieille librairie. Des bouquins jonchaient le sol ici et là, les pages jaunies par le temps et l'humidité. De vieux meubles avaient basculé sur le côté, donnant un aspect un peu « cambriolage » au décor. Cette pensée parvint à tirer un léger rictus à la brune, alors qu'elle s'enfonçait un peu plus en avant. Ses fouilles quasi silencieuses l'amenèrent à trouver un vieux coupe papier rouillé, un parapluie à moitié bouffé par les mites ainsi qu'un porte manteau qu'elle entreprit de ramener auprès des deux autres afin de le démonter pour pouvoir utiliser le manche. Ouais, rester inactive, ça a tendance à lui donner des idées bizarres à Cameron.

Elle regarda par la fenêtre, puis tourna la tête vers Vaas et sa protégée. « Quel est son état ? » Ton neutre, l'ouïe attentive aux alentours, tandis qu'elle bricolait un porte-manteaux plus vieux qu'son grand père.

Résumé : Ambre est visible au loin, et son cri attire les chiens qui la poursuivent. Vaas en profite pour sortir chercher Espé' (avec un dé du feu de dieu). Cameron entend un aboiement et vient l'aider, avant de fouiller ce qui s'avère être une ancienne librairie.

_________________
    hopeless
    Radioactive - Imagine Dragons. △ I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. It’s a revolution I suppose. We’re painted red to fit right in. Welcome to the New Age. ©endlesslove


Dernière édition par Cameron E. Falls le Dim 2 Oct - 9:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Sam 1 Oct - 23:10

The Forgiven Days

L'arène sinistrée

A ce moment là, Esperanza ne savait plus si son esprit lui jouait des tours où si c’était le sol qui s’était soudainement mis à onduler. La joue contre le béton, elle peinait toujours à respirer normalement. Elle se sentait lâcher prise, comme si son corps tombait dans le vide. Ses yeux à peine ouverts, la métisse observait la cendre qui s’écrasait par-terre avec une douceur qui contrastait avec l’endroit terrible. Et puis dans son champs de vision des pieds. Elle se sentit soulever. On était venu la chercher. Rassemblant ses fores, Esperanza parvint à tenir sur ses jambes. Elle survivrait. Elle adressa un léger sourire à Vaas avant que tous deux ne soient rejoins par Cameron. Visiblement la jeune femme fuyait quelque chose. Ne comprenant pas tout, la métisse se contenta de se laisser emporter par ses compagnons d’infortune.

Finalement le trio se retrouva dans ce qui semblait être une vieille librairie. Les livres avaient pourris. Esperanza n’avait pas attendu pour aller s’asseoir contre l’une des veilles étagère rongée par les mites. « Merci les gars. J’étais planquée puis l’air est devenu toxique alors.. » elle toussa, sa main droite devant la bouche, Esperanza fut légèrement paniquée lorsqu’elle constata que la paume de sa main était recouverte de quelques gouttes de liquide pourpre. Elle crachait du sang. Elle ne savait pas exactement ce qu’elle avait inhalé mais visiblement ça avait laissé des traces internes. Sa respiration continuait d’être pénible mais pour l’instant elle tenait le coup. Elle ne se faisait pas beaucoup d’illusions sur leur sort mais elle appréciait les efforts de ses camarades. Cameron s’inquiéta de son état. Esperanza regardait la jeune femme se fabriquer une arme. Elle était maligne. Ca pouvait toujours servir, surtout avec l’armée de cabots qui les persécutait dans toutes la ville fantôme.

« Je vais bien, je vais bien… Mais je crois que la blonde a des soucis. Ambre c’est ça ? » dit-elle la voix enrayée.

Pour sûr leur périple ne s’arrêterait pas là. Ce genre d’enfer en lui-même réservait pas mal d’autres surprises. Mais si en plus ces surprises étaient gérées par les cinglés pervers du Gouvernement, la petite troupe n’avait pas fini d’en voir de toutes les couleurs. Esperanza se gratta la gorge en se relevant avec une lenteur extrême. Ca faisait du bien de respirer de l’air non-toxique bien qu’il soit poussiéreux. La métisse était reconnaissante envers Vaas et Cameron. Il y a des siècles de ça déjà la générosité de vieux pirates lui avait sauvé la vie, et maintenant c’était l’empathie de ces deux inconnus qui lui évitait une mort affreuse. Qui sait, aurait-elle finit au fin fond des entrailles de l’enfer écartelée ou dévorée par un cerbère enragé.

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 1573
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Dim 2 Oct - 16:38


« The chain will be broken. And all men will have their reward »



the forgiven days




Les bonus chance, vos options :
Vous allez le droit de lancer ce nouveau dé (qui est en commun pour toutes les arènes, mais toujours à lancer dans votre propre sujet de flood) tous les 5 messages postés (les vôtres uniquement bien sûr), à votre personnage de choisir s'il partage ses trouvailles ou les conserve jalousement pour lui.
1 - Vous trouvez une gourde isotherme d'eau potable pleine sur votre chemin.
2 - Un petit parachute descend du ciel juste devant vous, avec de la nourriture (des barres énergétiques) à l'intérieur.
3 - Un petit parachute descend du ciel, avec une bouteille d'alcool pur désinfectant à l'intérieur.
4 - Un petit parachute descend du ciel, avec une pommade facilitant une cicatrisation très rapide à l'intérieur.
5 - Vous trouvez un couteau suisse par terre.  
6 - Rien n'est trouvé, vous restez bredouille.




Lancé de dés, vos options:
1 - Des zombies surgissent d'un bâtiment délabré, affamés et en surnombre. Parmi eux, des visages familiers décharnés, les bras tendus et les dents qui claquent.
2 - Une pluie violente s'abat sur vous, elle forme très rapidement un véritable torrent meurtrier dans les rues, emportant des trainées de boue et de béton sur son passage. (NOUVEAU)
3 - Une brume opaque vous enveloppe, vous étourdit et vous prive graduellement d'un ou plusieurs de vos sens (au choix). Son effet durera jusqu'au prochain tour. (NOUVEAU)
4 - Les murs des bâtiments alentours volent en poussière. Des lambeaux de chair sanglantes qui s’agglutinent ensemble jusqu'à former une créature répugnante et sans visage. Le sol devient visqueux.
5 - Une sirène se met à sonner et la lumière s’amoindrit. Plongé dans le noir quasi-complet, vous êtes alors assailli par un mal venu de l'ombre. Créature invisible aux attaques vives et violentes.
6 - Rien ne se passe, votre route est libre de tout obstacle.



informations pratiques


Le nombre de mots maximum est de 600. Vous pouvez bien entendu écrire moins, c'est même encouragé afin que les choses bougent et que personne ne se retrouve débordé.
↠ Les créatures surnaturelles sont toujours privées de leur pouvoirs.
Vaas Milligan perdra la vie au cours de ce tour, sa mort sera décrite dans le prochain post de Dariya.
↠ Un autre participant perdra la vie au prochain tour. Sauf volontaire, il sera probablement désigné parmi ceux ayant le moins posté, sinon au hasard.
↠ Jusqu'au prochain tour, chacun a le droit de lancer le dé une seule fois. Vous n'êtes cependant pas obligés de tenter votre chance. Le lancer de dés doit se faire impérativement dans le sujet situé ICI.
Tout le monde est éparpillé dans cette arène, nous vous conseillons vivement de vous regrouper dès vos prochains posts, vous risquez sinon de vous bloquer mutuellement sans interactions avec les autres
↠ Ces obstacles se cumuleront à ceux lancés par Dariya Clarke, la coordinatrice du Colosseum, peu décidée à laisser les pauvres participants reprendre leur souffle.
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici un peu moins d'une semaine (le dimanche 9 octobre) au moins une fois (plus dans l'idéal, si vous le pouvez ). Ceux n'ayant pas posté seront automatiquement éliminés.



groupe I - liste de participants

↠ Ambre M. Del Nero
↠ Cameron E. Falls
↠ Esperanza O'Connell
↠ Rachael Miller
↠ Regan Faulkner
Vaas Milligan



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 428
↳ Points : 455
↳ Date d'inscription : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



Feuille de perso
↳ Copyright: Morphine
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Dim 2 Oct - 18:38


Stone Heart
Stone-hard, machine guns, firing at the ones who run. Stone-hard, those bulletproof guns ••• Bon, Ambre n'était pas tant éloignée de son point de départ que ça, et pourtant, elle avait réellement l'impression d'être seule au monde. En à peine une cinquantaine de mètres, le sol était revenu un peu plus lisse et elle ne manquait pas de tomber dans une faille à chaque pas. D'ailleurs, elle finit par ralentir, puis par s'arrêter complètement. Et se retourner. Le lieu qu'elle avait quitté était entièrement détruit. Mais aussi, plus aucun chien. Elle reprenait sa respiration, et posa ses mainssur les hanches. Bordel. Avaient-ils été bouffés par... Les tentacules visqueuses ? Parce que la jeune fille ne savait pas comment les décrire autrement. Se souvenir du contact contre sa cheville suffit à la faire grimacer. Elle espérait réellement ne pas retomber dessus. Une fois lui avait suffi. Et les entrailles en miettes, c'était sympathique, néanmoins, elle aimerait bien pouvoir manger en sortant de cette merde.

La tueuse lâcha du regard le paysage en poussière et se retourna, comme pour reprendre son chemin. Avant d'apercevoir une silhouette s'écroulant sur le sol. Elle pensait qu'il s'agissait d'Esperanza. Néanmoins, Ambre restait humaine, et fatiguée, ainsi, elle n'était pas certaine à 100% de ce que ses yeux lui offraient. Rapidement, par contre, elle aperçut deux autres silhouettes lui venir en aide. Alors, elle ne ressentit pas la besoin de s'approcher encore plus. Avec sa main en sang, elle faisait office d’appât vivant. Elle entraînerait la mort sur tous les autres. Bon, en temps normal, ce n'était pas son problème. Aujourd'hui... Elle avait bien envie de garder ses merdes pour elle. Et surtout, elle ne voulait pas qu'on la pense faible. Pour ceux qui regardaient l'émission. Même si son cri de fillette devait avoir cassé un peu plus la crédibilité qu'elle essayait d'avoir. Bordel.

Elle reprit ses pas, légèrement calmée. Elle ne se pressait pas. Il était temps de se reprendre. Et quoi de mieux pour ça qu'un couteau suisse ? Son pied ripa sur quelque chose. En se baissant, Ambre ramassa le couteau. Il lui semblait, au premier coup d'oeil, en bon état. Un instant, elle fut tentée de le tester sur elle, voir s'il coupait bien. Puis elle se rendit compte qu'elle était déjà suffisamment amochée comme ça. Ses doigts se serrèrent autour de sa petite arme. Au moins, elle aurait un moyen de se défendre en plus.

Ses pas reprirent, tandis qu'elle se rapprochait petit à petit du centre, et donc des autres. Jusqu'à ce qu'elle entende un... Bruit furtif dans son dos. Elle se retourna, à temps pour arrêter une mâchoire avec son bras. Mais putain que ça faisait mal. Elle tuerait la personne qui leur a déclenché ses pièges de merde. Elle la trouverait. Et elle la détruirait tellement. Son instinct avait repris le dessus et le couteau fut utilisé pour poignarder la masse noire. Celle-ci finit par se décrocher et Ambre observa la blessure. Bordel, elle ne donnait pas cher de sa peau à présent...


© 2981 12289 0

_________________

Live as if it was your last day

There was once a girl, she wasn't well known, she fell down a rabbit hole. She tried to get up but she couldn't break free, as she was locked in the chains of Insanity. | © Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Madame la Faucheuse

Féminin
↳ Nombre de messages : 454
↳ Points : 180
↳ Date d'inscription : 12/09/2016
↳ Age : 26
↳ Avatar : Katheryn Winnick
↳ Age du Personnage : 38 ans
↳ Métier : Coordinatrice des opérations au Collosseum
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 & Niveau 3 en influence sanguine
↳ Playlist : The Devil Within - Digital Daggers
↳ Citation : Bitch please
↳ Multicomptes : Lucrezia Mantegna
↳ Couleur RP : #E13A3A ou EDCC47



Feuille de perso
↳ Copyright: Nym & June
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Lun 3 Oct - 15:05


« Un partout, balle au centre »


   
Et de trois morts, il était temps d’égaliser le score dans toutes les arènes. Mes yeux embrassèrent la situation dans l’arène sinistrée, guettant l’indice qui allait me mettre sur la voie. Au final, il ne vint pas et je jouais à la courte paille. J’allais éliminer un membre du groupe de trois, pour mettre la pression sur les autres. Ainsi j’éliminais Ambre de ma liste immédiate ainsi que Regan et Rachel déjà aux prises avec l'un de mes chiens. Je parcourus rapidement les dossiers des trois autres avant d’arrêter mon choix.

« Utilisez un type 36, donnez lui l'apparence de la mère de Milligan dans le couloir près de l’entrée, qu’elle l’appelle, il faut l’isoler du groupe. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. C’est un Vaas méfiant qui s’approcha de sa mère, avant de la reconnaître et de s’avancer franchement vers elle. Ce qu’il n’imaginait sans doute pas, c’est que derrière les traits de sa chère maman, ce trouvait un monstre imaginé par les illusionnistes et dont j’appréciais grandement la manière de tuer, insidieuse, traîtresse. Le monstre emprunta la voix de la femme pour s’adresser au participant encore sur ses gardes.

“Je suis désolé Vaas, désolé que tu finisses comme moi, j’aurais aimé que tu sois différent, mais tu es à mon image.”

Sur ces mots, la main se posa avec tendresse sur la joue du participant, diffusant son poison, noircissant les chairs, transformant le sang en un liquide gluant et noir. Les veines apparurent lentement sous la peau de la victime, jusqu’à ce que le poison atteigne le cœur et arrête la machine pour de bon. Mais le processus prit tout de même quelques longues minutes d’agonie sourde. Une fois sa tâche accomplie, le monstre polymorphe fut remis en standby à l’étage, prêt à être ressorti dès que nécessaire.

   



_________________

I’m underneath your skin, Seeping through the cracks
I’m the poison in your bones, I won't let it set you free
@JUNE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3922-i-m-so-amazing-i

Féminin
↳ Nombre de messages : 690
↳ Points : 793
↳ Date d'inscription : 12/02/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Astrid Berges-Frisbey
↳ Age du Personnage : 27 ans.
↳ Métier : Multi-tâches.
↳ Opinion Politique : Totalement blasée.
↳ Playlist : Las Ketchup - Asereje
↳ Citation : "Les Lamentations des Vivants sont un Chant pour les Morts."
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #cccc99



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Lun 3 Oct - 21:40

Cameron se contenta d'acquiescer à la réponse d'Esperanza. Elle ne connaissait pas la jeune femme, ne l'avait jamais rencontrée avant le début des jeux et une partie de son être lui soufflait qu'elle ne voulait pas se lier à une inconnue. Pas dans ces conditions tout du moins. Peut-être qu'il s'agissait de ce pragmatisme particulier né de ses années dans l'armée. De ces scènes morbides où les corps tombent sous les rafales, où le souffle se coupe quand l'ouïe, elle, défaille. De ces instants où l'instinct prend le dessus, où les muscles se mouvent sans en avoir réellement reçu l'ordre, où l'esprit semble se vider de toute substance parce que pour les prochaines secondes, il s'agit de la meilleure chose à faire. Si on veut vivre.

Cameron ne pensait pas qu'elle revivrait cela en rangeant son uniforme. Encore moins avec Vaas. C'est con en fait. Lui ou un autre, elle n'avait pas prévu, non ? « Merde. » Son regard ne dévie pas de la silhouette sans vie allongée sur le sol. Elle n'a pas besoin de s'approcher pour vérifier. Elle sait. Au début, il ne s'était éloigné qu'une seconde, et n'étant pas sa chaperonne, Cam ne lui avait rien dit. Ptêtre même qu'il avait envie de pisser dans un coin, hey. Puis, l'attente l'avait intriguée, inconsciemment alertée. Pas normal. Quelque chose dans l'air. Elle n'aurait su dire. La jeune femme avait pris la même direction que Vaas un peu plus tôt, pour finir par... Rester immobile là.

La sécheresse dans tout son être ne l'étonna qu'à moitié. La dureté de ses gestes alors qu'elle fouille celui qu'elle considère comme un ami, est un réflexe. Elle aurait voulu emporter quelque chose de lui, mais ils ne lui ont rien laissé avant le lancement des jeux. Ces enflures. Des crevards qui déploient quelques billets afin d'effrayer les foules. Comme si la merde actuelle ne suffisait pas. Cameron ferme les paupières, gronde sombrement et se relève d'un geste brusque. Sans plus un regard en arrière, elle rejoint Esperanza et attrape ses maigres possessions. « Vaas est mort, on s'en va. »

Sans attendre, elle fourre le coupe papier à l'arrière de son pantalon, et déglingue le reste de tissu du parapluie pour ne garder que la canne en métal. Promptement, elle tend le porte-manteaux dont elle a dessoudé la base à Esperanza. A présent, ça ressemble à une sorte de tridents un peu grossier. Vérifiant la rue, elle sort silencieusement. Presque aussitôt, une sirène retentit et la lumière s'amenuise pour disparaître totalement. Putain de merde ! Cameron tourne sur elle-même, les sens aux aguets. L'ambiance est pesante, angoissante et elle serre les dents de colère. Parce que c'est l'émotion qui prime en cet instant. Quand une griffe lui déchire son mollet gauche, elle grogne. « Espe, si c'est toi qui vient de me toucher, ça serait sympa d'apprendre à viser. » La douleur la rend amère, oui et alors ?

Résumé : Vaas est mort. Cameron prend ses affaires et sort du bâtiment avec Esperanza (désolée de te faire bouger miss, tu peux rester dans l'immeuble si tu veux). Dehors, la luminosité disparaît, des ombres semblent se mouvoir et Cam' se fait toucher au mollet gauche.
Tir de dé : 5 - Une sirène se met à sonner et la lumière s’amoindrit. Plongé dans le noir quasi-complet, vous êtes alors assailli par un mal venu de l'ombre. Créature invisible aux attaques vives et violentes.

_________________
    hopeless
    Radioactive - Imagine Dragons. △ I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. It’s a revolution I suppose. We’re painted red to fit right in. Welcome to the New Age. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 392
↳ Points : 48
↳ Date d'inscription : 23/07/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 352 ans en réalité
↳ Métier : Styliste, conseillère en image
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Ava S. Cohen & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : design foncé : brown



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Mar 4 Oct - 12:28

The Forgiven Days

L'arène sinistrée

Débout, appuyée sur une étagère encombrée de livres pourris, Esperanza tenait bon. Du coin de l’œil elle remarqua Vaas qui s’éloignait. Elle haussa les épaules, sûrement qu’il partait à la recherche d’armes ou d’une autre issue en cas d’attaque de bestioles enragées. La métisse reprenait son souffle comme elle pouvait. Elle inspirait de petite bouffées d’air pour ne pas que ses poumons ne la brûlent. D’une oreille elle entendit vaguement le bruit d’une chute. Avant qu’Esperanza n’ait pu dire quoique ce soit, Cameron avait déjà pris la même direction que Vaas. La métisse préféra rester où elle était. Inutile de tous se suivre comme des toutous, surtout que si les autres avaient eu l’intention de faire cavaliers seuls en l’abandonnant ici, ils ne l’auraient sûrement pas sauvée une minute plus tôt. Aucun doute ils allaient revenir. Sauf qu’au bout de quelques minutes, seul la silhouette fine de Cameron se découpa dans l’obscurité ambiance. Esperanza fronça les sourcils. Les traits de la brune étaient tirés. Elle ne tarda pas à annoncer la mort de Vaas. La métisse eut une moue déçue mais ne perdit pas plus de temps. Cette arène n’était qu’un échiquier géant. Eux n’étaient que des pions balancés là pour amuser la galerie.

Dans une quinte de toux, Esperanza accepta volontiers l’arme précaire que Cameron lui tendit. « Merci. » dit-elle en serrant la tige du porte-manteaux entre ses doigts. La métisse emboîta le pas de sa comparse. Alors qu’elle s’apprêtait à dire qu’elle était désolée de la mort de Vaas, une affreuse sirène se mit à retentir. Une sirène si glauque, si assourdissante, qu’elle aurait glacé le sang de n’importe qui. La lumière céda sa place aux ténèbres. Et tout d’un coup ce fut le néant. Esperanza avait beau ouvrir les yeux au maximum, elle n’y voyait presque rien. Il ne lui en fallut pas plus pour perdre la trace de Cameron. Certainement que la jeune femme n’était pas loin. « Cameron ? Cameron t’es où ? » cria la métisse en tentant de couvrir le bruit affreux de la sirène qui s’arrêta quelques secondes plus tard. « Mais c’est pas vrai putain, ils peuvent pas nous foutre la paix deux secondes. Ils mériteraient la corde. » grogna-t-elle en continuant d’avancer avec toute la méfiance du monde peinte sur les traits de son visage. Et soudainement, son pied ripa contre quelque chose. Esperanza s’accroupit et tâtonna le sol. Elle fut étonnée de trouver un couteau suisse. Il semblait fonctionnel. Un sourire vint enfin courber ses lèvres. Enfin quelque chose de positif. Se redressant avec difficulté, la jeune femme fourra sa nouvelle arme dans la poche arrière de son pantalon. De sa main droite elle tendait son arme de fortune devant elle.

Le sang sur sa joue commençait à sécher. Ce n’était qu’une égratignure. Esperanza était plus préoccuper par le sort de Cameron que par sa blessure. Et bien que ses entrailles continuaient de la brûler, la jeune femme fendait les ténèbres à la recherche de la brune. Et au loin elle crut entendre une voix. Une voix féminine. Était-ce Cameron ? Était-ce Ambre ? Était-ce une illusion ? Méfiante, la métisse prit la décision de rester sur place, plantée au milieu de la rue. A quoi bon avancer encore si ce n’était que pour foncer droit dans la gueule du loup ?

_________________


IT'S LIKE THE DARKNESS IS THE LIGHT.
It's a thief in the nigt to come and grab you. It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène sinistrée   Ven 7 Oct - 20:58

Les coups de boutoir de l'animal sur la porte que Regan maintient fermée avec toute la peine du monde font trembler les murs et donne l'impression que le bâtiment déjà vétuste risque de tomber en ruine au prochain choc. Guère rassurant, surtout pour Rachael qui a des antécédents encore bien trop frais à son goût avec des effondrements d'immeubles.
Devant l'offre de son compagnon, la milicienne lui octroie une mauvaise réplique sarcastique de ce qui pourrait être un sourire flatté par le sacrifice de l'homme qui lui offre de porter le premier coup. Néanmoins, le répit ne dure pas et l'insistance de la bête finit par porter ses fruits. Tout comme lui, les yeux de Rachael suivent le même chemin et s'arrête sur la blessure dont il  écopé dans l'histoire, avant de retourner dans l'instant présent lorsque la supplique se faufile jusqu'à ses oreilles.
Regan a raison et elle n'a déjà que trop tardé à agir.

Resserrant sa prise autour de son arme de fortune, elle n'attend que l'occasion pour frapper. Face aux forces faiblissantes de l'homme, la porte cède aux coups suivant mais cette fois elle est prête, aussi prête qu'elle pourra jamais l'être au vu de la situation. Elle balance le tisonnier avec toute la force qu'elle parvient à mettre dans son coup et perçoit dans le rebond mou de l'outil la déchirure qu'elle vient de causer à l'épiderme de la bête. Laquelle se retourne vers elle, blessée mais encore vivante. Deux coups. Puis trois. Elle frappe et frappe encore dans cette espèce de crainte innée que l'animal bondisse à l'instant précis où elle arrêtera d'enfoncer l'objet en fonte dans son crâne.
Les deux premiers coups, bien placés, auraient pourtant amplement suffit.

Animée par cette frénésie héritée des batailles dégueulasses où la lutte au corps à corps avec un ennemi aussi désespéré pour la survie amène cette déconnexion de l'esprit à la réalité, l'importance de continuer à molester le molosse lui ferme tous les autres sens à la réalité. Aussi elle ne prête plus guère attention à Regan, pas plus qu'elle n'entend les sirènes à l'extérieur. Et c'est finalement quand la luminosité baisse à une vitesse effroyable qu'elle s'interrompt pour relever les yeux et retrouver sa place, se rappeler l'endroit où elle se trouve. Elle cherche du regard son camarade et accroche une silhouette - la sienne ? - juste avant que l'obscurité ne les sépare.

Puis viennent les premiers coups. Elle étouffe un cri de surprise, appelle l'allié avant de se faire couper le souffle par cet assaillant qu'elle ne parvient à percevoir. A l'aveuglette, elle joue de son tisonnier à l'endroit estimé d'où sont parties les attaques.
Revenir en haut Aller en bas
 

The Forgiven Days } l'Arène sinistrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» The Forgiven Days } l'Arène marécageuse
» Midori Days
» Jessica Lowndes
» [Jeu - MMORPG - Sidescrolling] ELSWORD!
» [Vendu] Arène et gladiateurs 28mm

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Le Colosseum-