AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Forgiven Days } l'Arène de glace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 281
↳ Points : 37
↳ Date d'inscription : 10/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Jake Gyllenhaal
↳ Age du Personnage : 36
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Le pouvoir c'est le pouvoir, tout le monde en a. Il s'en fiche en somme.
↳ Niveau de Compétences : Ne le touchez pas pour éviter de le savoir. (-8 en contrôle de soi)
↳ Playlist : La minute du silence répétée à l'infini.
↳ Citation : L'homme est un loup pour l'homme.
↳ Multicomptes : Timothée G. Morel



Feuille de perso
↳ Copyright:
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Lun 24 Oct - 19:31

Et le poids s’échoue sur ses épaules, de nouveau. Ses yeux lui indiquent un leurre, il le sait mais son cœur ne cesse de battre plus vite encore. Rien ne peut le détourner de ce que sa fille représente pour lui : absolument tout. Ce n’est pas pour rien que le trou ait si bien marché sur son esprit : il avait déjà rendu l’âme. Ses armes étaient baissées, de simples bouts de plastiques sans intérêt, sans pouvoir de destruction. Même la torture n’avait fait que marquer son corps. Son esprit, lui, était déjà brisé par ce simple incendie. Cette simple disparition dans la fumée et l’absence de souvenir lié à cet évènement. Il l’avait abandonné. Il n’avait pas réussi à la protéger. Cette étoile au milieu de sa vie, ce soleil, ce sourire, cette joie de vivre. L’ex soldat s’était relevé tant de fois mais à la perte d’Anna, à quoi bon ? La vie lui volait systématiquement tout ce qu’il avait de plus précieux. Tout ce qui lui rappeler à quel point la vie méritait d’être défendu. Alors la mort lui avait proposé de rejoindre ses rangs et de jurer de défendre, il opta pour jurer de tuer. Simplement. Efficacement. Avec plaisir. Ses compagnons lui parlent, le touchent pour certains sans qu’il n’y prête garde. Ils ont raison. Ils ont raison mais ses prunelles s’agitent et cherchent une réalité dans l’illusion. « Papa ! Aide moi ! » et cette voix se brise dans un râle de douleur qui le ramène quatre ans auparavant. « Anna ! » Il hurle, en oublie ses compagnons, en oublie la situation. En oublie l’arène, la duperie, la monstruosité de ses bourreaux. Il en oublie sa promesse de protection au profil d’une plus ancienne, plus profonde, plus nécessaire. Sa fille. C’est elle. Elle est là. Si on lui parle. Si on se met en travers de sa route, il repousse, éjecte et frappe sans sourciller. Bien vite, le pompier n’est déjà plus dans la grotte, il marche sans sourciller face à la neige qui se durcit autour de lui. Qu’on l’appelle ? Il s’en fiche. Lui c’est Anna qui passe ses lèvres. Il hurle. Il la cherche dans cet enfer blanchâtre et ne craint pas un instant pour sa vie. Non, il veut juste la revoir. Il veut juste la toucher, l’aimer, l’enlacer et lui dire….

« Anna…mon ange….mon petit ange…. » Il murmure en posant son regard sur elle. Cette dernière se retourne, lui fait face. Son visage a grandi, comme elle mais elle reste la même petite Anna, son univers. Cette explosion de joie, de fous rires, de courses effrénées, d’intelligence et malignité. « Tu …tu es… » et ses barrières s’échouent littéralement sur le sol. Des larmes s’échappent pendant que ses yeux s’offrent l’absolue croyance que c’est bel et bien sa fille face à lui. C’est elle dont le souffle s’échappe de cette fine bouche. Non l’illusion est totale dans son esprit qui n’a cessé d’espérer depuis un an de pouvoir la retrouver. Alors ses bras s’enroulent autour de l’enfant. Son nez s’enfonce dans ses cheveux, ses doigts les caressent et s’agrippent également au bas de son dos. Il ressent la vie. Oui. Elle est en vie. Elle est là. Là, dans ses bras. Elle n’a pas pu mourir. Jamais. « Je suis désolé… tellement… je t’aime… je t’aime, tu m’entends ? » et il recule son corps pour saisir le visage de sa fille de ses mains. Et c’est là qu’il sent quelque chose d’étrange. Son cœur panique comme tout son être. Non. Non. Ca ne pas … non. Il l’agrippe, palpe son corps qui semble se destituer, se briser face à lui. « non…non… NON ! »

Ses bras partent en avant, sans résultat. Totalement entravé, il se débat, cherche les yeux fermés sa fille alors qu’il panique, convulse par manque d’air. Ses yeux finissent par s’ouvrir, semblent sortir de leur orbite en cherchant une chose où se poser. Tout est noir puis tout est flou. Des mains s’imposent à lui comme autant de balle sur sa peau clairement meurtri apr…. par l’explosion de sa fille ? « Anna…..où est…… ANNA ! » Et ses yeux la cherchent, encore pour ne trouver que des gens au visage caché par des masques. Lorsqu’on défait une de ses entraves, le pompier enfonce son poing dans la face du premier et n’hésite pas à jeter son pied sur le côté pour en toucher un autre. Il n’y a pas Anna. Elle est…. Elle… « Sha…E. ? en face, on s’active autour d’elle. « LACHEZ LA ! Qu’est-ce que vous faites bande de décérébrés !? LACHEZ….. » La piqûre le stoppe dans son élan, son visage se tourne vers l’assaillant et grave son regard dans sa mémoire. Lui, il paiera. Lorsque son corps s’échoue lourdement sur le sol, ses prunelles se posent sur une blonde, attachée également… Laura… puis sur ses autres compagnons. Je suis désolé…

_________________
Hope & Redemption
Just one smile. Just one life.
by Santayana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3094-la-torture-il-y-

Féminin
↳ Nombre de messages : 651
↳ Points : 551
↳ Date d'inscription : 29/03/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Jack Falahee
↳ Age du Personnage : 27 ans
↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
↳ Couleur RP : tan



Feuille de perso
↳ Copyright: darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Lun 24 Oct - 19:51


Il m’est difficile de revenir m’allonger. Voir Callum dans cet état de nervosité, parler de moi, de mes problèmes, alors que je me sens si faible, autant physiquement que psychologiquement. Je ne suis pas le seul. Nous sommes tous proche du point de rupture, de craquer, mais au moins, nous sommes tous en vie. « J’vais bien. » Néanmoins je l’écoute et viens me poser sur elle pour profiter de la douce étreinte qu’elle veut m’offrir. J’ai besoin de sa chaleur, de ses mains sur moi, de son instinct maternel qui brûle mon cœur de gratitude. Ca ne dure pas assez longtemps que le branle bas de combat semble se remettre en route. Callum s’éloigne, immédiatement suivi par Shae, puis par Tristan. Impuissant, j’observe les trois s’éloigner, avant de me redresser de nouveau difficilement. « Faut pas partir… » Que je souffle, terrifié à l’idée de les voir s’éloigner de nouveau. J’attrape finalement la main de Laura de la mienne. Deux manchots qui doivent se serrer les coudes pour ne pas tomber. Et dans le mouvement, je cours, la tire derrière moi, pour suivre la lumière générée par le jeune brun. Il n’est pas loin devant nous quand un bruit horrible retentit. Par réflexe, je referme mes doigts autour de ceux de Laura, avant de ralentir le pas. Je ne vois pas bien ce qu’il se passe, je ne vois que le rouge, qui s’éparpille partout sur la neige immaculée. « Reculez… Il n'y a plus rien à faire. Ils sont morts. » Je sursaute en entendant sa voix et au-delà de ce qu’il dit, j’avance. Ma main lâche celle de Laura alors que, traînant les pieds, je parviens finalement jusqu’à Shae. Doucement, je pose ma main sur son front, sans m’empêcher de murmurer soudain. « Je suis désolé… Je boirais une bière en ton honneur si jamais j’sors de là. J’te promets ! » C’est stupide comme promesse, comme hommage, comme paroles, je suis néanmoins tant immunisé contre les horreurs de la mort, de part mon métier, que je me plonge dans l’indifférence après ce léger laïus. Je regarde vers les restes de Callum, d’un œil amorphe malgré l’horreur de la situation. « Trouve la paix Rambo. » Ridicule de nouveau… mais incapable de faire mieux.

Je me relève finalement, viens attraper la main de Tristan entre mes doigts et murmure à son intention. « C’est à not’ tour de nous occuper d’Laura… Elle va avoir b’soin d’nous ! » Elle n’est pas bien. Je le sais avant même de la voir. Lâchant le brun, je m’approche d’elle pour la prendre dans mes bras et tout contre elle, tente de la réconforter du mieux possible, sans pour autant parler, car incapable de trouver des mots adéquats. Je ne la lâche qu’en sentant une violente piqûre contre ma peau, dans mon cou. Je pense immédiatement à un retour de la douleur, mais en tapant à l’endroit, je retrouve dans ma main une araignée, de glace, qui semble tout sauf gentille… « Saloperie de merde ! » Il ne faut que quelque seconde pour que ma main perde toute sensibilité. Le froid n’est plus, je ne sens plus mes doigts… Tout comme je suis incapable de les voir… Le noir total remplace le blanc de la neige. Alors je panique. Violemment je recule, j’emmêle mes jambes et trébuche de nouveau. Au sol je m’écoule, sans pour autant sentir le granulé de la neige sous ma main valide. Je ne vois rien. Je ne sens rien… « Dites moi qu’ils ont éteint la lumière… Dites moi qu’on est dans l’noir complet ! » Je continue à m’exciter, à perdre tout contrôle de moi, alors que je recule toujours, sur les fesses, en essayant d’échapper au noir qui m’entoure cruellement. « Vous êtes là… Je… » Mon ton devient progressivement hystérique au fur et à mesure des secondes.

_________________
    i just need some hope
    LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Masculin
    ↳ Nombre de messages : 890
    ↳ Points : 167
    ↳ Date d'inscription : 15/03/2016
    ↳ Age : 22
    ↳ Avatar : Ezra Miller
    ↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
    ↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
    ↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
    ↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
    ↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
    ↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï
    ↳ Couleur RP : darkseagreen



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: Nekomata
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mar 25 Oct - 15:13

    Tristan ne tenta pas de retenir Eamon plus que par ses simples mots de mise en garde, il lui laissa le choix de se remplir les yeux de ce carnage qui souillait la neige de rouge. L'indifférence apparente du jeune homme ainsi que ses adieux prononcés d'une voix trop blanche ne prouvaient que son état de choc. Bien des gens étaient désormais accoutumés à se gorger les yeux d'images sanglantes mais l'impact psychologique n'en était pas moins grand, bien plus lorsque les morts étaient des personnes connues… Et lorsque la cruauté de leurs agonies ne venait que leur rappeler les souffrances qui les attendaient eux-même. De son coté, cela ne faisait que replonger Tristan dans le cauchemar de Darkness Fall où il avait séjourné si longtemps et où les monstres les brutalisaient sans fin, lui et ses proches. Mais si dans cet enfer, la mort ne venait jamais mettre un terme à leurs souffrances, sans aucun doute serait-ce le cas, dans les arènes. La seule chose à faire serait de tenir bon avec vaillance jusqu'à la fin. Il apprécia les mots d'adieu d'Eamon dans un hochement de tête en signe de cohésion, sans rien ajouter.

    Lorsque le jeune homme lui saisit la main, il retourna son regard vers Laura. Certes, Eamon avait plus que raison et Tristan n'avait pas l'intention de se détourner de cette femme. Il acquiesça, accrochant le regard de la blonde tandis que son compagnon la prenait dans ses bras.  « Nous sommes avec toi, Laura et tu peux compter sur notre soutien. Ton mari, Roman m'a offert son aide. Comme tu l'as fait également. Je vous défendrai Eamon et toi, de mon mieux. » Il posa sobrement sa main sur l'épaule de Laura en prononçant ses paroles d'une voix douce.

    Tristan allait leur proposer de lever le camps et de s'éloigner de cette scène aussi cruelle que dangereuse mais il fut interrompu par le mouvement d'Eamon qui recula soudain dans un juron. Son regard se posa contre sa paume pour apercevoir cette araignée étrange… Tristan allait inspecter sa blessure à la nuque quand le jeune homme s'effondra, pris d'une crise de panique.  « Calme toi. C'est cette araignée, tu as été mordu... » Dit-il doucement avant de le rattraper pour le redresser d'une poigne solide.  « Protège ta nuque Laura, redresse ton col ! » Il attira Eamon avec lui, dans le but de rejoindre la grotte et de pouvoir le soigner. Le baume restant suffirait-il à apaiser ces étranges symptômes ?  « Venez, mieux vaut ne pas rester là. Laura ? Le reste du baume… peu importe ma cuisse, essayons de l'administrer à Eamon. » Sans se préoccuper de ses plaintes, Tristan le maintenait avec fermeté pour l'emmener avec autorité vers le campement. Une fois là, il chercha à nouveau le regard de Laura, sans relâcher Eamon.  « Peut-être qu'en nettoyant la plaie, il serait possible de retirer une part du venin… ? »

    Tristan offrit le jeune hommes aux soins de leur aînée et se redressa dans le but d'aller chercher de l'eau fraîche dans le lac, emportant leur gourde désormais vide. D'autres araignées ne risquaient-elles pas d'émerger de la neige ? Il préférait éviter d'y creuser. La large étendue d'eau avançait non loin de leur grotte mais quand il s'en approcha, Tristan remarqua son étrange couleur… de près elle paraissait rougir de plus en plus comme si elle s'imbibait de sang. Cette étrange pollution le dissuada bien-sûr d'en remplir sa gourde mais alors qu'il allait rebrousser chemin, des formes flottant à la surface attirèrent son attention. Tristan relâcha sa gourde, le visage blême. Ce cadavre qui flottait n'était autre que celui de Breda… l'homme qui l'avait éduqué, la seule véritable image paternelle qu'il possédait. Le cadavre de l'homme flottait tristement sur les eaux et Tristan s'arracha à cette vision en fermant les yeux, le corps vacillant. Il sentait que ses jambes ne le portaient plus. Il devait se reprendre et pour cela il relâcha cette pression dans un grondement aussi féroce que brutal. « ALLEZ AU DIABLE !! » Que croyaient-ils ? Qu'il allait plonger dans ces eaux empoisonnées en quête d'un cadavre sur lequel pleurer ? Il ne possédait plus âme ni cœur, ils avaient été broyés lorsqu'il avait aperçu Helix, lorsqu'il avait dû tuer Lazlo ! Plus rien ne pourrait l'atteindre ! Il cracha vers le lac avant de retourner sur ses pas en vacillant, le regard explosé.

    _________________
    Sur des escaliers de brume

    On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 141
    ↳ Points : 373
    ↳ Date d'inscription : 21/05/2016
    ↳ Age : 24
    ↳ Avatar : Kate Winslet
    ↳ Age du Personnage : 44 ans
    ↳ Métier : Bénévole auprès des populations démunies
    ↳ Opinion Politique : Inexistante pour le moment
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
    ↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
    Oltremare - Ludovico Einaudi
    When We Were Young - Adèle
    ↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
    ↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
    ↳ Couleur RP : #eccef5



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: rusty nail
    ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mer 26 Oct - 16:25


    Elle se redresse, inquiète quand elle voit Callum se faire avaler par le brouillard. Shae prend sa suite et elle tremble quand les deux garçons se lèvent. Elle voudrait les rappeler, leur dire à tous de revenir, de s’asseoir, de se réchauffer, de se reposer. Mais elle est si fatiguée, elle a si mal… Elle se contente de se redresser lentement en grognant contre son corps douloureux, refusant toujours de ne serait-ce que poser les yeux sur son bras. Elle refuse de s’appesantir sur la perte d’un de ces membres. Parce qu’elle sait qu’elle s’effondrerait si elle laissait le temps à son cerveau d’intégrer l’information. Parce qu’elle n’a pas le temps pour ça, qu’elle n’a pas le temps de pleurer sur la perte de son bras quand tout autour d’elle semble vouloir les tuer, elle n’a pas le temps de s’apitoyer sur son sort quand les autres ne sont pas en meilleur état, quand elle doit veiller sur eux de son mieux. Et puis, à quoi bon pleurer sur la perte de son bras ? Ce sera bien le dernier de ses soucis quand elle mourra. Alors elle avance à pas lourd et lent, lasse de cette douleur et de ce froid, qui semble s’insinuer jusqu’aux tréfonds de son âme. Elle trébuche sur une pierre et s’appuie quelques secondes contre le mur, tremblante, avant d’entendre la voix de Tristan et celle d’Eamon. Elle sait. Elle n’a pas besoin de comprendre ce qu’il dise pour savoir. Son corps se fige dans le mouvement qui la dirigeait vers ses compagnons. Elle n’aperçoit qu’une vague tache rouge dans tout ce blanc qui semble l’étouffer et elle se laisse tomber à genoux dans la neige. Et pour la seconde fois en seulement quelques heures, elle laisse échapper un cri inhumain. Les larmes roulent sur son visage en laissant des trainées claires dans la crasse qui semble la recouvrir intégralement. Elle frappe le sol de sa main valide, déversant sa rage sur le sol, sur le monde, la neige et l’enfer dans lequel ce gouvernement malade les a enfermées. Elle sent à peine les bras d’Eamon l’entourer, se contentant d’abandonner son corps aux bras du jeune homme. Elle n’a plus la force de se battre. Elle n’a plus la force de regarder ces gens commençant à peine leur vie d’adulte se faire détruire les uns après les autres. Sa tête repose sur l’épaule d’Eamon et elle laisse ses larmes couler.

    Elle finit néanmoins par se calmer vaguement et redresse la tête, croisant le regard de Tristan. Et elle puise sa force dans le regard si vieux du jeune homme. Elle s’y plonge et sa respiration se calme. Elle raffermit la prise de son bras autour d’Eamon et caresse doucement son dos. Elle penche la tête sur le côté pour laisser sa peau toucher celle de Tristan « Merci… Tous les deux... » Soudain Eamon se détache d’elle en hurlant. Elle tombe sur les fesses et essuie ses yeux rapidement avec le dos de sa manche avant d’avancer à quatre pattes vers le jeune homme, inquiète. Elle écoute l’ordre de Tristan et remonte son col comme elle peut avec sa seule main. Elle suivit le mouvement vers le camp avant de s’asseoir avec Eamon. Croisant le regard de Tristan, elle prit le reste du baume comme elle put. « Justement, mieux vaut ne pas lui appliquer le baume, la plaie doit rester ouverte pour que je puisse faire sortir le venin…  » Elle reposa le pot près d’elle et fouilla dans sa poche pour en sortir le canif. « Puis ta jambe en aura plus besoin. Je te vois boiter depuis toute à l'heure...» Elle glisse sa main le long du visage d’Eamon pour lui faire savoir qu’elle est près de lui et glisse doucement la lame sur la piqûre pour l’ouvrir un peu plus. Elle relâche le couteau et avec ses doigts essaie comme elle peut d’appuyer sur la plaie pour faire sortir le venin qu’elle doit encore contenir. Elle soupire et essuie comme elle peut le sang qui s’écoule de la blessure avant d’arracher une bande de son T-shirt en coton qu’elle entoure autour du cou d’Eamon pour protéger la plaie. Avant de le faire s’allonger à nouveau, la tête sur sa cuisse. « Ça va aller Eamon, je m’occupe de toi, d’accord ? » Tristan revient, l’air perdu et les yeux fous et elle regarde le seau vide dans sa main. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Elle tend sa main vers lui, prend le sceau et se lève doucement en posant la tête d’Eamon sur le sol. Elle remplit le seau de neige, en s’éloignant de l’endroit ou Eamon a été mordu, sans pour autant s’approcher de celui de la mort de Shae et Callum. Elle revient rapidement, les mains glacées avant de poser le seau près du feu et reprendre sa place, la tête d’Eamon sur ses jambes. « Voilà, on a de l’eau… Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Dis-moi… Et met cette crème sur ta jambe, avant que j’m’en charge moi-même. » Elle lui jette son regard de maman pour l’inciter à obéir.

    _________________

    Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 651
    ↳ Points : 551
    ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
    ↳ Age : 27
    ↳ Avatar : Jack Falahee
    ↳ Age du Personnage : 27 ans
    ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
    ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
    ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
    ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
    ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
    ↳ Couleur RP : tan



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: darkshines
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Jeu 27 Oct - 19:09


    Je panique, comme à mon habitude. Ma plongée dans le noir complet m’empêche de réagir de façon rationnelle et je ne trouve donc que la peur dans laquelle me réfugier. La douleur de la piqûre n’est désormais qu’un lointain souvenir. Rien d’autre que ma cécité soudaine n’a d’importance. Même mes mains insensibles me semblent être un moindre problème par rapport à cette terreur qui s’empare de chacun de mes pores. Celle de ne plus jamais voir, de ne plus jamais pouvoir poser le regard sur mes enfants, sur lui… L’idée déclenche de violents frémissements dans mon âme, mais je n’ai pas le temps de m’apitoyer qu’une poigne de fer me relève et me force à me lever. C’est Tristan. Je sais que c’est lui. Et je ne sais pas si je lui suis reconnaissant à cette seconde. Parce qu’il ne comprend pas. Ce n’est pas que le venin. Je ne vois plus. « Je ne vois plus rien. » Le murmure m’échappe entre deux sanglots coincés, que je ne peux laisser échapper sans sembler encore une fois pathétique. Alors je me laisse traîner, non sans trébucher plusieurs fois. L’espace me perturbe totalement, je ne parviens pas à m’orienter, ni à savoir quelle distance effectuer pour avancer normalement. Heureusement que le brun est là pour me maintenir et m’empêcher de m’écrouler durement dans la neige.

    Ce n’est qu’en sentant Laura tout proche, que je me détends légèrement. Peut être est-ce une erreur, que les personnes autour de moi ne sont pas Laura et Tristan, mais ce sont leurs voix alors je me force à leur faire confiance, même si l’envie de m’enfuir en courant est bien là, tapie contre mon cœur. La main de Laura contre ma joue, termine de me rassurer finalement, même si la lame dans ma chair réveille une douleur qui s’était dissimulée sous la peur. Je jure à voix haute, avant de lancer, tremblant. « Il est parti ? Tu devrais toi aussi. Et me laisser là. J’vois que dalle, j’peux à peine marcher et j’crois qu’la fièvre se pointe. J’suis un putain d’boulet, j’vais jamais survivre à c’t’arène de merde. » Défaitiste soudain, je prends conscience de la dureté de mon discours, aux oreilles de celle qui vient déjà de pleurer deux compagnons. Je n’estime pas être devenu si important pour elle, mais je suis néanmoins cruel de prononcer ces mots à cette femme qui fait pourtant tout pour nous sauver. « Pardon… Je veux pas me montrer cruel, c’est juste la vérité t’sais… Vous avez d’meilleures chances sans moi. » Je ne veux pas mourir. Je ne veux pas rester en arrière. J’estime pourtant que ces paroles sont les seules valables dans cet océan de douleur et de peur qui m’envahit. « Qu’est ce qu’il se passe ? » Je sens ma tête toucher le sol et lorsque Laura s’éloigne, je me sens démuni encore une fois. Elle obéit à mon injonction finalement mais loin de m’en sentir rassuré, je sens l’abattement me prendre. « Tristan tu es là ? Y’a quelqu’un ? » Et démentant complètement mon propos précédent, je finis par murmurer, à bout de forces. « Me laissez pas tout seul… » La voix claire de Laura retentit pourtant de nouveau et je ne peux m’empêcher un sourire niais sur mes lèvres, malgré l’horreur toujours présente, de la situation. « T’es revenue… » Incapable de vision, je m’enferme dans une paranoïa toujours plus importante, qui m’a fait croire des stupidités, conséquences directes de mes mots sans sens.

    _________________
      i just need some hope
      LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Masculin
      ↳ Nombre de messages : 890
      ↳ Points : 167
      ↳ Date d'inscription : 15/03/2016
      ↳ Age : 22
      ↳ Avatar : Ezra Miller
      ↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
      ↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
      ↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
      ↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
      ↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
      ↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï
      ↳ Couleur RP : darkseagreen



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: Nekomata
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Jeu 27 Oct - 21:20

      Tristan se concentrait sur sa respiration pour retrouver son calme et la maîtrise de son corps, tout en boitant jusqu'au camp. Bien que les battements de son cœur résonnaient en lui dans un rythme chaotique, ils devraient vite s'apaiser. En rejoignant les abords de la grotte, il soutint un moment le regard de Laura qui l'interrogeait. Lui délaissant le récipient vide, il resta silencieux un moment sans prendre la peine de répondre aux appels angoissés du jeune homme. L'instinct de conservation l'aidait à reprendre le dessus alors que Tristan se nettoyait de ses émotions, faisant le vide dans son esprit. Son cœur avait repris peu à peu un rythme normal tandis qu'il s'occupait du feu, rajoutant des branches mortes afin qu'il ne s'éteigne pas et reprenne un peu de vigueur. Laura ne tarda pas à revenir avec la neige propre et lorsqu'elle reposa une nouvelle fois sa question, Tristan lui répondit aussitôt sur un ton trop neutre. « Le lac est pollué, on y a jeté des cadavres. Je te déconseille d'aller voir, je viens d'y apercevoir un de mes proches. Tué, comme nos compagnons là bas. Ils espèrent nous appâter avec ces dépouilles, croyant nous faire plonger dans le lac et ainsi périr de la même façon. »

      Il abaissa les paupières sur le flacon de pommade avant de retrouver le regard si attentif de Laura. Au delà de cette image maternelle dans laquelle elle s'ancrait, c'était une très belle femme. Le coin de ses lèvres s'étira légèrement dans un triste sourire. Qu'elle se charge de le soigner comme elle l'en menaçait n'aurait sûrement pas été déplaisant mais Tristan se contenta de hocher doucement la tête. « Très bien, je vais l'utiliser. Ensuite, j'irai chercher d'autres branches pour le feu, nos réserves de bois secs s'épuisent.» Il saignait abondement, il n'avait pas pu soigner sa cuisse depuis son plongeon dans le lac et boiter était un handicap pour leur défense. Ainsi, il se dévêtit sans attendre, dans des gestes mécaniques pour soigner ses blessures avant de se redresser. Jetant une œillade vers l'aveugle qui reposait sur les genoux maternels, Tristan envisagea les choses dans de froides réflexions. Eamon et lui n'en avaient plus pour longtemps. Laura devrait les mettre à mort. En serait-elle capable ? Sans doute serait-ce plus sage qu'il tue déjà Eamon lui même tant qu'il en était encore capable, avant que la fièvre ne fasse trembler son bras. Ainsi, tout du moins, Laura n'aurait pas deux zombies à détruire.

      « Peut-être devrions nous lever le camps et nous éloigner de ces endroits. J'ignore si la situation est meilleure en haut de cette falaise. »

      Aucun endroit ne lui paraissait sécurisé, ni cette grotte ni ces falaises, en vérité. Mais rester entre ce lac et la plaine où gisaient les restes de Callum et Shae n'était probablement pas le lieu idéal où attendre la mort. Pour sa part, Tristan aurait préféré bouger et aller au devant d'elle au lieu de se terrer dans une grotte. Il se redressa dans le but d'aller chercher le bois, comme prévu et chercha le regard de Laura. « Tu sais comment détruire des zombies ? Un coup de ton couteau au travers de l’œil sera le plus rapide et le plus efficace. » Avec un seul bras, il l'imaginait mal trancher une tête… Le visage de Tristan ne trahissait aucune émotion. « Entraîne toi à asséner des coups secs dans la neige. » Et il se détourna, la laissant au chevet du blessé. Dans cette symbiose qui unissait le garçon angoissé et la femme maternelle, chacun d'eux remplissait les besoins de l'autre. Tristan quant à lui, amputé de son âme, se sentait comme une carcasse vide. Une carcasse qui ramassait néanmoins une belle provision de branchages.


      _________________
      Sur des escaliers de brume

      On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 141
      ↳ Points : 373
      ↳ Date d'inscription : 21/05/2016
      ↳ Age : 24
      ↳ Avatar : Kate Winslet
      ↳ Age du Personnage : 44 ans
      ↳ Métier : Bénévole auprès des populations démunies
      ↳ Opinion Politique : Inexistante pour le moment
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
      ↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
      Oltremare - Ludovico Einaudi
      When We Were Young - Adèle
      ↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
      ↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
      ↳ Couleur RP : #eccef5



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: rusty nail
      ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Dim 30 Oct - 1:21


      Elle glisse sa main dans les cheveux d’Eamon pour apaiser sa peur. Bien sûr qu’elle est revenue comme si elle pouvait les abandonner lui et Tristan alors qu’ils sont tout ce qu’il lui reste dans cette arène. Elle soupire. « Eamon, arrête de dire n’importe quoi. Je ne compte pas vous abandonner, ni Tristan, ni toi. Vous auriez tous pu me laisser mourir dans les égouts. Après tout, les loups auraient probablement arrêté de vous chasser pour me dévorer. » Elle grimace à l’évocation d’une mort aussi douloureuse que dégoutante. « Mais vous êtes resté, Callum m’a porté et Shae m’a soutenue, et tu as été là pour moi aussi juste après, et Tristan nous a protégés en se battant au côté de Callum et Shae. » Ses yeux se remplissent à nouveau de larmes à l’évocation de leurs deux compagnons récemment décédés et elle inspire profondément pour calmer la crise de larmes qu’elle sent monter. « Alors non, Eamon, je ne vais pas t’abandonner. » Elle suit Tristan des yeux et elle l’écoute avec attention expliquer l’état du lac. Un frisson de dégoût accompagné d’un haut-le-cœur la fait trembler et elle secoue la tête en soupirant. Ces gens sont fous… Le gouvernement ne semble avoir aucune limite dans ce qu’il est prêt à faire pour torturer son peuple. Pour la seconde fois depuis son arrivé dans l’arène et depuis son retour de l’extérieur, elle sent une rage sans nom s’emparer d’elle. De quel droit, l’organisme sur lequel le peuple est censé pouvoir faire reposer ses espoirs, s’autorise à le torturer de la sorte ? Y a-t-il réellement des gens hors de ces murs qui apprécie de regarder ce qu’il se passe dans les arènes ? Un gémissement d’Eamon la ramène à la réalité et elle dessert sa poigne avant de reprendre ses caresses en tentant de calmer sa respiration.


      Elle redressa la tête et hocha la tête, lèvres serrées quand Tristan fit sa proposition. « Oui, bouger est clairement le plus intelligent à faire. Je soutiendrais Eamon ne t’en fait pas, on devrait se diriger vers la falaise comme tu le disais au début.» Au moins, elle possède ses deux jambes et elles sont en état de marche, contrairement à celle d’Eamon. Elle prie silencieusement pour les effets du venin s’apaise rapidement, qu’il puisse au moins retrouver la vue une fois que la toxine se sera évacuée de son corps. La fièvre ne devrait pas tarder à s’emparer de lui et de Tristan. Elle refuse de penser à la possibilité de les voir devenir des montres. Les imaginer mourir de la fièvre est moins douloureux parce que dans cette situation, elle n’aurait pas à les tuer. Tristan comme s’il avait lu dans ses pensées lui rappelle comment tuer un zombie et son corps se tend. Elle sait parfaitement comment venir à bout de n’importe laquelle de ses créatures, mais l’idée de devoir les tuer lui brise le cœur. Elle se redressa et posa doucement la tête d’Eamon sur la veste de Callum resté à l’intérieur. « Je reviens tout de suite ne t’inquiète pas. » Elle suivit lentement Tristan dehors. « Tristan ? » Le jeune homme se retourna le visage toujours aussi neutre, mais ses yeux laissaient malgré tout apparaitre son état mental et dans un élan presque naturel Laura s’approcha et l’enserra de son bras, cherchant à l’apaiser. Elle voulait lui dire qu’une partie d’elle comprenait sa peine, qu’elle ne voulait pas le voir mourir lui non plus, que si elle s’était attachée à Eamon, il en allait de même pour lui, mais elle n’arrivait pas à parler. Alors elle recula et plongea une fois de plus son regard dans celui du jeune homme avant de commencer à ramasser du bois elle aussi. Il fallait qu’elle s’occupe où elle finirait par s’effondrer. Quand est-ce que cet enfer prendrait fin. « Tristan, si jamais l’un d’entre nous sort vivant de cet enfer… Enfin soyons sérieux, si tu t’en sors… Tu pourras… » Elle déglutit difficilement. « Dire à Roman… Que… J’ai pensé à lui et aux enfants ? Que j’ai essayé de les retrouver dès que j’ai mis un pied en ville ? » Elle refuse de regarder le jeune homme et lui tourne le dos en se mordant la lèvre assez violement pour faire perler le sang, tandis qu’elle reprend sa récolte. Son mensonge n’avait plus d’importance, puisqu’elle allait mourir, mais elle avait besoin de savoir que quelqu’un pourrait peut-être dire à son mari qu’elle avait voulu le revoir.

      _________________

      Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Madame la Faucheuse

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 454
      ↳ Points : 180
      ↳ Date d'inscription : 12/09/2016
      ↳ Age : 26
      ↳ Avatar : Katheryn Winnick
      ↳ Age du Personnage : 38 ans
      ↳ Métier : Coordinatrice des opérations au Collosseum
      ↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 & Niveau 3 en influence sanguine
      ↳ Playlist : The Devil Within - Digital Daggers
      ↳ Citation : Bitch please
      ↳ Multicomptes : Lucrezia Mantegna
      ↳ Couleur RP : #E13A3A ou EDCC47



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: Nym & June
      ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Lun 31 Oct - 13:13


      « This is the end... »


         
      Arène des bisounours bonjour ! Le contenu de leur discours à base de « Laissez-moi me sacrifier » et « Oh non, je ne t’abandonnerai jamais ! », j’allais vomir, pitié… Après une moue plus proche de la grimace, je me décidais à enchaîner. Il était temps d’en finir de toute façon. Alors qui seraient nos heureux élus ? Eamon, évidemment, esseulé comme il était dans la grotte, aveugle, l’opportunité était trop belle. La suite allait se jouer à plouf plouf entre Laura et Tristan. Mais en repensant à sa réaction après la mort des deux précédents, je doutais qu’elle ait les épaules pour encaisser encore deux morts et nous donner un beau final. Alors il restait l’immuable Tristan, qui avait fait un beau doigt d’honneur au dernier piège. S’il ne voulait pas plier sous la pression, un petit coup de finale l’aiderait surement.

      Mon choix arrêté, il ne me restait plus qu’à trouver comment rendre ça, visuellement attractif. Autant commencer les festivités avec l’isolé aveugle, un grand ami des bêtes à ce que je voyais écrit dans son dossier. J’allais utiliser sa faiblesse visuelle en envoyant une bonne vingtaine de rampants extrêmement silencieux. Les serpents ne firent connaitre leur présence qu’une fois à portée de l’homme allongé, de discrets sifflements avant d’attaquer leur victime, s’enroulant autour de ses membres, l’oppressant, le mordant. Jusqu’à ce que ses cris soient étouffés par un serpent lui enserrant efficacement la gorge jusqu’à l’asphyxie complète.

      Pour être certaine que les deux autres rigolos, ne viendraient pas le sauver, j’avais virtualisé quelques zombies pour faire rempart. Bien évidemment, je leur avais donné les têtes qui semblaient le plus avoir affecté Laura et Tristan plus tôt. Une fois Eamon mort, les zombies, jusque-là présents pour dissuader et retenir les deux survivants, se jetèrent sur la seule femme restante. Si une dizaine de morts-vivants étaient en train de jouer aux legos avec le corps de Laura, quelques-uns avaient encore la tâche de tenir Tristan à distance. C’est ainsi que Laura fut mise en pièces et que Tristan se retrouva unique survivant. Les zombies abandonnèrent le cadavre derrière eux et se retirèrent, laissant le vainqueur, seul avec les restes.
       



      _________________

      I’m underneath your skin, Seeping through the cracks
      I’m the poison in your bones, I won't let it set you free
      @JUNE

      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3922-i-m-so-amazing-i

      Masculin
      ↳ Nombre de messages : 890
      ↳ Points : 167
      ↳ Date d'inscription : 15/03/2016
      ↳ Age : 22
      ↳ Avatar : Ezra Miller
      ↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
      ↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
      ↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
      ↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
      ↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
      ↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï
      ↳ Couleur RP : darkseagreen



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: Nekomata
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Lun 31 Oct - 13:45

      Certes, Tristan désirait rejoindre la falaise depuis le début mais jusqu'alors ses propositions avaient systématiquement été balayées au profit de celles de Callum, plus mature et à la voix plus forte. Si son orgueil avait été mis à mal, Tristan ne pouvait que blâmer la fragilité et la jeunesse de son apparence. A présent toutefois, il se moquait de tout. Si les ruines ou les égouts ne les avaient pas protégés des monstres, qui pouvait bien être certain que le sommet des falaises le ferait ? La direction qu'ils emprunteraient n'avait plus aucune importance pour lui, tant qu'ils puissent avancer, tant qu'il se perde dans l'action pour s'empêcher de penser.

      Il y parvenait plutôt bien en ramassant le bois. Son front était vide, son regard marqué d'une froideur aussi intense que celle qui régnait tout autour de lui. Quand Laura le rejoignit, le mouvement de la jeune femme le surprit et il laissa tomber son tas de branche sur le sol enneigé. Ses bras se refermèrent sur elle avec un temps de retard, comme ceux d'un robot dénué de vie. Sans doute désirait-elle du réconfort mais il était malaisé pour un crocodile d'offrir de chaleureux encouragements. Les mots qu'il composa aussitôt ne lui étaient dictés que par son esprit pragmatique et sa voix bien que douce était impersonnelle. «  J'assurerai ta protection, oublie ta peur, belle dame. Tout est calme pour l'instant. Tout va bien.»

      La folle ronde des flocons tourbillonnaient autour d'eux alors qu'ils reprenaient leur récolte de bois sec. Les paroles de Laura le firent se redresser et il chercha le regard qu'elle refusait de lui offrir avant de lui répondre. Elle semblait certaine de périr avant lui et Tristan hésita à lui rappeler les morsures des zombies avant d'y renoncer. Ce n'était que de paroles de réconforts dont elle avait besoin et il acquiesça. « Je te promet de le faire, si j'en ai l'opportunité. Je dirai à Roman que tes pensées se sont constamment dirigées vers ta famille et que tu t'es montrée forte et courageuse. » Il énonça ainsi ses promesses tout en rassemblant le petit bois. Il devait néanmoins profiter qu'ils étaient seuls pour évoquer la suite, sans que Eamon ne les entende. « Laura, si la fièvre me prend, il te faudra m'achever avant ma transformation en zombie, tu le sais, n'est ce pas ? Pour Eamon, je peux m'en charger. Peut-être même devrions nous le faire dès à présent. Il a perdu l'usage de ses sens et ne sentira pas la douleur. Mais je ne ferai rien sans ton accord. » Tristan savait que ce thème était difficile à aborder mais mieux valait en parler froidement tant qu'il en était encore temps, même s'il devait paraître insensible. Pourtant, des cris l’interrompirent… ceux d'Eamon !

      Laissant tomber son fagot, Tristan garda en main une grosse branche, courant déjà vers le campement. Pourtant des ombres inquiétantes émergeaient entre les flocons… des ombres grognantes et puant la charogne. Des zombies décharnés leur bloquaient le passage vers la grotte ! Dans un grondement de rage, il se jeta sur eux, les frappant sans prendre le temps d'observer leurs visages. Pourtant, ne voyait-il pas Helix encore une fois ? Le bras de Tristan trembla alors qu'il se figeait un moment en observant la morte au crâne fracassé, ses nattes tachées de sang collées sur son visage. Il recula un peu, plissant les yeux, le cœur au bord de l'explosion. Se détournant d'elle sans réussir à la combattre, il se retourna vers Laura, prise au piège avec ces cadavres puants.

      Les gestes du combattant étaient mécaniques, il se concentrait sur les techniques de combat et cherchait à rejoindre la blonde qui se battait elle aussi. Mais quand il la vit chanceler, il était déjà trop tard. Le zombie au visage d'Helix s'était jeté sur lui, entourant ses jambes de ses bras nus aux os apparents. Déséquilibré, Tristan vacilla dans un sanglot sans larmes. Devant lui, Laura se faisait déchiqueter par un groupe de monstres affamés. Il n'entendait plus les cris d'Eamon. Le souvenir de sa promesse bafouée lui souleva le cœur, il n'avait pas pu les protéger et il posa les yeux sur la zombie qui l'enlaçait. Mais elle s'était enfuie déjà, évaporée. Et Tristan resta seul dans la neige, le corps secoué de tremblements, le regard explosé, incapable de prononcer le moindre son. Le silence était écrasant, un silence mortel dans cet immensité blanche...


      _________________
      Sur des escaliers de brume

      On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 141
      ↳ Points : 373
      ↳ Date d'inscription : 21/05/2016
      ↳ Age : 24
      ↳ Avatar : Kate Winslet
      ↳ Age du Personnage : 44 ans
      ↳ Métier : Bénévole auprès des populations démunies
      ↳ Opinion Politique : Inexistante pour le moment
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
      ↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
      Oltremare - Ludovico Einaudi
      When We Were Young - Adèle
      ↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
      ↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
      ↳ Couleur RP : #eccef5



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: rusty nail
      ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mer 2 Nov - 16:23


      Belle dame ? Il y avait probablement bien longtemps qu’on ne l’avait pas appelé comme ça. Les seuls compliments dont elle pouvait encore se souvenir provenaient de Lazlo. Le jeune homme n’avait pas tari d’éloge sur la femme qu’elle avait été avant sa perte de mémoire et un petit sourire réchauffa son visage au souvenir du visage heureux de son ami, chassant un peu les images horribles des zombies apparu plus tôt. Tristan accepta sa demande, la ramenant à leur enfer actuel instantanément et elle n’eut pas le temps de le remercier qu’il brisa son cœur. Elle ouvrit la bouche pour parler, bien consciente qu’il avait raison, qu’elle n’aurait de toute façon pas le choix et qu’un moment viendrait bien ou l’un des deux finirait par devenir l’un de ses montres qu’ils avaient combattus plus tôt. Ses yeux clairs se remplirent d’eau à cette pensée. Ni Eamon, ni Tristan ne méritaient une fin telle que celle-ci. Ils étaient si jeunes et avaient été d’un tel soutien. Elle avala sa salive difficilement et s’apprêta à répondre à Tristan quand les cris d’Eamon transpercèrent la quiétude cotonneuse de la neige. D’un même mouvement, sans plus se soucier de la fatigue, du froid ou de la douleur, ils s’élancèrent vers la grotte. Le bataillon de zombies qui leur barra la route faillit faire hurler Laura de rage, elle se retrouva obligée de reculer, s’éloignant bien malgré elle de Tristan qui se battait comme un beau diable.

      Elle sentit le mur contre son dos et sorti prestement son couteau de la poche de son jean. Elle était complètement déséquilibrée par son amputation et elle trébucha quand elle tendit le bras en avant. Le zombie qu’elle réussit à achever laissa place à un groupe de créature moins amoché. Bien que visiblement mort, les corps qui se dressaient devant elle étaient, on ne peut plus, reconnaissable. Un frisson de peur mêlée de dégoût traversa son dos quand elle reconnut les visages de Solveig, Ange et Rachael et une fois de plus son cœur manqua un battement. Mais les grognements de Tristan se battant un peu plus haut la ramenèrent une fois de plus sur terre. Elle n’avait pas le choix. Elle se mit en mouvement, moins rapide et moins adroite que ce qu’elle aurait voulu. Son couteau s’enfonça profondément dans l’orbite de la jeune femme et les larmes commencèrent à couler sur ses joues. « Je suis désolée… » Elle abattit méthodiquement Solveig, Ange et Rachael, mais ce qui se tenait derrière elles stoppa son poignet presque aussi surement qu’un mur de béton. Le visage quasiment intact de Lazlo lui faisait face. Et dans ces yeux luisait une lumière qu’elle n’y avait jamais vue. Ses yeux d’hiver se plantèrent dans ceux de Laura. Elle trembla, sa vue se troublant quand un zombie qu’elle ne connaissait pas s’accrocha à sa cheville et commença à mordre son mollet. Elle laissa tomber bras et l’arme qu’elle tenait glissa au sol. Son ami se pencha en avant soufflant une haleine fétide sur son visage trempé de larmes.

      Lazlo se jeta sur elle et commença à se repaître de ce qu’il restait de son bras amputé. Elle n’avait même plus la force de crier et dans un geste insensé, laissa ses doigts gelés glisser dans les cheveux autrefois si doux de son ami. Un visage juvénile masqué en grande partie par une mèche de cheveux noir et sale apparu près d’elle et se pencha près de son oreille. Elle recula la tête dans un mouvement de panique, mais ne put rien faire. Une paire de bras sortie de nulle part enserra son corps la coinçant contre le mur. La bouche explosé et pleine de sang du zombie effleura sa tempe et elle entendit une voix. « Crois-tu seulement que tu m’as manqué ? Crois-tu seulement que j’ai pu te considérer comme mère ne serait-ce qu’un seul instant alors que tu n’es qu’un monstre ? » Elle, abandonnant toute idée de résistance. Elle ne se souvenait plus de son visage, mais la voix qui résonnait dans ses oreilles appartenait à son fils et son cœur le savait. Elle tenta de toutes ses forces de voir le visage de son enfant quand ses yeux furent attirés par une silhouette un peu plus loin.

      Elle aurait reconnu cette silhouette n’importe où. Elle ferma les yeux, quand Mikkel planta ses dents dans la chair de son épaule, le zombie posa sa main pleine de sang sur le visage de Laura. Son propre sang l’aveugla et si elle ne put voir le visage de celui qui s’agenouilla devant elle, elle aperçut néanmoins cet éclat bleu qu’elle connaissait mieux qu’elle-même. Ce regard qu’elle avait appris à chérir plus que sa propre vie, qui lui avait permis de tenir toutes ses années de l’autre côté du mur, qui avait été sa branche de salut à de trop nombreuse reprise. Mais cet œil bleu qu’elle avait cru voir était froid et mort quand elle sentit les dents du zombie s’enfoncer dans la chair tendre de son ventre. Les bras qui la maintenaient contre le mur relâchèrent leur emprise et elle s’effondra laissant les zombies se repaître de son corps. Une nouvelle voix résonna et elle aurait préféré revivre la souffrance de sa transformation un millier de fois plutôt qu’entendre ce qu’elle avait à dire. Elle voulait crier, leur hurler d’arrêter, qu’elle n’en pouvait plus, mais les dents de Mikkel remontèrent jusqu’à sa gorge et ce n’est qu’un gargouillis sans aucun sens qui s’échappa de sa bouche. « Ne cherche pas à rentrer à la maison. Les enfants et moi n’avons aucune envie de te revoir. Tu n’es plus rien. » Elle planta désespérément son regard dans le ciel, les larmes l’aveuglant et roulant sur ses joues, gelant avant d’atteindre le sol. Elle remarqua la neige qui s’était remis à tomber, presque étrangère à la situation, son cerveau refusant d’accepter ce qu’elle venait pourtant bien d’entendre. Elle ferma finalement les yeux s’abandonnant à l’inconscience quand la dernière pensée qu’elle put former fut qu’elle ne reverrait finalement jamais sa famille.  

      _________________

      Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur
       

      The Forgiven Days } l'Arène de glace

      Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
      Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

       Sujets similaires

      -
      » The Forgiven Days } l'Arène marécageuse
      » Midori Days
      » GLACE ITALIENNE EXPRESS avec un Blinder pour moi
      » [Safrane phase 2 RXE] Probleme manette essuie glace avant
      » [résolu]Panne essuies glace avant et arrière

      Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
      CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Le Colosseum-