AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Forgiven Days } l'Arène de glace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 904
↳ Points : 167
↳ Date d'inscription : 15/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Ven 30 Sep - 18:14

Après avoir récupéré son briquet, Tristan rassembla les planches et les débris qu'il avait découvert et qui pourraient être le plus facilement inflammables. Une cheminée se trouvait dans la grande pièce, ce qui leur permettrait de ne pas être enfumés, et il s'occupa d’y amorcer le feu. Quand il senti une présence surgir dans la pièce, Tristan se retourna brusquement vers elle, une planche à la main, déjà prêt à devoir se battre. Mais il ne s'agissait pas d'un ennemi, juste de cette jeune fille qui lui avait offert son pull un peu plus tôt. … Shae. Alors, elle était donc vivante ? Il la dévisagea quelques secondes alors qu'elle s'agenouillait aux cotés de Callum en gémissant mais ne prononça rien. Laura était là pour la réconforter et veiller sur les soins à prodiguer à l'homme blessé et c'était sans doute suffisant. Tristan se retourna donc pour se concentrer sur le feu.

Le bois n'était pas de très bonne qualité et il avait du mal à prendre mais il mit à profit le matériel qui était à sa disposition avec grand soin. Peu à peu des flammèches crépitèrent, renvoyant une douce chaleur. Il s'affaira ainsi à ce que les flammes montent en intensité et il se retourna vers Shae. Il allait la prévenir que le feu était assez bien parti et qu'elle pourrait mettre la bassine d'eau à bouillir mais un hurlement l'en empêcha. Une voix d'homme. Laura avait disparu et sans attendre, Tristan se redressa pour se dépêcher vers la sortie et aller voir ce qui se tramait au dehors. Il lui était tout bonnement impossible de tourner le dos à un danger, il préférait toujours aller au devant de lui, la lâcheté étant sans doute la chose qu'il abominait le plus au monde. D'autres cris retentissaient, ceux de Laura cette fois. « Reste avec le blessé, Shae. »

Dehors, le blizzard s'était à peine apaisé mais Tristan aperçu deux silhouettes enlacées qui gisaient dans la neige, auprès d'un tas de vieux tissus. Il remonta son écharpe improvisée sur sa bouche et son nez et s'avança rapidement vers eux, se courbant pour affronter les rafales neigeuses. Enfin il reconnu alors Eamon, couvert de neige, qui paraissait blessé. Un regard rapide à Laura lui apprit qu'elle souffrait également d'une blessure. Le sang créait une tâche d'un rouge magnifique en contraste avec la neige. « Tu peux marcher ? » Demanda-t-il à Laura. D'abord les questions pratiques. Il lui désigna du regard le tas de rideaux. Sans doute pourraient ils s'en servir de bandages, qu'elle les emporte. Il se pencha alors pour glisser son bras sous les épaules d'Eamon et le soutenir, jetant ensuite un coup d’œil vers Laura pour voir si elle parvenait à marcher seule. Il agissait par instinct plus que par compassion, il n'aurait de toute façon pas supporté de rester inactif. « D'autres monstres ? Où sont-ils ? » Tristan ne les voyait pas, les créatures étaient bien dissimulées sous la glace et n'apparaissaient que lorsqu'on posait le pied dessus mais de là où il se trouvait, il ne les apercevait pas. L'envie de rejoindre les falaises se faisait de plus en plus forte en lui. Lorsqu'il aurait ramené ces deux là à l'intérieur, il verrait si le blizzard lui permettrait de prendre la route.

_________________
Sur des escaliers de brume

On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

Féminin
↳ Nombre de messages : 651
↳ Points : 551
↳ Date d'inscription : 29/03/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Jack Falahee
↳ Age du Personnage : 27 ans
↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
↳ Couleur RP : tan



Feuille de perso
↳ Copyright: darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Ven 30 Sep - 19:21


La silhouette que je vois foncer sur moi, m’effraie presque plus que les bêtes qui se sont emparés de ma cheville. Dans le blizzard, je ne distingue qu’une forme floue, qui vient vers moi trop vite. J’hésite une seconde à me lâcher, pour laisser les bestioles m’emmener loin de cette nouvelle menace, mais je n’en fais finalement rien alors que les traits deviennent plus nets. Sa voix m’atteint bientôt et semble douce à mon oreille engourdie par le froid. Tout mon corps d’ailleurs, semble s’engourdir lentement, mais je ne suis pas prêt à laisser tomber, pas encore. Alors que Laura fonce sur moi et se débarrasse de la première chose, je ne peux que donner un coup de pied dans la tête de l’autre, pour l’aider du mieux possible. Mon mieux n’est pourtant pas très efficace, puisqu’elle répliquer violemment dans le bras de ma sauveteuse. Le blanc se teinte de rouge mais finalement, l’humain triomphe alors que je cesse soudain d’être emporté vers le néant. La pression sur ma cheville s’estompe jusqu’à ne plus être qu’un mauvais souvenir et je me permets un soupir soulagé. Un seul car la femme déverse sa bile dans un bruit qui me semble terrible. Alors je tente d’aller vers elle. Seulement un gémissement de douleur rend toute l’action un peu difficile. Désormais à genoux, je laisse la blonde s’avancer vers moi et poser son bras sur mes épaules. Sa simple présence réchauffe juste assez mon cœur pour me donner un peu plus de force et dans une impulsion, je me mets debout. La douleur à ma cheville est rapidement trop intense pour que je continu à m’appuyer dessus et c’est finalement sur Laura, que je prends appui pour ne pas chuter de nouveau. « J’sais pas si c’est cassé, mais j’peux pas marcher tout seul on dirait. J’vais m’casser la gueule si j’essaye. »

Malgré tout j’acquiesce et traîne lamentablement ma carcasse, sans trop m’appuyer sur ma jambe blessée. Je me sens comme un poids mort sur l’épaule de l’héroïne mais ne parviens pas à m’empêcher de l’être. Finalement, nous arrivons non loin du bâtiment dans lequel les autres semblent avoir trouvé refuge mais avant que l’on y arrive, elle se laisse tomber au sol, m’entraînant dans sa chute. Me sentant tomber sur elle, je tente une esquive difficile et fini par me ramasser au sol, non sans m’appuyer violemment sur mon poignet, qui craque sous le choc. « Ah putain merde ! » Je m’exclame et crie juste un peu, de douleur et honte combinées. Incapable de ne pas être un boulet, je roule sur le dos pour ramener mon poignet contre ma poitrine et ainsi l’immobiliser pour éviter trop de douleurs. « Mais c’quand qu’cette merde s’arrête bordel…. » Lentement je tourne mon regard vers elle, une once de remords dans le regard. « Je… Merci. D’être venue. T’es blessée tu sais ? » Remarque stupide. Bien sûr qu’elle le sait. Je soupire longuement avant de voir une nouvelle silhouette. Par réflexe, je me recroqueville, avant de reconnaître encore l’un d’entre nous. Il ne perd pas de temps, s’inquiète pour Laura et s’empare de moi, non sans un grognement de douleur de ma part. « Y’en a deux qui m’ont choppé. Mais ils ont pas l’air d’avoir d’autres copains. » Je réponds sans trop articuler, trop concentré sur ma douleur pour essayer de ne pas l’exprimer à voix haute. « Merci pour l’coup d’main ! On bouge? » Complètement dépendant de ces deux là, je ne peux que rester sur un pied, la cheville lacérée de nombreuses griffures et le poignet cruellement endommagé… Quelle saloperie de journée.

_________________
    i just need some hope
    LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 285
    ↳ Points : 39
    ↳ Date d'inscription : 10/11/2015
    ↳ Age : 23
    ↳ Avatar : Jake Gyllenhaal
    ↳ Age du Personnage : 36
    ↳ Métier : Pompier
    ↳ Opinion Politique : Le pouvoir c'est le pouvoir, tout le monde en a. Il s'en fiche en somme.
    ↳ Niveau de Compétences : Ne le touchez pas pour éviter de le savoir. (-8 en contrôle de soi)
    ↳ Playlist : La minute du silence répétée à l'infini.
    ↳ Citation : L'homme est un loup pour l'homme.
    ↳ Multicomptes : Timothée G. Morel



    Feuille de perso
    ↳ Copyright:
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Sam 1 Oct - 14:17

    « Papa… » L’ex soldat se fige, pose ses yeux emplis de fierté sur la petite Anna pendant que son cœur tente de s’échapper de sa cage thoracique. Le temps se suspens sans que personne ne puisse saisir ce changement. Tout se passe dans ses songes qui l’emportent au loin, seulement quelque mois auparavant, 29 précisément. Seulement. Il est sous une tente, une bière à la main et voit le visage de cet ami ayant conquis le cœur de sa petite sœur. Le soldat est angoissé, heureux, fier et inquiet : il va devenir père. Père. Il est fou amoureux, transis mais ne parvient pas à réaliser. Callum lui tape l’épaule, s’assoie à son côté et trinque contre la bière de son ami. « Jake, tu risques ta vie dans ce putain de désert et tu t’inquiètes d’être père ? » Il rit, resserre ses doigts autour de l’épaule du soldat. Grave ce qu’il voit dans son âme en se jurant de lui rappeler ce moment de faiblesse à l’occasion. « Tu vas t’en sortir, tu seras un bon père Jake… on va bientôt rentrer et tu pourras être là pour eux deux… je suis sûr que ça te manquera nos petites campagnes dans le désert…. Ce sera surement plus calme ici ! » Il rit, Jake également mais avec distraction. Il est songeur et se tourne bien vite vers Callum. « Je t’ai fait une promesse tu te souviens ? Maintenant c’est à toi d’en tenir une… tu comprends ? » Oui, Callum avait compris et c’est sans hésité qu’il a acquiescé sans pouvoir jurer que cette situation ne pourra arriver. Face à Anna, le poids de cette promesse ne fait que s’alourdir. « Papa….. »  Il n’était pas son père. Il était son oncle, rien d’autre. Son père c’était Jake Dawson. C’était ce type heureux, angoissé, inquiet, amoureux et fier. L’ex soldat s’approche de sa nièce, s’assoie à côté d’elle devant le camion de pompier qu’elle manipule en souriant. Ses jolies bouclent anglaise lui font penser à sa sœur, par bien des aspects elle est son portrait et par des autres, il retrouve les traits de Jake. Qui aurait cru qu’il deviendrait parent ainsi ? Lui qui n’avait pas réussi à se poser plus de 5 minutes avec qui que ce soit ? Qui aurait cru qu’il amerait ça ? Qu’il l’aimerait autant malgré ce que son visage lui rappelle chaque jour ? « Chérie, écoute… je … » Les prunelles vertes se posent sur lui, Anna se redresse et parcourt la distance qui les sépare, pose ses petites mains sur le visage de Callum. « Tonton… c’est toi mon Papa. »Le temps s’arrête de nouveau. Leurs yeux se rencontrent… L’hurlement transperce la quiétude de ses songes. Son cœur s’agite pendant que ses mains tentent de rattraper le souvenir qui s’éloigne. Il veut hurler à son tour, la rappeler, la serrer dans ses bras encore, lui dire qu’il l’aime, qu’il est là. Que c’est lui son père, qu’il l’a élevé comme sa fille, et qu’il aurait dû la protéger, plus encore.

    Lorsque ses yeux s’ouvrent, l’ex assassin ne reconnait pas ce qu’il voit. Où est-il ? Il fronce les sourcils, sent des mains caresser son visage, ses prunelles grimpent vers le ciel pour y voir Shae. « Shae ? Qu’est-ce que…bordel ! Il grogne en sentant de nouveau ses jambes. Le pompier tourne la tête, tente de se redresser en grimaçant et contre l’avis de son amie. C’est là qu’il voit passer Laura en courant, elle sort de la pièce et s’engouffre à l’extérieur d’où Callum distingue une tempête avant de poser ses yeux sur ses jambes. C’est là qu’il se souvient, l’arène, le froid, les araignées, les inconnus, les créatures de la neige, la voix de sa fille… puis la voix de Laura qui hurle, le tire et l’aide à marcher jusqu’ici puis son appel à l’aide. Tout est brumeux mais progressivement sa rage l’emporte, il serre les poings et la mâchoire. Laura. Elle est dehors. Le gamin sort à son tour et c’est en repoussant Shae, qu’il fait glisser ses jambes sous lui et qu’il se redresse. Déterminé. Le pompier l’est. Il est déterminé à ne surtout pas la voir être blessée, elle et les autres. Alors il occulte la douleur de sa chaire  à vif contre les bandes de fortunes, le froid finira par l’anesthésié. L’homme atteint la porte de l’appartement, sa jambe droite le lâche et il se rattrape à un petit meuble qui vacille sous son poids. « Bordel de merde ! » Se redressant, il se retrouve face au mur, face au miroir et c’est là qu’il rentre son reflet. Son vrai reflet. Ce visage d’humain, fatigué et marqué par le temps, la rage et bien d’autres choses qu’il ne parvient à assimiler. Dans un sursaut son poing atterrit contre ce reflet, lâchant frustration et, étonnement, lui offrant une sorte d’encouragement qui ne fonctionne qu’avec lui. Personne ne doit mourir.

    _________________
    Hope & Redemption
    Just one smile. Just one life.
    by Santayana
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3094-la-torture-il-y-

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 286
    ↳ Points : 265
    ↳ Date d'inscription : 08/11/2015
    ↳ Age : 22
    ↳ Avatar : Zoe Kazan
    ↳ Age du Personnage : 34 & 30
    ↳ Métier : Avocate
    ↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
    ↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
    ↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
    Iris - Goo goo Dolls
    Howl - Florence & the Machine
    Lifeline - Imogen Heap
    Grey Room - Damien Rice
    ↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
    ↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
    ↳ Couleur RP : #99ccff



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: Lyndi
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Sam 1 Oct - 19:45

    Shae était perdue. Elle voyait Callum dans cet état et ça la rendait malade. Elle tenait à lui, malgré sa capacité à l’énerver, elle s’était attachée à lui, et elle avait peur de le perdre. Heureusement, Laura avait pris les choses en main et elle l’arrêta pour lui donner la bonne marche à suivre. La jeune femme prit donc le relais auprès de Callum, surveillant le feu qui démarrait doucement. Beaucoup trop doucement d’ailleurs. Comme par réflexe, elle avait mis une main sur la tempe de Callum et le berçait doucement. Laura avait dit qu’il allait s’en sortir. C’était le principal. Il fallait qu’elle prenne soin de lui maintenant.
    Un cri lui fit lever la tête. Bordel, c’était Eamon. Elle ne pouvait donc pas venir à l’aide de quelqu’un sans laisser une autre personne en danger ? Elle avait couru tellement vite vers Callum qu’elle n’avait pas laissé le temps à Eamon de suivre. Et il semblait en mauvaise posture. Elle allait se lever, mais Laura était déjà partie et Tristan lui dit de rester là. Alors elle resta là, les yeux vers la porte, apeurée de voir ce qui allait entrer. Eamon allait-il s’en sortir lui aussi ? Blessé comme Callum ? Ils étaient là depuis quelques minutes seulement et ils avaient déjà survécu à beaucoup. Shae ignorait s’ils allaient pouvoir survivre bien plus longtemps. L’arène avait de toute évidence décidé de les tuer.

    L’attente ne fut que de quelques minutes, mais elle parut des heures à Shae, qui surveillait toujours le feu, berçant Callum. C’est la voix du pompier qui la tire de son immobilité.
    « Shae ? Qu’est-ce que…bordel ! »
    Un sanglot échappa à la jeune femme. Il était réveillé. Il allait s’en sortir.
    « Callum ! Ca va aller, on va te soigner, Laura est partie… » Elle n’eut pas le temps de terminer sa phrase. Déjà il tentait de se relever. Elle tenta de l’en empêcher, mais il la repoussa et en deux temps, trois mouvements, il était sur ses jambes. Ses jambes blessées, des jambes qui ne le portèrent pas loin puisqu’il s’effondra près de la porte, arrachant un cri à Shae. Elle s’approcha de lui, essayant de le relever, puis poussa un nouveau cri quand il frappa le miroir devant lui. Elle posa sa main sur son bras, paniquée.
    « Arrête, Callum, arrête ! Tu es blessé, viens, tu vas aggraver tes blessures. »
    Elle tentait de l’emmener de nouveau près du feu, mais elle ne pourrait pas forcer le pompier à elle seule. Il était une masse de force brute contre ses petits bras. Et puis, les autres revinrent, et elle gémit à nouveau. Eamon était blessé, de toute évidence, soutenu par Tristan. Laura suivait derrière, clopinant. Shae se précipita pour l’aider, la prenant par son bras valide. Ils étaient tous blessés. Son tour viendrait. Après avoir aidé Laura à s’asseoir, elle courut mettre la neige sur le feu pour la faire fondre.
    « Ca va aller, ça va aller », ne cessait-elle de répéter en murmurant, s’accrochant au peu de force psychologique qui lui restait.

    _________________


    Each and every time I see you
    It's just as hard to leave you as the last time
    So we come to a decision, draw a line in the sand
    And stand on different sides yet I reach out for your hand



    Spoiler:
     

    Spoiler:
     
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur En ligne

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 144
    ↳ Points : 374
    ↳ Date d'inscription : 21/05/2016
    ↳ Age : 24
    ↳ Avatar : Kate Winslet
    ↳ Age du Personnage : 44 ans
    ↳ Métier : Bénévole auprès des populations démunies
    ↳ Opinion Politique : Inexistante pour le moment
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
    ↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
    Oltremare - Ludovico Einaudi
    When We Were Young - Adèle
    ↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
    ↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
    ↳ Couleur RP : #eccef5



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: rusty nail
    ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Sam 1 Oct - 23:12


    Le cri de douleur d’Eamon la sort de la torpeur créer par le froid, la douleur et la fatigue. En se laissant tomber, elle ne pensait pas embarquer le pauvre jeune homme, et le craquement que produit son poignet quand il tente de se rattraper n’augure rien de bon. La question du garçon met quelques minutes à atteindre le cerveau anesthésié de Laura. « Hein ? Oh… Ouais, ne t’inquiète pas, c’est pas bien grave va. Callum est dans un état bien plus mauvais. » Penser au blessé fini définitivement de réveiller Laura et c’est à cet instant précis que Tristan arrive. Elle observe d’un air absent son avant-bras, la peau déchiquetée et le sang qui commence à peine à coaguler. Elle est bonne pour repartir avec une cicatrice de plus. Repartir ? Drôle d’idée. Elle va mourir ici de toute façon. Elle hoche la tête à l’intention de Tristan et grimace en se relevant, le corps engourdi par le froid, trempée par la neige. Elle attrapa son tas de rideaux, heureuse de voir que ceux du dessus ont été épargnés par la neige et reste donc utilisable en guise de couverture. Ils commencent à marcher. Le rythme est lent, rythmé par les grognements de douleur d’Eamon, le souffle de Tristan et le fredonnement de Laura.

    La chanson lui est revenue d’un coup. Il lui arrive souvent de la fredonner quand elle se sent stressée ou mal à l’aise, comme une sorte de doudou sonore. Elle se doute bien que la chanson doit avoir un lien avec son passé, mais comme pour tout le reste, elle est toujours incapable de se souvenir pourquoi cette chanson et pas une autre. Le blizzard arrête de les malmener de ses bourrasques quand ils passent la porte de l’immeuble. Laura s’appuie contre le chambranle en fermant les yeux. La blessure sur son bras saigne de plus belle et elle est physiquement et moralement déjà épuisée. Quand elle les rouvre, c’est pour voir Callum par terre devant un miroir défoncé, sa main ensanglantée en expliquant la raison. Shae arrive rapidement et la prend par le bras, l’aidant à avancer. Elle la fait s’asseoir près du feu et Laura pose son fardeau près d’elle en soupirant de bien-être quand la chaleur lui arrive par vague.

    Elle se redresse néanmoins pour aller chercher Callum. « Eh… Aller viens.» Elle lui tend la main et s’arrime à lui, l’aidant à avancer jusqu’au brasier. « C’est dur pour toi, mais pour le moment, c’est toi le plus gravement blessé. Alors tu dois prendre soin de toi. Ok ? » Elle reste près de lui et commence méthodiquement à déchirer des bandes dans le rideau avant de les laisser tomber dans le seau plein d’eau brûlante. Elle se lève en grimaçant, son genou la rappelant à l’ordre. Elle s’approche de Shae et lui prend la main. « Oui, ça va aller. » Elle lui adresse un sourire qui se veut rassurant. « Viens m’aider à poser les bandes sur les jambes de Callum. » Elle essaie d’occuper l’esprit de la jeune femme pour éviter qu’elle ne fasse une crise d’hystérie. « Tristan ? » Elle se tourne, lasse, vers le jeune homme, le seul à peu près indemne dans la pièce, ce qui lui met un peu de baume au cœur. « Tu peux t’occuper de bander le poignet et la cheville d’Eamon, s’il te plaît ? » Elle retourne s’asseoir près du feu et sort les bandes de tissus de l’eau a l’aide d’un bout de bois. Elle recommence à fredonner dans l’espoir de se rassurer et en enroule une autour de son bras, serrant bien et grimaçant quand l’eau, trop chaude, lui brûle légèrement la peau. Elle attrape une des bandes et nettoie doucement le front et la plaie de Shae qui, heureusement, a déjà commencer à former une croute. Elle dépose ensuite la première bandelette sur la jambe de Callum, laissant Shae s’occuper de la suivante, sans jamais s’arrêter de chantonner.

    _________________

    Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 285
    ↳ Points : 39
    ↳ Date d'inscription : 10/11/2015
    ↳ Age : 23
    ↳ Avatar : Jake Gyllenhaal
    ↳ Age du Personnage : 36
    ↳ Métier : Pompier
    ↳ Opinion Politique : Le pouvoir c'est le pouvoir, tout le monde en a. Il s'en fiche en somme.
    ↳ Niveau de Compétences : Ne le touchez pas pour éviter de le savoir. (-8 en contrôle de soi)
    ↳ Playlist : La minute du silence répétée à l'infini.
    ↳ Citation : L'homme est un loup pour l'homme.
    ↳ Multicomptes : Timothée G. Morel



    Feuille de perso
    ↳ Copyright:
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Dim 2 Oct - 0:30

    Personne. Personne ne doit mourir. Il se le répète, le regard plongé dans ce visage qu’il redécouvre. Depuis combien de temps ne l’avait-il plus vu ? Dès mois maintenant. Au départ, la vision était que partiellement saccadée puis la superposition s’est faite plus longue, plus conséquente au point de s’encrer dans sa réalité. Chaque miroir montrant l’image que l’homme se faisait de lui-même. Le reflet écorchait son monde sans qu’il n’y prête plus attention, se nourrissant des flashbacks et luttant contre certains « effets secondaires ». La rage montait en lui, sourde, puissant, insatiable. Et le plaisir se logeait à la même enseigne qu’une crainte maladive de réellement réaliser ce qu’il était devenu. L’étrange paradoxe du choix fait dans ce trou, au milieu des tortures, en plein de l’obscurité et du silence qui finit par se briser dans chaque preuve de vie. Une vie qui grouillait autour de lui alors que le soldat n’attendait que la mort. Alors là, devant ce miroir au visage s’y humain, il est touché. Touché dans cet organe caché par sa propre noirceur. Le sang coule sur sa peau et s’échoue sur le sol. Le silence se brise avec la voix de Shae. Elle tente de l’atteindre, de le faire s’asseoir mais le pompier est tout de nerf. Le contrôle s’échappe, ses réflexes semblent si éloignés de lui et puis, ce visage… sa fille… que pensera-t-elle si… ? Il entend la goutte s’échouer sur le sol. C’est fou ce que l’obscurité développe chez l’être humain, des aptitudes inattendues. La porte claque, le froid s’immisce puis disparait de nouveau. Laura parle, donne des directives qui semblent aussi douces que des caresses. Loin dans son esprit, le pompier observe la scène à travers le miroir brisé dans un silence profond. En réalité, il cherche des réponses à cette situation, à ses souvenirs, à ce duel qui s’exécute perpétuellement. L’envie de détruire. Le besoin de secourir. « Eh… Aller viens. C’est dur pour toi, mais pour le moment, c’est toi le plus gravement blessé. Alors tu dois prendre soin de toi. Ok ? » Sans rien dire, il se laisse faire, ne bronche ni à la douleur ni à ses propos. Cette niaiserie. Elle n’a pas idée de qui il est. Si elle le savait, elle ne l’aiderait pas, personne ici d’ailleurs. Laura ne connait qu’un côté de la pièce qui le façonne, un bref résumé qui semble l’emporte sur le reste par le simple fait de l’existence de cet emblème sur son torse. A moins, à moins qu’elle est vue autre chose en lui les fois où il est allé la voir… avec ces jeunes…. Cette partie de basket impromptue.

    Les doigts de Callum se posent sur la peau de Laura, occupé avec Shae. Un bref regard et il entreprend de remettre correctement le bandage et le serre sans ménagement. Le silence se fait, brisé par les respirations et le crépitement du feu. La scène est si étrange qu’il en fronce les sourcils. L’heure ne semble pas à la discussion, chacun songeant en son sein à ces dernières minutes ? Heures ? Qui en aurait su faire le compte ? Le pompier grimace au contact du premier tissu brulant mais apprécie la chaleur qui se diffuse bien vite dans son corps encore glacé. D’ailleurs, il finit par se trémousser pour ôter le reste de son pantalon et de ses vêtements. Il les étend comme il peut sans se lever avec des bouts de bois et finit par soupirer. C’est seulement là que la berceuse gagne le silence pour en faire une étrange berceuse, apaisante. Son regard azur se pose sur Laura et un fin sourire s’étend. La douceur le gagne et l’apaise à son tour à peine brisé par le tremblement des mains de Shae contre sa peau et les autres lamelles de tissus. Un instant, le pompier entend son propre battement de cœur, une mélodie qu’il n’avait plus écoutée depuis longtemps. Une mélodie qu’il n’écoutait plus et n’appréciait plus. Alors doucement, Callum se redresse, attrape les mains de Shae et les enferme dans les siennes, puis les pose contre lui et laisse ses doigts encercler le visage de son amie. « Shae. Ca va aller. On va bien, on va y aller pas à pas… Quoiqu’il arrive tu retrouveras ta sécurité. Je te le promets, respire, ça va. » Le temps s’arrête dans ses prunelles afin que le message passe toujours animé par cette douce mélodie. Alors, il enroule ses bras autour d’elle, l’attire contre lui et s’étend avec elle sur le sol, laissant sa tête contre son cœur. Carressant ses cheveux, il ferme les yeux occultant douleur et acceptant la quiétude le temps qu’elle puisse durer. Son corps l’enveloppe dans une fatigue salvatrice du moins l’espère-t-il. Sous ses paupières fermées, il voit défiler tous ces visages nouveaux. Tristan. Eamon. Puis Shae. Laura. Et d’autres, ces relations qui tournent autour de lui sans réellement l’atteindre : Mackenzie, Joan, Rachel, Ambre, Faith, Roman… Roman Son visage apparait dans une scène presque dramatique, pourtant les deux souris. L’ami fredonne, pensif et le blessé se moque, s’amuse en grimaçant sous l’attaque peu cachée de l’ami. Callum l’apprécie. « ‘Tain Roman… tu finiras par faire fuir aussi tes gosses avec ça… » murmure échappé d’un songe.

    _________________
    Hope & Redemption
    Just one smile. Just one life.
    by Santayana
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3094-la-torture-il-y-

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 144
    ↳ Points : 374
    ↳ Date d'inscription : 21/05/2016
    ↳ Age : 24
    ↳ Avatar : Kate Winslet
    ↳ Age du Personnage : 44 ans
    ↳ Métier : Bénévole auprès des populations démunies
    ↳ Opinion Politique : Inexistante pour le moment
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
    ↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
    Oltremare - Ludovico Einaudi
    When We Were Young - Adèle
    ↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
    ↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
    ↳ Couleur RP : #eccef5



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: rusty nail
    ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Dim 2 Oct - 13:14

    Elle se détend progressivement, aspirée par la tâche répétitive. Prendre les bandes, essorer, poser sur la jambe de Callum, recommencer. Le pompier a pris le temps de resserrer sa bande. La manœuvre bien que douloureuse au départ s’avère bien utile. Elle le regarde d’un air absent quand il commence à se déshabiller. Il se tortille de manière comique pour retirer son pantalon en lambeau. Une fois qu’il est déshabillé, il tente vaguement d’étaler ses vêtements avec un morceau de bois afin de les faire sécher. Laura s’empresse de finir le travail, les aplanissant des deux mains, essorant les plus mouillés. Quand elle se retourne son cœur se réchauffe à la vision des deux jeunes gens. Les petites mains de Shae reposent sur le torse nu de Callum tandis qu’il enserre son petit visage dans ses grandes mains. L’image dégage une douceur étonnante et bienfaisante dans cet environnement d’une violence rare. Elle essuie une petite larme, détourant la tête quand le jeune homme attire Shae contre lui. Laura se retourne et attrape un des rideaux épais pour le poser sur les deux jeunes gens. Un peu de sommeil ne fera de mal à personne. Elle recule et s’enroule à son tour dans un des rideaux, retirant lentement son pantalon, ses chaussettes et son pull avant de les étaler près de ceux de Callum. Elle pose son dos nu contre la pierre chaude de la cheminée et pousse un petit soupir de contentement quand la chaleur des pierres envahit son corps meurtri. Elle jette un œil à son épaule et son genou, tout deux ornés d’hématome violacé.

    Elle continue à fredonner doucement, laissant la mélodie apaiser son cœur et son corps meurtri, plongeant la pièce dans une quiétude appréciable. Elle entend Callum marmonner dans son demi-sommeil. Et soudain, l’intégralité de son être se tend. Ses poings se crispent, ses yeux s’écarquillent et son souffle se saccade. Toute quiétude semble oubliée et elle tremble. Elle met fin à son fredonnement dans un petit hoquet avant de remonter la couverture de fortune jusqu'à ses lèvres tremblante. Callum vient de prononcer un nom. Un nom dont elle ne se souvenait pas jusqu’à un temps très récent. La discussion avec Rachael lui revient en mémoire. Roman… Son mari. Celui dont elle rêve, mais dont elle n’arrive toujours pas à voir le visage. Il est comme un puzzle que son esprit cherche en vain a reformer. Sa gorge se serre à l’évocation de cet homme qu’elle aime au-delà des mots, mais dont elle est incapable de se souvenir. Les fragments qu’elle conserve de lui remonte a la surface. Ses yeux, son sourire si particulier, les rides aux coins de ses yeux, la douceur d’un rire tendre près de son oreille, des doigts délicat, repoussant ses cheveux derrière son oreille. Elle reprend son souffle, chassant l’espoir qui venait de naître dans son cœur. Après tout, Roman n’est pas un nom si rare. Il est possible que Callum parle d’un homonyme. Sa tête tourne et elle passe doucement sa main toujours glacée sur son visage. De toute façon, même s'il s’agit bien de son époux, il est hors de question d’en parler maintenant. Le moment serait réellement mal choisi pour mettre sur la table sa famille. Famille qu’elle n’est pas prête a retrouver pour le moment. Se retrouver près de son mari et de ses enfants serait bien trop dangereux tant qu’elle ne se contrôle pas mieux. Puis de toute façon, à quoi bon ? Elle allait mourir ici et ne jamais les voir. Autant s’éviter des douleurs inutiles.

    _________________

    Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Masculin
    ↳ Nombre de messages : 1573
    ↳ Points : 38
    ↳ Date d'inscription : 20/10/2012
    ↳ Age : 24
    ↳ Avatar : Stanley Tucci
    ↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
    ↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
    ↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
    ↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
    ↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
    ↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
    ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Dim 2 Oct - 15:39


    « The chain will be broken. And all men will have their reward »



    the forgiven days




    Les bonus chance, vos options :
    Vous allez le droit de lancer ce nouveau dé (qui est en commun pour toutes les arènes, mais toujours à lancer dans votre propre sujet de flood) tous les 5 messages postés (les vôtres uniquement bien sûr), à votre personnage de choisir s'il partage ses trouvailles ou les conserve jalousement pour lui.
    1 - Vous trouvez une gourde isotherme d'eau potable pleine sur votre chemin.
    2 - Un petit parachute descend du ciel juste devant vous, avec de la nourriture (des barres énergétiques) à l'intérieur.
    3 - Vous tombez sur plusieurs vêtements, plus adaptés au climat de votre arène. Par chance, ils sont à votre taille.
    4 - Un petit parachute descend du ciel, avec une pommade facilitant une cicatrisation très rapide à l'intérieur.
    5 - Vous trouvez un couteau suisse par terre.  
    6 - Rien n'est trouvé, vous restez bredouille.


    Lancé de dés, vos options:
    1 - La glace du lac rompt sous vos pieds. Les échos de la cassure résonnent dans toute la ville.
    2 - Une horde de zombies attaque. Parmi eux, des visages décharnés de personnes qui vous sont chères. Des morceaux de chair et d'os visibles sur leur corps, des lambeaux arrachés de peau. Leurs dents qui claquent n'augurent rien de bon.
    3 - Des morceaux de bâtiment s'effondrent sur votre route, vous emprisonnent dans leurs décombres. (NOUVEAU)
    4 - Une tornade de glace se forme et fonce à toute vitesse sur vous, pulvérisant tout ce qu'elle frôle sur son passage. (NOUVEAU)
    5 - Une meute de loups semblant tout droit sortis des enfers vous encercle, grogne et montre ses canines aiguisés en s'approchant. Affamés, vous semblez leur premier repas potentiel depuis des lustres. Le pelage noir ébène, ils sont d'une taille monstrueuse, bien plus grands et imposants que la moyenne.
    6 - Rien ne se passe, votre route est libre de tout obstacle.


    informations pratiques


    Le nombre de mots maximum est de 600. Vous pouvez bien entendu écrire moins, c'est même encouragé afin que les choses bougent et que personne ne se retrouve débordé.
    ↠ Les créatures surnaturelles sont toujours privées de leur pouvoirs.
    ↠ Jusqu'au prochain tour, chacun a le droit de lancer le dé une seule fois. Vous n'êtes cependant pas obligés de tenter votre chance. Le lancer de dés doit se faire impérativement dans le sujet situé ICI.
    ↠ Ces obstacles se cumuleront à ceux lancés par Dariya Clarke, la coordinatrice du Colosseum, peu décidée à laisser les pauvres participants reprendre leur souffle.
    ↠ Un participant perdra la vie au prochain tour. Sauf volontaire, il sera probablement désigné parmi ceux ayant le moins posté, sinon au hasard.
    Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici un peu moins d'une semaine (le dimanche 9 octobre) au moins une fois (plus dans l'idéal, si vous le pouvez ). Ceux n'ayant pas posté seront automatiquement éliminés.



    groupe III - liste de participants

    ↠ Callum T. Doyle
    ↠ Eamon Grimes
    ↠ Laura E. Ievseï
    ↠ Shae Thackery
    ↠ Tristan K. Bellamy



    _________________
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 286
    ↳ Points : 265
    ↳ Date d'inscription : 08/11/2015
    ↳ Age : 22
    ↳ Avatar : Zoe Kazan
    ↳ Age du Personnage : 34 & 30
    ↳ Métier : Avocate
    ↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
    ↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
    ↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
    Iris - Goo goo Dolls
    Howl - Florence & the Machine
    Lifeline - Imogen Heap
    Grey Room - Damien Rice
    ↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
    ↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
    ↳ Couleur RP : #99ccff



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: Lyndi
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Dim 2 Oct - 16:54

    Elle tremblait de tous ses membres en appliquant les bandages sur Callum. Ses blessures étaient laides. Shae se demandait s’il pourrait marcher à nouveau. Il avait surtout besoin de repos. Elle devrait veiller sur lui. Tentant de calmer le tremblement de ses mains, elle appliqua les bandes. Jusqu’à ce que Callum l’arrête. Le contact de ses mains sur son visage lui fit l’effet d’un électrochoc. Il était vivant. Il était là.
    « Shae. Ca va aller. On va bien, on va y aller pas à pas… Quoiqu’il arrive tu retrouveras ta sécurité. Je te le promets, respire, ça va. »
    Shae laissa une larme, encore une, rouler sur sa joue. Les mots de Callum étaient rassurants. Il leur avait sauvé la vie une fois. Il pouvait le faire une seconde fois. Elle se laissa tomber contre lui alors qu’ils s’allongeaient. Elle adressa un sourire plein de gratitude à Laura qui leur mit une couverture de fortune. Elle pourrait peut-être bien dormir, oublier un peu le merdier dans lequel ils étaient. Laura fredonna une berceuse, une belle berceuse. Ils étaient presque hors du temps, là, survivants de toutes le horreurs de l’arène.

    « ‘Tain Roman… tu finiras par faire fuir aussi tes gosses avec ça… »
    Elle ouvrit les yeux, fronça les sourcils. Roman ? Il parlait du Roman qu’elle connaissait ? Il pouvait en exister plusieurs, évidemment. Mais elle sourit. Roman était un ami. Penser à lui était rassurant aussi. Dommage qu’elle ne le reverrait jamais. Dire qu’elle n’avait jamais su retrouver sa femme.
    « On parle du même Roman kiné, ou tu délires tout seul dans ton coin ? », demanda-t-elle en esquissant le premier vrai sourire de sa journée. Mais si Callum comptait répondre, il fut interrompu par un petit bip. Shae se redressa d’un coup. Le répit était-il déjà terminé ?

    Elle se leva en apercevant un objet métallique se poser tranquillement sur le rebord de la fenêtre. Ca pouvait être un piège. Ca pouvait exploser ou diffuser de l’Anthrax, pour ce qu’elle en savait. Pourtant elle s’avança et l’ouvrit, muée par l’instinct que c’était un bon signe. La jeune femme lâcha un hoquet de surprise en découvrant le contenu du réceptacle. Des vêtements chauds étaient entassés dans la boîte. Une écharpe, des gants, des chaussettes, un bas en laine, et trois couches de vêtements hauts. Tout ce dont elle avait besoin pour ne plus avoir froid. Elle se retourna, boîte en main, un peu abasourdie.
    « Je crois que c’est à ma taille », lâcha-t-elle. Puis elle mit la boîte au milieu de la pièce et en sortit le contenu. Elle attrapa un sous-pull en synthétique qu’elle roula en boule et prit contre elle
    « Laura, je pense que ça devrait t’aller sans problème aussi. Les garçons, vous devriez trouver quelque chose à votre taille aussi. On peut partager, on aura moins froid. »
    Ce serait déjà une bonne chose. Essayer de ne pas mourir de froid dans cette arène. Shae ne voulait pas mourir de froid, c’était une mort horrible à son sens. Et elle ne voulait pas voir ses camarades d’infortune mourir de froid non plus. Ils auraient peut-être plus de chance avec des vêtements chauds. Plus de force pour affronter les prochaines épreuves que leur réservait l’arène. Elle enfila le pull et alla s’allonger de nouveau à côté de Callum. Il leur fallait du sommeil. Il lui fallait du sommeil. Elle voulait survivre encore un peu.

    _________________


    Each and every time I see you
    It's just as hard to leave you as the last time
    So we come to a decision, draw a line in the sand
    And stand on different sides yet I reach out for your hand



    Spoiler:
     

    Spoiler:
     
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur En ligne

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 651
    ↳ Points : 551
    ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
    ↳ Age : 27
    ↳ Avatar : Jack Falahee
    ↳ Age du Personnage : 27 ans
    ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
    ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
    ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
    ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
    ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
    ↳ Couleur RP : tan



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: darkshines
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Dim 2 Oct - 21:08


    La douleur que je sens est trop intense pour l’oublier alors chaque seconde, j’y pense et je me sens nauséeux au fur et à mesure du temps. Mon poignet me lance, ma cheville lâche régulièrement des gouttes de sang, qui viennent tâcher la neige immaculée. De quoi attirer d’autres bestioles peu reluisantes, peut être même des zombies, mais la peur ne peut rivaliser avec ces blessures qui me font un mal de chien. C’est donc difficilement et avec l’aide de Tristan, que je finis par poser mon séant non loin d’un feu qui est, finalement, bienvenu. Il faut croire que j’avais tort sur ce point. Un feu est très utile dans notre situation et la chaleur qu’il dégage réchauffe rapidement mon corps transi de froid. Mes doigts crispés se délient légèrement sous l’effet général des flammes, mes tremblements se font beaucoup moins intenses. Malheureusement, il ne me faut que quelques secondes pour expérimenter un cruel effet kiss cool. Les bienfaits de la chaleur sur mon corps, finissent par accentuer largement mes douleurs. Sans le froid pour m’anesthésié légèrement, mon poignet me lance d’autant plus et ma cheville commence lentement à me brûler. Les bandages de fortune qui m’ont été fait, ne suffisent pas réellement à calmer tout ça. Par réflexe finalement, je viens attraper de ma main valide, ma cheville, et appuie négligemment sur les trous effectués par la bestiole. C’est comme un coup de poignard, qui se serait planté soudain dans ma chair, tant cela me fait mal, mais étrangement, la vue du sang, qui vient se répandre sur le tissu du bandage, me rassure légèrement. Ca je connais. Le liquide carmin qui s’écoule de mon être, comme une punition pour mes actes passés. Me punir, j’en ai besoin, pour ne pas finir en enfer lorsque cet endroit finira par me tuer…

    Mon attention semble trop concentrée sur la punition pour se laisser distraire, mais la voix de ma sauveuse retentit légèrement dans la pièce. Presque enivrante, elle me permet de fermer les yeux doucement et je réussis finalement à calmer les battements désordonnés de mon palpitant. Aussitôt je cesse mon manège, cesse de maltraiter une blessure déjà bien profonde, pour me concentrer sur la blonde, qui semble soudain abattue. La femme courageuse qui m’est venue en aide n’est plus là et d’une impulsion, je sais ce que je dois faire.

    Difficilement, je me redresse, me remet debout et m’approche, en claudiquant, de la quarantenaire. Dans une brusquerie due à mon manque de mobilité, je m’écroule juste à côté d’elle, dos au mur et de ma main droite, valide, j’attrape ses doigts et les serre, suffisamment pour lui montrer qu’elle n’est pas toute seule. « Prends une pause maman et repose toi. T’as l’air crevé ! » Le surnom affectueux m’est venu si naturellement que ça m’effraie presque. Je n’ai pourtant pas le temps de me pencher sur le problème, que Shae semble absorbée par une boîte. Etrangement, j’attends un piège et me crispe, mais ce sont des vêtements, apparemment chauds, qui en sortent. « J’ai b’soin de rien perso. Partagez vous ça ok ? » Probablement une autre façon de me racheter, et de ma fuite incontrôlée, et des embrouilles que j’ai pu leur apporter. « Vous savez, vous pouvez tous dormir. J’dormirais pas d’façon, j’dors jamais. Promis, j’crierai si y’a des trucs bizarres qui s’ramène ! » Je tente un sourire, qui ressemble plus à une grimace et soupire finalement, le souffle court.

    _________________
      i just need some hope
      LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 144
      ↳ Points : 374
      ↳ Date d'inscription : 21/05/2016
      ↳ Age : 24
      ↳ Avatar : Kate Winslet
      ↳ Age du Personnage : 44 ans
      ↳ Métier : Bénévole auprès des populations démunies
      ↳ Opinion Politique : Inexistante pour le moment
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
      ↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
      Oltremare - Ludovico Einaudi
      When We Were Young - Adèle
      ↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
      ↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
      ↳ Couleur RP : #eccef5



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: rusty nail
      ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Dim 2 Oct - 23:25


      La voix de Shae transperce le silence juste après celle de Callum. Un kiné ? Elle est incapable de se souvenir de la profession de son mari. Il lui semble bien que le sujet ait été évoqué durant la longue conversation qu’elle a eu avec Rachael, mais elle est bien incapable de se souvenir de ce que lui as dit son amie. Alors bien que son cœur batte la chamade a l’idée que les deux personnes enlacées devant elle pourrait bien connaître son mari, elle ne dit rien et continue à fixer le vide, amorphe, épuisée. La simple idée de l’inéluctabilité de sa mort qui l’empêchera donc de retrouver Roman la vide petit à petit de toute énergie. La chaleur qui réchauffe doucement son corps réveille malheureusement toutes ses blessures. Son épaule la lance, son genou la torture et la plaie de son avant-bras bien qu’étant enveloppé dans sa bande et ne saignant quasiment plus, commence à sérieusement la torturer. Elle ferme les yeux quelques minutes, essayant de se relaxer.

      Elle sursaute quand Eamon vient s’affaler sans grâce à ses côtés. Il appuie son dos contre la cheminée et son épaule contre la sienne avant d’attraper sa main et de la serrer dans la sienne. Elle lui sourit doucement et sursaute une nouvelle fois quand il l’appelle « maman ». Le mot, malgré la petite pique qu’il lui envoie, lui rappelant une fois de plus son absence de souvenir, lui réchauffe le cœur. Effectivement, elle a tendance, sans vraiment s’en rendre compte, à materner les gens qui l’entourent. Et se retrouver entourer de si jeunes gens réveille tout ce qu’elle possède d’instinct maternel. Alors elle sert la main d’Eamon en retour et racle sa gorge sèche. « J’crois que t’as raison… Une pause me ferait du bien… Gamin... » Elle lui lance un sourire attendri avant de lui offrir un bout de son rideau. Elle est en sous-vêtement dessous, mais l’heure n’est pas à la pudeur et son corps, fatigué par les années et meurtris ne devrait pas franchement attirer un jeune homme comme Eamon. Alors elle pose doucement sa tête sur l’épaule d’Eamon en soupirant. « Ça va tes plaies ? »

      Quand Shae se lève, elle la suite du regard avant de la voir récupérer une petite boite grise contenant des vêtements. Elle tend à Laura un pull en laine, bien plus chaud et épais que le sien. « Merci… Merci beaucoup. » Elle le glisse sous le rideau et le pose derrière son dos pour le laisser se réchauffer contre le mur chaud de la cheminée. « Eamon, tu devrais prendre un truc quand même, ce serait dommage de te laisser mourir de froid après avoir été sauvé des zombies quand même ! » Il sourit en leur disant d’essayer de dormir et Laura le trouve assez adorable pour avoir envie de lui faire un câlin. Elle se retient au dernier moment et se lève doucement. « Besoin pressant. » Elle esquisse une grimace et avance aussi rapidement que le lui permettent ses pieds nus. Elle se glisse par la porte et frissonne violemment dans le blizzard avant de se soulager rapidement dans la neige. Elle utilise une des bandes restantes pour s’essuyer et remarque au moment où elle se redresse une deuxième boite métallique. Elle s’en approche rapidement et l’ouvre en poussant un glapissement de plaisir et rentre en courant. « J’ai trouvé à manger ! Ils nous ont envoyé la bouffe ! » Elle avance rapidement jusqu’à chacun de ses compagnons d’infortune pour leur donner une des barres. Il y en a juste assez pour tout le monde. Une fois sa distribution faite, elle retourne s’asseoir près d’Eamon, se glissant sous le rideau en grelottant. « Fiou, j’aurais dû me rhabiller pour sortir ! Tristan ! Viens près du feu ! » Elle lui fait signe de la main de s’approcher, avant de poser sa tête sur l’épaule d’Eamon et de remonter le rideau jusque sous son nez.

      _________________

      Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 285
      ↳ Points : 39
      ↳ Date d'inscription : 10/11/2015
      ↳ Age : 23
      ↳ Avatar : Jake Gyllenhaal
      ↳ Age du Personnage : 36
      ↳ Métier : Pompier
      ↳ Opinion Politique : Le pouvoir c'est le pouvoir, tout le monde en a. Il s'en fiche en somme.
      ↳ Niveau de Compétences : Ne le touchez pas pour éviter de le savoir. (-8 en contrôle de soi)
      ↳ Playlist : La minute du silence répétée à l'infini.
      ↳ Citation : L'homme est un loup pour l'homme.
      ↳ Multicomptes : Timothée G. Morel



      Feuille de perso
      ↳ Copyright:
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Dim 2 Oct - 23:38

      Les songes l’emportent. Il s’y nappe et cherche le réconfort dans une mélodie qu’il avait pourtant critiqué auprès de Roman. Aujourd’hui, elle lui semble tellement juste au milieu de cette situation. C’est une forme de guerre dont il ne maitrise rien. Même son propre corps. Même ses propres choix. Même ses propres instincts. Où est passé le soldat ? Où est passé le pompier ? Où est passé l’assassin ? L’homme ne veut pas les tuer, eux tous, une partie inconnue, l’autre rappelant des évènements divers, humanisant. Sa soif de sang, de rage s’échoue dans les caresses faites à Shae. C’est là qu’il se rend compte que cette haine de plus en plus insatiable s’est éloignée de lui. Subtilement puisqu’il s’est programmée à aimer la mort plutôt que la vie. Mais la différence est là. C’est le calme qui réside en lui qui semble apporter ce doux constat. Chaque chose en son temps. Oui. Il faut avancer pas à pas. Ceux qui devront mourir sont loin de cette pièce, loin de ce monde, loin de cette illusion douloureuse. Le pompier rouvre les yeux, plus calme que jamais. Une quiétude qu’il se laisse apprécier et prendre à bras le corps dans une situation qui ne s’y prête nullement. Pourtant, cela lui rappelle ses dernières missions avec la véritable armée américaine. Ses prunelles glissent vers chaque membre de cette équipe, cette unité mal assortie et un fin sourire s’étend. Il n’aurait probablement pas plus mal tomber et quelque part, n’aurait pas pu mieux tomber. Comment aurait-il réagi sans les visages connus de Shae et Laura ? Mal, probablement. L’arène aurait probablement été plus courte, tout le monde s’entretuant ou fuyant vers un avenir incertain, seul. « On parle du même Roman kiné, ou tu délires tout seul dans ton coin ? » Crispation. Légère. C’est vrai, elle le connait. « Si tu le connais c’est peut être qu’il t’a également sauvé la vie en chantant cette berceuse…. C’est qu’il stresse facilement… » Il se penche vers Shae en souriant. « qui aurait cru qu’un russe saurait se sortir les doigts du cul pour autre chose que se servir un verre de vodka ? »
      La rouquine se redresse alors, trouve des vêtements. C’est aimable de leur part et par principe, il préfererait leur cracher dessus mais bien malgré lui, il doit l’avouer, ses comparses en ont probablement besoin. Le craintif, Eamon, semble plus courageux près d’un feu que face à la difficulté. Comme quoi, il y a peut être de l’espoir. « Fais pas ton guerrier, tu le regretteras dehors… prends le pantalon, tu as plus de chance d’y mettre un cul que moi… et je prendrais ton pantalon » Eamon est d’une silhouette intermédiaire entre Shae et le pompier, il y avait plus de chance pour qu’un échange de vêtement fonctionne. Et au pire, il se baladera avec des lamelles de pantalon comme toute protection. Ca aurait pu être pire. Le silence laisse à chacun le temps de s’échapper, peut être vers une terre plus chaude auprès de personnes plus importantes. Peut être vers l’obtention de ce point à fixer au milieu de l’obscurité que nous offre la terreur de chaque combat. Pendant longtemps, Cal fixait sa famille et à mesure qu’elle avait rétréci, n’avait pas perdu son cap. Jusqu’à cet incendie. Son point avait disparu dans les flammes et lui, avait échoué dans un trou sans couleurs, sans sons, sans frontières. L’absolu néant qui détruit l’Homme et le façonne. Aujourd’hui son point tente de se fixer face à lui et pour la première fois depuis près de quatre ans, la quiétude lui permet de se stabiliser. Respirer. En avoir conscience. Vivre. Sentir. Sans rage. Sans colère. Sans peine. Apercevoir l’humain sans le craindre. Apercevoir la mort sans l’appeler ni la craindre. Apercevoir la vie, sans la fuir. Et s’il ne parvient pas à avoir peur pour lui, le pompier se laisse à l’appréciation de la vie de ses camarades. Peser cette valeur, octroyer le bénéficie du gout pour la vie au lieu de l’apaisement de la mort. Etait-il seulement suffisant conscient de ce qu’impliquerait de se voir tous disparaitre ? C’est bien là, le plus grand problème de la fraternisation : apprendre à aimer et devoir dire adieu.

      C’est là que Laura se redresse, fuis vers l’extérieur au lieu de tenter les chiottes de l’appartement. Le pompier grommelle et se redresse, grimaçant en sentant ses jambes. La douleur est omniprésente mais tenter le mouvement le fait grogner. De toute façon, il n’a pas le temps de se relever complètement qu’un cri de joie retentis. Laura ferme les portes, et donne des barres céréales à tout le monde. Le soldat sourit. « Je sais qu’on a tous faim mais manger que la moitié, on en aura surement besoin plus tard… qui sait si nous aurons encore droit à ce type de cadeau plus tard… » L’ex soldat glisse sa ration dans sa poche conscient qu’il était préférable, dans son état de manger un bout mais préférant miser sur le lendemain. Au milieu d’une grimace il tire l’eau du feu et pose le récipient à côté de lui attendant que l’eau tiédisse pour boire un peu.

      _________________
      Hope & Redemption
      Just one smile. Just one life.
      by Santayana
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3094-la-torture-il-y-

      Masculin
      ↳ Nombre de messages : 904
      ↳ Points : 167
      ↳ Date d'inscription : 15/03/2016
      ↳ Age : 22
      ↳ Avatar : Ezra Miller
      ↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
      ↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
      ↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
      ↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
      ↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
      ↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
      ↳ Couleur RP : darkseagreen



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: Nekomata
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Lun 3 Oct - 13:44

      L'ambiance semblait plus calme à présent que les blessés étaient soignés et réchauffés. Tristan ne parlait pas, on aurait sans doute pu oublier complètement sa présence, tellement il était discret et silencieux. Il continuait à s'occuper du feu, afin qu'il ne s'éteigne pas, agenouillé devant la cheminée. Ces personnes se connaissaient toutes très bien entre elles, de ce qu'il en devinait, ils avaient l'air d'éprouver les uns pour les autres des sentiments très forts. Laura surtout, avait l'air de ressentir une affection presque maternelle vis à vis de Callum. A dire vrai, elle était tout aussi chaleureuse et attentionnée envers Shae et Eamon également. Ce dernier l'appela même carrément maman. Sans doute remplissaient-ils tous un manque les uns pour les autres, ils avaient l'air d'être en symbiose parfaite. Seul Tristan détonnait dans cette scène en vérité. Il n'en soufrait pas mais il se sentait mal à l'aise et peu à sa place, comme un intrus dans le décor. La seule personne qu'il avait aimée, celle qui était sa mère, sa sœur, son amie, son amour, c'était Helix. Mais Helix était morte. La douleur était tout aussi forte mais il la domptait, il devait juste vivre avec. Alors Tristan continuerait à respirer sans penser à rien, comme il l'avait toujours fait.

      Il ne pouvait faire autrement que d'entendre les conversations, même s'il n'y participait pas. Cela lui donnait la désagréable sensation d'être indiscret et impudique, comme un étranger qui écoute parler un groupe d'amis qui discutent de choses intimes. Le prénom de Roman, le kiné, ne lui était pas inconnu mais il se contenta de regarder Laura sans rien ajouter avant de détourner les yeux rapidement. Tristan finit par se redresser souplement et s'éloigner, décidé à préparer sans tarder son départ. Ce fut à ce moment que Shae s'approcha de la fenêtre avant de se retourner vers eux, les bras chargés d'un trésor. Tristan fronça les sourcils. Les organisateurs des jeux avaient décidé de les aider, sans doute afin qu'ils ne crèvent pas trop vite et que le spectacle puisse continuer, pour le plus grand plaisir du public… Il regarda vaguement le partage que le groupe d'amis se faisaient entre eux, se demandant à quoi il devait s'attendre pour la suite. Quel serait le prix à payer pour ces cadeaux ? Quels nouveaux pièges allaient s'abattre sur eux ?

      Comme pour répondre à sa question, c'est un autre cri qui s'éleva, celui de Laura qui rentrait les mains pleines. Tristan était resté appuyé contre un mur, le nez caché sous son écharpe improvisée, les mains enfouies sous ses aisselles. Il en dégagea une avec hésitation pour recueillir le cadeau qui lui était offert de façon si imprévisible. « Merci, Laura. » Dit-il sobrement, ne sachant quoi ajouter. Pour le coup, il était d'accord avec Callum qui donnait toujours ses directives. De toute façon, Tristan n'avait pas vraiment faim, il mangeait très peu en général, raison de sa maigreur. Il ne répondit rien, se contentant d'empocher la barre de céréales en silence en suivant la femme des yeux, la voyant se blottir contre Eamon. Tristan grimaça sous son cache-nez. Allaient-ils tous dormir dans les bras les uns des autres, comme une famille unie dans l'épreuve ? Sans doute. Lorsque Laura l’appela, il frissonna. Est ce qu'elle avait pitié de lui ? Cela ne pouvait être que cela et c'était méprisable et pathétique. Il sentit ses jambes devenir raides de malaise. Le bon sens lui soufflait de lui obéir et de profiter de la chaleur humaine en allant auprès d'eux. De faire semblant d'être comme eux, de se forcer à s'intégrer pour survivre. Mais sa paranoïa associée à son inadaptation sociale le pétrifiaient sur place.

      « Je vais bien. En fait... Je vais vous laisser maintenant. Le blizzard s'est calmé et j'ai envie d'avancer. Bonne chance. Adieu.» Sur ces mots d'une maladresse abrupte, il se détourna brusquement et s'évada dans la neige, décidé à affronter le froid, les monstres, n'importe quoi qui pourrait être moins catastrophique que se retrouver seul au milieu de tout ces gens. Ainsi, il commença à chercher s'il découvrait d'autres provisions autour de la maison, attentif à ce qui pourrait se passer.

      _________________
      Sur des escaliers de brume

      On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 651
      ↳ Points : 551
      ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
      ↳ Age : 27
      ↳ Avatar : Jack Falahee
      ↳ Age du Personnage : 27 ans
      ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
      ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
      ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
      ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
      ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
      ↳ Couleur RP : tan



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: darkshines
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Lun 3 Oct - 15:18


      Pour la première fois, depuis que j’ai atterri dans cet endroit effrayant, je me sens légèrement bien. Pas entièrement serein, ni totalement à mon aise, mais je suis tout de même mieux que quelques temps auparavant. Probablement est-ce du à la présence si proche et si rassurante de Laura. C’est une femme qui a probablement le double de mon âge, mais elle reste plus forte et plus courageuse que je ne le serais jamais. Pour ça, je ne peux que l’admirer et profite de sa présence pour prendre un peu de forces. Juste assez pour grogner lorsqu’elle me parle de mes blessures. Non, ça ne va pas bien. Loin de là même. Seulement je ne dis rien de plus et garde pour moi mes remarques, qui se voudraient plaintive. Or je ne veux pas me faire plaindre. Je ne veux pas ressembler au petit garçon faible que je montre pourtant depuis le tout début. Shae se met à parler chiffon, Laura enchérit et Callum participe lui aussi à la conversation, me demandant mon propre pantalon. Mes sourcils se froncent à cette seconde. Il est hors de question que je me débarrasse de mes vêtements, pour m’engoncer dans un fut trop serré, qui me mettrait mal à l’aise en cas de fuite précipitée ou d’attaque quelconque. Ce n’est pas qu’égoïsme cette fois, mais aussi du bon sens. « Je n’ai besoin de rien. J’ai pas si froid et j’ai l’habitude d’façon. Par contre il est hors de question que j’me change. Déjà parce que non, je n’entrerais pas une fesse dans c’pantalon. Mais en plus l’mien est trempé et froid. J’vais pas t’filer mon pantalon. »

      Probablement devrais-je réagir autrement, mais je n’arrive pas à trouver le génie dans cette solution qui me semble plus hasardeuse qu’autre chose. Alors je reste à ma place, ne quitte pas mon vêtement et me contente de croquer timidement dans le cadeau de Laura. « Merci. Tu aurais pu tout garder pour toi tu sais… » Seulement je sais que ce n’est pas dans son caractère. Ce n’est pas dans le mien malheureusement. Lentement, je me recroqueville, sans chercher pourtant à me soustraire de la présence de Laura contre moi. C’est à ce moment là que le grand brun décide de vouloir s’échapper loin de nous. « Bon sang mais c’est stupide c’qu’il dit là. Il va crever là bas. En plus il a pas pris d’fringues non plus ! » Alors dans une impulsion, qui ne me ressemble carrément pas, je dépose un baiser rapide sur la tempe de Laura, me relève douloureusement et m’avance le plus rapidement possible vers la porte, non sans m’arrêter une seconde, pour attraper la veste chaude qui nous as été donné. Et juste avant qu’il ne disparaisse dans la neige et le froid, je balance, assez fort pour être entendu de l’inconscient. « Fais pas ton stupide guerrier mec. J’sais plus ton nom, Tarzan ? Troy ? T’sais quoi j’m’en fous en fait. Prends juste ça. Ca t’donnera ptête un peu plus de temps. » Non, je ne vais pas le retenir contre son gré. S’il veut s’en aller, qu’il le fasse, mais je ne peux m’empêcher d’être là, dans la neige, sur une cheville douloureuse et carmine, à vouloir l’aider. Probablement l’influence de Laura… Lentement mon bras valide s’élève vers lui et je lui tends le vêtement, sans grand espoir qu’il le prenne néanmoins.

      _________________
        i just need some hope
        LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?


        Dernière édition par Eamon Grimes le Lun 3 Oct - 16:38, édité 1 fois
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur

        Masculin
        ↳ Nombre de messages : 904
        ↳ Points : 167
        ↳ Date d'inscription : 15/03/2016
        ↳ Age : 22
        ↳ Avatar : Ezra Miller
        ↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
        ↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
        ↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
        ↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
        ↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
        ↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
        ↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
        ↳ Couleur RP : darkseagreen



        Feuille de perso
        ↳ Copyright: Nekomata
        ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
        ↳ Liens du Personnage
        :



        MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Lun 3 Oct - 16:31

        Il faisait froid mais à se retrouver dehors, libre de toute présence et livré à lui même, Tristan se sentait déjà mieux. C'était sans doute étrange mais il se sentait libéré du poids de l'inconfort, en dépit de la douleur de ce froid qui lui gelait les os, il se sentait mille fois plus léger. Soudain, une voix se fit entendre dans son dos et il se retourna par réflexe pour apercevoir au loin la silhouette d'Eamon. Il ne le connaissait pas mais il avait retenu son prénom, Tristan était assez attentif pour cela, il se souvenait des détails, il ne laissait jamais rien au hasard. Mais dans ses appels, l'homme lui balançait des insultes dans des surnoms criés au hasard avec ironie, des choses qui sonnaient comme du mépris. Cela rappela aussitôt à Tristan des souvenirs de son enfance à l’orphelinat où la cruauté des enfants n'avait pas d'égal. Tu n'étais jamais rien que « truc » ou « machine », quand tu n'étais pas sociable, quand tu n'étais qu'un gosse autiste et inadapté. Tu n'étais rien que le freak, l'étranger, le monstre, le mec différent. Tristan le regarda quelques secondes. Il n'avait pas prévu qu'on le retienne, il ne partait pas dans cet espoir, il était conscient que personne ne se souciait de lui et c'était tout à fait normal. Il ne leur en voulait pas. Il nota que Eamon reprenait la formule que Callum avait eue à son encontre : ne fais pas le guerrier. Cela semblait amusant en dépit des circonstances, presque attendrissant. Du moins si Tristan avait été capable d'émotion.

        Il regarda encore une fois Eamon. Il leva la main bien haut. Ainsi, Tristan ne ramasserait pas le vêtement mais il remerciait Eamon pour son geste dans un simple regard. Il ne voulait avoir aucune dette. Puis, il se mit à courir. Tout en faisant, il se souvenait de ses premières décisions, de ses projets de tenter de manipuler les autres, de se faire passer pour un faible pour mieux les duper. Il n'y avait pas réussi. Mais ce n'était pas grave. Aucune consigne n'avait été offerte, il n'était pas censé se battre contre ces gens. Il n'avait donc aucune raison de chercher à les duper, aussi nuls soient ses talents de comédien. Il ne leur souhaitait pas de mal mais il ne voyait pas de raison de rester auprès d'eux. Il n'avait pas sa place auprès d'eux. Il n'avait sa place auprès de personne, personne dans le monde entier. Et s'il mourrait et bien quoi ?

        Une tornade de glace se forma soudain, il la voyait, juste devant lui et n'eut que le temps de hurler à l'intention d'Eamon qui était sorti. « A COUVERT  » Avant de se recroqueviller sur lui même, dans une profonde ornière où il plongea, se protégeant la tête en espérant que la tornade passe au dessus de lui. Est ce qu'il allait mourir ? Est ce qu'ils allaient tous mourir ? Il héla de sa voix indifférente le ciel enneigé. Si jamais il perdait alors il gagnerait quand même. Car s'il mourrait, alors peut-être qu'il retournerait dans les enfers. Cela aurait été logique. Il était déjà mort près de deux siècles auparavant. Et il avait été à Darkness Fall. Alors si cette fois, il mourrait encore, peut-être oui, peut-être retrouverait-il Hélix !! Il ne songeait qu'à cela. « HELIX ! » Il hurla alors que la tornade pulvérisait tout sur son passage et qu'elle se dirigeait vers les ruines où le reste du groupe était tapi.



        _________________
        Sur des escaliers de brume

        On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam
         

        The Forgiven Days } l'Arène de glace

        Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
        Page 3 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

         Sujets similaires

        -
        » The Forgiven Days } l'Arène marécageuse
        » Midori Days
        » GLACE ITALIENNE EXPRESS avec un Blinder pour moi
        » [Safrane phase 2 RXE] Probleme manette essuie glace avant
        » [résolu]Panne essuies glace avant et arrière

        Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
        CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Le Colosseum-