AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Forgiven Days } l'Arène de glace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 285
↳ Points : 39
↳ Date d'inscription : 10/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Jake Gyllenhaal
↳ Age du Personnage : 36
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Le pouvoir c'est le pouvoir, tout le monde en a. Il s'en fiche en somme.
↳ Niveau de Compétences : Ne le touchez pas pour éviter de le savoir. (-8 en contrôle de soi)
↳ Playlist : La minute du silence répétée à l'infini.
↳ Citation : L'homme est un loup pour l'homme.
↳ Multicomptes : Timothée G. Morel



Feuille de perso
↳ Copyright:
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Sam 8 Oct - 17:45

Il susurre alors qu’une force le pousse à faire le contraire de sa volonté, de la raison, de la logique. Et cela le fait penser à avant son réveil dans ce monde. Avant de voir la neige perpétuelle. Avant de sentir le froid glacial de New York. Avant de voir le lac mais surtout, de voir l’immeuble pourtant démoli depuis. Celui-ci lui rappelle la colère ressentie sur cette terre, le simple fait de revoir le lieu de sa disparition…. Une colère transformée en rage un bref instant, juste assez pour combler une attitude qu’il maitrise à moitié : celle de vouloir donner la mort plutôt que raviver la vie. Cela lui fait penser à la rage ressentie pendant qu’on l’attaquait, au plaisir de la simple idée de les tuer, ces assaillants, de les vider de leurs sangs, de briser leurs os. Ils n’étaient rien pour lui si ce n’est des pantins dans un monde qu’ils ne comprennent pas, qu’ils ne méritent pas et quelque part, un monde qui ne devrait peut être pas être foulé par eux, les humains. La mort semblait si douce avant de retrouver les sensations de la vie, celle-ci est si troublante. Elle fait osciller entre bien des états différents sans qu’il n’y ait de raison. Dans la chaleur omniprésente, le pompier prend soudain conscience de sa neutralité disparue. Lui qui aimait se sentir roi d’un contrôle sans limite sur la vie et la mort elle-même, dictant l’utilisation de la faux qui prendrait les uns et les autres avec un plaisir malsain mais… protégé de tout réel sentiment. Cela faisait, en réalité, un moment que la contradiction de la vie avait explosé ses protections démultipliant la douleur oubliée et volontairement abandonnée à un autre être. Une démultiplication qui le rendait beaucoup plus violent et beaucoup plus instable. « Je sais gamin ! Je sais…. » Oui, il en a conscience qu’il ne fait pas chaud mais les secondes s’égrainent sous un soleil de plomb, invisible. Le pompier gligne des yeux, ses oreilles bourdonnent, ses plaies le démangent, son corps le brûle. Il aimerait que tout le monde se la ferme et ce n’est pas l’ordre de Laura qui l’apaise, pas cette fois-ci. Il en a marre. Marre de cette situation. Marre de ne pas être maitre de lui-même. Marre de sentir le regret se loger dans ses fibres. Marre de concevoir ce que la rage peut faire et, paradoxalement, aimerait si napper. Encore un peu. Parce qu’il se souvient de l’aspect libérateur de l’extériorisation de sa propre rage. Un instant au lieu d’en avoir honte, il regrette de ne plus sentir ce bouillon en lui.

Ce simple constat le fait secouer vivement la tête, il se redresse – en boxer- et s’approche d’Eam qu’il cueille de son poing. « MAIS LA FERME ! CESSE DE CHIER DANS TON FROC BORDEL ! » Drôle de façon de le secouer. Drôle de façon de regretter. Drôle de façon de protéger. « Mais ACHEVEZ LE PITIE… » Puis il recule en formant de parfaites billes dans ses yeux. Les cendres. Les cendres. Elles virevoltent autour de lui, chutent devant ses yeux, contre lui, sur lui. « Oh…non… » Il murmure, encore. Depuis ne les avait-il pas revu chuter ainsi ? Avait-il oublié l’impact de cette journée en lui ? Non. Bien au contraire, il n’avait fait que tout raviver, chaque jour tout en s’enfonçant dans le confort de la rage qu’on lui soufflait. Comme a cet instant. Les flammes s’installent alors dans ses prunelles, se répandent autour de lui. Il découvre une pièce qui ressemble sans s’y méprendre à la salle où il avait retrouvé sa fille. « Il faut sortir d’ici…. Il faut… il faut que je la retrouve… » Sa tête chavire, ses doigts s’approchent d’un mur d’apparence tout à fait basique mais c’est une flamme qui le chatouille. Il grimace, cligne des yeux en ressentant la brulure et cette chaleur qu’il sait pourtant né d’une illusion.

_________________
Hope & Redemption
Just one smile. Just one life.
by Santayana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3094-la-torture-il-y-

Masculin
↳ Nombre de messages : 896
↳ Points : 167
↳ Date d'inscription : 15/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï
↳ Couleur RP : darkseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Sam 8 Oct - 18:15

Tristan avait participé lui-même à créer les illusions des premiers jeux en tant que sorcier. Il était bien placé pour s'attendre à en souffrir. Mais le délire dans lequel il était plongé paraissait si réel ! En plus de la douleur qu'il ressentait au niveau de chaque piqûre, il avait l'impression de suffoquer sous des vagues de chaleur. Son esprit perturbé par les toxines n'arrivait plus à distinguer l'illusion de la réalité, il était difficile de ne pas y succomber, si difficile de ne pas être persuadé de se trouver au beau milieu du Sahara !

Lorsque Laura se pencha sur lui, il se raidit, rouvrant les yeux pour la fixer dans une respiration haletante. Ses mains étaient fraîches quand elles l'effleurèrent pour refermer sa veste correctement et renouer son écharpe. Cette sensation était agréable. Elle semblait agir avec naturel, presque sans y penser, comme si s'occuper d'autrui était instinctif chez elle. Tristan n'avait jamais eu de mère, il ne savait pas ce que ça faisait d'en avoir une mais en l'observant il songea que cela ressemblerait sûrement à ça. Il s'attacha à ses paroles, pour mieux s'en convaincre et hocha la tête, même si les effets du poison le troublaient toujours et ferma les yeux à nouveau, entourant ses jambes de ses bras. Il aurait souhaité qu'on lui décrive le froid, encore et encore...

Les autres souffraient comme lui et pendant que Laura s'occupait de Callum, la voix de Eamon troubla le silence. Ses paroles agirent comme une décharge électrique sur Tristan qui se ressaisit pour se redresser en vacillant. Non, ils n'étaient pas mieux dans cet endroit, enfermés sous terre, c'était totalement l'inverse que Tristan ressentait et il s'en rendait d'autant plus compte en écoutant Eamon divaguer sous l'effet des toxines. Depuis longtemps, il avait eu envie de quitter les ruines, il voulait partir avant que le blizzard ne les force à s'abriter. Il voulait partir en dépit des tornades et il l'aurait fait si Callum n'était pas intervenu. Et maintenant, plus que jamais, il voulait partir pour plonger dans la neige la tête la première et se rappeler qu'ils étaient dans un désert polaire et pas dans une fournaise ! La réaction de l'homme colérique troubla le calme alors qu'il criait sur Eamon. Tristan serra les dents et se rattrapa au mur. Il voulait sortir, il voulait tellement sortir de là !

"Nous allons sortir. Il le faut."

La fièvre lui donnait si soif ! En essayant de reprendre ses esprit, il se mit à observer les lieux. Ils se trouvaient visiblement dans une salle de maintenance. Pourrait-ils y trouver des choses intéressantes ? D'autres armes pour affronter ces guêpes ou peut-être quelque chose qui puisse les protéger de leurs dards empoisonnés. Tristan titubait un peu mais il se forçait à ne pas se déshabiller et à lutter contre ses délires persistants. Ils n'étaient pas au Sahara, ils ne faisait pas chaud, il faisait moins quinze, ils étaient… Mais alors qu'il s'agenouillait dans un coin de la pièce, son regard tomba sur une vieille caisse qui contenait un gros paquet de biscuits secs. Il le sorti de la boite avant de se retourner vers les autres, leur montrant sa découverte dans un regard interrogatif.

« Est ce que l'un d'entre vous a déjà goûté la nourriture qui nous a été envoyée… ? »

Tristan n'avait pas encore touché à la barre de céréales donnée par Laura. Elle était toujours dans sa poche et il ignorait si elle avait été empoisonnée ou non. Si on leur offrait des vivres sains pour leur permettre de tenir le coup plus longtemps, c'était peut-être le cas, encore une fois. Bien-sûr, ils ne pouvaient jamais être sûrs de rien.

Cependant, avec sa question d'ordre pratique au sein même du chaos, Tristan ne se rendait pas compte qu'il avait l'air à coté de la plaque. Peut-être même que personne n'avait entendu sa voix trop basse, alors que Callum luttait contre ses démons intérieurs avec force.


_________________
Sur des escaliers de brume

On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.


Dernière édition par Tristan K. Bellamy le Sam 8 Oct - 18:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

Féminin
↳ Nombre de messages : 285
↳ Points : 265
↳ Date d'inscription : 08/11/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Zoe Kazan
↳ Age du Personnage : 34 & 30
↳ Métier : Avocate
↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
Iris - Goo goo Dolls
Howl - Florence & the Machine
Lifeline - Imogen Heap
Grey Room - Damien Rice
↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



Feuille de perso
↳ Copyright: Lyndi
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Sam 8 Oct - 18:20

Ils s’étaient retrouvés dans une pièce, coincés par les guêpes XXL à l’extérieur. Ils étaient tous en vie, c’était le principal. Le bras de Shae lui faisait mal, mais elle ne dit rien. D’autres étaient en plus piteux état. Elle se contentait de le soutenir de son bras valide. Elle était au devant du groupe, les guêpes l’avaient donc relativement épargnée. Elle avait chaud, c’est vrai, mais avant qu’elle ait pu enlever une couche, Callum et Tristan était à terre, le premier quasiment nu. Et la jeune femme sut que quelque chose n’était pas logique dans tout ça. Elle lutta contre la chaleur et fixa son attentions sur Laura, la seule à sembler encore consciente et logique dans leur groupe de bras cassés.
« Callum. Il fait moins quinze. Remets tes vêtements. Tout de suite. »
La jeune femme ne put s’empêcher de lâcher un petit rire. Se concentrer sur les autres adoucissait un peu sa propre douleur et son impression qu’il faisait plutôt 15 que -15 dans cette pièce. Laura agissait en vraie mère poule avec tout le monde. Elle devait avoir des enfants. Cette pensée frappa Shae de plein fouet. Laura avait probablement des enfants. Des enfants qui étaient en train de regarder leur mère survivre. Des enfants qui ne la reverraient probablement jamais. Tous ces gens, tous ses camarades d’infortune avaient quelqu’un qui tenait à eux et qui les regardait mourir sans rien pouvoir faire. Est-ce que Liam la regardait ? Son meilleur ami devait être au courant qu’elle serait là. Elle espérait qu’il n’avait pas participé à l’élaboration de tout cela. Est-ce que Becca la regardait ? Elle venait à peine de retrouver son amie, vivante. Est-ce que Garret la regardait ? Elle donnerait n’importe quoi pour revenir en arrière, juste un peu, et dire à ces gens ce qu’elle ressentait pour eux. Qu’elle tenait à eux. Qu’elle les aimait.

Eamon paniquait, une vieille habitude visiblement. Ce qui énerva Callum, qui n’hésita pas à le lui faire savoir à coup de poing dans la gueule. Les choses s’envenimaient même entre eux. Ce n’était pas la bonne solution. L’environnement était contre eux, ils devaient rester soudés. Ils devaient se souvenir qu’ils étaient ensemble, plus facile à dire qu’à faire avec ces émotions qui les submergeaient tous. Shae s’apprêtait à aller voir Eamon, voir si ça allait, quand Callum sembla perdre pied. « Il faut sortir d’ici…. Il faut… il faut que je la retrouve… ». Elle le voit s’approcher du mur. Elle ne l’a jamais vu comme ça, inquiet, apeuré, fragile. L’instinct prend le dessus et elle s’approche de Callum, lui touche l’épaule doucement.
« Callum, ça va ? Il faut tenir le coup, Cal’, on va sortir, d’accord ? »
Elle ne savait pas être douce comme Laura. Ca n’avait jamais été son rôle. Mais elle essayait. Elle détourna le regard de Callum une seconde afin de voir ce dont Tristan parlait. Une caisse pleine de nourriture. Ils n’étaient pas si mal que ça, finalement. Elle sourit et reporta son attention sur Callum.
« Tu vois, on a à manger, ça va s’arranger. Reviens avec nous, Callum. »
Elle avait besoin qu’ils soient de nouveau ensemble. Un groupe. Qui se tenait les coudes. Elle n’y arriverait pas seule, pas cette fois. Elle ne voulait pas survivre seule. Elle voulait être avec eux. Autant que possible. Mourir n’était pas une option. Mourir seule en était une, qu’elle ne prendrait pas.

_________________


Each and every time I see you
It's just as hard to leave you as the last time
So we come to a decision, draw a line in the sand
And stand on different sides yet I reach out for your hand



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 285
↳ Points : 39
↳ Date d'inscription : 10/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Jake Gyllenhaal
↳ Age du Personnage : 36
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Le pouvoir c'est le pouvoir, tout le monde en a. Il s'en fiche en somme.
↳ Niveau de Compétences : Ne le touchez pas pour éviter de le savoir. (-8 en contrôle de soi)
↳ Playlist : La minute du silence répétée à l'infini.
↳ Citation : L'homme est un loup pour l'homme.
↳ Multicomptes : Timothée G. Morel



Feuille de perso
↳ Copyright:
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Sam 8 Oct - 20:58

Illusions. Flash back. Altération de sa perception entre réel et imaginaire. Entre réalité et souvenir. Entre souffrance et espoir. Ce n’est pas la première fois et ce ne sera surement pas la dernière, pourtant, il se nappe dans cette folie et cherche du regard tout ce qui peut le conduire à sa fille. Le pompier a vécu 1000 fois cette scène, revue ces mêmes flammes, cette même bâtisse. Encore et toujours. L’illusion est si parfaite. Cette fois-ci plus encore qu’avec Joan. Oui, bien plus réaliste. La douleur, la chaleur, les brulures sur sa peau, le manque d’oxygène. Tout semble induire une réalité si mordante, qu’il pourrait aisément mourir de cette illusion. Et quelque part, c’est ce qu’il veut. Mourir. Ou plutôt, non. Ce qu’il veut c’est la rejoindre qu’importe son lieu de « vie », il veut la rejoindre. Etre avec elle, la serrer dans ses bras, s’excuser et … être là. Là où il aurait dû toujours être, à ses côtés. Le remord grignote ses maigres résistances et c’est à genou qu’il finit face aux flammes lui dévorant l’ensemble de ses espoirs et de ses forces. Au moins, cesse-t-il de vouloir retirer plus encore que ses vêtements. Ne lui a-t-on pas déjà assez arraché la peau ? D’ailleurs Callum ne ressent plus ses jambes, déjà douloureusement happés par ce que ce jour là incombe à son âme. Callum, ça va ? Il faut tenir le coup, Cal’, on va sortir, d’accord ? Sortir. Sortir et rejoindre sa fille. Oui, sortir. Tu vois, on a à manger, ça va s’arranger. Reviens avec nous, Callum. Il se redresse, cherche au milieu des flammes une autre sortie, encore conscient d’une partie de la réelle situation. N’hésitant pas à bousculer qui se trouve sur son passage pour inspecter le moindre recoin de la pièce. Il grogne lorsque le feu semble bruler ses membres, offrant un écho à la chaleur que délivrent les toxines dans son corps. Il n’a qu’un but, la retrouver. Comme ce jour là oubliant le militaire pour s’enfoncer dans un bâtiment déjà consumé. Dans un coin bas de la pièce, il sent de l’air se répercuté sur sa peau. De l’air. Une sortie. Un conduit d’aération. Le pompier pousse une caisse entreposée contre puis s’installe face à la grille. Ses pieds écartés et posés contre le mur, ses doigts enlaçant la grille, il tire. Une fois, deux fois. Frappe de ses pieds encore et encore. Il n’a pas le temps de réfléchir. Il n’est que colère, que rage, que remord. Il doit la trouver. C’est tout ce qu’il sait. Ca et le fait d’être au milieu des flammes. De ne pas avoir le temps. D’être là au lieu d’être la bas. Il se souvient. Il se souvient de son corps sur celui de sa fille. Il se souvient du masque permettant à Anna de respirer et de ses mains autour de son visage. Il se souvient de son regard avant de sombrer. Puis… puis il se souvient de ces bottes à côté de lui. Il se souvient…..

Ses yeux se portent sur son côté. Si on lui parle, il n’entend rien. Si on le touche, il n’en ressent rien. C’est un regard vide de sens qui s’échoue autour de lui et bien vite rempli d’une obscurité profonde, d’une crainte sans nom. D’un bon il attrape la personne si proche de lui et la fait rencontre le mur avec violence, la soulevant du sol avec aisance. Puis dans un grognement, le père/l’oncle/le frère/l’ami/le fils/ le militaire/le pompier s’exprime. Où est-elle ? OU EST MA FILLE ?! La plaque contre laquelle il a projeté la personne, se morcelle et glisse le long du mur faisant apparaitre une boite que le pompier n’est pas encore près à trouver.

_________________
Hope & Redemption
Just one smile. Just one life.
by Santayana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3094-la-torture-il-y-

Féminin
↳ Nombre de messages : 651
↳ Points : 551
↳ Date d'inscription : 29/03/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Jack Falahee
↳ Age du Personnage : 27 ans
↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
↳ Couleur RP : tan



Feuille de perso
↳ Copyright: darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Sam 8 Oct - 21:42


Bien sûr que je panique. A chaque seconde se reveille une de mes peurs et les unes derrière les autres, commencent à me blesser sérieusement. Mon cœur bat de plus en plus vite à chaque seconde enfermé dans cette salle. Je ne peux pas rester là, c’est bien trop fermé. De nouveau en prison, je vais finir par me perdre dans ma propre tête. Alors je parle, j’exprime ma frustration au travers de quelques mots, sans agresser personne, sans me filtrer non plus. Et bien sûr, comme à mon habitude, je m’attire les ennuis, rien que par ma simple personne. Rambo s’énerve bientôt. Il crie, m’attaque sans prendre de gants, me frappe même. Le poing s’écrase contre ma machoire, explose ma lèvre contre mes dents, qui se met à saigner bientôt. Pas de sang noir de nouveau, un beau liquide carmin, qui me laisse espérer un peu de normalité de nouveau. Il aura fallu me foutre dans les emmerdes, pour annihiler cette chose que je déteste. Plus que cette nouvelle douleur, c’est cette constatation qui me fait redresser les épaules une seconde. Je ne suis plus un monstre… Bientôt pourtant, la réalité reprend ses droits. Ce type m’a frappé. Plus que physiquement, c’est psychiquement que je me sens blessé alors je recule de plusieurs pas, jusqu’à ce que mon dos rencontre le mur. Volontairement, je m’exclus du petit groupe, laisse Tristan s’exprimer, laisse Shae aller rassurer l’homme qui semble devenir fou, probablement à cause de moi. Je fuis le regard de Laura, qui doit probablement se poser sur moi et je longe le mur en direction de la porte. Comme une huitre je me referme, ne parvient plus à dire un mot et ne ressent même pas réellement la brûlure du coup.

Peu m’importe tout ça. Une seule chose compte maintenant. M’éloigner de tout ce petit monde, que je semble mettre en danger par ma simple présence. Callum s’excite encore plus, me fait encore plus peur que le reste. Alors je me moque des insectes qui bourdonnent encore un peu derrière la porte et j’attrape la poignée, en lançant à la volée. « Bonne chance… J’peux pas rester avec vous ! » Et sans crier gare j’ouvre la porte. Je me précipite dans le couloir pour que personne ne me rattrape, tirant sur ma cheville blessée, mais m’arrête au bout de quelques mètres à peine. Les remords viennent aussitôt, tout comme les guêpes qui m’entourent bientôt. Je ne veux pas abandonner Laura. Je ne veux même pas abandonner la brute qui a fait gonfler ma lèvre. Seulement c’est de ma faute. C’est moi qui ai déclenché sa crise de folie, c’est à cause de mes jérémiades qu’il a perdu tout contrôle. A cause de moi, ils vont tous finir par mourir. Alors autant les quitter de suite, avant de provoquer la mort autour de moi. Je suis un oiseau de mauvais augure. Je ne suis pas positif. Je ne devrais pas être avec eux, ils méritent mieux. Je me perds rapidement, entre mes remords et mon envie de rester avec eux, mais je n’ai de toute façon, pas le temps de prendre une décision. Un grondement se fait entendre soudain, des craquements et là, de nouveaux problèmes arrivent. Je voudrais courir, me réfugier de nouveau dans la salle, mais je n’en ai pas le temps. Le ciel me tombe littéralement sur la tête alors qu’un pan de mur s’écroule sur moi. Les débris m’entourent, puis me tombent dessus, brisant un peu plus mon poignet. Dans un hurlement je m’écroule finalement, alors que mon bras est entièrement coincé sous plusieurs débris… « Manquait plus qu’ça ! Au moins y’a plus d’putain d’guêpes… » Et dans mon désespoir, je ris, comme un damné.

_________________
    i just need some hope
    LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 144
    ↳ Points : 374
    ↳ Date d'inscription : 21/05/2016
    ↳ Age : 24
    ↳ Avatar : Kate Winslet
    ↳ Age du Personnage : 44 ans
    ↳ Métier : Bénévole auprès des populations démunies
    ↳ Opinion Politique : Inexistante pour le moment
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
    ↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
    Oltremare - Ludovico Einaudi
    When We Were Young - Adèle
    ↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
    ↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
    ↳ Couleur RP : #eccef5



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: rusty nail
    ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Sam 8 Oct - 22:29


    L’ambiance dégénère, si quelques minutes plus tôt, elle faisait naître un rire sur les lèvres de Shae en essayant de forcer Callum à se rhabiller, actuellement, elle aurait plutôt envie de pleurer. Tristan lui jette un regard perdu avant de hocher la tête et de se redresser. « Bien sûr qu’on va sortir. Mais pas tout de suite, les guêpes sont toujours derrière la porte. » Elle le suivit des yeux tandis qu’il s’asseyait plus loin, probablement parce qu’il ne se sentait pas bien au sein du groupe, ce qu’elle n’avait pas manqué de remarquer. Elle sursauta violemment quand Callum se redressa d’un coup et dans une rage folle se jeta sur Eamon. Elle vit le sang, la lèvre éclatée du jeune homme. Elle ne réagit pas sur le coup, laissant même Eamon sortir de la pièce sans faire un geste, sous le choc. Mais à quoi est-ce que Callum pensait ? Il n’était clairement pas dans son état normal, mais de là à frapper Eamon sans raison. Heureusement, Shae semble s’occuper de lui et Laura se détourne du couple qu’il forme afin de reporter son attention sur Tristan. « Je crois que personne n’a vraiment eu le temps de manger… Mais tu as raison de te méf… » Sa voix est coupée par le bruit sourd d’un corps qu’on plaque au mur. Elle tourne la tête si vite que sa nuque craque. Callum, apparemment complètement perdu dans une sorte d’hallucination, vient de plaquer Shae au mur si fort qu’il est étonnant qu’elle soit encore consciente. Laura saute sur ses pieds. Callum en a assez fait. L’arène est difficile pour tout le monde et Callum s’en est déjà pris à Eamon deux fois, elle ne le laissera pas s’attaquer à Shae de la sorte.

    Elle avance à grand pas vers le grand gaillard et avec une force qu’elle ne soupçonnait pas arrache la jeune femme a son emprise. « ASSEZ ! CALLUM ! ASSEZ ! » Elle la pousse gentiment sur le côté la forçant à s’asseoir avant de faire face à Callum. Le jeune homme fait bien, une tête de plus qu’elle, mais après tout, elle a survécu à des zombies, a quatre années à l’extérieur de la ville et a une transformation en monstre, alors ce n’est pas un simple homme qui va lui faire peur. Elle lève sa main et avec toute sa force l’assène sur la joue de Callum. Le claquement sec de la gifle semble résonner dans le calme qui envahit la pièce. « ÇA SUFFIT ! TOUT ! TOUT ICI VEUT NOUS TUER ! ALORS TU VAS PAS T’Y METTRE NON PLUS ! »

    Elle n’a pas le temps de reprendre son souffle suite à sa tirade qu’un grondement de mauvais augure se fait entendre. « Eamon ! » Elle court dans le coin de la pièce ou Callum à laisser son arme et récupère un long morceau de miroir avant de sortir de la pièce en trombe. Elle arrive juste à temps pour voir les rochers s’effondrer sur Eamon. « NON ! » Elle court vers lui et se jette sur l’amas de pierres essayant de son mieux de les pousser pour apercevoir le jeune homme. « Eamon ?! Eamon, tu m’entends ?! Réponds-moi ! » Elle ne fait pas attention à ce qu’elle fait et pousse une petite pierre qui soutenait un énorme morceau de béton qui vient s’écraser sur son avant-bras. Le craquement des os rempli le silence pendant quelques secondes avant qu’un cri de douleur inhumain ne s’échappe de la bouche de Laura. Elle vacille et s’effondre sur les débris, écorchant ses genoux et son coude, en pleurant.

    _________________

    Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 285
    ↳ Points : 265
    ↳ Date d'inscription : 08/11/2015
    ↳ Age : 22
    ↳ Avatar : Zoe Kazan
    ↳ Age du Personnage : 34 & 30
    ↳ Métier : Avocate
    ↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
    ↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
    ↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
    Iris - Goo goo Dolls
    Howl - Florence & the Machine
    Lifeline - Imogen Heap
    Grey Room - Damien Rice
    ↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
    ↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
    ↳ Couleur RP : #99ccff



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: Lyndi
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Sam 8 Oct - 23:00

    Avant qu’elle ait vu quoi que ce soit venir, Shae se retrouve plaquée au mur. Une seconde avant, Callum s’affairait sur une bouche d’aération. Et maintenant il la maintenant contre la paroi, une rage inouïe dans ses yeux. La jeune femme battait des jambes, morte de terreur. Son bras lui faisait mal, son crâne aussi, et elle eut peur que Callum la blesse davantage. Elle ne reconnaissait pas l’homme en face d’elle.
    « Où est-elle ? OU EST MA FILLE ?! »
    Shae hoqueta, de surprise et de peur mélangées. Callum n’avait jamais parlé d’une fille. Jamais. Mais elle sut à l’instant que c’était vrai. Il avait une fille. Bordel. Elle le connaissait depuis un moment, ils partageaient des nuits, elle l’avait obligé à parler de lui pendant des heures, il était celui vers qui elle s’était tourné quand elle avait subi une agression. Et elle découvrait maintenant qu’il était père. Quel genre d’horreur avait-il traversé pour halluciner de la sorte ? Elle parvint néanmoins à articuler quelques mots emplis de peur et de détresse.
    « J’en sais rien…tu me fais mal, je t’en prie… »
    Ce fut Laura qui vint à son secours. Avec une force surprenante, elle libéra Shae de l’emprise de Callum. La jeune femme se recroquevilla un peu plus loin, reprenant son souffle et ses esprits. Ce n’était pas Callum devant elle. Callum ne lui aurait jamais fait de mal. Quoique. Qu’en savait-elle au fond ? Elle ignorait beaucoup de lui, de toute évidence. Laura était dans une rage folle, mais Shae l’entendait à peine. Elle réagit néanmoins en entendant l’éboulement. Se relevant d’un coup, elle fit le compte. Eamon était manquant. Laura réagit la première encore une fois. Shae resta figée là deux secondes, n’osant même pas jeter un regard à Callum. Puis elle retrouva l’usage de ses jambes et de son cerveau et se précipita à la suite de Laura. Elle était à mi-chemin quand le cri déchira l’air. Un cri inhumain de douleur.
    « LAURA !! », hurla-t-elle, accélérant l’allure, courant les derniers mètres plus vite que jamais. Pas Laura. Pitié, pas Laura. Ne la tuez pas.

    Le spectacle qui s’offrait à elle était horrible. Eamon était coincé, et à ses côtés Laura avait le bras complètement enseveli sous le béton, en pleurs. Paniquée, Shae se laissa tomber à côté d’eux.
    « Non, non !! Pourquoi? Pourquoi t’es sorti, Eamon ?? », gémit-elle, entre la colère et la détresse. Ce n’était pas sa faute si le toit du tunnel s’était effondré. Mais il avait paniqué et maintenant Laura était coincée. Allaient-ils donc tous faire des actions stupides les uns après les autres ? Shae adressa un sourire qui se voulait rassurant à Laura, posant sa main sur la joue de la doyenne. Laura avait été là pour elle, c’était son tour.
    « Ca va aller Laura. On va te tirer de là, on te laissera pas ici. Tu vas t’en sortir. »
    Elle entendait déjà les pas derrière elle qui couraient dans sa direction. Il fallait qu’ils les sortent de là, tous les deux. Rester ensemble. Laura devait revoir ses enfants. Elle se retourna vers Callum, les yeux emplis de désespoir, alors que son bras valide était remontée pour caresser doucement la tête de Laura, dans l'espoir de la calmer un peu.

    _________________


    Each and every time I see you
    It's just as hard to leave you as the last time
    So we come to a decision, draw a line in the sand
    And stand on different sides yet I reach out for your hand



    Spoiler:
     

    Spoiler:
     
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 285
    ↳ Points : 39
    ↳ Date d'inscription : 10/11/2015
    ↳ Age : 23
    ↳ Avatar : Jake Gyllenhaal
    ↳ Age du Personnage : 36
    ↳ Métier : Pompier
    ↳ Opinion Politique : Le pouvoir c'est le pouvoir, tout le monde en a. Il s'en fiche en somme.
    ↳ Niveau de Compétences : Ne le touchez pas pour éviter de le savoir. (-8 en contrôle de soi)
    ↳ Playlist : La minute du silence répétée à l'infini.
    ↳ Citation : L'homme est un loup pour l'homme.
    ↳ Multicomptes : Timothée G. Morel



    Feuille de perso
    ↳ Copyright:
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Sam 8 Oct - 23:50

    Il est loin l’homme raisonnable et raisonné qu’il a pu être par le passé. Celui qui pense aux autres avant de penser à sa propre survie. Celui qui se bat pour sauver ses hommes. Celui qui brave un incendie pour ce en quoi il croit. Croire. C’est bien là l’un de ses problèmes. Il ne croit plus en rien, il n’existe qu’un doute qui ne lui permet pas de franchir un ligne ou replonger dans l’abysse. Il oscille entre deux états depuis plus d’un an et ça ne change rien à sa situation. Ca ne change rien à ce souvenir qui ne lui permet pas d’obtenir une quelconque certitude. Il ne sait pas. Comme il ne parvient pas à déterminer qui il est aujourd’hui. Toutefois, le murmure l’atteint. Le pompier secoue la tête, cligne des yeux, voit les prunelles de Shae. Shae. Une part de lui s’offusque, lit la peur et la rejoint. Que fait-il ? Qu’est-il devenu ? On le pousse. On lui hurle dessus. Le pompier se laisse faire ce qu’il n’aurait jamais consenti à l’extérieur de cette arène. Il le sait à présent mais ne parvient pas à déterminer quelle partie de lui-même il préfère conserver. Le temps s’étale dans une obscurité à peine éclairé par les flammes de son esprit et la chaleur environnante. Le sol tremble et lui, dos au mur, respire avec difficulté, pose son regard sur Shae qui fait tout pour l’éviter puis vers Tristan. Un instant il pourrait croire que l’éboulement est juste un énième effet de ces piqures, de ses propres hallucinations comme une métaphore à l’état de son esprit. Ses poings se serrent en observant le mur contre lequel il a projeté Shae. Puis ses yeux se plissent et ses doigts se referment sur une boite qu’il n’a pas le temps de contempler davantage. Son corps se projette en courant vers le couloir des abeilles. Ce cri l’a totalement éveillé, il est en alerte. Il a… il a peur. Peur pour cette voix qu’il a cru reconnaitre. Laura. Et c’est bien elle allongée, en pleure. Dans ce couloir la lumière est trop faible pour tout voir et s’est en plissant les yeux qu’il cherche Eamon. Ce même type qu’il se souvient avoir frappé dans un excès de rage. Où est Eamon ? Eamon ! Sans rien toucher, il cherche à voir et comprendre l’éboulement. Ne touchez aucune pierre… c’est comme un château de cartes…

    Le pompier se souvient de cette intervention ayant fait plus de blessé que l’accident lui-même. Cette simple erreur, une simple pierre. Et c’est seulement là que Callum voit le bras de Laura. Trop tard pour son conseil. Il n’était pas avec eux. Il n’était plus dans le présent. Sa machoire se serre, la culpabilité s’installe à côté d’une colère sourde. Ce n’était pas la peur qui avait propagé ce cri mais la douleur et ce qu’il voyait n’engageait rien de bon. Alors le pompier regarde Tristan puis Shae. Rapidement, il ôte ses bandages, les roule le plus serré possible afin d’en faire une masse compacte et le donne à Laura. Il attrape le bout de verre tombé à un moment ou un autre de leur périple. Se penchant vers Laura, il caresse à son tour ses cheveux puis embrasse son front Je vais faire au plus vite… Les regards s’échangent, le pompier semble de nouveau maitre de son corps. Un peu plus du moins. Il me faut ce qu’il reste de tissu et…. Quelque chose pour coloriser… comme … Son autre main se desserre pour laisser apparaitre la boite qu’il ouuvre et rapproche de ses yeux afin d’y décrypter l’inscription. Avec vivacité, il lâche le miroir et ouvre le flaçon remplie d’une crème salvatrice. Ils en auraient tous besoin … lui le premier avec ses jambes. Toutefois, le choix n’est pas dur à faire et c’est un sourire qui nait sur son visage lorsqu’il reprend le miroir. Shae a raison, ça va bien se passer… j’ai même … froid… Lucidité perdue, te revoila… pour un cours instant puisque la suite induit une grande approximation. On va cotoriser avec la plaque de métal qui s’est cassée la gueule, nous faut les braise de Laura… On est plus au système D mais au système Z, en dehors de ça tout semble marcher comme sur des roulettes. Son plan était simple : couper le bras pendant que les autres récupèrent la plaque et la chauffe à blanc. Ensuite appliquer la plaque brulante sur le bras coupé et y foutre la crème magique au ¾ afin de réserver le reste à Eamon. Un garrot sera également plus que nécessaire. EAM, tiens bon ! On arrive… Et la lame du miroir s’enfonce. Le sang afflue et la main de pompier passe d’avant en arrière en appuyant de toutes ses forces. Plus vite. Plus vite. Bien vite le sang mêlé au manque de lumière rend la tache plus complexe et fini à l’aveuglette. Heureusement, le lien se rond entre les deux parties du corps. Maintenant, il faut que le reste fonctionne, surtout cette crème.

    _________________
    Hope & Redemption
    Just one smile. Just one life.
    by Santayana
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3094-la-torture-il-y-

    Masculin
    ↳ Nombre de messages : 1573
    ↳ Points : 38
    ↳ Date d'inscription : 20/10/2012
    ↳ Age : 24
    ↳ Avatar : Stanley Tucci
    ↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
    ↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
    ↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
    ↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
    ↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
    ↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
    ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Dim 9 Oct - 12:10


    « The chain will be broken. And all men will have their reward »



    the forgiven days




    Les bonus chance, vos options :
    Vous allez le droit de lancer ce nouveau dé (qui est en commun pour toutes les arènes, mais toujours à lancer dans votre propre sujet de flood) tous les 5 messages postés (les vôtres uniquement bien sûr), à votre personnage de choisir s'il partage ses trouvailles ou les conserve jalousement pour lui.
    1 - Vous trouvez une gourde isotherme d'eau potable pleine sur votre chemin.
    2 - Un petit parachute descend du ciel juste devant vous, avec de la nourriture (des barres énergétiques) à l'intérieur.
    3 - Vous tombez sur plusieurs vêtements, plus adaptés au climat de votre arène. Par chance, ils sont à votre taille.
    4 - Un petit parachute descend du ciel, avec une pommade facilitant une cicatrisation très rapide à l'intérieur.
    5 - Vous trouvez un couteau suisse par terre.  
    6 - Rien n'est trouvé, vous restez bredouille.


    Lancé de dés, vos options:
    1 - La glace du lac rompt sous vos pieds. Les échos de la cassure résonnent dans toute la ville.
    2 - Une horde de zombies attaque. Parmi eux, des visages décharnés de personnes qui vous sont chères. Des morceaux de chair et d'os visibles sur leur corps, des lambeaux arrachés de peau. Leurs dents qui claquent n'augurent rien de bon.
    3 - Des stalactites tombent du plafond ou du mur au dessus de vous, transpercent violemment votre chair en chutant sur vous. (NOUVEAU)
    4 - Une petite araignée de glace se glisse le long de votre peau, remonte jusqu'à votre nuque avant que vous ayez pu réaliser sa présence ou réussir à vous en débarrasser. Arrivée là, elle déchire la peau et s'y colle, en annihilant un ou plusieurs de vos sens jusqu'au prochain tour. (NOUVEAU)
    5 - Une brume toxique se répand, empoisonne l'air et vous déclenche une terrible hallucination. Vous voyez apparaitre votre pire phobie, juste sous vos yeux apeurés. (NOUVEAU)
    6 - Rien ne se passe, votre route est libre de tout obstacle.


    informations pratiques


    Le nombre de mots maximum est de 600. Vous pouvez bien entendu écrire moins, c'est même encouragé afin que les choses bougent et que personne ne se retrouve débordé.
    ↠ Les créatures surnaturelles sont toujours privées de leur pouvoirs.
    ↠ Jusqu'au prochain tour, chacun a le droit de lancer le dé une seule fois. Vous n'êtes cependant pas obligés de tenter votre chance. Le lancer de dés doit se faire impérativement dans le sujet situé ICI.
    ↠ Ces obstacles se cumuleront à ceux lancés par Dariya Clarke, la coordinatrice du Colosseum, peu décidée à laisser les pauvres participants reprendre leur souffle.
    Aucun personnage ne perdra la vie au cours de ce tour, mais en contrepartie, il y aura deux morts au prochain. Sauf volontaires, il seront probablement désignés parmi ceux ayant le moins posté, sinon au hasard.
    Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici un peu moins d'une semaine (le dimanche 16 octobre) au moins une fois (plus dans l'idéal, si vous le pouvez ). Ceux n'ayant pas posté seront automatiquement éliminés.



    groupe III - liste de participants

    ↠ Callum T. Doyle
    ↠ Eamon Grimes
    ↠ Laura E. Ievseï
    ↠ Shae Thackery
    ↠ Tristan K. Bellamy



    _________________
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Masculin
    ↳ Nombre de messages : 896
    ↳ Points : 167
    ↳ Date d'inscription : 15/03/2016
    ↳ Age : 22
    ↳ Avatar : Ezra Miller
    ↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
    ↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
    ↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
    ↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
    ↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
    ↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï
    ↳ Couleur RP : darkseagreen



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: Nekomata
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Lun 10 Oct - 13:33

    Accroupi dans son coin, Tristan fixait la scène d'un regard absent. Les toxines lui infligeaient toujours les mêmes hallucinations qu'il ressentait physiquement au plus profond de son être. Il souffrait, comme eux tous. Pourtant, en dehors de la rougeur qui colorait ses joues fiévreuses, il n'exprimait rien. Ni peine, ni colère, ni aucun sentiment en particulier. Parfois, Tristan se sentait si vide qu'il doutait lui-même de sa propre existence. Il pensa un instant que personne n'aurait entendu sa voix et fut vaguement surpris lorsque Shae en fit mention et que Laura lui répondit quand même. Mais l'ambiance devenait de plus en plus chaotique, contrastant avec l'immobilité décalée de Tristan.

    Au contraire de lui, l'exubérant Callum exprimait l'ardeur et l'intensité de ses émotions avec une telle force qu'elles semblaient envahir toute la pièce. Tristan songea que le caractère de chacun pouvait offrir des réactions totalement différentes à un même stimulus et il médita distraitement là dessus en silence tout en rangeant les provisions au fond de ses poches. Tant que le sang n'était pas versé, il considérait ces bousculades comme peu importantes et il se redressa pour continuer à fouiller la pièce. Se concentrer sur l'exploration lui permettait d'oublier un peu chaleur et douleur.

    Ce ne fut que lorsque la porte s'ouvrit qu'il se retourna vivement. Eamon avait décidé de sortir, sans même vérifier la présence de l'essaim ! Tristan ramassa aussitôt son arme mais les guêpes avaient disparu… Ce fut à ce moment qu'il entendit un vacarme entrecoupés de rires et il vit alors ses compagnons se précipiter les uns après les autres dans le couloir, sans se soucier de l'éboulement qui venait d'avoir lieu. Lui-même avait suivit Callum en silence, ne sachant pas s'il avait décidé de régler ses différents de manière plus musclée en achevant ses opposants. Quand il parvint à leur niveau, le regard de Tristan passa des uns autres autres. Il vit Laura blessée, Shae a ses cotés et Callum qui reprenait à nouveau les commandes de son ton directif. Tristan ne dit rien. Manifestement, Callum ne voulait pas la frapper mais la soigner et il semblait savoir ce qu'il faisait. Seul Eamon manquait à l'appel.

    Sans se soucier des recommandations du caractériel, Tristan se faufila entre les décombres, usant de sa souplesse et de sa minceur pour traverser le tunnel, cherchant Eamon du regard. Il l'aperçu alors, un peu plus loin, recouvert de poussière et de débris, le bras coincé sous des gravats. Sans un mot, Tristan se baissa pour le dégager, manipulant les débris avec prudence, de manière à ne pas provoquer un nouvel éboulement. Lorsque le bras de l'homme fut délivré, Tristan observa ses blessures. Elles n'étaient pas belles, son poignet déjà souffrant avait été salement malmené. Tristan ne possédait pas de bandage mais il avait toujours son écharpe autour de son cou. Il l'employa alors pour envelopper la blessure d'Eamon avec soin. Une fois cela fait, toujours en silence, il regarda autour de lui. Ils semblaient être proches du trou par lequels ils étaient rentrés dans les égouts. Tristan ne voulait pas y rester, il voulait sortir à l'air libre à tout prix. Il passa son bras sous ceux du blessé et l'aida à se relever. Il ignorait où en étaient les autres mais dans l'immédiat, il lui semblait urgent de sortir le blessé de là, d'autant plus que la sortie était si proche... Par la suite, il pourrait revenir aider Callum, Shae et Laura.

    «Tu peux marcher ? Sinon, accroche toi à mes épaules et je te porterai jusqu'à la surface. »

    Joignant les actes aux paroles, Tristan aida l'homme à s'accrocher à lui et l’entraîna vers la sortie en se guidant au vent de fraîcheur qu'il sentait déjà. Une fraîcheur qui lui permettait de se sentir déjà mieux, en dépit du feu qui brûlait encore ses joues et ses mains. Tout en le portant, il murmura.

    « Ne lutte pas. Nous ne pouvons pas risquer un nouvel éboulement. Les autres nous suivent. »

    Tristan mentait un peu et il n'aimait pas cela mais il estimait préférable de ne pas inquiéter Eamon en lui parlant de Laura, vu sa nature anxieuse. Une fois qu'il serait sauf, il aviserait.


    _________________
    Sur des escaliers de brume

    On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 651
    ↳ Points : 551
    ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
    ↳ Age : 27
    ↳ Avatar : Jack Falahee
    ↳ Age du Personnage : 27 ans
    ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
    ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
    ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
    ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
    ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
    ↳ Couleur RP : tan



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: darkshines
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Lun 10 Oct - 18:26


    Le cauchemar continu, les évènements se succèdent si vite que je ne sais même plus comment réagir, ni où donner de la tête. La brute me frappe et je panique, comme j’ai pu le faire si souvent dans les dernières heures. Mais cette fois, c’est beaucoup plus profond. Parce que le coup ramène des souvenirs que j’essaye pourtant d’enfouir toujours un peu plus. Comme les cailloux et les roches semblent continuer à chuter au dessus de moi. Une barre solide semble retenir le plus gros du truc, m’empêchant de mourir étouffé ou simplement écrasé. Seulement ça n’empêche pas mon cœur de battre plus vite, ni mon bras de souffrir sous le poids du débris qui le recouvre. Le noir n’est pas total, mais je sais que tout est trop proche de moi alors l’air me manque trop rapidement. C’est la voix de Laura finalement, qui me permet de ne pas me perdre dans une crise de panique. « Laura je sui… » Une soudaine quinte de toux m’empêche de continuer ma phrase et immédiatement après, je sens les débris bouger de nouveau, juste avant que le cri ne vrille mes tympans et s’insinue jusque dans mon cœur. « LAURA ! » A mon tour je hurle et tente de bouger, sans succès. Mon bras est bloqué lui aussi, je ne parviens pas à atteindre la pierre qui me gêne de l’autre et tirer dessus ne provoque que vagues de douleurs, qui m’amènent la nausée.

    Alors que je me débats et tente de me dégager, je me fige soudain. La voix de Shae me parvient et brise mon cœur une seconde… Pour justement éviter ça. Les mots se forment dans mon esprit mais se figent au bord de mes lèvres. Je ne peux pas dire ça à voix haute, tout simplement parce que ma trachée semble s’être totalement refermée. Rapidement d’ailleurs, je suffoque et sens l’air me manquer. Conan le barbare m’appelle, me cherche, mais je ne peux pas lui répondre. Mon palpitant s’affole, la crise est là, bien présente. Je tente de prendre de grandes respirations, mais mon souffle se bloque alors je panique d’autant plus. L’air ne parvient pas jusqu’à mes poumons, je laisse simplement échapper des glapissements étouffés. Ma vision finit par se troubler au fur et à mesure que l’air se raréfie et je ne parviens qu’à perdre pied un peu plus, dans un long gémissement, libéré par ma gorge qui s’est ouverte juste une seconde. Une seule. Juste assez pour me permettre de reprendre pied. A moins que ça ne soit la soudaine présence de Tristan à mes côtés, qui m’a aidé à retrouver contenance, juste pour une seconde. « Tr… Tristan ? » C’est probablement le dernier que j’aurais cru voir voler à mon secours, mais j’en suis étrangement content. Inconsciemment, je lâche un cri lorsque mon bras se trouve soudain libéré et ramène mon bras vers moi, en une pitoyable tentative de le protéger. L’écharpe du jeune homme est bienvenue et semble soulager juste un poil ma douleur. « Je… oui mais… Laura ? » Je tourne mon regard vers l’endroit d’où le cri a retentit, mais je ne peux faire un geste vers qu’il m’attrape et commence à m’emmener vers une sortie. Le froid me prend aussitôt, apaise à peine la vague de chaleur précédente, mais ce n’est pas ça qui m’inquiète. C’est son ton qui me fait peur. « Non ils nous suivent pas ! Laura elle a hurlé ! Et c’est ma faute ! J’dois y r’tourner. Si elle meurt… Elle est morte ? Tristan elle est morte ? » D’un coup d’épaule je tente de me défaire de son étreinte, mais je ne parviens qu’à me blesser un peu plus et gémir une nouvelle fois. « J’suis qu’un boulet p’tain ! » Seulement malgré mes dires, je continue d’avancer vers la lumière, vers l’extérieur, sans savoir quoi faire.

    _________________
      i just need some hope
      LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Masculin
      ↳ Nombre de messages : 896
      ↳ Points : 167
      ↳ Date d'inscription : 15/03/2016
      ↳ Age : 22
      ↳ Avatar : Ezra Miller
      ↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
      ↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
      ↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
      ↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
      ↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
      ↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï
      ↳ Couleur RP : darkseagreen



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: Nekomata
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Lun 10 Oct - 19:52

      Bien-sûr, Eamon s'attendait à voir arriver ses amis : Shae, Laura ou bien même Callum qui l'avait frappé. Tous sauf lui. Tristan ne fut pas offusqué de sa surprise. Il hocha la tête lorsque l'homme prononça quelques mots d'une voix endolorie. Pourtant, bien que Tristan fasse tout pour le rassurer, l'aider, le sauver, il semblait n'y avoir aucun remède à l'angoisse d'Eamon qui réclamait sa mère à grands cris. Mais Laura n'était pas là et Tristan ne pouvait pas lui offrir de nouvelles réconfortantes. Eamon se débattait et même si Tristan s'attendait à ce qu'il gigote en pensant être capable de le soutenir, son poids ne fut qu'une douleur supplémentaire contre son corps affaibli par les épreuves. Il serra les dents, faisant fi du reste en continuant à avancer en soutenant le blessé qui gémissait, luttant contre sa propre faiblesse en silence. Il ne le lâcherait jamais, il ne le laisserait jamais tomber quoiqu’il lui en coûte. Jamais.

      La lumière était là devant eux et Tristan se sentit mieux en l'apercevant. Il soutint Eamon avec plus de force et le hissa vers l'extérieur, usant de toutes ses réserves d'énergie pour réussir cet exploit. « Ce n'est pas ta faute. Ces pièges viendront à nous, quoique nous fassions. Si tu y retournes, tu risques juste d'exposer ta vie. Tu es blessé. » Au dessus d'eux, il faisait de plus en plus froid mais dans le même temps, l'air était bien plus respirable et la sensation de liberté hors de ce cloaque, plus agréable. Tristan conduisit Eamon jusqu'à la surface, grimpant comme un démon sur les parois gelées, ses doigts s'y agrippant, sans qu'il ne relâche le blessé un seul instant. Il le conduirait au dehors. Eamon avait essayé de lui offrir un vêtement, plus tôt, lorsqu'ils se trouvaient dans les ruines. Tristan ne l'oubliait pas. Il n'oubliait jamais rien.

      La neige et la glace le faisaient glisser mais Tristan refusait de céder, il repérait les prises, il essayait de grimper au mieux. Jusqu'à se retrouver à la surface, dans cette étendue de neige pure et douce, si douce qu'elle paraissait être un lit. Ou un linceul. Il y déposa le blessé. Tristan chercha le regard de l'homme qui avait parlé de boulet. Il ne connaissait pas cette expression mais il devinait qu'il s'agissait de quelque chose de négatif, l'image était assez évidente pour suggérer la défaite ou la lourdeur. Il essaya de l'installer de manière aussi confortable que possible.

      « Tu n'es pas un boulet. Tu n'as rien fait de mal. Si tu veux que tes amis vivent alors, fais le guet. Si une tornade arrive, plonge. Et crie. »

      Qu'il les prévienne. Tristan lui adressa un dernier regard et retourna dans les égouts, appelant les autres. « Callum ! Shae ! Laura ! » Ces gens n'étaient pas ses ennemis. Ces gens l'avaient aidé. Ces gens faisaient partie de son groupe.

      _________________
      Sur des escaliers de brume

      On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 285
      ↳ Points : 265
      ↳ Date d'inscription : 08/11/2015
      ↳ Age : 22
      ↳ Avatar : Zoe Kazan
      ↳ Age du Personnage : 34 & 30
      ↳ Métier : Avocate
      ↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
      ↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
      ↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
      Iris - Goo goo Dolls
      Howl - Florence & the Machine
      Lifeline - Imogen Heap
      Grey Room - Damien Rice
      ↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
      ↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
      ↳ Couleur RP : #99ccff



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: Lyndi
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Lun 10 Oct - 21:11

      En un rien de temps, Callum était là, lui aussi. Shae espéra qu’il ait une solution, qu’il sorte Laura de là. Il allait forcément avoir une solution, il allait réparer ça.
      « Je vais faire au plus vite… »
      Shae se figea. Elle écouta les ordres de Callum, hébétée. Elle comprenait ce qu’il prévoyait de faire. Et ce n’était pas possible. Elle n’aurait pas la force de faire ça. Tremblante de peur, elle s’exécuta néanmoins et retourna dans la pièce chercher ce dont Callum avait besoin. En revenant, une seule pensée prenait toute la place dans son esprit : il devait y avoir un autre moyen. Il y avait forcément un autre moyen. Laura ne survivrait pas la perte d’un membre. Ils n’avaient pas de sang pour éviter l’anémie, pas de quoi empêcher une infection. Elle ne survivrait pas, et il fallait qu’elle survive.
      La jeune femme apporta les affaires, silencieuse, à Callum, et s’agenouilla près de Laura. Elle ne savait pas si elle serait capable de supporter cette scène. Mais elle le devait. Elle devait être là, près de Laura, elle devait la soutenir. Lui donner une raison de s’accrocher et de vivre. De ne pas les abandonner. Elle prit sa main et la serra fort.

      Puis Callum commença. Et les cris commencèrent. Malgré elle, alors qu’elle les retenait de toutes ses forces, les larmes coulèrent sur les joues de l’avocate. Elle ne supportait pas de voir Laura souffrir de la sorte. Entre deux larmes, elle serrait sa main de plus en plus fort. L’autre main sur ses cheveux, les caressant doucement, elle prit la parole d’une voix douce.
      « Ca va aller, Laura. Ca va aller vite. »
      Il fallait qu’elle trouve quelque chose à dire. Quelque chose qui lui donnerait du courage. Qui leur donnerait du courage à toutes les deux.
      « Tiens bon, d’accord ? Il faut que tu tiennes bon ! Pour nous, on peut pas continuer sans toi, tu le vois bien, on est des pauvres gosses perdus. »
      Elle renifla un coup, bruyamment. Callum l’aurait peut-être blessée sans Laura. Tristan faisait des crises. Eamon était en panique totale. Elle-même était perdue et terrifiée.
      « Et puis pour les gens qui t’attendent dehors. Il faut que tu sortes d’ici pour les retrouver. Pour retrouver tes enfants. Je suis sûre que tu es maman, ça se voit. »
      Il suffisait de voir comment elle était envers eux, alors même qu’ils n’étaient plus des gamins. Shae n’avait jamais eu une mère aimante, jamais vraiment eu de modèle maternel tout court. Ses parents étaient trop occupés à réussir leur carrière pour s’occuper de leur fille. Mais si elle avait eu une mère, une vraie, elle aurait aimé qu’elle ressemble à Laura. Elle sourit et reprit.
      « Ils s’appellent comment, Laura ? Tes enfants, que tu dois retrouver, c’est quoi leur nom ? »
      C’était le meilleur moyen qu’elle ait trouvé pour rappeler à Laura qu’il fallait qu’elle s’accroche à la vie. Encore un peu. Ils mourraient tous. Tous sauf un. Ce ne serait pas Laura, sûrement. Probablement pas Shae non plus. Mais elles pouvaient faire encore un peu de chemin. Il le fallait. Elle se sentirait mieux de mourir en sachant Laura encore en vie.

      _________________


      Each and every time I see you
      It's just as hard to leave you as the last time
      So we come to a decision, draw a line in the sand
      And stand on different sides yet I reach out for your hand



      Spoiler:
       

      Spoiler:
       
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 144
      ↳ Points : 374
      ↳ Date d'inscription : 21/05/2016
      ↳ Age : 24
      ↳ Avatar : Kate Winslet
      ↳ Age du Personnage : 44 ans
      ↳ Métier : Bénévole auprès des populations démunies
      ↳ Opinion Politique : Inexistante pour le moment
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
      ↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
      Oltremare - Ludovico Einaudi
      When We Were Young - Adèle
      ↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
      ↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
      ↳ Couleur RP : #eccef5



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: rusty nail
      ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Lun 10 Oct - 22:31

      Elle halète, tente de reprendre son souffle quand la douleur diminue légèrement. Elle lutte contre la nausée et les larmes, s’étouffant plus qu’autre chose quand elle entend Shae arrivé derrière elle. Elle veut lui dire de ne pas s’en prendre à Eamon, que ce n’est pas la faute du jeune homme si l’éboulement s’est produit et si elle a été blessée, mais elle n’y arrive pas alors qu’elle lutte toujours pour récupérer son souffle. Un violent frisson la secoue, la forçant à serrer les dents en retenant un cri de douleur. Elle jette un œil effrayé à son bras, ou ce qu’il en reste. Son coude dépasse à peine de sous les gravats est clairement déboité et elle essaie de le toucher sans y parvenir. Shae glisse la main dans ses cheveux et Laura appuie contre sa main fraiche son front trempé de sueurs. Callum arrive et commence à donner tout un tas d’ordre quand Laura perd connaissance la première fois. Elle se réveil en sursaut, s’arrachant un gémissement de douleur quand Callum glisse sa main dans ses cheveux et l’embrasse sur le front. Elle comprend ce qu’il doit faire quand elle aperçoit le morceau de miroir dans sa main. Elle déglutit, tétanisé par la panique, en larmes et tremblantes, elle se contente de hocher la tête mordant sa lèvre jusqu’au sang quand Shae part chercher de quoi cautériser son futur moignon. Elle soupire, pose la tête sur le rocher devant elle, tentant vainement de reprendre son souffle quand Shae revient et s’installe près d’elle, attrapant sa main valide et caressant ses cheveux. Elle voit Tristan passé, et entend plus tard les cris d’Eamon.

      Elle voudrait le rassurer sur son état, même si pour le moment, elle semble être celle ayant le plus besoin de réconfort. Alors, elle inspire par le nez et hoche la tête en direction de Callum dans un signe d’assentiment. «
      Vas y…
      » réussit elle à croasser, sa voix brisée par les larmes, le froid et les cris n’étant plus que l’ombre d’elle-même. Elle tourne la tête vers Shae quand le jeune homme s’empare de son bras et commence à planter la lame de fortune dans sa chair. Elle n’a pas le temps de crier qu’elle s’évanouit. Malheureusement pour elle, elle se réveille quelques secondes plus tard. Le gémissement qui s’échappe de sa bouche tient plus du beuglement animal que du cri humain. Mais elle voit Shae près d’elle et les larmes qui coulent sur le visage de la jeune femme, l’empêchent de se laisser aller à sa douleur. Shae qui la supplie presque de rester en vie pour eux, ce qu’elle s’efforce de faire depuis le début. Elle a bien conscience qu’elle va mourir ici, mais plus longtemps, elle pourra les protéger mieux elle se sentira. Et Shae ouvre un sésame, les seuls mots qui peuvent la détourner de son calvaire. Alors, elle avale sa salive, sert la main de Shae pour se donner du courage et parle, sa voix entrecoupée de gémissement de douleur et sanglots. «
      D’abord… Il y a… Il y a… Mik… Mikkel, c’est pas mon fils de sang, mais c’est pareil.
      » Elle aspire l’air entre ses dents arrivant malgré la douleur a esquissé un sourire. «
      Puis… Y a Colin… Et… Liz…
      » Elle n’a pas le temps de finir sa phrase qu’elle s’évanouit de nouveau la douleur prenant le pas sur son esprit. Elle se réveille suffisamment pour sentir une dernière fois, la lame entaillée, sa chair, avant de sentir son bras lâcher. Elle s’effondre sur Shae tandis que Callum lui fait un garrot et cautérise sa plaie. Elle hurle sous la brûlure, hurle de douleur, de rage d’avoir perdu son bras, sa mémoire et bientôt la vie, elle hurle pour ses enfants. Elle hurle pour Roman. Et elle s’évanouit à nouveau.

      _________________

      Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 285
      ↳ Points : 39
      ↳ Date d'inscription : 10/11/2015
      ↳ Age : 23
      ↳ Avatar : Jake Gyllenhaal
      ↳ Age du Personnage : 36
      ↳ Métier : Pompier
      ↳ Opinion Politique : Le pouvoir c'est le pouvoir, tout le monde en a. Il s'en fiche en somme.
      ↳ Niveau de Compétences : Ne le touchez pas pour éviter de le savoir. (-8 en contrôle de soi)
      ↳ Playlist : La minute du silence répétée à l'infini.
      ↳ Citation : L'homme est un loup pour l'homme.
      ↳ Multicomptes : Timothée G. Morel



      Feuille de perso
      ↳ Copyright:
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Lun 10 Oct - 23:28

      Rassurer le gamin avant que le cri transperce les cieux. Le pompier n'a jamais eu l'occasion de couper un membre, pas pour sauver des vies mais le résultat ressemblait plus ou moins à la même chose. Plus ou moins. A des hurlements près, à des mouvements saccadés près, à un couteau improvisé près…. Son visage reste fermé, presque insensible alors que ce n’est pas une simple goute de transpiration qui parcourt son visage. Malgré sa tendance à approuver tout acte de barbarie c'est bien vite qu'il se rend compte que cette situation lui déplait. Il n'en tire aucun plaisir mais davantage un grand dégout et s'il ne laisse rien apparaitre, les images qui traversent son esprit sont toutes destinées à la future mort de tous ces enfoirés responsables de cette situation. De cette souffrance. Il ne laissera rien passer, à aucun d'eux qu'importe cette étrange volonté de ne plus être un monstre. Pour Laura, pour Shae, Pour Tristan, pour Eamon.... pour eux tous, il fera un effort et tuera en savourant chaque perforation. Chaque goute de sang. Chaque angoisse née dans le regard. Chaque souffle ultime. Chaque supplice. Il prendra plaisir. Il découpera, enfoncera, écorchera. Le pompier revoit inéluctablement ses camarades au combat et ces rares blessures qui ont su éprouver tout professionnalisme, toute droiture dans l’exercice de ses fonctions. Celles qui ont fait naitre une peur bien plus viscérale que la mort elle-même. Celles qui s’infligent aux autres. Celles qui dispersent les corps. Celles qui signent déjà l’être humain d’une couleur noire : le non retour, la blessure irrévocable, l’ultime effort d’un corps déjà happé par les épreuves de la vie. Et même ces fois là, ils avaient tous signé, chacun d’eux. Ils avaient tous fait le serment de défendre leur pays et autrui. Ils avaient tous acceptés les risques bien que la tétanie fait succomber chaque soldat lorsque la conscience se fait. Ici. Ici, personne n’était volontaire. Personne n’avait signé quoique ce soit. C’était un mystère bien vite éclairait par la mort au trousse, programmé, calculé, et profondément voulu par l’inatteignable. Aucune personne n’était présente de ce camp adverse pour que le soldat puisse exprimer toute sa rage contre les bonnes personnes. Le regard du pompier ne s’aventure pas vers Laura dans l’objectif évident de finir la découpe le plus vite possible et surtout… de ne pas risquer de perdre pieds. La chaleur l’enveloppe toujours un peu trop et si les flammes ont disparu pour le moment, les cendres continuent de pleuvoir autour de lui. Sa fille, il veut toujours la retrouver mais une part de lui, face à cette peau charcutée, à ce sang qui n’aurait jamais dû couler, au cri de l’horreur et à ces nerfs et muscles tranché-e-s, a conscience de la duperie de son illusion. Ce qui ne l’empèche pas d’espérer que l’illusion est ce bras en charpie plutôt que les cendres.

      Son ouïe se concentre sur la voix de Shae. Son timbre trahit son angoisse et un regard vers elle crispe Callum. Depuis quand réagit-il si fort à ce type de vision ? C’est autour de Laura de trembler de sa voix. Mikkel. Colin. Liz. Ces prénoms. Cette comptine. Le pompier garde son trouble sans perdre de vue sa mission, il pose simplement ses yeux dans ceux de Shae avec une intensité qui en dit long sur son fil de pensée. Est-ce seulement possible ? Roman. Le pompier venait de couper le bras de la femme de son ami. Celui-la même qui l’a raccommodé et évité de perdre la vie à nombre de reprises ? La rage tonne pendant qu’il s’affère. Ses pensées divaguent comme l’état de son cœur qui reprend une activité bien trop importante pour être supportable. Il ressert le garrot mis en place avant la découpe et c’est là qu’il entend. Ce n’est plus la répercussion infini d’un acte ignoble, la douleur, la détresse, la souffrance ou la peur. Non. Ce n’est pas plus la voix de Tristan qui les appelle, ni celle d’Eam qui supplique. Non. Ca n’a rien à voir et l’ouie du pompier l’alerte bien avant tout le monde. A croire que l’obscurité de ce couloir lui rappelait trop bien le trou dans lequel il a été enfermé. Rappelant que le silence n’existe pas. « Des loups… » Il se relève, chute de tout son long à cause de ses jambes puis se redresse et soulève Laura. « Désolé… on bouge, TOUT DE SUITE ! » Sa main récupère la boite et la donne à Shae. Son regard se perd un instant dans le sien avant de lui offrir son dos, deux armes à la main. Ils n’arriveraient jamais tous les trois à la sortie avant les chiens. Jamais. Et comme pour se convaincre de ce choix si éloigné de ses 4 dernières années il souffle dans l’obscurité une promesse qu’il ne parviendra probablement jamais à tenir. « Personne ne doit mourir. »

      _________________
      Hope & Redemption
      Just one smile. Just one life.
      by Santayana
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3094-la-torture-il-y-
       

      The Forgiven Days } l'Arène de glace

      Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
      Page 5 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

       Sujets similaires

      -
      » The Forgiven Days } l'Arène marécageuse
      » Midori Days
      » GLACE ITALIENNE EXPRESS avec un Blinder pour moi
      » [Safrane phase 2 RXE] Probleme manette essuie glace avant
      » [résolu]Panne essuies glace avant et arrière

      Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
      CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Le Colosseum-